Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Guyonne Leduc et Michèle Vignaux, éds, Avant l’Europe, l’espace européen : Le rôle des femmes

Paris, L’Harmattan, 2014, ISBN 978-2-343-00186-9
Suzy Halimi
p. 333-335
Référence(s) :

LEDUC, GUYONNE et MICHÈLE VIGNAUX, éds. — Avant l’Europe, l’espace européen : le rôle des femmes. Paris : L’Harmattan, 2014. 204 pp. ISBN 978-2-343-00186-9.

Texte intégral

1Ce volume est le fruit d’une journée d’étude tenue à l’Université Lumière-Lyon 2 en mars 2011, prélude à un colloque organisé ensuite en juin à l’Université Charles de Gaulle – Lille 3, dont les Actes ont été publiés sous le titre Les Rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe (Paris : L’Harmattan, 2012).

2Il est « difficile de trouver ici un fil conducteur » (13), comme l’admet la préface de Michèle Vignaux (Lyon 2), entre les trois parties qui couvrent une période allant du Moyen Âge aux années 1930, successivement intitulées « Prémices : trouver une voie/voix féminine », « Sur les voies de l’émigration et de l’exil », et « Circulation des idées scientifiques, littéraires et artistiques ». Il ne s’agit pas vraiment ici de l’émergence d’une conscience féminine européenne, mais plutôt de l’espace européen dans lequel les femmes présentées dans les neuf chapitres vivent, se déplacent, échangent des lettres, etc., et ainsi, peu à peu, font entendre cette voix féminine à travers l’Europe.

3Le voyage est un thème privilégié pour franchir les frontières. Ainsi Isabelle Baudino (ENS Lyon) s’intéresse-t-elle à « la féminisation du Grand Tour dans la seconde moitié du xviiie siècle » et à la façon dont les voyageuses s’approprient peu à peu les prérogatives masculines en donnant leur avis sur les pays visités et même en formulant des opinions sur les œuvres d’art qu’elles y voient, elles qui ne sont pas encore admises dans les académies de formation aux beaux-arts. Stéphanie Gourdon (Lyon 2) suit Hester Piozzi et Mary Wollstonecraft dans leurs itinéraires, deux femmes aux tempéraments si différents, mais qui toutes deux bravent les interdits, sortent du rôle domestique assigné aux femmes, pour partir à la rencontre de l’Autre sous des cieux étrangers.

4La seconde partie nous fait passer du voyage d’agrément aux chemins de l’émigration et de l’exil : le cas d’Isabelle de Charrière, aristocrate hollandaise, francophone résidant en Suisse, dont l’appartenance nationale est de ce fait « fortement marquée par le multiculturalisme » (92) traité par Paola Perazzolo (Vérone) ; et surtout « les dix années d’exil de Germaine de Staël » (111), auxquelles s’intéresse Stéphanie Genand (Rouen - IUF) : sa présentation de l’Europe qu’elle traverse au lendemain des guerres de la Révolution et de l’Empire n’est qu’un réquisitoire contre son propre persécuteur, jusqu’au moment où, découvrant la Russie indomptable, elle y retrouve le goût du voyage d’agrément (120).

5À défaut de mobilité physique, la correspondance offre un autre moyen de franchir les frontières. Marie-Claire Hoock-Demarle (Paris 7) nous présente les échanges entre une Berlinoise, Rahel Varnhagen, et Pauline Wiesel, née aussi à Berlin mais « véritable vagabonde d’Europe » (128), toutes deux animées par la volonté de faire émerger une identité féminine à travers leurs nombreuses lettres.

6La troisième partie est consacrée à la circulation des idées. Michel Prum (Paris 7) évoque le rôle joué par Clémence Royer, traductrice de Darwin. Maud Dubois (Neuchâtel) présente Monique Saint-Hélier, romancière d’origine suisse, auteur de Bois-Mort (1934), roman woolfien, face à la critique française, roman « en rupture avec les codes du roman réaliste » (156), « qui mêle le rêve et la vie » (168). Laurent Bury (Lyon 2) clôt le volume avec « Jessica Dismorr et les peintres abstraites anglaises au sein du concert européen », artistes chez qui on retrouve des influences transfrontalières, venues de diverses parties du continent, la France, l’Italie, l’Allemagne et la Russie. Ces peintres de la génération des années 80 ont désormais accès aux écoles de formation aux beaux-arts comme la Slade School of Arts, créée en 1871, voyagent en Europe où elles rencontrent les maîtres de l’avant-garde et exposent désormais aux côtés de leurs collègues masculins. Que de chemin parcouru depuis les voyageuses du Grand Tour d’Isabelle Baudino, frappant encore timidement à la porte des cénacles de l’art !

7Seuls quatre des neuf chapitres de ce volume traitent de l’espace anglophone ; un seul recourt à une approche comparatiste, le tout premier, celui de Nathalie Roulon (Strasbourg), qui rapproche un fabliau composé en Normandie au xiiie siècle, The Wife of Bath de Chaucer (fin xive siècle) et The Taming of the Shrew (1590s) de Shakespeare, pour y étudier la représentation de la mégère dans ces trois œuvres et à trois siècles d’intervalle : du traitement misogyne traditionnel à une image plus nuancée, voire à une inversion des rôles aux dépens des personnages masculins !

8La présentation de l’ensemble est claire, soignée, avec des notes de bas de page riches et précises et un index nominum qui en complète l’appareil critique. La couverture s’orne agréablement d’une carte de l’Europe sur laquelle se détachent les portraits de ces femmes qui ont joué un rôle significatif dans cet espace géographique, prélude aux « rôles transfrontaliers » joués par d’autres femmes, dans la construction de l’Europe, celles qui animent les pages du second ouvrage ; les deux sont ainsi parfaitement complémentaires, fruits de la coopération de deux équipes de recherche, celle de Lyon 2 et celle de Lille 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzy Halimi, « Guyonne Leduc et Michèle Vignaux, éds, Avant l’Europe, l’espace européen : Le rôle des femmes », XVII-XVIII, 71 | 2014, 333-335.

Référence électronique

Suzy Halimi, « Guyonne Leduc et Michèle Vignaux, éds, Avant l’Europe, l’espace européen : Le rôle des femmes », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/438

Haut de page

Auteur

Suzy Halimi

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals