Navigation – Plan du site
Archives

Guido Aristarco, le réalisme et Senso – Présentation

Delphine Wehrli
p. 137-139

Notes de l'auteur

Dans le texte qui suit toutes les notes sont de notre fait.

Texte intégral

  • 1 Guido Aristarco, « È realismo », Cinema Nuovo, no 55 (25 mars 1955), pp. 225-226 (repris dans G. Ar (...)
  • 2 Cinema Nuovo, no 52, 10 février 1955, pp. 11-114, repris dans L. Pellizzari, dir., Guido Aristarco. (...)
  • 3 G. Aristarco, « Bilan 1954 du cinéma italien », Cinéma 55, no 3, janvier 1955.
  • 4 G. Aristarco, « Luchino Visconti », Positif, no 28, avril 1958, pp. 2-8, no 29 ; rentrée 1958, pp.  (...)
  • 5 Les six pages de « Dossier de presse de Senso » que publient les Cahiers du cinéma (no 57, mars 195 (...)
  • 6 Jean A. Gili, Luchino Visconti et la critique française d’Ossessione au Guépard (1943-1963), Paris, (...)
  • 7 Bazin consacre trois articles au film en France (dans le Parisien libéré du 28 janvier 1956 et du 7 (...)
  • 8 Dans Cinéma 56, no 10, mars-avril 1956 (cité par Gili, op. cit., pp. 69-74). Ce débat est repris pa (...)

1Dans « È realismo » [C’est du réalisme !], paru en 1955 dans Cinema Nuovo, Guido Aristarco répond à un article de Luigi Chiarini – « Tradisce il neorealismo » [trahison du néo-réalisme] – dans le même numéro de la revue1. Senso de Luchino Visconti (1954) est au centre de cette polémique autour de l’évolution du néo-réalisme italien. Aristarco avait consacré un peu auparavant une critique au film2 dont les échos se font sentir en France quand il publie dans Cinéma 55 un « Bilan 1954 du cinéma italien » où plusieurs paragraphes sont consacrés à Senso3, puis dans Positif où il publie une étude en deux parties sur Visconti4. Mais en France, où le film sort deux ans après sa présentation controversée au festival de Venise, le débat au sein de la critique n’est pas de même nature qu’en Italie5. La récente publication par Jean Gili d’un ouvrage consacré à Luchino Visconti et la critique française dont tout un chapitre est dévolu à la sortie française de Senso le montre bien : ici l’enjeu est celui de la reconnaissance du cinéaste dont les films ont été mal ou pas distribués jusqu’alors et qui a surtout été vu dans les festivals par les critiques6. Les échos assourdis de la polémique italienne suscitent, en France, des considérations sur les rapports de la forme et du contenu ou, pour prendre les termes qu’emploie André Bazin, du « raffinement de style » et de « la réalité brute », la « dialectique spectacle et réalité »7, ou ceux de Marcel Martin « réalisme du contenu, du scénario » et « opéra romantique »8. Il n’est guère que Willy Acher, qui consacre un long article dans les Cahiers du cinéma au cinéaste, à reprendre les termes du débat italien plus en détail et à exposer le point de vue d’Aristarco (il remercie d’ailleurs un confrère italien de lui avoir fourni sa documentation).

2La défense de Senso instruite par Aristarco tient dans la proclamation de sa nature parfaitement réaliste (« È realismo ») et pour cela se réfère aux positions de György Lukács, entré depuis quelques années dans le champ culturel italien. Il suffit en effet de parcourir les catalogues des maisons d’édition et les répertoires des livres publiés pour se rendre compte qu’à partir de 1949 des éditions et réimpressions d’œuvres de Lukács sortent en Italie presque annuellement, sans compter ses articles et essais édités dans une bonne partie de la presse quotidienne et périodique de la gauche italienne (L’Unità, Rinascita, Il Contemporaneo, Nuovi Argomenti, Cinema Nuovo, etc.).

3En réalité, un texte de Lukács était déjà paru en italien en 1921, quand Rassegna comunista publia dans ses numéros 14, 15 et 16 sous le titre « Rosa Luxemburg come marxista », un célèbre article qui sera inclus, l’année suivante, dans le recueil d’essais « de dialectique marxiste », Geschichte und Klassenbewusstsein (Histoire et conscience de classe, Paris, Minuit, 1960 [Berlin, 1923]). Le fascisme clôt brutalement ce rapport à peine entamé qui ne reprit qu’après la guerre, en 1949, avec la publication de Goethe e il suo tempo (Goethe et son époque), première d’une longue série de traductions.

  • 9 Il Contemporaneo, no 7, 12 février 1955, p. 1.
  • 10 Depuis lors Ian Aitken a appliqué à son tour la théorie du réalisme de Lukács dans son analyse de S (...)

4Aristarco établit une série de parallèles formels et esthétiques entre la poétique viscontienne et celle des grands écrivains réalistes du xixe siècle appartenant à la période du « grand réalisme narratif » – celle de Balzac et Tolstoï. L’analogie s’impose ici avec la situation existant dans le champ littéraire où Metello, roman historique de Vasco Pratolini, paru la même année que Senso, est défendu avec des arguments de même nature que ceux d’Aristarco, en particulier par Carlo Salinari9. À l’inverse, Chiarini contestait aussi bien Salinari qu’Aristarco. Dans cet éditorial, Cinema Nuovo accuse Chiarini d’avoir amoindri l’« importance réaliste » du film, « plus avancé que dans La terra tréma : Visconti part du récit... et arrive au roman ». Chiarini reviendra ensuite sur le sujet dans « Il linguaggio delle cose » [le langage des choses] (no 59, 25 mai 1955) et dans « Realismo e stile » [réalisme et style] (no 61, 25 juin 1955)10.

Haut de page

Notes

1 Guido Aristarco, « È realismo », Cinema Nuovo, no 55 (25 mars 1955), pp. 225-226 (repris dans G. Aristarco, Antologia di Cinema Nuovo 1952-1958 : dalla critica cinematografica alla dialettica culturale, vol. 1, Rimini-Florence, Guaraldi, 1975) et Luigi Chiarini, « Tradisce il neorealismo », ibid., pp. 225-226. Pour une mise en perspective des controverses sur le néo-réalisme au sein de la critique de cinéma, voir aussi notre « Bazin/Aristarco : une relation en montage alterné » (1895 Revue d’histoire du cinéma, no 67, pp. 52 sqq.) et pour les rapports cinéma-littérature, voir Italo Calvino, « Gli amori difficili dei romanzi con i film » (Cinema Nuovo, no 43, 25 septembre 1954, pp. 188-190 ; repris dans Antologie di Cinema Nuovo, op. cit., pp. 879-880).

2 Cinema Nuovo, no 52, 10 février 1955, pp. 11-114, repris dans L. Pellizzari, dir., Guido Aristarco. Il mestiere del critico 1952-1958, Alessandria, Falsopiano, 2007, pp. 151-164.

3 G. Aristarco, « Bilan 1954 du cinéma italien », Cinéma 55, no 3, janvier 1955.

4 G. Aristarco, « Luchino Visconti », Positif, no 28, avril 1958, pp. 2-8, no 29 ; rentrée 1958, pp. 58-62.

5 Les six pages de « Dossier de presse de Senso » que publient les Cahiers du cinéma (no 57, mars 1956) compilant et classant par formules les appréciations d’une vingtaine de critiques français tournent rapidement au bêtisier.

6 Jean A. Gili, Luchino Visconti et la critique française d’Ossessione au Guépard (1943-1963), Paris, Amandier/Archimbaud, 2014.

7 Bazin consacre trois articles au film en France (dans le Parisien libéré du 28 janvier 1956 et du 7 février 1956 et France-Observateur du 9 février 1956) et un en Italie (dans Cinema nuovo en 1958). Gili cite celui de France-Observateur et traduit celui de Cinema nuovo (dans op. cit., pp. 59-60 et 61-65) et Hervé Joubert-Laurencin consacre plusieurs pages à celui de France-Observateur dans le Sommeil paradoxal. Écrits sur André Bazin (Montreuil, Éditions de l’Œil, 2014, pp. 161-166).

8 Dans Cinéma 56, no 10, mars-avril 1956 (cité par Gili, op. cit., pp. 69-74). Ce débat est repris par Tomaso Subini dans « Il difficile equilibrio tra Storia e melodramma in Senso », dans Raffaele De Berti (dir.), Il cinema di Luchino Visconti tra società e altre arti, Milan, Cuem, 2005, pp. 47-78.

9 Il Contemporaneo, no 7, 12 février 1955, p. 1.

10 Depuis lors Ian Aitken a appliqué à son tour la théorie du réalisme de Lukács dans son analyse de Senso, « From the historical cinema of democratic humanism to the film Novelle : Lukácsian cinematic realism in Danton (1990) and Senso (1954) », Realist film theory and cinema. The nineteenth-century Lukácsian and intuitionist realist traditions, Manchester, Manchester University Press, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Wehrli, « Guido Aristarco, le réalisme et Senso – Présentation », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 73 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/4836 ; DOI : 10.4000/1895.4836

Haut de page

Auteur

Delphine Wehrli

Delphine Wehrli Doctorante en Histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne (thèse : « Le réalisme cinématographique : débats culturels et théoriques au sein des revues italiennes de cinéma (1945-60) » sous la direction de François Albera), boursière FNS. Elle a publié de nombreux articles sur Pasolini, les relations Bazin-Aristarco, Lukács « précurseur d’une esthétique géopolitique ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page