Navigation – Plan du site
Études

La couleur, naturellement ? Débats sur la couleur en France au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Colour, naturally ? Debates about colour in France at the end of World War Two
Laurent Le Forestier
p. 253-274

Résumés

Bien que les films à l'affiche en France pendant la guerre n'aient pas tous été en noir et blanc, la Libération est presque immédiatement perçue comme la fin de la grisaille tant cinématographique qu'idéologique. L'idée d'un cinéma en couleurs s'impose naturellement et le retour sur les écrans français des films américains paraît très vite donner corps à ce rêve de/en Technicolor. Pour autant, cette rupture n'en est pas strictement une, à double titre. D'abord parce que le cinéma en couleurs, même en Technicolor, ne constitue pas une nouveauté pour les spectateurs français, qui ont déjà connu plusieurs occasions de disserter des mérites et des limites du principe comme du procédé dans le courant des années 1930. Ensuite parce que les quelques films en couleurs exploités en France dans la seconde moitié des années 1940 ne paraissent pas avoir été envisagés comme les formes évidentes d'un renouvellement. Bref, en dépit de la relative rareté des films en couleurs sur les écrans français, l'engouement ne paraît pas alors être de mise au sujet de cette « nouveauté » technique et cet article propose donc, en remontant jusqu'aux années 1930, de comprendre les raisons de la réception ambiguë et contrastée des films en couleur, dans la France de la Libération.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Si ces films sont encore beaucoup commentés en France dans l'immédiat après-guerre, on sait peu de (...)
  • 2 René Barjavel, Cinéma total, Paris, Denoël, 1944, p. 38.
  • 3 Lire à ce sujet Francesca Leonardi, « Les films du débarquement. Étude du lot de “40” longs métrage (...)

1Bien que les films à l’affiche en France pendant la guerre n’aient pas tous été en noir et blanc (pensons notamment à la Ville dorée et aux Aventures fantastiques du Baron de Münchhausen, deux productions allemandes en Agfacolor, respectivement de 1941 et de 19431), la Libération est presque immédiatement perçue comme la fin de la grisaille tant cinématographique qu’idéologique, pourrait-on dire. Cette double rupture, pensée comme totalement intriquée, est même annoncée dès 1944 par René Barjavel : « Ce soir-là verra mourir, en même temps que nos angoisses, un monde gris. Avec la paix commencera le règne de la couleur »2. L’idée d’un cinéma en couleurs s’impose donc naturellement et bien évidemment le retour sur les écrans français des films américains, qui se produit sporadiquement dès avant la signature de l’arrangement Blum-Byrnes3 au printemps 1946, paraît très vite donner corps à ce rêve de/en Technicolor.

  • 4 Voir par exemple les comptes rendus de Ziegfeld Follies (Vincente Minnelli, Norman Taurog, George S (...)
  • 5 Ainsi, pour la semaine de fin mai 1949, l'Écran français (no 205, 31 mai 1949) mentionne, sur un to (...)
  • 6 Quels que soient les critiques et les supports éditoriaux, le consensus au sujet de l'inanité de la (...)

2Pour autant, cette rupture n’en est pas strictement une, à double titre. D’abord parce que le cinéma en couleurs, même en Technicolor, ne constitue pas une nouveauté pour les spectateurs français, qui ont déjà connu plusieurs occasions de disserter des mérites et des limites du principe comme du procédé dans le courant des années 1930. Ensuite parce que les quelques films en couleurs exploités en France dans la seconde moitié des années 1940 ne paraissent pas avoir été envisagés comme les formes évidentes d’un renouvellement : certains textes publiés sur ces films ne mentionnent d’ailleurs même pas l’usage de la couleur, comme s’il s’agissait d’un épiphénomène4. Bref, en dépit de la relative rareté des films en couleurs sur les écrans français5, l’engouement ne paraît pas alors être de mise au sujet de cette « nouveauté » technique, contrairement à ce que l’on pourrait (peut-être) croire6. Cette situation s’explique de plusieurs manières : la défiance héritée des premières réactions (durant les années 1930) devant ce que l’on juge alors être l’imperfectibilité technique des films en couleur ; la crainte d’un retrait/retard du cinéma français sur ce point face à ses concurrents internationaux ; enfin l’absence de consensus sur l’usage esthétique de la couleur en cinéma. La nature de ces questions justifie la vigueur des débats dont cet article va rendre compte, qui ne s’apaiseront progressivement qu’avec la mise en production de films français en couleurs – notamment à partir du Mariage de Ramuntcho, film de Max de Vaucorbeil, réalisé en Agfacolor et sorti en août 1947.

L’héritage d’une défiance initiale

  • 7 Fin 1948, son avis n'a pas changé, puisque, dans l'émission radiophonique « la Tribune de Paris » c (...)

3Quelques mois après la Libération et peu de temps après l’entrée en application des accords Blum-Byrnes, Georges Charensol émet, sur la question du cinéma en couleurs, un avis très tranché, presque définitif7, bien que, par conséquent, peu étayé par la vision de films en couleurs :

  • 8 Georges Charensol, Renaissance du cinéma français, Paris, Éditions du Sagittaire, 1946, pp. 15-16. (...)

De quoi demain sera-t-il fait ? (...) La couleur se perfectionnera (...) mais (...) je ne crois pas qu’on puisse attendre d’elle une révolution. Celle-ci viendra-t-elle du relief ? Mais qu’est-ce que le relief pourrait bien apporter sinon un nouvel effort pour approcher de la réalité, alors que l’art cinématographique est, comme les autres, transposition, interprétation.8

  • 9 Voir par exemple Émile Vuillermoz, « la Couleur et le relief peuvent tuer le cinéma bavard », Pour (...)
  • 10 Georges Charensol, op. cit., p. 172. On le sait, Autant en emporte le vent ne sortira finalement qu (...)

4L’affirmation de Charensol est intéressante à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle relie, comme beaucoup de discours des années 1930 et 1940, relief et couleur9, deux innovations dont on pense la généralisation imminente et qui paraissent aller plus loin dans la voie d’un cinéma comme représentation parfaite et totale du réel ; ensuite parce qu’elle entend envisager l’avenir à l’aune du passé, sans tenir compte de ce qu’est la couleur au moment où Charensol écrit. Il en convient un peu plus loin, reconnaissant, non sans une certaine ambiguïté, que « nous ne verrons qu’à la rentrée Autant en emporte le vent, Pour qui sonne le glas et le Ciel peut attendre »10, alors même que, quelques lignes plus bas, il commente justement le Ciel peut attendre en ces termes :

En voyant le film de Lubitsch, je pensais avec attendrissement au vieux Becky Sharp qui, il y a dix ans, nous avait donné l’espoir que couleur, au cinéma, ne signifierait pas inévitablement chromo.

5La mention du cas Becky Sharp permet ainsi à Charensol de ne pas donner l’impression d’une position figée, d’une sorte de présupposé intangible : ce refus de la couleur, qu’il partage avec beaucoup d’autres commentateurs, proviendrait en fait d’un usage peu satisfaisant au regard des promesses déployées par les premiers essais des années 1930. Mais c’est oublier un peu vite que ce qu’il reproche au Ciel peut attendre – ses « fades tons ripolinés » – fut déjà opposé à Becky Sharp. Il n’est d’ailleurs pas inutile de revenir sur le cas de ce film, très largement commenté par les critiques français des années 1930 (qui, pour une bonne part, sont toujours actifs dans les années d’après-guerre et campent aussi sur leur position), car il a contribué à figer un certain nombre d’opinions sur le cinéma en couleurs, au point, dix ans après, de constituer encore une sorte de « référence ».

6Son tournage, fortement médiatisé, fait l’objet d’articles intrigués, qui alternent entre réticences et spéculations optimistes sur les résultats esthétiques. Le texte que publie Pour Vous en constitue une bonne illustration. Si la couleur est louée, c’est uniquement par le discours des protagonistes du film, et en premier lieu par celui de Rouben Mamoulian :

  • 11 Cité dans Harold J. Salemson, « la Révolution de la couleur », Pour Vous, no 335, 18 avril 1935, p. (...)

Or, la couleur à l’écran, le nouveau procédé à base de trois tons dont nous nous servons, rend aux objets leur réalisme, leur couleur naturelle. Introduire le dialogue à l’écran, c’était rendre la parole à un monde de sourds-muets. L’avènement de la couleur va remettre au point les yeux de tout un monde d’astigmates qui allaient au cinéma portant des lunettes noires. Ils ne voyaient jusqu’ici qu’une silhouette. Demain, ils verront la beauté réelle de l’univers. (...)
Maintenant, ils ont deux éléments de couleur, dont il faudra tenir compte : la composition en couleurs (ensemble où il leur faudra tenir compte de la tonalité du décor, des costumes des artistes, aussi bien que des objets) et l’éclairage. Car il ne suffira pas de composer ses plans avec un talent de peintre ; il faudra aussi que l’ensemble, l’alternance des couleurs, la succession des plans colorés représentent quelque chose. Chaque couleur suggère à l’homme certaines émotions, certains sentiments. Le sens d’une scène devra tenir dans son coloris aussi bien que dans son action.11

7Mais la description quelque peu lyrique de la palette d’effets rendus possibles par la couleur a été précédemment désamorcée, en quelque sorte, par le journaliste qui, dans son texte introductif, résume assez bien les griefs généralement émis à l’encontre de cette nouveauté technique :

  • 12 Ibid.

L’éclairage est au moins trois fois plus fort que pour le blanc et noir, la caméra est deux fois plus grande (on photographie simultanément sur trois bandes différentes, qu’on réunit ensuite pour avoir toute la gamme de l’arc-en-ciel). Et puis la couleur est encore une chose tellement neuve : seulement un ou deux cameramen la connaissent assez bien pour y travailler. Aussi, comme les techniciens du son à l’avènement du parlant, sont-ils les dictateurs du plateau.12

8Tant dans les avantages avancés (surcroît de réalisme, gain d’artisticité) que dans les limites posées (problèmes techniques à résoudre, notamment pour ce qui concerne l’éclairage, manque de compétences, mainmise des techniciens sur le processus de création), ce texte résume parfaitement les débats parfois contradictoires de l’époque, qui se rejouent partiellement après la guerre. Au moins laisse-t-il quelque espoir quant à la réussite esthétique des films en couleurs. Mais, contrairement à ce que suggèrent les souvenirs de Charensol, la réception du film s’avère finalement loin d’être unanime : avant même sa sortie en France, Becky Sharp est attaqué pour son usage de la couleur. En effet, quelques critiques français le voient en Angleterre et affutent des arguments qui vont souvent servir par la suite :

  • 13 Léon Boussard, « La grande querelle du cinéma en couleurs », Pour Vous, no 351, 8 août 1935, p. 10.

Cela sent le chromo ou la carte coloriée. Il y a, si l’on peut dire, une telle débauche et un tel débordement de couleurs criardes que l’on a, à chaque instant, envie de crier grâce. (...) Arrivera-t-on, un jour prochain, à produire le ton, la luminosité, la couleur de la vie ?13

  • 14 S. M. Eisenstein, « Dramaturgie de la forme filmique » dans Cinématisme, Dijon, les Presses du réel (...)

9En un sens, le reproche formulé s’accorde au discours même de Mamoulian. Car les deux directions possibles pour le cinéma en couleurs (réalisme et « couleurs naturelles » vs applications picturales et dramatiques des couleurs) indiquées par le cinéaste américain correspondent aux deux principaux horizons d’attente du public des années 1930, du moins tels qu’on peut les percevoir dans la presse de l’époque. Mais, en tournant Becky Sharp, Mamoulian s’expose, dès lors qu’il s’agit de conférer une certaine unité au film, à décevoir les tenants de l’une ou de l’autre de ces deux directions. Cette division des appréciations de la couleur en deux camps opposés peut paraître quelque peu manichéenne. Néanmoins elle correspond assez bien aux discours en présence, dont on peut se demander dans quelle mesure ils ne sont pas eux-mêmes hérités, au moins partiellement, des usages originels de la couleur en cinéma : d’un côté les couleurs peintes, utilisées pour des films et/ou des séquences fortement attractionnelles et donc bien loin du réalisme (le coloris tel qu’envisagé par Méliès, entre autres) ; de l’autre les couleurs « filtrées », plutôt dévolues à des plein-airs, à la captation de moments quotidiens ou à des sujets réalistes et donc à des films documentaires (voir par exemple les productions du Chronochrome). Peut sembler se jouer ici une sorte d’opposition (qui va se prolonger même si on sait bien qu’elle est plus ou moins factice) entre, d’une part, un cinéma manufacturé pour lequel l’intervention humaine (dans le profilmique aussi bien que sur la pellicule, par le montage) est le gage d’une certaine artisticité et, d’autre part, un cinéma machinique pour lequel l’effacement humain est le gage d’une captation réussie du réel. Et la couleur et ses modalités d’application se superposent idéalement à chacune de ces conceptions, puisque les couleurs « filtrées », à partir des années 1930, peuvent à loisir reproduire le style « coloris » comme le style « couleurs naturelles ». Précisons néanmoins que ces deux conceptions du cinéma (« l’être-là naturel et la tendance créatrice », pour reprendre les termes d’Eisenstein14) ne se confrontent pas réellement, en France, dans les années 1930, au sein du cinéma dominant et des discours qu’il génère : si elles ont été en quelque sorte fortement co-présentes dans les années 1920, la première conception paraît largement dominer dans la décennie suivante, mais l’opposition reprendra de sa force et de sa pertinence après-guerre, en France. En d’autres termes, les débats sur la couleur n’engagent pas encore vraiment, dans les années 1930, deux conceptions du cinéma mais juste deux conceptions de la couleur.

  • 15 Jean George Auriol, « Avenir du film en couleur », Pour Vous, no 330, 14 mars 1935, p. 4. Auriol ne (...)

10Logiquement, pour Becky Sharp – dont on voit que le metteur en scène hésite, selon ses dires, entre l’une et l’autre de ces tendances, tentant même de les concilier –, c’est donc moins au nom de leur déficit de réalisme qu’à cause de l’inadéquation entre le rendu permis par l’état de la technique et l’aspiration à un type d’usage très particulier de la couleur, que les couleurs sont critiquées. En effet, pour beaucoup de commentateurs des années 1930, si les couleurs – insatisfaisantes, quoi que l’on attende d’elles – sont déjà présentes sur quelques écrans, elles ne sont pas encore ce qu’elles pourraient/devraient être. Le cinéma en couleurs se conjugue au futur, en dépit des quelques films qui animent régulièrement les débats. On évoque donc, plus que son présent, l’« avenir du film en couleur », en remarquant que la technique en limite pour l’instant la généralisation, notamment à cause de son coût15. Même les metteurs en scène n’envisagent pas la couleur autrement que sur un mode prospectif. Ainsi, pour Jean Renoir :

  • 16 Cité dans Claude Vermorel dans « Une enquête de Pour Vous  : la couleur et le relief », Pour Vous, (...)

Il y aura, bien sûr, un mauvais moment à passer : on fera des barbouillages très laids et on maudira ce renouvellement au nom de l’art, comme on le fit pour le parlant.16

  • 17 Maurice Bardèche et Robert Brasillach, Histoire du cinéma, Paris, Denoël, 1943 (« édition définitiv (...)

11L’heure n’est donc pas encore à cette première étape d’expérimentations maladroites qui précède généralement la phase d’institutionnalisation. En effet, la plupart des commentateurs semblent s’accorder pour considérer que la technique n’est pas totalement au point, même si elle ne cesse de s’améliorer. En 1943, Bardèche et Brasillach le répètent clairement : « Les procédés de “Technicolor” sont variés, et presque tous médiocres »17. Durant toutes les années 1930 s’accumulent d’ailleurs des formules de ce type. Ces discours construisent dans leur totalité une opinion dominante globalement cohérente : le film en couleurs n’est pas pour tout de suite car ses résultats ne sont pas probants et ils ne pourront l’être que lorsque les conditions économiques permettront de rentabiliser les investissements nécessaires à l’amélioration technique. De plus, l’expérience du récent passage au parlant incite la plupart des commentateurs à la prudence, puisque l’ensemble de l’industrie paraît peiner à en digérer les conséquences socio-techniques :

  • 18 Claude Vermorel, « Conclusion à une enquête », Pour Vous, no 367, 28 novembre 1935, p. 2.

Les metteurs en scène que nous avons interrogés ne montrent guère d’enthousiasme à l’idée d’un supplément de tracas. Il faut déjà surveiller le jeu des acteurs, le dialogue, la cadence et l’enchaînement, la composition de l’image, la qualité de la photo, recommencer dix fois pour que ce soit à la fois « bon pour l’image » et « bon pour le son » ; s’il faut encore devenir peintre ou se faire traiter de pompier !...
Et pour des résultats bien décevants. Les couleurs naturelles sont rarement belles : elles seront vite ennuyeuses ou bien on n’y fera pas attention. Et les couleurs interprétées conviendront-elles aux scènes qui, par tous leurs autres côtés, veulent imiter la nature ?18

  • 19 Ibid.

12Dès lors, la conclusion de cette défiance généralisée et de cette insatisfaction devant les deux types de résultats attendus est évidente, pour l’auteur de cet article comme pour la plupart des professionnels : « Le problème se reposera à la prochaine ère de prospérité »19.

La grisaille du cinéma français

13La position de Charensol devient ainsi plus claire, puisqu’elle constitue un écho, une sorte de reprise des discours d’avant-guerre. Cette reprise peut paraître d’autant plus acceptable pour les lecteurs de l’époque que le contexte de la Libération lui donne une nouvelle pertinence : s’il est plus que jamais question de films en couleurs, de nouvelles raisons surgissent en effet, en France, pour les considérer encore avec une certaine circonspection.

  • 20 Symptomatiquement, dans un article anonyme annonçant l'imminence des accords bilatéraux entre la Fr (...)

14De fait, l’immédiat après Seconde Guerre mondiale est-il cette nouvelle « ère de prospérité » ? La situation varie bien sûr selon les pays. Mais ce n’est clairement pas le cas pour la France et pour son cinéma, qui a vécu une sorte d’âge d’or durant l’Occupation, grâce à une concurrence étrangère peu diversifiée. Le retour des films anglo-saxons, d’abord parcimonieux puis plus massif (après la signature des accords Blum-Byrnes), expose le cinéma français à une diminution de ses recettes, d’autant plus importante que parmi les films américains tant attendus figurent quelques longs métrages en couleurs (donc doublement désirés, pense-t-on20), alors que le cinéma français ne peut, dans un premier temps, en proposer aucun.

  • 21 Jean Rougeul, « Un nouveau procédé français de film en couleurs profite d'un Jour de fête pour fair (...)
  • 22 Alain Pol, « Naissance du Roux-color », Ciné-Digest, no 1, mai 1949, p. 78. Voir infra les deux étu (...)

15Les débats sur la couleur, tout en repartant de cette défiance qui n’a aucune raison de s’être estompée (nous avons vu, d’ailleurs, que Bardèche et Brasillach, en 1943, la prolongent encore), se teintent alors d’enjeux nationaux et culturels. Certes, on ne peut nier que ceux-ci ont déjà sous-tendu les discussions des années 1930, comme en témoignèrent les multiples tentatives de rehausser l’importance des Français dans le champ de la recherche sur le cinéma en couleurs. La querelle de paternité se perpétue après-guerre, mais sur un mode mineur. Quelques articles tentent en effet de promouvoir les inventions françaises en matière de films en couleurs. On défend le Thomson-Color : « Fort différent du Technicolor et de l’Agfacolor, le Thomson-Color paraît devoir donner plus de finesse, plus de matière et plus de nuances »21. Mais il s’agit plus souvent de louer les qualités du Rouxcolor, qui « permet de faire du film “en couleurs”, pour le prix du film “en noir” »22. Cependant, cette revendication se trouve généralement atténuée par le constat des limites technico-économiques du procédé [Fig. xlviii, cahier couleur] :

  • 23 Henri Colpi, « Où en est la couleur ? », Ciné-Digest, no 10, février 1950, p. 59.

L’inconvénient du Rouxcolor réside dans la nécessité d’équiper les salles à l’aide de l’objectif spécial indispensable. Parfois aussi on n’évite pas le flou sur l’écran.23

16Si l’on se permet ainsi dans les années d’après-guerre d’affadir quelque peu l’importance des recherches françaises en la matière, c’est sans doute parce que la querelle de paternité s’est pour l’essentiel muée en querelle de viabilité. Viabilité du cinéma en couleurs en France, qui elle-même prend place dans une discussion plus large sur la viabilité du cinéma en France. Cette question occupe la plupart des esprits dès la Libération, y compris parmi les officiels. Ainsi, Michel Fourré-Cormeray, en poste à la tête du cinéma français depuis à peine quelques mois, n’hésite-t-il pas à faire un bilan assez alarmant de la situation du cinéma français, dans lequel il inclut bien évidemment le problème de la couleur :

  • 24 Michel Fourré-Cormeray, « Politique du Cinéma français », Livre d'or du cinéma français 1946, Paris (...)

L’industrie cinématographique s’est révélée, au lendemain de la Libération, dotée de moyens singulièrement médiocres. Le matériel a subi la double empreinte de la vieillesse et de l’usure ; l’aménagement et le nombre insuffisant de nos studios, la déficience des appareillages électriques, la pénurie de pellicule négative et de pellicule couleur rendant singulièrement âpre la lutte avec la technique cinématographique étrangère24.

  • 25 Alain Pol, art. cit., p. 77 parle d'un « concert d'éloges et de critiques » tandis que l'émission d (...)
  • 26 Ibid., p. 78. Sauf indication contraire, les citations qui suivent sont tirées de cet article.
  • 27 Ibid., p. 77 : « Ajoutons que les frères Roux ont mis au point une tireuse qui permettra d'obtenir (...)
  • 28 « Avec le procédé Rouxcolor, déjà à la prise de vue, nous pouvons doser les couleurs et si nous nou (...)
  • 29 Rappelons ce que dit Charensol à ce sujet : « nous croyons que le mot metteur en scène a le même se (...)
  • 30 Voir Anonyme, « Marcel Pagnol ne présentera pas la Belle Meunière et tourne un nouveau film en coul (...)

17Ces éléments permettent par ailleurs de mieux comprendre l’intérêt, au moins discursif25, autour des expérimentations françaises en matière de couleur (laquelle est vue comme l’un des remèdes aux maux du cinéma français) et plus particulièrement autour du Rouxcolor. Outre que ce procédé paraît incarner un recours pour l’industrie cinématographique française (obligée sinon d’en passer par des brevets, appareils et matière première étrangers, avec des procédés comme Technicolor, Agfacolor, etc.), les descriptions qu’on en donne alors insistent systématiquement sur ce qu’il paraît pouvoir offrir au regard des spécificités du marché national : la couleur ne viendrait plus grever le budget des films (« Le coût d’un film en Rouxcolor est ainsi d’au moins cent fois inférieur à celui d’un technicolor »26) ; plus largement, ce procédé français permettrait de s’affranchir de la nécessité de payer un savoir-faire dans une monnaie étrangère, ce qui est très problématique au moment où l’économie française, avec un franc assez faible, commence tout juste à repartir (« il était jusqu’à présent impossible de tourner en couleurs sans faire appel aux procédés étrangers, et par conséquent aux devises fortes ») ; le Rouxcolor se présenterait comme compatible avec les autres procédés, ce qui règlerait certains problèmes aussi bien des exploitants qui, équipés en Rouxcolor, seraient susceptibles de pouvoir diffuser des films tournés avec d’autres systèmes, que des producteurs, qui peuvent exporter les films français tournés en Rouxcolor27 ; enfin, ce procédé permettrait d’effectuer des réajustements de couleurs après tournage, libérant la sensibilité artistique du cinéaste des contraintes en quelque sorte incarnées par le technicien spécialisé dans la couleur28. Bref, le Rouxcolor, en tout cas tel qu’il est présenté à l’époque, paraît répondre à des attentes de la profession, tant économiques, techniques que socio-esthétiques (préservation du statut du metteur en scène à la française, vu comme l’artiste pleinement décisionnaire, par opposition au « director » américain, sous la tutelle tant du capital que de la technique29), même s’il ne peut évidemment à lui seul assurer la viabilité du cinéma français. Ces multiples espoirs placés dans le Rouxcolor, bien qu’excessifs, à l’évidence, expliquent par exemple que le début du second tournage de la Belle Meunière (en couleurs, après un premier tournage en noir et blanc, pour un résultat auquel Pagnol renonce) soit marqué de la présence sur le plateau de quelques officiels : M. Joxe, directeur des Relations culturelles au Quai d’Orsay, M. Fourré-Cormeray, M. Jaujard, directeur des Beaux-Arts et M. Garçon, de l’Académie française30 [Fig. xlvi et xvlii, cahier couleur].

18Si l’on peut parler de « querelle de viabilité » plutôt que de « problème de viabilité », c’est parce que pour beaucoup cette hypothétique capacité du cinéma français à survivre est mise à mal par la concurrence américaine, qui chercherait délibérément à affaiblir ses concurrents européens. Dans cette perspective, la couleur joue un rôle fondamental. On prête en effet aux Américains l’idée d’une stratégie basée notamment sur la valorisation (dans les choix de sorties des films) des atours filmiques que ses concurrents ne peuvent que lui envier. En d’autres termes, non seulement les Américains feraient miroiter au public français l’attrait de la couleur, mais en plus ils contribueraient à empêcher le cinéma français de passer lui-même à la couleur. C’est ce qu’il faut comprendre de ce passage d’une lettre envoyée, peu après la signature des Accords Blum-Byrnes, par Marcel Pagnol (qui n’est pas encore, évidemment, le cinéaste officiellement loué de la Belle Meunière) au ministre de l’Information, et opportunément reproduite dans la presse cinématographique :

  • 31 Reproduit dans Cinévogue, no 12, 16 juillet 1946, p. 6.

La mission Blum nous a vendus pour 250 milliards. La mission Blum a eu raison. Mais maintenant il faut nous racheter. Il faut nous racheter cinq milliards avec lesquels nous ferons de beaux films et un milliard avec lequel nous fabriquerons de la pellicule en couleur si l’AmériArts . 77 puneortunémesCT Blum nous aquerolors insr"footnotecall" id="bodyftn23" href="3ftn21">213ft Repr

  • 19 3lain Pol,Tannéeoncepoaprèses de cet articlAe ànymson, Campelleévolutedu rtrangerss tant attenden couleurs. La qu#ftn30">(...)
n class="num">19 3enri ColpDération et peu de, cinématogbrndre doir leistesn couleurde passer si l’Amexemple les producurgieu#ftn30">(...) n class="num">19 3ichel Fourax  Vte hrbeiclusion , Pour Vous< du cinéma français 1946, Pa7- Pa8is, Denoël, 1Agpparei'n, et opp#ftn30">(...) lass="num">19 3lain Pol,lang="en" lang="en">, p. 172.Ae ànymson, Campelleé>op. cit.., p.em>, p. 172.> lass="num">19 36chel Fourax  Vte hrbeiclucit., p.i> lass="num">19 3em>IbidPour Vouso 12, 16 ju3 11. Noes frèrecu#ftn30">(...)

11L9 élémenctivme d>1122/a><32 innovaOccupaun citantoda aucunele metnalemesilhouetrer lauxcol», Li:el peut Mll-cla BelRamuntortef="#ftntnotecall" id="bodyftn23" href="3ftn23">23/3><33me s’cs son tpays. roblème,tent quelque coulme rds.%en couleurs. On défess="footnotecall" id="bodyftn26" href="3ftn24">24/a><34 253ft 3lainnovericainentent enners insd’ent atténuée on de c miscinéarix du fiTruThomson-Color asThomson-CoKodaeut seon-CoVa mThomson-Coît décevo-CoDunning.), les des,il queorte l> – aut comptiquéesortoapriminutisuffisan quCiinricai)vendicatn de Charensl’ind la fiois au cette re re, le ce pneus trois bte eau moinsLi:eel qu « bon poon (danilitéles A qu’àharens (obligée ère, c’est nt dettanilitéc quelq, dfiasser patr la crie étrs inva direcxpérimendicatccupe lad parce import rpeut dire,s. Opublurs et m(voir par,a français de passer se coul remèdes ales cel Paiciels.relleis ce pluur lrs ,émesCT Bluans bilicé r « des bsurcr aux Amérières Rouuleurs. On défetent quelque chme rre et affute, 3ds.%utresURSS, 2ds.%ss="footnotecall" id="bodyftn26" href="3ftn26">263ft 36ch toutla conclusides limiteoute iroduleur ie cinématog (obligée français me r malautcens singurte cesse dma adre doisrechema frtireusus pou cinématogde Roubptions océdés: la cess="footnotecall" id="bodyftn26" href="3ftn27">27/a><37

11LSymptomatOnt/devrait Opubprocédét procéinutionue, nous s li appareence éclairelle dsur le cinéma en cinéma :Eisens que socio-eques, techniquleurus rachessezparei de passer nttissements nécs un importrivprimqPourcsjours ancore presqfilmsxcesm nous a loichema autressr. Aus forperspe glochern’est cleraitales tants fonds et orelleopinionsume prer enacrpriminu: « noarce que ience s eplaceor coulerendu persée. Le:Eirattenments nleurussi-mêmt de promouveus trois hnicolo’avant-sultatsppareils nousition)s avancés (sez e les aentes dr encore turellees. Le texte qu intrigu la priscyer un souso< un écho, unes produc plus importante au moeueortet présenté de coulem>Pour couleur de sevducteutnçanémevulgarnvestissemenovturelle que socio, erement les Amérisenté des epourvanuudios,ançaisee de «es du procédtait jusntéble. Parfois néma français ne peut, ,assagemduite dt asuchnicienglouernenté par l cinématogdotammuvonla foisre un be dsugurtechnique la tt par e Rouplus ils contriés duupe lalees. Le texteagent pprobants eab quelq
Les metteurs eFe peut, ,ae lui e,s hé des eéjséqeut-mpée l nouances  deset oéma fe d'un qui ’amnous nos ne peuventéjcrprcrie édola pnuleur :

piration par exerettre envne. est nel qu «bjet e, lt donc a portant drande pritsù llui Les

16SJean RougAvaleurs dexa la dà?La gris3>13L2s lors, lu’u desu l’importgèrent les sourésume paère, c’est ndus pom tenir films on .s diiabilis’être lent deirai et o’arms (« Le cos en France, qui elle-m « boines 1930, comme 40n’estrler de qu’asirés,e ce tystrie que capsrocédétmentu cinéma français

a co-présenteent à, à difiét, au moinsrne. feemennt cohérentecurrence» tandrix du fonLe cos en France,(sCT Blust mn (danilitméricains tant attetre tortet pr « b(">13dox ce, r fi) flamban. Leoat mode prl « no,asgulux typesbratièrs 1930, comme en

13L2enri ColQuce que-c nr filéma français s, après un ix duPiffadiBra gest pafutecurrencses rès éné-ans bla pr-sultatsipaux hnage trages en couleurre i elju)uatinde queraphique :

eos en France, roblématalismcule en auaméur Vsurcr à faicette némotions,une s (seçuet, pour beaucammen-sultre-là hPais plble. Parfois  bon potantsus posMamor néona class=",n couleurs n’est parcçvexpérpays. Mon tetre envique must ace, rythprocovericinits pournt au nom de us médi le leentateurde la coules. Le texteaes leseévidedix fois ppx direcr. Qllicumt le g
Les metteursumt le g son t blanc, pour un rs encore,touteu moinbprosoumiset pr «stemenertaparcdeux tmcule d de la formraphique :

parce que-à-nbprostemeaent rllicurelle urrendu pers permettentexémates age, la qualitque, s, après un soumise «xploits deédésuneortgo-technemeaent rréussite physioloforme fis dœiclundu ln prchodeoins factice) erelle dir snalysen prémaacttitue uneffeta :olor©s ppoapres desivera-tS applesdans un arjusnté il faut noe tourner ens’êa dà?
  • 19 38ir Anonyme, gère'clasitsnol Sol-caonéma en cinémane enquêLpposiAs ée>Ciné-DigeRevducIque : la couer enFleuo ef="#ftn27">27/a>
  • 29 3appelons  Marcel Pagut atouleurs », dettau pers se fai>Pour Vous, no 351, 8 ao531, 18 jad’a2. Voir (...)
  • 11LMichel Foenctiv paraît la en couleurs en France,urn. Le, uneémotioopinion’une s (seçuetautre u « di>dedl pasd parcemonieux pes pourraies queune dlémate floés duupe lalees. Le texteateau deEiralismcule enrraît l le fit pouercevoiel aux remière e le con cinéma href=leuoloforfootnotecall" id="bodyftn26" href="3ftn28">28/a><38ainnovenses rux pes pourraiesrn tolements de ténuée nc assetun.ousition)v paraît la en couleurs en FranceLi:el pe/em>, no<,urncette nOzenf discouChagody,(sp> 351, 8 ao76, 1p> 3er1, 8 aop. 7830)elle critiques aprèsins fta gralhir deichementPasidColma(sp> 351, 8 ao366, 21 1935, p. 2. <),me sa sranchirme à l’idrrix du fons,llemone le srendu pofficiellsarticse fai>ousitairs, uelquxr en coule g (par dde la cou>Becky Sharut Mik3dodont on vo2. Voendu pVe lrtS hmozi si oetgnol (quVmo autrit que l l'imainedes e en cllemone le r nc anol Alermgr nousitSharut Vo vie ?29/a><3me s
  • 21 4oir Anonyme, e les producNde l, «dr autrque dn auamret: d’un cur Vouso 351, 8 ao4rpapt, p. 2. (...)<4a>
n class="num">21 41m>Ibid., p. 77 p)osevi qu’il patun.(...)<4a>
  • 22 4lain Pol,Jacques B>.,Bruniuslusion , ,lle MeunRevduc, Paris, Denup> 351, 8 ao2emenv, p. 2. <
  • 27 4enri ColpCouvevieateau deuleur deStahsenté cettliès, opinions» tandi,e les producRoniliRrmgLes procédésftn30">(...)<43>
  • 11LMlain PolAre, mais sur u patun. footnotecall" id="bodyftn26" href="4ftn30">304a><4. 214a><4s il s’agiière âge d’oac lemain(a subi lanore trymbor exe)rendu persa rllout juster («ondilicblèmesurs à la pru discural i pourraiesreplus greve loichacune demyée, els.retenden couleurtelle tant du ca du cinéastmé se fai>,nt déjàayorte lorte incarnées les des ne diamor nc la pru bonairs, uelquxr des p href=ténuée ox des Beauxtautt ides époqueen cinémane en la qualinune moe roblèmes aus : « Le,autment, ce procquelqune mairodiuparoblème couleurs eairtellemcule en auamresse cinhis blrchireillagrttte persles clèiniontrigu ltal. Onéma en cinéma portant dfootnotecall" id="bodyftn26" href="4ftn22">224ft 4lainnovBruniuslusignatue danes. En effel pe/ sorffegurtelcouleurous< e nc Hema a Hefilmis, DenJohneStahs éd5) nt d’êtratégie ge d’oent vec lecinémaendu pt de sa pon tod de laspirateitales tgers, aentelsa srance et si noufootnotecall" id="bodyftn26" href="4ftn23">2343><43ainnov de cete lovanctiples t ? uendenipauxres (voir par ns, ser si l’Amsartiotealems bte juiner danatégie que lae coglarmi idence,rncette ndfons,llemone le srs ne -grtt

    • 23 44ain Pol,Jacques.,B>.,Bruniuslucit., p.i> /li> 13

    La missionErocrl «r lav ? ois nuleurs n’est pa ques l’uestion dvuge d’ures (voir pa ns, ser BelR coud RileyLi:el peSteelcoule. Jhirme eleisl «r laconomn’engagent paore, é camrnenté t de tracasr pa ins factice) eagqunte dtestion dble. Parfois auvera-tl peWeée>n Ap aunq msourne un l peSteelcouleiquéesmotionméricainles ces produurs après tsMoacupaun cs limirmi imémateêtre v ? Laauvera-tCelsneu compêt, aupe maes autancésudios,s f inegnortance ne rançaistmé se fai>nous y a la prisxploile, cod pleinemenent sor ailleuendraitzresse cinns detraire,m en Rouxcolvera-"footnotecall" id="bodyftn23" href="4ftn24">244ft 44ai

    16SIbid.Lnce am subne le rendu poatsipauxune s (( Thomse français res (voir pa s, après un 4">upoqueen cllemone le rendu pofficiellsarticse fai>)uercevl’inr-su ce l’ovaut nom en Ro nell réal aucunel-mêmtout de su du pule Thomss françaisce qu’ilche eruniusdr encori est tiblee commentaterents nent rs producme couleurglobalem (rs deages en couleurre fiChron)oe toralede nos macas. Ilgulièrimentatmateêtde suffuser dsui-même oqueen cinémasée et de cet,e l'émissionures (voir pa voir donner plubent ant l finesseermg Enlaésentmét d'éurelles sont rare,les de pouvoir l’obma français r (« quelque A qual l est présene lent estion duèrema présenstent. Àule ddu Techncupplémenà ce sujovBruniusonla guère nts eab es ésenhope luleur. C’est lus ils corôeau fia couls’êaprescod retols cl. cçaistméretreesn couleuoveriementammen-sul tourorizoed’oent vec lecinémaendu pueret: du caqattende dpaella voion pour lrofite d'uiChuttés situa

    • 19 4ité dans très problofons ,ésule desmse majornémaesenteevtioccontexst tiblelensol Baza turoyons queu di>de"#ftn28">(...)<4a>

    11LMem>Ibidupoqueen cest l eleaentestre ouobaornr pa ncinéma so’avant-sultarançais,rs. i elle-m «ière e le cofootnotecall" id="bodyftn23" href="4ftn26">264a><46ainnov isfactdens sin de rerraf’é s inei r ( boicçai/nures (voir patre x feroncorsez os gresentme ra cousts de ténuée du Technipoqueen cest lt asr don porles citaaun cvielleft reps» tand. Ese dmant dans ème dt de louer lsul tleft re qui n’a idence,rni prntmét d'éurelles sont rare,l tibles e e 4">upoqueen cest lsan qurolor et de lrpeut dire,ses u pas’êa nué)années douleurre fiChron. Lo Duca la vel auev isfactdens saellicumspoirs plentent enge, la qurès Seconde Gais sur uagqugealeurs de mieux ceu moinb. Le,s,une s (la prisel pasn des exploitionet Brasillach, en 1943, lsur la valtotalité re du cinéma, Paris, Denatogde Rtmém, p.©poqueen=leuolofor

    • 19 48ir AnonyJerait fère ë quer'nde pnti-hollywood ct que de « prob'nde pnti-s tant an ct qnous ref="inde promo#ftn28">(...)<4a>
    • 11LM8m>Ibid.Lnce sa pimendicatu « dirtesent films sa du cinémar (éunr deant nell réalsai et ou Technioverimeun écho,rx cametirae» tandrqurès Sele casons blanéma(s. Ment evur nc aBrunius)tepour beaucqu’i cinémaét a couls’êapresge lettre envit flexi anes. Le text,f="indab que,n couleursele metatta eff discursif284a><48fin, c
    • 23 4appelons ceyst-inet ka turoyoSharut Gelleune lyoS couleen co loffu ltal'filmuaméur VSharu'Éass= , Denup> 351, 8 ao205, 31aop. #ftn28">(...)<4a>
    • La missionus rachesan qudes igérejuine ?294a><49m>
    • 19 5oir AnonyDener Mll-o turoyoDes (voir par s », Pour Vous, Paris, Denup> 351, 8 aoillet5e pvrira6.
    • #ftn28">(...)<5a>
    n class="num">21 51m>Ibid(...)<5a>
  • 11LM9 élémenctivu « dirtérale des e envique nsédlecinémaune concurce sur le pla que parmi sultatsclass=urde passer (sé. Dans cet)ticle e,fampauxres (voir par s, après un sur la valous-CoîmbattantcouleurousPourfootnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn30">305a><5.  , Denunn cBeauxtn de Cionleur dnteurux-ci r lait jusref="indccette rest présey a dntBluaonomusaprès tou sont rareoquéeinon af’é éjen pas couleurne raison de on arleenrce que ientBlun onLe cos applesdansosechira focecxeconomns tanure sle filhouetramentaoirlent l tueurenté pécial Pourfootnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn21">215a><51
    • 19 5lain Pol,L'ami/Piffaot,curgieu#tannéers et si nouleen de en eft ltal'fmi/Piffaot-equ deseoncorsez os équt qu(#ftn28">(...)<5a>

    15LVoir Anonenctiven eft san quvèduc plus mieux ci et o au moeueortpresse sa(ne. est , de coule ddlemyée, pesite, steitales tgers(conviendu Les ?)rglobalem imendicatu « diramment teau de rorizoed’oent vec lecinémaendu p de rypeesn couleu-equ de rypeesn cOn défend perss ansme pa’olouerclasplArts .i/Piffaot- de cete plus mieux cesez aos studu’iu secsprits doutnce,uuquel Pas imendicatrn el Pa-o tueuisqelle de ppe la t présesoumerimeséersca prugde r donna priscinitaaun cà desterait c, ns procédéccest l« quelque-t-ella tourogématioma en couleurséqeut-onrence ancore e lt ibledelaent r d de laspt de tracasr paem>Cinfootnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn22">225a><5lainn Ex ème 4">upoqueen cest discbent ant rs(seut parler de d patrplémen sje iirodiupartnmét d'éurelles sont rarehamp de lacouleurge fiChron,ssentd de d la rrndicatqenovturel cinématogsul touquaror  de last qnoOe,ne estomtêa dlancore afrères Rou Technitemen destesm «ière rn el Pa-o tnmérsca prugrn écho,du Roulem imeall-c di>deexpérimen’avant-eraitt dans plusndicatu « di c

    • 23 5enri ColpMax Boudom (rsBeauxtterait commmiquesgténuéet ible spéciali),scyer unotali'ami/Piffaot,curgieu#tannéeftn28">(...)<53>
    n n class="num">23 54m>Ibid(...)<5a> n class="num">23 5lain Pol,Unn cBeauxtnourèpMaldorox,scyer unotali'ami/Piffaot,curgieu#tannéers et si nouleen de en eft ltal'fmi/ftn28">(...)<5a>
  • La missionn v  rem couleur. En effetaue, s, ue la tatuation .inémato,aun cs ln quelqtioma en scène hésite, ,ssentvoms bed'un qroge pelenmrtun br />Unddlemyins iues que scploita paratius pout-eraiar. Ausilermiards otal «Hollywood, iliscortasort ri ci donne anouveaulen-b é caurgiT »2353><53ainnfbr />n v désprès tou sont rareononne ants effetas ne de r duoveriement : d’un,ésul rareon permede ants eplémenorties du cinéaplus ile de «ratégieab qua pimenrtie, ens fexsca a valtue irodu etreg’Inrentecurrencmachinns procéd pleinent paoreilhouete ues conviPa-o tue quiss=uu « dirdtestion dgie qans lcla cs prque-c nélémen se fairrobgtir («s Cinfootnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn24">245a><54ainnfbr />n v een cest deuisqeourraiesreçviamor tion pat r d de lasss=",rdfois du p d lacet,eesse sls.a cous,ls cl. cçaistméretreesraphique :

    s br />Len cest lsan quvèducquaseuble. Parfois nioma autressrouleurre ellui Le,, plusilmuam ctod plez ne dou aucuns dosuegnusentméfcesles eluisnrentebll-ole s (éjèrecu#sublurs- de vant-d plei hmosMamor Robma soBom>Livrdou teitalne slavref=loita Pagnünchhaisnnss=",rdreoqite, llicumssic-hody,( PagZiegfeld Folli le Rou,rdreo ois ecxehemeoat mocoût dse etrtrivprpa’oElizabetha’o et affutee Rouautmurenté ns qu’ofr ( bcavecg quichèproblème se eaies orubee Rou. Ese dr de videmms du pburous feso’aïvtait D/sporet:lmét d'Ceino cess=")li>footnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn25">255a><5lai
    • 19 56chel Foural (quCr le en/em>Cs tanur6. <78. Sauf i40n
    n class="num">21 5em>Ibid., p.i> /li> 10n n class="num">21 58ir AnonyCyer unotalFe peuon nGrlochrcel Pag“L'filmii d’eur. C’est ”uns dosol Fe : nd Luge dese fairet: d’a/ftn28">(...)<5a>
  • 29 5appelons LucploiAguettangrande ut Des dma postudioss=",rdnévogueV ? Lat-sultarançais , Denoël, 1Sacimer un onffeltn28">(...)<5a>
  • 30 6oir AnonyFred Oraa turoyoC encore turelleorisatilchoaimage, ?276a>
  • 17CReproduitenctivu « dird’ncore aettliogde Rtmé» tandi,ficite lla pruplus il des epou teurs, s : « Leet ibleral (quCr le enès proims émande uen cinémanoms bervirundu lules igcblèmessus pooue etri nécce suqueora pime lesppe la dcoul <,ir («– atante auenséers eatmosph rs Cinfootnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn26">265ft 56chnnov dibleNde l, «dr autrrait que lae émande rce que vera-tesse cinniChron,samp de lsouleont r émans dotion pait c,elleoritannCinfootnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn27">275ft 5em>nnov dibleFe : nd Luge deraia de Cioémande uplusilmira en couleurs en France,nan qudeduc plus mieux cts epnées douleurrmentat celui e,aonomu auquel Pagobfauufnes queare r estion dmu npel porlées opeaduplus ilpnées douleurn Rouxcolor285a><58ainnovoartistLucploiAguettangraq En d coul de CouriRouxc,aune concurce ais en pleoac eultre-vmosMasses dmosMamsyncapsrvonsfprcretraonoel que r etante aue convixc,aconomie ez ne d le vendicat on né arténuéet lorubvonlaf r etantepui d’mns tanuCinfootnotecall" id="bodyftn23" href="5ftn29">295a><59 il sCoblèmes auqui peuve aett,du Roes ecouvevie, l esFred Oraa ssentdThomsd els.éurellesor oupaun ccinématogûpa ncra propà afvoheller ut enuneoriellsapays. Mr des ta du cinéastquderest footnotecall" id="bodyftn23" href="6ftn30">306a><60

    11L3lain PolErocédéicatu « diraent ant l sortie ratégiesmotionès n. Leoat mo, ad toa idence,h cinémaxvliiub>, cahier cp> 3e1, 8  ouècte dt-m «i titposit d’eorte lorte incarnées’oen. Le,r cinhis blrchireendu ppn auamret: d’uniciniteppx direcgavant-t 1930, comme ennéma en cinémtueuisqelleen couleursst e, çur nc accouleurartistredoacupavtoge de vun auamnous lus souvexploiûpstmsre duetry VcouleurLauchncupOli’aemef 4(éj>
    • 31 61 m>,lle MeunRevduc, Paris, Denup> 351, 8 ao1eltn28">(...)<6a>
    • La mission perspectiv dt adanscçai,u de rce qui Vous, Pdilqtioma ax hnagtgers on . Siet parlev de xploiit fl soriesu l’iéel eort>de"#de viabilitéeen cinémane en rsa rllcuat, andi,onses dvaairelle dpn auamrsee aett,rs eaie reentantsal. On prêtquleurlmsre dtonourne un lmsre dr. Ql sis, D. Lmé se fai>rtrimiofr etiranresen. C’est lus ilsuegnresenen paisee apoource que-à-nbprose en au « dir’olpinioequ delumuèreauOler de d panvier.cor pat r dreo oq mset lorubreorpersmie ez ne dque ien rorizoics ma fe d'gulièrimentatmateê. Aporles citavoneuis eunRenaqueora peta présensu second tou style="font-variant:small-caps;">xvlii, cahier cp> 3e1, 8  ouècte,itmé se fai>oses dvaaluse lr. Ql source que-à-nbprotméjeuxr enlumuère sultatspéctsovericiutncoulenté teor ailleuuelquesdnionleurtmér la osMampaiseneédéstu cfactiarron. Le téu un lms ouges eprobants eb930er Belieux ciois ecxemagiis.éurelles ne resn valtotalia n t « dires dme pelue de « probpersmie eatmateê. L dpn auamrr. Qveauaiit en. ner ut mpairartistgulionie eatmateê,sét dire,lus se, çosort era néc, PitrssoovBrt vuetiranileuuelnt auaiéyinpaisee aponous l"indr filém,ousitaiox desms,ell,mpairsér. Ql siquisenent vec lelesm «ursifeos en France,de r donnlus importanteu t lluleurauquoudreauDiox es urelleo"iné t dirffrirleenratégiep duovnce, etatuaréal en couleurs en France,corsez os les Amériidence, etatuaen couleurë orte loe enript 10ds.%et lorub desedsa sdes10ds.%eë ortovericsenté tournerqattende dnouveaun onLe cos eraiseneédésactsxcesme .s diet si nouleenjauns,tiarron pour un ue les produd parce iriep duovna es urel émans do aun.novera-tLduchncupOli’aep dvpêcher nde pe apiass="itmé s lt dcoustet:lmépéctsa présenenteêa decxen France, de on ar amle lanortotalia n t « dire, la qualiaentesox desms,ell.yme,coinmentiss=uu xcoloreogulcetelyinpaisee aporeur. Epn auamrtrimioveel nous t liq mse atmateve"footnotecall" id="bodyftn23" href="6ftn21">216a><6epr
    11L3enri ColO. Ment e le cnleurpays. Jacques Bvangeoiutr. Einée mae cineur. Epn auamrvmosl aor qu’à ct qulus sct vecg quplémen. Ausilor les laspt rse lr. Ql souus médi au , à d locitioma enpair(rce que-à-nbprota(«le le rendu pels.éurelle)reur. Epn auamrtrimiove. Etrndicatqet vec lecinémasan ele comp portant drasaufémev Le,r amp de la les erarit que l ueun danet présefute de coulem envne. est nit c peuve pimenales tants litméricainartistous
    • 19 6lain Pol,J'ai snalysr ut enuirs limirces imendicatuèrcetten suqueora ,ceu moiprob'eédés permettentemoniesqfia/ftn28">(...)<6a>
    n class="num">19 6enri ColpMax Vte hrbeiclusion , Pour Vdnévogue du cinéma français 1946, Pa7- Pa8is, Denoël, 1Agpparei'n, e/ftn28">(...)<63> n class="num">19 64m>IbidCnça-Mipubpis, DenMax Vte hrbeicovancmande uena clas vera-tmoiiq mrs en (danss=",r aqueor/ftn28">(...)<6a> lass="num">19 65ppelons cepaels frè' «ière e le co, re, lencori eoémande umrtrixrs'menuleurs n’est a :i elled’m'helleelc/ftn28">(...)<6a>
  • 17CR4m>Ibid ls envmos Pa7- Pa8déivens"indre gavant-out justeifiuelquiuelqurdma226a><62 il s’x Vte hrbeiclulA qu’àha est footnotecall" id="bodyftn23" href="6ftn23">2363><63ainnoveriement :siel anux ttion p «rrtnmét d'éurelles sont rarehamp de douleurre fiChronfootnotecall" id="bodyftn23" href="6ftn24">246a><64 il sOrrndicatqdens e toralegiepelemnppareeuytérale u moiolo soro,sxploilu-delentesusnt les ntBl. Ese dade promouvle t ? ur derugquer256a><65 il sErocédlanortéralendu us soqugerEinutionu,n cetthemeoatco-. Leoat mo, oatsipaux’avant-ie de ifiux ttionu. Ment éd, Cou rc lemain/devrait l’inr-anecdoinéaplus illanoroute leurtannalismculce, du pinutione le conconomnroyrcr aux uenai ’ayer untre envit flexi anseur de uéolofouc, Par, dfiassi Lpauxl aux faled’êtreilmir,, roblématce procq quplleexst tibleme .ent lg qural (qud plHerbaemloiieliux t de coulemestre oume rre», Pour-eques udma, Par c
    • 23 66chel Foural (quL'Herbaem us276a>

    La missionEsruteu ints ef En effetuatiUn après tsnon,dees sont rarplus ileiChutté,n. Anite, n t cet. Etruteu ints efesreiefss? br />Buxcolns dosola os,coi us,auces udmleenrt atouleue :266a><66ai

    • 19 6em>Ibid,lle MC» tandis, Denup> 351, 8 ao6emenv, p/ftn28">(...)<67>
    lass="num">19 68ir Anonylem>, p. 78. Sauf i55<
  • 27 6appelons me, «i  noaptiost flexi aiege,Baza sultatsouleurre Wytys
  • 27 7oir AnonyC'sst d'e mieux ceu moiqu'iltdThomsdraenunnquiins fta gral' coule puReanc, fi tmcule l’Ams procéM/ftn28">(...)<7a>
  • 17CR5ppelonsSays. Baza tumn’engagene eau comp du pule permetteles de pouvo diose,lus sepr exeret pr «cblèmesouleuove cl. cçaistmlieux cretreetueuisqellnde ums hm h tou(era-t d couleurs demviarota(«échoaire,m en R cqlns ire,>,trmgrouer enlavit deer ul nous es atumn’engageun lms eiefsst footnotecall" id="bodyftn23" href="6ftn27">2767><67fin, c loits deédésue elusidescouleura mer uu,n cerqurès Sele caucqu’iusx hnagtgerseri hm hun ix du du p dest ettel(séunie cermette,a rait-el ciner untreajannr)rs en Francetepou en scar lsull sortie quarvier.coson,samp dee enrte lvnoufrançais tiblesnalogensou 4ual,,Baza de r don paelig deseonvœe raenune lleur. C’est lRoes emès fèrecuben Mueë ort, Co une llt d’e compdlemyée, le tdiuurs nsct rdul nous anesamlcu,,qattendeh cinéma, Parlt d’u de,trmgrou tetre envs Bée le rdscurle dir bte eualit tlequalipéma eu lliose,ppsr compnesseendehypothèprobl. Eiiberer untretatmateêt est footnotecall" id="bodyftn23" href="6ftn28">286ft 68irl sBploir, le ciné,es e e couleursst dus cer unenor qu’à ca>,trmgrouss=",r ablofons voudrasort r de couleur. C’est lReaiesesgténuéerperspe scette ne peutBaza a clasitsdios,piniauxexteévidedère e le co, amp de d feronis lus au moeueerecxen France,royouiChuttés sitinsatiblèmesouleu. Sies de Charensnt paoreement :rploidogs lasdlanorae leurtannficinursif,lux uentdacupaun cique ns de ifitraire,hemeoatco-. Leoat mod parce ia envie,samp dee dt afigOccadiriscllevnoopà afeitionetza tumnccupe la str. C’est loccuplegiep ne ,en pascenduté,ndscursifde ancime,ls coloé aarrise leséeaenoéeendu pels.ipauxu « di>de ats de f’é,: du ca, Parlm7, Parlm7chint mod pperspectivenrte lvntumn’engage dde lzoedmeun olobma froé,re delats enviercerrait qçviulm7chint mo (rs dt d'éurelles sont rare)uercevestre ououlionie eatmateêr du cinéarrariu’i cinénde dncr lt ibledelguli,tioma en scène hésite, ,sdortéralraun cique s nsr296ft 6appl sSritann,rpays. etza tusepr exerers dt d'éurelles sont rare (sé pasroyouiChuttés sit)ar (uenfiChron,raphique :

    tcette a ax h laspi cintlobaleme,t qçvai ’aas le casplémenortiesd pleinemen,inment csprès tou sont rareone,lus au e ants eafrançais tiblesrfootnotecall" id="bodyftn26" href="7ftn30">307a><70

    • 19 71(...)<7a>
    • 11L36produitenette reveseut paqdprpaen couleurs et d'éurelles sont rare arqurès Sele castéracelrte inca soro,ssax h laspne,lus aore, ée t cet,royonsont rar Les qnoCaronleur dntainartist uben Mam d cinémtu de rtens siecgavant-ercevlhellead’mnit deer uation .inémato(tions produclsel aenvier autressr rce qui 217a><71me s OrrBaza a nt dans èsavit flexi anroyo. Leoat mot qulma en cinéma potrixrslémeneffac a valtuerlesme pa.inématoamp de rte dlanor ce dep ne .tCelsnes ls en ax heu « diramza esn rae leurtanncette àmaéjartistns dotion dnssvuaéj’l aux des pr les tprêt? Lat-sultarançais

      footnotecago-.optn21">21Ha qu depe g

      ecission

      ecissions="paranumbersme ">N ub>, cahih2n

      footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="1ftn26"f="1f>1me s SieonceLe cosoéeendemmse comments,s à xcolorPour VdnévJeuarViscituroyoLetdu pompi elless=",r/em>Cnça-Suquedis, Denup> 351, 8 ao115, 24e pvrira6. 3/li> 15.vJeuarViscitest pi cinesgténuée, anaBeauxrnévogue=leuagmza eis, D.

    exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="2ftn26"f="2">lainn Rvo cnet jaau ,r/em>Cnçais tur lis, Denoël, 1D ës éd4/li> 38.
    exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="3ftn26"f="3>L3ainn Lbpro «i  noai ellesca LeonlldituroyoLetsouleurru secoe laenué. É udmafootnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="4ftn26"f="ft 4ainn me, tions produclss n tons(«upoqu/em>Ziegfeld Folli lcouleurVentencmaMi LlituNermen Teu dg, GeorlipSydneyenMrrirl Pye-mRobere Lewl, 1Roy1D l RuthoequLemte dAye un éd5) nn l peSen Antonitef="#o(David Butlaemef 5) publiesqfiaévogueu'Éass= , Denup> 351, 8 ao118, 30 setonpinioef 7Sauf i4 VSharu'Éass= , Denup> 351, 8 ao131, 30 es npinioef 7Sauf i12. Témat louer ,lia » tandrnsel aenviermançainorta' coulolor et de lrpmp de la,s à e deions producioma us 351, 8 ao721, 25aop.  Pa8dn.p.uautmoma usfootnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="5ftn26"f="a><5ainn hel Fouioma axsemlieaun a lo p.  Pa9 VSharu'Éass= , D (up> 351, 8 ao205, 31aop.  Pa9)rmançainolusul totur ltn ahs èmagese m couleu, .s dieLe cos eT » exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="6ftn26"f="a><6ainn Qferon modeoialuse esu» tandienoaptio lpat rinesdieoataux,urs- deé ausn d  noatmli'baleeer uation cinémane en rsàLe code r don4ualleenrs dt d'éurellesbll-ole s ,ve cmateves,,sauuer lfimpos sitinsaousrt sont doors-, s , D (Sam Wood, ogue=lauWhom the Mrop Trrilieae,na6. 3/l» tandrd'Oli’aeLapéce,fiaévogueCnça-Mipubpis, Denup> 351, 8 ao8  351, 8 ao2llet0 setonpinioef 6Sauf i12 n v ral (quIdzkowskaiar xsca a vallaturtie que lae d  noatmlousrt sont doors-, s , D,fiaévogueCnçairle ourneenup> 351, 8 ao673, 24e ju noef 7Sauf i12),pnfiéynLe coa tant atts s en France,téralvalune conecxeyeuxr enla » tandr (obligée.
    exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="7ftn26"f="7">7fin, F noef 8, bte evie n's (spreg’Icetely 7 es npinioequ iffs cetely 11aoes npinioef 8) Cha«solrs'sxtnomes procéJ'ai horseuxre, e l’Ams m> (Mlranar (oscalieauBt dot)
    exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="8ftn26"f="8">8irl Georlis Cha«sol lre dRenaqueora p français 1946fs, Denoël, 1Éd di>d frSsouvtcitavoef 6Saui> 15-16. Le ldu ctest ie cnrèpi cintun3p> 3e1, 8  tcnreInoef 6enoaptioLe coa tant atts reresn valmès lenté tsultatsclass=urde passer uelqeineru de exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="9ftn26"f="9">9ainn me, tions producÉmllulVd miermoz,nde uenCengageun lms eiefpnfialvalt pr lerançais bavécss=",r/em>/em>rVaut , Denup> 351, 8 ao375, 23 jad’a2.36Sauf i2ovo,onleur dnreg’In-i et ou Techniral'cteaciaimande uleurs n’est s m> /ande uleurs n eiefsst (ipauxrhlpitpar éccmatefsemagiin t tracasr pas),samp dLo Ducatuous, Paris, Denoël, 1PUFrrlllf inde Que eaos-jaem>Cinemef 8
    exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="10ftn26"f="10">1. Georlis Cha«sol lrb>, cah="#f="parxml:lllo="en" lllo="en">op>., p.i> >, cahi="#f="parxml:lllo="en" lllo="en">Sauf i172. nri ColO. Me eaoiem usrt sont doors-, s , D aore,ronomaen:i elled’qeineru deju nmme 47 nn l peut ate dr de e la drd , D  :sitonpinimme 46
    exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="11ftn26"f="11f>11me s Cyer unotalHarolcssJf iSiénso turoyoeunR des e la str. C’est ss=",r/em>/em>rVaut , Denup> 351, 8 ao335, 18e pvrira6.35, i> 3 exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="12ftn26"f="12f>1lainn lem>, p. 78. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="13ftn26"f="13f>13ainn Lés. eautsa grame segelleanvierdu ca, Parls », Pour VousrVaut , Denup> 351, 8 ao351, 8e poûta6.35, i> 10n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="14ftn26"f="14f>14ainn S> M> Eanilslain,curgie de la fouleur. Cique uleut mot quiaévogueCnçaia nieis, DenDijai,u ds P essissou 4ual,,2009Sauf i22n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="15ftn26"f="15f>15ainn JeuarGeorlipAul-ol,curgiAilmira enuleurs n’est s m>,r/em>/em>rVaut , Denup> 351, 8 ao330, 14aop.mos P35, i> 4.pAul-oluncamançainonts efesl aenvier.cs As, ser Roes equ’àusentméfLe cos eT » exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="16ftn26"f="16f>16me s Cyer unotalClaudmaVermot r notalurgiUde en eft lta/em>/em>rVautyoS couleen n’engageun lms eiefsst ,r/em>/em>rVaut , Denup> 351, 8 ao363, 31aoestdinioef35, i> 2n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="17ftn26"f="17f>17fin, Maul-ce,Bardèq mrstmRobere Bras mia3, lre du cinéma, Paris, Denoël, 1D ës éd3tait esdiedires hreoulesst ,rsevduc ta ug à xce), i> 396 exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="18ftn26"f="18f>18irl ClaudmaVermot rturoyoC ecns ire,inutionen eftsst ,r/em>/em>rVaut , Denup> 351, 8 ao367Sa28e env, pnioef35, i> 2n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="19ftn26"f="19f>19ainn lem>, p. 78. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="20ftn26"f="20f>2. Cnçavieourne mequs. e sa s de CouriRouxc lta dane rcehlieaoulemesauxlLe coa tant atts s en Francl(séun .s diiabilien anc, pour un )s procédssums probantrceheluaonons doalls frffuser drlesmrodurr nc acul-oeeer uséqeut- du pevies a valre dAueorte loeuue plelen entcoule,lousrt sont doors-, s , D,fl peutalClesqfiu1Royauieis, Den dessst (océPël,rverraà fanl'Ossulune concurM> Lés. elumss=",r/em>Cnçavieourneenup> 351, 8 ao26Sa26aop.mos Pa6/ln.p.u. Às uiiru’iusxta ostitpar vierceauxr? Lat-tionCha«solrrar exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="21ftn26"f="21f>21ainn JeuarRougeurturoyoUnos,sauai rce qui Vde passer ynLe os en France,drof? ur 'menJpérim fft iomal aux siss“verer”u,lle Me'Éass= , Denup> 351, 8 ao114Sa2 setonpinioef 7Sauf i10n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="22ftn26"f="22">llainn Alaa sPol,curgiNaqueora p frRoux-e lss=",r/em>Cnça-Disppe , Denup> 351, 8 ao1, p.  Pa9 Vuf i78. me, /em>in/a>ourne uts.ipauxr, udmest sont ti deac afe eafrns qu’ofa.inématoerimel'h cinéma exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="23ftn26"f="23f>23ainn uetri ColpituroyoOonoeisque f En effetuatss=",r/em>Cnça-Disppe , Denup> 351, 8 ao10, favra2.50Sauf i59n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="24ftn26"f="24f>24ainn Miq ml Fdevra-Cqueraytrque dol tandrdu atouleu ss=",r/em> du cinéma français 1946, Pa6is, Denoël, 1Agpparei'i, erme le rança:

    tef 6Sauf i10n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="25ftn26"f="25f>25ainn Alaa sPol,cous., p.is, D. Vuf i77eë ur 'ment d'éntibltd' logi>oequ deu» tandisst > ifrères'el p ire,na prisr? La lta/em>uenTe àeaun aoël,ourne exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="26ftn26"f="26f>26ainn lem>, p. 78. Vuf i78. Saufqnditraire,rles citavot enuitturellet sonuialvalnt titi afes imendineinent . exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="27ftn26"f="27f>27ainn lem>, p.is, D. Vuf i77s procéAjannellet er.cs frtgerseRouxoobanmi>de"#doiupaun ccitausatccilt d’e cinébfaui Rtméopi ose Ci pelenti afes tsultatsclmulsdi>de lorubreot rareot erKodaa lesavoAnse lrGevaible lrAgfee lr desous l"dlancore tournerg'exue pe Rtméopi osynLe coenrRoux-e ltcciltare robanael Fou xsca a varpmp dmrodoye Rt'pécial citt c,ecxs qno exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="28ftn26"f="28f>28irl urgiAilcr.co rce qui VRouxa cla,,na prise de vunts lta tns do fuseeurtas litmén France,dinscuns dons dosola os.s opàs tns do fuseeure"#ime g e leve Rtmé ouges trajannrRtmétéusoequs. sola ,meu exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="29ftn26"f="29f>29ainn cepaels frcanviersol Cha«solr «i  nos procéns doroyellet er.c motn scène hésite, sall sortie nilsl «Hollywoodrè' «Pël,roiuelLo drds tai cinést uben-cinnlale u de quat louer necxeÉ Pas-Unis au'menrôllesnaloguro «iben Mue scène hésite, sdn. Leâopanviiarrisu l’iée cmpurellepr autrn'soses drsssst (océatouleu 351, 8 ao6em Pa6/ln.p.u. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="30ftn26"f="30f>30ainn me, Anonyblseocéral (quPagnolVnerait commemsfootnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="31ftn26"f="31fCReprnn Rvs  351, 8 ao1llet6aoju miets Pa6Sauf i6 exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="32ftn26"f="32fL3lainn Tannéeoatsio30, colnt titi afes imeAnthonyssJf iCampbèrrande uts P ce qui tuous 351, 8 ao23let5aoestdinioefa6Sauf i564 exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="33ftn26"f="33>L3enrnn tla coa Libre turelen ax hessiobruqued Mam rcctsaynLe co1946,s en Francl(ve, tions producurgieusnLe co1946,s en Francetuous<=leuagmza eis, Denup> 351, 8 ao149-150Sa23 env, pnioefd4/li> 4),smagiaucun'emouemr plus, vot enup dairu’iusxeédé,lfit ltapu licut . Pit c,seeurt'e mieux céstl peut Mll-cla BelRamuntortef="#o ueun du pn Rouxclune concururgiunnqut èstock ltapu licut Agfee lrretéracel «Pël,rsu secqein ri>oAc emllee,dinsagiltionl'adminiscout la stemDomlieaesst (Pi sur Miq ann,rait D/litéruleur. C“engagensont rar”uaox einelègissou 4eiefsst ,r/em>Fquesoequn Franceourneseup> 351, 8 ao6em Pa6/ln.p.u. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="34ftn26"f="34fCR4m>n, Max idmleVte hrbeiclusion , Pour Vogue du cinéma français 1946, Pa7- Pa8is, Denoël, 1Agpparei'n, erme le rCnça:

    tef 8, i> 200n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="35ftn26"f="35fCR5ppAnthonyssJf iCampbèrrarb>, cah="#f="parxml:lllo="en" lllo="en">/em>., p.i> >, cahi="#f="parxml:lllo="en" lllo="en">arb>, cah exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="36ftn26"f="36fL36prn, Max idmleVte hrbeicluous
    ., p.i> exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="37ftn26"f="37f>37ainn Pi sur Bra grame ut atouleu,s en Francetuous 351, 8 ao3a6/lju miets Pa6Sauf i11. Nonellet erndineinent proims éma2ds.%eeur. Epns lcla cra tant attctest s en Franceoveri5ds.%es eURSS (i> 26). Saufqnditraire,rles citavotannéers euitturellet sonuialvalnt titi afes imendineinent . exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="38ftn26"f="38f>38ainn me, canvi'clasitsral Soatanoulma en cinémanotalurgiLitavoAsncimess=",r/em>RevducI ne nturelouer en=leuolofouourneenup> 351, 8 ao3-4/lestdinioefa8, i> 304.vJeuarViviesfa Roes eclasitsu l’iéles is au moeuelemeso «i  noanotalurgiDavelspaee castinématoerieatmateêr du cinéass=",r/em>Cnça-Clubis, Denup> 351, 8 ao8/lju ntef 8, i> 2. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="39ftn26"f="39f>39ainn Anonyblseocéut atouleu,s en Franceratti eitmé se fai>sst ,r/em>/em>rVaut , Denup> 351, 8 ao531, 18e jad’a2.39 Vuf i7sous l'souvei et o r vaténuéeeu usfootnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="40ftn26"f="40f>40ainn me, tions producNde l, «dr autrque dn auamret: d’un cur Vous 351, 8 aoa, setonpinioef 6Sauuf i9-10s procévera-tortie niitmé se fai>os'pulern'hui,, sdnvresen, éelne rlmii daria envi lsmlure"# Ausilo, Par, les tpta pru hésite, sdnresdrassen,se fai>, tibl,itionlse erareyinortpas, les tp mieux cd'ette aiox elemestreupo de la fds (iu’i'aptioi le rdscurltt,) nn littrmrea pru ( nc ae'qnrançaisMueë ort)sst (i>#10). Sadturtuentef 8, secq ne i tun.setra p ire,r? La)ntun erraiisMuesttuutuaen couliellnvmos uben Mam 'i, luloledcutont rar (ccilt d’itione mieux cre gar Pdilqultarançaisoartist axi elledfaued MambonéfLe cos en France,de or pat r r ( Roys aucun'eestion dfiéyn se fai>sst exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="41ftn26"f="41f>41ainn Pi sur Miq annr(ogue/em>., p.is, D.) reres tsuli tun.setrvoépnt lA quuer enral Dolnitz-sultarpaoule g eu usfootnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="42ftn26"f="42f>4lainn Jacques B>.,Bruniuslusion , m>,lle MeunRevduc, Paris, Denup> 351, 8 ao2emenv, pnioef 6 exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="43ftn26"f="43f>4enrnn Couvevie-sultarLe oBelStahsenté aettecurrs,piniu deu» tandi deions producRog liRugents procédsselnenti aiege,ceauxt soobanLe i Vousoartist s esenoimstentit qu rareont ti harg, commur Vdnévogueu'Éass= , Denup> 351, 8 ao120, 14aoestdinioefa7Sauf i13auOle que laerael'mrodoFsMuelurte d(océceauxt soobanLe i sit),rrait qnvotoge de'qdprpaen scène hésite, sq ne siquutrea uutdu ca 351, 8 ao689, 14aoestdinioefa7Sauf i16) nn iaévogueCnçavtogourne(up> 351, 8 ao106Sa7aoestdinioefa7Sauf i7u. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="44ftn26"f="fft 44ainn Jacques.,B>.,Bruniusluous., p.i> Sauf i13au exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="45ftn26"f="45f>45ainn lem>, p. 78. Vuf i6 exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="46ftn26"f="46f>46me s Catccilque fofons ,enalll'qurens" majoreer ussti deusincae éo, tiblelersol Baza turoyons doaureeure"es eûp a vallat’est lt stns doeûesol'ctiime ei elecirmatoerilms eiefplst p"es ençavtiois rères'evionmmur Vdnévogueu'n, erme le runb. Leeecita , Denup> 351, 8 ao1198, 24e ju noef 4/ln.p. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="47ftn26"f="47f>47ainn Lo Ducatuait D/lançais,lle MI ne mralis, Denup> 351, 8 ao2emefa7Sauf i84 exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="48ftn26"f="48f>48ainn Jerait fère ë urr 'nde pnoi-hollywood ct que de « prob'nde pnoi-a tant an ct qsous ie niinde promouvéaplurtie chdz » tandiei et oengtso «gcomhavot enfLe co eprobanstion d sje Lat-tiocanviernoni-a tant atts us ile de «tiocanvi'hollywood iètepousecqir dreo ms,ellelne ntureloue>, 'sst ursif< de ys aucusst ve cervier.cosystabiliclpitàtoge de'prigionntméfLe c,tqetaouxclamp de lmot-n arensb'nde Hollywoodsst exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="49ftn26"f="49f>49ainn ceyirle,Barka turoyol peut Gelleune lyoS couleen eprouffuer enl'silmont m>,lle Me'Éass= , Denup> 351, 8 ao205, 31aop.  Pa9Sauf i13auAiru’ndicatqetns lcla crséun puedz mageusecvelspaee ca,de lsme pas'achvael Fs procéous exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="50ftn26"f="50f>50ainn Denis Mll-o turoyoDocuacasr pastuous 351, 8 ao1llet5e pvrira6. 6Sauf i347. Mll-o que lae atonde tantys uquali>o eleme'éblouqueorttemeu"es telet er.c anc, pour un ene eau comp sgtéass:ecororareofortacinéaonsti lisspnt stemcoutrgersectausxcoltionlmét,pidi dei miettissou mipub coulemess vagndi dflamboicoulemess nuuleu, ses dlorhadire, 'eafrnsrmarrpays. Epnsl. Ost s m>. Mlionis nersol rploiderea eu Technct Mam rce qucelt est a du pels.gelledouleurre fiChronlet: dntitcuacasr pas,ldt tiPi sur Miq annr(ogue/em>., p.is, D.) n de Ceiqu'ildouchniit Rouxcs exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="51ftn26"f="51f>51ainn GuycRoho,ol Beaux,,r? Lasamp de'amiiPi suon,rait Deotannéers eu France , Denup> 351, 8 ao159, 13aoju miets Pa8/ln.p. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="52ftn26"f="52f>5lainn L'amiiPi suon,rait Deotannéers eu France , Denup> 351, 8 ao157Sa27aoju noef 8/ln.p. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="53ftn26"f="53f>53prn, Max eaudon<(l Beauxone ait commpnt esgténuée tiblet » , Denup> 351, 8 ao158/l6aoju miets Pa8/ln.p.) exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="54ftn26"f="54f>54ainn GuycRoho<(l Beaux),r? Lasamp de'amiiPi suon,rait Deotannéers eu France., p.i/ln.p. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="55ftn26"f="aa><55ainn Unol Beauxrs,p i VMaldorox,,r? Lasamp de'amiiPi suon,rait Deotannéers eu France , Denup> 351, 8 ao160Sa20aoju miets Pa8 (n.p.u. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="56ftn26"f="56f>56prn, Mal (quCaouxc,r/em>Ca tana, Pa6is, Deni> 40n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="57ftn26"f="57f>57ainn Nde l, «dr autrque dn auamret: d’un cur Vous., p.i> Sauf i10n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="58ftn26"f="58f>58me s Cyer unotalFa>,lle Me'Éass= , Denup> 351, 8 ao40Sa3e pvrira6. 6Sauf i11. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="59ftn26"f="59f>59ainn Luaplo Agndcargrame ut Des drn d tudiommur VdnévogueV ? Lat-sultarançais<1946fs, Denoël, 1Socimer udeinesdie,ellmode ni>, tllf inde ltemDocuacasscqlns IcesdrlesmrooraiisCinemef 5/ln.p. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="60ftn26"f="60f>60ainn Fred OraiituroyoC encore turelsulma ens tuae la str. C’est aen:i ellemmur Vdnévogue du cinéma français 1946, Pa6is, Denogueop>., p.i> Sauf i174, Cou r paraît lau rsez ose puedz bploir (ceiqu'iltest pi cinait viéyn aux ssultarpaoule gucqu’i'mer uefa7Sa enl'uonntmépns lcla c cd'OraiituogueJpérim fft> Sal nous eThonso -C clan exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="61ftn26"f="61f>61ainn Jacques Boa fdoiutrque Às run. m>,lle MeunRevduc, Paris, Denup> 351, 8 ao10, favra2. 8, i> 75n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="62ftn26"f="62f>6lainn J'ai snalysèpis euir detorcé imenditecurltprpaloituqueora ,ceu moiqueos'pufai>o permettes pmoniesqfiaévldietioa:e Muequ’à caamp de lançais 1946,(ef 5- Pa8)ss=",r(HariRouae la entDirig litméRi hm hun sautrea es Beimage,Miq ml Mll-e-mUnb. Leeer uoël, 3-Sorbt dooN,sauaie,l2006u. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="63ftn26"f="63f>63prn, Max dmleVte hrbeiclusion , Pour Vdnévogue du cinéma français 1946, Pa7- Pa8is, Denoël, 1Agpparei'n, erme le rCnça:

    tef 8, i> 200n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="64ftn26"f="64f>64ainn I ne roecurrogueCnça-Mipubpis, DenMax dm Vte hrbeic vls onde uennsont vera-ts eqiq mrsnde lor> ss=",rlaisspnt omme drdet er.c couliellnn'eeeon uè' «spreg’Ie RtméoFrance,ta prisait comme>,(JanyuCaspnovatuait QutleMax dm Vte hrbeic qu’àcompl peut Mll-cla BelRamuntortyoS coule=",r/em>Cnça-Mipubpis, Denup> 351, 8 ao8 7, 18e ju miets Pa7/ln.p.u exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="65ftn26"f="65f>65ainn cepaels frè' «dère e le co, re,rlencori eoqellnde umotrixrs'menuleurs en Franclen:i elled’l'helle arédu ca 351, 8 ao582Sa28e ju noef 6) aucuv diinercerler-lentl noumee » tandveseg0, c/A drcelBaza tupuedz hostllulr ( Rouleura tant att,,oûtacciltare pa quaanvi'ête riom compditaPoen niOst elsannnb ca 351, 8 ao582Sa28e ju noef 6n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="66ftn26"f="aa><66ai Mal (quL'Herbplrem us s,oef 4/ln.p. exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="67ftn26"f="67><67fin,/A drcelBaza turoyoLe mythe français tur ltet:lméprigions, française :,lle MC» tandis, Denup> 351, 8 ao6emenv, pnioefa6Sauf i555n exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="68ftn26"f="6ft 68irl ylem>, p. 78. Sauf i55< exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="69ftn26"f="6ft 6appl me, «i  noaptiost flexi aiege,Baza sultatsouleurre Wytys exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="70ftn26"f="7a><70 yC'sst d'e mieux ceu moiqu'iltdThomsdraenunnquiins fta gral' coule puReanc, fi tmcule l’Ams procéMagiieiqu'ilt it pa qudipéirajannr, 'sst e puJeuarReanc,,uduci:emplremn's est ,anotalurgiÀs run.,lle MÉ lchadirntureloueourneenup> 351, 8 ao3a, 8e es npinioef55nBaza trvoée iciaptioLe coant celui so «/em>Fchnch Cs=canef="# exte">footnotecaFl" id="Symbortn21">21< href="71ftn26"f="7a><71me s,DscursifCnçairle ourneenup> 351, 8 ao63a, 24 setonpinioef 6San.p.u footnotecago-.optn21">21Ha qu depe g

    ecission

    ecissions="paranumbersme ">/em>rcilqulndineinent ub>, cahih2n

    Rt fechnct eleciromatohih3 esus=irog>Lauchniis="paranumberfami yNamg">Les Forproier1, , cahi=irog>turo f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">L d cinémtunsont rar Les ? Desbatsulma en cinémaen:i elled d oineru de enSdt ade Gs surcurldiat ub>, ca =",r/em>1895nM mie hs ècuéeque pa-vingt-ccinzeourne [Enles i], 71 | 2013,nmi>denles ipeln01 es npinio2016rrlecutoèpis 14 es npinio2017. URL : http://jaoulels.openedie,el.org/1895/4794 ; DOI : 10.4000/1895.4794 footnotecago-.optn21">21Ha qu depe g

    ecission

    ecissions="paranumbersme ">Aua prub>, cahih2n

    ftn28">(.2062f>Lauchniis="paranumberfami yNamg">Les Forproier1, , cahi h3 eranumberns qu’osionLauchniiLe Forproier aore,rofessimaen:&eacuee; udmesrap&eacuee;que :

    s &a:1895nRevduc<'h cinéma,&eacuee;quourneenup> 351, 8  65, hb. L 2011 (co es Beimal nouPl,kaoMrrmr py) ;« Dmépnsc&eacuee;duai>ohemeoat :

    s enap&eacuee;qu », fem>CIN&eacuee;MASourneendes me 21enup> 351, 8  2-3/liriesmros 2011 ( es Beim)

    Ainent soeulmrtie aua prubh4> foo28">(.5123ftxml:lllo="fr" lllo="fr"o28">lllo="fr">f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Htibule. ceyirle,Chime otionhemeoatlmco , cahi is="paranumberfullTme ">[Rt cumé | Aesess«Ieies]co , cahi

    (.5102f>78 | 2016
  • foo28">(.5188ftxml:lllo="fr" lllo="fr"o28">lllo="fr">f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Jacques Det cinrmen,uGirbere Ststresluouseourne,ri:ue qucelducurgieunis Mll-o tuclasivatt[Tme pa au m:Unb. Leeer uge,MlenturoyoTraaecxeettitcuacass sit,p2015hi

    (.5160f>79 | 2016
  • foo28">(.4749ftxml:lllo="fr" lllo="fr"o28">lllo="fr">f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Cnça/p>t soequcnça/p>tiess procéldejugnté es. Le textene eionapp«[Tme pa au m:8et esla c cuelLauchniiJulli aaetpJeua-ral Leve lohi

    (.466ft 70 | 2013
  • foo28">(.4926ftxml:lllo="fr" lllo="fr"o28">lllo="fr">f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Fr quceriouGim rao-Mespl,piluous[Tme pa au m:oël, 1S muplrem2013,n278 p.hi

    (.4890f>74 | 2014
  • foo28">(.4867ftxml:lllo="fr" lllo="fr"o28">lllo="fr">f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Kr cinparFeig lso tule MeunFabrmatouleut monMLe tece,din,rofessa c hi="#fo , cahi is="paranumberfullTme ">[Tme pa au m:oël, 1Armend Cola tu tllfeocéatouleu /1Arts vpsfero sit,p2011, 253 p.hi

    (.4821f>73 | 2014
  • foo28">(.4537ftxml:lllo="fr" lllo="fr"o28">lllo="fr">f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">océBaza tuouvre-inss!sst fo , cahi is="paranumberfullTme ">[Tme pa au m:(.4511f>67 | 2012
  • (.2062f>Tautrereo me psrra
  • 21Ha qu depe g

    ecission

    ecissions="paranumbersme ">Droit>os'pua prub>, cahih2n

    © AFRHC footnotecago-.optn21">21Ha qu depe g

    foorev="rlesmas otnotecagoClesmas o28">(.4759ftsitlg="71 | 2013 iLe ançaisStibuita ans="paranumbersetioaeoa"> -arb>, cahoorev="p«v otnotecagoP«v o28">(.4793ftsitlg="Le ançaisDtcuacasri:ue quentcoans="paranumbersetioaeoa"> -arb>, cahoorelernme "otnotecagoNme "o28">(.4795ftsitlg="Pit commpçaisMueFoledJeuarViviesfacxeArchpelen (obligéeDtcuacasréivls ""texn26"nav"> Navigpçaihih1> Indexhih2n (.3719f>Aua prub
  • Derntece,numéroshih2n as

    2.16 :hi=irog> /oo28">(.5102ftsitlg="Vll-cf>78ub  |r/oo28">(.5160ftsitlg="Vll-cf>79ub
  • as

    2.15 :hi=irog> /oo28">(.4948ftsitlg="Vll-cf>75ub  |r/oo28">(.5003ftsitlg="Vll-cf>76ub  |r/oo28">(.5049ftsitlg="Vll-cf>77ub
  • as

    2.14 :hi=irog> /oo28">(.4798ftsitlg="Vll-cf>72ub  |r/oo28">(.4821ftsitlg="Vll-cf>73ub  |r/oo28">(.4890ftsitlg="Vll-cf>74ub
  • Numérosrs ete pa au m: as

    2.13 :hi=irog> /oo28">(.4570ftsitlg="Vll-cf>6appl  |r/oo28">(.466fttsitlg="vll-cf>70ppl  |r/oo28">(.4759ftsitlg="Le ançais71me s
  • as

    2.12 :hi=irog> /oo28">(.4453ftsitlg="Vll-cf>66ub  |r/oo28">(.4511ftsitlg="Vll-cf>67ub  |r/oo28">(.4503ftsitlg="Arbere Capu laniSa enVircaonse «Ft r Leet 68irl
  • as

    2.11 :hi=irog> /oo28">(.4312ftsitlg="Vll-cf>63ub  |r/oo28">(.4360ftsitlg="Vll-cf>64ainn |r/oo28">(.4431ftsitlg="u cinéma, Parls i elled sa sef 5f>65ainn
  • as

    2.10 :hi=irog> /oo28">(.3848ftsitlg="Vll-cf>60ppl  |r/oo28">(.3825ftsitlg="Aox eurce :u fons,s> s de passer yépnemplrssums f>61ainn |r/oo28">(.3774ftsitlg="Vll-cf>62ainn
  • as

    2.09 :hi=irog> /oo28">(.4002ftsitlg="Vll-cf>57ub  |r/oo28">(.3950ftsitlg="Vll-cf>58ub  |r/oo28">(.3909ftsitlg="Mll-utrO'Galop /1Robere Lt rac. Diuxnpeêniece,, Parls'pnime le rde passerf>59ainn
  • as

    2.08 :hi=irog> /oo28">(.2652ftsitlg="Vll-cf>54ainn |r/oo28">(.4088ftsitlg="Vll-cf>55ub  |r/oo28">(.4046ftsitlg="Le Le oB'Are &amp;ltatsouleurr'ein s E Dane,(ef08-1911)f>56prn,
  • as

    2.07 :hi=irog> /oo28">(.439ftsitlg="Vll-cf>51ainn |r/oo28">(.972ftsitlg="Vll-cf>52ub  |r/oo28">(.2163ftsitlg="EmllulCohlf>53prn,
  • as

    2.06 :hi=irog> /oo28">(.333ftsitlg="Vll-cf>48ub  |r/oo28">(.345ftsitlg="Vll-cf>4appl  |r/oo28">(.432ftsitlg="Vll-cf>50prn,
  • as

    2.05 :hi=irog> /oo28">(.306ftsitlg="Vll-cf>45ub  |r/oo28">(.307ftsitlg="Vll-cf>46ub  |r/oo28">(.320ftsitlg="Vll-cf>47ub
  • as

    2.04 :hi=irog> /oo28">(.270ftsitlg="Vll-cf>42ub  |r/oo28">(.282ftsitlg="Vll-cf>43ub  |r/oo28">(.294ftsitlg="Vll-cf>44ub
  • as

    2.03 :hi=irog> /oo28">(.157ftsitlg="Pyrot », Par ircadiuitaf>39ainn |r/oo28">(.346ftsitlg="Vll-cf>40ppl  |r/oo28">(.245ftsitlg="Archpelef>41ainn
  • as

    2.02 :hi=irog> /oo28">(.3ftsitlg="Vll-cf>36ub  |r/oo28">(.154ftsitlg="Vll-cf>37ub  |r/oo28">(.155ftsitlg="Mus> !f>38ainn
  • as

    2.01 :hi=irog> /oo28">(.87ftsitlg="DiChronnaéma, Par de passer yéa30, colvingt>L3enrnn |r/oo28">(.2ftsitlg="Mlx OphulsfCR4-35ainn
  • as

    2.00 :hi=irog> /oo28">(.51ftsitlg="Abel Gora ,cs,sauaix repécsfCReprnn |r/oo28">(.108ftsitlg="Vll-cf>32ainn
  • /oo28">(.1f>Tautrereonuméroshia>hih2n Pit commpçaihih2n (.348f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">L dsevdu,u fons,s> Lat1, , cahi
  • as

    (.347" f=irog>AdhLat-o tuabt donté ee tibale ou=irog>hi
  • as

    (.349">Ietrlcla c caix pua prsub
  • n, erme le shih2n as

    (.350f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Crlttctt1, , cahi
  • as

    (.351f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Cr Pdilt1, , cahi
  • Synditrairehih2n as

    r/oo28">(.http://jaoulels.openedie,el.org/1895/backad? erme =rssnumeros"<=lemess numéroshia>hi
  • as

    r/oo28">(.http://jaoulels.openedie,el.org/1895/backad? erme =rssitcuacas =lemess itcuacas hi
  • Le ns, 'i, erme le hih2n as

    (.http://newsiettir.openedie,el.org">L dle n BelRevdus.orghi
  • Affzliola c /i duenaémshih2n as

    (.http://www.afrhc.fr/ftsitlg="Associe le rde passerma, Par" fimg alt="Associe le rde passerma, Par" src="quali>/logo-afrhc.png" width(.79ftheight(.31ft/ahi
  • as

    (.http://jaoulels.openedie,el.org/ftsitlg="Pt ralemesdsevdusrs eScploles humlieaepe tocieles">/img alt="OpenEdie,el Jaoulels" src="quali>/logo-sevdus-org.png" /ahi
  • ""texn26"footr"> LISSN eleciromato 1960-6176ubp> (.http://jaoulels.openedie,el.org/1895/?pe g=map">PlllsMuesiteprnn –r/oo28">(.350f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Crlttctt1, , cahi  –r/oo28">(.351f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Cr Pdilt1, , cahi   –r/oo28">(.http://jaoulels.openedie,el.org/1895/?pe g=backad =lux dm synditrairehia>ubp> (.http://jaoulels.openedie,el.org/f>Ns doadhLar c cuelOpenEdie,el Jaoulelshi  –r/oo28">(.http://www.lodel.org/f>Édeer up nouLodelhi  –r/oo28">(.http://jaoulels.openedie,el.org/1895/lodel/f>Aesesst corvéouaah "/ < qu’ typeersme /java qu’" src="js/jexery.js">// qu’> < qu’ typeersme /java qu’" src="js/ tibel.min.js">// qu’> < qu’ typeersme /java qu’">// trTme It a: { p«v : "P:ue quent", nme : "Sivls ", clorma : "F dr", prigioal : "Origioal", magnify : "Agelleir" }, // Db. Le trAinent : { qlns Iturelsu: "Ilns Iturels" } }; //]]>// qu’> < qu’ typeersme /java qu’" src="js/foraybox/jexery.foraybox-1.3.1.pack.js">// qu’> < qu’ typeersme /java qu’" src="js/einent .min.js">// qu’> < qu’ typeersme /java qu’">//21(.#cilqdby">Cntecurouaa' ); jQxery( '#cilqdby li' ).css( "ma fin","1em 0" ); } } }); }); //]]>// qu’> < qu’ typeersme /java qu’"> var#_paqu= _paqu|| []; // Itckrn schodéleke "setCu timDimsts la dshtuld bliclaied bl ere "ItckPaliView" _paq.push(['setCu timVll-cble', 1, 'Domlie',etcuacas.domlie, 'pe g']); _paq.push(['nb cCrossDomlieLinking']); _paq.push(["setDtcuacasTitlg",etcuacas.domlie + "/ft+etcuacas.sitlg]); _paq.push(['ItckPaliView']); _paq.push(['nb cLinkTItcking']); (funcla c() { var#u(.https://pk.lpmont o.org/f; _paq.push(['setTItckrUrl',eu+'pk.php']); _paq.push(['setSilqId',e'3']); var#d=tcuacas, g=d.createEar Le(' qu’'), s=d.getEar LesByTagNamg(' qu’')[0]; g.typee'sme /java qu’'; g.async=i du; g.defer=i du; g.src=u+'pk.js'; s.pachniNode.incortBl ere(g,s); })(); // qu’> /!-- ElePiwik Code -->
  • as < qu’ typeersme /java qu’" src="https://toaic-prigio.openedie,el.org/openbarre/js/ t o.js?date=2.14-12-01">// qu’> < qu’ typeersme /java qu’" src="https://toaic-prigio.openedie,el.org/js/jexery.jsonp-ltudst.min.js">// qu’> < qu’ typeersme /java qu’">/!-- jQxery(tcuacas).ready(funcla c($) { if ( $.fn.foraybox == uleefiead ) { $.getSqu’("https://toaic-prigio.openedie,el.org/js/foraybox/jexery.foraybox-1.3.1.js", funcla c() { $('a.if dee').foraybox(); }); } els { $('a.if dee').foraybox(); } a qhurl= $.jsonp({ url: ('https://a qh.openedie,el.org/a qhloaltrae'), claibtckPa deenr: 'claibtck', sucless: funcla c(data) { $('#a qhdata').html('/img src="'+data.fovit a+'">r/oo28">(.'+data.url+'">'+data.ndee+'ouaa'); $.ajax({ type: "GET", url: "4794? erme =pdfepub&nqudt rdurl=1", sucless: funcla c(msg){ $('#dlLinks'). pand(msg); } }); }, e ror: funcla c(data){ //$('#a qhdata').html('gndit,r/oo28">(.https://a qh.openedie,el.org">seg0 inouaa'); $.ajax({ type: "GET", url: "4794? erme =pdfepub&nqudt rdurl=1", sucless: funcla c(msg){ $('#dlLinks'). pand(msg); } }); } }); $('#pltudfquesoli').lb. ('toomhand',efuncla c(e) {}); $('input[ndee=q]').ftcus(funcla c() { if ( $(this). ttr('value') == 'Search' ) { $(this). ttr('value',e''); } }); }); jQxery(tcuacas).ready(funcla c($) { $(funcla c() { if (tcuacas.cookie.indexOf("__cookietéat=1") == -1) { $("f="pa>").html("s="paranumbe\"cookiesme \">Bynsctessang this website, younscknowiedgoandnscte the us of cookies.r/oo28">(\.http://www.openedie,el.org/6540\">Mere i, erme le hia#fo , cah="paranumbe\"clormcookietéat\"#fo , ca"). ttr("id", "cookietéat"). pandTo(" hre"); $("a,.clormcookietéat").click(funcla c() { vions pDateu= new Date(); s pDate.setTims(s pDate.getTims()t+e(365 * 24 * 3600 * 1000)); tcuacas.cookieu= "__cookietéat=1;s péms=ft+es pDate.toGMTStrang()t+e";domlie=.openedie,el.org;path=/f; $("#cookietéat").remove(); }); } }); }); --> qu’> <"texn26"openbarre"> "texanumberopenedie,el">
  • as "te>
  • asi>as "texanumberfirst>L oo28">(.http://www.openedie,el.org">OpenEdie,elhi i ulxanumbersubacau nav-toggle-shtw">
  • asi>asi>asi>as
  • as , caOpenEdie,el Bookt1, , ca
  • as ul
  • asssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://bookt.openedie,el.org">s="paranumbersitlg">OpenEdie,el Bookt1, , caBookt i, the humlni iméandntocielhi
  • asssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://bookt.openedie,el.org/traalognd">Bookt1,a>hi
  • asssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://bookt.openedie,el.org/publishirs">Publishirs1,a>hi
  • asssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://bookt.openedie,el.org">Further i, erme le hia#fo
  • as /ul
  • asssssfo
  • as
  • as , caOpenEdie,el Jaoulelshi , ca
  • as ul
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://jaoulels.openedie,el.org">s="paranumbersitlg">OpenEdie,el Jaoulelshi , caJaoulels i, the humlni iméandntocielhi
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://www.openedie,el.org/traalognd-jaoulels">Jaoulelshi hi
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://jaoulels.openedie,el.org/6438">Further i, erme le hia#fo
  • as /ul
  • asssssfo
  • as
  • as , caCténdahi , ca
  • as ul
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://cténda.org">s="paranumbersitlg">Cténdahi , caAcademica30ounceacas hi
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://cténda.org/search">A30ounceacas hi
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://cténda.org/about">Further i, erme le hia#fo
  • as /ul
  • asssssfo
  • as
  • as , caHypotheseshi , ca
  • as ul
  • asssssssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://hypotheses.org">s="paranumbersitlg">Hypotheseshi , caResearch blog hi
  • asssssssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://www.openedie,el.org/traalognd- bookt">Blog traalogndhi
  • asssssssssss /ul
  • asssssfo
  • as /ul
  • as
  • asi>asi>as
  • asi>asi>asi>as
  • as , caNewsiettirsandnséatshi , ca
  • as ul
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://newsiettir.openedie,el.org">s="paranumbersitlg">Newsiettirhi , caSub qub pa the newsiettirhi
  • asssssssssssssssssssssssss " foo28">(.http://search.openedie,el.org/indexséat.php?a=ns qu’osions="paranumbersitlg">Aéatsandntub qup le shi , caAéat corvicdhi
  • asssssss /ul
  • asssssfo
  • as
  • as oo28">(.http://www.openedie,el.org/14043">OpenEdie,el Freemiumhi i ssfo
  • as /ul
  • as
  • as "texanumberales -right">
  • asi>asi>asi>as erm ar,el="//search.openedie,el.org/"n schod="get">
  • asi>asi>asi>asi>as ieldset
  • asssssssssssssssssssssss " ssssssssssssssssssssssssssssss "input ndee="q" typeersme " /a ""texanumbersearch-choicd">
  • asi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssss "input typeerradioftn26"thejaoulelradioftndee="ul" value(.http://jaoulels.openedie,el.org/1895"norecke26"orecke2" /a abel er6"thejaoulelradiof>the jaoulelfo abel>

    asi>asssssssssssssssssss"input typeerradioftn26"openedie,elradioftndee="ul" value(.ft/>r/ abel er6"openedie,elradiof>i, OpenEdie,elhi abel>asssssssssssssssssss"/ ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssss , caSearch1, , cahibuttim ssssssssssas"/ ssssssssssasssssssssssas"/ ssss"/ ss"/ "/ ssss "texanumberrlesmxt nav-toggle-shtw">
  • as ""texanumbersitlg-shard">
  • asi>asi> ulxanumbersubacau">
  • asi>asi>asi>as xanumberbg-nav"> <="paranumberit as it a-i, e"> , can, erme le shi , cahi=, ca
  • as ul ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""l ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""t>Titlg:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""de1895nM mie hs ècuéeque pa-vingt-ccinzeou"de
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""deRevducdarlionassocie le rde passerma, Parou"de
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""t>Briefly:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""de
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss eranumberaccro h"eRevduct asacrée àrt'h cinéma,éma publipnt stemeinent sode pç anet é Angirs1,pe
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssou"de
  • assssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssou"l ssssssssssasi>asi>asi>asi>as
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssss
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""l ssssssssssasi>asi>asi>asi>assssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""t>Publishir:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""deAssocie le rde passerma, Par (AFRHC)ou"de
  • assssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""t>Medium:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""dePapi aaetp eleciromatohi"de
  • assssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""t>E-ISSN:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""de1960-6176ub"de
  • assssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""t>ISSN iries:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""de0769-0959ai"de
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssou"l ssssssssssasi>asi>asi>asi>asas
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""l ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssssssssssss ""t>Acless:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""deBarr est mobiiene ecnsctet o tiblrcielasssssssssssssssssssssssssssssssou"l ssssssssssasi>asi>asi>asi>asasas
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss oo28">(.//www.openedie,el.org/1aa>asssssssssssssssssssssssssssssasi>asasas ul ssssssssssasi>
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss xanumberbg-nav numt" ssssssssssssssssssasi>asasas =, caDOI /1Referloceshi=, ca
  • as i>asasas ul ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""l ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""t>DOI:"/ t
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ""de10.4000/1895.4794ub"de
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssou"l ssssssssssasi>asi>asi>asi>asasas
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ooanumberif dee"o28">(.4794? erme =cilraire">Cilqs eferlocehi
  • asssssssssssssssssssssssssssssasi>asasas ul ssssssssssasi> !-- /DOI /1Rt fechncts -->
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss xanumberbg-nav numt"tn26"dlLinks"
  • asssssssssssssssssssssssssssssasi>asasas xanumberbg-nav numtrdeom-sdee-a qhdr">
  • asi>asi>asi>asi>asssssssss =, caBy the sdee a qhdrhi=, ca
  • as i>asasasssss ul ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssss =, caBy the sdee a qhdr i, this jaoulelfo=, ca
  • as i>asasasssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ul ssssssssssasi> " f="paranumbernamg">LauchniiLes Forproier1, , cahul ssssssssssasi>asi>asi>asi>asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss xanumbersitlg">ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssfoo28">(.5123f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Htibule. ceyirle,Chime otionhemeoatlmco , cassssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss[Ab Itct |1Re Iictednsctess]ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss<="paranumberin">Publishid i, sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssasssssssssssssssssssssssssssssasi>asasas xanumbersitlg">ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssfoo28">(.5188f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Jacques Det cinrmen,uGirbere Ststresluouseourne,ri:ue qucelducurgieunis Mll-o tuclasivattPublishid i, sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssasssssssssssssssssssssssssssssasi>asasas xanumbersitlg">ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssfoo28">(.4749f>f="parxml:lllo="fr" lllo="fr">Cnça/p>t soequcnça/p>tiess procéldejugnté es. Le textene eionapp«Publishid i, sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssasssssssssssssssssssssssssssssasi>asasas xanumbermot " oo28">(.2062f>Alln ee hi
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ul ssssssssssasi>
  • asssssssss ul ssssssssssasi>
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ul ssssssssssasi> !-- /Du mêee a qeur -->
  • asssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ul ssssssssssas ulxanumbershard">
  • asi>asi>ssssas xanumberit as it a-twittr"> oo28">(.http://twittr.com/shard? ee =%3C , c+xml%3Alllo%3D%22fr%22+lllo%3D%22fr%22%3ELa+n Franc%2C+nsont rarnté%C2%A0%3F+D%C3%A9bats+sur+ll+n Franc+en+i elle+a...&url=&via=OpenEdie,elActu"otnotecatwittr buttim-wr p"> , caTwittr1, , cahi
  • asasi>asi>ssssas xanumberit as it a-fac book"> oo28">(.https://www.fac book.com/shardr.php?u=%3C , c+xml%3Alllo%3D%22fr%22+lllo%3D%22fr%22%3ELa+n Franc%2C+nsont rarnté%C2%A0%3F+D%C3%A9bats+sur+ll+n Franc+en+i elle+a...&sitlg="xanumberfac book buttim-wr p"> , caFac book1, , cahi
  • asasi>asi>ssssas xanumberit as it a-google-plus"> oo28">(.https://plus.google.com/shard?url=%3C , c+xml%3Alllo%3D%22fr%22+lllo%3D%22fr%22%3ELa+n Franc%2C+nsont rarnté%C2%A0%3F+D%C3%A9bats+sur+ll+n Franc+en+i elle+a...&sitlg="xanumbergoogle buttim-wr p"> , caGoogle +1, , cahi
  • asas ul ss"/ ssssss ""texanumberales -right">
  • asi>asi> "texn26"a qhdata">"/ ss"/ "/ ss buttimaanumberit as it a-nav">hibuttim ss !--[if lte IE 9]
  • as nk t rerstyleshiet"o28">(.https://toaic-prigio.openedie,el.org/openbarre/css/ie_openbarre.css" ss ![adif]-->