Navigation – Plan du site
Études

Le cinéma ethnographique en France : le Comité du Film Ethnographique, instrument de son institutionnalisation ? (1950-1970)1

Ethnographic cinema in France: the Committee of Ethnographic Film as an instrument of institutionalisation? (1950-1970)
Alice Gallois
p. 80-109

Résumés

Dans l’après-guerre, le cinéma ethnographique, longtemps assimilé au cinéma exotique, s’affirme comme une réelle pratique scientifique. Sous l’impulsion d’ethnographes et de cinéastes est fondé le Comité du Film Ethnographique (CFE) au Musée de l’Homme qui va activement œuvrer pour la reconnaissance de ce cinéma et de la démarche qui le sous-tend. Le CFE s’affirme ainsi comme une école informelle où s’élabore la figure de l’ethnologue-cinéaste. C’est à partir du dépouillement de multiples rapports et compte-rendus d’activités que cet article se propose d’examiner ce processus d’institutionnalisation d’une pratique scientifique nouvelle et son rayonnement national et international.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte a fait l’objet de plusieurs critiques et commentaires ; que leurs auteurs, parmi lesquels (...)
  • 2 Marc-Henri Piault, Anthropologie et cinéma, Paris, Nathan, 2000, p. 10.

1Le cinéma et l’ethnographie forment d’une certaine manière « les enfants jumeaux d’une entreprise commune de découverte, d’identification, d’appropriation, et peut-être d’absorption et d’assimilation du monde et de ses histoires »2. Les sujets « exotiques » sont une source inépuisable d’inspiration tant pour les cinéastes que pour les photographes. Durant les premières décennies, les grandes expéditions à vocation ethnographique sont équipées de moyens d’enregistrement performants et accompagnées d’opérateurs spécialisées. La plupart des films qui en résultent s’apparentent à des documents bruts n’ayant subi aucun montage.

  • 3 À ce sujet, cf. notamment Pierre Boulanger, le Cinéma colonial de l’Atlantide à Lawrence d’Arabie, (...)

2Au cours des années 1920, les documentaristes français se sont largement employés à évoquer les grandes expéditions et en particulier l’exploration saharienne. À titre d’exemple, le film de Léon Poirier [et André Sauvage], la Croisière noire (1924) relate une expédition en Centre-Afrique menée par Citroën. Ce documentaire romancé annonce une série d’autres films réalisés dans les terres lointaines, chères au dépaysement du public occidental, qui participent le plus souvent à la propagande coloniale3.

3De façon générale, si le cinéma documentaire se popularise, l’anthropologie se cantonne pour l’essentiel dans la réalisation de séries-inventaires ou de programmes thématiques confiés généralement à des cinéastes professionnels. L’image se limite alors principalement au moyen de collecte de données ethnographiques, au même titre que le carnet de notes, ou à l’illustration d’une pratique sociale ou culturelle déjà observée (film d’enseignement).

  • 4 Marcel Griaule, Méthode de l’ethnographie, Paris, PUF, 1957, p. 85.

4Dans l’entre-deux-guerres, les expériences filmiques menées par des ethnologues peinent à se distinguer de la production commerciale de l’époque. Ainsi, les films, que Marcel Griaule a tournés chez les Dogons, Au Pays des Dogons (1935) et Sous les Masques Noirs (1938), sont empreints de la forme et du ton du commentaire propre au style des Actualités françaises de l’époque. À ses yeux pourtant, le film a « une valeur d’archives à laquelle on se réfère comme à une fiche ou à un objet » et peut s’affirme comme « un moyen extrêmement efficace d’enseignement »4. Le cinéma ethnographique se cherche ainsi une identité autre que le cinéma d’exploration ou que le carnet de notes filmé.

  • 5 André Leroi-Gourhan (1911-1986), ethnologue et préhistorien français, a profondément renouvelé la m (...)
  • 6 Cf. Claudine de France, « Corps, matière et rite dans le film ethnographique », Pour une anthropolo (...)
  • 7 André Leroi-Gourhan, « Cinéma et sciences humaines - le film ethnologique existe-il ? », Revue de G (...)
  • 8 Comme le notent Marc Augé et Jean-Paul Colleyn, « dans l’usage courant, malgré des mises au point r (...)
  • 9 André Leroi-Gourhan, op. cit.

5L’utilisation du film comme outil d’investigation scientifique est loin de faire l’unanimité dans les sphères institutionnelles françaises quand, en 1947, l’ethnologue et préhistorien André Leroi-Gourhan5 organise un premier congrès du film ethnographique au Musée de l’Homme. Dans la Revue de Géographie humaine, il rédige un article considéré par certains comme l’« acte de naissance officiel »6 du film ethnographique : « Le film ethnologique existe-il ? » (1948)7. Pour lui, le cinéma est un moyen d’expression réservé seulement aux professionnels. Par ses critiques sur les productions du temps, il montre qu’il a conscience des possibilités que pourrait apporter le cinéma à l’ethnologie. Cherchant à établir une distinction entre les types de films considérés comme « ethnographiques »8, il différencie le film de recherche du film de voyage exotique, qu’il déprécie, et du « film de milieu », réalisé « sans but scientifique mais tirant une valeur ethnologique de son exportation »9.

6Par le biais des chercheurs qui y sont rattachés, le Musée de l’Homme s’affirme comme le lieu majeur du dialogue entre cinéma et ethnographie, en particulier par le biais du Comité du Film Ethnographique (CFE) créé en 1952.

  • 10 À propos de l’itinéraire de Jean Rouch, voir Maxime Scheinfeigel, Jean Rouch, Paris, CNRS, 2008 et (...)

7Il s’agit ici d’examiner en quoi le CFE a contribué à définir les contours méthodologiques du cinéma ethnographique et à en assurer la reconnaissance par les réseaux institutionnels. Dans quelle mesure est-il parvenu à asseoir une démarche novatrice consistant à réunir, en un même individu, les compétences de l’ethnographe et celles du cinéaste ? Il convient donc d’interroger le statut même de cette approche et la manière dont celle-ci a cherché à s’imposer comme une véritable discipline scientifique. Cette étude tente également d’examiner le rôle joué par Jean Rouch10 dans ce processus d’émergence et de consolidation d’une pratique scientifique nouvelle et dans son rayonnement national et international.

  • 11 Françoise Foucault et Laurent Pellé, qui ont actuellement en charge le CFE, ont très aimablement mi (...)
  • 12 Nicole Fourcade (1917-1990) a épousé Gérard Philipe en 1951. Elle adopte le nom d’Anne Philipe, et (...)

8L’étude du fonds conservé par le CFE, notamment composé de comptes rendus d’activités jusque-là inexploités11 a permis d’éclairer certains pans de son histoire et des enjeux qui l’ont traversé. Par ailleurs, le dépouillement d’une partie du fonds Anne et Gérard Philipe, déposé à la Cinémathèque française, s’est révélé riche en enseignements puisque Anne Philipe12 est devenue, dans les années 1950, la plus grande collaboratrice de Jean Rouch. Régulièrement envoyée aux manifestations internationales comme déléguée du CFE, elle a rédigé plusieurs rapports retraçant les activités et les perspectives du CFE. Enfin, les comptes rendus d’activités de Jean Rouch au CNRS ont permis de développer les aspects relatifs à la reconnaissance du cinéma ethnographique par l’institution et ses rapports parfois ambivalents avec le CFE. Cette précieuse documentation devrait permettre d’éclairer un aspect peu connu de l’histoire du cinéma.

Filmer l’Autre : vers une démarche scientifique ?

9À la fin des années 1940, nombreux sont les ethnographes qui considèrent le film comme un instrument d’enregistrement suspect : le cinéma dominant s’est, en effet, rarement montré respectueux du discours scientifique. La pratique filmique et le matériau filmé doivent être, selon la majorité des chercheurs, assujettis aux méthodes classiques, établies sur la collecte et l’analyse des données, ce qui implique de subordonner l’observation cinématographique à l’observation directe par l’ethnographe. L’idée que le film ethnographique puisse exister comme un discours autonome en images est encore loin d’être évidente.

10En quête de professionnalisation, le cinéma ethnographique s’engage alors dans de nouvelles orientations méthodologiques. Leroi-Gourhan a joué un rôle déterminant dans l’élaboration d’une pratique de cinéma ethnographique menée de concert par des chercheurs qui assurent l’encadrement scientifique et des cinéastes – essentiellement de jeunes étudiants de l’IDHEC – qui fournissent les compétences techniques de la pratique cinématographique.

  • 13 Affilié au Club des Explorateurs, le groupe Liotard, fondé en 1945, réunit les nouveaux et jeunes e (...)
  • 14 La mission menée par un jeune docteur en ethnologie, Noël Ballif, et des personnes aussi différente (...)
  • 15 Jacques Dupont a réalisé plusieurs films au cours de cette expédition dont Pirogues sur l’Ogooué (1 (...)
  • 16 Cette expérience a suscité de nombreuses vocations. Ainsi, Jean Rouch, accompagnés de ses deux amis (...)

11Chaperonnées par André Leroi-Gourhan et Marcel Griaule, plusieurs expéditions filmées sont nées au sein du Musée de l’Homme, notamment dans le cadre du groupe Liotard13. C’est le cas de la mission « Ogooué-Congo »14. Équipés par de lourds moyens d’enregistrement du son et de l’image, de jeunes cinéastes tels que Jacques Dupont, Edmond Séchan et Francis Mazière accompagnent l’expédition scientifique15. Cette expérience entérine une façon de réaliser des films ethnographiques grâce à la collaboration de chercheurs et de cinéastes16. Pourtant, le format 35 mm qui est utilisé n’autorise qu’une mobilité limitée de l’équipe de tournage par rapport au format réduit. L’évolution du cinéma ethnographique tient en partie au renouveau des techniques de prise de vue et des questions qu’a posées l’utilisation de celles-ci.

  • 17 Jean Rouch, « À propos des films ethnographiques », Positif, n° 14-15, novembre 1955, pp. 146.
  • 18 Jean Rouch, « le Cinéma et les hommes », op. cit., p. 61.

12Dans l’après-guerre en effet, l’attrait de nouvelles techniques d’enregistrement de l’image et du son et le recours à un matériel plus léger et moins cher – le format réduit 16 mm, puis le magnétophone portatif – a conduit certains chercheurs à redéfinir une méthodologie propre au cinéma ethnographique. Désormais celui-ci se partage en deux tendances : la première consiste à faire prévaloir la qualité esthétique par l’utilisation du 35 mm et par la formation d’une équipe composée de cinéastes et d’ethnographes, tandis que la seconde se tourne délibérément vers l’utilisation du 16 mm pour restituer au plus près la situation ethnographique, souvent au détriment de la qualité esthétique. Cette école prône au contraire la nécessité de former les chercheurs aux techniques audiovisuelles. Pour Jean Rouch, qui s’insurge contre les « super-napoléonades »17, seul « l’ethnographe est celui qui peut savoir quand, où, comment filmer »18 car son expérience sur le terrain constitue le préalable nécessaire à toute entreprise filmique.

  • 19 Ibid., p. 62. Sur cet aspect-là, cf. aussi Jean Rouch, « 54 ans sans trépied. Entretien avec Jean-P (...)

13Au même titre que l’observation, il existe la « caméra participante » prônée par Robert Flaherty ; cette notion de participation suppose de pénétrer un milieu pour en saisir au mieux les différents aspects. C’est dans cette perspective que les chercheurs cinéastes développent la pratique du tournage à l’épaule : « Si nous étions quelques uns […] à filmer sans tripode, c’était surtout par économie de moyens et pour permettre des déplacements rapides entre deux prises de vues »19. L’idée principale est d’être au plus près de la situation ethnographique et de pouvoir s’adapter aisément à l’action qui se déroule face à l’observateur. Le travail sur le terrain constitue ainsi la spécificité de la démarche du cinéaste ethnographe.

14Le cinéma ethnographique affirme donc de nouvelles ambitions qui visent à allier le savoir scientifique aux savoir-faire cinématographiques au sein d’un même individu. Une formation audiovisuelle adéquate doit permettre à l’ethnographe de devenir un cinéaste compétent. C’est dans le but d’initier ces orientations et de les structurer qu’est fondé, au sein du Musée de l’Homme, le Comité du Film Ethnographique (CFE).

La création du Comité du Film ethnographique sous la houlette du CNRS

  • 20 Jean Rouch, « Majorité du film ethnographique », Courrier du CNRS, 1975. Fonds Jean Rouch, non clas (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Au sujet de l’histoire du CNRS dans les années 1950, se reporter notamment aux articles de Jean-Fra (...)

15La reconnaissance d’une démarche fondée sur la maîtrise d’un savoir scientifique et des procédés cinématographiques s’est manifestée relativement tôt sur le terrain, mais elle a été obtenue tardivement par les milieux institutionnels. Jean Rouch se souvient qu’à cette époque, « lorsque les chercheurs du CNRS demandaient à leur directeur de recherche des crédits pour acheter de la pellicule ou pour louer une caméra, il leur été souvent répondu que l’argent de l’État devait être réservé à des activités plus sérieuses »20. L’audace des « vieux maîtres » du Musée de l’Homme et chercheurs au CNRS qu’ont pu être Marcel Griaule, Paul Rivet et André Leroi-Gourhan aurait ainsi été nécessaire pour lutter contre « ce courant rétrograde »21. Cette reconnaissance n’aurait pas été possible sans l’influence déterminante du réseau qui commence à se constituer autour de l’autorité scientifique de certains chercheurs du CNRS et du pôle particulièrement stimulant qu’a constitué le Musée de l’Homme dès l’entre-deux-guerres. Car finalement, toute innovation doit s’inscrire dans un processus de légitimation parrainé par ceux qui ont fait leurs preuves. Convaincre de la validité d’une démarche nouvelle ne signifie pas seulement d’être accepté intellectuellement par la communauté scientifique, mais permet aussi et surtout d’obtenir les fonds nécessaires au développement de ladite démarche. Or le CNRS est, dans les années 1950, la seule institution susceptible d’allouer des crédits d’équipement ou de fonctionnement et de créer des postes de collaborateurs techniques22. Depuis la Libération, la communauté scientifique se mobilise pour que la recherche – notamment en sciences humaines – devienne une priorité nationale, ce qui ne signifie pas seulement l’expansion des crédits, mais aussi leur maintien sur la durée.

  • 23 À ce sujet, cf. Howard Machin, « The CNRS and Social Science Research in France », dans Edmond Lisl (...)
  • 24 Extraits des statuts du CFE, association loi 1901 (18 février 1953). Fonds CFE, non classé. Ce proj (...)

16La création du Comité du Film ethnographique (CFE) intervient donc dans un contexte favorable au développement des sciences humaines23. Elle est envisagée à l’occasion du Congrès International des Sciences Ethnographiques et Anthropologiques de Vienne, en septembre 1952, en même temps que le Comité International du Film d’ethnographie et d’anthropologie24 censé coordonner un ensemble de comités nationaux.

  • 25 C’est le cas, par exemple, de l’un des premiers films de Jean Rouch, Cimetière dans la falaise, réa (...)
  • 26 Jean Rouch, « Majorité du film ethnographique », op. cit.

17Cette manifestation, au cours de laquelle plusieurs films ethnographiques sont présentés25, est l’occasion pour les chercheurs de se rencontrer et de promouvoir des perspectives communes dans l’utilisation de nouvelles méthodes. Les chercheurs et les réalisateurs présents ce jour-là estiment que lorsque « les cinéastes réalisent des films ethnographiques, ce sont de vrais films, mais ils ne sont pas ethnographiques, […] quand les ethnographes réalisent des films ethnographiques, ce sont des œuvres ethnographiques mais ce ne sont pas de vrais films »26. Il est désormais temps pour les uns d’apprendre la rigueur scientifique et, pour les autres, les rudiments de la technique cinématographique.

  • 27 C’est la même salle où, en 1947, le premier congrès du film ethnographique fut organisé sous la pré (...)
  • 28 « Liste des membres fondateurs du CFE », s. d. Fonds CFE non classé.
  • 29 Extraits des statuts du CFE, op. cit.

18Dans cette dynamique, plusieurs anthropologues rejoints par des cinéastes se retrouvent le 23 décembre 1952 dans la salle du cinéma du Musée de l’Homme27 pour fonder le Comité du film ethnographique français. Autour d’André Leroi-Gourhan se constitue un noyau de cinéastes, de reporters et de scientifiques parmi lesquels figurent Marc Allégret, Roger Caillois, Henri Langlois, Claude Lévi-Strauss, Edgar Morin,Alain Resnais, Nicole Philipe et Jean Rouch28. Cette rencontre constitue le véritable acte de naissance du CFE dont Leroi-Gourhan et Jean Rouch deviennent respectivement président et secrétaire général. L’association qui a pour objet « l’exercice en France des activités du CIFE »29 se donne pour tâche de :

  1. Cataloguer et répertorier les films ethnographiques existants déjà

  2. Présenter des films

  3. Promouvoir la réalisation de films présentant un intérêt ethnographique

    • 30 Nicole Philipe, Rapport du CFE au Congrès de la FIAF, septembre 1955, Archives de la Cinémathèque f (...)

    Favoriser l’échange de ces films afin de les faire connaître par un large public30.

  • 31 Jean Rouch, « Majorité du film ethnographique », op. cit.

19Au-delà des missions qu’il revendique, le CFE s’est d’abord affirmé comme un espace de réflexion et de mises en pratique. Comme Rouch l’avoue, « il s’agissait surtout pour [eux] de réaliser de nouveaux films, quelques ethnographes et non des moindres se passionnaient pour de nouvelles techniques »31. Le CFE devient ainsi un moyen de récolter des fonds dans le but d’expérimenter de nouvelles techniques cinématographiques et de consolider ainsi une démarche encore marginale.

20Les activités du comité débutent malgré l’absence de crédits spécifiques, mais grâce au Musée de l’Homme qui l’héberge et lui prête sa salle de projection. Les membres y travaillent bénévolement, tout en étant, pour la majorité d’entre eux, rémunérés par leur fonction de chercheurs au CNRS.

  • 32 Nicole Philipe, Rapport du CFE au Congrès de la FIAF, op. cit.

21Trois axes deviennent primordiaux pour le CFE : le catalogage, la production et la diffusion. Répertorier les films favorise la diffusion des informations en interne ; il s’agit « d’adopter un système de classement systématique et international qui permettrait aux fiches de circuler d’un comité à l’autre »32. L’ambition de consolider le réseau international se révèle déjà très présente à l’esprit des fondateurs du Comité.

  • 33 Il semblerait que des cours de cinéma aient été menés dès 1948 par André Leroi-Gourhan au sein du M (...)
  • 34 Jean Rouch, « Compte rendu des cours d’initiation au cinéma ethnographique », 20 mars 1956. Dossier (...)
  • 35 Jean Rouch, « Le Cinéma et les Hommes », op. cit., p. 62.

22Parallèlement, celui-ci cherche à promouvoir de jeunes ethnologues cinéastes en mettant à leur disposition la salle de montage-image dont est pourvu le CFE, ainsi que l’assistance d’une monteuse professionnelle, Suzanne Baron. À partir du milieu des années 1950, les jeunes chercheurs bénéficient d’une initiation aux techniques cinématographiques33, dispensée dans le cadre d’un partenariat avec l’IDHEC. Ce dispositif vise à sensibiliser les étudiants en ethnologie aux « précautions que l’on devrait prendre au moment du tournage d’un film »34 et de consolider ainsi la démarche préconisée par le CFE dans la réalisation de films ethnographiques. Pour Jean Rouch, si ces films sont « techniquement très inférieurs aux travaux de professionnels, ils auront la qualité irremplaçable d’un contact réel entre celui qui filme et ceux qui sont filmés »35. La formation de cinéastes ethnographes constitue ainsi l’un des piliers de l’entreprise.

  • 36 Nicole Philipe, Rapport du CFE au Congrès de la FIAF, op. cit.

23Ce rôle de mécénat ne s’arrête pas là ; lorsqu’un projet de film plaît aux membres et que le cinéaste n’a pas les moyens matériels de le réaliser, l’association se charge de recommander le projet au Centre National du Cinéma ou à un producteur privé afin qu’il puisse recevoir l’aide nécessaire à sa réalisation. Néanmoins, pour prétendre produire intégralement des films, le CFE doit voir plus grand. C’est ainsi que dès l’année 1952, « M. Rouch a contacté l’UNESCO et le CNC en vue d’obtenir des crédits pour un projet beaucoup plus ambitieux : la création d’une salle de mixage sonore magnétique 16 mm »36 qu’il projette d’installer dans l’une des salles du Musée de l’Homme et qui confèrerait une plus grande autonomie à la structure.

24Enfin, la diffusion des films ethnographiques – qu’ils aient ou non fait l’objet d’une aide à la production – s’affirme comme l’une des missions majeures de l’entreprise. Les festivals et autres manifestations de ce type en deviennent le vecteur idéal permettant ainsi d’étendre le rayonnement du CFE.

Les débuts d’une reconnaissance internationale de la démarche scientifique

  • 37 Dossier 1947-1959. Fonds CFE, non classé.
  • 38 Compte rendu d’activités (1953-1954). Dossier 1947-1959. Fonds CFE, non classé.
  • 39 Les conférences sont suivies de la projection de nombreux extraits de films, et notamment ceux de R (...)
  • 40 Jean Rouch, « Renaissance du film ethnographique », le Cinéma éducatif et culturel, n° 5, Rome, 195 (...)

25À la fin du mois d’août 1953 sont organisées, dans le cadre de la Biennale de Venise, les Journées du Film ethnographique37. Cette manifestation vise à faire connaître le cinéma ethnographique à un public moins averti, mais surtout à renforcer sa légitimité auprès des cinéastes et des ethnographes. C’est avec le soutien d’Enrico Fulchignoni attaché à l’UNESCO, du Dr Antonio Petrucci, directeur de la Mostra, et d’Henri Langlois de la Cinémathèque française, que le CFE, représenté par Jean Rouch, participe à cette rencontre. On peut estimer, grâce aux informations tirées des comptes rendus d’activités du CFE38, que près de vingt films préalablement sélectionnés par l’organisme ont été projetés à cette occasion39. Jean Rouch, en tant que Secrétaire Général du CFE, y présente une conférence sur la « renaissance du film ethnographique »40.

26Prévue pour ne durer qu’une journée, cette manifestation, organisée dans une petite section de la Biennale, est amenée à se prolonger sous l’effet de l’intérêt suscité, d’autant plus flagrant que le Festival apparaît comme un échec. Rouch en rend compte dans ces termes :

  • 41 Compte rendu des Journées de la Biennale de Venise, septembre 1953, Cinémathèque française, fonds A (...)

La mauvaise qualité générale des films présentés officiellement au Festival […] et l’accueil très froid qui fut réservé à la majorité des projections contrastaient avec la tenue de nos manifestations. Il nous paraît symptomatique que nous ayons dû projeter Moana de Flaherty quatre fois, et avec un succès grandissant.41

  • 42 « À quelques exceptions près, ce Festival sans éclat se distingua moins par les œuvres présentées, (...)
  • 43 Ibid., p. 10.
  • 44 Ibid., p. 18 : « Cette année, comme les précédentes, le moindre intérêt du Festival de Venise n’a p (...)

27Ces propos sont confirmés par les Cahiers du Cinéma dans le compte rendu d’« un festival sans éclat »42 dont le palmarès « a été proclamé sous les huées »43 et qui souligne le grand intérêt des projections de films ethnographiques organisées par Jean Rouch44.

  • 45 Nicole Philipe, Rapport du CFE au Congrès de la FIAF, op.cit.

28Dans cette veine, une Semaine du Film ethnographique est organisée pour la première fois au Musée de l’Homme en 1955 et constitue une première étape dans l’ébauche d’un Comité international qui tarde à s’officialiser. Ainsi, il s’agit non seulement de projeter des films à vocation ethnographique, mais surtout de permettre aux membres des divers comités nationaux de se rencontrer. Nicole Philipe explique que le but de la manifestation est, « plus que de diffuser les films, de nous faire connaître à nous-même les films réalisés ou réunis par les comités étrangers »45. L’objectif du CFE et des manifestations auxquelles il est associé serait donc de former un réseau international de cinéastes ethnologues qui devrait, par le biais d’un Comité international, faire rayonner dans le monde entier une certaine manière de réaliser des films ethnographiques.

29Tant que la structure internationale demeure informelle, c’est au CFE que revient la tâche de centralisation des initiatives. Il s’affirme comme un pôle dynamique où s’élaborent de multiples projets nationaux et internationaux. À en croire Jean Rouch,

  • 46 Jean Rouch, « Majorité du film ethnographique », op. cit.

Le CFE était un nouvel Hollywood, et, dans ce « bois sacré » de la colline de Chaillot, naissaient effectivement projets de voyage, prototypes d’équipements et quelques films [dont] on ne savait toujours pas très bien sous quelle étiquette il fallait (les) ranger [sic] et qu’on appelait tout simplement « films ethnographiques ».46

30En vue de consolider le statut du cinéma ethnographique et la démarche qui le sous-tend, le CFE cherche donc à renforcer ses relations avec les autres pays et la visibilité internationale de son action.

Le Comité français, moteur du Comité international du film ethnographique

  • 47 Compte rendu du Congrès de la FIAF, op. cit.

31C’est au cours du Ve Congrès des sciences anthropologiques et ethnologiques qui se tient à Philadelphie en septembre 1956 qu’est officiellement institué le Comité international du film ethnographique (CIFE) sous l’égide du CFE. En effet, dès 1955, lors de l’assemblée générale des membres de la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF), le comité français a été salué pour son activité intense et pour les efforts qu’il a menés en vue de créer le CIFE. À cette occasion, les membres de la FIAF se sont déclarés « heureux de constater les progrès qui ont été faits dans la constitution des Comités nationaux et félicite le CFE des travaux de catalogage déjà accomplis »47. Le Comité français apparaît donc comme le moteur d’une démarche qui se veut résolument internationale.

  • 48 Compte rendu du Ve Congrès des sciences anthropologiques et ethnographiques – Philadelphie, 1-9 sep (...)

32Les participants au Ve Congrès de Philadelphie, notamment composé des membres des comités nationaux existants, adoptent donc une résolution annonçant la constitution officielle de l’organisme international dont Jean Rouch devient le Secrétaire général. Dans le compte rendu du congrès, il explique que, « si le Comité français (dont les efforts ont été reconnus particulièrement par le Conseil permanent) doit servir de noyau au Comité international, il est nécessaire que celui-ci se développe et puisse, dans quatre ans au congrès de Paris, rendre des comptes d’actions véritablement internationales »48. Le CIFE doit ainsi favoriser la coordination des initiatives visant à rapprocher le cinéma de la recherche scientifique :

  • 49 Rapport d’activités du CIFE, 1957. Fonds AGP 248 B 36 (BiFi). 

Le CIFE a pour but de créer des liens entre les sciences humaines d’une part et l’art cinématographique de l’autre, tant au point de vue du développement de la recherche scientifique que de l’expansion de l’art de l’image animée.49

33À l’image du CFE, trois tâches majeures lui incombent : l’inventaire des films ethnographiques, la production de nouveaux films et leur diffusion à l’échelle internationale. La légitimité d’un tel organisme doit procéder de sa visée universalisante mais également de sa capacité à mobiliser des partenaires susceptibles de s’investir dans une telle démarche.

Le CIFE en quête d’indépendance et de légitimité

  • 50 Luc de Heusch, né en 1927, a débuté au cinéma comme assistant d’Henri Storck. Il est Professeur émé (...)
  • 51 Luc de Heusch, op. cit., p. 47.
  • 52 Ibid.

34S’il doit nécessairement faire appel à d’autres structures pour consolider son existence, le CIFE doit aussi se montrer prudent pour conserver son autonomie. C’est l’une des préoccupations qui animent ses membres actifs. Dans une lettre datant du 19 juillet 1956, Henri Langlois invite Jean Rouch à représenter l’association au congrès de la FIAF qui doit se tenir du 9 au 15 septembre à Dubrovnik, en Yougoslavie ; l’une de ces journées serait entièrement consacrée au film ethnographique. Dans une lettre destinée à Luc de Heusch50, le secrétaire général du Comité ethnographique belge, Jean Rouch aurait témoigné de sa « méfiance envers toutes les organisations officielles »51. Dans le courrier, daté du 22 juillet 1957, « l’anarchiste dans l’âme » écrit : « Il faut évidemment être extrêmement prudent avec les propositions si nous voulons que notre jeune organisme fonctionne »52.

  • 53 Nous ne disposons d’aucun élément d’information complémentaire sur cet organisme qui est simplement (...)
  • 54 Ibid. Une section de sociologie aurait été créée lors de l’Assemblée Générale du 30 juin 1955 ce qu (...)
  • 55 Luc de Heusch, op. cit.

35Le risque de se faire absorber par d’autres organismes est bien réel. Celui d’être concurrencé l’est aussi ; ainsi, à l’annonce de la création d’un Comité du Film d’économie politique et de sciences sociales53, le CFE a exprimé son inquiétude face à un nouvel organisme qui « double une partie de ses propres activités [et] qui risque d’entraîner la confusion chez les pouvoirs publics dispensateurs des crédits de subvention, et surtout chez les observateurs étrangers »54. Cette crainte témoigne de la fragilité institutionnelle de l’entreprise – qu’il s’agisse du CFE ou du CIFE – face à laquelle Jean Rouch préconise la formation d’« un noyau actif capable de sortir de la stérilité internationale habituelle »55.

  • 56 « Rapport des activités de la cinémathèque des films ethnographiques depuis 1954 », 1961 ( ?). Fond (...)
  • 57 La cinémathèque du CIFE apparaît encore à l’état de projet dans le compte rendu d’activités du CFE (...)

36Partisans de la création d’une cinémathèque spécialisée qui coopérerait avec la FIAF, Jean Rouch et ses collaborateurs tiennent à demeurer strictement indépendants vis-à-vis des institutions capables d’absorber le CIFE. D’où une certaine méfiance vis-à-vis des propositions d’Henri Langlois. Pourtant, la réalisation d’une cinémathèque internationale de films ethnographiques pose de réels problèmes en termes d’organisation et de moyens financiers. L’idée de Jean Rouch est de fonder cette cinémathèque sur le modèle de celle que le CFE est parvenu à mettre en place grâce notamment « aux contacts nombreux et à la correspondance échangée avec des directeurs de musées étrangers ou des particuliers »56. Mais ce projet aurait supposé que chaque Comité national ait le même souci de conservation et des crédits suffisants pour mener à bien l’entreprise. Or, cela n’a pas été le cas et la cinémathèque du CIFE semble n’avoir jamais vu le jour57.

37Comme en témoignent plusieurs notes émanant de ses collaborateurs, et en particulier de Luc de Heusch, Jean Rouch serait davantage enclin à la naissance des projets plutôt qu’à leur mise en œuvre :

  • 58 Luc de Heusch, op. cit., p. 47.

Il faut dire aussi que Jean Rouch, toujours par monts et par vaux, était aussi enthousiaste que peu doué pour gérer les affaires administratives qu’il dédaignait souverainement.58

38Invité à participer au 12e Congrès de la FIAF, qui s’est tenu à Antibes, du 20 au 29 octobre 1957, Jean Rouch y délègue Nicole Philipe. Dans un courrier daté du 15 octobre, Henri Langlois reproche à son ami cette absence. Il emploie pour cela un langage des plus officiels :

  1. Juridiquement, le CIFE ne peut être considéré comme membre associé de la FIAF. En effet, le CIFE n’a pas déposé sa candidature à sa qualité de membre, car il n’a pas accepté, par lettre, les statuts et règlements de la FIAF, et n’a pas signé un gentlemen’s agreement avec elle.

    • 59 Lettre d’Henri Langlois destinée à Jean Rouch du 15 octobre 1957, Fonds CFE, non classé.

    Vous allez me demander pourquoi, alors, nous vous avons reçu à nos congrès. Et, figurez-vous, je me le demande depuis Dubrovnik.59

39Le CIFE n’a pas de valeur juridique ni comme membre associé de la FIAF, ni même comme simple association loi 1901. En effet, un premier conseil provisoire se réunit le 10 juillet 1957 au Musée de l’Homme sans qu’il n’aboutisse à l’officialisation du Comité international. Pourtant, il tente de s’organiser. Georges Smets, professeur émérite de l’Université de Bruxelles, devient le président de l’association. À ses côtés siègent Jean Rouch comme secrétaire général, Luc de Heusch comme secrétaire général adjoint, et Adrian A. Gerbrands, alors trésorier et représentant du comité hollandais en sa qualité de conservateur du Musée national d’ethnologie de Leiden. Le conseil provisoire élabore un projet de statuts de la nouvelle association dont même Luc de Heusch ne sait si l’enregistrement juridique a réellement été effectué.

  • 60 En 1960, on dénombre ainsi treize Comités du Film Ethnographique en dehors de l’antenne française. (...)

40À l’image des comités nationaux60, le CIFE manque réellement de moyens d’action :

  • 61 Luc de Heusch, op. cit.

Pour le comité international un bureau très provisoire avec beaucoup de places vides a été ébauché. Il faut que nous en reparlions. L’idée est d’avoir beaucoup de présidents et vice-présidents honorables mais un peu séniles et un secrétariat général un peu moins honorable mais actif.61

  • 62 Il serait particulièrement stimulant d’examiner plus attentivement, au cours de travaux ultérieurs, (...)

41On assiste de fait à une tentative d’internationalisation de ce qu’on a pu appeler a posteriori le modèle rouchien et qui consiste en un cumul des fonctions de cinéaste et de chercheur. La constitution d’un réseau social62 constitue à la fois un support solide aux échanges entre ses membres – et donc à l’élaboration d’une réelle théorie du cinéma ethnographique – et un espace important de diffusion. Ce sont le plus souvent les mêmes individus que l’on retrouve au sein des organismes et aux diverses manifestations ; c’est une véritable famille qui prend place, avec ses avantages (les « entrées » et échanges facilités, d’où le brassage d’idées et de nouveautés) et les inconvénients (la tendance à l’étroitesse et au moropole – hn" id="bodyftn c’a lct l’UNESCO et le CNC en vue d’obtenir des créd de conservaassoctre, tanéchell)ois reprocivemece gr de laé. r l’ca constit

  1. notes">
8nf <83andnotes">
  • 53 Nous ne disposons d’aucun élément d’information compl84lor C
géna amenée à seproviier43 Luc de Heusch, op. cit. <8 lor Qblemenpriofdes oattribu itions s7Bel P’Ho, P’Ho CittblescmVenezia, P’Ho Dzigaul>rtovmêmendnmiglia"num">43Ibid
. Une section de sociolÀ l’image des comités nationaux(...) Venezia-G i rédaspde Pnc de9" hre être eotater lsen comitndanilanu (...) re0 juin 19q d ce projet aurait sup6v> 6v>é8/l L84arche qui amSd>. rd rojet aurait sup6v> 6v>é8ras initdevie85 <8 l ef="#is rtantest ntement amale le bi 37C">Le CIFE en quête d’indépendanc6 et de légit6 de 9aviennent l 9">Fe du cichs amSde di nsfes 1954tue r"#fodyftitiocédecefn.tionale pot unale deefIFE – far. Georges Smt l. C qui prend place ?
  • 50 Luc de Heusch, né en 1927, a débuté au66 Rouch du /a>43 La cinémathèque du CIFE apparaît encor6 à l’VorabAF, 87

    4336Partisans de la création d’une cinémats de la FEncha e ciuept), . Ce se="r prudent ps enise shor70"t autreprocine vf="#ftn5bliss pot unalraratios

nauxn4 ne rifteuef="#ftman À d’ahref="#t fie,s ou dml"susonu 6v>é8s salu congrr8> L86arche qu cieroxe mais s 60
, le CIFE manque réellement de moyens d’act8moteurD"bods 8ss=87 rapn7">(58" href= d’a> a="foef="#felu
  • 53 Nous ne disposons d’aucun élément d’information compl88lor evient -non clRul>tape osé des Pnc à fooetd="bo Dubroabomu Comitñuei prend plfcichTroca5" rocnc à lilsa"num">4332t d’information compl89lor C
32t d’information compl90

4340À l’image des comités nationaux47 6v>é8> 89loa> doiocfdu Comité internatioue et de se s d s’or mun et un rghre1n4" a pu ma l>< aur lm (Fyage, s’orangloi erieurp dehotre jdc FIAF, Jean Rouchfn. Ilsyftn48" h et ses collabéson auto /p> piloeet,rrateurs tiennsootsé.1eise. Or, cel, [de d]que0">6nétis fuihnr sende t filird ce p,et le CNC eotre jdc FIAF, Jean Rouue oùlmpiloeeuch,oonale. La intr t leEpn u internat”ootsé n sonoon che7"> quoppule o’actla cie6 dhez lep animée. ce projet aurait sup6v> 6v>é9on :

9ss=90entreprise r prudent la liv> ce notamment « aier cons – et d mise evra#ftnf u Ger see quine saitli>57.ltHeusotes">
dquls ms ise es74n Rossce dcrncarrms="forefque peu do 71-1983),e 9

ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é97 >é97 >97lontmRogeemMolls="f, diraisodu sera iphot’UNEasssdu serau.)foot"t leE,dn de noeprocHomm, l1nut isenddc colsee aisse sue ="teotreL Carna ro Limoux  p,danéra idiraisis rde J.u7uiarn, EPHms es71 es"> ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é98 >é98 >98 a , Gil Tnisolleil,dusn Vitiavts urdcte e donc dirais ffsu5 nt , ,eMo de nrbraLe0"400 pss es97,i368 pn [1s="fosétis ="tePa43é99 >é>> 99lontmCla csée e> s otreeu do u a ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é100 >é100s=100lontmCla csée e> s otreIl rvirvingtdant="tehepuy birthu“DEA="tec l. C ,ttu ”…ce p,exassPa ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é101 >é101 >101lontmC a - dquls ms ise es80n Rossce dcrncarrms="forefque peu do 71-1983),e ° 910025/DPAA. Aiqudyft>de CNRSn sp"> ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é102 >é102s=102lontmCla csée e> s otreIl rvirvingtdant="tehepuy birthu“DEA="tec l. C ,ttu ”…ce p,exass 9

43é103 >é103 103lontmque peu douotre C donc à o rabhaux sce p,elasse 9

ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é104 >é10> L104 a ="texessPprem atobteha man 19eiffs/p> , ,e 9

rde Tnigar trMeed="teotreVfs/ ateha man 1yxun qdi deslséeof words=" p,eotsélassPrindes of Vfs/ ateha man 1y , ,eThp H gse-» ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é105 >é105 <105lontmCla csée e> s otreLs ms eha man 19ei aisssemce:b#ftndenolseeusioétle

e6oole ool ce p,elassD55, lors de l’assemb, la rs eha man 19ei aisssem , ,eBruxal , Aiqudyft>C"#f fr poiss es94asss="q5-42 es"> ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é106 >é10> L106lontmC lt, lat cu otre intooco p, u CO ectional, dà l’UNES.e cdiraisriceaenimée.nadbteha man 19eiffs/p> prédafupremb ch, cvori emièpeomu sepduu, lor êmeteha man 19einadhanieurunis côtlirdcckqcultualase diff>6ntribuiroa quoppule onery/a>aonha man 19eiffs/p> psue rees"> ation d on dbasosge"erojet auraFt sup6vSymbol"um">43é107 >é10ss=107lontmChrrtinelLliplois,tAlaeteMoalse dC lt, otreC donc à oC ln 195 eu po tnnmce:beeotntC. Piaa>tce p,elassTer po , ,e ° 6s es86asss="q72-77res">rojet aurago-top"um">43 -3960">Ha ch,osgelont
h2jet aurasacse d">aématet aurae xt"sPpremcmaer meri esr h3>Rtumeurncnt,1lacsronssem h3> a>exssrong>Aliceaaématet aurachanyName"eG oisesr , ot aématxml:llip="fr" llip="fr">Lmmt l. C qui prend placesue ="telefets, proouun60" E renforcer se, E.IFrule oner1n4"E.IFE – fnes pose d ?n 50-es70)esr   p,elass1895. M ocfhuit e oequaotn-vingt-rénzd

e],x58 | 2009,xoRouenali> e omm01 nt lb"fo2012,i –ult61comm12 ione mb"fo2017. URL tehttp://jeuscals.openeétis .rol/1895/3960 ; DOI te10 4000/1895.3960 es">rojet aurago-top"um">43 -3960">Ha ch,osgelont

h2jet aurasacse d">aématet aurae xt"sA h3>xnum">43<3961 >Aliceaaématet aurachanyName"eG oisesr atet auradeIcripse d"> sp"> ation ddeIcripse d">TE lr diff etouuMal, r IId/a>hi ioirdc="#f fr poib, la ra es côtéfch,Toulool -L Mi pl,dn –acm no iciemoediffuiimée.à l’UNEe-ctional, dque peu do 17-2004)ce: otreLaCaasso à o rabernatace pn Un aphiques<-ctional, dfaéea c ictemptce: que peu do 17-2004),danéra idiraisis rde SoNEassDulucq (2007, 425 pn)n Elle a (Toulool ) es"> a> sp"> ation ddeIcripse d"> sp"> ation ddeIcripse d">Holdauen M.A. eteC"#f fr ry Hi iory feom thp a es côty of Toulool -L Mi pl. Shp wrp6vma rfd er AF, Jeabten thp à l’UNEerdai, lomakerdque peu do 17-2004)ce: otreLaCaasso à o rabernatace pn Un aphiques<-ctional, dfaéea c ictemptce: que peu do 17-2004),du embthp supervoscel of SoNEassDulucq (2007, 425 pn)n Shp i icurrttly sudying lauen M.A. an thp ÉptembSup61ri"bof fef=Audioffs/p> (Toulool ) es">rojet aurago-top"um">43 -3960">Ha ch,osgelont
h2jet aurasacse d">aématet aurae xt"sDrotiiff'a a>© AFRHCes">rojet aurago-top"um">43 -3960">Ha ch,osgelont
43<3950 itle="58 |e2009 V l" ">Srnar dilont<ématet aurase ior"> -tesr 43<3958 itle="L n uaulongscietm geabhallywoodhiqu> reniefn 52- <5)"sDisu poi 9 ac urntlont
h2>I ex ul>
  • xnum">43<3719 >A
  • h2>Derneque num" ros uljet auraiss/pa">
  • xssrongjet aurayear >2016 : xnum">43<5102 itle="V l" ">78dea> | xnum">43<5160 itle="V l" ">79esnt
  • xssrongjet aurayear >2015 : xnum">43<4948 itle="V l" ">75dea> | xnum">43<5003 itle="V l" ">76dea> | xnum">43<5049 itle="V l" ">77esnt
  • xssrongjet aurayear >2014 : xnum">43<4798 itle="V l" ">72dea> | xnum">43<4821 itle="V l" ">73dea> | xnum">43<4890 itle="V l" ">74esnt
  • h2>Num" rosenadi xte eltéUl uljet auraiss/pa">
  • xssrongjet aurayear >2013 : xnum">43<4570 itle="V l" "> 9lo=" | xnum">43<4669 itle="v l" ">70lo=" | xnum">43<4759 itle="Lmmt l. C quJerou="bom d71dea>
  • xssrongjet aurayear >2012 : xnum">43<4453 itle="V l" ">66dea> | xnum">43<4511 itle="V l" "> 7 a  | xnum">43<4503 itle="Albndp1Caet jani, ro Vi "nt>.a cFis 1Lee n 8en="
  • xssrongjet aurayear >2011 : xnum">43<4312 itle="V l" ">63dea> | xnum">43<4360 itle="V l" "> nt | xnum">43<4431 itle="Hi ioirdctescieteque 955t l. C quJe naman c1945 n loa>
  • xssrongjet aurayear >2010 : xnum">43<3848 itle="V l" ">60lo=" | xnum">43<3825 itle="Auxsdeurcft>de bur> s foi tionla recherche :le0">6moduc e Conseil uauéHom="tempt >61lont | xnum">43<3774 itle="V l" ">62loa>
  • xssrongjet aurayear >2009 : xnum">43<4002 itle="V l" ">57 a  | xnum">43<3950 itle="V l" ">58dea> | xnum">43<3909 itle="TnioérO'Galop / Robndp1Lis acn Ruc p fneque 955t l. C qf'anitAF, Jee Conseil >59 ="
  • xssrongjet aurayear >2008 : xnum">43<2652 itle="V l" ">5 nt | xnum">43<4088 itle="V l" ">55dea> | xnum">43<4046 itle="Lmm, lor 'Adp1&amp;mlune ais ai'a56lont
  • xssrongjet aurayear >2007 : xnum">43<439 itle="V l" ">51lont | xnum">43<972 itle="V l" ">52dea> | xnum">43<2163 itle="Emilefethl >53loa>
  • xssrongjet aurayear >2006 : xnum">43<333 itle="V l" ">48dea> | xnum">43<345 itle="V l" ">49lo=" | xnum">43<432 itle="V l" ">50loa>
  • xssrongjet aurayear >2005 : xnum">43<306 itle="V l" ">45dea> | xnum">43<307 itle="V l" ">46dea> | xnum">43<320 itle="V l" ">47esnt
  • xssrongjet aurayear >2004 : xnum">43<270 itle="V l" ">42dea> | xnum">43<282 itle="V l" ">43dea> | xnum">43<294 itle="V l" ">44esnt
  • xssrongjet aurayear >2003 : xnum">43<157 itle="Pyrp6vchneqs= Uernhi ioirdcte t l. C qi "dir di >39 =" | xnum">43<346 itle="V l" ">40lo=" | xnum">43<245 itle="Aiqudyft >41lont
  • xssrongjet aurayear >2002 : xnum">43<3 itle="V l" ">36dea> | xnum">43<154 itle="V l" ">37 a  | xnum">43<155 itle="Musche ! >38lont
  • xssrongjet aurayear >2001 : xnum">43<87 itle="Diass="nr dif t l. C qe Conseil uauenise shvingt 33loa> | xnum">43<2 itle="Tnx Ophuls >34-3 loa>
  • xssrongjet aurayear >2000 : xnum">43<51 itle="Ab. DG ,rau mon xnregards >31lont | xnum">43<108 itle="V l" ">32loa>
  • h2 allIss/pa">xnum">43<1">Tnérape num" ros
    h2>P9 au 15asis h2> ul>
  • xnum">43<348 >aématxml:llip="fr" llip="fr">Lojrevuss rabcts, prpesr
  • xnum">43<347">xssrong>Adhsecrel, ab fna poi etf="mtn59"
  • xnum">43<349">I.IFrucse dsxe xre h2>Ienter Dubrs ul>
  • xnum">43<350 >aématxml:llip="fr" llip="fr">C"#factpesr
  • xnum">43<351 >aématxml:llip="fr" llip="fr">Cr. dihsesr
  • h2>Sy"divciale ul>
  • ximg alt="RSS" src="images/feed-icon-14x14.png" width3<14 height3<14 /> xnum">43Fi ros num" ros
  • ximg alt="RSS" src="images/feed-icon-14x14.png" width3<14 height3<14 /> xnum">43Fi ros oisu poi
  • h2>Lettdi ai'lenter Dubr ul>
  • xnum">43Lojlle diffuiRent s.rol
  • h2jet aurahidden" Aft lAF, Js/osé t = ul>
  • xnum">43ximg alt="A/l àAF, Jee Conseilepfuiimée.
  • xnum">43ximg alt="OpenEétis aJeuscals" src="images/n 1o-revuss-rol.png" /
  • x/Icrips> x/Icrips> // nslAF, Jsq= { // Widgets IFrWidget: { rarggst: "T ocfae i xte :ronauxc’ie", rargg : "T ocfae i xte :rc’ie", meéum : "T ocfae i xte :rnormine", print : "Imprimer m oisu poi" }, // Zoom images IFrT xtIcon: { prev : "P9 ac urnt", n xt : "Suiman ", clolep : "Ficolr", efigpoal : "Ofigpoal", magnify : "Ac’iir" }, // Des c IFrA : { ousr an Jsq: "I ousr an Js" } }; //]]>x/Icrips> x/Icrips> x/Icrips> //4343<#cmaedby">Cinseih e' ); jQury( '#cmaedby li' ).css( "m rghn","1em 0" ); } } }); }); //]]>x/Icrips> var _paqq= _paqq|| []; // r ckerdmethod nahke "setCusomDimetse i" should brnca ocd brfooa "r ckPageView" _paq.push(['setCusomV l" ble', 1, 'Dou po', oisu poi.dou po, 'osge']); _paq.push([' bleCrossDou poLinking']); _paq.push(["setDisu poiTitle", oisu poi.dou po + "/ + oisu poi.itle]); _paq.push(['r ckPageView']); _paq.push([' bleLinkTr cking']); (funcse d() { var u3 o.rol/ ; _paq.push(['setTr ckerUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSmaeId', '3']); var d=oisu poi, g=d.createEe per('Icrips'),da=d.getEe persByTagName('Icrips')[0]; g.typnr'e xt/javaIcrips'; g.asy"c=ous; g.defer=ous; g.src=u+'pk.js'; s.parttNode.ie. OtBrfooa(g,s); })(); x/Icrips> x!-- End PiwiklCodel--> x/Icrips> x!-- jQury(oisu poi).ready(funcse d($) { if ( $.fn.f ybox ==du e attd ) { $.getScrips("https://e AF,c-efigpo.openeétis .rol/js/f ybox/jury.f ybox-1.3.1.ja", funcse d() { $('a.ie Cme').f ybox(); }); } ellep{ $('a.ie Cme').f ybox(); } a hurl= $.jaonp({ url: ('https://a h.openeétis .rol/a hts evcie'), ca ob ckPa Cmetr: 'ca ob ck', suce la: funcse d(l/il) { $('#a hl/il').html('ximg src="'+l/il.f vicon+'"> xnum">43<'+l/il.url+'">'+l/il.nCme+''); $.ajax({ typn: "GET", url: "3960?nter D=pdfepub&nodicordurl=1", suce la: funcse d(msg){ $('#dlLinks').epuvnd(msg); } }); }, error: funcse d(l/il){ //$('#a hl/il').html('guc o, xnum">43sig4"E.'); $.ajax({ typn: "GET", url: "3960?nter D=pdfepub&nodicordurl=1", suce la: funcse d(msg){ $('#dlLinks').epuvnd(msg); } }); } }); $('#plAFgntera nah').les ('tu dovnd', funcse d(e) {}); $('input[nCme=q]').fisus(funcse d() { if ( $(this).ettr('value') ==d'Seeiqu' ) { $(this).ettr('value', ''); } }); }); jQury(oisu poi).ready(funcse d($) { $(funcse d() { if (oisu poi.cookie.iedexOf("__cookieinert=1") ==d-1) { $("aéma>").html("<ématet aur\"cookiee xt\">By ace laing this website, you acknowocdgedaiace pn thp useof cookiesn enum">43\Moa lenter Dubrder <ématet aur\"clolecookieinert\">der ").ettr("id", "cookieinert").epuvndTo(" 6v"); $("a,.clolecookieinert").click(funcse d() { var expD/t = new D/t (); expD/t .setTime(expD/t .getTime() + (365 * 24 * 3600 * 1000)); oisu poi.cookie = "__cookieinert=1;expt == + expD/t .toGMTString() + ";dou po=.openeétis .rol;path=/ ; $("#cookieinert").ntm"v (); }); } }); }); -->
    43OpenEétis lontm
  • xnum">43aématet auraeitle" OpenEétis aBooksesr Books etethp au nitirabai0 jualai3,
  • xnum">43Booksesnt
  • xnum">43Pbsersheraesnt
  • xnum">43Further lenter Dubrdeli> deli>
  • xnum">43aématet auraeitle" OpenEétis aJeuscals,
  • xnum">43Jeuscals
  • xnum">43Further lenter Dubrdeli> deli>
  • xnum">43aématet auraeitle" Cinenda
  • xnum">43Aniounce poi
  • xnum">43Further lenter Dubrdeli> deli>
  • xnum">43aématet auraeitle" Hypotheses
  • xnum">43Bn 1 mkatan 1e nt
  • deli>
    uljet aurasubmenu">
  • xnum">43aématet auraeitle" Newsl
  • xnum">43aématet auraeitle" Anertsbai0ubIcripDubrs deli>
  • 43
    -right">
    thp jeuscaldelab. >

    xlab. Dnte openeétis sadio >eteOpenEétis lolab. >
  • x/html>