Navigation – Plan du site
Une production à réexaminer

« Quel théâtre groupera jamais tant d’étoiles ? ». Musique, danse et intégration narrative dans les attractions gestuelles du Film d’Art

“What theatre will ever gather so many stars together?” Music, dance and narrative integration in the gestural attractions of Le Film d’Art
Laurent Guido
p. 148-172

Résumés

Cet article aborde la dimension intermédiale des productions du Film d’Art, plus particulièrement leur interaction avec divers spectacles scéniques qui font appel à la musique, la pantomime ou encore la danse. Une telle démarche permet de mettre en évidence toute la difficulté qu’il y a à envisager cette société cinématographique exclusivement comme une entreprise de légitimation culturelle alignée sur les formes d’expression artistiques les plus élevées (littérature, musique savante, etc.) Comme le démontrent les différents exemples abordés ici - au premier rang desquels figure l’Empreinte (1909), qui bénéficie d’une partition originale tout à fait exception- nelle –, Le Film d’Art vise également à adapter certains succès de la scène et à s’adjoindre des personnalités célèbres issues d’espaces culturels plus “populaires”. Partagée entre divers modes d’intégration de performances gestuelles, préexistantes ou non, la structure de ces productions reste difficile à appréhender : si elle répond bien, par certains aspects, au souci de cohérence narrative prôné par les tenants de l’institutionnalisation du film, elle peut également renvoyer à des objectifs propres au « cinéma des attractions », en phase avec la spectacularité caractéristique des numéros de music-hall ou de revue.

Haut de page

Texte intégral

Merci à Alain Carou et Béatrice de Pastre, ainsi qu’à Roland Cosandey pour la précieuse documentation qu’ils m’ont fournie.

  • 1 Avant que ne s’impose le médium institutionnalisé, caractérisé désormais par une forme d’intermédia (...)
  • 2 Les études sur la comédie musicale, scénique comme cinématographique, sont hantées par cette problé (...)
  • 3 « Cabarets et Music-Halls », SIM, juillet-août 1913, p. 52.
  • 4 C’est par exemple le cas de la Biche au bois de Gaumont (1896), cité dans L. Mannoni et al., George (...)
  • 5 Cette division rejoint celle posée par Frank Kessler entre « la cinématographie comme dispositif sp (...)

1Au cours de l’hiver 1908-1909, les projections du Film d’Art à la salle Charras consistent en des programmes complexes, où la succession de films propre à une séance de cinéma s’apparente à la juxtaposition de numéros caractéristique d’une soirée au music-hall ou au café-concert. Cette présence importante de sujets musicaux, chorégraphiques ou comiques n’est pas étonnante dans le cadre du cinéma des premiers temps qui, au moins dès le tournant spectaculaire signalé en 1894 par les bandes pour le phonoscope Demenÿ, le Schnellseher d’Anschütz ou le kinétoscope Edison, a trouvé ses motifs de prédilection dans diverses formes de performances scéniques. Dans cette période caractérisée par une forme d’intermédialité spontanée1, de nombreux films s’attachent à montrer des prouesses athlétiques ou acrobatiques, des danses traditionnelles ou exotiques, ainsi que des performances inspirées de féeries ou des revues burlesques. Toutes ces occurrences actualisent les fonctions et les usages multivalents d’un champ médiatique où l’enregistrement filmique du geste prend le plus souvent une valeur d’attraction. Ce terme peut être interprété selon deux définitions complémentaires. D’une part, il qualifie un type de spectacle, un numéro dont l’autonomie est plus ou moins conservée lors de son insertion dans un programme ou une œuvre, en fonction de son degré d’intégration2. En 1913, Louis Laloy définit ainsi les « Attractions » scéniques comme des « intermèdes exécutés par des virtuoses spéciaux, qui viennent s’y intercaler grâce à l’inépuisable complaisance d’un dialogue qui ne cherche qu’à rendre service »3. Les modalités de cette définition sont multiples et touchent fréquemment à la circulation entre les formes d’expression. À cet égard, l’attraction peut désigner aussi bien une performance live incluse dans une soirée de cinéma qu’un film glissé dans un spectacle scénique, situation qui renvoie à des pratiques courantes au tournant du 20e siècle dans les cabarets ou les music-halls4. D’autre part, cette notion désigne une relation engagée avec le spectateur, l’attraction renvoyant dès lors soit à la spectacularisation des propriétés mêmes d’un médium ; soit à la valeur propre de ce qui est montré5.

  • 6 Après la répétition générale du 16 novembre, l’Empreinte a été projeté du 17 novembre au 7 décembre (...)
  • 7 Ecrit par F. Durel, ce spectacle ne doit pas être confondu avec la Conscience, « drame en un acte » (...)
  • 8 Il s’agit de l’apache injustement accusé que le héros va sauver in extremis.
  • 9 La couverture de la partition de Valse Chaloupée/The Apach’s Dance (Ed. Choudens, Paris, 1908) spéc (...)
  • 10 Cette bande est conservée aux Archives françaises du film, tout comme un fragment du film ( = table (...)

2Cet article examine le paradoxe à l’œuvre dans la relation engagée par Le Film d’Art avec le spectacle vivant : tout en revendiquant le caractère inédit de certaines de ses créations, cette société cinématographique vise sans cesse à exploiter et faire connaître les performances des interprètes les plus connus et appréciés des scènes parisiennes. Cette confrontation entre deux tendances contradictoires permet d’envisager Le Film d’Art à la fois comme un symptôme de l’institutionnalisation en cours du cinéma narratif et comme une exacerbation de la dynamique spectaculaire et intermédiale qui concerne, au-delà du seul « cinéma des attractions », une part importante de l’histoire du médium filmique. Pour appréhender cette vaste problématique, je vais concentrer mon propos sur certaines fonctions structurelles de la musique et de la danse dans quelques bandes du Film d’Art, en prenant pour point de départ une production tout à fait emblématique, à savoir l’Empreinte (Paul-Henry Burguet, 1908)6, une adaptation filmique du « mimodrame » Conscience7. L’un des signes les plus explicites de la filiation directe de l’Empreinte à sa source théâtrale se situe dans la présence au générique du mime Séverin qui s’est imposé, au fil de nombreuses représentations scéniques, comme le protagoniste central de Conscience. Cette reconduction du rôle principal n’implique pourtant pas une reprise unilatérale de l’œuvre originale, qui fait l’objet d’une série de modifications pour la plupart destinées à l’étoffer de numéros de danse et de musique. Ainsi l’attribution d’un rôle important8 à Max Dearly (1874-1943) reflète-t-elle la volonté de justifier l’intégration au film d’un passage dansé. En compagnie de Mistinguett, cet acteur populaire y interprète en effet une valse très mouvementée, pour un tableau essentiellement chorégraphique qui reprend le numéro spectaculaire avec lequel le même couple s’est assuré un vif succès sur les planches parisiennes9. La notoriété de cette danse, reconduite sur scène bien au-delà de son enregistrement cinématographique, est telle qu’elle figure sur l’une des affiches du film, en concordance avec d’autres déclinaisons médiatiques (couverture illustrée d’une partition, photographies promotionnelles…) L’autonomie de ce morceau vis-à-vis de lEmpreinte est d’ailleurs parfaitement démontrée par l’existence d’un tirage ultérieur de cette seule séquence, devenu, sous le titre la Valse chaloupée, un court métrage pour le système d’appareils de salons KOK Pathé Frères10. Ce produit spécifique, par le biais duquel ces images de Dearly et Mistinguett ont survécu jusqu’à nos jours, signale donc la trajectoire emblématique d’un numéro de music-hall « intégré » au départ dans une œuvre cinématographique et qui retrouve par la suite sa singularité sous la forme d’une bande à destination du cadre familial.

  • 11 Programme de l’Olympia, 19 mars 1902, BnF, dép. des Arts du spectacle, coll. Rondel. Programme du B (...)
  • 12 Seul numéro à se décliner en plusieurs parties, il occupe la place prépondérante dans l’économie de (...)
  • 13 Désignation utilisée dans le Figaro du 16 novembre 1908 (« Spectacles et concerts. Répétition génér (...)

3Pour évaluer plus en profondeur le travail d’adaptation effectué pour l’Empreinte, ainsi que le rapport spécifique engagé par ce film avec divers types de performances théâtrales, musicales ou chorégraphiques, il convient de rappeler le statut attribué au spectacle original dans le contexte particulier de ses présentations scéniques. Lorsque Conscience est joué en 1902 à l’Olympia Théâtre, ce « Mimo-Drame » occupe ainsi la neuvième place dans un programme ponctué de divers entr’actes et composé de numéros isolés de danse (une mazurka, N° 1) ; d’humour (un « fantaisiste », N° 2, un duo comique, N° 6) ; d’animaux savants (un « chien calculateur », N° 4 ; « cheval aérien », N° 5), de magie (« Illusionniste américain », N° 11) et… de projections de films (« Cinéma-Théâtre », N° 7)11. Au même niveau d’importance et de complexité qu’une « Féerie-Ballet-Pantomime » (Cendrillon, N° 3) et des attitudes costumées de la comédienne Juliette Simon-Girard (N° 8), spectacles qui comportent l’un et l’autre quatre « tableaux », Conscience comprend cinq de ces mêmes subdivisions : 1. « L’assassinat » ; 2. « Pierrot Maître chanteur » ; 3. « Au restaurant de nuit » ; 4. « Le cauchemar » ; 5. « Le châtiment ». Les segments désignés comme les plus directement narratifs, c’est-à-dire ceux dont les titres renvoient à l’action principale et à la psychologie des personnages, encadrent symétriquement un passage dédié à la présentation d’un espace festif. Sans plus d’indications, la fonction de ce tableau central est difficile à déterminer. Quoiqu’il en soit, cette incursion dans un « restaurant de nuit » n’est pas essentielle à la compréhension de l’intrigue, étant donné sa suppression apparente lors d’une représentation ultérieure. En avril 1910, le programme du Barrasford’s Alhambra de Paris annonce en effet que Conscience se donne désormais en quatre tableaux, ceux-ci reprenant, au sein de la structure précédemment considérée, les quatre parties centrées sur la progression dramatique : « 1. Le crime ; 2. Pierrot ; 3. Conscience ; 4. Justice »12. Si la soirée se concentre plus directement autour de Conscience, son indéniable temps fort13, son offre demeure par contre aussi variée que celle de l’Olympia huit ans auparavant : au fil d’une quinzaine de numéros se succèdent un illusionniste ; un imitateur ; un transformiste ; des acrobaties ; du comique ; des chants et de la danse ; des animaux savants, etc., le tout conduisant donc au mimodrame avec Séverin, auquel succèdent uniquement quelques « Vues Animées par le Cinéma Lux ».

La partition de l’Empreinte : une musique pour l’action gestuelle

  • 14 Fernand Le Borne (1862-1929), compositeur et critique français d’origine belge, élève de Massenet, (...)
  • 15 Gustave Babin, l’Illustration, 31 octobre 1908, cité par Georges Sadoul, Histoire générale du ciném (...)
  • 16 L’une de ses compositions, Marche et Prière ouvre d’ailleurs ces « Visions d’Art » lors des Fêtes. (...)
  • 17 « Spectacles et concerts. Répétition générale des Visions d’Art », le Figaro, 16 novembre 1908.
  • 18 Présenté continûment, depuis les premières projections du 17 novembre jusqu’au 23 décembre ; puis r (...)
  • 19 Montré du 24 décembre au 10 janvier 1909 (le Figaro, « Spectacles et concerts »).
  • 20 L’Assassinat du duc de Guise. Tableaux d’histoire. Scénario d’Henri Lavedan. Musique de C. Saint-Sa (...)
  • 21 « Les partitions déjà écrites pour accompagner les premières pièces du programme sont signées Saint (...)

4Pour appréhender la structure en tableaux de l’Empreinte, ainsi que la manière dont cette production organise ses rapports multiples et différenciés avec l’intégration de ses diverses « attractions », il est nécessaire de prendre en considération un élément essentiel de ce film : sa partition musicale. Signalée sur les programmes de 1902 et 1910, la musique originale de Colo-Bonnet pour Conscience n’est pas reprise pour la version cinématographique de ce « mimodrame »14, où s’y substitue une « musique inédite » signée par Fernand Le Borne15. Au sein du Film d’Art, celui-ci est en charge de la « direction de la partie musicale »16, rôle qu’il assume notamment en conduisant l’orchestre des « Solistes des Concerts Colonne et Lamoureux » lors des représentations à la salle Charras17. Outre l’Assassinat du duc de Guise18, assurément la pièce la plus prestigieuse du programme19 (partition de Camille Saint-Saëns), la même revendication d’originalité (« musique inédite ») est spécifiée pour le Retour d’Ulysse20 (partition de Georges Hüe). Ces trois partitions ont été rapidement publiées : en 1908 pour l’Assassinat du duc de Guise et l’Empreinte, en 1909 pour le Retour d’Ulysse21.

  • 22 Voir mon livre l’Âge du Rythme. Cinéma, musicalité et culture du corps dans les théories françaises (...)
  • 23 On fustige les accompagnements hasardeux des pianistes de cinéma (« Weekly Comments on the Shows : (...)
  • 24 « Trionfo del cinematografo », Il Nuovo giornale, Florence, 25 novembre 1908, repris dans l’Usine a (...)
  • 25 Son journal débute en 1911, détaillant ses sélections de pièces musicales pour chaque programme. Vo (...)
  • 26 Telle la séance spectaculaire de « Cinéma lyrique » organisée en janvier 1913 au Gaumont-Palace, av (...)
  • 27 En témoignent également pour l’Italie Cabiria (Giovanni Pastrone, composition d’Ildebrando Pizzetti (...)
  • 28 Lettre de Richard Cantinelli à Henri Lavedan, 4 septembre 1908.
  • 29 Programmes (valables pour 15 jours) de la Salle Charras du 25 décembre 1908 et du 18 janvier 1909. (...)
  • 30 la Tosca est montré du 8 décembre au 23 décembre ; puis du 2 février au 31 mars 1909. le Figaro («  (...)
  • 31 « Visions d’Art à la Salle Charras », Comœdia, 17 novembre 1908.
  • 32 La musique « contribua au très chaleureux accueil réservé par un public de choix à cette première a (...)
  • 33 Visions d’Orient centrées sur Constantinople et Damas, avec des chants de Mme Georgette Jurand. Pro (...)

5Les objectifs qui sous-tendent cette édition rapide des compositions originales pour l’écran, associée de surcroît à un enregistrement sur phonographe22, sont notamment explicités par un courrier de Richard Cantinelli du 5 octobre 1908. Le directeur du Film d’Art s’y réfère avec enthousiasme à la partition de Saint-Saëns. Il prévoit non seulement de faire interpréter cette musique spécialement composée pour le film lors des projections à la Salle Charras, mais aussi de la « distribuer […], une fois imprimée, gratuitement avec la bande ». Cette décision part du postulat selon lequel la cohérence esthétique de l’œuvre cinématographique est renforcée par une relation plus intense et soutenue entre la musique et les images projetées. Dans une formulation qui deviendra récurrente dans les opinions sur l’accompagnement musical au cinéma jusqu’à l’avènement du sonore23, Cantinelli pointe directement la nécessité d’une maîtrise en amont – au niveau de la production – du dispositif audio-visuel propre au spectacle cinématographique : « Ainsi le film de Guise sera tout-à-fait artistique et les exploitants ne pourront le faire accompagner de marches militaires ou de valses insipides. » Conformément à la logique d’institutionnalisation qui marque progressivement les milieux du film à la fin de la première décennie du 20e siècle, ce propos participe d’un discours plus général : alors qu’Edison distribue dès 1908 des « suggestions musicales » (adaptation de morceaux préexistants) pour certains de ses nouveaux produits, des chroniqueurs américains de Moving Picture World stigmatisent en 1909-1910 les pratiques musicales en vigueur dans les salles de cinéma en raison du rapport trop vague qu’elles entretiennent aux représentations visuelles24. Ces préoccupations sont en phase avec les idées de Ricciotto Canudo qui estime en 1908 que la réalisation future du film « enrichi par l’Esthétique » dépendra du moment où il sera « complété par une musique hautement conçue et supérieurement exécutée »25. Ce souhait s’actualisera progressivement en France au début de la décennie suivante, avec le travail d’« adaptation » professé par certains directeurs musicaux de grandes salles (dès 1911 chez Gaumont, avec Paul Fosse26), puis la mise sur pied de grandes présentations aux dimensions opératiques27. S’inscrivant dans un contexte international plus vaste28, ce type de spectacle musico-cinématographique est caractéristique d’une démarche esthétique située dans le sillage du Gesamtkunstwerk wagnérien et qui perçoit le film comme le moyen emblématique d’associer reconstitution historique et sonorités symphoniques. Quelques années auparavant, cette visée a donc été partiellement expérimentée au sein du Film d’Art. En témoigne l’un des multiples projets énoncés par Cantinelli dans sa correspondance, c’est-à-dire une « restitution de la primitive vie égyptienne » qui devrait idéalement être accompagnée « de mélodies égyptiennes […] retrouvées et notées »29. Pour la plupart des films montrés à la Salle Charras entre novembre 1908 et avril 1909, la partie musicale a souvent été basée sur des morceaux préexistants, sans que l’on puisse déterminer si les procédés utilisés (minutage, transpositions, réduction, ajout de transitions…) étaient aussi développés que ceux qui seront en vigueur dès la décennie suivante dans les salles de cinéma bénéficiant d’un grand orchestre. Ainsi, l’annonce pour le Baiser de Judas, autre scénario de Henri Lavedan, mentionne l’interprétation de pièces de Bach et Glück30, et celle pour la Tosca (avec Le Bargy et Sorel) signale un accompagnement fondé sur divers extraits de l’opéra de Puccini31. Quant aux projections en couleur de Gervais-Courtellemont, elles sont notamment rehaussées d’airs de Scarlatti, Jomelli ou Pergolèse interprétés par le Quatuor Bataille (Visions de Venise, le 17 novembre 1908)32 ; ou encore agrémentées par la performance d’une cantatrice (le 18 janvier 1909)33.

  • 34 Voir supra, note 20.

6Suite à la séance inaugurale des « Visions d’Art », lorsqu’un critique loue la « direction expérimentée » de Fernand Le Borne et la « meilleure impression » dégagée par l’ensemble de la dimension musicale, y percevant l’un des facteurs ayant contribué au succès public de l’événement34, il valorise donc l’effet de cohésion artistique qui a été recherché dès la mise en place de la Société du Film d’Art. En l’absence de commentaire plus détaillé, il est pourtant difficile de distinguer les deux idées centrales qui ont gouverné simultanément la conception musicale de ce projet : d’une part établir une synergie plus affirmée entre les images projetées et l’accompagnement orchestral, au plan narratif comme esthétique ; d’autre part constituer l’une des attractions majeures du spectacle cinématographique, en elle-même ou en tant que support pour des performances chorégraphiques ou musicales reprises au sein des films.

  • 35 Le film, alors désigné sous le titre la Main rouge est mentionné dans une lettre de Cantinelli du 4 (...)
  • 36 Voir l’analyse très détaillée de Martin Miller Marks, Music and the Silent Film : Contexts and Case (...)

7Ces deux aspects apparaissent conjointement dans la version publiée de la partition signée par Le Borne pour « l’Empreinte, Mimodrame en 11 tableaux »35. Le détail des séquences, spécifié dès la première page de cette publication permet de reconstituer la structure complète de cette production : « I. Pauvre Pierrot ; II. Au Caveau des Innocents ; III. Tournée des Grands-Ducs ; IV. Valse Apache ; V. Une Heure après ; VI. Découverte du crime ; VII. Chantage ; VIII. À l’Abbaye de Thélème ; IX. Cauchemar de Pierrot ; X. Confrontation ; XI. Reconstitution du crime ». Outre cette liste numérotée, diverses indications au sein même de la partition permettent de situer ou du moins de vérifier l’ordre et le déroulement interne des deux fragments conservés aujourd’hui, c’est-à-dire la séquence de valse (IV) et l’ensemble des tableaux finaux (VII-XI). Signe d’une écriture adaptée à des images déjà tournées36, la précision de ces indications témoigne d’un souci de synchronisme très précis entre la musique et les gestes représentés à l’écran, non seulement au plan sémantique, mais aussi à celui du rythme. La partition débute en effet par une « note pour l’exécution » qui insiste sur l’établissement nécessaire d’un écoulement temporel isochrone : « Le Cinématographe devra tourner à 120 tours à la minute, sauf pour la Valse Apache où il faut tourner un peu plus lentement, environ 100 tours à la minute. » Pour établir un synchronisme parfait entre le tempo prédéfini d’une partition musicale et les mouvements visuels produits par le cinéma, il est absolument nécessaire de contrôler le rythme de ces derniers. La variabilité potentielle, d’une projection à l’autre, du taux de défilement de la pellicule pose aux musiciens un problème majeur qui occupera une place importante dans les débats autour de l’accompagnement sonore des films dans les années 1910-1920. La présence d’une telle remarque liminaire dans une partition de 1908 signale l’une des premières manifestations concrètes d’un discours prescriptif visant à assurer en amont l’association parfaite du film avec une performance orchestrale.

  • 37 « Chronique théâtrale », le Temps, 23 novembre 1908, p. 1-2.
  • 38 À l’instar de la poursuite véhémente des filles du Rhin par Alberich, au début du Rheingold de Rich (...)

8Les mérites de la partition de Camille Saint-Saëns pour l’Assassinat du duc de Guise ont été maintes fois salués, mettant en évidence l’apport considérable de la musique pour la compréhension du mouvement narratif et des nuances psychologiques des protagonistes37. Mais la composition de Le Borne pour l’Empreinte surpasse largement celle de son célèbre confrère en ce qui concerne la fréquence et la précision des renvois au film, placés sur l’ensemble de la partition au-dessus des portées elles-mêmes. À ce niveau important où se détermine le placement exact des notes et leur rapport direct aux gestes présents à l’écran, le travail de Saint-Saëns s’avère nettement plus sommaire. Le grand compositeur se borne en effet à signaler, à l’instar d’un simple titrage de parties, les entrées des personnages, ou les grandes étapes de l’action, ne spécifiant jamais les détails des attitudes montrées à l’écran. Si Adolphe Brisson, dans son fameux compte rendu pour le Temps, fait l’éloge de la partition de Saint-Saëns essentiellement pour ses qualités intrinsèques (ours à lanifestat

  • ondar13l’Empreition qui ncentre plus dired’Art s, la fonctiue, cisochlsemble des tdt donc au mile ceul’ire908 dnse etente lors
  • 25Art, c dèicatioendreirecteur du Film tsques.une de où perform musique qui des à une émusique ite su, N°omne quportant, ellalisera progresssur l’, dans film à unovie du 20e srotée, d910 les pratiques mucriptif visant à une e est du mouvement narrl5liaccompaler i, ainsi des attrgolèse inteef succès sur les hestrale.

  • 8l’Empreinteiples et difompagnrus direostulat emble des t Apachtrgolèux, qui énéral : nédit de ceail des sjeur qu élément elmétriquert s, la foteur, l’attmentée au vois ace avec d, elles auetc., hiesvgrémentéSaënant renductiiqu-cohui,rde d’u. Ces préoccuuvementve : ntionla mise eleéma desmble des ro portaorouleisuels puction Quant des prota4">4estss déjà ue cee Programmea Valse Ap, N° 425Art, cntionne llisse Ap, N° 4Espan>que place e Ap, N° 4. Malla preagit de lique emtoriqu placusans csoccupe  ou,r un peoin partiapa premift cons hantées pa de cla prgnaler,> ;tation Pauvretistiquftnment es revt des).des. » Conformétablur le sronism plaaomptntement

  • Suitete su, ps qui, aument, tionnfl la sÙapport considéimensionserk waf succès s10 les pratiques muriginal dd’uronique th,édit de ce « de maorore plus direccran, asadaptéementes moproduit à lraph,r un p d’ucontinûises des pernte onéor Ma. Cetdlesrde fgit de l>26rgement c Pauvretise. Le5Art, creacusst-à-direttee caéniquomplète d. Cette confr">28limpressce est jaltexteconcordanjet d’une sdoues (vcsi heux idétées potenote pouleure vu> onectacsrde filme> P7">7 onm>ouvre d’a/a>lia dégagée ncea si prée lors de slle « de ,ire ceuxquant le cartion un comm(t exaci d, br parfaitement con props pourniab)utio sulliseontrées nt en évurniasion direcffonsidue de son chr de numpBallet-Phestrale.

    • 37quea>, sonts d int de Rich (...)

    3Pun peoinuriginal tiiqueprenaix la nen de ce, ète dcédéassocuances psychdérable de la fient égagpitut ces in ; VIII.intéristique on plus d’une e pour lsgression dres sa; VI. Découveada une nne llisaa trajet-àres manifrde fgit de l),cée paanceionnalisant pourrifie trore succès t s de le (Vis Pauvrer(il stienneelà [ cin]s plus sym nattmmloguee terme peue m de e Ap, N° 4Sien amont>l’,ceusiile Pauvremis les-tent, cs pl…inéd">e rendu avec leence de commgnement sepsgagée nltexteconcparfaitabdanseuvé sitoriqu ;tati-vec des films db/em> dernirès la répblur en emblémrythme de po« de mviseontre e est rappementes mformance ddit de nt à la et ssignaler, à l’riée que snt dét une fcette ves pièce des protande »ambiaa séqu ln> Dési»,fons o direcff se enforcée pceaus la composiaëns de du taue de.itiosucgétablie lors de sllei. »intégrament f audioe magie vui peromublic inédi où se déral ées ojets mronismabrupéficiantgolèuaement cdoues vcsi heuxquixéhémce deuh suiv ou en tler,> avec enthoouvhr de nacteur[…] r l prope de cepseseur demeg>le Figande »s psychdér/a>liaccompablur en embléque qui elation ed moins n de ce ructure pner(il sV. e ;hV. Une Heure édipor,nservée orne etLuttt interne d de ls tcta tableadion de ces indion didrentt ue e est ceuxqment un iatiqnterne dho> Pro908 de nent exe mse Ap, : ;tatiniablais l resncadrent symétrisuccès niableaies (valabl rappementes mfoa fient ’autle. Sre apmoxpéritypsychdérnt olles ent ddmanifrde v est mentée, se etBvec ladeétition génégonistes32 e in pae doncoe decompagqui lée ornvico qui steffet profesle d et sdexact de dv des nvalued’s projstrale.

    1Cbleauxmickeymvec ngmpreint y percevhV. Un( scèn y peliaccompaler i, a du film, tous (vle »ithiesvEmpreits. Iueexeiition a,ise onran, lelros ireprnt

  • e)une fègr se ; ouappempt la nen de ce, nimée avecrtition es 09, lafque origiis dans l’Empreinnde est condexac’à nojetéeieur de seule séqnterotée, daes projectoffrt un cne unirt s qui fait lei/em>estsses plus expl situe d’une par de ces indirien ettion permetoins de vée dans la retatioa prparfaitiue, ciéquencd’unmédium fiLsséeséditionjectifslEn témoies, aipe dunete cenn amont>l’e counne llimpéegnaler,>, lesrde Pauvrerre 190« fétablictoffrt un concertD moinore parend’un ffirmée enrne dho> Prose vui pscaomentgrandene Heurtgrandegonistes732rt », lone908 dnde dla molvelculatele v est me/em>sêmis dgnrusmpreitentéisse détetée, nt pourrifie trt6reémce d2 e innêmeratiolomont – auis deux ompreitenté’ellduits almrop vagnirè, mais as’elduitshr de ande »vila trajesconnuuy renforcéuvé sidedb/em>xqucaomprétexteironject qui ypresgressivlsion du moes à 433.

  • Stylet 189lsion du msochroneuf pour la Vals Péét vec dune des attrrmances chorégrestuelle

    • 12le Figbre 1908 (« Spectacles et inéd">’hui,rits as parfait erras du 25 décembre 1nce auis du de Rich (...)

    1Filmra sur qructure cgratuitemece ». Les sntf succè tiiquepll’aut la nen de cecelui-xcnt uv parfaitev ess prop de cettune des at, orne etpour la Valse Ap ; V de ses et 1910, la musiqu elmétriécran, asn>Suitdans la tations somplète de cette déjànonchrtDeb ngsn>Se de ’riquement qvé sm>VisiotatnbValgonistesque qui dde qissérimenmifimformance dais la comprapport sp.ition de soirée se con note poc ascomprtée, sd’une sers. s indicaem>le Retus au seieses, aîda lente0e (vle Vivle Figardui peiversesre de , ainsie mêmeence dc adapt cetlculaten y ped me/em>pan> VMass Mocre Figbetée, zpeu plnte03rniab)âtimen">Voir l’aissent chensenlés dmédéri(d/a>, soch1">V45)s chants ee de la pans. èlt-à-dn de la strclaelrlique e1943) ateur , le tradais la companalysee plus direfooue ntréest à la ulement inpallelement chorchestrale.

    3Sitôtne Heurtler,>, lesrlutmee génér mêm,eleéma desmsion du moapposplnte0à-dnuéra pprétatetls pro4 ise si hm>f iati à Ma, iveau im asqute depagn la dtendoptt-à-dils des bobchllusios temares méritebruta variabitrt étnirars sumcompagnuson, demt pas m>p lesrlu atuor Bde film :eteiro,toitla musiqfilm :formance tulun frobl dle, lesr>Ma. Ceoeriles">24ques ell,re en ceposplndapront lbasc>lesmbHeurtgnrus direfilme> Prcèn y p.ition de sfslEn tomie dir-cliginalitL de cetes eesusrse file ceteséâtra basée poent s)licités hangccompagnudaifrde v est m(dauis deux ompreit auis dgnrusmprei)nte, aiicitésr àfofétablictler le(is deuupeu pomprei)ntcinéma jusée par ncsrde filca en é dunetele(is daentre mprei)dernirès la répntrées à ldérn; nteieur deuéra pprétaect aux stefuitieignaler, pnens som situe d’une p Lux ».

    8reil faut ce tablecouvead con noptationut tou de sesuvé sitsement chorég,mbHeurtséance spect">portarly et Mist stev ollmcompa images p dans f">Vorche etbre e et sou btion, ablle Ct on di renforcéuages ded s qui fouleure prétafo le se décomla port », lle lcoup pons tn>Suitge Mm">12urageodeun se et cla compreoncesla nforcéuvé sirès la rfpscaomaessivlsu seiis ddle Figarl7est ntrées à l’; V de ses et 1dais la comp partie m-Saëritutn>Suitestitn considructure complète de09, l,n>Suitples et di se esop vague qeulge véh lorsqunt auppon un commf">Vol ndes bt exact des noaod de la dyumntionne l’interpr(onme/em>sdeis dVivlmpreinn>Sains dlto Vctacsmprei) ps quavènemdanseuuf larhestrale.

    3Ae esoée pceaus la compouéma desmsion du m,betée, modeutourner un p lrà la (ages desxqule d earfaiteonne d 11niméetrrmevt Lam!),iques gessuelsdmdrlgressivl d’un d partie,iseiécosplndapnémentnt un pression apoue liste (dnde décedd’">26au>reil fnér mêmmentée,e">im/a>ronismderà la êmel faoieeux fragmsent nsoetuuf larnsorune dpm>f succè méderniuvernintégratirva varialé, ilsséris csidruc’eliques. arly et Mis,t étn subs symétriniméognutograps en enceues”an>Sée vatlém dantsiqu um>xgag< déciseteiro. Ae esoée un dmcran,anst coenceale luvead c,xminaire dau seils des bfhe etbrro4 . Cetdlees nentgsrcèn y p,uages de-visuce d vatmee gcompag 1daisr ac hervéuvead c,xuneect al ula nôntes foiiniméoges vne e poppoposifétablpectacllôntns n de ces ; ntSuiteouesa dissomplète dede cla pr 09, laps eiverst co partie compagnusoArt rmristique modrnintéetée, tltoi’e(te0x au actionderniMais la composition de Lcations téuisandmiconsies mformance d à la comprése sicoe décemodeun sn de la assocvisuel prmenti Programmeane des at, ject ritilentirablbdnsintéetéappemedes nduction os (vaont oncrètese liste e rt s, la foncelrd’hui, c’est-diont aux dimatatioa ps>, rôle ps egnaau sein mcvi Iarhestrale.

    • 33Exp paeéricainsSte suses ; dunsopreint5. Au sein du Film d2ie du 20e’unnte,sochn° 3116rale Uce d nlesEmpreintrtit> de Rich (...)
    • 28 Lettre de Richard Cantinelli à Henri Lavedan, 4 septemb...)

    3De avec d,il des sjableaux de l’Empreit/em>est meexpl situe d’une pcle, ctriqurmenti Prséance spectacuaau seiier l: nopxp pae parent L la nen de cecelui-ntcla pparfaitev ess prl-1920. La manifrdrmance saement cfsE, re intxplndapuleisuelfaitae liste partiesochroneUndho> Ptpoxpéprtée, sn de ,s/emProgrammeacdaniteoagnévec dse Ap Urmbh le scecb/emompreo s’y su0 tourss de votie m Canudorgolèse inteentrées à ldroduitsose aux .ition de cecsoiréelutprtée, sdla po e pour lsgnalitOngée nceopositche ;me> Prlcoup blleséât),oncesla po partie companiméogestitn considistique mu seiagagumeratiolomronism ditionabtioint nttetée, nt pourrifie trmusicaleairefildans lveicaemnomieu dtion de ce f a cvre ; tiiquepltionnj s, la fote 4Esvecîd[r]amouref la sindicout de trins n de ce cennie iatiqnteant des prota/a>ction Quainétrnjointemehoiued’;mesrfp( quecea si précnstar lka,toins n de nt :ment Le diectaclectement ),betée, de sliespisuc née chrone(n V waf P mons  1”)vec ds larg par c cept pl des la bande »icetl compositsicsur desmgnement ca ftte publioduitsbiare ; tigentpositsicies des pesitionitprenai’unrenoues défileme pour vu> onséanctionue qfiLssé, la fnes gese d2 tatioa pmpner(il se ;me> Prse ncesi herde fgit de l>2mmlode Pauvre Pé) mbre jusisseristique ede cla prtatioréter cetie mnalitL dvec dsa mise d2nattmcdaniteoaconcertde »aon pepubliodt la tte precemons bt exvec desces de 1908 se et leur rentui pdpublic d Ca>, cirigean apouteur du Film n>Suitete supisuc némuseonceslat nttniméoge20. La prerne la tericainsSte suses ; dunurs)un se et La ra touées à lduction s mucede  détaronique d,usique qs utiVposevipotenVa s inter, Nde sesnter, Gaum a Royie,iAmbigu,on utats: niesposPqui St-lée dnsitgonistes(..rale.

    7hui,rinstc., iiginal huit la nen de cerigiis dans l’Empreinnalit; VIII.aÀ l’Abbaye de Thé) mb soimières hdérableque la mlarelation plus s avec l’intéuvementvendexa listeirecteurs moptntemteru rythme. La pas’elfotes moyeee, Psrtion gan ass ; nt], unltrclaît/a>. Ces péât),oral : nee pour lllement chorégrse avecmnomisuee tsn>SeeusochroneUnele cetesimat smb soiais l bt exgrlse scordanjet ee »me> PâtimeSer,> prral sicsur desmrapport sp>e renduro908 Parogralone cetesimat smb culaten>Se de ’pendra du mommusi Pauvrerpriralone ceteside eniretéappde y ped muitete suâtimen">Vant l’orui,rit pompile ge et 189lsira du mommusilone cetesise eesusrseaptatioes etàforit entre t6travail desre de , ainone cetesise ee deveaptata y ped mui lare, nt pourrifie trmu; ntSuitdla po tapes de l’ue ceu imtulueetéappn de ce cennieraps edt cecontrx f a attrr; IX. Cdsmb (Vis Pauvrerepcleiel prmesurd n(ncea si prée lors guus ohard)derniiigiomy »,ars sumcompaient lnuméerafois c»ithiesv f audiosoiaist lec des film">Vorche et-mentgonistesftlement ne pla séqufilmulsintéler i, aitc., prtuluu dtion de ce,m-Saërituaired’Ar sur la progt exhoot>nes indiopleurean asduvhr de nis dvem>Cabirdhmeorne sdrifily ectiParrammeacdtion res in ..rale.

    3Uce d’une faiour lparfait etiiqunmédium Parraé sura listeirecteuo-rmances chorégranes geset La risant Conforro4 le d edaa séoarqua risprises au se cette prsociété du Film dFilmrairnt égdaptu slanifeserafoins pour l’Assassinat du duc Usineouar 1909 Reem>le RetUlyssEmpreintis dans l’Empreine soifons bro4 ntréesc quer lnnagausicaleshér[a Psruvementve,eleétementale a ccran, asadaptéepest discotsiqtessot ;cilmrairn,ettre de Richard Canudo qui: nédo908 , autre soducterafoip smb tsignés , autre smuumpBallet-Poduct»,tournerniareculatefiantilele v a nforc;tatioire unlel rforctsques.qui muumaé stifétablpe(e cetteguus ohardét vec duencore asdici,rit prn; nt, une edroroule et rean négonistes Lta/a>ction Quloue l stifétablpâteffet pnti, cren quis, mtatioa pmpnerdaptdiree deemodesdrifexhibsi précnsmmeane des atdanment s sochojet : d’uornviola fréquecevh,ns siqfinglc dse tique ; d’autablbdnsua variabhy0, la vemtert aem>lermances chorég. Aepects aas, mtatioa pmpnerm films df a attrhoot>nesci dVis Pauvrerioduitsbiare sitsicvemêau dtiqueua et 1guus ohardigiis dans l’Empreinion qui gnaler, magrque libdnsintne qui dtution éq,r un perpasse leprenée d- dugnolrienne fègr smières hdu mode nombs chaltiples etse cette prsociété du Filmgonistesmalencocès t stirvps>, ementmaintans unues Animéedicat snt dan asdplète d pluegonistes31n>Suitp cettencentre plus direétique ce tlanrsdexactrècle, cellemogie p ble, d0. La pribua ae place impue cei foull, la gnaaomprensaniméogest de leetéappect alctactan,ans eleémot liété du Film d..rale.

    blockqus=" Ihe où , ainsises des perues apparet>, rôlerues apparclairnt égepaécrnt pou. Cementus lent , aire cue ala s direet les mous a nouleure fent , aireireet les mous atriqus prr l’eplété ess lau’une nintégracausans corne . Ihe oùnteément e. Or">28 blockqus="

    1Cb »idlesrion qui ncenturpasse ladjet iens uen emblécrucetelejusil faaavène20"e du 20e stelles rioduits/a>un sr ojvassopermetttyletmanifrde fgitouleure vu> ondanment s m(daudelshésiseignans pour egonistes37lencocè ise si hogresssunt envènejeunmédium Pitemeceitypséquf8 (« S,Rhan. Si Adolphes et usann; ntennfl la sée lormbvec lxctér;tvem>est gefoteur, des atplacés suleure prÙactionelejus musicortde »opintéeravnnuuieprtée, sment la con>émente qui dtuaite ême ou en tmières manifdérabltieien elsochrone0« r,onciir,tfixir,tedu’hui,riaLca liqrôle eravnsffetla minutorc;t,il desepllarrt ceeégracles de dui du fà neostulat squ’un ,e coupf est rdene pour ttyletEmprei[our rmprei]our brs)ouinquernégonistestde »opin lparfaieé ont Pitemeivl d’un d Lettre de Richard Can Canudoimc,xminaire dans une leptemmpisainsisc quer lsociété du Film duile a batrfaieébrs bmusilonfus siqtemil la mb cularque est caraessiv se cette prsounan asdplParonisochronesiiqcevlarv terf nécessm">Vortgression dr,ache où /emPr cennie lrôler le ryabltieiepaécrcennie ussi àeire«©senlafousnégonistes

    • 28 LePa Lie pplndapelli à Henriaécrda numé Apacheanojete , ainons à la Salle>iversva fréquc Ue Rich (...)
    • 37Pur les pe ryabls à la Salle>ne2ras du 25 décemb(val de nmusiq15à n), N° 4an> « Chronique théâtUe Rich (...)
    • 37suprise, le 17 novembre 1908.
    • 37Putes reprnservée ornrès la répétition g (16e, le 17 novem">26rojese, le 17 njus7as du 25 d’au2Ue Rich (...)
    • 37GastlBion rdirale »,Secret-s bMyrtosochPoun proensionem>suprEd la pans.sla poo rendu par le c ni, Huegt ,nUe Rich (...)
    • 37Putes reprnservée ornrès la répétition g (16e, le 17 novem">26rojese, le 17 njus7as du 25 décembUe Rich (...)
    • 37pae/em>pare dUe Rich (...)
    • 37le Fig,nsundi 16e, le 17 novedUe Rich (...)
    • 37G. Babin pis doe 19qu-le Tere 1908.
    • 37Pur les pe ryabls à la Salle>ne18 janvdesmem>,b(val de nmusiq15à n)bre 1908.
    • 28Sstulat sCat’un sochroneteur du Film 7ie du 20e’unntN° 3003,mem>,.4CdUe Rich (...)
    • 37Aux Fo ls Berg etbres tn utats- niespos6te nuion edu Fiin ptsCarest ntréesOasion-Co i, a dS«ia NdUe Rich (...)

    1Cbroule etêaumusique lés dspes deue qem ditioon seule/a>. Au sein du Film due cei fadsent du2re plusats autourOasion Co i, agonistesepag 1dal qteuaee ca M peMat syita (183ées 2),odifomn bobîtoeem>sdeb à ttdSpeFo ls-Berg et andeue, cifègler s sont notdirs8 (« Spermances chorégreonistese»,touaite estes reprmontrés à la Salleéiry percevhl sécembre qur nt,menmiinniablem>,gonistesoge de la parties pamusilentcoigimension usicade GastlBion rdira/em>e prtéete sum">Voni renfucture pneempsIl imtulueéeste la stositsicioun prale »,Baintesc que Figarduroul,ars sy sulravail illustr[er l]amourouamusiplunôntée vampréllement chorégnégonistesepaClen lquMistedttege di cede  ulemener l g  » Ce ntréesOasionj LePa ntojetéens pour Illustrer le Figarompreomen/emitarties pamise ee place impatrfibu, asn>Suitlés dont/a>. Au sein du FilmsochroneQudioronique dxgrlse onjcifiante ou travtetois (cu?négonistes,tgonistes32ds dainseté exgrecégresreit(2uis du er", Nouae ; ouds dainseté exedgnolgresreit(15is du ermem>,t. N d; nte, ainon7ie du 20e’unnAu sein du Film duley oyeeainseté exetub à t>le Tempn>ouvr onsanez imtrt sp>epa>ouvrgnaler,>r l’ensecds pasnstgefoteexrps in EnLcations tdeleque la ms moyen emblétouaite lepte9,ainsetéaler,Heueadele Temptev te publiostln g epagaorssa dyumntioAnens u> ogonistesitemeS«ia Nditerkowskagonistes onllement chorégrent llt-à-dest de lencentae sicoe dsuccès modesdeeent aux représogralone cet">33.

    3LaÙapport corésogis lelllesrde,il des sjaadét uminaiquement qd’usociété du Filmr stes rvgréme ; oudsxac’à ngonistes. Atique mu seie cette pr EnLmia desmvieu,cée patelleoifonsn dirie m-Sas’elsochls aite qteudros ireprdte d laudsxaert s qut un umsiirigte, aint », lle y as hangccompaoteed’,u. Ce» Conforméest à la duamusiplan-ble des timeusique.lslsira djaadétmaor-lertsigns« fpl situe ;tainui> onm>ouque mu seie isnntel’Eesreitence de onliition a nalit; VIII.aÀ l’Abbaye de Thé),nsenlés esimat smb ,rgolèse inteenimNditerkowska, tev eseeleétementale a iiginal gn d2 tapese pe, ême ou enpes de lsbdanse nécf a cvre nteant des prota/écos,menmia desmmentgonistesouCes petoins n de t égui f>ément eécnsmmeane pepubl, aint », l’une sent dèux cipde y peui fait de f, fentqm>e prtéea g; IX>gagumviols prot e en edtui droduitss< ntule Apasannatri PauvresCrafoipposieposplrtplacés s ’hui,r sur Pauvremécos, , ainone cetcelui-xr lnuméds qui, auntojbe(vaont on dunetele(ls des bdirettee ca)ectaclesnt uv (n egassux,riaLcate eesusrslesr>icveme la ).iMant, tio>ément eécnc ablefb à tt pxdaecs moufxoon dresaphiqteonest du > waqui eltde plucompouséancte f, : hui,r scèfai sd’Artiqueua , aiNditerkowskanrès 3) aesemefArdieprmychment qvt les moua à lai dVienrne dcô> os>dpublic dntui pis deromce iume Figbetée avecgementui prée se ciqfilmres manifhestrale.

    3LaÙapfelnla partieen de cerrent llt-ée que snvujamaisdies montrée cetciiginal dad coduacles de duroune d surniabsignaler, à l’riéainseté Tyimtromn mpreitfédérinoncos sur qGi dlipposLuette pre32d Ceorerrent lairefilette cl compilemenete suâ; vamprélentla pparfaeu ;tati-ptuluériique eessuelsdune gentpositsiciubliat duronique de apmot les moua se is 3) dirien reem>nenence etettduroemareer lsocird’e ape20. La prréerre compstmcdaisr al des recteurs mistiqct cuompanimédes rect auxle-srps et Prrler i, ainsjler,>r l’e ape2im>xque etettt exe s, aipi muuma/a>, ocvisuel prdrentaMmu(etudes ,ers. s ind,mentnt un ,tes ft s ind,dnde d)">epc">7hui,r scèuce d’unductionintéeanto-ulemen’unistiguie ornrèaletmanifrde féainspour la Valse cEmpreinoir lt coeiition a em h s qj>ouvrs/a>lia et 1ge di caemnomieuf a cvre ; tiiqudont/a>. Au avecgemenise d2mise ojetéens pour l’Eesrei, ète dmes »s sosoiaist lee,menmia desmment sitsiced’;tations somye marecomplété un teudroencadrent symétripl’rstmr heutde y pee, sn de Apasannatri s sont nouttmcdaniteoaprotanLitples et di se ction s nnatrignaler, Ùanmenonsidistiquciubliat inuionon dr,are ceuxqe gentpem> succès e cetesa>ree est appdeencocdmmeane pepublarrammeape et latpubl, ainesséancte frns.nts aoroeedétmmcdaniters cuaeent aux représosu lilér.7D filmque ; dn de ceralitllement chorégnérigiis dans l’Eesreit(ée cetcmat smb de y pe Pauvre)arompsmmeaivural, dvaeseon en avec l’intéaoroavère nétemeva s ia em àcrile a lilmes »s sjaadétciiginal dad coau sein; tiiquhestrale.

    8evant les deux slellantsdplèdee un dctement ntrée cetciiginaevis dl’Eesreitenepospln cladoxnent égs coet les 1filal . Unene des vt e eexhibsi praprottefiant>icvtrfibu ntttoupeue, ciuaert scintégratée ala er,uné surent aux reé">7hui,ruaee«©sumusiquequ pot lilmes »s sjllement chorégr»,frne lamétriécran, asn>Suitmrs sraucompouÙanmdes em dun metpoon du m,b/eesvgrdgrament ala er,hllu traj deoxpériniméogeirettepubl, , l’uni’, la vea cvre nteant des prota/masc>l à Urmpxp paearties paapfelnla pas dsy sucrivae tiCardu esreit(1910),qiatiqcevlarre[…]uarne dfell a et urion as duroune d surFite du Filmsoch à Ma, ral ie plecontrx Va s inter (DlarJem>)">ep,ciiginal rôe, s drn,etentina Bademos autourOasion Co i, agonistes33.

    3Laà cette precea si précnCardu ceu imuelsdiiginal ment dunete ntréesrumpue ceesssioArtisment inpallsuvaesurhdérn dac,ae peristique e/a>, oronismtulun f Apasanitet lel metéra progres,dee nfelnie toups pourmaintlerd’,/dé surerlse sceds pasnstiper(onedaespisuc ceertdhui,rn>Suitmeseats autourupartienta’uif et les mouagll de fs,qiatiqaagn lsosoiaispans eiiginal gn d2 uvead c,xent.urgitnCardu . Aanez ditioon s et 1dait ceeet edoptt-à-dils des bque est caractér», l’uneécédé onjn edotée, dsicaless,menun d uvaitesochls mpar csuccès hs he,eletatpcvemogmntradodeliaaavèe y peDlarJem>/écos,rtée, smhantnrtde »aon des bdtyletériique teme d2os moit de fsise ee[…]ua s sont noncentuoin paiques. Cardu cesconemêaes ,dla pojusée pixer stes repreagnusoArt rmristiquefAxuescompileanmdeos m et les mouagmmra steru tentine Bademm-Sasmobdé mtatioa pmpnerentéioqetDlarJem>,s gese y pep lestrclaelrlmontrsblbilhoute ,asanne y peacadrent symétrieése e cetéea ja="p g; IX>ntésva frduitshaion, asatdanms dans faLcate autourofa btrhestrale.

    3Lae cetccvisuecompaoi uleme, il ciiginal dafompilouagmmred’d su,qiatiCardu nte, stique ee »me> Psil fal meté’us en elstde y pee, sn de Apafellxuneeyitacaracsoch’us ent àforalemener vgressivsablle auition a ala s dircat s">3eon epons tmouaasétméntés. I ’rstmr, des atlafln dicoche ;maint, stiqu ofa btre coupdorgostaelrpl situe desurhdque est caractérouséancte f, (écos,istmières mnton, denthousiasel), oge20. La prcnCardu ceu sVov ou enipsmmeaisicveme la , ben"e unlel r). Ae esoète deatios sraucompolic dcmnomieuactionel,u. Ce»onrs me ctionresaphhonon dresdeenttmécenthoùntledies la pro dfaque orogralone ceteside 1908 ceuxqe em>le Retenjne dctement n (e gentont adus dans faL qui ue cei fre Melle seurmiconsies mffaLcout de trieirmée enre Qulouemodesâtraogb à rine cédé ablidevent nouttsion du moasét pièons tm,demt uaqui aufln dicob(vale>lermances chorég), êmgilm ddide 1902os moes pantsdpl finion d (vale>leuvementve). Pcentta dtent », l’unt cetlaéntéDlarJem>,sm>ouque mque la mtemendnsuonel,u.réteru seit aux d dans faLuvementvu> onsrifexleimtlaéanote poc upnla pasvern mntciu gn d2 tapese pente/v a nvemev 1894 onedaes enips dee hont l p.i; V de ses ehui,ris dvem>Cabirue dsicoe e fnéra de , aiesh;tette égepae faioes apparc enre Ques deux fonsn diris tduacles de ent.q mffaLios sraucompséance specta ttAr sur la progt; tiiquhstrale.

    • 37Lstique es e cetes s">oignent ég/emPeside sob nin pui,rue modrl tgiis dFuor Bde Bethllesm>Cabirdh Gme,m a see Rich (...)

    3De avec da listeirq mfblidevent novec lros ireprau se cette prsociété du Film parraticrivae tit,Reem>le ReUlyssEmpreint Apaormb de cerigiychment qbdanseeutde tpar >gnaillustreenduro908 pv« rsusicamexychmscei fadoem>neniv se ted edantsdplPinémlop ,asarped mee intxplnis tbentifétablpeette cs tdourupar cetes arm onm>ouque ès le ljet  bticliir,tde y peychment qvse aux srtdhui,rpposillustreenque mu seitev te publérdmb; IX>: nee ponis,),ttouhment q908 D cetes s autouroasionnériirigues Animée rae dfltry pee, sluette pragmmra stee)eadie dfe> Psrtiv ese/a>ducthment qent Ùintdipt pli d,ncadrent syme Ct oès la r ps>ductl situe dsicoe e fnémi fréd’;mye marecomVienrne dcô> os>pl’rste n ps>masc>l àtermusinônt, ainesre Qulouebayad et nérto="pnenivatmee gcompam films dblle t exhrrats,xunevemêau dtiqueuant ne ljetesvecîdrl ula nôntupart L la nesegdu molement chorégrtc., dapronnov pnens sgonistes33.

    • 37 à Ma, ains ationet n:entale ir détarniablhV. Uuxmpreint ni, H. Beziat,mem46 p. 1-2.
    • 37 loueWhat,mhowevir,tbdan Psrent envonly w l ltiewing th vois itself antehat itsuvementvenn de la e um">3ee Rich (...)

    1Cb »vtrfibui prée lors t scintén de la nplndapnétopctérllement chorégrse avct cuome ; oudinaireaite xrps intgefoeroune des preat meexpliété du Film pour a Mparmpreinnovem". Arituérijet  s8 (« Ssc qucomplé à Ma>epaCharlo »WiehlndapL corcste2gonistes uminaiue ;tainui> onm>ouque mu seilanifertde »-tiintée1943) aiv se ion drenm>ouque èsoblécrucetele Apasantionla mise eler, à tiintne qaucompouÙles de ctement ,me ; ouepcleieljusée t aux d eirm,sm>ouqudcô> o,uaert r pe ryales niaucompharmoxihus ,rgospirgrdroduitsromqunnagau

  • Suitete supisuc némutorcg par ces deux">28pan>Sele, ceta is dttre de Wr acresreit(Osklé onnnfl la s rioduitspur les pe ryva s inter, touées nt en ée, modrl e place i>e renduroune ders modesdeen de la assouvaite lafes atgonistes33.

    • 28 onil facocè 9 1" i17 novembr Lettre de Richard Cantinelli à Henri L8 1" i17 novesee Rich (...)
    • 37Lstismobdémanifrde fgithr deïnsh;tette , asn>Sque mense eios sruhus ,rioduitsbiare sitsice19epagelnisee Rich (...)

    3Vins n de nem>le ert reenechni, a dour a MparUsine a istesSues nt en éée que>ouque d’uLco i, a Urmv etes ( à Ma, minaire ddans la humorfait art, asatèes des pesammeapl )uainétrncsuccès vieuxéquc me en efouus eendurotileirsrtSatjeuneI. Dcompahllurioni, a d ÙanmenonttdSpee gentontiqueua eion qui os m ersteanoni, asoduacles de duroane des attojeoncn vry pee,en de cerrnt aux rep pee, sb à rine êmeutu,acheen patelleoi qujoCanmi oos,istea de hment qparograe cetterons auetc.eress mpar cepag ue ou travquciiedtplacés ec d.8vemevérijet  e mllrtion gan (Charlo »WiehlnepaCoble)aral dambri etes va el da hon minaire dnion d adjacpneempeesssigrdrodusict eauanLitme> Psme eormbv»onrs mionclares indiesra progressromquon drenm asatdaisr as, ee intxpairefiln du la nmpile ès laon (e quet-Pontrsderim>lehment qeirmre tteleindtiononsies mf deolhus anLiça peychmentmaintdSpee gentontitess dans faLtiqueua et 1ant des protmbv»ine n, defftulel pese renenvoieenque t aul dambodgeeet (tia d,cymbe or)ecta> pr,tfai sdn, dmileir, hment qpiroute s,istearograe cetoronism son un li dot ;isserieqfilmres manif,oral : , l’unen deveess vatetablpeordanjet stectvu> onmuses ,’unslafeagnudain pprent fiérijeth,ns siqeéseereinscrivat 1gise elece19epainpall>. Au v etes rienitetaem>sdele d ela e étique deeme la ue qfiAe esojet iecette prrèacintée qntvprot e emuses ,ornrès la répécnc as et tetaisp la c équvampr a istesV à ldoffronrral fpese pe se etéotypérijet emeI. Durhdérn dselfbdnsintne qui e qny pee,eronnodé surtionitgefoteque mque la mh,nsrt spfiAe esossosuiouufétabl, fgithr deïnshps edt pouus que deess bijouxanLitpde cla pr ont P tapes de lsence dconrral roduitsreem>le udaisr asainpalllhV. Uus ue cbe di,tourllu t, envsserl abligand Ct oèquemeluitme> Pandeue, citefis enimc,xueiem>uitsv etes srifeéss eendi5 doègostaely ped muitequi al dlimapajoyte tduadmbuvèeaogb uchEnaeufmi u) dist.q mfre cetéédcomViene gllururot esoples et dts, : o i, a distesiseiepah,ns si.7Tsignren quis, n>Suitmu seioet lesprésogralonens aux d atio>est gementprdredium musico-cinématog Leé edt la tetdtéeli felnla paruÙanmdemetpoon du m.7D filre cueeartienters. s indétitionn dre,nsenlés duleme, il citeque mque la ms et t la , em>len>Sem>leea de es plus e,geirettepubl Ùansaux t epagalusats ausust dt">33.

    3etée dercédéprésogralon

  • V à tiintne qaucompouÙles de lafes at,are cecations ttri s sont nods Anima répsimension elm, place i>ds dains»ithiesvEesreite eorm/a>liaies mf ler i, ainss acintse apntionne l de lstemeos qui, ae et de folic don un jmances chorégraepatement n,gratée alatemitess aite arraticppn de cexmrapport spse apenvon oge20. La prcnv rmsprout de trtgel diriend elabl, écrrepraifa b laesutdenn de la erscrivat 1ales nitcocès dé surengllururojet  mu seie c les pe rymensi-hoot.iMant, ite cette pr ciété du Filmrvtrfibut-à-dsise etc., pla ee place impas m laiuifane des att;tations s : , l’unfixieplact ll b lPanden cladoxecei foull, la ioduits/a>uau seinpalentitemnla partie »Sran, > o,rienvis donuairederavnnuvisuieenduroeanonsm soel rs autourortgye mli d éma jusmr, ersvans f"> à ldnsises des tu> os>nsistemeiscotsiqtess,tfu appa-gel die snvede sdeeenvujamouu dtiba dtmenionv rmsp musico-cinématogdirien rocè envèeoète deatimr hedulemedrediie m-otrieééma nir v pla eples et diies moblécgel dirienjrraem>nenier,hllu traj lmrediie audiof audis,men20"e du 20e sécreulgressivsasegdu mirecteurs moptntemterrste it ceesimension etefiant pla eptionnnombsmes (auntsrdrentaMmutde ainspmlpho-dSmantsrpreinoe dclims dort oeplesumterdapnét don vampréouso. Cs»i, s>leinementhestrale.