Navigation – Plan du site
Études

Les origines du cinématographe en Martinique (1897-1906)

The origins of the cinematograph in Martinique (1897-1906)
Jean-Claude Seguin
p. 30-57

Résumés

La Martinique, alors colonie française, va découvrir très tôt le cinématographe. Son insularité imprime un caractère particulier à cette diffusion. Ainsi le vitascope est-il le premier à offrir des séances à Saint-Pierre (1897). Cette dernière concentre d’ailleurs l’essentiel de l’activité cinématographique. L’Italien Giuseppe Filippi, à trois reprises (1899, 1901 et 1902), visitera l’île. L’éruption de la montagne Pelée attire les opérateurs d’Edison qui filment la ville rasée de Saint-Pierre et inspire des actualités reconstituées dont celle de Méliès. Après 1902, c’est Fort-de-France qui devient le centre culturel de l’île et entre 1903 et 1905, la société La Lux, puis M. Dumanoir, offrent aux Foyalais des séances de vues animées. Enfin, Tito Pistolesi présente le Cinémaphon américain en 1906.

Haut de page

Dédicace

À Athanase Dorival, projectionniste aux Anses-d’Arlet (Martinique) où se trouve l’Atlas, la plus ancienne salle de cinéma de France encore en activité (1905) et à Yoanne

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le vitascope de J. Lapeyre (mars 1897)
Le cinématographe de la bibliothèque Schœlcher (juin 1898)
Les visites de Giuseppe Filippi et de la Compagnie d’Art (1899, 1901 et 1902)
Le mystérieux M. Apô et la Société des Antilles (novembre 1901-mars 1902)
L’éruption de la Montagne Pelée et l’anéantissement de Saint-Pierre (8 mai 1902)
M. Flaun et la société « La Lux » (septembre 1903-novembre 1904)
M. Dumanoir rachète le cinématographe (novembre 1904-mai 1905)
Le Cinémaphon américain de Tito Pistolesi (février-avril 1906)

Aperçu du début du texte

L’arrivée du cinématographe en Martinique participe à la fois d’un modèle à l’œuvre dans la plupart des pays et d’une configuration particulière qui en fait sa singularité. On ne peut faire l’impasse sur la situation géographique et l’insularité de la Martinique. L’historiographie a situé l’arrivée du nouvel appareil en novembre 1899, mais un travail systématique de dépouillement de la presse nous a permis de remettre cette date en cause et d’offrir une vision plus complète des origines du cinématographe dans l’île.

Le vitascope de J. Lapeyre (mars 1897)

À l’instar des pays de la zone caribéenne, la Martinique se trouve sous l’influence directe des États-Unis et, découvre, dès mars 1897, le vitascope d’Edison. C’est à Saint-Pierre, la principale ville de l’île à l’époque, que le cinématographe fait sa première apparition. L’Écho de la Martinique, dans un article qui trahit ses orientations politiques, est le premier à fournir une information imprécise :

Théâtre
Quelques capitalistes de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Seguin, « Les origines du cinématographe en Martinique (1897-1906) », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 73 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/1895/4826 ; DOI : 10.4000/1895.4826

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Seguin

Professeur des universités (CE) à l’Université Lumière-Lyon 2. Sa recherche porte essentiellement sur le cinéma espagnol et le cinéma des origines. Président du Grimh (1999-2012), il a publié plus de cent vingt articles et une quinzaine de livres dont la Production cinématographique des frères Lumière (1996), Los Orígines del cine en Cataluña (2004), Pedro Almodóvar o la deriva de los cuerpos (2009), Pedro Almodóvar, filmer pour vivre (2009). Il publiera prochainement une vaste étude sur l’arrivée du cinéma en Espagne.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page