Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Tobias Smollett, The Adventures of Roderick Random

Introduction and Notes by James G. Basker, Paul-Gabriel Boucé and Nicole A. Seary. The Text Edited by O. M. Brack, Jr. Athens and London: The University of Georgia Press, 2012. 640 pp. 27 illustrations. ISBN 978-0-8203-2165-3
Anne Bandry-Scubbi
p. 284-286
Référence(s) :

SMOLLETT, TOBIAS. − The Adventures of Roderick Random. Introduction and Notes by James G. Basker, Paul-Gabriel Boucé and Nicole A. Seary. The Text Edited by O. M. Brack, Jr. Athens and London: The University of Georgia Press, 2012. 640 pp. 27 illustrations. ISBN 978-0-8203-2165-3

Texte intégral

1Dixième volume des Works of Tobias Smollett dont la publication débuta avec Ferdinand Count Fathom en 1988, cette belle édition savante du premier roman de Smollett comporte en outre « Account of the Expedition against Carthagene ». L’introduction avance de manière convaincante que ce texte a précédé Random, inversant l’hypothèse acceptée depuis les travaux de Martz (1951) et reprise prudemment par Boucé (1971, 1976, 1979). Si l’Account, publié en 1756, a bien été rédigé pendant la polémique de 1741-44 autour de la bataille perdue, il joue le rôle d’avant-texte: « ’Carthagene’ can be seen in miniature to foreshadow the essential form of Roderick Random: a solitary and sensitive reporter, narrating a clear-eyed story from the center of the maelstrom – whether a battle for the empire in the Carribean, the struggle to survive in the streets of London, or the effort to preserve his sanity in a corrupt and unfeeling world » (lii-liii). L’introduction remplit bien son rôle en détaillant l’arrière-plan biographique, les circonstances de composition, de parution et de réception, puis en examinant la contribution de Smollett à la langue anglaise ainsi qu’au nouveau genre (« What kind of book did Smollett think he was writing as he drafted Roderick Random ? » xxxvii). L’étude des influences ne se limite pas aux auteurs attendus mais englobe aussi le théâtre et le monde médical. Cette analyse fournie (xxiii-lix) inscrit en outre le roman dans les préoccupations du début du XXIe siècle. Alors qu’un paragraphe porte sur l’envergure topographique et thématique de ce texte, qui le fait se dérouler dans un monde plus globalisé que la plupart de ses contemporains, un autre souligne un regard attentif porté sur la condition féminine, malgré les préoccupations principalement masculines du roman : « Smollett is not Austen, but there is here an intuitive understanding of the ways women are subjugated in his world and the kinds of injustice and suffering that they endure as a result » (xliii). L’évolution des perspectives critiques depuis les mises en garde de Boucé contre « l’autobiographie inversée », c’est-à-dire « l’assimilation totale de l’auteur à ses personnages » (Les romans de Smollett, 113), permet aux auteurs de l’introduction de conclure : Random « is after all, substantially autobiographical » (lii).

2La Préface rend un bel hommage au smollettien français, qui a participé à l’élaboration des notes, depuis 1998 jusqu’à sa disparition en 2004 (le travail sur le texte ayant débuté en 1967) :

Boucé’s legacy includes far more than his contribution to the annotations in this edition of Roderick Random and more even than his many scholarly books and other writings on eighteenth-century literature, which scholars and students will draw on for years to come. It encompasses also the thousands of students in France and England he taught and mentored; the innumerable academic colleagues to whom he was unfailingly generous and good humoured; and the Sorbonne’s wonderful international colloquium on eighteenth-century literature, which he founded and which was subsequently renamed in his honor. (xvii)

3Il est d’ailleurs l’un des dédicataires du volume. Dans cette préface (xv-xvii), James G. Basker évoque brièvement les avancées dans l’histoire éditoriale du roman, le succès continu de ce dernier et l’intérêt des dix volumes parus, « the shelfful of knowledge that these editors have assembled » (xvi). Le choix des vingt-sept illustrations témoigne de la diversité des réactions graphiques au roman tout en restant « chronologiquement et stylistiquement » proche du texte (xvii). A plusieurs reprises, deux scènes d’un même épisode illustrées par deux artistes différents permettent des comparaisons iconographiques. L’on dispose des frontispices de Hayman pour les deux volumes de la seconde édition de 1748, de onze gravures de Rowlandson (quatre pour lesquelles il n’est que graveur et sept conçues et gravées par lui, destinées à l’édition de 1793), de quatre illustrations de la Cooke’s Edition of Select Novels (1793), ainsi que quatre de Cruikshank (1831). Les pages de titre originales sont données pour les deux textes et une carte de l’édition de 1756 accompagne l’Account. Comme dans les autres volumes de cette collection, la reproduction de ces illustrations est de grande qualité. Elles aèrent agréablement un texte dont les caractères plutôt petits renforcent la densité du récit.

4Aux 387 pages de texte (368 pour Random) succèdent presque cent pages de notes pour le roman et vingt pour l’Account (389-506), suivies d’un apparat textuel très détaillé (507-605), comme il est d’usage dans de telles éditions, et d’un index. En plus d’expliciter le contexte et de situer les auteurs ou personnages célèbres cités, les notes très fournies lient Random à de nombreuses autres œuvres de fiction, de Memoirs of a Woman of Pleasure à White-Jacket de Melville, en passant par Northanger Abbey. Il est même fait référence à un disque pour la chanson « Tom Bowling » inspirée par le personnage. Certaines de ces annotations peuvent paraître superflues, telle celle qui explicite « Charlemagne » (452), mais on touche là à la question délicate du degré d’exhaustivité nécessaire. Nombre de notes reprennent celles élaborées par Boucé pour l’édition brochée d’Oxford University Press, souvent en les développant.

5On regrette que les étudiants d’agrégation et leurs préparateurs n’aient pas pu bénéficier de cette édition lorsque le roman était au programme (2010 et 2011) et qu’aucune bibliothèque française ne dispose des dix volumes : le CADIST ne brille guère avec seulement Fathom (1988), Clinker (1990) et The History and Adventures of an Atom (1989) et la Bibliothèque Nationale de France acquerra-t-elle les deux ouvrages qui lui manquent, Gil Blas (2011) et Random (2012) ? Ces obstacles financiers ne concernent pas seulement la France : O. M. Brack indique que les fonds pour les Miscellaneous Writings ont été coupés mais que ces volumes paraîtront peut-être chez Pickering and Chatto (communication privée du 26/08/2012). Que les Travels, réédités au goût du jour par Frank Felsenstein, soient parus chez l’éditeur canadien Broadview en 2011 plutôt que dans les Works of Tobias Smollett montre que le prix des splendides éditions savantes n’est peut-être plus adapté. Peregrine Pickle, le dernier volume de la collection aux presses de l’université de Géorgie est annoncé pour 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bandry-Scubbi, « Tobias Smollett, The Adventures of Roderick Random », XVII-XVIII, 69 | 2012, 284-286.

Référence électronique

Anne Bandry-Scubbi, « Tobias Smollett, The Adventures of Roderick Random », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 16 juillet 2016, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/651

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals