Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Margaret Cavendish, Relation véridique de ma naissance, de mon éducation et de ma vie

Paris, Éditions de la rue d’Ulm, 2014, ISBN 978-2-7288-0513-6
Sandrine Parageau
p. 318-320
Référence(s) :

CAVENDISH, Margaret. – Relation véridique de ma naissance, de mon éducation et de ma vie. Traduction et édition de Constance Lacroix, préface de Line Cottegnies. Paris : Éditions de la rue d’Ulm, collection « Versions françaises », 2014. 137 pp. ISBN 978-2-7288-0513-6.

Texte intégral

1Constance Lacroix propose ici la traduction en français d’un bref récit autobiographique rédigé par Margaret Cavendish et publié en 1656. L’épouse du marquis, puis duc de Newcastle, William Cavendish, y relate son enfance et son éducation au sein d’une famille de la petite noblesse d’Essex, dont la réputation a été entachée par la naissance hors-mariage du frère aîné de Margaret, Thomas Lucas, en 1598. C’est néanmoins une enfance heureuse que Margaret Cavendish dépeint avec nostalgie dans les premières pages de sa Relation véridique, auxquelles succède le récit amer des conséquences des guerres civiles anglaises sur la famille Lucas, dont le château a été pillé et le caveau profané à deux reprises, alors que son futur époux, le général Cavendish, est contraint de quitter l’Angleterre, ruiné et humilié, après la défaite des troupes royalistes à Marston Moor en 1644. À ces mémoires, rédigés bien peu de temps après les événements qu’ils déplorent, Margaret Cavendish ajoute un portrait de son propre caractère, qui insiste en particulier sur sa timidité – révélation étonnante de la part d’une femme qui publie à ses frais des ouvrages de grand format, en particulier cette autobiographie séculière dans laquelle elle exprime sans ambages son ambition et son désir de gloire. Line Cottegnies, auteur de la première traduction d’un texte de Cavendish en français (Le Monde glorieux, 1999), affirme ainsi dans la préface que la Relation véridique est un « véritable scandale littéraire » (10), à la fois parce qu’elle est autobiographique à une époque où l’on se méfie de l’introspection (en-dehors d’un cadre religieux) et parce qu’elle est rédigée et publiée par une femme. Mettant l’accent sur les similitudes entre le récit de Cavendish et Les Confessions de Rousseau au siècle suivant, Line Cottegnies perçoit dans l’autobiographie de Cavendish « les balbutiements d’une histoire de la personnalité » (6).

2Il faut féliciter Constance Lacroix d’avoir su rendre dans un français clair et élégant un texte anglais complexe, à la syntaxe aléatoire, comme souvent les écrits de Margaret Cavendish. La Relation véridique s’accompagne dans cette édition d’un appareil de notes qui présente, le cas échéant, les choix de traduction et éclaire les références historiques ainsi que le contexte politique de l’ouvrage. On y rappelle également les doctrines philosophiques de Cavendish, en renvoyant, lorsque c’est pertinent, à d’autres textes de la Duchesse. Si ces notes sont toujours rigoureuses et utiles, on peut regretter cependant des inexactitudes au sujet de la philosophie naturelle de Margaret Cavendish. Constance Lacroix insiste en particulier sur « la méfiance de Margaret envers toute approche expérimentale de la philosophie de la Nature » (65, n75, voir également 51, n8). L’attitude de Cavendish face à l’expérimentalisme est en réalité bien plus complexe ; comme la plupart de ses contemporains virtuosi ou fellows de la Royal Society, à la suite de Francis Bacon, Cavendish condamne les expériences inutiles, mais elle ne rejette pas pour autant la pratique expérimentale, à laquelle elle recourt d’ailleurs, comme en témoigne sa correspondance avec Constantin Huygens (voir l’article de N. Akkerman et M. Corporaal dans Early Modern Literary Studies Special issue 14 [mai 2004] 2.1-21 <http://purl.oclc.org/​emls/​si-14/​akkecorp.html>). Mais il ne s’agit pas là d’un aspect central de la Relation véridique, bien que toute la pensée de Cavendish semble fondée sur sa conception de la nature. Dans une postface d’une cinquantaine de pages, intitulée « ’Vivre dans le souvenir de la postérité’ : Margaret Cavendish ou le refus de l’effacement », Constance Lacroix montre de manière convaincante que la Relation véridique tient lieu d’éloge funèbre et de « monument » aux membres des familles Lucas et Cavendish qui, au moment des crises politiques des années 1640-1650, ont été privés des funérailles auxquelles leur statut social leur permettait de prétendre. Elle rappelle également, à juste titre, que le récit autobiographique de Cavendish est une recherche de légitimation qui vise à faire taire les rumeurs du milieu du xviie siècle selon lesquelles la duchesse était folle et avait pour habitude de plagier de nombreux auteurs. Mais Cavendish y exprime aussi un « sentiment de singularité », qui est à l’origine de toute entreprise autobiographique selon Sturrock (92) – ici, la singularité de la femme écrivain. Constance Lacroix conclut son commentaire sur l’irrépressible désir de gloire d’une femme au xviie siècle et d’une royaliste dans les années 1650. Grâce à la traduction, à l’appareil de notes et au commentaire donné dans la postface, cette édition rend accessible un document essentiel pour qui s’intéresse aux récits des guerres civiles anglaises dans les années 1650, à l’expression de soi au xviie siècle ou encore au rapport des femmes à l’écriture et à la publication dans la société patriarcale anglaise de la première modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Parageau, « Margaret Cavendish, Relation véridique de ma naissance, de mon éducation et de ma vie », XVII-XVIII, 71 | 2014, 318-320.

Référence électronique

Sandrine Parageau, « Margaret Cavendish, Relation véridique de ma naissance, de mon éducation et de ma vie », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/426

Haut de page

Auteur

Sandrine Parageau

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals