Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithes en Afrique : un passé très présent »

Quelles étaient les fonctions des plateformes de Djaba-Hosséré (Nord-Cameroun) ?

Éclairages archéologique et ethnographique sur une question restée sans réponse
What were the functions of the Djaba-Hosséré platforms (Northern Cameroon)? Archaeological and ethnographic insights on a still unresolved issue
Olivier Langlois, Innocent Abdoul Sardi et Hassimi Sambo
p. 59-76

Résumés

Au cœur de l’espace occupé par la chefferie (dìì) de Djaba au début du xixe siècle se dresse une vingtaine de plateformes aux fonctions énigmatiques. S’agit-il de tertres funéraires, de socles de cases ou, comme certains informateurs l’ont suggéré, de kpə̀ə̀n, des édifices en relation avec l’exercice du pouvoir ? Dans la perspective de répondre à cette question, nous avons sondé l’un de ces tertres et cherché à en apprendre davantage sur les kpə̀ə̀n en leur dédiant quelques enquêtes. Les travaux archéologiques engagés, combinés à l’information ethnographique, amèneront à privilégier l’une des hypothèses fonctionnelles formulées. Ils se montreront toutefois insuffisants pour éliminer les hypothèses alternatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les travaux dont il sera question dans cette étude ont été réalisés dans le cadre du programme Écol (...)

1Dans les années 2000, dans le cadre d’une étude pluridisciplinaire centrée sur les Zabba (communauté dìì de Djaba) et leurs implantations actuelle et passées1, une série de travaux archéologiques ont été conduits autour du hossere Djaba, un massif situé dans la haute vallée de la Bénoué (Nord-Cameroun) au pied duquel la puissante chefferie éponyme était installée jusque dans les années 1830-1840. Ces recherches ont permis de localiser précisément ladite chefferie (que nous avons dénommée « Djaba-Hosséré »), d’en définir le plan général, et de situer l’espace où se concentraient alors vies sociale et politique. Parmi les différentes spécificités que présente ce lieu, un ensemble composé d’une quinzaine de plateformes retiendra notre attention. Ce sera en particulier le cas de l’une d’elles qui a fait l’objet d’un sondage.

  • 2 Fouilles conduites, en 2008, par Ph. Chambon, O. Langlois et S. Hassimi.

2Leur apparence, très semblable à celle de superstructures édifiées au-dessus des tombes par certaines populations du Nord-Cameroun, laissait envisager une fonction funéraire. En effet, plus au nord, dans les monts Mandara, différentes populations surmontent les fosses sépulcrales d’une plateforme cylindrique ou tronconique qui – étant elle aussi composée d’un mur circulaire de pierres sèches ceinturant un remplissage de terre – rappelle fortement celles de Djaba-Hosséré. Ainsi, bien qu’il ne soit fait nulle part mention d’une construction de ce type de tertres funéraire par les Dìì (fait qui reste vrai au terme des enquêtes que nous avons consacrées, depuis lors, aux pratiques funéraires anciennes de ce groupe hétérogène), il nous semblait possible que les plateformes de Djaba-Hosséré aient marqué des tombes. Auquel cas, nous devions être en présence d’édifices réservés à une frange particulière de la population, vraisemblablement à une élite, puisqu’une nécropole constituée d’une quarantaine de sépultures collectives, dépourvues de superstructure autre que de simples poteries retournées, avait été repérée au sud-ouest de la chefferie. Cette nécropole, dont quelques sépultures ont depuis lors été fouillées2, témoignait ainsi du caractère singulier de ce possible ensemble funéraire implanté au cœur même de la chefferie.

3Mais le sondage de l’une de ces plateformes n’a révélé aucun squelette, laissant ainsi sérieusement douter du caractère funéraire de l’édifice. Si la possibilité d’être en présence d’une tombe ne pouvait être totalement écartée, cette absence d’ossements humains laissait évidemment toute leur place aux hypothèses alternatives. Au reste, avant même d’engager la fouille, deux possibilités autres que celle d’être en présence de tombes avaient été envisagées. La première fut formulée d’une part au regard de l’analogie structurelle et formelle des plateformes avec certaines assises de cases aménagées sur les pentes voisines, d’autre part en raison de la présence de meules sur plusieurs d’entre elles. Ces deux caractères convergeaient pour faire de ces plateformes de simples socles d’unités domestiques tels qu’il en existe ailleurs dans la région. Mais deux informateurs de Djaba avaient évoqué une troisième possibilité : celle que nous ayons retrouvé les kpə̀ə̀n, sortes d’estrades circulaires en pierres sèches en rapport avec l’exercice du pouvoir qui, selon eux, auraient été nombreux dans l’ancienne chefferie. Il semblait ainsi utile d’en apprendre davantage sur ces constructions que le peu que ces informateurs pouvaient nous en dire. Mais aucun kpə̀ə̀n ne semblait avoir subsisté dans l’actuelle chefferie de Djaba, ni dans les villages alentour que nous avions eu l’occasion de visiter, si bien que nous en étions arrivés à penser que ces édifices relevaient d’un passé révolu dont seuls quelques vieux informateurs avaient encore souvenance. Ce ne fut qu’en 2010, alors que nous menions des enquêtes sur la métallurgie et les pratiques funéraires des Dìì mamnà’a dans les villages implantés à l’est du parc de la Bénoué, que nous avons pu observer une construction de ce type, localement dénommée láan. L’année suivante, une seconde mission dédiée à la métallurgie du fer fut l’occasion de consacrer quelques enquêtes à ces monuments. La matérialité ainsi donnée aux kpə̀ə̀n autorisait désormais une comparaison entre ces plateformes et celles observées à Djaba.

4Pour aborder la difficile question de la fonction des tertres de Djaba-Hosséré, différents travaux archéologiques et ethnographiques ont donc été engagés. S’ils s’avèreront finalement insuffisants pour répondre de manière définitive à la question posée, ils n’en sont pas moins directement à l’origine de nouvelles informations sur un type de monuments qui pourrait bien avoir été autrefois répandu dans les haute et moyenne vallées de la Bénoué.

5Après une étude consacrée aux plateformes archéologiques de Djaba-Hosséré, nous nous intéresserons aux láan et aux kpə̀ə̀n, tels qu’ils apparaissent au vu des rares enquêtes menées à leur sujet. Nous pourrons alors voir dans quelle mesure les données obtenues, qu’elles soient archéologiques ou ethnographiques, nous éclairent sur la fonction des plateformes de Djaba-Hosséré.

Les plateformes de Djaba-Hosséré dans leur contexte

L’histoire de Djaba-Hosséré

  • 3 Dans une autre version, ce serait des forgerons à la solde de Ray qui auraient trahi les Djaba.

6La localisation de l’ancienne chefferie de Zabba (ou Djaba) sur le pied de la montagne éponyme est un fait bien établi. Bien que ce massif fasse aujourd’hui partie du parc national de la Bénoué, ce qui le rend difficilement accessible aux populations riveraines, il ne fait mystère pour personne dans les villages alentour qu’il abritait la plus ancienne chefferie connue des Zabba. La position géographique de cette ancienne implantation est d’ailleurs précisée par E. Mohammadou (1979 : 281) : « Le Djaba qui se trouve sur la route Ngaoundéré-Garoua entre Bouk et Guidjiba, se situait à l’époque en plein dans l’actuelle réserve de chasse de la Bénoué, au pied d’une montagne du même nom, près de la rive gauche de la Bénoué. » De fait, c’est bien sur le pied oriental de cette montagne, donc en direction de la Bénoué, que nous avons retrouvé les vestiges de cette chefferie abandonnée par les Zabba dans les années 1830-1840, suite à sa prise par l’armée de Ray (ou Rey-Bouba), un puissant sultanat peul implanté quelque temps auparavant à l’est de la Bénoué. La plupart des traditions relatives à cette ancienne implantation se rapportent à cette défaite qui aurait conclu plusieurs années de guerre. Selon la tradition la plus courante, la prise du village aurait été causée par la trahison d’une princesse zabba, acquise à Ray3. Celle-ci aurait informé les soldats ennemis de l’absence de la population, partie s’adonner à une pêche collective, et leur aurait expliqué comment traverser le fossé (gasol en fulfulde) qui défendait le village. Le chef, demeuré sur place, aurait été capturé par la soldatesque. Ayant choisi de mourir plutôt que d’être captif, il aurait été décapité. Alertés par la fumée se dégageant des cases incendiées, les Zabba comprirent que leur village avait été attaqué. Constatant que leur chef était mort, que leur village était en cendres, et que leur ennemi s’était emparé de leurs tambours sacrés, emblèmes de leur puissance, les Zabba survivants décidèrent d’abandonner la place et de partir vers l’ouest, en direction du mont Sari. Ils s’établiront à proximité de l’axe commercial haoussa qui deviendra bientôt la « piste allemande ». Trop proche de Ray pour y vivre paisiblement, leur ancien territoire ne sera plus guère occupé. C’est ainsi que, devenus successivement partie d’une réserve de chasse, d’une réserve de faune, enfin du parc national de la Bénoué, les environs du massif de Djaba portent des traces d’occupations anciennes dans un état de conservation particulièrement remarquable.

L’organisation générale de Djaba-Hosséré

7Les prospections systématiques, menées sur près de 9 000 hectares centrés sur le massif de Djaba, montrent que ces traces d’occupations anciennes se concentrent sur le pied du massif, un point de la toposéquence où les bases de greniers, les meules dormantes et les fondations de case se comptent par milliers. Mais ces différents vestiges, qui ne semblent guère avoir changé au cours des siècles, se rattachent à plusieurs périodes, alors même que certains ont probablement fait l’objet de réutilisations. Sauf cas particulier, il est donc exclu de les associer, individuellement, à une occupation particulière. Les décors céramiques ont en revanche clairement changé durant le millénaire et demi que recouvre l’occupation du secteur. Sur une période qui s’étend du milieu du ier millénaire apr. J.-C. à l’abandon du site par les Zabba (durant la première moitié du xixe siècle), trois traditions décoratives ont ainsi pu être distinguées (A, B et C), deux d’entre elles comportant deux faciès (Ax et Ay, C1 et C2). Une caractérisation de la céramique de surface en une cinquantaine de points répartis tout autour du massif montre que l’occupation finale, associée à la tradition décorative C2, se concentrait sur son pied oriental, conformément à ce que nous disent les sources orales (fig. 1 ; Langlois 2007). Là, une levée de terre doublée d’un fossé forme un arc de cercle d’environ deux kilomètres de longueur qui protège une centaine d’hectares (fig. 2). Il ne fait guère de doute que cet aménagement défensif est le gasol mentionné par les sources orales. Immédiatement au sud-ouest de l’espace protégé, en un secteur aujourd’hui fortement érodé, une quarantaine de tombes collectives témoignent de ce qui a dû être une vaste nécropole. Au sein de l’espace protégé, un positionnement et/ou un décompte des structures de surface, par parcelles, a permis de percevoir l’organisation générale du lieu. Les densités des structures domestiques les plus communes (bases de greniers, fondations de cases et meules dormantes) ont été évaluées sur l’ensemble de la zone (fig. 3). Ce travail a révélé trois zones de concentrations : l’une (concentration 2) située au centre de l’arc, les deux autres sur ses ailes nord (concentration 3) et sud (concentration 1). Des structures plus rares ont été positionnées individuellement à l’aide d’un GPS. Elles consistent en une vingtaine d’accumulations de rejets domestiques, aux volumes parfois impressionnants (fig. 4), réparties sur l’ensemble du secteur, ainsi qu’en de nombreuses traces d’activités métallurgiques, essentiellement des ferriers, localisées surtout sur l’aile sud, mais également présentes sur l’aile nord. Dans le cadre de cette étude, notre intérêt portera tout particulièrement sur un autre type de structures rares : la quinzaine de plateformes qui, comme le montre la figure 4, se distribuent sur la partie centrale du site, au niveau de la concentration 2.

Figure 1 – Localisation des occupations et des différentes traditions céramiques autour du massif de Djaba

Figure 1 – Localisation des occupations et des différentes traditions céramiques autour du massif de Djaba

© O. Langlois

Figure 2 – Carte générale de la chefferie de Djaba-Hosséré

Figure 2 – Carte générale de la chefferie de Djaba-Hosséré

© O. Langlois

Figure 3 – Densité des structures de surface au niveau de la chefferie de Djaba-Hosséré

Figure 3 – Densité des structures de surface au niveau de la chefferie de Djaba-Hosséré

© O. Langlois

Figure 4 – Distribution des zones de rejets, des zones d’activités métallurgiques et des plateformes au niveau de la chefferie de Djaba-Hosséré

Figure 4 – Distribution des zones de rejets, des zones d’activités métallurgiques et des plateformes au niveau de la chefferie de Djaba-Hosséré

© O. Langlois

8Situé au centre de l’arc formé par le système de défense, au creux d’un renfoncement de la montagne qui lui assure une protection sur trois côtés, ce secteur essentiellement résidentiel occupe une position éminemment stratégique. Et si, malgré ces atouts défensifs, l’ennemi parvient à investir la place, l’échancrure qui ouvre sur les hauteurs permet de gravir aisément la pente pour rejoindre le sommet du massif. Outre la présence des plateformes dont il sera question dans cette étude, cet espace présente bien des particularités. Ainsi, les murets de soutènement, rares et sommaires à l’échelle du massif, y sont nombreux et soignés. Souvent courts et curvilignes, ils supportent de nombreuses habitations dont les assises en pierres sont très reconnaissables. Dans certains cas, ces assises font elles-mêmes office de muret de terrasses. Vus depuis l’aval, ces socles de cases ne sont pas sans évoquer les plateformes implantées en contrebas. Autre fait notable, la végétation, particulièrement abondante et variée, y est clairement anthropique. On peut ainsi y reconnaître différentes espèces rares ou absentes ailleurs : Tamarindus indicus, Bombax costatum, Parkia bigobosa, Cissus quadrangularis, sans parler du seul baobab (Adansonia digitata) reconnu dans l’aire prospectée.

Les plateformes

9Les dix-sept plateformes repérées se présentent comme des édifices à plan circulaire et profil tronconique dont les diamètres à la base varient entre trois et quatre mètres, pour une élévation visible qui n’atteint pas le mètre (fig. 5). Si toutes occupent la partie centrale du site, six forment un groupe compact au pied du versant aménagé en terrasses. D’une manière générale, ces plateformes sont constituées d’un muret circulaire de pierres sèches enserrant un noyau de terre. Le fruit prononcé des murs, qui donne leur profil tronconique aux structures, a été obtenu en agençant les pierres (souvent plates) de manière à rétrécir le diamètre de l’édifice à mesure de son élévation. On imagine difficilement que ces murs en « corps de voûte » aient pu être bâtis sans prendre appui sur la terre qu’ils enserrent et recouvrent tout à la fois. La forme de la partie visible des plateformes semble donc nous renseigner sur la technique de construction employée, à savoir qu’un monticule de terre fut élevé avant le positionnement des parements, ou parallèlement à celui-ci. Par ailleurs, fait remarquable déjà évoqué, plusieurs d’entre elles supportent une ou plusieurs meules dormantes, pour certaines en état d’usage. Jusqu’à quatre meules y ont ainsi été dénombrées. L’observation des parements visibles montre par ailleurs l’utilisation de fragments de meules comme éléments de maçonnerie. Mais, considérant la multitude des outils de ce type à la surface du site, ce réemploi n’a pas lieu de nous étonner.

Figure 5 – L’une des plateformes de la chefferie de Djaba-Hosséré

Figure 5 – L’une des plateformes de la chefferie de Djaba-Hosséré

© O. Langlois

La plateforme sondée

  • 4 La tranchée suit en réalité un axe NNO/SSE.

10Si l’observation de la partie visible des plateformes apporte sa part d’information, notre compréhension de ces édifices a grandement bénéficié de la conduite d’un sondage au sein de l’un d’eux, en l’occurrence de la plateforme St.733 (fig. 6). Pensant alors encore être en présence d’un tertre funéraire, et ayant le souci de préserver le site, nous avons porté notre choix sur ce monument qui figure parmi les plus vastes (3,5 m de diamètre au niveau du sol) et les moins bien conservés que compte le groupe de six plateformes implantées au pied du versant aménagé en terrasses. Le sondage qui y fut conduit a la forme d’une tranchée, de 5 m de long sur 1 m de large, traversant l’édifice de part en part, selon un axe globalement nord-sud4 (fig. 7). S’étendant au-delà de la structure, la tranchée permet de percevoir cette dernière dans son contexte stratigraphique. Afin de s’assurer que l’arène naturelle sur laquelle repose l’édifice n’a fait l’objet d’aucun creusement, la fouille a été poursuivie sur une trentaine de centimètres en deçà du niveau archéologique le plus profond. Au niveau de la partie médiane de la tranchée cette vérification fut encore « approfondie », le sondage atteignant localement 1,7 m de profondeur. La fouille a été conduite en stratigraphie « semi-artificielle », c’est-à-dire en suivant les strates naturelles lorsque leurs limites étaient perçues, mais en procédant par « passes mécaniques » horizontales de 5 cm d’épaisseur lorsqu’aucun changement sédimentaire n’était constaté.

Figure 6 – La plateforme St.733 avant la fouille

Figure 6 – La plateforme St.733 avant la fouille

© O. Langlois

Figure 7 – La plateforme St.733 en cours de fouille

Figure 7 – La plateforme St.733 en cours de fouille

© O. Langlois

11La tranchée ainsi réalisée dans la plateforme St.733 modifie sensiblement la compréhension que nous en avions sur la base de la seule observation de sa partie visible. La coupe (fig. 8) montre en effet que seule la partie haute du monument émerge du sol, l’édifice semblant avoir été progressivement enseveli par une accumulation de sédiments, probablement déposés par colluvionnement, et qui ne laissent plus apparaître que le tiers supérieur de la structure. Celle-ci, constituée à sa base de gros blocs de granite, repose directement sur l’arène naturelle. Contrairement à la partie visible du mur, au fruit prononcé, la partie enfouie s’élève presque verticalement. À la différence de ce qui fut expliqué précédemment à propos de la partie supérieure du monument, on peut donc sérieusement douter que la section verticale du mur ait été édifiée après que les sédiments qui constituent son « remplissage » aient été déposés. À l’inverse, cette section semble plutôt avoir été bâtie avant le dépôt dudit « remplissage », à moins que les deux opérations – l’élévation du mur et le comblement de l’espace interne –, aient été exécutées en alternance, de manière à retenir la terre apportée.

Figure 8 – Coupe de la plateforme St.733

Figure 8 – Coupe de la plateforme St.733

© O. Langlois

12Les caractéristiques de la maçonnerie permettent donc de distinguer deux phases successives, chacune associée à une technique de construction particulière : la première est marquée par la construction du mur vertical et le comblement (progressif ou ultérieur) du cylindre ainsi obtenu, la seconde par le rehaussement de la maçonnerie, en appui sur de nouveaux apports sédimentaires. Les caractéristiques sédimentaires confirment et précisent cette séquence.

13Les niveaux qui correspondent à la phase 1 présentent celles d’un remblai. À sa base, un petit monticule surplombe une fosse peu profonde (comblée avec c.1a, cf. infra) qui fut probablement creusée par les bâtisseurs, mais pourrait aussi se rattacher à une occupation antérieure. Les couches qui composent ce monticule sont de natures diverses :

  • c.1c, peu différente du substrat, pourrait résulter de travaux de terrassement conduits préalablement à l’installation des premiers éléments de maçonnerie, ou provenir du creusement de la fosse sous-jacente ;

    • 5 Détermination de L. Gourichon (CEPAM), que nous remercions ici.

    c.2, couche cendreuse et charbonneuse qui contenait de la faune (deux éléments de rachis appartenant à deux grands artiodactyles sauvages5), pourrait être le produit du nettoyage d’un foyer domestique voisin.

14Ce monticule est lui-même recouvert par une couche épaisse et hétérogène (c.3), probablement déposée en une fois. Les niveaux associés à la seconde phase (phase 2) se distinguent nettement des précédents. Ils présentent une relative planéité qui laisse envisager l’existence de niveaux d’occupation que d’autres indices paraissent confirmer. Ainsi, les couches c.4 et c.7, particulièrement compactes, pourraient avoir été damées volontairement, ou suite à un piétinement intense. Ces deux niveaux de sols aux états de conservation très médiocres seraient alors séparés par ce qui peut être compris comme un remblai de nivellement (c.6). Le premier niveau se situerait à la surface de la couche c.4, le second à celles des couches c.6 et c.7. Ce second niveau semble d’ailleurs matérialisé par quelques blocs de terre brûlée que l’on peut observer dans la coupe, possibles indices de combustions intervenues sur la plateforme. Le probable arasement de la partie sommitale du mur laisse envisager que d’autres niveaux de sols, plus tardifs, aient disparu ou aient été dégradés. La couche superficielle c.9, granuleuse et déstructurée, pourrait résulter de cette dégradation.

15On peut donc distinguer une première phase, qui mérite pleinement le qualificatif de « phase de construction », et une seconde qui a vu se succéder au moins deux occupations, entrecoupées d’un réaménagement de la surface de la plateforme par apport de remblai. Cette succession d’occupations et de réaménagement(s) de la plateforme s’est accompagnée d’un rehaussement du mur, probablement motivé par la nécessité de retenir et de stabiliser les sédiments ajoutés. Le fruit prononcé de ce « mur » de retenue a progressivement réduit le diamètre de la plateforme, donnant à l’édifice sa forme tronconique caractéristique. Par ailleurs l’édifice a peut-être fait l’objet d’une restauration dès les premiers temps de son utilisation, en particulier au niveau de sa partie sud qui pourrait bien s’être effondrée. Deux indices vont dans ce sens : l’abondance de pierres au sein de la couche c.12, possible résultat d’un effondrement local du mur, et la couche c.5, possible dépôt tardif destiné à compenser la perte d’une partie du remblai c.3 causée par cet effondrement.

16La hauteur de l’édifice est remarquable. De fait, si l’on considère la nature et l’épaisseur des couches de remplissage (en particulier celles de la couche c.3 qui semble avoir été déposée en une unique fois), l’élévation initiale de la structure ne pouvait pas être inférieure à la hauteur de la partie verticale du mur (phase 1), soit à un mètre environ. Mais l’édifice pourrait bien ne jamais avoir dépassé cette hauteur, puisque le surcroît d’élévation produit par le(s) rehaussement(s) intervenu(s) par la suite (phase 2) était probablement déjà compensé par l’enfouissement progressif de la structure par les colluvions. Ce(s) rehaussement(s) eu(ren)t peut-être même pour objectif de remédier à cet enfouissement.

17Afin de définir l’ancienneté de la plateforme St.733, deux analyses radiométriques ont été réalisées à partir de charbons de bois issus de deux des couches (c.1 et c.2) composant le monticule érigé à la base de la structure. Ces datations se sont avérées divergentes. L’une (162 ± 45 BP, LTL15789A) nous renvoie en effet à une période récente, située entre la fin du xviie siècle et l’abandon du site, l’autre (674 ± 45 BP, LTL14430A) à une période beaucoup plus ancienne qui couvre la seconde moitié du xiiie siècle et le siècle suivant. Mais cette divergence pourrait bien s’expliquer par le fait que l’échantillon le plus ancien provient de la couche c.1 qui, comme nous l’avons vu, résulte vraisemblablement de creusements opérés dans des niveaux anciens, au contact du substrat, tandis que le plus récent provient d’une couche cendreuse et charbonneuse c.2, probablement issue d’un foyer domestique voisin. Seule la datation la plus récente semble donc à retenir. Finalement, considérant l’enfouissement progressif de la plateforme, qui dut s’étendre dans le temps, et au vu de la pluralité des occupations que cet édifice a connues, on peut penser qu’il a été édifié durant la partie haute de l’intervalle chronologique associé à la datation retenue, soit entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècles. Cette ancienneté est parfaitement compatible avec la séquence chronologique que l’on peut déduire du mobilier céramique issu du sondage, séquence qui contribue par ailleurs à valider notre analyse du monument. Ainsi, les niveaux d’occupation (phase 2) et certaines des couches qui ont enseveli la structure contiennent essentiellement du mobilier de tradition C2, caractéristique de la toute fin de l’occupation du site, alors que le remplissage de la structure (phase 1) renferme un mélange de poteries de traditions C1 et C2, voire essentiellement du mobilier de tradition C1, présent localement depuis le xiiie ou le xive siècle.

Kpə̀’ə̀n et láan

Sur la piste des kpə̀’ə̀n

  • 6 Déformation de kaigama, le « chef de guerre » dans la titulature du Bornou, reprise par la plupart (...)
  • 7 Déformation de sarkin faada, le « chef des conseillers » dans la titulature peule.
  • 8 Enquête du 05/04/2001 à Djaba.
  • 9 Enquête du 04/04/2001 à Djaba.

18Les sources orales se rapportant à l’implantation de Djaba-Hosséré se sont révélées peu précises concernant l’organisation du site. Toutefois, deux types de structures architecturales ont été mentionnés par nos informateurs zabba : le fossé (gasol), qui est évoqué dans les récits de l’attaque du village par l’armée de Rey-Bouba, et des édifices circulaires, dénommés kpə̀ə̀n, qui auraient été regroupés devant la résidence du chef. Ainsi, en 2001, Sebde, un octogénaire aujourd’hui décédé, nous précisa qu’ « à Zabba de la Bénoué, devant la chefferie, il y avait des emplacements bien aménagés, en pierres et de forme circulaire, qui étaient occupés par le chef et ses notables lors des audiences. Ce sont des kpə̀ə̀n. Celui du chef était le plus grand et le plus large. À sa droite se trouvait celui du Koïgama6, et à sa gauche celui du Saki fada7 »8. Leur présence à Djaba-Hosséré fut également évoquée par l’actuel chef de Djaba qui, ayant eu connaissance de la présence de plateformes sur le pied oriental du massif de Djaba, assure que « les amoncellements de pierres retrouvés à l’emplacement de la chefferie se dénomment kpə̀ə̀n. Ce sont des espaces aménagés pour accueillir le chef et les dignitaires du village lors des audiences publiques. Ces dignitaires représentaient les différents zig [lignages] de Zabba que sont les Gerl, les Mbip, les Korr et les Nang »9. Pour l’actuel chef de Djaba, il ne fait donc guère de doute que les plateformes observées à Djaba-Hosséré sont bien les kpə̀ə̀n supposés avoir été érigés au cœur de l’ancienne chefferie.

19Ces informations étant peu précises, nous souhaitions en apprendre davantage sur ces monuments. Mais, comme nous l’avons évoqué en introduction, aucun édifice de ce type n’avait pu être observé dans les chefferies visitées. Pourtant, le fait que le vocable kpə̀ə̀n figure dans le dictionnaire de la langue dìì (Bohnhoff et al. 2014 : 141) laissait espérer que l’usage de ce type d’édifice s’était maintenu en d’autres parties du pays dìì. Cela ne nous fut confirmé qu’en 2010, lorsqu’à l’occasion d’une enquête portant sur les techniques métallurgiques et les pratiques funéraires, nous avons été invités à pénétrer dans la cour du chef de Nabun (Laboun), où se situe l’édifice dont il va maintenant être question.

Le láan de Nabun

20Bien qu’elle nous ait été présentée comme un láan – terme qui signifie « trône » en yag dìì (ibid. : 144) –, cette plateforme présente des caractéristiques et une fonction qui correspondent parfaitement à celles des kpə̀ə̀n, tels que ces édifices sont définis par L. E. Bohnhoff, K. Mathieu et M. Asmaou (ibid. : 141) : « construction en cailloux pavés [sic] pour le trône du chef ».

  • 10 À Labun, le bà’à naŋ gbaŋ (monsieur/forgeron/règne) aurait la prééminence sur tous les autres naŋ, (...)

21Ce láan aux allures de kpə̀ə̀n se localise à l’extrémité orientale de la cour du chef, à proximité de la petite case (lig hen kaa) dans laquelle sont conservés les objets sacrés (hen kaa : chose/village) de la chefferie (fig. 9). Il est aujourd’hui abrité par un gros manguier au tronc penché qui a endommagé sa bordure sud. D’élévation très modeste, ce láan se présente comme une structure discoïde d’environ trois mètres de diamètre constituée d’un cercle de gros blocs de pierres qui enserre un grossier « dallage » fait de moellons sensiblement moins volumineux. Sur le rebord est du disque, un siège constitué de deux pierres plates – l’une servant d’assise, l’autre de dossier – a été aménagé. Assis sur ce trône, le chef (gbanàà), qui se doit d’être « froid » (Muller 2002 : 28 ; 2006 : 79), fait face au soleil couchant. En retrait de la plateforme, sur son côté est, plusieurs emplacements sont affectés à des fonctions spécifiques (fig. 10) : immédiatement à gauche du trône, quelques dalles posées sur le sol marquent l’endroit où le nouveau chef est lavé lors de son intronisation ; à droite du trône se trouve l’emplacement du bà’à naŋ gbaŋ10 et, plus à droite encore, une grosse pierre sert de siège à la nà’à fàà, qui a notamment la charge d’entretenir le láan (ainsi que le masque fàà). Remarquable également est la meule cassée qui gît au pied du ficus. Elle serait utilisée, en particulier, lors de la cérémonie de la circoncision, le rituel autour duquel se structure la société dìì.

Figure 9 – Le láan de Nabun dans son contexte

Figure 9 – Le láan de Nabun dans son contexte

© O. Langlois

Figure 10 – Le láan de Nabun et ses composantes

Figure 10 – Le láan de Nabun et ses composantes

© O. Langlois

22Lors des conseils, les notables prennent place sur le láan, à côté du chef installé sur son siège. Le láan apparaît comme le principal emblème du pouvoir. Devenir chef se dit ainsi monter sur le láan (ɗàà láan). C’est à son pied que le chef sera dévêtu et lavé, lors de son intronisation. Et tout au long de son règne le gbanàà devra s’efforcer de monter quotidiennement sur le láan, le matin et le soir, faute de quoi des malheurs pourraient s’abattre sur le village.

  • 11 Quoiqu’ils soient parfois dénommés naŋ yùùm, en raison de leur activité « artisanale », les yùùm ne (...)
  • 12 Il nous a été précisé, qu’à la différence des Naŋ (forgerons), les Yùùm ne travaillaient qu’à froid (...)

23Le láan de Nabun aurait été construit peu après l’implantation du village actuel, dans les années mille neuf cent cinquante. Sa construction serait l’œuvre des Yùùm11 (du nom de la pierre à limer), le lignage chargé, entre autres, de choisir les chefs et d’orner les bijoux et les armes. Avant de construire ce láan, il a fallu récupérer les six bracelets (vàgà) – trois féminins et trois masculins – enfouis sous le láan précédent. Ces bracelets seraient semblables à ceux qui figurent, aujourd’hui encore, parmi les regalia de la chefferie (fig. 11). Ces vàgà en bronze et en laiton, qui nous ont été montrés, sont en effet, eux aussi, au nombre de six. On peut y reconnaître quatre bracelets de section ronde agrémentés de proéminences en forme de boules, du type (commun aux Dìì et aux Mboum) évoqué par J.-C. Muller (2002 : 27 ; 2006 : 81, 91) et par A. Podlewski (1978 : 116-117). Trois d’entre eux sont pourvus de quatre boules, et seraient donc féminins, tandis que le quatrième est doté de trois boules, chiffre masculin. Les deux derniers bracelets sont très différents : de section plane, ils sont munis d’un long ergot. Tous ces vàgà sont supposés avoir été fabriqués par les Yùùm qui, pour ce faire, auraient eu recours à la magie12. Mais ces objets sacrés se transmettent d’un chef à son successeur et suivent la chefferie dans ses déplacements, si bien que leur fabrication remonte à un temps ancien que personne n’est plus capable d’évoquer. Une loupe de fer (san) est aussi nécessaire. Comme les vàgà, ce san, qui semble être l’élément essentiel, est normalement issu du précédent láan. Mais si, pour une raison ou une autre, celui-ci ne peut être récupéré, les Naŋ qui – chez les Dìì mamnàa, à la différence des Dìì du nord-ouest – sont les seuls à réduire le minerai, se chargeront d’en fabriquer un nouveau. Avant de se mettre à la tâche, les Yùùm doivent aussi égorger le bélier remis par le chef, puis prélever sa peau et la tanner. Un morceau de l’animal sera découpé et déposé sur l’autel des ancêtres (gbaa), le reste de la viande étant consommé par de jeunes enfants.

Figure 11 – Les vàgà (bracelets) de Nabun

Figure 11 – Les vàgà (bracelets) de Nabun

© O. Langlois

24Ces conditions préalables étant remplies, la construction du láan peut commencer. Il appartient aux Yùùm de choisir l’endroit de son implantation. L’épiderme enduit des excréments du bélier sacrifié, et les hanches couvertes avec des lambeaux taillés dans la peau de l’animal, les Yùùm creuseront une fosse, semble-t-il en bordure du futur édifice, et plus précisément à l’emplacement où les chefs à venir seront lavés. Le san y sera déposé, servant de support à la poterie dans laquelle les six vàgà ont été placés. La fosse ayant été rebouchée, les pierres peuvent enfin être agencées.

Les kpə̀’ə̀n et les láan : des édifices distincts ?

25Le monument que nous venons de décrire nous a été présenté comme étant un láan, et non pas un kpə̀ə̀n. Le fait est d’autant plus à remarquer que le terme kpə̀ə̀n fut lui aussi utilisé par nos informateurs de Nabun, non pas pour désigner un édifice tabulaire, mais pour nommer le simple siège implanté devant la chefferie sur lequel le chef s’assied pour assister aux cérémonies et aux fêtes. Constitué de quelques pierres posées à même le sol, cet ensemble est loin de former une plateforme.

26Tout porte en fait à croire que ce qui distingue les láan des kpə̀ə̀n est moins lié à leurs caractéristiques formelles et structurelles respectives qu’au statut (de chef vs autre statut) de celui à qui le monument est destiné et à la puissance dont ce dernier a éventuellement été chargé lors de la construction. À ces éléments largement discriminants nous pouvons probablement ajouter la localisation de l’édifice : au sein même de la résidence de son possesseur (láan) ou devant celle-ci (kpə̀ə̀n). Ainsi, selon le chef de Nabun, les láan, toujours implantés dans la résidence des chefs, sont l’apanage de ces seuls personnages. Cela les distingue des kpə̀ə̀n que bien d’autres personnes que les gbanàà, notamment certains chefs de lignages, peuvent se faire édifier, souvent devant leur résidence. La même distinction a été opérée par nos informateurs de Kurug (Kourouk), une localité où le láan est là aussi installé dans la cour du chef. Mais, à la différence de celui de Nabun, ce láan n’est constitué que de quelques pierres parmi lesquelles figure, là aussi, une meule cassée utilisée lors de la cérémonie de circoncision. En ce lieu, ce sont les kpə̀ə̀n qui nous ont été décrits comme des plateformes de plan circulaire. Ainsi, dans l’ancien village de Kurug, il y en aurait eu trois, dispersés dans les quartiers des différents lignages (zig) concernés : le kpə̀ə̀n du chef et ceux des chefs des zig mbip et garn. De forme cylindrique, ces monuments auraient atteint un mètre de hauteur. En leur centre, un ficus était souvent planté pour apporter de l’ombre. Le gbanàà ou le chef de lignage était assis sur la plateforme, ses notables installés au pied de l’édifice.

27Un monument de ce type pourrait bien avoir été construit devant la résidence du chef de Naga, face à la place du village. Là, de grosses pierres enchevêtrées entre les racines d’un gros ficus (gùm) nous ont été présentées comme le vestige d’un ancien édifice que nos informateurs ont indifféremment dénommé láan ou kpə̀ə̀n. C’est assis sur un siège aménagé sur le dessus de la plateforme que le chef, entouré de ses notables, assistait aux danses. La structure ayant été totalement détruite par les racines, il est difficile d’estimer son diamètre qui ne devait guère dépasser les trois mètres. Et, à en croire nos informateurs, son élévation aurait autrefois atteint le mètre. Il aurait été édifié par les Kpàn, un lignage habituellement chargé de distribuer la nourriture (Muller 2006 : 30). Une série de rituels et de festivités auraient accompagné cette construction.

28Cette dernière information tend à montrer que la distinction que nous avons opérée entre les láan (trônes à caractère sacré installés dans la cour des chefs) et les kpə̀ə̀n (monuments profanes implantés devant les résidences de différents grands personnages) est quelque peu caricaturale. De fait, à Minaga (une localité aussi dénommée Mananya), il nous a été expliqué qu’un chef dispose normalement de trois sièges qui, tous, se dénomment láan. Deux sont localisés dans la résidence du chef : l’un dans la cour, l’autre dans la « case-vestibule » (kè’em). Le troisième, petit bloc rocheux émergeant du sol, se situe devant la résidence du chef, face à la place du village ; ce dernier láan serait le plus important. Ainsi, son implantation, comme celle de la pierre du tambour (‘yègè dεn), interviendrait de nuit et demanderait l’accomplissement de rituels appropriés (Muller 2006 : 115).

29Faut-il alors en conclure que les acceptions données aux termes láan et kpə̀ə̀n varient selon les localités ? Nous serions plutôt enclins à croire que notre distinction fait plus référence à un état ancien que des évolutions récentes, notamment liées à l’islamisation, ont sensiblement modifié. Quoi qu’il en soit, au regard des exemplaires observés, il est clair que les láan et les kpə̀ə̀n pouvaient présenter des morphologies et des structures à la fois semblables et diverses, pouvant aller de la plateforme construite à de simples pierres semi-enterrées ou déposées à même le sol.

La difficile question de la fonction des plateformes de Djaba-Hosséré

30Ces nouvelles données apportent-elles un éclairage sur la fonction des plateformes observées à Djaba-Hosséré ? Trois hypothèses ayant pu être avancées (tertre funéraire, socle de case et kpə̀ə̀n), nous allons procéder successivement à leur examen.

L’hypothèse tertre funéraire

31Dans le nord du Cameroun, tout particulièrement dans les monts Mandara, la construction de tertres au-dessus des fosses sépulcrales n’a rien d’exceptionnel. Ce type d’édifice est ainsi signalé, notamment à propos des Kapsiki/Higi, des Podokwo et des Mafa (Van Beek 1995 : 150-151 ; Lembezat 1952 : 111 ; 1961 : 49 ; Tchandeu 2007-2009 : 77). Constitués d’un muret circulaire en pierres sèches formant un manchon rempli ensuite de terre, ils sont très comparables aux plateformes de Djaba-Hosséré. Toutefois leurs diamètres sont généralement moindres que ceux des plateformes, leurs profils pouvant varier entre le tronc de cône et le cylindre. Mais, ce qui paraît évidemment l’élément déterminant, c’est qu’aucun squelette n’a été découvert sous la plateforme sondée. On serait ainsi tenté d’écarter la possibilité que ce dernier ait eu une quelconque fonction funéraire. Nous nous garderons pourtant d’exclure formellement cette possibilité. Certes, le risque qu’une fosse nous ait échappé est faible, même si l’expérience montre qu’une tombe creusée dans l’arène, pour peu qu’elle ait été comblée avec le sédiment issu de son creusement, peut s’avérer extrêmement difficile à percevoir (Langlois & Bonnabel 2003). Mais une autre difficulté ne saurait être éludée : elle vient du caractère partiel de la fouille, qui laisse place à bien des incertitudes. Rien ne permet en effet d’assurer qu’aucune fosse sépulcrale n’a été creusée hors des limites de la tranchée. On se gardera même d’écarter la possibilité que la fosse identifiée à la base de l’édifice ait contenu un corps. Vu l’incomplétude de la fouille, le fait qu’aucun ossement humain n’ait été exhumé ne saurait conduire à exclure la vocation funéraire de l’édifice. On se contentera donc de dire qu’il est très peu probable que St.733 soit une tombe, une proposition que l’on se risquera à étendre aux autres tertres présents sur le site.

L’hypothèse socle de case

32Avant même de sonder la plateforme St.733, la présence de meules sur certains édifices et l’observation de plateformes de soutènement de plan hémicirculaire sur les pentes alentour, laissaient envisager la possibilité que les plateformes aient autrefois supporté des bâtiments « domestiques » en matériaux périssables. De fait, dans les régions montagneuses du Nord-Cameroun, les socles de ce type ne sont pas rares. Il en existe ainsi dans les monts Mandara, où ils servent d’assise à des cases aux fonctions diverses : aux cuisines chez les Mofu Diamaré et les Vame-Breme (Seignobos 1982 : 43, 62-63), aux chambres des femmes chez les Muktele et les Podokwo (ibid. : 46), ou à ces deux types d’édifices chez les Muyeng (ibid. : 53). Et il en existe également dans la haute vallée de la Bénoué, à quelques dizaines de kilomètres du Hosséré Djaba. Ainsi, non seulement les Fali bâtissaient autrefois leurs « cases-entrée » sur des socles (ibid. : 129, 131, 155-159), mais les Dowayo, population occupant les pentes et le pied nord du massif de Poli, surélèvent, aujourd’hui encore, différentes catégories de cases : les cuisines, les chambres et les salles de mouture (ibid. : 155-159). La présence de socles sur ce massif est particulièrement remarquable puisque certains groupes dìì, en particulier les Paan, viennent précisément de cette région montagneuse. Or, les Zabba affirment avoir eu d’étroites relations avec les Paan à l’époque où ils vivaient au pied du Hosséré Djaba, ce qui pourrait expliquer qu’ils aient bâti certaines de leurs cases sur des socles. L’hypothèse que les plateformes de Djaba-Hosséré soient des socles de cases est donc parfaitement vraisemblable au regard de l’ethnographie régionale. Les résultats du sondage opéré dans la plateforme St.733 ne sont pas de nature à la remettre en cause, bien au contraire.

33Ainsi, deux des niveaux supérieurs, à la fois plans et compacts, semblent correspondre à deux vestiges de niveaux de sol, séparés l’un de l’autre par une couche de nivellement. La présence de blocs de terre brûlée à la surface de l’un d’eux indique même qu’une chauffe y est intervenue. Au regard du sondage qui a traversé St.733, les plateformes pourraient donc n’être que de simples socles de cases.

L’hypothèse kpə̀’ə̀n

34Au terme de notre enquête consacrée aux kpə̀ə̀n et aux láan, il reste encore bien difficile de se faire une idée précise de ces édifices qui, dans bien des cas, sont apparus comme de vagues concentrations de pierres à peine agencées ou, comme ce fut le cas à Naga, le vestige informe d’un monument totalement démantelé par les racines de l’arbre qui l’ombrageait. Finalement, le seul édifice ayant l’allure d’une plateforme qu’il nous fut donné d’observer est le láan de Nabun. Or, ce monument, comme probablement celui de Naga, est intégralement bâti en pierres et rien ne permet de penser qu’il en allait différemment par le passé. De fait, si plusieurs informateurs ont affirmé, qu’autrefois, les láan et les kpə̀ə̀n pouvaient se dresser à près d’un mètre au-dessus du sol – méritant ainsi pleinement le qualificatif de plateformes –, aucun n’a fait état d’une construction associant pierres et terre. L’actuel chef de Kurug, qui a eu l’occasion de se rendre dans l’ancien village et d’y observer l’ancien láan, affirme même que celui-ci n’était constitué que de pierres. D’un point de vue technique et structurel, les láan et les kpə̀ə̀n, tels qu’ils ressortent de nos enquêtes, semblent bien différents des plateformes de Djaba-Hosséré. En revanche, ces édifices ne sont pas sans évoquer ceux que C. K. Meek (1931) observa dans les années vingt chez les Londuga, une population du Nigeria qui occupe la confluence de la Bénoué et de la Gongola, à environ 150 km au nord-ouest des Dìì (fig. 12).

Figure 12 – Plateforme (qualifiée de « sitting-out place ») photographiée dans un village londuga par C. K. Meek au début du xxe siècle

Figure 12 – Plateforme (qualifiée de « sitting-out place ») photographiée dans un village londuga par C. K. Meek au début du xxe siècle

Meek 1931

  • 13 « Un trait caractéristique des villages londuga est la plateforme circulaire de pierres qui est con (...)
  • 14 « Je mentionne cela dans ce contexte parce que, dans certains villages, l’arbre était tombé et avai (...)
  • 15 Selon nos informateurs, aucune structure de ce type ne se dresserait devant le palais de Ray, la ca (...)

35L’analogie entre ces différents édifices porte autant sur le matériau employé, exclusivement des pierres dans les deux cas, que sur sa fonction : celle d’accueillir une assemblée à l’ombre d’un grand arbre pour y tenir discussion. C. K. Meek (1931: 354) écrit effectivement: A characteristic features of Londuga villages is the circular platform of stones which is built round the trunk of some large tree in the centre of the village. This platform of stones serves as a shady sitting-out place and a theatre for public discussions13 . Notons qu’il évoque un risque de confusion entre ces « plateformes circulaires » et les cairns – eux aussi entièrement constitués de pierres - que l’on rencontre également en pays londuga, lorsque l’arbre qui se trouvait au centre de l’édifice a disparu: I mention it in this connection because in some villages the tree had fallen and left the circle of stone, which look like the lower half of a cairn, except that the stone were rather larger than those used in building the cairns14 (ibid.: 354). Finalement, on peut donc sérieusement douter que les plateformes de Djaba-Hosséré soient les kpə̀ə̀n évoqués par nos informateurs de Djaba. Ceci, d’autant plus que ces kpə̀ə̀n sont supposés se dresser devant les résidences de certains grands personnages, en particulier des chefs de zig. Les membres des différents zig étant généralement regroupés en « quartiers », les kpə̀ə̀n devraient donc se distribuer sur l’ensemble du village, et non pas être rassemblés devant la résidence du chef, comme c’est le cas des plateformes de Djaba-Hosséré. Mais il n’est pas impossible que des évolutions soient intervenues depuis lors, que ce soit du point de vue technique ou de celui des usages. À Tcholliré, deux estrades circulaires – qui, elles, évoquent très fortement les plateformes de Djaba-Hosséré –, sont implantées de part et d’autre de la porte du palais du Lamido de Rey-Bouba15 (fig. 13). Si l’on peut douter qu’il s’agisse de kpə̀ə̀n, comme le pensent certains de nos informateurs dìì, ces édifices pourraient bien témoigner du fait qu’il existait autrefois dans la région des estrades faites d’un cerclage de pierres rempli de terre qui étaient implantées devant les chefferies, et sur lesquelles certains personnages de haut rang assistaient aux festivités. En effet, plus que tout autre dans la région, ce lamidat peul a fait siennes nombre de pratiques locales.

Figure 13 – L’une des deux plateformes implantées devant le palais du Lamido de Rey-Bouba à Tcholliré

Figure 13 – L’une des deux plateformes implantées devant le palais du Lamido de Rey-Bouba à Tcholliré

© O. Langlois

En guise de conclusion

36Au terme de cette étude, il paraît difficile de conclure quant à la fonction véritable des plateformes de Djaba-Hosséré. L’information disponible nous oriente plutôt vers une fonction « domestique », sans pour autant nous permettre d’éliminer formellement les hypothèses alternatives. Pour parvenir à une conclusion plus catégorique, il serait nécessaire, d’une part, de fouiller intégralement la plateforme sondée, de manière à s’assurer que la fosse identifiée à sa base ne contient pas de squelette humain, d’autre part de procéder au nettoyage/décapage de tous les édifices afin d’y repérer d’éventuelles traces d’activités, domestiques ou autres (pierres servant de siège, zones de combustion, fragments de meules…), ainsi que d’éventuels vestiges de superstructures (terre crue, trous de piquets…). Mais il faut se garder de penser que l’interprétation de ces indices sera simple. De fait, l’ethnographie régionale montre que la plupart des témoins matériels susceptibles de nous éclairer peuvent renvoyer à une pluralité de fonctions. Ainsi, la présence de meules sur les plateformes ne saurait être comprise comme la preuve indubitable d’une fonction domestique puisque nous avons vu que de tels objets, probablement réutilisés, se trouvaient aussi sur les láan où ils intervenaient dans le cadre de cérémonies. Si l’on ajoute à cela que, chez certaines populations régionales, la meule d’une femme pourra être déposée sur sa tombe (Tchandeu 2007-2009 : 77), la présence d’un tel objet sur une plateforme ne saurait constituer, en elle-même, la preuve du caractère domestique de l’édifice. Et cela sans parler de l’éventualité d’une réutilisation de socles de structures domestiques en tant que plateformes, et inversement.

37Finalement, quand bien même les édifices découverts à Djaba-Hosséré ne seraient que de simples socles de cases, tels qu’il en existe dans le pays dowayo voisin, leur distribution en fait ici des monuments tout à fait remarquables. Alors que chez les Dowayo, une population organisée sur un mode acéphale, les cases à socle sont – ou plutôt étaient – le standard architectural, à Djaba-Hosséré elles ne concernaient clairement qu’une frange limitée de la population : celle qui occupait l’espace, qui, en raison de ses multiples particularités, nous est apparu comme le cœur de la chefferie, l’emplacement probable de la résidence du chef. Leur regroupement en cet endroit précis contribue d’ailleurs largement à singulariser ce lieu. Ainsi, même si ces plateformes n’ont fait que supporter des cases, l’investissement nécessaire pour les construire et les entretenir dépasse de beaucoup ce qui a été consenti ailleurs sur le site, où les fondations des unités domestiques, lorsqu’elles existent, se limitent généralement à un simple cercle de pierres disposées sur chant. Néanmoins, il semble difficile d’en faire, a priori, des édifices de prestige car ces monuments pourraient tout aussi bien rendre compte d’une volonté d’occuper, coûte que coûte, l’espace où ils ont été édifiés, et donc de parer aux apports colluvionnaires qui s’y déversaient. Au terme de cette étude, les plateformes repérées sur ce site garderont donc leur part de mystère. Mais leur présence au cœur de l’ancienne chefferie de Djaba-Hosséré n’en est pas moins remarquable, puisqu’elle contribue à singulariser l’espace où elles ont été bâties, confirmant ainsi le caractère inégalitaire de la société qui occupait alors les lieux.

38Mais au-delà des connaissances apportées aux cultures régionales, actuelles et passées, cette étude interroge sur l’importance à accorder à la fonction des monuments aux allures de « tertres », et sur l’acception à donner à ce terme. Lorsqu’il ne désigne pas une éminence naturelle de terre à sommet plat, le vocable « tertre » est défini comme une « éminence de terre recouvrant une sépulture »16, ou comme « un monticule de terre recouvrant une sépulture »17. Lorsqu’il s’applique à des créations humaines, il semble donc se rapporter, exclusivement, au domaine funéraire. Structurellement et morphologiquement semblables aux véritables « tertres » qui, dans les monts Mandara voisins, surmontent certaines tombes, les « plateformes » de Djaba-Hosséré doivent-elles être nommées autrement que ces monuments funéraires, pour la seule raison qu’elles n’ont (probablement) pas eu de fonction funéraire ? N’est-ce pas accorder beaucoup d’importance à la fonction de monuments aux morphologies semblables qui ont mobilisé les mêmes techniques de construction ? De fait, qu’elles aient marqué les sépultures de personnages importants, accueilli des notables lors de réunions ou de cérémonies, ou encore servi de bases aux unités domestiques implantées au cœur de la chefferie, les plateformes de Djaba se présentent comme des édifices particuliers, plus ou moins directement liées à la représentation du pouvoir. Au-delà de leurs fonctions propres, ces différentes plateformes ne répondent-elles pas finalement à un même objectif : celui de marquer, par leur élévation même, les statuts particuliers de ceux, morts ou vivants, auxquelles elles ont été destinées ? Bien des exemples ethnographiques régionaux témoignent de perméabilités conceptuelle et matérielle entre l’architecture des vivants et celle des morts. Ainsi, chez les Kapsiki, les tombes sont assimilées à des greniers inversés, le tertre érigé sur la tombe renvoyant au muret circulaire qui soutient les structures de conservation (Van Beek 1995 : 148-152). La tombe du chef de Mukuhélé (Podokwo) apporte un autre exemple de cette perméabilité puisque, surmontée d’une plateforme de pierres et de terre sur laquelle « une véritable case, mur rond percé de deux portes et toit de paille conique » est bâtie, elle pourrait parfaitement faire office d’habitat (Lembezat 1952 : 132). Et que penser de l’étrange structure fouillée à Guébaké (en pays fali) par J.-G. Gauthier (1979 : 52-54) qui semble indiquer qu’une habitation comportant plusieurs niveaux d’occupation – dont l’un a livré un bloc crânio-facial déposé dans une poterie –, a été édifiée par-dessus une tombe entourée de « dalles dressées » renfermant un squelette dépourvu de crâne ? L’auteur supposant que le crâne contenu dans la poterie correspond au squelette incomplet trouvé à la base de la structure – conformément à un usage répandu dans la haute vallée de la Bénoué qui consiste à prélever les crânes, souvent pour en faire des reliques –, l’habitation paraît bien connectée à la tombe sous-jacente. Il est certes impossible d’affirmer que cette structure étonnante n’est autre qu’un tertre funéraire sur lequel une habitation fut construite (et peut-être occupée) par les descendants du mort, mais l’hypothèse ainsi formulée est parfaitement recevable au regard de l’information disponible. Dans le contexte régional, on peut ainsi se demander s’il est bien judicieux de dissocier le domaine des morts de celui des vivants en employant des vocabulaires distincts pour dénommer des édifices aux formes et aux structures semblables. Mais s’il peut sembler plus opératoire de considérer comme « tertre » tout édifice plein qui se dresse au-dessus du sol, il faut aussi garder à l’esprit que la forme et la structure du monument en question ne sont pas nécessairement déterminants pour ceux qui l’ont bâti et utilisé. À cet égard, les enquêtes menées sur les láan et les kpə̀ə̀n montrent en effet qu’une même catégorie d’édifices peut présenter des formes très variables, la charge symbolique attachée à la construction prévalant clairement sur les considérations formelles et techniques.

Haut de page

Bibliographie

Bohnhoff L. E., Mathieu K. & Asmaou M. (2014) – Dictionnaire de la langue dii (duru). Mbé, équipe de littérature dii, 4e éd.

Gauthier J.-G. (1979) – Archéologie du pays fali, Nord-Cameroun. Paris, éd. du CNRS.

Mohammadou E. (1979) – Ray ou Rey-Bouba. Traditions historiques des Foulbé de l’Adamawa. Paris, éd. du CNRS.

Langlois O. (2007) – Intrasite features distribution as a source of social information: The case of Djaba-Hosséré (Northern Cameroon). Journal of Anthropological Archaeology, 26 (2) : 172-197.

Langlois O. & Bonnabel L. (2003) – Traditions funéraires et religions au Diamaré (Nord-Cameroun) : apports historiques d’une approche ethnoarchéologique (Nord-Cameroun). Journal des africanistes, 73 (2) : 27-76.

Lembezat B. (1952) – Mukulehe. Un clan montagnard du Nord-Cameroun. Coutumes-Rites-Croyances. Paris, Berger-Levrault.

Lembezat B. (1961) – Les populations païennes du Nord-Cameroun et de l’Adamaoua. Paris, Presses Universitaires de France.

Meek C. K. (1931) – Tribal studies in northern Nigeria. London: Paul Kegan, Trench, Trubner & Co., 2.

Muller J.-C. (2002) – Les rites initiatiques des Dii de l’Adamaoua (Cameroun). Nanterre, Société d’ethnologie.

Muller J.-C. (2006) – Les chefferies dìì de l’Adamaoua (Nord-Cameroun). Paris, éd. CNRS/MSH.

Podlewski A. M. (1978) – Notes sur des objets sacrés traditionnels Mboum (Adamaoua, Cameroun). Journal des africanistes, 48 (2) : 102-120.

Seignobos C. (1982) – Nord-Cameroun : montagnes et hautes terres. Roquevaire, éd. Parenthèses, coll. Architectures traditionnelles.

Tchandeu N. S. (2007-2009) – Cultures lithiques dans les monts Mandara au Cameroun. Afrique, Archéologie & Arts, 5: 65-80. Doi: 10.4000/aaa.832

Van Beek W. (1995) – A granary in the earth: Dynamics of mortuary rituals among the Kapsiki/Higi. In : C. Baroin, D. Barreteau & C. Von Graffenried (eds), Mort et rites funéraires dans le Bassin du lac Tchad, Paris, Orstom : 137-152.

Haut de page

Notes

1 Les travaux dont il sera question dans cette étude ont été réalisés dans le cadre du programme Écologie historique des savanes soudaniennes (PEVS, ATIP, PNTS : 2000-2005 ; co-dir. : E. Garine, O. Langlois, C. Raimond) et de la mission archéologique Archéo-écologie des savanes du Nord-Cameroun (MAE : 2002-2011, dir. : O. Langlois).

2 Fouilles conduites, en 2008, par Ph. Chambon, O. Langlois et S. Hassimi.

3 Dans une autre version, ce serait des forgerons à la solde de Ray qui auraient trahi les Djaba.

4 La tranchée suit en réalité un axe NNO/SSE.

5 Détermination de L. Gourichon (CEPAM), que nous remercions ici.

6 Déformation de kaigama, le « chef de guerre » dans la titulature du Bornou, reprise par la plupart des sultanats peuls.

7 Déformation de sarkin faada, le « chef des conseillers » dans la titulature peule.

8 Enquête du 05/04/2001 à Djaba.

9 Enquête du 04/04/2001 à Djaba.

10 À Labun, le bà’à naŋ gbaŋ (monsieur/forgeron/règne) aurait la prééminence sur tous les autres naŋ, y compris sur le gbaa naŋ (le chef des forgerons). Il aurait notamment pour charge de « garder » le chef, lors de son intronisation, rôle qui, chez les Dìì mambe, est dévolu à un jeune membre du zig naŋ : le tʉ naŋ (Muller 2006 : 82, 84).

11 Quoiqu’ils soient parfois dénommés naŋ yùùm, en raison de leur activité « artisanale », les yùùm ne sont pas des Naŋ (i. e. des membres du lignage des « forgerons » que les autres lignages dìì considèrent comme ayant des origines génétiques différentes des leurs), mais seraient apparentés au lignage des chefs (zig gbanàà), ce qui, selon nos informateurs, expliquerait qu’ils ne peuvent pas prendre femme au sein de ce lignage.

12 Il nous a été précisé, qu’à la différence des Naŋ (forgerons), les Yùùm ne travaillaient qu’à froid, ce qui exclut évidemment une pratique de la technique de la « cire perdue ». On peut donc douter que les Yùùm ont réellement produit ces vàgà.

13 « Un trait caractéristique des villages londuga est la plateforme circulaire de pierres qui est construite autour du tronc d’un grand arbre au centre du village. Cette plateforme de pierres sert de lieu ombragé où s’asseoir, et de théâtre pour les discussions publiques » (traduction des auteurs).

14 « Je mentionne cela dans ce contexte parce que, dans certains villages, l’arbre était tombé et avait laissé le cercle de pierres qui ressemblait à la moitié la plus basse d’un cairn, à la différence que les pierres étaient plutôt plus grosses que celles utilisées pour la construction des cairns » (traduction des auteurs).

15 Selon nos informateurs, aucune structure de ce type ne se dresserait devant le palais de Ray, la capitale du lamidat.

16 Dictionnaire Larousse. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/tertre/77485

17 Dictionnaire du Centre National de Ressources textuelles et Lexicales. http://www.cnrtl.fr/lexicographie/tertre

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Figure 1 – Localisation des occupations et des différentes traditions céramiques autour du massif de Djaba
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 2 – Carte générale de la chefferie de Djaba-Hosséré
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 3 – Densité des structures de surface au niveau de la chefferie de Djaba-Hosséré
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 4 – Distribution des zones de rejets, des zones d’activités métallurgiques et des plateformes au niveau de la chefferie de Djaba-Hosséré
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 5 – L’une des plateformes de la chefferie de Djaba-Hosséré
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 6 – La plateforme St.733 avant la fouille
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Figure 7 – La plateforme St.733 en cours de fouille
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 8 – Coupe de la plateforme St.733
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 9 – Le láan de Nabun dans son contexte
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 10 – Le láan de Nabun et ses composantes
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Figure 11 – Les vàgà (bracelets) de Nabun
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Figure 12 – Plateforme (qualifiée de « sitting-out place ») photographiée dans un village londuga par C. K. Meek au début du xxe siècle
Crédits Meek 1931
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 13 – L’une des deux plateformes implantées devant le palais du Lamido de Rey-Bouba à Tcholliré
Crédits © O. Langlois
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1002/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Langlois, Innocent Abdoul Sardi et Hassimi Sambo, « Quelles étaient les fonctions des plateformes de Djaba-Hosséré (Nord-Cameroun) ? », Afrique : Archéologie & Arts, 13 | 2017, 59-76.

Référence électronique

Olivier Langlois, Innocent Abdoul Sardi et Hassimi Sambo, « Quelles étaient les fonctions des plateformes de Djaba-Hosséré (Nord-Cameroun) ? », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 05 novembre 2017, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1002 ; DOI : 10.4000/aaa.1002

Haut de page

Auteurs

Olivier Langlois

olivier.langlois@cepam.cnrs.fr – UCA,CNRS, CEPAM, Université Nice Sophia-Antipolis, pôle universitaire Saint Jean d’Angély, SJA3, 24, av. des Diables bleus, 06357, Nice, France

Innocent Abdoul Sardi

sardi_mbe@hotmail.com – Université de Ngaoundéré, B.P. 454, Ngaoundéré, Cameroun

Hassimi Sambo

hassimi.sambo@gmail.com – Université de Yaoundé 1, B.P. 755, Yaoundé, Cameroun

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals