Navigation – Plan du site

In memoriam : Hervé Abalain (1934-2014)

Alain Kerhervé

Texte intégral

  • 1  C’est ainsi que débutait son avis de décès dans Ouest-France, édition Finistère, 23/08/2014. Le ti (...)

1Hervé Abalain, professeur émérite à l’Université de Bretagne occidentale (Brest),1 s’est éteint en août dernier, à l’âge de quatre-vingts ans. Cheville ouvrière des échanges entre l’Université de Brest et celle de Swansea et de la mise en place d’une maîtrise dite commune, diplôme à double sceau pour des étudiants d’anglais et de français des deux universités, bien avant la formalisation d’Erasmus, il fut un des pionniers de l’étude universitaire de l’histoire et de la culture galloises en France.

2Titulaire d’une licence d’anglais délivrée par l’Université de Rennes en 1958, Hervé Abalain enseigna au lycée Charles de Foucault à Brest de 1958 à 1970, tout en préparant les concours du CAPES (1965) et de l’agrégation (1969), avant d’être nommé assistant (1970-74) puis maître-assistant (1974-81) d’anglais à la Faculté des Lettres de Brest, où il fut recruté comme professeur des universités en 1981 et fit valoir ses droits à la retraite en 1999.

3La plus grande part de son activité scientifique a concerné les pays celtiques, leurs langues et leurs cultures : il publia Destin des langues celtiques (1989), une Histoire du pays de Galles (1993), une Histoire des langues celtiques (1997), trois chapitres – « L’île de Man », « Le pays de Galles », « La Cornouaille britannique » – dans Toute l’histoire des pays celtiques (1998), Le pays de Galles : identité et modernité (1999) et Les Mannois et l’île de Man (2010). Membre du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), galloisant et bretonnant lui-même, il écrivit aussi plusieurs ouvrages sur la langue bretonne : Histoire de la langue bretonne (1994, 2000), Les noms de famille bretons (2000), Les noms de lieux bretons (2000), Pleins feux sur la langue bretonne (2004), Le Breton, quelle langue ! Gast ! (2012). Il devait achever, en 2014, une encyclopédie des langues minoritaires européennes.

  • 2  Thèse soutenue le 20 janvier 1979 à l’Université Paris IV. Membres du jury : Mmes Jones-Davies (di (...)

4Civilisationniste et linguiste par ses enseignements et par la plus grande part de sa production universitaire récente, Hervé Abalain était pourtant littéraire de formation et de cœur. Sa thèse de troisième cycle fut consacrée à Elizabeth Gaskell ; sa thèse d’État, soutenue en 1979, sous la direction de Mme le professeur M.T. Jones-Davies, était intitulée : « Sir John Suckling (1609-1642). Poète cavalier »2. Sur cette lancée, il publia un article consacré à Robert Herrick et aux poètes cavaliers pour la revue de notre Société d’études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles ainsi qu’un ouvrage : Les Poètes cavaliers : Présentation critique et anthologie poétique (1998). Il adorait pouvoir revenir à ses premières amours, pour enseigner les pièces de Shakespeare ou des œuvres truculentes comme The Knight of the Burning Pestle de Beaumont et Fletcher, dont il se délectait, et dont il savait expliquer la complexité et disséquer les répliques avec une grande minutie et un enthousiasme très communicatif.

5Travailleur acharné, incapable de se détourner de sa recherche, même lorsqu’il était hospitalisé, Hervé Abalain était, auprès de ses étudiants et de ses collègues – il a dirigé de nombreux travaux de recherche : mémoires, thèses, HDR – reconnu et apprécié pour sa modestie, sa disponibilité, son attention et son écoute des autres, sa bienveillance aussi, autant de qualités qui faisaient de lui un être foncièrement gentil, humain et chaleureux.

  • 3  « Merci Hervé, repose en paix » (Citation galloise du témoignage envoyé par Moya Jones et Andrew V (...)

6Diolch, Hervé, Corffwys mewn hedd 3

Haut de page

Notes

1  C’est ainsi que débutait son avis de décès dans Ouest-France, édition Finistère, 23/08/2014. Le titre de professeur émérite lui avait été accordé en 1999, par le président de l’Université de Brest.

2  Thèse soutenue le 20 janvier 1979 à l’Université Paris IV. Membres du jury : Mmes Jones-Davies (directrice) et Bourcier ; MM. Bas, Carrive et Maître (président).

3  « Merci Hervé, repose en paix » (Citation galloise du témoignage envoyé par Moya Jones et Andrew Varney). Cet hommage rendu à Hervé Abalain doit beaucoup à ses anciens collègues et amis du département d’anglais de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Brest, plus particulièrement à Bernard Cosker, à Annick Cossic, à Gaïd Girard, à Anne Hellegouarc’h et à Guy Le Moigne, mais aussi aux collègues et amis d’autres universités comme Moya Jones de l’Université Bordeaux-Montaigne ou Andrew Varney de l'Université de Swansea, au pays de Galles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Kerhervé, « In memoriam : Hervé Abalain (1934-2014) », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/479

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals