Navigation – Plan du site
Biographies

Robert Collard (1884-1973) dit Lortac

Brigitte Delpech et Valérie Vignaux
p. 268-279

Texte intégral

  • 1 Archives privées Robert Lortac.

11884
Naissance de Robert Collard à Cherbourg car son père, officier de métier, s’y trouvait en garnison, garde principal d’artillerie de marine.1

21889
Le père prend sa retraite et la famille s’installe à Paris, 122 rue d’Assas.

31894
Son père qui souhaite lui voir accomplir une carrière d’officier, le fait entrer au Prytanée militaire de la Flèche.

  • 2 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, fonds Raymond Maillet, Association (...)
  • 3 Ibid.

4c. 1900
Il se fait renvoyer l’année du baccalauréat et échoue à l’examen, son père accepte qu’il suive des cours de dessins. Il suit d’abord les cours de l’Académie Delecluze et parvient à placer des dessins dans les hebdomadaires satiriques de l’époque : le Bon Vivant, le Pêle Mêle, il publie également des nouvelles ou des articles qu’il illustre. Il est élève des Beaux-arts dans l’atelier Cormon2. Il fréquente les bals d’artistes : Bal des Colaram, Bal Julian, Bal des Quat Z’arts.3

5Vues pelliculaires publiées dans la revue Après l’école, revue destinée aux instituteurs et les conseillant dans l’organisation de séance d’éducation populaire. Émile Cohl ou Benjamin Rabier y publient également des séries d’images.

61904
Robert Collard accomplit son service militaire.

71906-1914
Il rencontre une jeune femme, prénommée Marthe, avec laquelle il se marie en 1909. Il dessine pour annoncer les pièces de théâtre dans la presse ( Nick Carter à l’Ambigu, Arsène Lupin à l’Athénée ). Il collabore à des journaux comme l’Actualité littéraire et artistique, Paris-Théâtre, le Cri de Paris, la Vie à Paris. Il dessine les comédiens pour illustrer les comptes-rendus des pièces qui paraissent le lendemain.

8Il publie des dessins dans l’Illustré national ( 1900 et 1902-1917 ) ; le bon Vivant ( 1900-1901 ) ; la Caricature ( 1901 et 1904 ) ; Polichinelle ( 1901-1909 ) ; l’Album comique de la famille, le Pompon ( 1902 ) ; le Petit Illustré Amusant ( 1902-1903 et 1909-1910 ) ; le Pêle-Mêle ( 1903-1913 ) ; le Sans-Souci ( 1904 ) ; les Images pour rire ( 1905 ) ; l’Indiscret ( 1905-1906 ) ; Qui Lit Rit ( 1908 ) ; le Journal du dimanche, le Matin ( 1909 ) ; Mon copain du dimanche, le Courrier français ( 1911 ) ; Pages Folles ( 1912 ) ; le Bonnet Rouge ( 1913 ) ; la Presse ( 1914-1917 ) ; le Rire ( 1915 et 1917 ) ; Radio Magazine ( 1932-1934 ) ; le Petit Détective ( 1936 ) ; Francis ( 1938 ) ; Ololé ( 1941 ) ; le Bon Point, Petits albums comiques pour la famille, la Gazette de Lausanne ( Suisse ).

91914
Il réalise son premier film en prise de vue réelle : le Savant Microbus et son automate. Lortac y figure, ainsi que sa femme.

10Lortac est mobilisé.

  • 4 «  Certificat d’origine de Blessure de guerre  », archives privées Robert Lortac.
  • 5 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

111915
« Le 25 mai 1915 à 14 h 30 à été atteint à l’attaque d’une tranchée ennemie de plusieurs projectiles à l’épaule droite. Collard se plaignit aussitôt de très vives douleurs et dût être évacué le jour même sur une formation sanitaire. Fait aux armées le 30 mars 1916 »4.
« Sous-officier au 3e bataillon de chasseurs à pieds. Blessé à Notre-Dame de Lorette ( … et à l’épaule ). Croix de guerre. Médaille Militaire »5.

  • 6 Raymond Maillet, «  Les pionniers du cinéma d’animation français  », Écran 73, n° 11, janvier 1973.

121916
« Il réalisa ses premières bandes chez Pathé, en 1916. C’est à cette époque qu’il eut l’occasion de rencontrer Cohl et de travailler à des courtes bandes – 15 à 20 mètres – insérées dans les actualités Éclair-Journal »6.

  • 7 Lortac, Lettre du 29 février 1940, à Walt Disney, Archives privées Robert Lortac.

13 «  I am making cartoons since 1916. I have well known Émile Cohl, who invented it » 7 .

14Papier à lettre : Atelier R. Lortac, fondé en 1916. 16 rue Gutenberg, Montrouge-Seine.

  • 8 Raymond Maillet, «  Les pionniers du cinéma d’animation français  », art. cit.

15« C’est en [1916] qu’il paraît avoir fondé à Montrouge le premier studio européen et constitua sa première équipe qui comprit jusqu’à 15 personnes disposant de cinq caméras. Parmi ceux-ci, Cavé, Cheval, Émile Cohl lui-même, Raoul Guérin, Quésada, Landelle, Maleva, Antoine Payen, Poulbot, André Rigal et Raymond Savignac »8. Mais aussi Jodelet, Leyritz ou Hémard.

  • 9 Pierre Tchernia et Raymond Maillet, Le dessin animé français, catalogue, Paris, Musée de la Seita, (...)

16« En [1916], il fonda sa propre firme qui, après avoir réalisé quelques films animés comiques peu viables au plan économique, choisit de s’orienter vers le dessin animé publicitaire. […] avec cinq caméras installées dans le pavillon occupé par Lortac à Montrouge et boutique rue de la Tombe-Issoire, constitua le premier studio d’envergure en activité en Europe »9.

17Premiers films de propagande pour les actualités Gaumont : la Marmite norvégienne ; Monsieur Wilson ; Conseils pour la vie chère ; Et nos poilus qu’en pensent-ils ?

  • 10 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.
  • 11 Pierre Tchernia, Raymond Maillet, Le dessin animé français, op. cit.

181917
« En 1917, mission artistique aux États-Unis avec une exposition circulante de tableaux de guerre exécutés par des peintres français combattants »10.
« C’est aux États-Unis, où il présentait une exposition d’œuvres réalisées par des artistes français mobilisés, qu’il découvrit la capacité de production des studios américains »11.
Il est chargé de recueillir des fonds et il accompagne une exposition itinérante d’œuvres d’artistes français mobilisés.

191918
Premiers films de propagande sanitaire : la Tuberculose menace tout le monde ; Pour Résister à la tuberculose soyons forts.
Robert Lortac, Un gosse héroïque, Paris éditions Rouff, 1918.
Robert Lortac, Le Roman d’un Sénégalais, Paris, éditions Rouff, 1918.
Robert Lortac. Un coup de main au nord de Soissons, Paris, éditions Rouff, 1918.

  • 12 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.
  • 13 Idem.

201919
« De 1919 à 1945, chef d’atelier des dessins animés de Publi-Ciné ( films publicitaires ) »12.
Début des films de « propagande » commerciale – ou publicitaire13.

  • 14 Savignac, Savignac affichiste, Paris, Robert Laffont, 1975.

211920
Description de l’activité d’après le papier à lettres : « Dessins animés en noir et en couleurs, sonores et parlants, prises de vues mise en scène. Films publicitaires : humoristiques ou documentaires. Reproduction d’affiches et produits en noir et en couleurs. Films de poupées. Films documentaires : scientifiques et pédagogiques ( dessin animé et prise de vues ). Titrages de films : noir et couleur. Sonorisation : speaker. Compositions musicales. Enregistrement. Scénarios et croquis : préparatoires. Devis forfaitaires.
« Lortac établissait dans sa villa des scénarios qu’un petit nombre de dessinateurs exécutaient dans le grenier aménagé en studio de dessin. Les prises de vue se tournaient dans une baraque au fond du jardin »14.

  • 15 Raymond Maillet, «  Les pionniers du cinéma d’animation français  », art. cit.

22Premier Canard en ciné.
« À citer également un supplément satirique aux actualités hebdomadaires le Canard en Ciné “ Premier journal gai de dessins animés assaisonné par l’Atelier Lortac ” »15.

  • 16 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

23Films publicitaires pour Citroën « en collaboration avec Baudry de Saunier »16.

241921
Réalisation pour Pencil-film et Trust-film ( Genève ) de Histoire de M. Vieux-Bois, en 3 parties adaptation de l’album de caricatures de R. Töpffer, avec droit d’exclusivité pour la Suisse pour 5000 francs français.

251923
Distribution des films en Pathé-Baby : « Le format n’était pas propice aux films longs. Lortac a donc coupé ses films déjà tournés en épisodes indépendants et conçus les suivants en fonction de cette contrainte, à l’exception de Cendrillon qui était divisé en plusieurs bobines »17.

26Films publicitaires pour la Seita.

271924
Il expose au Musée Galliéra, pour l’Exposition « l’Art dans le cinéma français » les dessins du film le Parfum, c’est la femme.

281926
Films publicitaires pour le Vin Nicolas.

  • 18 Alain Weill, Nectar comme Nicolas, Paris, Herscher, 1986.

291931
Bande dessinée publicitaire : les Cafés Nizières.
« La Gazette de Nectar nous apprend qu’en janvier 1931 ces petits films [les publicités pour les vins Nicolas] passaient dans quarante salles à Paris »18.

301932
Robert Lortac, Le Dernier bandit corse, Paris, éditions Rouff, 1932.

  • 19 Cf. Brigitte Delpech, « Robet Lortac », art. cit.

311935-36
Fin du studio19.

321936
Robert Lortac, L’École à roulettes, éditions Rouff, 1936.
Robert Lortac. Un aviateur de quatorze ans, Paris, éditions Jules Tallandier, 1936.

331937
Robert Lortac, Le Vol de la banque Merville, Paris, éditions Rouff, 1937.
Robert Lortac. La Machine infernale, Paris, éditions Rouff, 1937.
Robert Lortac, L’Amazone de Béhanzin, Paris, éditions Rouff, 1937.

341938
Procédé de publicité lumineuse : système Amiot-Lenz-Lortac pour l’obtention de dessins animés lumineux. Brevet déposé en juillet 1931.
Robert Lortac, Démonax, Paris, J. Tallandier, 1938.

351940
Robert Lortac, Les pièges infernaux, Paris, éditions Rouff, 1940.
Robert Lortac, Deux scouts intrépides, Paris, Jules Tallandier, 1940.
Robert Lortac, La fin sans gloire du « Graf von Spee », Paris, éditions Rouff, 1940.

  • 20 Pierre Tchernia, Raymond Maillet, Le dessin animé français, op. cit.

361942
« Après trente années de production continue, la Seconde guerre mondiale venue, Lortac renonça et s’adonna à la littérature »20.

  • 21 Cf. Brigitte Delpech, « Robert Lortac », art. cit.
  • 22 Raymond Maillet, «  Les pionniers français de l’animation  », art. cit.
  • 23 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

371943
Il publie un ouvrage intitulé l’Aventure commencera ce soir ( Paris, éditions Colbert, 1943 ). « Le roman raconte l’histoire d’un homme qui débarque un soir, par hasard, à la suite d’un accident dans la demeure d’un couple étrange. Il tombe amoureux de la femme, qui se laisse séduire. Petit- à petit, il comprend que les deux époux possèdent le secret de l’immortalité et qu’il s’agit d’Héloïse et Abélard… »21.
« Il obtint même le prix des Nouveaux temps en 194322 » « décerné par un jury composé de MM. Abel Bonard, Pierre Benoit, A. de Chateaubriant, Sacha Guitry, Abel Hermant, Drieu la Rochelle, L.-P. Fargue, Bernard Grasset, José Germain, La Varende, Pierre Mac-Orlan, Charles Méré, Edmond Pilon, Georges Prat-Renaitour, André Salmon, Georges Simenon, Georges Suarès, Henri Troyat et Guy Saccarelli. Les droits d’adaptation au cinéma ont été acquis en 1943 par le metteur en scène Clouzot, alors directeur de Continental Film »23.
Roman adapté au cinéma en 1965 par Yvan Govar sous le titre Un soir, par hasard avec Annette Stroyberg, Michel Le Royer, Pierre Brasseur, Jean Servais, Gil Delamare.

  • 24 Archives privées Robert Lortac.

38Robert Lortac, À la découverte de Ker-Is, la mystérieuse cité sous-marine, Landerneau, édition de propagande culturelle bretonne pour la jeunesse ( Urz Goanag, Breiz-Olole ), 1943.
Extrait d’une lettre « Sais-tu à combien s’élevait la fortune de la famille Collard ce matin ? exactement à 0 fr. et 70 centimes. Ce soir, elle s’élève à 10 000 fr. et 70 centimes… Plus les espérances… Mais les prochains mois vont être encore très difficiles… »24.

  • 25 Cf. Brigitte Delpech, « Robert Lortac », art. cit.

391945
Après la Libération Lortac vend sa dernière caméra et abandonne le dessin animé et la publicité. Il écrit des scénarios de bandes dessinées et se consacre à la peinture25.

  • 26 Archives privées Robert Lortac.

40Sans date.
Exposition à Nantes : « Paysages de montagnes construits, vieilles maisons de province pleines de charme et de mystère, Fontainebleau et sa forêt pittoresque, quelques notes claironnantes du midi et aussi des vues de Seine lumineuses et vivantes. […] Chez Lortac dominent un sens décoratif très affirmé, une mise en page intelligemment comprise et une franchise d’exécution dûe au solide métier du dessinateur. […] Dessinateur, peintre, Lortac est aussi un aquarelliste de talent. Regardez ces fraîches plages du Finistère, si pleines de poésie, ou ces visions si caractéristiques de Bruges, ou encore ces vivants et amusants croquis de types bretons, véritables “ dessins animés ” »26.

  • 27 Anonyme, Introduction du Livre d’or des Halles Centrales, Paris, éditions du Léon, 1946.

411946
Le livre d’or des Halles Centrales, ( Paris, éditions du Léon, 1946 ) : « Nous croyons superflu de présenter à un public parisien Robert Collard, créateur en France de la publicité cinématographique par dessins animés, peintre de paysages et de portraits, et écrivain dont le roman fantastique, l’Aventure commencera ce soir, a remporté un récent prix littéraire. Outre ces activités multiples, ce normand têtu ne s’est-il pas avisé de condenser en albums la vie intense des Halles et d’y fixer les traits d’un grand nombre de ceux qui y besognent durement chaque jour ? […] Les voici, ces croquis-express, qui ne visent qu’à la ressemblance et à faire sourire, sans l’ombre d’une méchanceté. […] nos brochures, illustrées par les croquis de Robert Collard, qui n’ont d’autre prétention que de collectionner les coins et les types pittoresques, et de constituer un fidèle et vivant souvenir des Halles centrales 1946 et de leur population laborieuse »27.

421946
Le 16 février 1946, Robert Lortac s’entre-tient avec Musidora à la Cinémathèque française dans le cadre de la Commission de recherches historiques.

431950
Dessins publicitaires sur le modèle d’Épinal Linsvoges et et pour les lames Essor.

441952
Robert Lortac, Fugue en ballon, Paris, Ferenczi, 1952

451953
Robert Lortac, Crimes pour le radium, Paris, Ferenczi, 1953.
Robert Lortac, Capteurs de fauves, Paris : Ferenczi, 1953.

  • 28 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

461955
Scénarios de la bande dessinée Bibi Fricotin :
N° 1, Bibi Fricotin et les soucoupes volantes, N° 29, Bibi Fricotin et le Bathyscaphe ; n° 32, Bibi Fricotin la vie en l’an 3000 ; n° 33, Bibi Fricotin des martiens sur la terre.
Robert Lortac signale ces titres d’une croix, probablement parce qu’il y aurait contribué : n° 13, Bibi Fricotin n’a peur de rien ; n° 14, Bibi Fricotin fait du cinéma ; n° 17, Bibi Fricotin inventeur ; n° 18, Bibi Fricotin fait de la publicité ; n° 23, Bibi Fricotin nouveau robinson ; n° 26, Bibi Fricotin et le diamant noir ; n° 27, Bibi Fricotin et les faux tableaux ; n° 28, Bibi Fricotin et le testament mystérieux ; n° , Bibi Fricotin et le bathyscaphe.
« Textes de 25 albums Pieds Nickelés et Bibi Fricotin, société Parisienne d’édition. Textes d’histoire de science-fiction illustrée, publications Artima 1948-1963 »28.

471958-1963
Lortac écrit des scénarios pour la revue Spoutnik, éditions Artima, Tourcoing, 1958
N° 4, Spoutnik, au secours de Mars, mars 1958.
N° 5, Spoutnik, Titania, avril 1958.
N° 33, Spoutnik, Pilote tempête, la fin des Naugars, août 1960.

48Il collabore encore à la bande dessinée de science fiction Méteor, n° 31 : Menace pour la terre ; Guerre climatique 1959.

491973
Décès de Robert Collard le 16 avril 1973 à l’âge de 89 ans.

  • 29 Ibid.

50« L’œuvre de Lortac, de son vrai nom Robert Collard, est, quantitativement, la plus importante de l’histoire du film d’animation en France »29.

  • 30 Raymond Maillet, «  Les pionniers français de l’animation  », art. cit.

51« La filmographie de Lortac est des plus difficiles à établir, les dates de réalisation avancées jusqu’ici étant souvent assez approximatives. […] ainsi que d’innombrables films publicitaires jusqu’en 1945 quand Havas absorba Publi-ciné fondé 25 ans plus tôt »30.

  • 31 Cf. Brigitte Delpech, « Robert Lortac », art. cit.

52« La présentation groupée du travail de Lortac permettra de mettre en évidence son unité, cette marque de fabrique qui caractérise sa production, fondée sur l’humour et la fantaisie, et ses thèmes préférés ( les inventions farfelues d’un savant comme Mécanicas, les cauchemars de la modernité : cette unité qui est une conjonction de sa personnalité et de l’esprit de l’époque »31.

Haut de page

Notes

1 Archives privées Robert Lortac.

2 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, fonds Raymond Maillet, Association française du cinéma d’animation.

3 Ibid.

4 «  Certificat d’origine de Blessure de guerre  », archives privées Robert Lortac.

5 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

6 Raymond Maillet, «  Les pionniers du cinéma d’animation français  », Écran 73, n° 11, janvier 1973.

7 Lortac, Lettre du 29 février 1940, à Walt Disney, Archives privées Robert Lortac.

8 Raymond Maillet, «  Les pionniers du cinéma d’animation français  », art. cit.

9 Pierre Tchernia et Raymond Maillet, Le dessin animé français, catalogue, Paris, Musée de la Seita, 1981.

10 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

11 Pierre Tchernia, Raymond Maillet, Le dessin animé français, op. cit.

12 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

13 Idem.

14 Savignac, Savignac affichiste, Paris, Robert Laffont, 1975.

15 Raymond Maillet, «  Les pionniers du cinéma d’animation français  », art. cit.

16 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

17 Cf. Brigitte Delpech, « Robet Lortac », www.lips.org/bio_lortac.asp.

18 Alain Weill, Nectar comme Nicolas, Paris, Herscher, 1986.

19 Cf. Brigitte Delpech, « Robet Lortac », art. cit.

20 Pierre Tchernia, Raymond Maillet, Le dessin animé français, op. cit.

21 Cf. Brigitte Delpech, « Robert Lortac », art. cit.

22 Raymond Maillet, «  Les pionniers français de l’animation  », art. cit.

23 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

24 Archives privées Robert Lortac.

25 Cf. Brigitte Delpech, « Robert Lortac », art. cit.

26 Archives privées Robert Lortac.

27 Anonyme, Introduction du Livre d’or des Halles Centrales, Paris, éditions du Léon, 1946.

28 Lettre de Robert Lortac à Raymond Maillet, datée du 6 juin 1967, archive cit.

29 Ibid.

30 Raymond Maillet, «  Les pionniers français de l’animation  », art. cit.

31 Cf. Brigitte Delpech, « Robert Lortac », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Delpech et Valérie Vignaux, « Robert Collard (1884-1973) dit Lortac », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 59 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/1895/3942 ; DOI : 10.4000/1895.3942

Haut de page

Auteurs

Brigitte Delpech

Brigitte Delpech a réalisé des documentaires pour Canal +, France 2 et ARTE (« Économie de la débrouille à Nouakchott », « Urss-Afrique, voyages d’amour », « Séduction, mariage et divorce en Mauritanie », « Troisième sexe à Istanbul », « Punk Français, légèrement destroy », « Dix jours avec Kiarostami », « Visages d’Europe (Grèce, Danemark, Irlande) »…). Petite fille de Lortac, elle a le projet d’un film sur son grand père, qu’elle a bien connu puisqu’elle habitait avec lui (et sa famille) dans la maison de Montrouge, autrefois studio de dessins animés.

Brigitte Delpech has made documentaries for Canal +, France 2 and ARTE (« Économie de la débrouille à Nouakchott », « Urss-Afrique, voyages d’amour », « Séduction, mariage et divorce en Mauritanie », « Troisième sexe à Istanbul », « Punk Français, légèrement destroy », « Dix jours avec Kiarostami », « Visages d’Europe (Grèce, Danemark, Irlande) »). The granddaughter of Robert Lortac, she would like to make a film about her grandfather, whom she knew well, since she lived with him (and his family) in the house in Montrouge, formerly the animation studio.

Valérie Vignaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page