Navigation – Plan du site
La Mesure et l'excès

Of our measure we have been debar’d’ : la mesure et le manquant’ dans les récits d’apprentissage de Thomas Deloney, Richard Head et Francis Kirkman

Christophe Hausermann
p. 25-48

Résumés

La mesure régit le quotidien des corporations londoniennes et celui de leurs apprentis. Les récits de Thomas Deloney se conforment à la mesure et la perpétuent au travers de biographies d’artisans exemplaires, caractérisés par leur sobriété et leur tempérance. Au contraire, dans les récits de Richard Head et de Francis Kirkman, le personnage de l’apprenti s’affranchit constamment des règles édictées par son maître. L’excès semble être un élément fondamental de The English Rogue, puisque ce récit se construit dans les marges de la société, dans un no man’s land où les actes sont exécutés sans mètre-étalon, mais à l’aune de la débrouillardise et de l’escroquerie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Petites anthologies de plaisanteries et d’anecdotes.

1Le monde artisanal est un monde de mesures, de règles et de discipline. La transmission de savoir-faire du maître à l’apprenti s’effectue au moyen d’une stricte reproduction du geste. La démesure est proscrite dans l’ensemble les corporations londoniennes, dont l’autorité repose sur la perpétuation et le respect de la tradition. Les récits de Thomas Deloney, The Pleasant History of Jack of Newbury (1596), les deux parties de The Gentle Craft (1596-97) et Thomas of Reading (1599), incitent à recourir à la mesure en toute circonstance, en prenant exemple sur la modération dont ont fait preuve d’illustres personnages historiques issus du monde artisanal. Il s’agit de récits édifiants encourageant leur lectorat, essentiellement constitué de petits bourgeois et d’artisans, à s’inspirer des hauts faits de leurs prédécesseurs pour s’épanouir dans une vie de labeur. Ces récits élisabéthains contribuent ainsi à mettre en valeur la prospérité de l’artisan besogneux. Durant la Restauration apparaissent d’autres récits plus séditieux, notamment les quatre volumes de The English Rogue (1665, 1671, 1673, 1674) de Richard Head et Francis Kirkman, inspirés par la veine picaresque, par les récits de pardon, les jest books1 et les dictionnaires de jobelin (canting dictionaries). Ils sont une invitation à l’excès au travers d’une succession de tours pendables. Le titre de l’ouvrage place ces récits dans la continuité de la « littérature des roués » (rogue literature) et ils en adoptent le style excentrique et la recherche du divertissement par une succession de personnages hauts en couleur et de péripéties invraisemblables. Ils partagent également leur visée didactique : les pratiques malhonnêtes des escrocs sont révélées au grand jour, ce qui est censé dissuader le lecteur de devenir à son tour la victime d’une escroquerie ou coney-catching.

2La rogue literature dresse un portrait à charge du roué. Comme le rappelle Linda Woodbridge, le terme rogue est assimilé à l’adjectif français « rogue », qui dénote le mépris et l’arrogance : « Many vagrants […] were considered arrogant and bullying rarther than humble and down-and-out. The notion that vagrants were not helpless at all is basic to rogue literature » (Vagrancy 76). Ce genre littéraire s’apparente à une anthologie de différents escrocs et voyous, généralement sous forme de listes exhaustives où le vagabond côtoie le pickpocket, le mendiant ou le fauteur de trouble. Il faut dire que la terminologie concernant les criminels est souvent vague, voire ambigüe, ce qui induit un « flottement des termes génériques », comme le souligne Pascale Drouet (16-19). Les escrocs sont classés en différentes catégories, selon les actes répréhensibles auxquels ils s’adonnent mais aussi selon leur vagabondage, leur oisiveté ou leur infirmité. Dans leurs récits, Head et Kirkman élargissent la taxinomie des escrocs aux apprentis artisans, brisant ainsi la distinction préalable entre le monde professionnel des corporations londoniennes et la foule de jeunes gens désœuvrés errant dans les rues de Londres, non liés par contrat d’apprentissage (indenture) à un maître artisan, d’où la désignation générique de masterless men. Dans leurs récits, le personnage de l’apprenti s’affranchit constamment des règles édictées par son maître, par sa corporation et par les autorités, jouant habilement sur la mesure et sur ce que nous nommerons le « manquant », c’est-à-dire l’absence de quantité, le paramètre fluctuant, car subjectif, autorisant toute inter-prétation douteuse de la mesure et permettant en cela une tromperie sur la marchandise par de subtils jeux de dupes. En comparant les récits de Thomas Deloney à ceux de Richard Head et Francis Kirkman, nous entendons démontrer comment les concepts de mesure et d’excès ont évolué de la fin du xvie siècle à la fin du xviie siècle, et comment les récits populaires se sont affranchis de leur éthique du travail pour devenir un pur divertissement.

La mesure comme constante du monde artisanal

3L’absence, voire la distorsion des mesures, qu’elles soient normatives, préventives ou coercitives, éveillent la peur de la déstabilisation, voire de l’anarchie. Ainsi, une ballade de 1684 intitulée A Lesson for all True CHRISTIANS, avertit que les crimes de lèse-mesure seront durement réprimés au jour du Jugement dernier :

Take heed that you do not false measures use,
With such deceit do not thy self abuse ;
Too many use it now, the more is the pity,
In every place, in Country, Town, and City.
Undone are many by this false deceit,
Let me advise such people, and entreat
To leave it off, and mark what I shall say,
Twill rise against them at the Judgment day.

  • 2  Nous avons choisi de traduire clothworkers par « travailleurs du tissu » et non par « marchands de (...)

4La mesure est une réalité quotidienne dans les corporations londoniennes au xviie siècle. Le calcul exact du poids, de la taille et du volume sont essentiels dans toute transaction commerciale. À chaque corporation ses outils de mesure, qu’il s’agisse du mètre (yardstick) pour les artisans travaillant dans le milieu de l’habillement (les drapiers [drapers]), les travailleurs du tissu (clothworkers),2 les tisserands (weavers), les tailleurs (merchant taylors) et les merciers (mercers), de la balance pour les sauniers (salterers), les bouchers (butchers) ou les orfèvres (goldsmiths), ou encore de règles graduées et de récipients de diverses contenances pour les négociants en vin (vintners), les brasseurs et les aubergistes (innholders). Mais la mesure dans les corporations est avant tout affaire de hiérarchie. On mesure la valeur et l’estime d’un artisan en fonction de sa place dans la société et en particulier dans les différents paliers de sa corporation d’origine. La distinction était clairement définie entre les simples apprentis, les yeomen et les livery men. Les yeomen, étymologiquement young men, étaient les membres non distingués d’une corporation. On désignait par yeomanry la communauté qui réunissait les maîtres d’atelier et les compagnons, c’est-à-dire les membres non autorisés à porter la livrée honorifique, à l’opposé des liverymen. Chacun pouvait donc prendre la mesure de sa place dans la communauté du travail de par son appartenance à un groupe précis dont les prérogatives étaient clairement délimitées.

  • 3  Last : pièce ayant la forme du pied et servant à la fabrication ou au maintien en bon état des cha (...)
  • 4  Il s’agit là d’un pastiche d’un passage d’Euphues de John Lyly : « the shoemaker must not go above (...)

5Bien que tout le monde s’accordât sur une nécessaire incitation à favoriser la progression sociale des artisans, chacun devait connaître et se conformer à la place qui lui était réservée. L’adage populaire non ultra crepitum que Richard Taverner traduisit de façon littérale en 1539, « Let not the shoemaker go beyond hys shoe », et que Montaigne reformula en « chacun à son gibier » (74), est à présent plus communément traduit par « the cobbler should stick to his last », la forme du cordonnier remplaçant la sandale (crepidam) de la phrase latine originale. Dans Romeo and Juliet, Shakespeare détourne ce proverbe lorsqu’il fait dire au serviteur de Capulet : « It is written that the shoemaker shall meddle with his yard and the tailor with his last,3 the fisher with his pencils, and the painter with his nests » (1.2.38-41).4 Le tailleur doit donc se contenter de faire ce qui lui a été inculqué lors de son apprentissage : se servir de son mètre et mesurer au plus juste. Comme de nombreux outils utilisés dans les corporations, le mètre du tailleur se prêtait à toute sorte de plaisanteries grivoises. Nous ne citerons à titre d’exemple que le titre éminemment suggestif d’une ballade de 1690, A pleasant new ballad : being a merry discourse between a country lass & a young taylor : shevving how the taylor lost his plight and pleasure his yard not being, by the standard measure.

  • 5  Le mot « gentil » vient du latin gentilis signifiant « propre à la famille » ou « qui est du même (...)

6Les récits de Thomas Deloney ont permis l’émergence d’une littérature populaire mettant en scène des artisans en lieu et place de nobles chevaliers. Ces récits ont avant tout une visée didactique : ils présentent les vertus d’illustres artisans qui se sont attelés à leur tâche professionnelle dans le souci du bien commun. En associant deux termes pourtant antonymiques, Deloney assimile la cordonnerie à un « noble métier » (gentle craft). Il flatte ainsi son lectorat, la petite bourgeoisie londonienne, et entend démontrer qu’un artisan peut faire preuve d’une véritable noblesse de cœur à défaut d’une noblesse de rang. Dans ses récits, la question est de savoir si sa seule filiation (gentility) confère son statut à un noble ou si ce titre de noblesse peut découler d’une qualité intrinsèque, la gentillesse (gentleness) qualifiant alors le gentilhomme, ce qui rendrait cette qualité accessible à n’importe quel artisan respectueux.5

  • 6  Richard Whittington : apprenti mercier. Whittington est le symbole de la réussite sociale et à ce (...)
  • 7  Simon Eyre : apprenti cordonnier, devenu membre de la corporation des drapiers et Lord Maire en 14 (...)

7Deloney entend ainsi suppléer l’absence de distinction honorifique des personnages de ses récits par un excès de zèle et une abnégation au travail qui ne peuvent que renforcer l’admiration de son lectorat. Jack of Newbury, personnage éponyme du récit de Deloney, est tisserand, tout comme son auteur. La première partie de The Gentle Craft narre la vie du cordonnier Simon Eyre qui inspira à Thomas Dekker sa pièce The Shoemaker’s Holiday (1599). La seconde partie de l’ouvrage raconte l’histoire du cordonnier Richard Casteler. Enfin Thomas of Reading narre les aventures du personnage éponyme, qui est un fabricant de tissu. Dans ces récits d’apprentissage mettant en scène de petites gens, Deloney explique comment des personnes de basse extraction ont pu se montrer nobles et ne pas démériter face à d’autres personnages historiques plus illustres. Il y est avant tout question d’ascension sociale. Dans Thomas of Reading, le Duc Robert fait la cour à la jeune domestique Margaret et l’encourage à devenir « A Lady of High reputation [rather than] a servant of simple degree » (Deloney 250) ne se doutant pas que Margaret est en réalité la fille du duc de Shrewsbury, dont la noble ascendance sera révélée par la suite. Dans The Pleasant History of Jack of Newbury (1596), la maîtresse de l’apprenti John Winchombe, plus couramment surnommé « Jack », lui fait ouvertement la cour après la mort de son mari, cela sans se soucier le moins du monde d’un quelconque délai de viduité. John Winchcombe entra ainsi dans le panthéon des apprentis devenus célèbres, au même titre que Richard Whittington 6 ou Simon Eyre.7 De nombreux apprentis imaginèrent sans doute reproduire son parcours exceptionnel en épousant leur maîtresse si leur maître venait à mourir.

  • 8  Il est à noter cependant que l’excès, en tant qu’abondance de biens, est un signe de réussite prof (...)

8Dans les récits de Deloney, la vertu se mesure aux actes ainsi qu’à la réussite professionnelle. L’excès y est stigmatisé, car il va à l’encontre de la modération dont doit faire preuve l’artisan besogneux.8 L’auteur expose dans The Gentle Craft l’ascension fulgurante de Simon Eyre, apprenti cordonnier devenu Lord Maire en 1445. Sa rapide ascension dans la hiérarchie corporative a fait de lui un exemple de réussite sociale. Dans l’extrait suivant, tiré du chapitre intitulé « How Master Alderman Eyre was chosen Lord Maior of London, and how he feasted all the prentises on Shroue Tuesday », Deloney souligne que la libéralité, si elle autorise certains dépassements, doit pourtant être limitée à un seuil de tolérance acceptable, afin que prodigalité ne soit pas synonyme de débauche :

After the first seruice, were all the Tables plentifully furnished with Pudding-pies and Pancakes, in very plentifull manner ; and the rest that remained was giuen to the poore. Wine and Ale in very great measure they had giuen, insomuch that they had no lack, nor excesse to cause them to be disordered. (Deloney 133)

9La mesure réconforte ; elle est le signe d’une stabilité sociale. Elle constitue un carcan inaltérable qui résiste aux tumultes de l’époque et qui perpétue l’illusion d’un monde régi par un ordre immuable. Dans Thomas of Reading (1599), Thomas Deloney explique à ses lecteurs l’origine historique du yard. Au début du xiie siècle, les vendeurs de tissu rédigèrent une pétition qui fut envoyée au roi Henri I afin qu’il mette fin aux querelles de la corporation concernant les unités de mesure qui variaient suivant les villes du pays. Le roi prit un bâton, mesura la longueur de son bras et déclara que dorénavant, il faudrait mesurer le tissu à cette verge (yard) et quiconque dérogerait à cette règle devrait payer une amende et serait jeté en prison :

When the day of their appearance approached, the Clothiers came before the King, and deliuered vp their Petition in writing, which his Maiestie most graciously perusing, saide, hee was ready to fulfill their request : and therefore for the first point of their Petition, he called for a staffe to be brought him, and measuring thereupon the iust length of his owne arme, deliuered it to the Clothiers, saying. This measure shall bee called a yard, and no other measure throughout all the Realme of England shall be vsed for the same, and by this shall men buy and sell, and we will so prouide, that whosoeuer he be that abuseth our subiects by any false measure, that he shall not onely pay a fine for the same to the King, but also haue his body punished by imprisonment. (Deloney 226-27)

Deloney se réfère en cela au texte de William of Malmesbury, History of the Kings of England, Gesta Regum Anglorum (1125). En plaçant la mesure au centre du récit, Deloney assure une stabilité narrative à l’ensemble des historiettes qui le constituent. Tout comme le yard se mesure au bras du roi, les différents épisodes du récit semblent légitimés par la véracité de ce simple fait historique, qui est pourtant sujet à caution. En effet, une autre origine plus pragmatique du yard serait le doublement de la coudée (cubit), qui, comme son nom l’indique, désigne la longueur allant du coude jusqu’à l’extrémité de la main. L’anatomie humaine, qu’elle se mesure au « corps du roi » ou à celui du commun des mortels, reste ainsi la référence de la mesure. L’homme est au centre de la mesure comme il est au centre de l’univers. Par cet anthropocentrisme, parler de mesure revient à jauger l’homme. Cependant, la taille variant considérablement d’une personne à l’autre, l’homme n’est pas un mètre-étalon fiable. Par conséquent, la mesure risque de dépendre de l’opinion de chacun. Comme le souligne un proverbe de l’époque : « you measure everyone by your own yard ». Au fil du xviie siècle, la mesure perd son inaltérabilité, elle est remise en question, on cherche à la déterminer avec plus d’exactitude. Alors que les instruments de mesure se perfectionnent, les récits populaires s’amusent à en démontrer la variabilité.

Instabilité de la mesure

10Loin d’assurer la stabilité que l’on est en droit d’attendre d’elle, la mesure peut se prêter à de multiples interprétations. Dans son ouvrage The Histories of the Worthies of England (1662), Thomas Fuller remet ainsi en cause l’origine du yard :

  • 9  Edward I (1239-1307).

The truth is this ; monks began to lard the lives of their saints with lies, whence they proceeded in like manner to flourish out the facts of famous knights (King Arthur, Guy of Warwick, &c.) ; in imitation whereof some meaner wits in the same sort made descriptions of mechanics, powdering their lives with improbable passages, to the great prejudice of truth ; seeing the making of broad cloth in England could not be so ancient, and it was the arm (not of King Henry) but King Edward the First,9 which is notoriously known to have been the adequation of a yard. (Fuller 136-37)

Certes, l’origine historique du yard importe moins que sa longueur effective. Cependant, Thomas Fuller ne se contente pas de mettre en doute l’utilisation de la mesure à des fins politiques ; il insiste également sur le manque de fiabilité de celle-ci lorsqu’il définit ce que l’on nommait au xviie siècle un « mile d’Essex » :

« Essex miles. »
These are cried up for very long, understand it comparatively to those in the neighbouring county of Middlesex ; otherwise the northern parts will give Essex odds, and measure miles therewith. The truth is this : good way and a good horse shorten miles, and the want of either (but both especially) prolong them, in any country whatsoever. (Fuller 497)

Comme le souligne Fuller, les mesures étaient changeantes d’une région à l’autre et donnaient lieu à des litiges lors de tractations commerciales entre pays voisins. Seul le bon sens prévalait en cas de référentiels différents.

11Plus la mesure était précise, plus elle pouvait paradoxalement être sujette à différentes interprétations. Dans The Survey of London (1598), l’historien et chroniqueur londonien John Stow montre également la difficulté de recourir à la mesure comme vérité universelle. Il explique que la mesure, notamment dans ses excès, peut être la source de tous les fantasmes. Dans un passage décrivant Larrats Hall, près de Bread Street, Stow relève la présence d’une grande perche de bois, censée avoir servi de bâton de marche à un géant appelé Gerrarde. Dans un souci d’exhaustivité, Stow s’empresse de mesurer la perche pour en connaître la longueur exacte : « The Hostelar of the house sayde to me, the Pole lacked half a foote of fortie in length : I measured the compasse thereof and found it fifteene inches ». Lorsque Stow interroge l’aubergiste quant à l’origine de ce géant, celui-ci le renvoie à la lecture des chroniques de Richard Grafton :

R. G. in his briefe collection of Histories (as he tearmeth it) hath these words. ‘I the writer hereof, did see the 10. day of March, in the yeare of our Lord 1564. & had the same in my hand, the tooth of a man, which weighed ten ounces of Trou weight : and the scull of the same man is extant & to be seene, which will hold fiue pecks of wheat : and the shin bone of the same man is 6. foote in length and of a meruelous greatnes.’ Thus farre R. G. The errour thereof is thus, he affirmeth a stone to be the tooth of a man, which stone (so proued) hauing no shape of a tooth, had neither scull or shin bone. Notwithstanding, it is added, in the sayd description, that by coniecturall simetery of those parts, the body to be 28. foote long or more. From this he goeth to another like matter, of a man with a mouth sixteene foote wide, and so to Gerrard the Gyant, & his staffe. But to leaue these fables, & returne where I left, I will note what my selfe hath obserued concerning that house. (Stow, « Bredstreete ward », 1.348)

John Stow en profite ici pour éreinter l’œuvre de son rival Richard Grafton en critiquant la méthode utilisée par ce dernier pour établir les proportions de ce géant par « symétrie conjecturale ». Stow entend ainsi démontrer que les prétendues Histoires de Grafton, « as he tearmeth it », ne contiennent pas une once de vérité. La mesure, de par l’autorité qui lui est reconnue, exerce souvent une fascination et peut aisément donner une illusion de véracité à un fait historique ou à une anecdote.

12Dans les récits de Richard Head et Francis Kirkman, c’est au contraire la démesure qui fait autorité. Dans la préface de The English Rogue, Richard Head, tout en se défendant des critiques pour plagiat que l’on pourrait lui faire, expose au lecteur son intention de lui présenter un personnage de roué qui surpasserait tous les autres personnages de récits picaresques en provenance de l’étranger : « As if we could not produce an English Rogue of our own, without being beholding to other Nations for him. I will not say that he durst vye with either an Italian, Spanish, or French Rogue ; but having been steept for some years in an Irish Bogg, that hath added so much to his Rogueships perfection, that he out-did them all […] ». Le lecteur devra se le tenir pour dit : ce récit d’apprentissage est placé dès les premières pages sous le signe de l’excès.

13Richard Head, originaire d’Irlande, fut apprenti libraire. Après son apprentissage, il ouvrit plusieurs librairies à Londres. Pour rembourser ses dettes de jeux, il écrivit en 1664 The English Rogue, un ouvrage jugé indécent pour lequel l’éditeur faillit être emprisonné et qui obligea l’auteur à se cacher pour éviter de l’être. Francis Kirkman fut apprenti scribe. En 1671, il écrivit une suite à The English Rogue de Richard Head. Dans la même veine, il donna également The Unlucky Citizen (1673), partiellement autobiographique. The English Rogue est un récit composé de quatre parties. La première narre les aventures de Meriton Latroon, un jeune homme qui s’initie à la duperie auprès de mendiants, d’apprentis peu scrupuleux, de bandits de grand chemin, de prostituées et de leurs souteneurs. Il fait quelques séjours en prison puis, après avoir été banni d’Angleterre, entreprend un voyage jusqu’à Bantam, sur l’île de Java, où il épouse une indonésienne. Devant le succès populaire de l’ouvrage, Francis Kirkman écrivit le second tome, puis convainquit Head de s’associer à nouveau à lui afin d’écrire les tomes trois et quatre à quatre mains. Le second et le troisième tomes se présentent sous la forme de récits dans le récit, celui d’un jeune homme qui, comme Meriton, a suivi des chemins de traverse, puis ceux de deux jeunes femmes que ce dernier a abandonnées dans sa jeunesse : Miss Mary, qui succomba à la prostitution, et Miss Dorothy, qui fut servante dans une auberge peu recommandable. À la fin du troisième tome, Meriton entreprend un voyage pour retourner en Angleterre. À la fin du quatrième, le récit se termine abruptement sur la promesse d’un cinquième tome, qui ne verra pas le jour.

14Pour comprendre la subversion de ces récits d’apprentissage, il convient de rappeler que la vie d’un apprenti londonien était régie par toute une série de mesures auxquelles il lui était difficile de se soustraire. On retrouvait dans la maison du maître une hiérarchie similaire à celle des corporations. Les différents ouvriers qui y travaillaient étaient classés par ancienneté. Les sous-apprentis (under-prentice) étaient les nouvelles recrues à qui l’on confiait les tâches les plus ingrates. Ensuite venaient les apprentis engagés antérieurement, et enfin les compagnons, eux-mêmes classés par ancienneté. Les membres de la famille du maître étaient quant à eux extérieurs à cette échelle de valeur. En effet, tout classement aurait nuit à l’autorité de droit qu’ils pouvaient exercer sur les employés subalternes de leur père ou mari. Ainsi, lorsque le fils d’un maître entrait en apprentissage, sa place ne dépendait pas du nombre d’années déjà effectuées, mais de l’ascendant naturel que lui conférait son appartenance à la famille du maître. C’est ce que déplore l’apprenti anonyme du récit The Unlucky Citizen de Francis Kirkman :

my Mafters Son growing up, and being almoft fit for bufinefs was taken home, and imployed in it, and just when I expected an Apprentice to come and be under me, in fteps he […] was above me : This vexed me heavily, but much more when he became so infolently proud, as to command me to make clean his Shooes, and do more for him than formerly. […] when my Masters Son came into play, his putting in, was my putting out, I was again fent to carry bones to the Countrey Dog, and fuch kind of idle fcurvy Employments. (Kirkman 40-41)

Dans ce passage, le personnage principal se rend compte que les apprentis et compagnons artisans ne peuvent être appariés sur la même échelle de valeur que celle des membres de la famille du maître qu’à partir du moment où ils intègrent à leur tour la petite bourgeoisie londonienne, c’est-à-dire une fois qu’ils ont obtenu leur incorporation (freedom) dans leur corporation, et qu’ils ont ouvert leur propre atelier. Dans ces récits d’apprentissage, l’apprenti découvre rapidement la subjectivité de la mesure et il peut ainsi aisément la plier à ses propres désirs. Si les récits de Deloney se caractérisent par un excès de zèle, ceux de Head et Kirkman se démarquent par leur excès de débauche.

De l’usage du manque

15Les récits populaires de Head et Kirkman font la part belle aux apprentis, le protagoniste étant généralement un jeune homme qui va découvrir la société dans laquelle il vit en s’acoquinant avec les pires escrocs. Ces œuvres romanesques sont souvent classées comme appartenant au genre de la rogue literature. Cependant, le personnage principal n’est en aucun cas un escroc patenté. Il s’agit d’un apprenti que tout destinait à suivre la voie royale de la vie artisanale londonienne, mais qui, suite à de mauvaises fréquentations professionnelles, choisit de se démarquer en s’adonnant à toutes sortes d’excès. Ces récits, de par la liberté dont semble jouir le narrateur, ressemblent davantage à des Bildungsromane d’avant-garde. La subversion n’est plus le simple fait d’un marginal, d’un vagabond ; elle révèle les travers des corporations londoniennes, les exposant elles aussi à la vindicte et à la dérision.

16Dans ces récits, l’apprenti exploite sciemment la subjectivité de la mesure et la plie à ses propres désirs. La démesure s’y exprime avant tout par un besoin de distinction, se manifestant habituellement par un raffinement vestimentaire. Les apprentis ne pouvaient porter d’autres habits que ceux qui leur étaient fournis, une livrée généralement fabriquée avec des tissus grossiers comme de la grosse toile (sackcloth) ou de la laine épaisse (sheep’s russet). Le fait qu’un apprenti puisse revêtir des habits plus prestigieux que certains bourgeois brouillait la hiérarchie corporative. De nombreuses lois somptuaires (1562, 1574, 1611, 1662) tentèrent d’imposer de nouvelles normes vestimentaires afin que chacun sût exactement quels habits il était autorisé à porter. Le Lord Maire de Londres et la Court of Common Council promulguèrent en 1611 une loi appelée An acte for reformation of apparell to be worne by prentices, and maid-seruants within the citty of London, and the liberties thereof qui tenta de réglementer les tenues des apprentis et des domestiques après avoir constaté de nombreux abus vestimentaires de leur part. Cette loi interdisait notamment aux apprentis de porter certains tissus comme la soie (silk), le linon (lawne), la batiste (cambric), le velours (velvet), le taffetas (taffeta) ou d’autres tissus valant plus de dix shillings le yard.

  • 10  Court Orders of the Clothworkers’ Company 1581-1605, 20 avril 1602, 213r.

17De même, tout apprenti devait avoir une coupe de cheveux réglementaire s’il désirait devenir membre de sa compagnie, comme le stipule un arrêté du Conseil Municipal de Londres (Court of Aldermen) de 1640. Le maître d’apprentissage pouvait se montrer plus ou moins conciliant au sujet de la longueur des cheveux de ses apprentis. Cependant, lorsque l’un d’entre eux paraissait devant la Cour de sa corporation pour insubordination, les liverymen pouvaient profiter de l’occasion pour lui imposer une coupe plus réglementaire. Ainsi, en 1602, les travailleurs du tissu punirent de la sorte un apprenti désobéissant : « This day also Thomas Blakelyn, the apprentice of Thomas Blankhorn, for his great abuse and misdemeanours divers ways towards his said master was whipped and his long hair clipped from his forehead ».10

18Si elle ne concernait que la longueur de leurs cheveux et des bandes de tissu de leur livrée, la démesure des apprentis passerait presque inaperçue. Dans The English Rogue, la démesure est beaucoup plus subversive car elle se situe au niveau d’activités plus répréhensibles et bien souvent criminelles. Meriton Latroon se voit ainsi initié par un faux-monnayeur à l’art du rognage de pièce (coin clipping), qui consistait à limer la périphérie des pièces pour en extraire le métal dont elles étaient constituées. Il suffisait par la suite de faire fondre ce métal pour reproduire d’autres pièces. Le faux-monnayeur lui présente son art de la sorte : « Let me add one thing more, if any large money comes to your hand, lay it aside for me, which, after I have corrected a little, (for broad brimd Hats are not now in fashion) a vvill return it, allowing you 18 pence per pound interest » (Head XVIII.108)

19Cette tromperie sur la marchandise reposait sur l’écart entre la mesure, rationnelle, immuable, et l’illusion de la mesure, qui dépendait avant tout de la crédulité de la victime. Ainsi pourrait-on dire : « measure is in the eye of the beholder ». Dans le cas du rognage de pièces de monnaie, la marge de manœuvre était assez étroite : la quantité de métal qui était prélevée sur les pièces en les grattant ou en les faisant suer (sweating), c’est-à-dire en les entrechoquant dans un sac, ne devait pas être trop importante car la pièce aurait été refusée par les commerçants ou par leurs clients.

20Lorsqu’un apprenti chapardait quelque marchandise dans l’atelier de son maître, il devait s’assurer que ce « manque » ne soit pas flagrant. Il importait donc de procéder de façon mesurée, le butin se limitant à quelques copeaux de métal précieux ou à quelques chutes de tissu. Les apprentis issus de différentes corporations se réunissaient parfois afin d’échanger ce qu’ils avaient dérobé à leurs maîtres. Ils pouvaient ainsi satisfaire leurs amantes, généralement des prostituées, en confectionnant une robe ou un jupon à partir de différentes pièces de tissu et d’autres articles vestimentaires recélés, comme l’explique Meriton dans la deuxième partie de The English Rogue : « When any of them intended a new Suit for himself, Friend, or Mistress, it was but summoning the Brethren of the Club together, and then the Mercer brought his Stuffs or Silks, the Milliner Buttons, Ribbons, and Linings, for which they had in exchange such other Commodities as the others could produce » (Head 2.XVIII.356).

  • 11  Ainsi, dans 1 Henry IV, le prince Hal se moque de Francis, le garçon de taverne, et l’enjoint à re (...)

21Ces pratiques illégales se déroulaient généralement dans une taverne, lieu de démesure par excellence. Le garçon de taverne (tapster ou drawer) qui officiait comme serveur était souvent lui-même l’apprenti du tavernier.11 Le garçon de taverne n’était pas une figure exemplaire et son apprentissage se résumait à savoir extorquer les clients en leur facturant plus de consommations qu’ils n’en avaient commandées, en faisant mousser la bière pour en servir en moindre quantité, ou en échaudant le vin pour en atténuer l’aigreur. Plus l’état d’ébriété du client était élevé, plus son appréciation de la mesure pouvait être faussée. Bien que ces pratiques soient illégales et qu’elles puissent nuire durablement à la réputation d’une échoppe, elles n’en demeuraient pas moins monnaie courante, ce qui ne manquait pas de provoquer l’indignation des Londoniens, qui étaient en droit de se plaindre. Cette critique est relayée dans la ballade Nick and Froth ; OR, The Good-fellows Complaint for want of full Measure. Discovering the Deceits, and Abuses of Victuallers, Tapsters, Ale-Drapers ; and all the rest of the Society of Drunkard-makers : By filling their Drink in False Flaggons, Pimping Tankers, Cans, calld Ticklers ; Rabbits, Jugs, and short Quarterns, To the Grand abuse of the Society of Good-fellowship (1641-74) :

All you that are Free-men of Ale-Drapers hall
And Tapsters where ever you be,
Be sure you be ready to come at my call,
And your Knavery here you shall see. […]
Your Cheats and Abuses, we long did abide,
But times are so wondrous hard,
That Loosers may speak, it cannot be deny’d,
Of our Measure we have been debar’d. […]
For those that drink Beer, tis true as ime here
Your Counterfeit Flaggons you have,
Which holds not a Quart, scarce by a third part,
And that makes my Hostis go brave.
But now pimping Tankerds are all in use
Which drains a Mans Pocket in brief :
For he that sits close, and takes of his Dose,
Will Find that the Tankerds a Thief.

La définition que donne le Oxford English Dictionary de l’expression « Nick and froth » est la suivante : « a fraudulent bottom in a beer-can, diminishing the quantity of liquor contained in it ». L’expression en est venue à désigner l’ensemble des pratiques frauduleuses des garçons de taverne. Lorsque l’honnête citoyen s’exclame « Of our Measure we have been debar’d », il exprime sa colère d’avoir été volé, mais il dévoile également sa crainte de voir disparaître toute mesure fiable et d’être ainsi à la merci d’autres tromperies plus graves encore. D’ailleurs, cette ballade stigmatise également les tissus en provenance du Nord, qui étaient réputés pour rétrécir à vue d’œil : « Before we can Drink, be sure it will shrink, / Far worser then North Country Cloth ». La chanson enjoint donc les garçons de taverne à respecter la mesure : « Most Trades in the Nation gives their approbation / How that you are much for to blame : / Then make no excuses, but cease your abuses / And fill up your Measure for shame ».

22Les méfaits du garçon de taverne reposent sur le manquant (the ullage), c’est-à-dire la partie qui n’est pas remplie de liquide dans un contenant. Le terme ullage provient du français « ouiller », qui signifie remplir un tonneau de vin jusqu’à l’œil. Le but pour un marchand peu scrupuleux ou pour l’apprenti garçon de taverne (tapster) est justement de tricher sur ce « manquant », afin de facturer aux clients une quantité moindre pour un même prix. Les fraudes commises sur la mesure le sont toujours dans la marge. Néanmoins, plus le décalage est grand, plus le risque augmente de se faire prendre, comme l’apprend à ses dépens Meriton Latroon dans le chapitre intitulé : « Mrs Dorothy discourses of the several cheats of drawers and tapsters inventing bad drink and small measure » de la troisième partie de The English Rogue. Mrs Dorothy y raconte comment un garçon de taverne s’est fait démasquer par des clients alors qu’il essayait de les tromper sur la quantité de vin servie :

A Company of Gentlemen come to our house and call’d for Wine, which they drank off but liked not, wherefore they called the Drawer, and desiring another bottle told him that there was two faults in the Wine they had drank, the one that it was not so good as they expected, the other, that the bottle was not full measure ; […] one of the Gentlemen who was not yet so dim-sighted but he could see somewhat of the intended cheat, cry’d hold Drawer, let me see that Glass and Bottle, and thereupon poured the wine into the bottle which was indifferent full, but looking on the bottle, and seeing it was very small, he said, surely this Bottle does not hold a full quart, […] in short time up comes the Drawer with a quart Pot in his hand, being come to the Table he takes the bottle and pours the wine out of that into the quart pot, which when looked upon was ful as it ought to be [...]. (Head 3.X.541)

Tout semble donc démontrer l’honnêteté du garçon de taverne. Malheureusement pour lui, la pugnacité de l’un de ses clients va mettre au jour la supercherie et démontrer par quel moyen la mesure a été faussée :

for all this replyed the Gentleman, I pray let me see the bottle and quart pot, the Drawer delivered him the quart pot freely, but parted from the bottle with much unwillingness, but in fine the Gentleman had them both, when presently he takes the quart pot and out of that filled the bottle, and then he found the Cheat, which was this ; there was more than half a pint of wine left in the quart pot, how now, said the Gentleman who is wronged now, where lies the Cheat ? […] now they all perceived that the Drawer when he went down into the Cellar to bring up a quart pot, brought wine in it, and that above half a pint, […] and this was their constant practice ; they would draw wine in glass bottles that were so thick at the bottome that when they were empty they were as heavy as if they were half full, and also batter’d pots that would not hold out measure. (Head 3.X.541)

Contrairement à l’expression proverbiale « put a quart into a pint pot », ce garçon de taverne a procédé à l’opération inverse : « he put a pint into a quart pot ». Les pratiques décrites ici visaient à attirer l’attention du client sur le contenu pour la détourner du manquant (ullage). De cette façon, le garçon de taverne pouvait aisément prétendre que le verre était plus rempli lorsqu’il était à moitié plein que lorsqu’il était à moitié vide.

  • 12   Tim Holt, rédacteur en chef de la revue Brewery History; Tom Martin a reproduit cette image dans (...)

23Lors de l’imposition du « droit du timbre » (excise tax) sur les liquides alcoolisés lors de la Première Révolution anglaise, il fallut procéder à une mesure précise du contenu des fûts. Un opuscule de 1695 intitulé The Victualler’s Friend : or, The use of a new-invented gauging-rod, contriv’d chiefly for the advantage of victuallers in and about London Whereby they may not only discover the want of measure from the brewer (either in beer or ale) but likewise what quantity they want, explique le fonctionnement d’une règle (bung rod) servant à mesurer le volume de liquide contenu dans un fût. Pour effectuer le calcul du volume, on introduisait cette règle dans l’œil du tonneau (bung hole) et on la plongeait jusqu’à l’une de ses extrémités (4-5, Fig. 112) :

Fig. 1. Une règle permettant de mesurer le contenu d’un fût

Fig. 1. Une règle permettant de mesurer le contenu d’un fût

Image reproduite avec l’aimable autorisation de Tim Holt et Tom Martin

Fig. 2. Une règle de jauge coulissante datant du xviiie siècle

Fig. 2. Une règle de jauge coulissante datant du xviiie siècle

Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Nathan Zeldes

24C’est au xviie siècle que fut inventée une règle de jauge coulissante, gauging slide rule (Fig.2,13 Martin 70). Il suffisait de mesurer à l’aide de compas (callipers) le diamètre au milieu du fût (bung diameter) et à son extrémité (head diameter) ; puis de consulter sur la règle le volume du liquide contenu dans le fût en gallons (4,54 litres). Il convenait ensuite de placer le tonneau verticalement et de mesurer la profondeur du liquide (wet dip) afin de calculer le pourcentage par rapport au contenant. Enfin, on reportait ce même pourcentage sur le volume de liquide du fût plein pour connaître le volume exact de liquide.

25Comme le rappelle Michael McKeon dans The Origins of the British Novel 1600-1740, les récits de Thomas Deloney visent avant tout l’édification du lecteur à travers la conduite vertueuse de marchands, artisans, apprentis et domestiques, dont les vies simples et pourtant exemplaires sont exemptes de tout excès : « The narration of Margaret’s story [in Thomas of Reading…] and her own decision to ‘begin the world anew,’ stands as the yardstick for measuring the clothiers far more uncertain attempts to attain virtue » (McKeon 237). Deloney s’érige en donneur de leçons ; il souhaite convaincre son lectorat de la nécessité d’obéir aux normes et de se comporter comme un artisan exemplaire. Il s’agit là d’une littérature moralisante, encourageant le travail besogneux (thrift). Le « manque » s’y exprime par le « manque à gagner », tâche à laquelle tout commerçant doit s’atteler. L’excès n’est légitimé que lorsqu’il est le signe d’une remarquable réussite commerciale. Dans Jack of Newbury, le tisserand John Winchcombe est ainsi fier de présenter à Henri viii les cent métiers à tisser de sa filature comme gage de sa réussite commerciale. Deloney insiste sur leur nombre impressionnant ainsi que sur le fait qu’ils étaient contenus dans une seule pièce et que chacun était actionné par deux employés. Ce souci d’accroître la productivité des ateliers artisanaux était davantage considéré comme une preuve de mesure qu’un excès, car il s’agissait pour le maître artisan de contribuer au bien commun de manière désintéressée.

26Au siècle suivant, les récits de Richard Head et Francis Kirkman s’affranchissent de toute mesure et de toute morale. Dans The English Rogue, la débrouillardise et l’audace se substituent à l’exemplum caractéristique des récits du début du xviie siècle. Les pans de tissus rétrécissent, les pièces de monnaies sont rognées à leur périphérie, et les bouteilles de vin et les fûts de bière se désemplissent lorsque la mesure est altérée par malveillance. L’apprentissage est toujours dévoyé et l’on assiste à une succession de saynètes décrivant les travers de chaque corps de métier, mettant au jour les pratiques peu recommandables de la vie artisanale londonienne. Plus que l’acquisition d’un savoir-faire, condition nécessaire pour s’intégrer dans la société de l’époque, ces récits se caractérisent par un jeu permanent sur le « manquant », sur la subversion de la mesure et de la norme au profit de la créativité et de l’originalité.

  • 14  Citons, parmi les plus célèbres, The Four Prentices of London de Thomas Heywood (1594), The Shoema (...)

27Richard Head et Francis Kirkman ont substitué au personnage du vagabond de la rogue literature celui de l’apprenti artisan, qui faisait partie du tissu social et dont le maître d’apprentissage assurait la formation. S’ils partagent quelques traits avec les apprentis dévoyés présents dans les pièces élisabéthaines,14 dont les tours pendables sont pardonnés au dernier acte après un repentir en bonne et due forme valant promesse d’abnégation par le travail, ils demeurent beaucoup plus subversifs. En élargissant la taxinomie de l’escroc au personnage de l’apprenti, Head et Kirkman ont introduit un brouillage des codes littéraires et un glissement générique des récits moralisants aux récits de divertissement. Les frasques des apprentis révèlent les travers des corporations londoniennes, et sapent ainsi leur autorité. L’audace de ces deux auteurs, qui s’affranchissent de toutes règles, aussi bien morales que narratives, préfigure l’émergence du genre romanesque au siècle suivant.

  • 15  C’est la raison principale pour laquelle les corporations se rangèrent aux côtés du parlement dura (...)
  • 16  Pièces commémoratives en argent ou en or offertes par un riche donateur à sa corporation et qui co (...)

28La présence du personnage de l’apprenti dans les récits anglais fut cependant de courte durée. Malgré la popularité des récits de Head et Kirkman, les apprentis furent progressivement relégués aux pages d’opuscules populaires et bon marché (chapbooks). Dans les romans du xviiie siècle, les conflits entre maîtres et apprentis laissèrent place aux amours ancillaires entre maîtres et soubrettes, comme dans Pamela (1740), de Samuel Richardson, et les nombreux romans qui s’en inspirèrent. Le déclin des corporations londoniennes dès la fin du xviie siècle entraîna également la disparition de l’apprenti des scènes de théâtre anglaises. Les corporations ne furent pas en mesure de s’adapter au triomphe de l’individualisme qui allait à l’encontre de l’effort collectif requis par le système corporatiste. Elles subirent de plein fouet la concurrence d’autres villes anglaises et européennes et ne purent endiguer la désaffection de la jeunesse, pour laquelle l’apprentissage n’était plus la voie royale vers l’âge adulte. La situation financière des corporations londoniennes s’aggrava également suite aux nombreux emprunts qui furent exigés par la royauté.15 Le grand incendie de 1666 obligea les corporations à reconstruire leurs salles communes. Certaines d’entre elles durent vendre leurs biens immobiliers et les objets de valeur qui étaient en leur possession, notamment leurs livery plates,16 afin d’assurer leur solvabilité.

29Puisque l’apprentissage tombait en désuétude, les questions de transmission et d’évolution sociale s’effacèrent au profit de marivaudages galants. Le Bildungsroman scella la fin de l’apprentissage puisqu’il permit aux jeunes gens de s’affranchir de l’autorité d’un maître, de faire fi de toute convenance sociale et de tirer leur expérience non d’un mentor mais de l’observation empirique de leur environnement au cours de leurs pérégrinations, leur permettant ainsi de se livrer à divers excès plus ou moins répréhensibles dans le but de combler le « manquant » de leur existence.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

An Acte for Reformation of Apparell to be Worne by Prentices, and Maid-Seruants within the Citty of London, and the Liberties Thereof. London : W. Jaggard, 1611. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

A Lesson for all True CHRISTIANS. Which being well observed by old and young, And practised with hand and heart, and tongue : Great comfort in it at the last youll find, Then mark it well, and bear it in your mind. Tune of, The Letter for a Christian Family. By J. C. London, 1675. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

A Pleasant New Ballad : Being a Merry Discourse Between a Country Lass & a Young Taylor : Shevving how the Taylor lost his Plight and Pleasure his Yard not Being, by the Standard, Measure. London, 1690. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

Deloney, Thomas. Deloney’s Works. [Jack of Newbury (1596), The Gentle Craft 1 and 2 (1598), Thomas of Reading (1599)]. Ed. F. O. Mann. Oxford : Clarendon, 1912.

Erasmus. Prouerbes or Adagies with Newe Addicions Gathered out of the Chiliades of Erasmus. Trad. Richard Taverner. London, 1539. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

Fuller, Thomas. The Histories of the Worthies of England. 1662. Works. 3 vols. London : Thomas Tegg, 1840.

Head, Richard & Francis Kirkman. The English Rogue Described in the Life of Meriton Latroon. 1665-71. London : Routledge, [1928] 2002.

Kirkman, Francis. The Unlucky Citizen Experimentally Described in the Various Misfortunes of an Unlucky Londoner. London, 1673. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

Lyly, John. Euphues, The Anatomy of Wit. London : T. East, 1578. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

Malmesbury, William of. Gesta regum Anglorum (Deeds of the English Kings). 2 vols. Ed. & trans. R. A. B. Mynors, R. M. Thomson & M. Winterbottom. Oxford : OUP, 1998, 2002.

Montaigne, Michel de. Les Essais. Éd. Jean Balsamo, Michel Magnien & Catherine Magnien-Simonin. Bibliothèque de la Pléiade. Paris : Gallimard, 2007.

Nick and Froth ; or, The good-fellows complaint for want of full measure. Discovering the deceits, and abuses of victuallers, tapsters, ale-drapers ; and all the rest of the society of drunkard-makers. London, 1641-74. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

Shakespeare, William. Romeo and Juliet. Ed. Brian Gibbons. The Arden Shakespeare. Second Series. London : Methuen, 1980.

Shakespeare, William. King Henry IV. Part 1. Ed. David Scott Kastan. The Arden Shakespeare. Third Series. Walton-on-Thames : Thomson Learning, 2003.

Stow, John. The Survey of London. Réimpression de l’édition de 1603. 2 vols. Ed. C. L. Kingsford. Oxford : Clarendon, 1908.

The Victualler’s Friend : or, The use of a new-invented gauging-rod, contriv’d chiefly for the advantage of victuallers in and about London Whereby they may not only discover the want of measure from the brewer (either in beer or ale) but likewise what quantity they want. London, 1695. Early English Books Online. Web. 11/06/2014.

Sources secondaires

Chandler, Frank Wadleigh. The Literature of Roguery. Vol. 1. Boston : Mifflin, 1907.

Dionne, Craig & Steve Mentz. Rogues and Early Modern English Culture. Ann Arbor : U of Michigan P, 2004.

Drouet, Pascale. Le Vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare, ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène. Paris : L’Harmattan, 2003.

Hailwood, Mark & Deborah Toner. « Introduction : Developments in the Brewing, Retail and Consumption of Alcohol in Early Modern England ». The Journal of the Brewery History Society 150 (2013) : 2-5.

Martin, Tom. « Gauging : The Art Behind the Slide Rule ». The Journal of the Brewery History Society 133 (2009) : 69-86.

McKeon, Michael. The Origins of the English Novel, 1600-1740. Baltimore : Johns Hopkins UP, 1987.

Moseley, C. W. R. D. « Richard Head’s The English Rogue : A Modern Mandeville ? ». The Yearbook of English Studies 1 (1971) : 102-07.

Reinke-Williams, Tim. « Women, Ale and Company in Early Modern London ». The Journal of the Brewery History Society 135 (2010) : 88-106.

Van Elk, Martine. « ‘She would tell none other tale’ : Narrative Strategies in the Bridewell Court Books and the Rogue Literature of the Early Modern Period ». Early Modern Culture : An Electronic Seminar 7 (2009). 11/06/2014
<
http://emc.eserver.org/1-7/van_elk.html>

Winter, Guillaume. « ‘A Tapster is a good trade’ : la figure du garçon de taverne chez Shakespeare et ses contemporains ». Shakespeare et ses contemporains. Actes du Congrès de la Société Française Shakespeare, 2002. Ed. Patricia Dorval & Jean-Marie Maguin. Paris: SFS, 2002. 203-19. 11/06/2014
<http://shakespeare.revues.org/831>

Winton, Calhoun. « Richard Head and the Origins of the Picaresque in England ». The Picaresque : A Symposium on the Rogue’s Tale. Ed. Carmen Benito-Vessels & Michael Zappala. The Center for Renaissance and Baroque Studies. Newark : U of Delaware P, 1994.

Woodbridge, Linda. Vagrancy, Homelessness, and English Renaissance Literature. Urbana : U of Illinois P, 2001.

Haut de page

Notes

1  Petites anthologies de plaisanteries et d’anecdotes.

2  Nous avons choisi de traduire clothworkers par « travailleurs du tissu » et non par « marchands de tissu » qui serait erroné, car le commerce du tissu était réservé aux merciers (mercers) et drapiers (drapers). Le travail du tissu comportait plusieurs étapes, le foulage (fulling), destiné à resserrer et à enchevêtrer les fibres de la laine, et à donner ainsi de l’épaisseur, de la force et du moelleux au tissu, le cardage (hand-raising ou rowing), pour démêler les fibres textiles à l’aide de cardes (teasels) qui étaient des instruments munis de clous et non plus des cardères comme cela avait été le cas avant le xive siècle, et enfin la tonte (shearing) qui consistait à lustrer et lisser les étoffes et les draps pour les rendre plus unis et plus ras.

3  Last : pièce ayant la forme du pied et servant à la fabrication ou au maintien en bon état des chaussures. Dans la pièce The Shoemaker’s Holiday de Thomas Dekker, l’enseigne du cordonnier Simon Eyre représente cette forme.

4  Il s’agit là d’un pastiche d’un passage d’Euphues de John Lyly : « the shoemaker must not go above is latchet, nor the hedger meddle with anything but his bill. It is unseemly for a Painter to feather a shaft, or the Fletcher to handle the pencil ».

5  Le mot « gentil » vient du latin gentilis signifiant « propre à la famille » ou « qui est du même nom ». Cette étymologie confirme ainsi le caractère inné de la noblesse. Ce n’est qu’au Moyen Âge que le mot « gentil » a acquis un sens plus large, désignant une personne « de bonne famille », et qu’il en est venu à signifier « généreux, aimable ».

6  Richard Whittington : apprenti mercier. Whittington est le symbole de la réussite sociale et à ce titre il est devenu une figure tutélaire de la ville de Londres. Il fut quatre fois Lord Maire (les deux premiers mandats en 1397, puis en 1406 et 1419) et membre du Parlement. Il prêta de grosses sommes d’argent aux rois Richard II, Henri IV et Henri V. Étant sans descendance, il légua sa fortune à la ville de Londres en y développant de grands projets d’urbanisme. Le personnage historique devint dès le xvie siècle un personnage populaire appelé « Dick » Whittington. Selon la version consacrée, Dick Whittington était un apprenti qui acquit une fortune grâce à son chat. En donnant ce dernier en gage sur un bateau partant pour le grand large, il devint riche quand le chat fut acheté par un roi dont le palais était infesté de rats. Il épousa alors la fille de son maître.

7  Simon Eyre : apprenti cordonnier, devenu membre de la corporation des drapiers et Lord Maire en 1445. Sa rapide ascension dans la hiérarchie corporative a fait de lui un exemple de réussite sociale. Eyre a fait construire Leadenhall, qui servit à l’époque comme grenier à grain, et il a légué d’importantes sommes d’argent pour des œuvres de bienfaisance, répertoriées par John Stow dans The Survey of London.

8  Il est à noter cependant que l’excès, en tant qu’abondance de biens, est un signe de réussite professionnelle. À ce titre, il est pour Deloney une incitation au travail et doit se manifester avec ostentation. Ainsi, dans Jack of Newbury, le tisserand John Winchcombe dépense sans compter pour inviter Henri viii et sa suite à un somptueux dîner : « All the floore where the King sate was couered with broad cloathes in stead of greene rushes : these were choice peeces of the finest wooll, of an Azure colour, valued at an hundred pound a cloath, which afterward was giuen to his Maiesty. The King being set with the chiefest of the Councell about him, after a delicate dinner, a sumptous banquet was brought in, serued all in glasse : the description wherof were too long for mee to write, and you to read » (Deloney 30).

9  Edward I (1239-1307).

10  Court Orders of the Clothworkers’ Company 1581-1605, 20 avril 1602, 213r.

11  Ainsi, dans 1 Henry IV, le prince Hal se moque de Francis, le garçon de taverne, et l’enjoint à renier son contrat d’apprentissage : « […] darest thou be so valiant as to play coward with thy indenture, and show it a fair pair of heels, and run from it ? » (2.4.68). Comme le prince Hal dans la pièce, on est en droit de se demander ce qui justifie une période d’apprentissage s’étalant sur plusieurs années pour acquérir un savoir-faire limité à tirer de la bière et à servir des chopes aux clients.

12   Tim Holt, rédacteur en chef de la revue Brewery History; Tom Martin a reproduit cette image dans l’article « Gauging : the art behind the slide rule ».

13   <http://nzeldes.com/HOC/Everard.htm>.

14  Citons, parmi les plus célèbres, The Four Prentices of London de Thomas Heywood (1594), The Shoemaker’s Holiday de Thomas Dekker (1599), Eastward Ho ! de Chapman, Marston et Jonson (1605), 2 If You Know not Me, You Know Nobody de Thomas Heywood (1605), A Shoemaker, A Gentleman de William Rowley (1608) et The Knight of the Burning Pestle de Francis Beaumont (1612).

15  C’est la raison principale pour laquelle les corporations se rangèrent aux côtés du parlement durant la guerre civile avant de soutenir à nouveau la monarchie en revendiquant le retour au trône de Charles II.

16  Pièces commémoratives en argent ou en or offertes par un riche donateur à sa corporation et qui comportaient son nom ou ses armoiries. Ces pièces d’argenterie servaient de décoration dans la salle de réception. Les assiettes et les coupes pouvaient également être utilisées dans le cadre de somptueux banquets, notamment lors de l’élection du nouveau maître de la corporation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Une règle permettant de mesurer le contenu d’un fût
Crédits Image reproduite avec l’aimable autorisation de Tim Holt et Tom Martin
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 2. Une règle de jauge coulissante datant du xviiie siècle
Crédits Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Nathan Zeldes
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Hausermann, « Of our measure we have been debar’d’ : la mesure et le manquant’ dans les récits d’apprentissage de Thomas Deloney, Richard Head et Francis Kirkman », XVII-XVIII, 71 | 2014, 25-48.

Référence électronique

Christophe Hausermann, « Of our measure we have been debar’d’ : la mesure et le manquant’ dans les récits d’apprentissage de Thomas Deloney, Richard Head et Francis Kirkman », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 17 mai 2016, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/388 ; DOI : 10.4000/1718.388

Haut de page

Auteur

Christophe Hausermann

Lycée Varoquaux, Tomblaine

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals