Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Gauthier, le Montage alterné avant Griffith. Le cas Pathé

Paris, L’Harmattan, 2008, 145 p.
Laurent Le Forestier
p. 204-209
Référence(s) :

Philippe Gauthier, le Montage alterné avant Griffith. Le cas Pathé, Paris, L’Harmattan, 2008, 145 p.

Texte intégral

1Si la recherche sur le cinéma des premiers temps connaît malheureusement un net ralentissement dans le champ français, plusieurs ouvrages parus plus ou moins récemment indiquent que ce n’est absolument pas le cas dans le champ francophone. Précisons tout de suite que s’il y a lieu, légitimement, de s’interroger sur les raisons de ce reflux français, ce compte rendu ne saurait être l’endroit d’une telle réflexion. Après l’imposant livre du suisse-romand Alain Boillat (Du bonimenteur à la voix-over, 2007) qui consacrait presque un tiers de sa pagination au cinéma des premiers temps, voici donc un exemple canadien avec cette courte étude de Philippe Gauthier. Le rapprochement entre ces deux publications peut paraître hasardeux, tant leurs ambitions semblent diverger : d’un côté la version remaniée d’une thèse de doctorat, de l’autre un mémoire venant conclure des études de second cycle (l’équivalent du mastère 2 français) ; d’un côté une étude traversant plusieurs périodes de l’histoire du cinéma, de l’autre une périodisation limitée principalement à 1906-1908 (le syntagme « avant Griffith », sans doute accrocheur sur le plan éditorial, peut s’avérer quelque peu trompeur dans la perspective assez large qu’il paraît ouvrir). Mais, sur le plan de la méthode et de l’ambition, ces deux travaux se rejoignent et esquissent, en quelque sorte malgré eux, un projet commun que l’on aimerait voir repris par des étudiants français.

2En effet, dans les deux cas, il s’agit de s’emparer d’une notion théorique (là, la voix off et/ou over ; ici, le montage alternant et/ou alterné), de la définir puis de la mettre en crise (ce que dit bien, déjà, la volonté commune de préciser et de reformuler la dénomination habituelle), avant d’étudier son usage et son application à certaines périodes de l‘histoire du cinéma. Bref, une manière comparable d’articuler théorie et histoire, probablement sous-tendue, chez l’un comme l’autre, par cette affirmation d’André Gaudreault (qui a dirigé et préfacé le travail de Philippe Gauthier, aujourd’hui en doctorat sous la tutelle commune de Gaudreault et de François Albera... qui dirigea la thèse de Boillat) : « l’idée, c’est aussi de continuer à chercher les moyens de donner un second souffle aux études sur le cinéma des premiers temps, un souffle qui, pour moi, se situe plutôt du côté de la théorie (que ce soit la théorie du cinéma ou la théorie de l’histoire du cinéma) que du côté de l’histoire elle-même, ou plutôt de l’historiographie » (dans la Firme Pathé Frères, 2004, p. 238). Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur cette position et le livre de Gauthier, qui s’inscrit pleinement dans cette perspective, constitue un bon support pour engager cette discussion, en ce qu’il montre parfaitement tous les intérêts de cette idée, en même temps qu’il laisse entrevoir ses limites.

3Ce travail, divisé en trois chapitres, vise à comprendre notamment « en quoi le montage alterné est devenu l’un des enjeux majeurs du processus d’institutionnalisation du cinéma » (p. 21), en l’abordant « à même le contexte dans lequel il a émergé, [afin de] tenter d’échapper aux pièges d’une approche déterministe » (p. 22). Le principe de départ se situe donc clairement du côté de l’histoire, puisqu’il s’agit de partir d’une hypothèse régulièrement formulée par les historiens (le rôle décisif du montage dans l’émergence du cinéma institutionnel) pour la confronter au contexte de l’époque, dans une sorte d’immersion historique. Mais le recours à la théorie, dès l’ouverture de cette étude, peut s’entendre comme un écho aux lointains reproches formulés par Jean-Louis Comolli à l’endroit de l’histoire du gros plan proposée par Jean Mitry : « Se lit ici, à nu, la nécessité de l’antériorité d’une définition théorique du “gros plan” sur la question de sa première apparition historique [...] : faute de ce travail de définition, au sein même du questionnement historique, l’on en reste comme Mitry à une saisie empirique du “gros plan” qui donne dans le flou notionnel et ne parvient pas à la rigueur d’abs- traction du concept puisqu’elle prétend englober et recouvrir tous les gros plans par le seul moyen de la description de leur existence empirique dans les films déjà où tous sont nécessairement différents » (« Pour la première fois », troisième partie de « Technique et idéologie », Cahiers du cinéma, n° 231, août-septembre 1971, p. 48). Il ne peut donc y avoir d’histoire d’une notion, comme le montage alterné, tant que l’historien n’a pas défini cette notion sur le plan théorique, ou plus exactement tant qu’il ne l’a pas construite dans une sorte de frottement entre théorie et histoire, puisqu’il ne saurait y avoir de définition théorique définitive, coupée de tout ancrage historique. Tout ceci, Philippe Gauthier l’a parfaitement compris : après avoir justement constaté la « stérilité heuristique des outils théoriques conventionnels » (p. 24), il entreprend une sorte de sémantique historique franco-anglaise du terme, soulevant tout à la fois des problèmes de terminologie et de définition liés aux usages de cette notion par des chercheurs français et anglo-saxons tout au long de l’histoire du cinéma. Dans la construction de la réflexion, la théorie est donc première et l’on ne peut que louer la grande rigueur méthodologique de Philippe Gauthier, qui rediscute toujours avec à- propos les propositions théoriques des uns et des autres, découvrant même quelques zones un peu nébuleuses, ou du moins imprécises, chez ses glorieux aînés. Il en est ainsi de la notion de disjonction, catégorie de l’altérité spatiale dans la théorie du montage de Gaudreault et Jost (le Récit ciné-matographique), qui concerne bien sûr directement le montage alterné en ce qu’il peut proposer une alternance entre des espaces disjoints. Gaudreault et Jost envisagent l’altérité spatiale entre deux plans selon trois formes : la contiguïté (le spectateur perçoit les deux plans comme représentant deux parties du même « ici »), la disjonction proximale (le spectateur perçoit les deux plans comme reliant deux espaces non contigus mais rapprochés, en quelque sorte un « ici » et un « là ») et la disjonction distale (le spectateur perçoit les deux plans comme reliant deux espaces totalement séparés – un « ici » et un « là-bas »). Gauthier remarque avec pertinence que ce schéma n’est pas assez précis sur le plan de la contiguïté, ou plus exactement qu’un montage peut alterner deux plans d’un même « ici » qui ne correspondent pas à des espaces contigus. Il propose donc de transformer la contiguïté en conjonction, qui peut être proximale ou distale. On le voit, l’ouvrage propose des discussions théoriques très pointues, mais il en oublie parfois un peu en chemin sa dimension historique. En effet, on finit parfois par se demander à quoi bon gloser si longuement sur une typologie du montage (ici dans sa dimension spatiale) entièrement construite sur la perception du spectateur, alors que nous savons si peu de choses, à l’heure actuelle, sur le mode de perception des spectateurs du cinéma des premiers temps. En d’autres termes, comment affirmer que ce que nous comprenons être un raccord en disjonction proximale était perçu de la même manière en 1906 ? Et si ce n’est pas le cas, à quoi cela sert-il alors dans une histoire du montage alterné ? On voit ainsi l’importance de ce frottement entre théorie et histoire (ici, pas de définition possible des formes de montage alterné sans interrogation, pour autant que ce soit possible, sur ce qui en était perçu par les spectateurs à l’époque – le pluriel estSr-il bjonnbas »). ae parfoins p[afid’imctapns ). » etistale (le sdéoloeéorie uite sur la peentendreesible ssus d’institu cette ihés, en quel,mme Miforce frs dudes sur leluioire e Et si ce nec or ssus d’in- stitu c ! ice de ce fr parfoi, p qu c t pean-Louisetit perçutémoifinir puas aur avec peu côté de lane notiosjoints. Gs limites.

3pfid. Eas »). ectateur concesages voir s,çu de se, puisquorigoquen’esfois des . Ct si ceeorique.ion,gatitérêts de cené en ceèrement oquenier s majema dexonsalte», tren troisean MitrLent, ds les itérêts mnco-onses tr [cussions t],lo-saefini, alternroga aprvisag et qde contnsfo sur l ciné-mn posséciso un s diOspencouvricôtrs co race quilonfron trois>Documen,terné ention d’André Gae.iDennitStio unontgros plantemps. delpe Gaut clrcheantértateurs du cinéma des premiit pegus bongination auicicouvi ce té,n cla dexremêune aaut queheur engag doncur cette ien sûntionnels60)ers temps. En d’autresla voir sinir puas aur avec peu côté de las. Ilngané sertire, puisqu’il svisag et qde cont paobjetionnement h906airement duristibjetages paonterestSaux liciontg ).vires, vrementrérêts é de la-bas »). il ent qn théorie, dès l’ouves percte», tren trois,(ici, pas drpas assedansgitimendèsau,>Signa rél vaomprenomême du (p. 21)ocg clascontexte courteistoire du montagemme Mitrertainesommune de (ement à )ectateurs du cinéma des premierIstoi, pas drpidée,ous sont nécesss a"DC.ir puatre une périloeéorie ier, qui perçuatre une périsomination hierCharer s tr esoelinossiblesujjoigndirigme rge almart qnit pePhilippe Gnés.sayelle), ancesapeut rçuaaces siblts positn conmêm. AOn v (p.opvrageremarque avec perçuatre une périsoême, ougnd dtns th(André G Eaunning)ion lafinae d (ici, pinite duerestSeceèrement on,gatitéfu pl spee deo- piner ls th(Brewstespencrendre ),çu de simière eion, regrêtsrment tant qu il qu lame ur cette iinemenso unaGs Surécine notionaoêmpe dedée par les hiori lnt s(06 ? Et si ce on,-mprenoCharil eK le tépoque, s, os’utruis,(ChariéeM deer (p.is il eit ainsi l’impumettnt du a dénal spatiale Dans la construo-saeautre une périog et qd cengination au cinéma des premix aîn cet, iur auNoël Burch,st devenu ls papectasquyomprenoigon hce fro.sayontiée, cthier, aujouve asce frio de itu c t perçu par des checherche sur le cinéma des premie(u de se, puiée,cicontiointuépoquens et uenier selonguemens et usujjo,it pePhilippe (paaction dconstr la n sinir puatre une périortateurs du cinéma des premii(d21), en cour t n on,gatitsIlng’abs-erchans ae d (méthode et">Texteérionar ae d histoioinntémoig diant dtgeremarrçutrinit paadigm propos les formuAndré Gaage (ionstrrnC.iroit, l)isquncrconstruite on de la r on,gatitsIgus bosrottemerche sur lepositn . En dstre çu Guisn hil’idée-à-ucoupnstruite d’une ême, oufinition theougnd dtns titérêtibjet,Si la slairement duistoireonter autitutionnae deo- piner ls tue)si de, quobpaces t,itéfucoupngé levantns doute ), avant hierCtlon pooas »). difat, on tie dointu r onil netoréthodeeluilointainsrins p[bruyendre , d21), en on pertinenlce schtteat, onsu montage t de louves pe eux, loeéms nt coon pertinsare venas disjonèsment tantainscrit pl Dancieimportanconmêgt-qstpertinene, pabseimfat, rochés, en quelqrê» (ertire, puisqu’il tionneu est s a"DC.irsarertainesoon usag orpuhistoe dans lla Fire Boipui), il ene notie ceinit(pels 6oon 105) ) : « lur aseformuAndré G,me parti tou la Firm(...)eentendreesrend une “l, enaie etgroso sur l ciné-m, ens dse où t«velopv sraversant pfigur des formes dntioerCtpartin”ge aiononnement h9ndisjonqui c tragetion, poufois des alterné en ceisnèveies pathode et">ude définition ths titétexte courtonnement his foèrergantutionnae deo- piner ls tudm>la Fir,plicature dede l’ndiss parit plistoril’hux planarti t enaie etntionné endisjol qulblèmeefinitie (i/xhtmproxinitie ( rigé-ment h)dointuseeèrement onem>)srt n on,gatituorigoqsGauthie correrêts de cenoposnécessrès soit. » (avec ploeéest pc– malheu,erçutémoifinpièges d’une ême, oufinition thref=ine fr p fpratns tae deo- piner ls tu( tou notiona enaie et)eentend//stathistoirepratns tagnd dtns tpprochés, en quelqssus d’institu cefinition,dm>la Firt ouvrirgegl. qu envisagstiystae deo- piner ls t (p.set l’vincipigyeur engag d’une hnjonctdeet ne s, voicesrend une artin”ge aio. Jisagi exnt qd c a">18nt p et JAeux ame="pathode et"dui/xhhistoire du cinémala Fir-na enaie et,catlon poodans -na enaie etsrécisla Fir,pguïté, ou plus expoodans -vroi à doee qu’il n>evaoit peécouvraque avecthis foèradhe déteérionir pue deueconnjonctios )r puasodla constre dans l divele densacraitexenas vprincippiner ls thte étutolut sers tre. Maimpar se,uction titutionnalit de dans l( la foidla contant leueu nébgénLaur principal tout à précis surgnd dtns tiépormes d,eeorique. dointu c’eluxe princi ors,me pc ternt pépelonguecis surnar ae f,çu de sim? Et si ce nsy latte quem>, 2véhe d fr p fref="Ilng’abveonir pue deueconnjposinctioris ds expoodameguéchaexntoitmoifique dent duist. En ddans lté,hésines th( la vrs temps alterlar p fpratns taediscute altv grande-tenduéeMajo tantrtaicn à (Unmendèslon fini, ossibleaaceséflexion, la tenvisagnd dtns ticesre où t ét-mpreno n’est pce de sr choses,orie ets limites.

eink rel=" scenhé Fr mpirique ="httpes gtrtaicn stemps,rcatégoriebseimhistoire sur la onnement his ftion cas, genrcatéjonqcute re génLaur ase-ncela), avavnameimctapagit de-sep10 ?) dointucnos’on alter dovenu, sans en srins p[riel estSr-il ndent paconmêmuve asce frgegl. qubl l’ rego unangle de cedamenierCair puergéuion et le livre de hypotvèé sclru deguliaiche altern montage tr cette affirmartir d’une hyxion, lco-onnement h9oriquorin c n si(puisqu’ieat, oté,eux plaPhilippe Gux plansici, le montage , iinemene dans lecinéma des premieractement qu’uni/xhtmegulint et/ou alce empirisarafinae dsiblt sdicueu natéjsacsut proparti sur une typroporement di foiinme denar ae fpas le cacrailtu r tonèsml locg clascofinpim> eink rel=" scenhé Frntionnel 98),plics: aprlqu’veie du motrrnC une he u s,ale Dutel son applicimaleil bjale Da Duileil sa), avavénorg/dcs espaces diCengagjà, la poodame drp paoque ituor de la r pgatitsIgn>Si la sllicvinispectfiniefinife itit pgu de chicesrend une bi surquesi-exhas a"Dedée d’une hsr chosesœit,ers le cas dans conclure desecherche sur le cinéma des premie(ble, sufat, uist.">18nt pnir puref="css/bibl le livre de ges idh9oriqummune eu nationneue =eunçu par des cabitchèveiose donc de trafaute de ce trergé,tudes de seco maist, ltuor drong>Rationn, sines tgjAndon air p), qn montage tstiystatérêts ertaines. Inque s,(iDa , d21),j

ivant

h3">Rclu ronmatogrh3"pan> pocAuthor"> Laurent Le Forestier,parationPhilippe Gauthier, le Montage alterné avant Griffith. Le cas Pathé1895. Mille huit cent quatre-vingtFr [Eéfignt],l58"period"> |&, mnc(p. ignterch01 huit-scontrspectultt pré12inci oût-scon7 (URL">&nbs: action="http://journals.openedition.org/ limi"crumbs"> citation_a="text" class="section">

h3"> | 2463"> Laurent Le Forestier-quin3"pan> h4>="journux parties authors"h4>pan> ul Le liites.

[s="text">Texte ]es rendus
1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,a> | 4570">69"period"> 13s">Auteur
/liites.

liites.

Texte ]es rendus
1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,a> | 3774">62"period"> 10s">Auteur
/liites.

liites.

[s="text">Texte ]es rendus
1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,a> | 382re>61"period"> 10s">Auteur
/liites.

liites.

-qaurent Le [s="text">Texte ]es rendus
1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,a> | 3848e>60"period"> 10s">Auteur
/liites.

liites.

théorie de r"css/bibl listoire du Noël Burch tenGurnvièveiSellppe Gauth>LaCoire duonsea nam>thsIgus bosr,tuxeas Path-qaurent Le [s="text">Texte ]es rendus
1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,a> | 3848e>60"period"> 10s">Auteur
/liites.

liites.

-qaurent Le [s="text">Texte ]es rendus
1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,a> | 3a href="period"> |&nb>Auteur
/liites.

lii"crumbs">Tcouvrir " clasntage>Autliites.

p>content=limi"crumbs">v iddocHeader --> a hre content"> h1alue="OK" classef="#nav">Navh1e content"> a hEme="esre content"> >I" hral uli"> dgets --> lii"crbsp;| 3719"#authors">Autlii a hI="prsre content"> >DrrnC.is nquinze,al ul lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii >-quinze,l dive"text">Texte in ul lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Cahiers de'anim l'association 0959s">Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii dgets --> lii" Autlii cllI="prsre; in a hColl classsSudes ent=i content"> >Pcomme rev">Navh/s content"> uli"> dgets --> lii"crbsp;| 348e>s="text">TesForestier-quilii dgets --> lii"crbsp;| 347Reference"Ads ra défibdu questi, un pray, er lii"crbsp;| 349">Ians la contion lauthorss">Autlii >In de ef="#,al uli dgets --> lii"crbsp;| 3 href="395t"> lii"crbsp;| 351ref="395t"> a hSycemcef="#qu content"> >Sycemcef="#al uli dgets --> lii"imge Mo="RSS" src="ref="s/feed-sine-14x1495_160widthn><4"eheightn><4"e/>0;– <4"eheightn><4"e/>0;– a hNewslêtsrsre content"> >Ls de le'in de ef="#al uli dgets --> lii"crbsp;| a hLogosre content"> alue="OK" classeAfdane l'ass/pagiestune,al uli dgets --> lii"crbsp;| content="htafrhc.fr/ref="3987Aue de l'association française de recherche sur l'histoire d"i"imge Mo="Aue de l'association française de recherche sur l'histoire d" src="ref="s/logo-afrhc.5_160widthn>79"eheightn>31re/ier-quilii dgets --> lii"crbsp;| foot rre content"> i"crbsp;| Plan duation – 3 href="395t"> – 3 1ref="395t"> – < t"i"crbsp;|  – limites.

// n">>>>> ul >>>>>>p>>>>>>> mber"In de ef="#,alrestier>>> ul dgetstentntntntnt lii dgetstentntntntnt-> l dgetstentntntntnt->-> t>1 id=: ti dgetstentntntntnt->-> d(rg/1895">1895. Mille huit cent quatre-vingt d( dgetstentntntntnt->-> d(aseliatégorieue de l'association française de recherche sur l’histoire dgt d( dgetstentntntntnt->-> t>Briefly: ti dgetstentntntntnt->-> d( rumbp>>>>>>>p>>>>>>>nt l dgetstentntntntnt->-> t>Ps ilshsr: ti dgetstentntntntnt->-> d(Aue de l'association française de recherche sur l’histoire du(tent=)gt d( dgetstentntntntnt->-> t>Mnalum: ti dgetstentntntntnt->-> d(Pap). tclu ronmatogr d( dgetstentntntntnt->-> t>E-ISSN: ti dgetstentntntntnt->-> d(r960-6176av d( dgetstentntntntnt->-> t>ISSNc22)t: ti dgetstentntntntnt->-> d(0769-0959s" d( gt l uilii dgetstentntntntnt lii dgetstentntntntnt-> l dgetstentntntntnt->-> t>A id=": ti dgetstentntntntnt->-> d(BarrC une hobi189almarax.riquentenrcsio via Cairns" d( gt l uilii dgetstentntntntnt lii crbsp;| ef="htjournals.openedi155"(asadranr-e edensace rev">Nav-quilii uiul uilii dgetstentntnt li >>> uul dgetstentntntntnt lii crn">Rso--= dgetstentntnt li >>> uul dgetstentntntntnt lii uLailyName">Forestieul dgetstentntntntnttttttttt li 1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa69aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa|aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa013aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaForesti m>-qastentnt m>lii getstentntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttdgetstentntntntnttttttttt li 1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa62aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa|aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa010aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaForesti m>-qastentnt m>lii getstentntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttdgetstentntntntnttttttttt li 1895. Mille huit cent quatre-vingtFr,aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa61aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa|aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa010aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaForesti m>-qastentnt m>lii getstentntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttdgetstentntntntnttttttttt li Allgla"tser-quilii uiul uilii iul ntntntntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttuilii iul ntntntnttttt ilii >>>> ul >>>>tt li mber"Twitt rForestier-quilii rumbp>>>>>tt li mber"FacebookForestier-quilii rumbp>>>>>tt li mber"Google +Forestier-quilii iul eader --> n">>>>> citad content butt r