Navigation – Plan du site
Études

Science et esthétique dans la Lyrosophie de Jean Epstein

Science and aesthetics in Jean Epstein’s la Lyrosophie
Nicolas Thys
p. 44-63

Résumés

La production théorique de Jean Epstein, publiée ou inédite, est immense et globalement méconnue. Son rapport aux sciences notamment n’a été que peu traité et mérite une attention particulière car, en plus d’être prégnant dans l’ensemble de ses textes et lectures, il est étroitement lié à sa conception du cinéma. La lyrosophie est une notion qui permet à Epstein d’interroger son époque par le biais des relations entre arts, sciences, techniques et différents courants philosophiques. C’est surtout un livre fondateur de sa pensée théorique. Mais la lyrosophie est davantage une hypothèse qu’un concept. Pouvant être perçue comme une forme de « cosmogonie », un ensemble de mythes et de pensées reliées visant à la création d’un monde (dont la Kabbale) elle porte l’idée de la création d’un monde nouveau, déjà là et encore à construire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Prémisses lyrosophiques
Le subjectivisme scientifique d’Epstein
La fatigue intellectuelle et la lyrosophie
Lyrosophie et occultisme : La Kabbale
Science, métaphore et vérité

Aperçu du début du texte

« Je n’estime à sa juste valeur une machine
que si je peux m’y émouvoir. »
Jean Epstein 

La production théorique de Jean Epstein, publiée ou inédite, est immense et globalement méconnue. Son rapport aux sciences notamment n’a été que très peu traité et mérite une attention particulière car, en plus d’être prégnant dans l’ensemble de ses textes et lectures, il est étroitement lié à sa conception du cinéma. Commençons par rappeler qu’Epstein a bénéficié d’une formation scientifique en mathématiques et en médecine et que, pendant la Première Guerre mondiale, il a travaillé en tant qu’externe dans le service de radiographie provisoirement dirigé par Auguste Lumière à l’hôpital Hôtel-Dieu de Lyon. Il y sera rapporteur scientifique, lisant et rédigeant des fiches liées à l’actualité scientifique. En 1920, il abandonne ses études pour venir à Paris.

Le goût d’Epstein pour les sciences va de pair avec son goût pour toutes les nouveautés littéraires, artistiques et technologiques et les mutation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Thys, « Science et esthétique dans la Lyrosophie de Jean Epstein », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 78 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/1895/5109 ; DOI : 10.4000/1895.5109

Haut de page

Auteur

Nicolas Thys

Doctorant à l’Université de Paris 3 avec un sujet de thèse sur Epstein (sous la direction d’Hervé Joubert-Laurencin).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page