Navigation – Plan du site

In memoriam : Olivier Lutaud (1919-2012)

Marie‑Madeleine Martinet

Texte intégral

1Olivier Lutaud partageait la culture des hommes du XVIIe siècle. Grâce à ses études supérieures de lettres classiques, il lisait les textes latins et grecs comme le faisaient les auteurs de ce temps, et, lorsque ses collègues et ses étudiants écoutaient ses interprétations, ils savaient qu’ils pouvaient le faire en confiance, parce qu’elles étaient fondées sur la connaissance des sources classiques, si universellement présentes en filigrane dans les écrits de l’époque, si nécessaires pour les comprendre, et qu’il y avait accès de première main ; Pindare et Quintilien étaient de ses familiers comme ils l’étaient pour les contemporains de Milton ou de Saint-Évremond, et nous avions l’impression d’entendre la culture du XVIIe siècle, arrivée jusqu’à nous. Sa licence de théologie protestante lui avait de même donné, contexte non moins essentiel pour cette époque, une grande connaissance de la Bible qu’il lisait aussi dans le texte, et dont il maîtrisait parfaitement les interprétations à travers les siècles.

2Olivier Lutaud, dans ses travaux, contribua beaucoup au développement de l’histoire des idées, où son étude de thèmes intellectuels et politiques, comme la liberté de la presse, s’appuyait sur la connaissance de nombreux courants de pensée. Son ouvrage majeur à ce sujet, sa première grande œuvre (1956), fut sa traduction d’Areopagitica de Milton, précédée d’une introduction de plus de cent pages qui est en fait un ouvrage en soi. Il y montre comment, à partir d’un événement de censure, Milton élargit les enjeux intellectuels pour développer une ‘approche de la Vérité’ située dans les courants philosophiques du temps, qui aussi réverbérèrent à travers les siècles ; il y explique la position de l’idée du libre arbitre entre les conflits théologiques de l’époque et l’héritage de la Renaissance. Sa contribution la plus forte se trouve dans les passages où il définit la recherche progressive de la vérité se frayant un chemin grâce aux erreurs elles-mêmes, située par rapport aux théories de l’expérience, au rôle de l’invention avec le tournant de ce sens à l’époque ; il associe l’histoire de la découverte par le conflit et par l’action à l’idée apparemment contradictoire de l’unité de la vérité, souvent par le biais de mythes et d’images de mouvement, de renversement des barrières – la demeure faite de formes multiples, les étincelles et la lumière, l’eau qui trouve la vérité quand elle est eau courante et non stagnante.

3Ses intérêts le portaient aussi vers l’histoire des théories sociales, sujet qui s’appuyait pour lui sur sa culture lettrée et historique. Il savait retracer l’histoire de la pensée sociale et des fils qui s’y entrecroisent, entre les Gracques et l’inspiration biblique des réformateurs sociaux, dont il connaissait les phases depuis le Moyen Âge, et à travers toutes les reprises, au XVIIe siècle chez les Niveleurs, mais aussi plus tard, chez les Victoriens et au XXe siècle. De nombreuses notions, influentes dans la pensée sociale des XIXe et XXe siècles, étaient ainsi situées dans une trame et dans des cadres de pensée, qui s’étendaient des auteurs connus aux pamphlets pionniers et obscurs, à travers de nombreux pays, sa science de la pensée anglaise se plaçant dans une érudition qui touchait aussi l’historiographie française, allemande ou russe. Nous pouvons aujourd’hui nous souvenir de l’épigraphe de Winstanley qu’il mit à son anthologie de documents politiques du XVIIe siècle (1978): « When these clay-bodies are in grave, and children stand in place,/ This shows we stood for truth and peace and freedom in our days ».

4Olivier Lutaud fut, en 1975, l’un des fondateurs de notre société ; il estimait nécessaire que s’y réunissent tous ceux qui s’intéressaient à cette période, que ce fût dans le domaine littéraire, dans celui de l’histoire sociale ou de l’histoire des idées, et il encouragea la tenue des premiers colloques sur des sujets qui peuvent faire appel à des travaux complémentaires les uns des autres. Il y prit souvent la parole pour nous faire part de tout le cadre historique, sur divers sujets, dont son érudition exceptionnelle entourait nos travaux sur les thématiques successives de nos colloques.

5Il fonda dans l’université des enseignements d’Histoire des idées, où de nombreuses branches étaient représentées – histoire des sciences, de la pensée politique, de l’esthétique –, ce qui permit à de jeunes enseignants d’y développer leurs thèmes de recherche et de les introduire auprès des étudiants. Il créa, au congrès 1981 de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur, l’atelier « Histoire des Idées ».

6Tous ceux qui, aujourd’hui, travaillent dans ces domaines, ont une dette envers ses œuvres et son action, envers ses encouragements à l’avance perpétuelle : « Truth is […] a streaming fountain ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie‑Madeleine Martinet, « In memoriam : Olivier Lutaud (1919-2012) », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/603

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals