Navigation – Plan du site

In memoriam : Maurice Lévy (1929-2012)

Suzy Halimi

Texte intégral

1Maurice Lévy a porté haut les couleurs de la recherche française et marqué à jamais de son sceau, en France comme à l’étranger, les études sur la littérature anglaise du XVIIIe siècle. Il soutient son doctorat d’état en Sorbonne en 1969, doctorat qui se compose à l’époque d’une thèse principale, qu’il consacre au « Roman gothique anglais : 1764-1824 » et d’une thèse complémentaire, « H.P. Lovecraft, ou du Fantastique » : le ton est donné, son champ d’élection sera le roman gothique de la seconde moitié du « long XVIIIe ». Il va y consacrer quinze ouvrages et un nombre d’articles tel que lui-même n’en tenait plus le compte, selon une confidence de son épouse, Ellen.

2Ses deux thèses font l’objet de publications assez rapides et même de rééditions ultérieures. Le Roman gothique anglais, 1764-1824 paraît d’abord à Toulouse, aux Publications de la Faculté des Lettres, avant d’être repris à Paris, chez Albin Michel, en 1995, avec une nouvelle préface et des compléments bibliographiques. L’étude sur Lovecraft a le même destin brillant : publication à Paris (collection 10/18) en 1972, puis chez Bourgois en 1995, et trois ans plus tard, c’est une version anglaise qui paraît à Wayne State UP. Images du roman noir (Losfeld, 1973), The Gothic Imagination (en collaboration, Washington State UP, 1974) peaufinent l’analyse amorcée avec la thèse et peu à peu approfondie au fil des publications.

3Bien entendu, la recherche s’étend de proche en proche aux grandes figures littéraires et aux œuvres de la période. C’est Vathek et les Épisodes (Flammarion, 1981) et bien sûr, Ann Radcliffe qui ne pouvait manquer de retenir l’attention de Maurice Lévy. Il publie une étude de The Mysteries of Udolpho (Didier érudition, 1996), avant de reprendre une traduction du même roman par Victorine de Chastenay, revue et corrigée par ses soins, avec préface et notes (Gallimard, 2001). Boswell, ce grand témoin de l’Angleterre des Lumières, se voit consacrer une biographie magistrale en 2001, Boswell, un libertin mélancolique. Sa vie, ses voyages, ses amours et ses opinions (Ellug), ouvrage plein d’érudition et d’humour à la fois, un régal pour tout spécialiste du XVIIIe siècle ! Et enfin, au moment même où Maurice nous a quittés est paru son ultime ouvrage, une traduction annotée du Moine de Matthew Gregory Lewis (Presses Universitaires du Mirail, 2012).

4Ce n’est pas tout. Au siècle des Lumières, les voyages et les transferts culturels sont nombreux entre l’Angleterre, le continent européen et la jeune Amérique. Qui connaît Bellin de la Liborlierre et sa Nuit anglaise. Roman gothique ? Je l’ai découverte en recevant l’édition critique que Maurice Lévy publie avec une préface, en 2006 (Anacharsis), suivie de Célestine, ou les époux sans l’être (Classiques Garnier, 2011).

5Mais comment rendre hommage à cette moisson d’articles ? Ils paraissent dans toutes les grandes revues françaises, Caliban, que Maurice a contribué à créer à Toulouse, Études anglaises, RANAM, CARA, Les Cahiers du CERLI, le Bulletin de la Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, Europe, Les Cahiers de l’Herne. Les revues étrangères lui ouvrent aussi leurs colonnes : ESQ., Éditions Phenix à Bruxelles. Costerus, à Heidelberg, accueille un article sur Images du Roman noir dans un ouvrage intitulé Die Buch Illustration im Achtzehnten Jahrhundert. Impossible de les citer tous. Quelques exemples permettront d’en mesurer la richesse : une « bibliographie du roman gothique anglais en traduction française », Romantisme noir, Cahiers de l’Herne (1978), le compte rendu d’une entrevue avec Susan Sontag (Caliban 10, 1973), « Les Ruines dans l’art et l’écriture » (BSÉAA XVII-XVIII, 1981), et bien sûr, de nombreux articles sur le genre littéraire dont il a fait sa spécialité.

6Et quel plus bel hommage à Maurice Lévy que de voir des chercheurs, jeunes et moins jeunes, français et étrangers, le solliciter pour une préface à leurs ouvrages ? C’est ainsi qu’il signe des avant-propos à The Fatal Revenge de C. R. Maturin (Arno Press, 1974), à Histoires de Vampires de J. Marigny (Librairie des Champs-Élysées, 1978), à Ann Radcliffe and her Influence on Later Writers de J. M. S. Tompkins (Arno Press, 2002), à la revue Otrante : Art et littérature fantastiques (automne 2002), à Le Lierre et la chauve-souris d’É. Durot-Boucé (PSN, 2004) et à Joseph Sheridan Le Fanu de Gaïd Girard (Champion, 2005).

7Comme tous ceux qui le connaissaient, j’avais de l’admiration pour le chercheur, admiration mêlée d’affection pour l’être qu’il était. Longtemps parallèles, nos chemins se sont croisés lorsque nous avons publié ensemble, avec Jean Ducrocq, Roman et société en Angleterre au XVIIIe siècle (PUF, 1978), ouvrage dont Paul Bacquet, directeur de la Collection U, lui avait confié la coordination. Ce travail rapproché m’a permis de mieux apprécier ses qualités : sa gentillesse d’abord, sa bienveillance à l’égard de la novice que j’étais alors dans le monde de l’édition, son exigence scientifique, sa modestie aussi et sa fidélité à ses engagements. Sollicité par l’Institut du monde anglophone, qui lui offrait un poste, il a décliné l’invitation, fidèle à son université de Toulouse-Le Mirail.

8Sa notoriété et ses qualités professionnelles lui ont valu d’être choisi comme directeur de la Maison Française à Oxford. Il y a fait rayonner la culture française, tissant des liens d’estime et d’amitié avec les plus éminentes personnalités de cette prestigieuse université. Je conserve le souvenir vivace du jour où il m’a invitée à présenter devant un parterre de dons et de professeurs attentifs le système du contrat quadriennal pratiqué en France entre les universités et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

9Dans sa thébaïde toulousaine, j’ai découvert son hobby, sa passion pour la photo. Portraits, paysages, monuments, Maurice était sensible à tout ce qui est beau, sublime ou pittoresque, fixant sur la pellicule les êtres et les choses qui retenaient son regard. Sensible, il l’était aussi et plus encore à ses amis, aux membres de sa famille. Lorsque je l’invitais aux colloques de notre Centre de recherche, il aimait y retrouver des amis comme Claude Rawson, Hermann Réal, Gerald Butler et je conserve des photos de ces moments d’amitié et de bonne humeur. Il aimait tendrement sa sœur, à qui il rendait visite à chacun de ses passages à Paris, lui donnant la priorité sur tous ses autres engagements ; et il avait beaucoup souffert de la maladie puis de la disparition de sa fille. Tout cela se sentait, sans grandes effusions, avec beaucoup de pudeur, au voile de tristesse qui passait dans ses yeux, à ses propos pleins de retenue.

10Il nous a quittés aujourd’hui, passant par-delà le miroir, dans le pays de la lumière et des vérités éternelles. Il nous laisse le souvenir de sa chaleur humaine, de son sourire, de son humour, de sa gentillesse et aussi ce bel héritage scientifique qui a inscrit son nom pour l’éternité au panthéon des spécialistes mondiaux de la littérature anglaise du XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzy Halimi, « In memoriam : Maurice Lévy (1929-2012) », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/601

Haut de page

Auteur

Suzy Halimi

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals