Navigation – Plan du site
Actualités

Pyrotechnies

Le comité de rédaction
p. 102-103

Texte intégral

1La question pyrotechnique abordée dans le dernier numéro de 7895, trouvait, par le biais de l'étude de Thierry Lefebvre, « Filmer la Bombe A », à se relier à l'exposition de la Fondation Cartier, « Ce qui arrive », conçue par Paul Virilio. Cette dernière offrait en effet un utile contrepoint et contrechamp aux beautés de ces spectacles en s'attachant à leur dimension dramatique et mortelle : explosions atomiques, destructions de guerre, crashes en tout genre (Tchernobyl, Wall Street, etc.) sous le signe de l'effondrement de la Tour de Babel, la Babylone qui, quelques semaines plus tard, allait connaître à son tour l'embrasement et la destruction, y compris de ses patrimoines culturels. Cette entrée en matière nous ramène ainsi aux suites de l'incendie de Roye où la BiFi avait entreposé quelques dizaines de milliers de cartons d'archives.

21895 est demeurée à peu près seule en France à se préoccuper de cette catastrophe et notre revue continuera d'en évaluer l'importance ou l'écho pour ses lecteurs.

3En France l'événement lui-même semble oublié si l'on excepte Le Courrier picard qui y revient le 23 janvier 2003 sous l'angle des conditions d'exploitation de ce centre d'archivage construit sans autorisation et qui s'est vu depuis retirer l'autorisation d'exploitation par le préfet (p. 3 : « Le centre Intradis de Roye stockait aussi les irrégularités »). C'est plutôt à l'étranger que l'on s'en est inquiété. Sans compter les chercheurs et les institutions qui se sont adressés à notre association, Immagine, la revue de l'Association italienne de recherche et d'histoire du cinéma, a repris des extraits de notre dossier du n° 37. Dans Sight and Sound (vol. 12, issue 8 August 2002, pp. 24-25), sous le titre « Incinerated Cinema », David Robinson, co-directeur des « Gionarte del cinema muto » de Pordenone-Sacile et co-directeur de Griffithiana, informe le public anglophone de l'incendie en des termes très durs pour les conditions de conservation et de mise à disposition des archives non-film en France et pour ce qu'il appelle la « bureaucratie » de ce pays. Dans Film History (vol. 15, n° 1, 2003, pp. 106-109), Janet Bergstrom, sous le titre « Bibliothèque du Film, Paris : a fire and its conséquences », relate les événements, le bilans des pertes et les réactions qu'ils ont suscités, mais surtout s'interroge sur la politique de classement des fonds, de conservation et de consultation que cet incendie a, en quelque sorte, mis en lumière. En particulier, elle met en garde, en alléguant les expériences américaines en la matière, contre l'utopie de la digitalisation et de la bibliothèque électronique « en ligne » et plaide pour la conservation et le soin apporté aux archives qui contiennent toujours plus de potentialités que les bases de données n'en retiennent. Quant aux obstacles juridiques (liés au statut des fonds déposés à la BiFi), l'auteur écrit que « si les critères de la BiFi étaient utilises a UCLA, personne ne pourrait accéder aux archives des studios Fox, qui ne sont que « déposées », ou de la RKO, qui ne sont pas cataloguées par le personnel d'UCLA ». En conclusion J. Bergstrom espère qu'« à la lueur de cet incendie » la BiFi entreprendra de réévaluer sa politique en fonction des besoins des chercheurs français et francophones.

4Depuis sa « première » publication du bilan des destructions que la BiFi a mis à disposition sur internet, aucune nouvelle information n'est venue confirmer ou infirmer la perte de tel ou tel ensemble des collections de la Cinémathèque française ou de l'Idhec. La Cinémathèque avait demandé à la BiFi de lui communiquer un relevé complet des fonds qu'elle lui avait confiés (et qu'elle n'avait, elle-même, pas répertoriés auparavant), mais, à ce jour, ce catalogue demeure extrêmement vague, n'énumérant que des ensembles non détaillés voire à peine identifiés. Ce n'est donc qu'à partir des demandes que peuvent formuler des chercheurs qui connaissaient déjà l'existence de certains fonds et que la BiFi se voit dans l'incapacité de mettre à disposition pour consultation, qu'on peut déduire que ceux-ci ont disparu.

5Si l'information demeure lacunaire, certains effets sont par contre perceptibles. La publication périodique de la BiFi, Moteur (hiver 2003), a ainsi publié un article ventant les conditions d'archivage, d'indexage, d'accueil et de collaboration avec les chercheurs (l'un d'eux a entretemps réagi pour démentir le satisfecit que se décernait l'institution en le donnant en exemple). Le colloque de la BNF, dont il est rendu compte plus loin, a retenti de l'écho assourdi des remises en questions de certains usages de la maison. On a ainsi dessiné, dans un cadre réunissant surtout des responsables d'institutions de conservation, la perspective d'une collaboration entre la BNF et la BiFi où les savoirs-faire de la première en matière de conservation et de traitement de fonds « papiers » devraient bénéficier à la BiFi. L'hypothèse d'une formation spécifique au traitement des fonds papiers « de cinéma » a été formulée, mais laisse cependant songeur, puisque imprimés, manuscrits, photographies, maquettes de décors et de costumes, affiches de cinéma devraient répondre aux mêmes critères de conservation, traitement, préservation, etc. que leurs homologues concernant d'autres champs artistiques ou documentaires, conservés depuis longtemps selon des critères éprouvés à l'Arsenal, à la BNF ou ailleurs. Enfin le rapport Toubiana, « Toute la mémoire du monde », semblait envisager de replacer la BiFi sous l'autorité de la Cinémathèque dans la perspective de l'installation à Bercy. Depuis lors l'auteur ayant été nommé directeur de la Cinémathèque, avec l'assentiment du CNC, il ne reste qu'à « attendre et voir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Le comité de rédaction, « Pyrotechnies », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 40 | 2003, mis en ligne le 22 mai 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/1895/3492

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page