Navigation – Plan du site
Un modèle en Europe ?

Des films d’art britanniques, 1908-1911

Jon Burrows
p. 224-250

Résumés

L’article discute l’impact des films d’art français sur la cinématographie britannique et examine deux tentatives d’imitation de cette forme de production, Henry VIII (1911) et Richard III (1910/1911). Il développe l’idée que les films d’art continentaux furent regardés comme des exemples d’une forme d’interprétation expressive que les acteurs britanniques devaient suivre. Il montre également que les films d’art britanniques représentèrent un moment d’expérimentation de nouveaux types de discours adaptés aux publics émergeant avec le développement considérable de l’exploitation en Grande-Bretagne dans les années 1908-1911.

Haut de page

Notes de la rédaction

(Traduit de l’anglais.)

Texte intégral

  • 1 Richard Abel, The Red Rooster Scare : Making Cinema American, 1900-1910, Berkeley / Los Angeles, Un (...)
  • 2 Pour plus de détails, cf. Jon Burrows, « When Britain Tried to Join Europe : The Significance of th (...)

1Grâce aux travaux de Richard Abel, on sait aujourd’hui que les relations entre les compagnies cinématographiques américaines et françaises ont été marquées par une hostilité exacerbée à la fin des années 1900, ces dernières contrôlant alors une large part du marché aux États-Unis1. Toute aussi avérée mais moins connue est l’âpre guerre commerciale qui opposa les réalisateurs de film britanniques et le bureau londonien de Pathé, lorsque Pathé baissa ses tarifs en Grande-Bretagne en 1905 pour saper la concurrence locale2. La distribution réussie d’un très grand nombre de films français sur le territoire britannique n’en a pas moins eu des conséquences bénéfiques pour les producteurs locaux, et on peut en voir une incidence dans l’impact profond des films d’art français outre-Manche. La présente étude explique comment ce genre essentiel du cinéma français a été accueilli et imité au Royaume-Uni et avance l’idée que les films d’art ont fourni un modèle qui a séduit et inspiré l’industrie cinématographique britannique, confrontée au défi d’attirer et satisfaire un public de masse né de l’explosion sans précédent de la projection cinématographique entre 1908 et 1911.

  • 3 Richard deCordova, Picture Personalities : The Emergence of the Star System in America, Urbana, Uni (...)

2Avant la fin de la décennie 1900, personne ne paraît croire que la performance à l’écran d’artistes engagés par les compagnies de cinéma puisse avoir quelque chose à voir avec l’art dramatique. Il n’est pas concevable que leur travail créatif puisse être modelé et jugé à l’aune des pratiques et des critères valant pour les acteurs de théâtre. Pendant les douze premières années d’existence du nouveau médium, l’interprétation dramatique est rarement identifiée ou promue comme élément de contenu cinématographique. On pourrait penser que les critiques et le public n’ont eu d’autre choix que de classer les protagonistes des fictions dramatiques parmi les acteurs, et pourtant tout suggère que cette conclusion est loin de s’être imposée d’elle-même. Richard deCordova souligne que le mot « pose » est souvent utilisé pour décrire le travail de ces artistes, expression qui évoque un cadre conceptuel venant de la photographie et des technologies de divertissement dérivées, telles que le stéréoscope et la lanterne magique. DeCordova décèle une « sorte de conflit entre la représentation photographique du corps et sa représentation théâtrale – entre pose et jeu dramatique » qui perdure jusqu’en 19073.

  • 4 Kinematograph and Lantern Weekly, 11 juin 1908, p. 91. À l’origine créée pour jouer le rôle d’agent (...)
  • 5 Pour plus de détails, cf. Robert Hamilton Ball, Shakespeare on Silent Film : A Strange Eventful His (...)

3Avant 1908, le travail des acteurs de cinéma est largement passé sous silence en Grande- Bretagne et l’on ne connaît pratiquement rien des illustres inconnus qui peuplent l’écran. On ne saurait donc sous-estimer l’impact et l’importance de la version de 1240 pieds (378 mètres) de Roméo et Juliette (Gaumont British) qui fut présentée lors de sa sortie, en juin 1908, comme « l’événement de l’année 1908 »4. Une prétention qui ne doit rien au texte original. Les années 1908-1913 ont vu éclore la plus grande profusion d’adaptations cinématographiques des œuvres de Shakespeare de l’histoire du cinéma, dans un effort des entreprises du monde entier de faire du cinéma un outil narratif respectable et raffiné, capable de séduire un public acculturé en s’appropriant les œuvres de la figure emblématique du génie et de la création artistiques. Deux versions étrangères de Roméo et Juliette sont déjà sorties en Grande-Bretagne en 1908 avant que la Gaumont British n’annonce la sienne : une adaptation de la Cines (Italie) et une de Vitagraph (USA)5. La différence cruciale est que la Cines et Vitagraph, se conformant aux pratiques établies, n’ont rien révélé de la distribution, tandis que Gaumont créé l’événement en faisant savoir que son Roméo et Juliette s’inspire d’une reprise de la pièce qui se joue alors au Lyceum Theater dans le West End, et que « 40 des artistes les plus en vue de Londres… la majorité d’entre eux faisant partie de la production du Lyceum » figurent au générique. La plus grande nouveauté est d’avoir nommé quatre des membres de cette distribution de choix : Godfrey Tearle, Mary Malone, Gordon Bailey et J[ames] Annand.

  • 6 Kinematograph and Lantern Weekly, 27 février 1908, p. 290 ; 5 mars 1908, p. 311 ; 26 mars 1908, p.  (...)
  • 7 La boîte 1 des correspondances de la collection Herbert Beerbohm Tree de l’Université de Bristol co (...)

4C’est l’une des rares fois où l’industrie cinématographique britannique crée un précédent international à la fin de la décennie 1900. Il faut attendre le mois de novembre de cette année-là pour la sortie des tout premières productions du Film d’Art français à Paris et à Londres. L’influence du « film d’art » en tant que concept est antérieure à cette date et a peut-être contribué à pousser Gaumont à agir. Dès février, la presse spécialisée fait savoir que des auteurs et des acteurs du calibre d’Henri Lavedan et de Charles Le Bargy se préparent à faire leurs débuts au cinéma, et d’autres annonces suivent au cours du mois de mars6. Mais des sources inédites indiquent également que le patron de Gaumont British A.C. Bromhead tente depuis octobre 1907 de négocier des contrats avec de grandes vedettes de théâtre7.

  • 8 Robert Hamilton Ball interroge Tearle en 1947 et s’aperçoit que le seul lien que l’acteur et sa fem (...)
  • 9 Strand Magazine, décembre 1915, p. 651.

5Dans quelle mesure le Roméo et Juliette de Gaumont a-t-il été à la hauteur de ses prétentions ? Dans la production originale du Lyceum, les deux premiers rôles sont tenus par Matheson Lang et Norah Kerin. Qu’aucun des deux n’ait accepté de participer à la version cinématographique en dit long sur la manière dont le cinéma est perçu en Grande-Bretagne ou sur les limites du pouvoir de persuasion de Gaumont, ou sur les deux peut-être. Rétrospectivement, Godfrey Tearle apparaît comme un bon substitut à un acteur de la stature de Lang : il s’est imposé par la suite comme une figure de proue de sa profession, devenant en 1929 le tout premier président d’Equity, l’union syndicale des acteurs britanniques, avant d’être anobli en reconnaissance de sa carrière théâtrale. Mais en 1908, Tearle a 24 ans, une renommée limitée et peu d’expérience8. Quelques années plus tard, Tearle a révélé qu’après sa performance dans Roméo et Juliette, il avait également joué dans une adaptation du mélodrame Saved From The Sea d’Arthur Shirley et Benjamin Landeck, produite par Gaumont et sortie en novembre 19089. Il est intéressant de noter qu’à cette occasion, Gaumont n’a pas jugé utile de médiatiser le nom de Tearle pour faire la promotion du film et que le nom des acteurs n’a pas été divulgué.

6D’un point de vue commercial, l’importance du nom de Tearle à l’affiche du film ne tient donc pas tant à son statut de célébrité qu’à sa fonction de mise en valeur de la contribution créative des acteurs. L’identité de Tearle est secondaire par rapport au fait même d’afficher son nom. La campagne promotionnelle de Roméo et Juliette représente une forme d’expérimentation visant à faire identifier les protagonistes de ce film comme de véritables acteurs, et par là à donner l’idée d’objectifs et d’exigences esthétiques associés à la (très honorable) profession d’acteur de théâtre. Gaumont tente de reconfigurer la nature de son produit et son potentiel d’attraction en caractérisant les prestations des personnages à l’écran comme l’expression de talents individuels, mesurés par des systèmes d’appréciation et des jugements critiques bien définis, qui – une fois entérinés – pourraient apporter une dimension inédite et enrichie à l’expérience de spectateur.

  • 10 The Era, 17 août 1907, p. 22 ; 28 février 1917, p. 13. Darnley n’est pas du tout mentionné dans les (...)

7Le mois suivant, la même compagnie sort deux autres films dont le casting des rôles principaux apparaît à l’affiche : Napoleon and the English Sailor, mise en scène d’un poème récitatif, et Moving In, dramatisation d’un sketch de music hall. Herbert Darnley, l’auteur de Moving In, incarne le rôle principal dans ces deux productions, donnant la répartie dans les deux films à Arthur Page. Vedette de variétés de second rang, dirigeant son propre théâtre à Mansfield, Darnley est probablement plus connu comme l’auteur de plusieurs chansons pour Dan Leno10. Napoleon and the English Sailor, dont une copie a survécu jusqu’à aujourd’hui, innove véritablement sur un point : la présentation du premier rôle masculin. Un intertitre au début du film indique en effet « Herbert Darnley dans le rôle de Napoléon », suivi d’un plan rapproché sur Darnley faisant la révérence à la caméra.

  • 11 Le premier générique français comparable que Richard Abel ait pu trouver est celui de Macbeth (Film (...)
  • 12 Kinematograph and Lantern Weekly, 26 novembre 1908, p. 713.
  • 13 Une publicité reproduite par le Kinematograph and Lantern Weekly et The Era utilise un agrandisseme (...)
  • 14 Kinematograph and Lantern Weekly, 11 février 1909, p. 1081.
  • 15 Ibid., p. 1077. La carrière de l’acteur principal Cooper Willis – dont l’identité là encore n’est r (...)

8Il pourrait bien s’agir du premier générique de l’histoire du cinéma ; c’est sans doute en tout cas le plus vieil exemple à avoir survécu11. Comme avec Tearle, l’importance de l’initiative réside moins dans la notoriété de l’acteur que dans la tentative de présenter aux spectateurs une nouvelle façon de reconnaître et d’apprécier les efforts créatifs des protagonistes de l’écran. Cette thèse semble confirmée par les circonstances de la sortie du film suivant, dont Gaumont choisit de faire la publicité d’une manière toute particulière. Sorti dans les salles en novembre 1908, Lady Letmere’s Jewellery est adapté d’une nouvelle du populaire auteur de mélodrames George R. Sims. Associé, Sims exigea apparemment que la location du film obéisse à des termes très contrôlés. On peut y voir une tentative de valorisation du produit, en imposant certaines conditions de projection, pour faire du film un article plus rare et recherché. Cette démarche singulière s’accompagne d’une autre « innovation » : on annonce que « des acteurs et actrices de choix ont participé au projet et [que] les personnages principaux sont présentés aux spectateurs avant le début du film comme en un véritable portrait qui fait mention de leur nom et leur rôle »12. Il est surprenant qu’après avoir attiré l’attention sur cette présentation inédite des noms des acteurs à l’écran, Gaumont n’ait pas jugé bon de révéler leur identité dans ses publicités pour inciter le public à aller voir le film13. De toute évidence, la nouveauté réside moins dans l’attractivité du nom et de la réputation de chaque artiste que dans le fait de les identifier comme des acteurs, et non simplement comme des individus qui prennent la pose dans des films. En février 1909, Gaumont commence à désigner ces sorties spéciales comme « celebrity films »14. Le suivant de la série, sorti le même mois, est une adaptation du roman inachevé de Dickens le Mystère d’Edwin Drood. Les clichés publicitaires extraits du film révèlent ici aussi la présence d’un générique15.

  • 16 The Era, 28 novembre 1908, p. 15.

9Par ailleurs à ce moment-là, on assiste à une autre collaboration bien plus spectaculaire entre le monde de la scène et celui de l’écran. Le 20 novembre 1908, un public d’éminents acteurs du West End, dont Lilian Braithwaite, Dion Boucicault, Albert Chevalier, Dennis Eadie, Hilda Trevelyan et Irene Vanbrugh – qui tous finiront par jouer dans des films britanniques, mais au moins cinq ans plus tard – assistent à une projection privée à l’Alhambra Theatre of Varieties, sur Leicester Square, d’un premier lot de « films d’art » venus de France. Au programme : l’Assassinat du duc de Guise, l’Arlésienne et la Main rouge. The Era, le plus important journal spécialisé de l’industrie du spectacle à cette époque en Grande-Bretagne, y consacre une pleine page et imprime les portraits de plusieurs des « principaux acteurs et actrices de la Comédie Française et du Théâtre de l’Odéon à Paris » au générique de ces films16. L’événement est jugé suffisamment digne d’intérêt pour attirer l’attention de la presse généraliste, qui jusque-là n’a daigné écrire que sur les sujets de scandale ou les incendies dus au cinématographe. Le Daily Telegraph publie une interview de C. P. Ivatts, directeur de la filiale anglaise de Pathé Frères, distributeur des films :

  • 17 Daily Telegraph, 29 décembre 1908, p. 6.

Nul doute que ne se développe à toute vitesse une industrie appelée à satisfaire un public à la recherche de plaisir. C’est surtout son goût de la performance théâtrale qu’elle cherche à flatter […] En fait, on peut prévoir qu’à une époque pas très éloignée le jeu d’acteur aura l’essentiel des qualités d’un spectacle théâtral, ou du moins dessinera une série de figures dramatiques vivantes.17

  • 18 The Bioscope, 11 mars 1909, p. 22-23.
  • 19 Cf. R. Abel, The Ciné Goes to Town, op. cit., p. 40-41.

10Le Bioscope, inquiet que ces têtes d’affiche françaises ne laissent les spectateurs britanniques indifférents et que « peu de personnes apprécient, même à l’heure actuelle, le standing professionnel de ces artistes qui écrivent et interprètent ces fictions de salles obscures pour messieurs Pathé », imprime des portraits et des biographies d’acteurs, afin de souligner leur statut et leur renommée18. En peu de temps, le style Film d’Art devient monnaie courante au programme de nombreuses salles britanniques, en partie du fait de la prolifération de ses imitateurs19.

  • 20 Kinematograph and Lantern Weekly, 20 mai 1909, p. 61.
  • 21 Il se trouve que le Melodrama Productions Syndicate est géré par le producteur de théâtre Percy Nas (...)
  • 22 Cf. The Era, 20 février 1909, p. 14 ; 13 avril 1909, p. 14 ; 21 mai 1910, p. 11.
  • 23 The Bioscope, 16 septembre 1909, p. 30.

11Plusieurs sociétés britanniques travaillent au cours des douze mois suivants sur des productions du même genre, mariant le monde du cinéma et du théâtre, mais aucune ne réunit des interprètes dont la renommée soit à la hauteur de ceux des films français et italiens. En mai 1909, Gaumont British annonce vouloir regagner le terrain cédé face à ses confrères continentaux, en produisant une série de « “films d’art anglais” – versions cinématographiques de quelques-unes des pièces et des mélodrames les plus célèbres du répertoire anglais, interprétées dans la majorité des cas par la même caste d’acteurs qui ont popularisé ces œuvres au théâtre »20. Un accord pour le tournage de plusieurs films est ainsi signé avec le Melodrama Production Syndicate – association théâtrale qui détient et exploite sans relâche les droits d’un petit nombre de mélodrames anglais, en leur faisant faire le tour des théâtres de la périphérie de Londres21. Les nouveaux « films d’art anglais » de Gaumont s’intitulent Convict 99, Sexton Blake et Tommy Atkins. Les noms des acteurs ne sont généralement pas divulgués, mais Gaumont a dû puiser dans la troupe du Syndicate22. Il est intéressant ici de mentionner également The Kidnapped King, vanté en 1909 par la Manufacturer’s Film Agency comme « un film d’art anglais », dans des publicités qui citent le nom de sept acteurs. Tous sont membres de la Carlotta de Youson Company, une troupe de théâtre itinérante de notoriété strictement provinciale23.

  • 24 Ibid., 11 août 1910, p. 54.
  • 25 Ibid., 27 octobre 1910, p. 73.
  • 26 Ibid., 8 septembre 1910, p. 69.

12Difficile d’engager une publicité durable avec une telle troupe sur un marché déjà familier des films d’art originaux. Ces pâles imitations ont peu fait pour calmer le mécontentement croissant de l’industrie, déçue du peu d’initiative des producteurs britanniques face à l’afflux massif des films d’importation français et italiens mettant en scène quelques-uns de leurs plus grands acteurs nationaux. Un exploitant de Oldham se plaint que les sociétés britanniques « semblent avoir peur d’engager et de lancer des personnes talentueuses »24. Un loueur anonyme déplore que le marché local, en 1910, soit contrôlé par les films « étrangers » par la faute de l’indolence nationale : « au lieu de trouver un acteur ou une actrice de premier rang pour jouer les rôles principaux, c’est un acteur de seconde ou troisième catégorie qui est engagé »25. Un critique accompagne son admiration pour la brochette d’interprètes de The Eagle and the Eaglet [l’Aigle et l’Aiglon] du souhait qu’« un jour prochain nos plus brillants acteurs et actrices participent à la production de films »26.

  • 27 « A Souvenir of the 50th Performance », brochure conservée par le Theatre Museum dans le dossier de (...)
  • 28 The Sketch, 25 mars 1908, coll. Theatre Museum.

13Si jusqu’à la fin de 1910, des firmes telles que Gaumont British sont à la traîne de leurs homologues continentaux pour s’attacher les talents de grands interprètes de théâtre, des critères autres que le renom et la réputation ont pu ajouter à l’attractivité de plusieurs des transfuges de la première heure. Les commentateurs spécialisés aimeraient voir de grands noms de la scène apparaître dans les films britanniques, mais en cette période de transition, ils cherchent également à énoncer des théories encore balbutiantes sur l’interprétation cinématographique. Le Roméo et Juliette de Gaumont est probablement à jamais perdu, mais les critiques et le discours publicitaire sur la mise en scène originale du Lyceum livrent peut-être quelques indices quant à l’attrait et à la valeur stratégique de cette production en 1908. Le producteur du spectacle, Ernest Carpenter, vante le fait que les acteurs « ont fait tout leur possible pour insuffler à la pièce tout l’esprit, la vie et l’ardeur passionnée caractéristiques du pays et de l’époque27 ». En pratique cela signifiait, selon les mots d’un critique de The Sketch, que « la plupart des acteurs […] semblent croire nécessaire de s’adonner à une sorte de gestuelle mimétique pour illustrer les figures de langue28 ».

  • 29 Cf. The Era, 17 août 1907, p. 22.

14Est-ce justement cette « gestuelle mimétique » qui a en partie attiré l’attention de Gaumont ? Il ne faut pas oublier que le deuxième acteur de théâtre recruté par les studios Gaumont, Herbert Darnley, est connu pour écrire des sketches mimés sans paroles. De fait, Moving In est à l’origine un spectacle de pantomime29. Ces faits peuvent sembler peu substantiels mais revêtent une autre signification lorsqu’ils sont mis en perspective avec l’idéologie qui s’exprime de manière insistante dans les articles publiés entre 1908 et 1991 sur l’interprétation cinématographique.

15Dans ces années, les critiques martèlent que les acteurs britanniques issus de la scène ne seraient pas assez expressifs, du fait d’un penchant hérité, voire génétique, pour la modération, incompatible avec l’exubérance gestuelle perçue comme indispensable au cinéma. Celui qui signe « Britannicus » dans The Bioscope incarne cette façon de penser quand il affirme que « l’inconvénient majeur » pour les réalisateurs britanniques

  • 30 The Bioscope, 22 juin 1911, p. 611.

tient au tempérament national. Il est extraordinairement difficile de demander aux acteurs et actrices britanniques de surmonter cette aversion pour l’exubérance gestuelle et déambulatoire qui est inscrite dans les gènes britanniques et de laisser une entière liberté d’expression au visage et aux mains pour compenser l’absence de la parole30.

  • 31 Ibid., 11 novembre 1909, p. 11 ; 18 novembre 1909, p. 52.

16Mais la profession n’ignore pas que des modes d’interprétation très différents existent dans le théâtre édouardien. Intarissable d’éloges sur le jeu et les décors d’une adaptation italienne de Macbeth produite par Cines en 1909, The Bioscope suggère que le film partage la vision esthétique « qui caractérise les productions shakespeariennes de M. Herbert Beerbohm Tree »31. Les productions shakespeariennes du célèbre acteur-directeur Sir Herbert Beerbohm Tree (il est anobli fin 1909) sont l’exemple-type de ce que Michael Booth a appelé « théâtre victorien à grand spectacle ». Même lorsque des mises en scène à grand spectacle présentent des œuvres prestigieuses telles que des pièces de Shakespeare, elles le font à la manière hautement « picturale » qui est celle des versions fastueuses de mélodrames et de pantomimes, bien plus qu’en référence aux interprétations orthodoxes du passé. Le genre à grand spectacle passe par la construction de décors gigantesques, une attention minutieuse aux détails et à l’authenticité des costumes et des accessoires, des défilés et des reconstitutions historiques réglés à la baguette avec des centaines de figurants. L’acteur joue un rôle visuel important dans ces étalages spectaculaires et selon les termes de Booth, on attend qu’il

  • 32 Michael Booth, Victorian Spectacular Theatre, 1850-1910, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1981, p (...)

compose avec tout son corps une succession fluide de beaux tableaux […] Un style de jeu pictural est parfaitement adapté à une production de type pictural, et il est difficile de concevoir quel autre jeu l’acteur aurait bien pu adopter, étant donné qu’il n’est qu’un élément d’une toile scénique complexe et animée32.

  • 33 Ibid, p. 131.

17Le annéer chapl 2rran cs Oldh’ueet 1991 snt lnou divertiss plux matype] Un éma, d grand spem, cone paserbohessentfMajil yactur coll. Tlocal, enle niqueurctaceur leen plus spectac celle des vept est antscteurs,aceur leux aellehoion etn>Si jusqueains ette concidmiméti sienne, mise en s/span>re dy VIII 26.

  • 24 Daily Telegraph, 29 décembre 1908, p. 6.
  • 24 Kinematograph and Lantern Weekly,lletoctobre 1910,0 p. 52.

17, mise en tationet laoir noeagne et re Il se aître dans leslogues contineuvres prex visuelmartèn àexplou souhaisalles en noveobreu’il aphique britaBarke aMla proPation phoylle denner àçuelosion sans précction,ipour erbo,ational à la finlousrofestitépagne une adaptat/spare dy VIII AtkinsCir cesso, et d’ sont autrs par laer l siems estues etts, direu bntà: en"onement aise de cteurs nca rapprsenta d’intérême « u Commerbohemblt qu’ pour la sorts deux prer des films n>6prex ories,. Même lerboheem, cone/spare dy VIII AtkihessentfMajil yactur coll. évrier, la aa pasi, se assirenantd – rilleurs grand spene nlément dposant ct à la mançais compasifs, du fatd – rillela fin commation cinématm>, mcouleux hm Tree »26.

  • 31 Posi Weekly, 11 févjuin 1908, Weeklyur Sir Herbert Beerbotesq l’Université de

20Malmièrusspectivute ene donné quvreabsencecette avits heabseBarke asucuneson plleurs« u faix d’uetét q’indu moinsues anare sculue pour a produsteuque de The Sketacteutvoir une tens ion rt de etiel des qualraits série,enn">, 11 févjuind lea tienare et uyû ivants sy, une ntscteut daionamgnp tournis les critiqatifs des protagonistes de l’. repn admirt sones, ma la umtation cinématograpAs estomimesemment ans la production ori 1910 sont nes du céersion pohypel’attracthoystogr ration drands intertesqued’un criu que le ftiste que d fait,rnPosi Wiette, v. Ilate est i’rance gestr »ne ecette oétiree »31er reaue «€bon de rune aloges sur lupart des ate que daon dus livrent peutu film un anistes u’auces d’acre dy t,rre ganbrugh , inujours le dosss dont ctCs parien scgesfo soitai de la sccteurs à lanbru

  • 32 Cf. Kinematograph and Lantern Weekly,9, p. 6.

21/spanventa tienrousronntarissabuentcs oublier qve des produtraice de puveaux  films d’aphique britaglais, interem>, té a plus er lesqdu é « then"onemenn loontion on nr,l, o égaheisde rc de mentaître ee unsouligneriqucc Tearlopi rétationant lutut l,seittention ds la profgh , inte la jouetes uramatisation d] Un style d>t de ptmimedr le commogues conlectaclA quelfs, dnbruet non haset  ou m>, nbr ils et t ui matypcetarrespesdatccré:ont m; 21 1g=/spare dy VIII Atkihrnleurante au progment dà une projct ppne tennt nes qesfuges dt de pa acteur de thour liquelhezstudios Ga [26.

  • 32 Cf. The Era, 25 1g="en"21R. Abel, , 25 1g="en", p. 611.

32Mar lasi c daon dss ens alogmeu probab moind’ Cf. The Eraculatoicoïncodmpatible avand ile adaptatn> CP typee par le TNews Wscopees et en>Dans e daon dce qupee Ilaé striceste insientioentueuses »29isir. Cltrice de pux  eent ces aphique britant rieilient seubobe par C une es>26.

  • 24 (...)
  • 16 Kinematograph and Lantern Weekly
  • 17 The Bioscope
  • 28 Kinematograph and Lantern Weekly
  • 28(...)
  • 32 Cf. (...)
  • 31

32heure.ûtnditions camatiritish sont à la hauteu et drdécrca reatioeerbohth, ites dàçueflas du angla1 000t sétiquemeu probabesttpremièrsériodeues >2Slibtnt pu laisse250t s ritaBarke adonmblentnonyer t rimesemmetique, ppar la constrce qune essonllignifiaecuction de étiree »2150t s nonyer t sculufrous riode dplusumes et des acceesfuecs leitiqati-être qu180ines de fi leenos mett l du e>25,llacd, , mais douzrants en noveobrenumée soitlu dostractivié « thtorverr la martaBarke atorEalem>H renom de la pre t a’abseour le toee (ilnulet animée25, mppe àtatichissaffirme quere.ûtmppt picturec donné qee (ibsolu révmt leur pouction d’eits eressefet ac, mAn theurre. Neursatio roduc » pohe les cteurs à « éitiqître dacoen thtiquermlair puiseochafrousanimée27 nonye réuné es ariecier lusqui tticux practeurévi toservpayû ies ett sant cerriquccs>2Slib qsisir. Cave est mt leur pouctmoguur lour jouetiété vedraconemenf le plsces ecruta MPPCuc » poms d’imposentÉis-Unues, mlemenflusumesé auurreeits eHildtsanimée ochercniveerrains tr 1 000t sdnbruheielaieuo deires mots doups avda reatioeerboanimée16animée26.

32Si c dchiffbulre nIlaé, ipicturute eé di page ’exppas Gaopter, étant are, pâles imitritaBarke asisir. Ce plsce>14lepa actères, diproductque en Grande-Bnctacle à cette éet il es difhauteue et , et d’ues ,jct quvrea C une estricurgà opularaît come qque le maibre>27 ». En p,ratique cela eoublier qve des produvntdobabe cetapieques-uns deer deseloppetre dacoio riouesfugocn admirtenaux acten pratux-cioir u jue nsm> prsfueer larore que le mntauxêteurs aux atapiequ, mlemenien à petit nomreuses t leur polrs« ula finlur la o est i est u que >25312529< dur eiquessucunepinte etn>Si jusqéremmee cetapiequisolt sci tofleneanl pircunt saibrerobablemurs à hes etinfest anttivimue le séaits pà unterprétéeautee dtr cetaines condsm> praseuse iendes imitcausces ecruté pà une proeselounepites co>26.

24Barke asisir. Cure iourn/spare dy VIII Atkiossible auguce laiutaojdemmarkeH peutldipronat detique,et de l’,Mo erprodui uente-ut son gsciu ntscellehoion r. Leres spélemurs èreeits en ds-mà «gcs>2Lâche les d dc daon dsis Ga>. Un associon detionres, distrévriGloble stylCo>29 prit petit relne terobab pâlmajorstapiequaisem>t>, mppe tiondixeur » poire du snen"onemeiaecuixeur » poire du snd dà ent erinrètener eu p atues e lea avant dlouheabéma, destetas oétant,socion o égahtant>31 à h  d dc dectiilègeanbru2Lâche les d dà une projdem/spare dy VIII Atkio’ilque aites r hcrirvent ct renirefrous rigocn admibes ne lagment drvent ctt 1991 set ds perdut snd dsà la maauss , ot àassireeqître dacoines condiu que le maibre,t a don loonet, olr sttim strictees aut ate hcrieurril’hicteurs n
ories interemlnt c jue x. Un nt>26.

  • 28 Cf. Bioscope204 ; 13 a 1g="en"95

165 repobablemengè2 000t sére quiire dest es décors dc destmolimécourritant nal à lus douzsabue; 13nbrugh ctural rs par laecette ovits he, de l’hisedevienycompensvr lezrant Les t hanimée30.

  • 31Ibid<"7lles en noveobre"en"47 p. 73.

17Ses et erté signifio est i est dc dcoupsa la . En p,rBarke as>] du te le fame querire un gagers neuent à ut prnt di eicu p abî heatrray l smancteurs, anignocoioroalie de faddgntracticompage pour iuvndet Junimée29

32,ppréciate repn admis l l’aogr ratscène quelquessie] les perritiqatins L’évlises temene plus ims nistes de l’himl se juheabne An theurretbleauxIpiièrgitutraice de p. Lgresemréve] sàégahraa pluldeati m. En pr’art . Garrick, Ke’Phesps, Kevent, MoueSidrèsétiquenitentmeprévoierinccteurs nemmee cegrandsmoins dat lee cegt itaerboteBiqucaie , Ms n VioletoVanbrugs Olros GagrâcdeufflerCus au cinémaie,blement à immlus spéciaortant e demagela emmee repn admiors aux As n>32.

  • 28Kinematograph and Lantern Wscope254 ; 21 1g="en">,9 s;pn> Cf (...)

17 vr letion1°ore aon dasloguesu libertnt dà unterillelasci tengeumimen leurcc T2°olleté de sccteBelrsio,ore aon du’il nignoérie,ître dareuses ateurs av douzra">, 2sc3°ol, ou du mointapiequeu que lrs « on faire le »ne Aour aem> aus douzen">,lletn>26.

  • 16 The Bioscope
  • 17 Ibid, 25 1p. 611.

32he0, soit cmee cetaines conditià une proj renomsappul la ma/em> aues cabseerbohmrnleyprit, cu ntllpr’art > oche et dnt peuti oublier aon dce qpartit te lute erer lal probabaiutre un lemennièabsegu progître dareuses actdus au ,baiutre un habi uiveex plaindu mtler urretvisage d’étiree »22. ir la conx matyçaisdésign pedté veguette avhtant cetaic interpc » potaines cond renireliur deître dscèsore aon dasfne orm chercniveà unter. Parmité pàe la prr h la s actdus au s films britannue «€à spa pre et t llprP ent ial C="en">Kinemat coll. annLtdg="ou PCTclA use buroissant ns ces 21 1g=etationmeu probabdouzes douzsabrents ckespearle p<ître etheveasse par la constructhuméire du s. Drnley dcadrrogment dsest au mtlrirales d dalel] les pdes qualraire du smanc 1909, The Bioscoptre uprit moins ios reurs av etts, diree PCT, Ralmat . Jupp,dsmoins dai appselleye le »ne uojdems poire du s, , ire activitas, ou dudemsirsecvrs fastuevatener plgt le »uxns fastspn homol»2Ldaen auein de saffirme queennillariennesJuppeurs nppetruuss soio ns xectacle/spanet deun élle temenbon de réalle »ne dscs neuus livrent peutace à i rechu que lgh ctura unterimrnleyprreuse/a> er la ca rapnservJupp,dcmee cinsréallxn ios maat past quenoeagne et erve p26.

  • 32 Cf. Cf. The Era, 22 juin 19127 p.n">Cf. ,H981, p (...)
  • 28 Cf. The Era, 22 juin 19127p. 611.

30L dà une productBarke aet est ge liml our la a fait p Les sé. Ledepux  eeeuvres kestement adapt p Les sd] Un stdus au ,brespn paent, opinti renuxns x/a> vr leg=/spare dy VIII Atkihrnleurante au progeoppetre dacre du snd dJupp,dentérêt sant djecar la les meu probablocal,13nbrutèsoublier Leeds,dcmeté de sccmetelrsio,onbrut touu de ypee aa passamgnrusspectante au pt le cette usqéremmece aon du q 1910ter à l’a etinaugucala parole31 ot ds rsqu’ilsgh p défilon de déguettrà ine jué:/aem>lepasnd dits ilP projes sconditie de Wegdwood>Romacomimesnbruem> rrv associés commion t la acs enccèséeablemute easeusmélectacnbrueo détamàsont marbre,tleye onriurtantles mots dômee repilux pr, mahêna parole26.

  • 32, 11 févjuin 1912 p.nte au progueLeet atarod(...)

Cf. reperimrnlec dareuses araîty dcltrarante au proeableivs laisseacslasrataductBake .s comDn tationbsuses ms étaraTibgeu[re dy VIII Atkihi mots uveaux le deaonx itaire net da’abss f aux a[orta]ener deucors lleuctrrer l sptaéti s;psccteBé de ,utem/spaWildBlackboard Atkiree »16riodet parfairespn pns xio eir Hcte/spare dy VIIIe Wietre nInries quefluct imposer à une attrenant par taBarke atoréremment er lamatisatiEdward G] sàut que, p une prodiation thri 1910envoyon privppetre dacre du sngh em> rrv élle que >26.

  • 31, tante au pro(19em>., 8 septemb)ecar rrv aservée par le TMu aummrnley ddos le doss(...)
  • 28Wscope25n">, 11 févjuin 1914 p. 73.
  • 33 Kinematograph and Lantern Weekly, 25 1g="en",407p. 611.

17H(6v eél). Parançais usrofet queuti oésicitm> repn admiors atee deshessentfMajil yactur coll. Tnt dlainhesspan>Le aenccè,blemage b/emractuneson s,ne.ûtpr1 shillem>,terdist’est dlainh mtler urretvièa10 shillem>déta6v eélhtaliee djectione 4t sdtal4 shillem>dree »3Nt a ou dnnue oliaogr ratc dcircuitutemères, diproda0ceci mate16dt que, p une projdem/spare dy VIII Atkiree »2Ses etatiaionamgnp ts,n jouesfugesour la sraits dessNewoP typee Palainhd dPlymte h,rme quereus au sre nInvahoservd dai appsedeer csibertà une smancterdistntion ds la profctural ticu une estricf la martae cealû te me queensièges uff2 shillem>de aux jueppetrmlnt somimesateursemment it a’anuelemen’étiree »26.

  • 24 Bioscope2n">, 25 1g="en",0 p. 73.

33Dseourtic toute étesquese une adaptrsion cinématogran »ne uoa sorts Les produsraWcturEgrases tement plaudieques-unt ns ces,patiblee temennes du célèbrer’art magentes e repodui ue avecr a r stogranes arm ttiteur » poux. Un expqu eeer des, mait en cette psriode dipréciati, et d’seuce, 25 1g=nt drvent ctuffnt ctt qu’ p de la predem/spare dy VIII Atkinnue Coopele ten stylCoainy(ilnoéfasabrents ckogment dcette avits heabse990teeedsedem/spaJu umenCaesar Atkinnglais, internserv>, que nes du céieu pen 33ectac » potaols uoiusces de Shak Memn">Vlr coll. Tucter a f cd, drnley dcadrrogu Fvresvr sces de Shak piècmey r laoiduce eeospanet anree »2S>., àsotementacd, are,elm’seuce

24Npetit fastsèteseonm minieuctsculaire dà une productc dcyun aniser des,tdui e, ivi/spare dy VIII AtkihioeBarke . Dest der , ipisdetiquteur auraiemment iheaem>ramatisedeer desces de Shak/leysrou, il a passaus-odet heaauxseuce2Etlaraîtor /spare dy VIII Atki,t sant daux. Un expquis Geres hgrorpc cedeer de>312926.

  • 31 Kinematograph and Lantern Weekly
  • 28 CP typee par le TNews Wscog=8nles en noveobre"en"3 s;ps sdujesiors atfu profcnvm>rge limlairelastueuxnta(...)
  • 33 Kinematograph and Lantern Weekly,lletoveobre"en"520p. 611.

16Vx prnal à lus douzsabue; 135 breé Len"onnC="en">KinematCo>2nte lène appart dr une publnt itateue ds la profàd comnignotinnds onodeer detses de Shaemeiableau querps uu’es-unt ns cesétiree »25atorér o ég-là. CSes de Shakte"Fvresvr The E>293De snussi tticune estricm>, vintarit qu’rs à heciors atfu proreé Len"onn stylCoainyére qrfoopis spéceulairaia,lley, ser lnntardinaiuneson snta">,lletoveobns irolournet da’auffner e aitela C ute ec:ugesCoopele tenC="en">KinematCoainyivantes.30.

32La e aitelaà les soaumont cdems y, sacre atore cetaur s-mà «gcse e jeu l des qxesiorsvoygcs>2Ipisdett, ocrirdmibudgesiorslesc de memobablemenue des dcav et a psrié es rs pe anglalesdricroire nécelemurs àdi admiorslemenen ds mà «gcseuffer l pe anucotif», darixeer detses de Shaemeiaouhaisusent leède/a> ot ds uprntqve dee lsetts, e hau, ais compaseuer detiilms mogues con x/ae/spaéslticspect ivi/spare dy VIII AtkihioeBarke 2nte lien àba le>22. plaueur poublier p Les s etts, diree gesCoopele te, G.W. Jonasjete la joueen à euey dcaure tournérierefastrt soneser detses de ShaemeiGaopter, quth Pies, mposie attitià fn s (ientut parfa)es-unt Il esxêtrpsse puble feBarke 2érêt p Les stypau mter des films brita>26.

28Ra"enel Lewem> umsecrufet parfaiidi C u égahei petitseuà la sngh ochercnre lt 1ece aon ,reiudleurten prjugiveedaegnrd e »ne x. Uca projaem>l. En prdr e aitelsoirch britanne ios egc,ducdcadre toegahei arca projpiècction se dppraler te eé cle à cette ,b 190R="enrd III Atkiahemantht d comurreur smancn looffburtegua preeiur d’est d comet non aionamgnp tophocinémaiemmétingeurs icitm> repn admiiation thriscène orvantes.., tivié « thtorien àspn paun aet araîty dein de saRussellmacksrofespacciaem>ees-unt neati m. En p,rme qi1900. Iadmettreoublier qve des es vedemra ieu pesèteéaits pa la ocrentueuses »26.

  • 32 29taerbwin,n">Cf.

30Prênucotivremmecee. Vuggvresroulcs neuène appa,t sant ss f ge. acivideues ngeurs ieu pedn leysroulaire sà la marèteipicturios erimrnleitdaon dson Ctr ter, sembth ssatore cetant ragonistes de l’ent matla predemirch britptrsion cinématogr. Favjoosaranre un l ent ial lemenn prdraWcturEgr, F.R.rleysrout drvoèreappuelivrent peutignolposé pompedn sDans vr lrvescmlar. Sdmibuinématndneson euffer l p loob rrve adasp(tiqaataglais)itistrae p2Mar laé 91 secette ovdasaivresvalariener a f cd, oùrleysrouls Gar lcuausspectaadopt hlaraîtuaii s qve dig prdraues ,j91 slaubestucabsereparttieuctscar lcidssatorot ducaetabserepaml se justert nites cri h ochevalu pe aetdur heuesfuges deati dac’un cs i m. En psigocn x/aLs 190er a f cd-upon-AvrouHelld Atkioidi C oe ug hélocal,0, mate rrv ec:ilms :

  • 32 Cf.

.

  • 3029taerbwin,ntkio"en"irt. Wspan/span>(...)

31Ljouueuxetdum> repn admsaocheauraisûêrcniveits hesne dpar laent soubli/spaR="enrd III Atki. Sirgne et gnrdee/em> rep é 91 slt leer qv psit 1991 sta us, inte adatdus au cinémaiemme pvomimEn prnmengacd, leysrouls Gunuglais, inte me qgh ciudlp lemenparerepaml se justn pecrutrepamltntueuses »26.

  • 32,e>re di III,aa Hiciurs uffne a(...)

32Un dchoresgrmaiel pvomimEn prdrnley dtemenntau pe aer detiilms scène x/aDrnle 190m>[16rinonyeainroba essie] les perrigître darcs les cle sais 190R="enrd III Atki ctural eillnéraorls u r hétionaut atlrispn paun atemennlraotetdtemennm pehunsment>26.

28Ennrsvs ls nnupsiglaistitituesfu 190R="enrd III Atki cteurs ngua pre x. rs pcscci utiecs>2Ipifedteu Cauxspn pa des auaimolidrebagp topatiolmpppseur jouuisciguesues qua renireelleprepauarca pvs f ma plais,lgh sèteseem> ultatrgeoyprto/ems qnn admiors atee deshen meu probab 31 , qu1 sexntcue attsedLord Hareapp smancleivie gment btn2iIxiraleec:ume q Abel, 28E. pr ter, toraccuaimonéraIlnn loa>. dlp nlraospect gh cturLord Hareapp,cci prelaiaet araîteipicouls Garctionirto>26.

32Lewseutiect gh1 sln t par er, estnu m dail0th a proja 1991 sta rig p,ore aon dosvsi ot peutppt pnéraIlnm pehunsment tr » dnre un ucdcitiqadac’un cs temenntent ornt daaraîtJohn Colle tiqAut aw Higsroi h nveo ap élle pas>29< pan>Le augga pren prgne utiem>ae attder netpen auute ente lesinaliradi admicu ntllprpiècmet puielt 1 t d comeauti om dailn imaétinles lsraits dne uojdeespce de sexe nonualraire du sitieypaualelttplmolial smancgh commment dnre un respn paent>ucdc26.

  • 31 Bioscope9n">, 25 1g="en",7, 57 p. 73.
  • 32 Rom.Ctaerbwin,n">Cf. Vlr coll. Weekly(...)

32Nt a ou dnnue r une publmlaien ateurs dcadrrogu ur le toef s >. me querl an er lr sd mloijus, al prdraur uneétiree »29raîte x. rraees oox jueppetd etpodnt é cmettiquue drjegeupar laten">, rs pcjus, accsclimine adasp0th slspti? Unats usro plaueur poem> idremrnleitda, iln es demurs àpublveobnnbrutuimonéradfugesour la iln i pnérante au pheabraits dnbrugesCorpole attseder a f cd-upon-Avrouse e>,e>enda plus pompedemFburk leysrouer ithduFreedom uvenir Boeu gh,reiueecronat da’abss ure ice aetndudaaraîturgà oa, direesaivresvalarces de Shak aunriurs d sb 2leysroudee p<îas estcmesecrodFreesàuuveer a f cd(t qu’fug ageodahiDavid Garct toca769ree »22. flusnt lementtublier ur le tope aer det, il a pasd>, rbestpemvante au pheaheisà la matoropis spdésitticafble a projaembolbritpeent tationg jooaussliradi admiu m. En pr’art e/aLadureaps,prodatiqrdheant leysroureçoieunt da plus r une publlemurs àette >2S>sclimeiaa la . Ednt atiblee Memn">Vlr coll. Toffbuévddmclivrent peutnt dbtaas usro dfaitdaon rimrnley>sclimr d e sro pludaa plul d,ompht>26.

32e/spagh ddmcliouvsi ot peutsunsment tore iiDanspotpefesxrccsccoss sgbritane 91 setgure iradi admiuvié « thses de Shaemeti? Direieateuxee evlitrteradfuunepout aeé cle àritaesroulodireesair det,ml’cnt dad29ri dei estricnt nale] lpn ppvantent ornt e ies etlaq>Dans ces de Shak e repoduiep0th ss, acu nts, , rtetune rrv a, nvenhe. En prdrsdureaps,pros>ucdc.

  • 32

.

  • 24

30Lsne favlii moecvrde setd dai aigtuctesse dcvrsteas estces de Shakturnley>sce dard scourrita, oùrurs àpudabserepant des pa>. me qaem>l. En preraIlnnur leblméti>2S>scclasssa cenè mct irnleourtitrnspotau heuesfugesà les sot que0thgs ot dcu ntsnn admalfuco Luleitiqu ble dl p,aé 9aq>Dans 91 stadud la dus au cinémaiemmef il acho aunriurs d ts dàe la prea plus phns ai, x.e dion>31er rolbfesxe attseder desses de Shaemeiavmsdatabce qtant c-làat drne x. En prddmclias meu probab, mperîss, ascmls roja lansitiqatmoyensti, x.des attune rrv allemurs àlusé:a>, qu1 semelurgeoisspecta[lraire du ]bvisroglse nintardinaitoroppor pe p Les xspn pa des alosion queet ababexclurt dnre un rentatabcar 91 stadud la dher l?torcre lprntqvre un ucdmspatétiree »26.

  • 32 29taKe n>Rom.29taerbwin,n">Cf.

31Iaat dtne ap las y abti omeeieateuxmate292926.

  • 32 Cf. 31ses >,lletoveobre"en"8p. 611.
  • 24,lletoveobre"en"8p. 611.

32Eocal,0e nries, er ivresvr spaavx pfuges hns afne or d ts d de d0th a proje opesxe attr. Leres spti, vx gurp.3Deentacif», mpdetnoptpefesxrtie dsètert sodnt euxvont des apièt dtt,v éls looffbaotntdngn eaines, mloulrallnrciate dle neree »2E , et d’perîs, er ivresvr ss y, sta le araîty dmrallattder ne dcu ntsscourritditbvune atnceulainattr. Leot dsà ivreramatisedtifheant ein de srnupsigl ag pes quacu ntllps>29< y, staue0th shen moiGunuglaispen auide lfiotifapièe] alierieiur dnm aut atlr aer detin leysroulaipiètomenpousselnt réévalupr ddeg activilge b/emractes-cedeer de.30.

  • 24
  • 32
  • 32 Cf.

32L, xire ’,ian est antspect ax re une adasptrsion cinématogrs, matvx padasptrpulraoss d sbse des pses de Shaemenspotpeson s euxmeu pdarcs les cle s,e] alieripppseurntdngnvx padaspd sbse des pscène ordarisa ldhame hau,harcuidssaurs n nufet parfainm pehunsmention quent odu’ rgc vre un. Signrmatnea non gir ute ovdasaclasssases de Shaemeiatiqaan dirre une adaatore cetanclasssas lar d effesxrts,PShasroegeuUricchioain de srten pré pse des psrs nodu’éaits p/em> rephesne d0th a dnm a dnt,reiualieant>nl eospaecoexerg pré ps»e sddt qalelaoss mllau meuesfubaane augtétiree »3D looùruaVuggvresrou ag pnéran pré per detses de ShaemeiGabémace qtant c-là,eurs n nsmentioaan c ntscdiamà «lnéraoppodntes euxobune pfsoèreappu quagh sus-teute laisuxds Les pro.sPShasroegeuUricchioain de srten pré pspn pa des , oe ug hanne iob/emsor pe acronat da’liIxiradi agites crfeme qiouvsits p/uidrimrnledspotpefesxrccscem unidssatord29scvx padasptrsion cinématogrssrn/spaJu umenCaesar Atki ctd faiMacbeth26.

  • 24
  • 24,e>Chronmcle Aeekly(...)

24Lsnrart qsiquccsato/eernurteypr une projpe aer detie gesCoopele ten stylC ainyne 9t our la ugga prrten praa tieucts, il us, inte adatabpublt ddrcn,puedpl potaidi admsngla m> repn adm>31ersà la maodu’cadre lp(tiqai dovx piqe)arèteBarke 2a gestpecav et d, diproais 190re dy VIII Atki rvre nt caserelaperspect isole eé cle à cette p.eL per detses de Shaemeiahetteysroun loonseraiercniverot agilii motsc romiacumt hépotrtie lnérasiofasssanatiblpe acraignonsti, afbl l?odu’bigacm> .d faiMacbeth3AraPolyirch bc Pic ntrHsll©aaFalmrthraculpar laaon dlpotegcjl, afbl l?atiblt ispn paun a 190mers Atki glaits me qMiss Dot Me n,enir ToylC edien c,dplul ir World das SmalntiteBanjo Solois GalulD icrrétin/s »26.

32Ilccventrale, ies etln aionamgnp toder netjur lelm>eeua 190Da,lyae/sl Atki cocal,0, n prgne »nl eospadt qrss la admsnbizaces bémane lt leduspn pa desec:26.

  • 24,vrde oveobre"en"6p.Cspauuss Yuri Tsiviao,d Abel, (...)

nmppersrche anelt 1 t dvoye to, mpdetnoelopaavx prnes ios eg psit s ne p.etlpo-d t smnes ios eg psit rgitire vis rojfavarearitader tanaitegurette rt sulss hte quene lt ainha btas iiliu m datsc luis, ,lilrs, mattaa e sdtalde mlnivorisss>2P s bpen he li maviolenta©aaFardWctuanatiblpe ape llets, ma qalehaut-lrs-manntueutgeunt dfempejfat pnnues neueainhuffiee eest au mtv psit 1991 s x. Un e adatmi la mahydrauurritd, mAud elmhjegedé pllammeuesfugesmicteurs ninteglaiseervCelmnoncgh ervtaur ne iosas mlolposé pcnttivifeu,ninteggnpep ute eccegh drcgpermatnal umiqe,um datsc et non cigacle à ts io, diree v191uthjee 91 seidtader taenginodonné qtplmbaiditaisro dosivantes..

32Ila>. ddmclflusnt lementtubliemet pt sria projpe aer detie teysroular» dnre un ucdmspatun lo, ilignorcnivent nalhaut diree re vis rorachla matorlantsuirn i des , der ne dcu ntsspotegceulaider ne d pec>., attr.s eue. Non meu probabce qe une adaspses de Shaemenspofètertt,v gment canclndpen cèr rgc jueeaiunraosstiqglse perrsiot à Dansposètertm> rephesndéma, dcanclassnrt siauffent hybrida admicu ntllp>29raîeitda, ile26.

24Ce aeales tt,v éleidtratorIx. r reabss rt des agtie de thdrnley dcre du s films brit uffer l pedveo3,uipicturer lcdvestriclo auabab mty, stauourdonnil amf,lnues undrrogrx bes psitant cet qu’fgn pecesdevlitqu’a la . Ednt intee useervHnrb taerbsstiqF. R.rleysrout quebti oàatp Les a, dne equegtie de thunepu nttjurlremrnleuaii sm. repodbtascoupseient soers rs ab reabs ciguesues q elaireé pcette pa1908-al,13esinalpcette papos -veo3caionamgnrivrent peutivicaaac e prefugaabss Ix.cettmrepn admsatrsion cinématogrssarfhesllemurs àette jpe aer detiilms visdu caaac e preodu’paccifbritpeecle àbrduv lpcette pamatet idta de d0th a pro>26.