Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Christina Ionescu (éd.), Book Illustration in the Long Eighteenth Century. Reconfiguring the Visual Periphery of the Text

Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 2011, xv+609 pp. ISBN 978-1-4438-2585-9
Brigitte Friant-Kessler
p. 290-296
Référence(s) :

IONESCU, CHRISTINA, éd. – Book Illustration in the Long Eighteenth Century. Reconfiguring the Visual Periphery of the Text. Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 2011, xv+609 pp. ISBN 978-1-4438-2585-9

Texte intégral

1Ce volume fait suite à un autre ouvrage, Christina Ionescu and Renata Schellenberg eds., Word and Image in the Long Eighteenth Century: An Interdisciplinary Dialogue (Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2008). Si on les lit en ordre chronologique, on s’aperçoit de la continuité de la démarche de l’auteur qui vise à ouvrir le champ des études du rapport texte-image à d’autres disciplines. Les deux livres sont solidaires, dans la mesure où Book Illustration (2011) s’attache à développer la partie sur les illustrations déjà ébauchée dans le volume de 2008.

2L’ouvrage de 2011 est divisé en quatre grandes sous-parties : « Mechanical Reproduction and Visual Depth », suivie de « Textual Matter as Paravisual Component ». La troisième section s’intitule « Textual Content and Visual Interpretation ». « Book Illustration and Visual Culture » clôt ce volume. L’ensemble est subdivisé en seize chapitres, qui chacun constitue une étude de cas et forme une unité autonome, tout en faisant le pari d’aborder l’illustration dans trois aires géographiques et culturelles différentes (France, Allemagne, Grande-Bretagne). Une majorité de chapitres porte sur le livre illustré français, mais on retrouve la dimension « European culture » déjà présente dans l’ouvrage codirigé par Ionescu et Schellenberg.

3Sept chapitres traitent d’œuvres illustrées dans le monde anglophone. Comme dans le volume de 2008, la multiplicité des points de vue domine le projet argumentatif. Bien que cette diversification soit un atout dans la mesure où elle étend le champ d’étude de l’illustration, elle induit toutefois une vision morcelée des problématiques, notamment parce que les grands thèmes des sous-parties ne créent pas toujours la cohésion attendue. Le chapitre 16, consacré à l’ornementation, aspect souvent négligé de l’illustration, propose une étude de cas en France. Il aurait été intéressant d’analyser en parallèle, par exemple, les pratiques ornementales similaires en Grande-Bretagne pour étayer davantage le propos et montrer l’importance de ce type de marges, en y intégrant, entre autre, l’influence du modèle iconographique des livres d’emblèmes.

4L’introduction annonce que le lecteur est invité à prendre chaque chapitre comme un nouveau point de départ pour sa propre réflexion au prisme d’une typologie qui se veut novatrice : « the chapters of this collection offer only a glimpse of where a complete reconfiguration of the visual periphery of eighteenth-century texts might ultimately take us » (49). La juxtaposition des essais (terme à prendre également au sens expérimental) rassemblés met en tension deux perspectives : l’ambition de donner un nouveau souffle théorique et méthodologique à un domaine constitué en discipline et la reconnaissance d’une limite intrinsèque au champ exploré. En lisant le deuxième volume de Ionescu on a le sentiment que la publication sériée dans un périodique serait peut-être plus adaptée, notamment au vu de la multiplicité des angles possibles et des possibilités de points de contact avec d’autres champs. Le fil conducteur de la démonstration est la redéfinition de la place du texte et de l’importance de l’image que Ionescu appelle « reconfiguring the visual periphery » (50). Le terme « representation » est néanmoins peu utilisé, ce qui peut paraître surprenant, vu le sujet de l’ouvrage. Étonnante aussi, cette formulation :« representation is indebted to art movements » (46). Du paratexte de Genette, l’auteur dérive un concept qui inverse la valeur accordée au texte au profit de l’image : « the text can act as a complement clarifying or elaborating on the beliefs, values and dreams of the society represented visually » (45). En s’appuyant sur ce présupposé, l’auteur retrace l’historiographie de l’illustration livresque durant le long XVIIIe siècle pour souligner à la fois les avancées (29) (« what recent studies in this area have in common, however is a resolute focus on word and image interaction » ([29]) et les manques (« theoretical indiciveness » [33]), notamment en matière de terminologie.

5Ce que l’ensemble vise à démontrer est la nécessité d’élaborer progressivement une épistémologie de l’illustration qui prenne en compte un postulat jusque-là minoré, à savoir, le champ est en constante quête de redéfinition et a besoin de se nourrir autant de l’histoire (ou plutôt des histoires) de l’art ou de l’apport des « visual studies » que de l’histoire des sciences, et de la philosophie. Comme il s’agit d’un ouvrage qui ambitionne de dresser un état des lieux et de rendre compte des grands courants théoriques portant sur l’illustration, on regrette d’autant l’absence d’une bibliographie générale, tout comme en 2008. Une telle bibliographie aurait permis d’avoir une vue d’ensemble plus synthétique et aurait amélioré la lisibilité. Une typographie compacte, ainsi que des notes infra-paginales denses et très (trop ?) nombreuses rendent fréquemment la lecture peu commode. Certaines pages comportent d’ailleurs plus de notes que de texte (25) et il est de ce fait parfois malaisé de distinguer entre ce qui est essentiel dans le corps du texte et ce qui semble être la suite du raisonnement ou de l’analyse iconographique en bas de page (484). De même, une conclusion générale aurait permis de créer une cohésion plus claire entre les diverses sous-parties et les chapitres individuels, qui restent souvent perçus comme des unités isolées. La conclusion de l’introduction (50) ne pallie pas ce manque. La dernière contribution se termine sur l’éloge d’une vertu dialogique (« the dialogue between the arts is organised in a space that, if shared, becomes perfectly defined » [604]) qui semble renier l’effort des chapitres précédents de mettre au jour les écarts et la diversité.

6Des reproductions en couleurs d’assez bonne qualité sont regroupées dans un cahier central. Comme dans le volume de 2008, chaque chapitre est assorti de quelques gravures, dont certaines sont malheureusement parfois peu satisfaisantes. C’est le cas des estampes du chapitre 4 (178-81). L’ouvrage est richement illustré. La liste des figures comporte 159 items mais aurait gagné à être accompagnée de numéros de pages, ne serait-ce que pour le lecteur qui souhaite reprendre le livre et s’attacher plus précisément à cet aspect particulier. C’est là un élément constitutif de l’ouvrage de 2008 qui aurait pu être repris. Étant donné la taille du volume et la multiplicité des points de vue selon lequel chaque auteur aborde la question de l’illustration, l’absence d’index (ni rerum, ni nominum) se révèle également très gênante.

7Dans un projet de cette envergure, il paraît difficile d’éviter une certaine inégalité dans la qualité des essais. En revanche chaque lecteur pourra y trouver, selon ses intérêts propres, une source de réflexion et tester l’approche critique proposée en fonction de ses propres objets d’étude. Ionescu a réuni des articles qui se penchent sur des aspects fréquemment négligés tels que la couleur, les variations de formats et les arts décoratifs. Dans les chapitres portant sur l’illustration en Grande Bretagne, on note des études très variées : les gravures de Blake pour les poèmes Night Thoughts de Young, la Boydell Gallery, la série de William Combe et Thomas Rowlandson The Tour of Dr Syntax in Search of the Picturesque, des éditions illustrées de The Dunciad, les jeux visuels dans Tristram Shandy, Evelina, The Mysteries of Udolpho, ou encore, des planches anatomiques d’obstétrique de 1660 à 1774. Ces deux derniers exemples s’appuient, d’une part, sur une analyse comparative qui vise à interroger la question du genre romanesque, en l’occurrence, le roman gothique à travers les illustrations, et d’autre part sur un corpus iconographique largement associé à un langage très métaphorique.

8De ces contributions on retiendra également Joseph Byrne qui étudie la profondeur de champ (visuel et métaphorique) dans les illustrations de Blake. L’auteur suggère notamment que Blake n’illustre pas mais « interroge » les vers de Young à plusieurs voix à travers des « suppléments » visuels, pour reprendre la terminologie de Christophe Martin. Le chapitre de Leigh Dillard – contributrice dans le volume de 2008 – propose le concept innovant de « parallel illustration » en se penchant sur la Boydell Gallery pour relier l’illustration romanesque à la production iconographique, tous médias confondus, de la même période. L’analyse de Dillard est fouillée et solidement argumentée. Susan Pickford propose une approche audacieuse en traitant les illustrations de Combe / Rowlandson comme des paratextes excentriques. Sur un plan terminologique, texte et image sont poussés là dans les derniers retranchements. Ce qui est constamment interrogé à travers ces essais est bien la valeur accordée (ou non) à la périphérie. En ce sens, la partie centrale (II) s’avère très efficace.

9La section III, consacrée à l’interprétation visuelle, est sans doute celle qui reflète le mieux que le volume tient du laboratoire expérimental, avec ses forces et ses faiblesses. Elizabeth Kubek met l’image d’illustration à la fois à l’épreuve du miroir lacanien et de l’anthropologie des primates. Toutefois l’exemple de Thomas Stothard (Novelist’s Magazine 1782) illustrateur de David Simple, entre autres, n’est pas convaincant. En effet « Stothard’s designs belied the novel’s grotesque ekphrasis » (424) est un propos surprenant pour un artiste dont l’œuvre gravée est empreinte de sentimentalisme et de pathos, que le sujet soit de la poésie comme celle de Shenstone, ou les nombreux romans illustrés par Stothard. La comparaison avec d’autres estampes du même artiste, publiées dans le même périodique (voir l’étude du contexte éditorial du Novelist’s Magazine des Harrison dans les travaux d’Eleanor Shevlin) aurait probablement été plus judicieuse.

10Au cadrage philosophique, dont l’intérêt n’est pas négligeable, il est nécessaire d’associer l’histoire du livre et de l’édition. C’est la conclusion à laquelle on aboutit, notamment en lisant le chapitre consacré aux jeux visuels et typographiques dans Tristram Shandy. Cet article aborde un aspect souvent traité du roman de Sterne (voir J. Barchas, P. de Voogd, C. Fanning ou W.B. Gerard), mais le fait de poser le terme « image » comme un équivalent d’« imagery » crée un amalgame qui dessert la démonstration. Le concept de « sémiosphère » mis en avant dans le raisonnement n’apparaît pas véritablement comme une approche qui permettrait de dégager une interprétation fructueuse et originale. Hormis les répétitions et les lacunes en matière de références bibliographiques sur Sterne, le chapitre offre une analyse du rapport texte-image émaillé d’approximations (mention d’une seule page noire [454] et d’une seule page marbrée [455], alors qu’il y en a deux dans les éditions originales). Le moulinet de Trim perçu comme un emblème de la liberté (433) n’est pas une révélation critique. Des formulations telles que « the productive contamination with the peripheral otherness beyond the frontier was encouraged in his narratives » (446) laissent le lecteur bien perplexe quant au rapport texte-image, tout comme la lecture d’une conclusion qui se veut édifiante : « the Shandean imagery is part of a philosophical rhetoric aimed at communicating a profound message » (459).

11Pour l’ensemble du volume, on retiendra l’ambition d’œuvrer en vue d’un acte réparateur. Ionescu veut favoriser l’image, par certains moments au détriment du texte, dont curieusement l’ancrage historique semble parfois remis en cause : « the scale can tip towards the image while the text becomes paravisual » (34). Dans cet ouvrage, autant l’« image » que « l’illustration » sont à prendre dans leur acception la plus large. Or, il est dommage de ne pas avoir saisi l’occasion de tenter justement une redéfinition de ce qu’est l’illustration. Doit-on se contenter d’appliquer à ce terme la définition que Christopher Flint donne de l’histoire du livre, « a baggy monster » (1) ? Dans le sillage d’études récentes, il est clair que l’étude de l’illustration ne peut être menée sans inclure un vaste contexte culturel et épistémologique. Le champ puise aux travaux réalisés dans des domaines tels que l’histoire de l’édition et du livre, la culture de l’objet et de la matérialité, ainsi que l’histoire des arts visuels. Book Illustration in the Long Eighteenth Century s’inscrit, à ce titre, dans la continuité des travaux menés sur le rapport texte-image durant le long XVIIIe siècle (Jean Hagstrum, Robert Halsband, Edward Hodnett, J. Hillis Miller, Peter Wagner, Janine Barchas) pour ne citer que ceux-là, et sur l’illustration dans les romans français (Alain-Marie Bassy, Christophe Martin, Philip Stewart, Nathalie Ferrand, Benoit Tane, Stephane Lojkine).

12Les réserves ponctuelles émises pour des articles spécifiques n’entachent en rien la qualité du volume dont il faut saluer la volonté novatrice, l’enthousiasme et l’audace, d’autant que Ionescu est bien consciente qu’il est illusoire d’envisager de couvrir le terrain. C’est un livre qui devrait figurer, aux côtés de celui de 2008, dans les rayons de chercheurs sur le long XVIIIe siècle qui s’intéressent à l’image, ainsi qu’à l’histoire du livre et de l’édition en Europe. L’illustration ne peut se réduire aux estampes dans les romans, mais gagne véritablement à être appréhendée en lien avec d’autres modes de représentation. Pour ce qui est de l’ouverture du domaine d’étude, et comme il s’agit d’un champ disciplinaire en mutation, à l’heure de la diffusion numérique et des bases de données en ligne, une plateforme regroupant les travaux et les bibliographies portant sur l’illustration serait sans aucun doute un outil bienvenu. D’autres formes d’expression visuelle, telle que la caricature, par exemple, auraient aussi pu figurer dans les articles qui participent de ce grand chantier de reconfiguration de la périphérie visuelle. Sans aucun doute, l’ouvrage de Ionescu nous invite à dépasser la vision héritée de l’homme des Lumières préoccupé par les correspondances ancrées dans le débat de l’ut pictura poesis afin d’embrasser la palette la plus large possible de ce que Peter de Bolla nomme « modalities of visualization » (44). Alors que s’amorce la deuxième décennie des années 2000, c’est peut-être ce terme qui serait le plus approprié pour résumer à la fois l’esprit de l’entreprise de Ionescu et les pistes ouvertes grâce au panorama dressé dans les volumes de 2008 et 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Friant-Kessler, « Christina Ionescu (éd.), Book Illustration in the Long Eighteenth Century. Reconfiguring the Visual Periphery of the Text », XVII-XVIII, 69 | 2012, 290-296.

Référence électronique

Brigitte Friant-Kessler, « Christina Ionescu (éd.), Book Illustration in the Long Eighteenth Century. Reconfiguring the Visual Periphery of the Text », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/657

Haut de page

Auteur

Brigitte Friant-Kessler

Université de Valenciennes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals