Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Robert Sayre, La Modernité et son autre. Récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIe siècle

Bécherel : Les Perséides, collection « Le monde atlantique », 2008. 254 pp. ISBN : 978-2-9155-9637-3
Marie-Jeanne Rossignol
p. 300-303
Référence(s) :

SAYRE, ROBERT. – La Modernité et son autre. Récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIe siècle. Bécherel : Les Perséides, collection « Le monde atlantique », 2008. 254 pp. ISBN : 978-2-9155-9637-3

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans le droit fil des précédents travaux de Robert Sayre qui avait publié avec Michael Löwy en 1992 chez Payot Révolte et mélancolie : le romantisme à contre-courant de la modernité dont une version augmentée parut en 2001 en anglais sous le titre Romanticism against the Tide of Modernity. La modernité, si l’on suit Robert Sayre, s’épanouit particulièrement dans les colonies britanniques d’Amérique du nord à la fin du XVIIIe siècle, où se répand très vite la culture de la consommation et la « mentalité marchande » (11) à l’époque de la Révolution américaine. Ce tournant vers la modernité, ou « transition vers le capitalisme » (17) est d’autant plus net en Amérique du nord qu’il s’accompagne de rencontres et de confrontations avec les sociétés « primitives », qui n’ont pas encore subi les défaites décisives du XIXe siècle. Ces sociétés ne paraissent cependant pas toujours si « autres » car nombre d’observateurs européens continuent alors de partager des valeurs pré-modernes, comme le « code de l’honneur » ou un « système de croyances totalisant » (12) et n’étaient pas sans apprécier les mentalités autochtones.

2A l’appui d’une thèse critique de la modernité, que Robert Sayre nourrit de riches lectures en ethno-histoire, en histoire économique et en sociologie, sont convoqués des auteurs célèbres de récits de voyages, issus des colonies britanniques ou de France. Une des nombreuses originalités de l’ouvrage consiste d’ailleurs à confronter les points de vue britanniques et français sur l’Indien. Robert Sayre choisit comme source principale des récits de voyages, très populaires au XVIIIe siècle, et s’affranchit délibérément des théories en vogue sur ce genre : selon lui, le voyageur ne se contente pas de porter un « regard impérialiste » (23), qui ne serait structuré que par des préjugés et des stéréotypes. En fait, souvent mus par la sympathie, les voyageurs en pays indien nous font partager dans leurs récits « l’interaction vivante » entre les deux cultures, de même que la connaissance qu’ils acquièrent ce faisant, et leur évaluation des sociétés rencontrées. Ainsi Robert Sayre s’intéresse-t-il aussi bien aux « manières de voir » des observateurs qu’à « ce qu’ils ont vu » (29). Et il cherche à indiquer leurs liens avec le romantisme naissant (conçu comme « nostalgie des valeurs pré-modernes » 71), tout en révélant les contradictions et ambiguïtés qui parcourent leurs œuvres. Au-delà des récits de voyage stricto sensu, l’ouvrage présente de nombreuses autres catégories de récits sur l’Amérique, de la « chorographie » (34) aux « récits militaires » et aux « récits de captivité » (bien connus), en passant par les œuvres littéraires ou histoires de peuples indiens (96).

3Robert Sayre ne prétend pas faire œuvre d’historien, et son corpus reflète des choix tout personnels, qui ne suivent pas toujours l’ordre chronologique : l’analyse des œuvres de Crèvecoeur et Fréneau, rédigées à l’époque de la Révolution américaine, est suivie par celle de récits coloniaux de captivité et de guerre, où la rencontre avec l’autre se décline sur le mode de l’« aventure », concept par lequel Sayre entend « le rapport violent avec l’Indien », et donc l’opposé de la « représentation d’une rencontre culturelle » (30). Remontant vers l’Amérique française dans le chapitre suivant, Robert Sayre examine les récits de Lahontan et Charlevoix, avant d’aborder les textes de colons britanniques, John Lawson et Jonathan Carver, et de clore son étude par un autre récit bien connu, celui du botaniste William Bartram : autant de documents rédigés avant la Révolution américaine. Ainsi s’empare-t-il d’une série de grands classiques, en français et en anglais. Il me sera difficile de rendre compte de toute la richesse d’une réflexion littéraire aussi étendue, qui inclut souvent d’autres récits encore sans les examiner de manière aussi détaillée. La lecture des notes de bas de page est d’ailleurs passionnante à soi seule.

4En s’attachant au travail de Crèvecoeur au début de l’ouvrage, Robert Sayre se heurte à la difficulté d’un auteur qui ne cessa de réécrire ses textes et de se réinventer : face à la tentation du retour à la vie primitive, Crèvecoeur ne cède jamais à la « sympathie intégrale » (60). En revanche, à travers sa présentation des différentes couches sociales de l’Amérique, il n’est guère difficile de percevoir une désapprobation de la mentalité mercantile. Philip Fréneau, connu pour son engagement politique auprès de Thomas Jefferson fut, à la différence de Crèvecoeur, un partisan affirmé de la Révolution américaine, et pourtant, il devint un critique de la nouvelle réalité sociale et économique des Etats-Unis après l’Indépendance, partagé entre son romantisme et la « perspective des Lumières » (71), allant jusqu’à adopter dans ses écrits le point de vue de l’Indien pour mieux critiquer l’amour américain de la propriété. Mais chez Fréneau, cet intérêt pour l’Indien ne repose pas sur une connaissance réelle. Robert Sayre s’emploie dans le chapitre suivant à nous plonger dans les récits coloniaux qui dépeignirent la « violence » des autochtones avec « pour conséquence la mise à distance ou le refus de l’Autre » (94), par le biais de la technique de « l’aventure », « degré zéro » de la rencontre. Ces textes dépeignent l’altérité radicale de l’Indien ; mais à l’époque coloniale, ils n’en constituent pas la seule représentation, car ils coexistent avec les « récits ethnographiques », véritables « récits de voyage » si l’on définit ce genre, à la suite de Robert Sayre, comme instrument de « traduction culturelle » (129). Selon lui, de tous les genres littéraires qui rendent compte de la vie indienne, seuls les récits de voyage traduisent l’expérience de la rencontre. La Nouvelle France est, de ce point de vue, une aire culturelle beaucoup plus favorable que les colonies britanniques : le commerce moderne y est moins développé, les contacts entre Indiens et Européens plus fréquents, ce qui peut expliquer les textes de Lahontan et Charlevoix, dont la vision positive des autochtones connut un grand retentissement. Au chapitre suivant, Robert Sayre se tourne vers deux voyageurs des colonies britanniques, John Lawson et Jonathan Carver : si Lawson perçoit les Indiens à travers le filtre des préjugés de sa société, Carver, plus ouvert face à cette civilisation différente, accroît, au fil des évolutions de son œuvre, la part de l’« aventure » aux dépens de la rencontre. Alors que les voyageurs francophones semblent plus disposés à une expérience culturelle authentique avec l’autre, Robert Sayre réserve pourtant sa plus grande admiration pour William Bartram, le botaniste quaker : car Bartram articule sa critique de la civilisation moderne à de fécondes rencontres avec les indigènes « au sein d’une Nature ‘enchantée’«  (210), ce qui fait de lui l’inspirateur des romantiques (Wordsworth, Carlyle, Chateaubriand et Coleridge). En fait, c’est parce que Bartram exprime dans ses écrits « une sensibilité à contre-courant de la société de son temps » qu’il peut connaître « une expérience privilégiée de la rencontre avec l’Autre » (213).

5S’inscrivant à contre-courant d’une certaine historiographie du récit de voyage pour qui tout voyageur occidental ne peut porter qu’un « regard impérial » sur les autochtones des contrées visitées, cet ouvrage ose des comparaisons assez inhabituelles, rend aux premiers contacts entre Européens et Américains une fraîcheur originelle, et se lit en conclusion avec plaisir et intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jeanne Rossignol, « Robert Sayre, La Modernité et son autre. Récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIe siècle », XVII-XVIII, 69 | 2012, 300-303.

Référence électronique

Marie-Jeanne Rossignol, « Robert Sayre, La Modernité et son autre. Récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIe siècle », XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/663

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals