Navigation – Plan du site
Actualités

H. Jousse (2017) – Atlas of Mammal distribution through Africa from the LGM (~18Ka) to Modern times. The Zooarchaeological record

Oxford, Archaeopress Publishing Ltd.
Alain Person et Sylvie Amblard-Pison
p. 122-123
Référence(s) :

H. Jousse (2017) – Atlas of Mammal distribution through Africa from the LGM (~18Ka) to Modern times. The Zooarchaeological record. Oxford, Archaeopress Publishing Ltd.

Texte intégral

© Archaeopress & H. Jousse

  • 1 Actuellement directrice adjointe scientifique et technique des Pays de la Loire à l’INRAP.

1L’auteur, Hélène Jousse1, docteur en paléontologie et sédimentologie de l’université Claude Bernard (Lyon 1), possède à la fois une grande expérience de terrain (missions archéologiques sahariennes) et de muséologie (musée d’Histoire naturelle de Vienne, où le projet de cet atlas a été conçu). De ses études faunistiques sur le site néolithique malien de Kobadi, fouillé par M. Raimbault, est née une thèse élaborée sous la direction de C. Guérin et M. Faure. Cette première expérience archéozoologique en Afrique de l’Ouest lui a permis de participer ensuite aux missions de Mauritanie sud-orientale (IMRS/UPMC/CNRS) concernant les relations hommes et environnement refuge dans la région des Dhar Néma et Oualata, puis de contribuer à la découverte et à l’étude du site nigérien de Gobero – peut-être la plus ancienne grande nécropole néolithique du Sahara (8 000 ans avant notre ère) –, avec P. Sereno et E. Garcea. L’auteur a travaillé également en Namibie (région du Pan d’Etocha) avec M. Pikford, avant de compléter son expérience africaniste en Guinée par la direction d’un projet d’archéologie préventive. Ces travaux ont fait l’objet de nombreuses publications et constituent une expérience remarquable qui légitime l’idée de réaliser une base de données archéozoologique et zoologique pour les mammifères de l’ensemble de l’Afrique. Disponible sous format papier, cet atlas sera particulièrement utile à tous, et notamment aux chercheurs en milieux désertique ou très isolé qui pourront ainsi le consulter sur le terrain même.

2Cet ouvrage de 316 pages, abondamment illustré, s’appuie essentiellement sur des informations publiées antérieurement à 2009. La structure de la base de données – qui regroupe environ 9 000 occurrences de mammifères issues de plus de 850 sites – a été construite à l’aide du logiciel Microsoft ACCESS. L’auteur a utilisé la classification des mammifères de D. E. Wilson et D. M. Reeder (1992) afin d’être en accord avec la plupart des publications consultées. Les dates 14C ont été calibrées de la même façon (Oxcal 4.1) pour pouvoir être directement comparables, mais les mesures en âge 14C BP sont néanmoins fournies laissant ainsi la possibilité d’une mise à jour lors de nouvelles calibrations et que chacun puisse comparer ces âges à ses propres résultats. Les abondantes cartes s’appuient sur le logiciel DIVA-GIS. Elles retracent l’histoire de la répartition des espèces au cours de la fin du Pléistocène et de l’Holocène par tranches de 2000 ans.

3Données géographiques et contextes archéologiques sont présentés sous forme d’un grand tableau s’étendant sur vingt-sept pages. Suivant la liste alphabétique des différents sites africains, un numéro d’ordre est attribué à chaque site, dont le nom, les coordonnées (latitude, longitude), l’appartenance à une culture spécifique, un faciès, une industrie et la chronologie sont indiqués ; s’y ajoute un numéro reportant à la bibliographie finale de l’ouvrage. Un autre tableau, de quarante-six pages, nous informe sur les données chronologiques 14C publiées dans les références bibliographiques des sites retenus. Enfin, sur près de deux cent pages, figurent des cartes de répartition par genre et par espèce de mammifère étudié, chronologiquement répartis en sept groupes, accompagnées de listes de sites par pays pour chaque espèce. Une bibliographie de 357 références clôt l’ouvrage.

4Cet important travail de recensement nous donne une idée de la dynamique des espèces au cours des derniers 18 000 ans sur le continent africain. Il est d’un intérêt évident pour les archéozoologues africanistes et notre premier souhait est qu’il soit poursuivi au fil des découvertes ; il peut aussi être un précieux secours pour tout archéologue qui tente de comprendre les rapports homme-animal-environnement.

Haut de page

Notes

1 Actuellement directrice adjointe scientifique et technique des Pays de la Loire à l’INRAP.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Archaeopress & H. Jousse
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Person et Sylvie Amblard-Pison, « H. Jousse (2017) – Atlas of Mammal distribution through Africa from the LGM (~18Ka) to Modern times. The Zooarchaeological record », Afrique : Archéologie & Arts, 13 | 2017, 122-123.

Référence électronique

Alain Person et Sylvie Amblard-Pison, « H. Jousse (2017) – Atlas of Mammal distribution through Africa from the LGM (~18Ka) to Modern times. The Zooarchaeological record », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 05 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1062

Haut de page

Auteurs

Alain Person

Articles du même auteur dans la revue

Sylvie Amblard-Pison

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals