Navigation – Plan du site

In memoriam : Madeleine Blondel (1926-2012)

Pierre Morère

Texte intégral

1Madeleine Blondel nous a quittés le mois d’avril dernier. Elle était membre de la société XVII-XVIII depuis sa fondation et, aussi longtemps qu’elle le put, elle assista fidèlement à tous les colloques annuels. À la fois discrète et assidue, elle écoutait avec intérêt les communications présentées et ne cachait pas son plaisir de retrouver ses anciens collègues et de faire la connaissance des nouveaux avec lesquels elle partageait sa passion pour le xviiie siècle.

2Étudiante brillante, Madeleine Blondel fut nommée lectrice à l’Université de Bristol. Agrégée d’anglais, elle enseigna quelque temps dans le secondaire à Saint-Gaudens en Haute-Garonne et elle fut bientôt appelée par le doyen Loiseau qui la recruta comme assistante à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Bordeaux, aujourd’hui Université Michel de Montaigne-Bordeaux iii. C’est là que je fis sa connaissance alors que j’étais étudiant en première année que l’on appelait encore la propédeutique. C’est donc pour moi, et pour bon nombre de collègues, l’histoire d’une amitié ancienne qui se clôt. Car Madeleine Blondel était très fidèle dans ses amitiés, même quand les aléas de la vie universitaire devaient nous éloigner les uns des autres.

3Elle soutint sa thèse d’État en 1975 (publiée chez Champion l’année suivante) devant l’Université de la Sorbonne Nouvelle sous la direction de Jean Dulck sur le sujet : « Images de la femme dans le roman anglais de 1740 à 1771 ». Ce magnum opus de 1196 pages en deux volumes est la somme d’un travail de recherches très approfondi, car, à travers les images de la femme, c’est tout un pan de la société anglaise du xviiie siècle qui nous est dévoilé. Cette étude, qui fait autant appel à l’analyse de textes littéraires qu’à des faits de civilisation, explore le milieu social, le monde du commerce, les voyages, les mondanités, le statut de la jeune fille, le mariage et l’amour, les traités de morale et la création romanesque, le veuvage, la place difficile de la femme hors des liens du mariage, etc. La bibliographie, modestement qualifiée de sommaire, totalise tout de même 72 pages. Cette thèse, réalisée à une époque qui ne connaissait pas encore les avantages de la recherche informatisée, est le fruit d’un immense travail poursuivi en bibliothèque, puis patiemment décanté et analysé. Il demeure toujours, trente-six ans plus tard, une solide référence.

4À l’Université de Bordeaux III, Madeleine Blondel enseigna longtemps au niveau de la licence l’histoire de la Grande-Bretagne en mettant particulièrement l’accent sur le fait religieux et aussi sur la peinture. Elle avait notamment une grande admiration pour Reynolds, Gainsborough et Turner. Elle assura pendant de longues années les cours de thème anglais au niveau de l’agrégation ainsi que les auteurs du xviiie siècle au programme des concours. Responsable du recrutement des lecteurs, ses anciens étudiants se souviennent de toute l’attention qu’elle leur portait non seulement lors de leur nomination, mais aussi tout au long de leur parcours universitaire.

5Madeleine Blondel savait cultiver l’élégance de la discrétion. Sans doute a-t-elle jeté souvent un regard sourcilleux sur les profondes transformations de la vie universitaire qu’elle a connues au cours de sa carrière. Mais chez elle, le désaccord d’opinion ne frisa jamais l’intolérance. Bien au contraire, tout en affichant fermement ses convictions, elle savait se soumettre à l’opinion majoritaire avec un sourire gentiment malicieux. Pour ses amis proches, Madeleine Blondel était une esthète. Membre de la société des bibliophiles d’Aquitaine, elle avait une véritable passion pour les livres anciens. Elle pouvait aussi parler des heures durant de beaux meubles. Les excellentes pages qu’elle consacre dans sa thèse à l’alimentation au xviiie siècle rappellent aussi qu’elle était fin gourmet, ainsi qu’on pouvait le découvrir quand elle recevait ou quand elle évoquait les meilleurs restaurants bordelais. Enfin, écho plus contemporain de son sujet de thèse, Madeleine Blondel fut membre assidue de la Société des femmes diplômées.

6Il y a de nombreuses années, Madeleine Blondel m’avait demandé elle-même de rédiger son obituary (je la cite) pour notre revue XVII-XVIII. La rédaction de ces quelques lignes m’a sans doute conduit à retrouver, non sans une certaine mélancolie, de bons souvenirs anciens, mais l’important est surtout qu’elles servent à conserver la mémoire d’une collègue de haut niveau et d’une grande dignité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Morère, « In memoriam : Madeleine Blondel (1926-2012) », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/598

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals