Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Alexeïeff – Parker. Montreurs d’ombre. Les Animés

Éditions de l’Œil, Communauté de l’agglomération d’Annecy (Musée-Château), 2015
Sébastien Roffat
p. 232-233
Référence(s) :

Alexeïeff – Parker. Montreurs d’ombre. Les Animés – Éditions de l’Œil, Communauté de l’agglomération d’Annecy (Musée-Château), 2015, 239 p.

Texte intégral

1Si le travail d’Alexandre Alexeïeff (1901-1982) et de Claire Parker (1906-1981) est plutôt bien connu dans le milieu du cinéma d’animation, leurs noms n’évoquent pas toujours quelque chose pour le grand public. Alexeïeff-Parker. Montreurs d’ombre est le catalogue d’une exposition qui s’est tenue au Musée-Château d’Annecy du 8 juin au 5 octobre 2015 quarante ans après la dernière en date. Ce très bel ouvrage superbement illustré est accompagné d’un DVD, pendant parfait de celui édité par Cinédoc en 2005, Alexandre Alexeieff. Le cinéma épinglé (30 films, livret français de 20 pages). Le DVD contient en effet neuf films publicitaires inédits (1936-1939), huit documents rares (1921-2007) et trois diaporamas de documents et de photos de films publicitaires considérés à ce jour comme perdus (le Trône de France, 1936, la Fête en Savoie, 1937 et Langage des cartes (1937)). Ce livre n’est pas non plus une redite par rapport à celui qu’éditèrent Giannalberto Bendazzi en 2001 intitulé Alexeieff. Itinéraire d’un maître car l’exposition Montreurs d’ombre a été conçue d’après le fonds Alexeieff-Parker, Donation Alexeieff-Rockwell constituée entre 1975 et 2014. Riche de 19 000 pièces, c’est la plus importante collection conservée à ce jour par le CNC à Bois-d’Arcy.

2La fille d’Alexeïeff, Svetlana Alexeïeff-Rockwell, signe la préface du livre qu’elle n’a pu tenir entre les mains puisqu’elle est décédée en janvier 2015. Cinq parties constituent l’architecture de l’ouvrage : « une biographie imagée », « des collections », « au travail », « outils, instruments, usages » et « filmographie en images ». Si Alexeïeff a débuté comme décorateur de théâtre, c’est en tant que graveur puis comme inventeur de la « gravure animée » grâce à l’écran d’épingles qu’il est reconnu dans le monde entier. On lui doit également l’invention de la totalisation qui permet d’animer des « solides illusoires » (Pascal Vimenet y consacre un intéressant article intitulé « L’animation totalisée... ou « y a-t-il des escargots gauchers ? »).

3L’œuvre d’Alexeïeff est plus que jamais d’actualité. En 2012, le CNC a acquis le dernier écran d’épingles construit par Alexeïeff (« Épinette ») afin qu’il soit mis à disposition pour qu’une nouvelle génération d’artistes s’en emparent (un atelier de formation s’est tenu à Annecy en juin 2015). En 2013, la Condition humaine de Malraux avec des aquatintes originales d’Alexeïeff est édité par Arenella pour 3000 euros (doivent suivre la Voie Royale et les Noyés d’Altenburg, aquatinte et eau-forte en couleurs).

4Le festival d’Annecy se devait de rendre hommage à l’un de ses parrains. L’exposition se déploie ainsi sur près de 900 m ; on regrettera que les salles soient ainsi disséminées dans le château mais l’on prend plaisir à observer la correspondance, les photographies, les gravures, les films mais aussi les outils de l’artiste, le tout dans une ambiance d’atelier parfaitement rendue. Lucie Cabanes revient dans l’ouvrage sur le passage d’Alexeïeff de la gravure à la gravure animée, Marina Feodoroff rappelle combien l’œuvre de Berthold Bartosch a été primordiale pour Alexeïeff, qui mieux que l’artiste canadienne, réalisatrice de le Grand Ailleurs et le petit ici (2012), pour évoquer l’instrument dont elle se sert également : l’écran d’épingles ; tout comme Jacques Drouin, réalisateur du Paysagiste dès 1976. Occasion de rappeler que c’est grâce à Norman McLaren (qui considérait Une nuit sur le mont Chauve comme un chef-d’œuvre absolu) et à l’Office national du film du Canada qu’un héritier avait été trouvé à Alexeïeff et à Parker.

5Marcel Jean consacre un article entier à l’importance de l’ONF dans la conservation de l’écran d’épingles ; Maurice Corbet retisse les liens existants entre le couple et Annecy tandis que Jean-Baptiste Garnero et Sophie Le Tétour dresse l’inventaire du fonds Alexeïeff-Parker au sein du CNC.

6Le catalogue de l’exposition se termine par la résonance contemporaine de l’œuvre d’Alexeïeff-Parker. Philippe Moins évoque ainsi Nag et Gisèle Ansorge avec la « fluidité malléable », Caroline Leaf qui utilise de la matière à l’écran (sable, pastel sec et cire) et bien sûr Youri Norstein avec le Conte des Contes (« animé en papiers découpés, le film révèle quelques affinités avec le style d’Alexeïeff »)... Pour la période plus contemporaine, sont également évoqués Joan Gratz, Ferenc Cako, Florence Mihaile, Piotr Dumala ou Alexandre Petrov qui exécutent tous le dessin sous la caméra ; William Kentridge (avec ses grands fusains animés) ou le street artist Vincent Glowinski et son « human brush » (la caméra capte les images résurgentes des mouvements du dessinateur) ont avec Alexeïeff le savoir-faire et la prouesse technique comme points communs. En conclusion, Hervé Joubert-Laurencin, faisant en partie écho aux propos de Lev Manovich dans le Langage des nouveaux médias (2010 [2001]), qui écrit ainsi : « Issu de l’animation, le cinéma marginalisa celle-ci pour en devenir finalement un cas particulier » s’interroge : « comment les films Parker-Alexeïeff pensent-ils le cinéma aujourd’hui ? » en décrivant sur « le mode mineur – en l’occurrence micrologique, analytique et interprétatif – comment le dispositif biface Parker-Alexeïeff s’est trouvé imager la mutation du cinéma ».

7Le lecteur trouvera pour finir une filmographie en images ainsi qu’une sélection de textes d’Alexandre Alexeïeff commentés par Dominique Willoughby. Le tout agrémenté d’une très riche et très belle iconographie. Cet ouvrage des Éditions de l’Œil à qui l’on doit déjà deux autres beaux livres sur des cinéastes d’animation (Émile Cohl et Walerian Borowczyk) est indispensable pour appréhender l’exceptionnel travail d’Alexandre Alexeïeff et de Claire Parker, montreurs d’ombres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Roffat, « Alexeïeff – Parker. Montreurs d’ombre. Les Animés », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 78 | 2016, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/1895/5154

Haut de page

Auteur

Sébastien Roffat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page