Navigation – Plan du site

Ounjougou (Pays dogon, Mali) : une séquence à haute résolution pour le Paléolithique moyen d’Afrique sahélienne

Sylvain Soriano, Michel Rasse, Chantal Tribolo et Éric Huysecom
p. 49-66

Résumés

L’Afrique de l’Ouest est actuellement totalement absente des débats portant sur le Middle Stone Age. Si des sites de cette période y sont décrits de longue date, leur contexte stratigraphique est souvent incertain ou inexistant. Tant en Afrique australe qu’en Europe occidentale, les progrès dans la connaissance de ces périodes reposent largement sur la construction d’un cadre chronologique général, de préférence corrélé aux variations paléoclimatiques globales et soutenu par des datations absolues. L’étude du complexe de sites de plein air d’Ounjougou (Pays dogon, Mali) ouvre ainsi une nouvelle perspective sur le MSA d’Afrique de l’Ouest. Près d’une trentaine de niveaux archéologiques de cette période ont en effet été identifiés au sein d’épais dépôts pléistocènes, principalement d’origine éolienne. Le recours systématique aux datations OSL a permis de caler cette puissante séquence sédimentaire et de dater indirectement les nombreuses occupations paléolithiques. Les plus anciennes occupations du MSA sont datées de la fin du Pléistocène moyen, autour de 150.000 ans. Elles deviennent plus nombreuses entre 80.000 ans et 25.000 ans, avec une concentration particulière au cours du stade isotopique 3. Comme habituellement en contexte de plein air, la densité des vestiges au sein de ces niveaux archéologiques est très variable et seule l’industrie lithique est conservée. Au-delà de la fréquence des occupations, l’originalité de cette séquence archéologique repose sur la diversité des industries lithiques, lesquelles se succèdent sans logique apparente. Débitages Levallois, discoïde, unipolaire, laminaire ou encore bipolaire sur enclume alternent ainsi tout au long de la séquence et on observe à plusieurs reprises des industries caractérisées par des pièces bifaciales foliacées. Si, pour leur majorité, les industries lithiques s’intègrent aisément dans le paysage du MSA ouest-africain, c’est surtout la diversité des traditions techniques et leur alternance rapide qui soulèvent des interrogations. Un tel rythme de changement trouve-t-il des équivalents régionaux ? A-t-il une signification particulière en termes de dynamique de peuplement pour l’Afrique de l’Ouest subsaharienne ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude du Paléolithique moyen / Middle Stone Age sur le continent africain a longtemps manqué et manque encore d’un cadre chronostratigraphique fiable. Même pour certaines des manifestations emblématiques de cette période, comme l’Atérien en Afrique du Nord, cela ne fait guère plus d’une dizaine d’années qu’ont été publiées des datations auxquelles on puisse accorder un certain crédit (Cremaschi et al. 1998 ; Martini et al. 1998 ; Garcea 2001 ; Wrinn & Rink 2003 ; Mercier et al. 2007 ; Roset & Harbi-Riahi 2007 ; Barton et al. 2009). Jusqu’aux années 1990, la chronologie absolue de l’Atérien reposait presque uniquement sur des datations radiocarbone. Il en est de même en Afrique australe pour le Howiesons Poort, faciès laminaire du MSA, que les datations 14C rajeunissaient considérablement (Tribolo et al. 2005 ; Jacobs et al. 2008). On relèvera d’ailleurs que la découverte d’objets relevant de la sphère symbolique (gravures, éléments de parure en coquillages), insérée dans un débat sur l’émergence d’une certaine modernité comportementale, a été un moteur significatif dans ces efforts de datation (ex. Bouzouggar et al. 2007).

2Les recherches portant sur ces périodes apparaissent très inégalement réparties à l’échelle du continent africain et l’Afrique de l’Ouest est restée à l’écart des débats depuis plusieurs décennies. L’absence totale de référence à cette région dans les réflexions actuelles sur les conditions d’émergence anthropologique et culturelle de l’Homme moderne et plus largement dans les synthèses sur le Paléolithique moyen / Middle Stone Age, en témoigne (McBrearty & Brooks 2000). Après un regain d’activité dans les années 1980 (Allsworth-Jones 1980 ; Descamps 1981 ; Chenorkian & Paradis 1982 ; Allsworth-Jones 1985, 1986, 1987 ; Marliac 1987, 1991 ; Digara 1988 ; Raimbault 1991 ; Tillet 1997), on peut désormais constater la rareté des recherches de terrain concernant le Paléolithique en Afrique de l’Ouest (Yiodé Guédé 1995 ; Hawkins et al. 1996 ; Ide 2000). L’absence de faunes et d’hominidés fossiles dans les formations pléistocènes de cette partie de l’Afrique n’est probablement pas étrangère à cette situation. S’ajoutent à cela les conditions de préservation des sites pléistocènes dans ces régions qui sont souvent défavorables, en particulier par l’absence de longues stratigraphies alors que les problématiques de recherche pour le Pléistocène sont de plus en plus fortement diachroniques.

Contexte des découvertes et objectif des recherches

3Dans ce contexte, la découverte en Pays dogon (Mali), sur le plateau de Bandiagara, de niveaux archéologiques paléolithiques stratifiés dans des dépôts sédimentaires fins pouvant dépasser dix mètres de puissance, offrait une bonne opportunité de construire une séquence de référence pour le Paléolithique d’Afrique de l’Ouest subsaharienne (Huysecom et al. 1999). Les anfractuosités et cryptoreliefs de ce plateau gréseux ordovicien ont en effet localement piégé d’épaisses formations pléistocènes éoliennes, colluviales et alluviales.

4La découverte des premiers vestiges archéologiques, néolithiques en l’occurrence, est à porter au crédit d’un géologue de l’Université de Genève, Marcel Burri, en 1988. Originellement lieu-dit de la découverte à une quinzaine de kilomètres à l’est de Bandiagara, Ounjougou désigne désormais un vaste complexe de sites archéologiques qui s’étend sur près d’une dizaine de km² (fig. 1).

Figure 1 – Localisation et présentation géomorphologique du complexe de sites d’Ounjougou, Pays dogon, Mali (d’après Rasse et al. 2004)

Figure 1 – Localisation et présentation géomorphologique du complexe de sites d’Ounjougou, Pays dogon, Mali (d’après Rasse et al. 2004)

1 : Grès et corniches gréseuses ; 2 – Glacis d’érosion/d’accumulation supérieur ; 3 – Secteurs érodés sans distinction chronologique possible ; 4 – Terrasse holocène (8e millénaire) ; 5 – Glacis d’érosion/d’accumulation inférieur ; 6 – Matériel sableux ou limoneux des fonds de vallées ; 7 – Écoulements pérenne/temporaire et lacs permanents ; 8 – Probables contacts stratigraphiques à rebord topographique plus ou moins estompé ; 9 – Rebords de terrasses ou de glacis de moins de 2m/de plus de 2m ; 10 – Piste actuelle et vestiges de la piste coloniale ; 11 – Altitudes en m. ; 12 – Localisation des sites archéologiques ; 13 – Perte du Boumbangou dans les grès ; 14 – Paléocours du Yamé

© S. Soriano

5À Ounjougou, c’est à la faveur d’une modification hydrographique brutale du cours du Yamé, intervenue au milieu des années 1930, que l’ampleur et le potentiel archéologique de ces dépôts ont été révélés. Délaissant un tracé acquis à la fin de la période d’alluvionnement protohistorique (datée ici de l’intervalle viie-xiiie siècle après J.-C. ; Rasse et al. 2006), ce cours d’eau s’est encaissé en une cinquantaine d’années dans ses propres dépôts antérieurs en développant, par érosion régressive, d’intenses ravinements qui nous ont donné accès à de longues séquences stratigraphiques. Si l’existence de ravinements le long de la piste Bandiagara-Sanga a jadis été signalée par S. Daveau (1959), leur potentiel archéologique n’avait toutefois pas été décelé.

6Après deux missions d’évaluation menées en 1993-1994 et 1996 par l’équipe MAESAO (Mission archéologique et ethnoarchéologique suisse en Afrique de l’Ouest) du département d’anthropologie et d’écologie de l’université de Genève, un projet de recherche international intitulé « Paléoenvironnement et peuplement humain en Afrique de l’Ouest » est lancé en 1997 à l’initiative de É. Huysecom. Ce projet fédère encore aujourd’hui plusieurs équipes autour de l’étude du peuplement du Pays dogon depuis les origines jusqu’à nos jours (Huysecom 2002 ; Huysecom et al. 2004 ; Ozainne et al. 2009). Près d’une centaine de sites ou d’occurrences archéologiques ont été découverts, depuis le Paléolithique jusqu’aux périodes historiques. C’est dans ce cadre scientifique qu’ont été menées nos recherches sur les occupations paléolithiques de 1999 à 2006 (Robert et al. 1999, 2003).

7Les conditions géologiques et archéologiques apparaissent assez proches de celles connues pour le Paléolithique moyen dans les plaines loessiques du nord de la France : dépôts silteux d’origine éolienne, remobilisés ou non lors des saisons des pluies, très étendus et régulièrement entrecoupés de niveaux archéologiques paléolithiques où la densité des vestiges apparaît faible (Tuffreau 2001). Ces conditions étaient favorables à une approche chronostratigraphique et chronoculturelle. Pour cela nous avons systématiquement associé sur le terrain l’étude des vestiges matériels, celle de leur contexte géomorphologique et la datation des dépôts sédimentaires par la méthode OSL (Rasse et al. 2004). Nous avons privilégié la dimension diachronique en cherchant à multiplier la découverte de vestiges dans des positions stratigraphiques distinctes au détriment de la fouille extensive des niveaux archéologiques repérés. En effet, dans la plupart des cas, les sites étaient déjà largement tronqués par l’érosion, ancienne ou contemporaine, et les vestiges se limitaient aux industries lithiques puisque la faune n’était pas conservée, comme habituellement en Afrique de l’Ouest. Ceci rendait illusoire toute possibilité de restituer le fonctionnement de ces sites et l’étude des comportements socio-économiques des groupes paléolithiques à Ounjougou.

8L’objectif de cet article est ainsi de dresser un bilan synthétique des connaissances sur l’occupation pléistocène du Pays dogon telle qu’elle apparaît au travers de nos recherches dans le secteur d’Ounjougou, sur le plateau de Bandiagara.

D’épais dépôts pléistocènes

9Les sédiments pléistocènes accumulés sur le plateau ont une double origine. Les plus grossiers, sables et graviers, proviennent de la désagrégation du substrat gréseux. La composante la plus fine (limons), nettement dominante, est d’origine allochtone et de dynamique éolienne, même si l’essentiel du stock a été remobilisé à maintes reprises par des processus colluviaux et alluviaux. Les caractéristiques principales des formations et l’analyse des contacts sédimentaires permettent de reconstituer, dans ses grandes lignes, la stratigraphie (fig. 2). La nature et la géométrie des dépôts résultent de deux processus (Rasse et al. 2004). Les apports éoliens limoneux successifs sur le plateau ont été redistribués de façon répétitive par colluvionnement, générant un système de glacis emboités aux profils très tendus. En fond de vallée, cette fraction fine a été éliminée vers l’aval, laissant place à des chenaux progressivement comblés de matériaux grossiers. L’emboitement des formations résulte de la succession de phases d’accumulation et de phases d’incision verticale, manifestement liées aux variations hydrologiques que la rivière Yamé a connues pendant le Pléistocène.

Figure 2 – Coupes synthétiques illustrant la géométrie des différentes unités sédimentaires individualisées pour le Pléistocène

Figure 2 – Coupes synthétiques illustrant la géométrie des différentes unités sédimentaires individualisées pour le Pléistocène

Est aussi indiqué l’emplacement des principales coupes échantillonnées pour les datations OSL.
A : coupe schématique est-ouest du secteur d’Oumounaama
B : coupe schématique est-ouest des secteurs du Ménié-Ménié et de Kokolo-Orosobo

© S. Soriano

10L’analyse stratigraphique a conduit à individualiser sept unités, nommées de la plus ancienne à la plus récente, U1 à U7, très inégalement représentées. La reconstitution de la séquence chronostratigraphique a été rendue assez difficile par la géométrie des formations. L’absence de niveaux pédosédimentaires repères, oblitérés par l’intense lessivage subi par les dépôts, rendait difficiles les corrélations stratigraphiques à longue distance. Si l’épaisseur cumulée des dépôts de chacune de ces unités dépasse la vingtaine de mètres, l’enregistrement sédimentaire n’est pas pour autant continu et les unités sont séparées par des hiatus sédimentaires, s’exprimant dans la plupart des cas par des discordances. Ainsi, les unités U2 et U3 sont séparées par un hiatus sédimentaire important, marqué d’abord par le développement d’une pédogenèse puis par une érosion significative. Par ailleurs, notre connaissance tant sédimentaire qu’archéologique des unités est inégale car les plus anciennes (U1 et U2) n’affleurent qu’à la faveur des ravins les plus profonds. En dépit de cela, la séquence d’Ounjougou affiche une haute résolution (essentiellement U3 à U6).

Une séquence à haute résolution

11Le recours systématique aux datations OSL (plus de 50) en association étroite avec l’analyse stratigraphique des formations nous a permis de démontrer que la séquence se développe sur un temps court – de la fin du SI 5 au milieu du SI 2 principalement – mais avec des enregistrements sédimentaires et archéologiques particulièrement dilatés pour le SI 3 ; les périodes antérieures étant représentées de façon très lacunaire. Les unités U3 à U5, entièrement constituées pendant le SI 3 se caractérisent ainsi par de fortes accumulations sédimentaires séparées par des hiatus mineurs. Après 30 000 ans, avec les unités U6 et U7, la sédimentation apparaît plus discontinue et surtout moins développée.

12Pour l’ensemble de la séquence qui se rapporte au Pléistocène supérieur nous avons observé 25 occurrences archéologiques stratigraphiquement distinctes entre 100 000 et 22 000 ans, soit une moyenne d’une occurrence pour 3 Ka (fig. 3). Si on restreint cette analyse à la phase pour laquelle l’enregistrement est le plus détaillé et continu, au sein du SI 3, entre 50 000 et 30 000 ans, on atteint une occurrence pour 1,3 Ka. Certes ces occurrences sont d’inégale valeur puisque se succèdent des niveaux uniquement marqués par quelques pièces isolées et d’autres beaucoup plus denses mais chacun indique la présence de groupes humains dans la région. Un tel niveau de résolution archéostratigraphique pour le Paléolithique moyen est inédit pour l’Afrique de l’Ouest et globalement très élevé. Il soutient même la comparaison avec les séquences de plein air du Weichsélien du nord de la France (Antoine et al. 2003) ou même d’abris sous roche et de grottes du Périgord (Mellars 1989 ; Guibert et al. 2008), si l’on considère qu’ici l’enregistrement provient seulement d’une dizaine de km².

Figure 3 – Ounjougou (Pays dogon, Mali). Séquence archéologique synthétique pour le Pléistocène supérieur

Figure 3 – Ounjougou (Pays dogon, Mali). Séquence archéologique synthétique pour le Pléistocène supérieur

Seuls les principaux niveaux archéologiques sont représentés. Les niveaux archéologiques plus anciens n’ont pas été représentés. Les principales caractéristiques techniques des industries lithiques ont été indiquées pour chacun des ensembles

© S. Soriano

13Nos travaux suggèrent par ailleurs que pour la partie de la séquence rapportée au SI 3 une corrélation est possible entre les évènements pédosédimentaires identifiés à Ounjougou et les enregistrements paléoclimatiques globaux (Lespez et al. 2008). Il semble ainsi que les ruptures sédimentaires observées dans la séquence d’Ounjougou – respectivement entre U3/U4 et U4/U5 – soient en phase avec les évènements climatiques abrupts de type Heinrich du SI 3 (H5 et H4). Insoupçonnée à l’origine, une telle résolution pour les dépôts continentaux d’Ounjougou au cours du SI 3 ouvre des perspectives intéressantes pour discuter de la dynamique du peuplement régional pour le Paléolithique moyen eu égard aux évolutions climatiques globales et à leur expression régionale.

Des ressources minérales abondantes mais monotones

14Bien que les ressources en matières premières lithiques aptes à la taille soient très abondantes sur le plateau de Bandiagara, elles sont assez peu diversifiées. Toutes proviennent des entablements de grès fluvio-deltaïque précambrien, à passées gréso-conglomératiques, qui constituent le plateau. Localement, la granulométrie bien plus fine du matériel, alliée à une diagenèse plus poussée, a engendré des bancs de grès plus compacts et mieux cimentés dont la structure est parfois quartzitique. C’est un des matériaux qui a été taillé par les paléolithiques. Les autres matériaux utilisés viennent des passées gréso-conglomératiques. Il s’agit majoritairement de galets de quartz mais aussi de galets de quartzite (moins de 5%) et, de façon anecdotique, de galets d’autres matériaux (silex, jaspe et autres roches siliceuses cryptocristallines). On a donc dans les ressources en matières taillables une opposition entre quartz et grès en termes de distribution spatiale, de disponibilité et de module. Les galets de quartz, abondants, sont omniprésents dans le paysage, aussi bien dans les dépôts fluviatiles que dans les altérites du substrat gréseux. Leur qualité est variable, de très bonne à médiocre, en fonction de la texture du matériau, qui oscille entre microcristalline et grossièrement grenue. Le grès quartzitique apparaît à l’opposé en gîtes ponctuels dispersés sur le territoire et se présente sous la forme de bancs épais. Il permet donc la fabrication de pièces massives à partir de fragments ou de gros éclats. Sa qualité est parfois excellente permettant alors le façonnage de pièces bifaciales foliacées. Hormis quelques cas dans les niveaux archéologiques les plus anciens, le grès quartzite a toujours été collecté sur les gîtes primaires. Au contraire, pour les matériaux issus des passées gréso-conglomératiques, on note qu’une fraction parfois importante des galets a été collectée sur des gîtes secondaires, au sein des dépôts fluviatiles de cours d’eau actifs au moment des occupations paléolithiques.

15Sur la base de ces deux types de matières premières, les occupants d’Ounjougou au Paléolithique moyen ont opéré des choix très variés pour fabriquer leur outillage en pierre : usage exclusif des galets de quartz / quartzite ou du grès quartzitique, combinaison des deux types de matières premières, collecte sur des gîtes primaires ou secondaires. En dépit de leur faible qualité et diversité, les matières premières ne paraissent pourtant pas avoir exercé une contrainte déterminante sur les systèmes de production lithique mis en œuvre par les tailleurs (tabl. 1). Certains groupes ont en effet perpétué des choix techniques en faible adéquation avec la nature et la qualité des matières premières : débitage Levallois sur petits galets de quartz à Orosobo 2, débitage laminaire sur grès à Oumounaama atelier. La diversité des systèmes de production représentés en témoigne aussi.

Tableau 1 – Variabilité des choix de matières premières dans quelques industries du Paléolithique moyen d’Ounjougou en fonction de la nature des productions lithiques

Tableau 1 – Variabilité des choix de matières premières dans quelques industries du Paléolithique moyen d’Ounjougou en fonction de la nature des productions lithiques

Les traces du premier peuplement pléistocène

16Les plus anciennes traces d’occupation humaine du plateau de Bandiagara se manifestent à Ounjougou sous la forme d’une industrie lithique caractérisée par des polyèdres, sub-sphéroïdes et sphéroïdes en grès quartzitique, associés à des galets taillés (fig.  4). Ces objets, qui évoquent une phase ancienne du Paléolithique par leurs aspects typologiques et techniques (De Weyer 2008), ont été observés en stratigraphie, scellés dans des placages de sables grossiers cuirassés adhérant au bedrock dans le Ménié-Ménié, dans le Ravin sud et à Dandoli Ouest. Dans la première de ces localités, cet enduit ferrugineux peu épais est surmonté par des graviers sablo-silteux hétérométriques, qui sont très indurés voire cimentés, formant ensemble l’unité sédimentaire U1, la plus ancienne d’Ounjougou. Aucune date OSL n’a été tentée sur ces dépôts grossiers. Une date du Pléistocène moyen final, autour de 150 Ka, obtenue pour des dépôts attribués à U2 dans un sondage du Ménié-Ménié constitue un terminus ante quem pour cette industrie lithique. Un indice chronologique est toutefois fourni par l’état d’altération chimique du bedrock au contact de U1 – une arénisation typique – qui invite à penser que ces dépôts ont subi de longues périodes de lessivage sous des conditions humides et chaudes, d’ailleurs compatibles avec les cuirassements observés. Certains objets taillés en grès extraits de U1 présentent d’ailleurs aussi des stigmates d’altération chimique sous forme de plages blanchies et désilicifiées. Nous ne pouvons évaluer objectivement le laps de temps qui sépare U1 de U2 mais il peut être important puisque partout, en dehors des rares secteurs où les dépôts de U1 sont préservés, le bedrock a été totalement nettoyé de ses altérites. L’étude technique des polyèdres (De Weyer 2008) a par ailleurs montré que ces objets étaient très proches de ceux documentés en Afrique de l’Est (Texier & Roche 1995) comme au Maghreb (Sahnouni 1985). Sur ces bases, un âge d’au moins 500 Ka est tout à fait envisageable pour cette industrie à polyèdres d’Ounjougou.

Figure 4 – Polyèdre en grès quartzitique recueilli sur le site de la Confluence en position secondaire dans les dépôts de U2

Figure 4 – Polyèdre en grès quartzitique recueilli sur le site de la Confluence en position secondaire dans les dépôts de U2

D’autres ont été observés en position primaire dans l’unité stratigraphique la plus ancienne (U1)

© S. Soriano

  • 1 A. Millogo, communication orale au 11e Congrès Panafricain de Préhistoire, Bamako 2001.

17Pourtant d’une grande visibilité archéologique, l’Acheuléen n’a pas encore été repéré à Ounjougou. Ceci pourrait bien valider l’existence d’un profond hiatus entre les dépôts les plus anciens, contenant l’industrie à polyèdres, et les premiers dépôts avec des industries lithiques rapportées au Paléolithique moyen. À l’échelle régionale, l’Acheuléen est pourtant présent sur un vaste secteur épousant au nord le cours du fleuve Niger sans toutefois y être contigu. Cette écharpe se développe depuis l’Est sénégalais (Descamps 1979 ; Camara & Duboscq 1990), enserre la zone saharienne avec le sud de la Mauritanie (Vernet 1983), le nord du Mali (Diop 1972 ; Raimbault 1991 ; Gaussen & Gaussen 1995) et du Niger (Tillet 1983 ; Vernet 1996) pour aboutir au Nigeria (Soper 1965). Plus récemment des bifaces ont été signalés au Burkina, dans le secteur de Markoye à au moins 200 km au sud de Gao1. L’Acheuléen, absent d’Ounjougou, a pourtant été identifié anciennement en surface d’un abri sous roche proche de Hombori, au nord-est de notre région d’étude (Armand 1937).

Un plateau sillonné par les hommes au Paléolithique moyen

18Si on exclut l’assemblage lithique à polyèdres, témoin d’une présence humaine ancienne sur le plateau de Bandiagara, toutes les autres industries issues d’un contexte pléistocène à Ounjougou se rapportent chronologiquement au Paléolithique moyen. C’est un nucléus Levallois à enlèvement préférentiel, particulièrement typique (fig. 5), isolé dans une stratigraphie du Ménié-Ménié (S1), qui marque la première manifestation du Paléolithique moyen à Ounjougou. La datation OSL place cet indice au Pléistocène moyen récent (SI 6 ?). L’occupation du plateau durant cette phase ancienne du Paléolithique moyen apparaît fugace puisqu’il s’agit, avec quelques éclats en position secondaire dans une couche de sable grossier d’un sondage du Ménié-Ménié (S2), des seules découvertes formellement attribuables à cette période. Il faut toutefois préciser que les formations de cet âge (base de U2) sont moins bien préservées et n’apparaissent que très localement, à l’amont des ravins les plus profonds. Les fenêtres d’observation sont donc plus étroites que pour le Pléistocène supérieur et notre vision des occupations de cette période est donc très biaisée.

Figure 5 – Nucléus Levallois à enlèvement préférentiel

Figure 5 – Nucléus Levallois à enlèvement préférentiel

C’est le plus ancien témoin du Paléolithique moyen à Ounjougou (Ménié-Ménié S1, base de U2)

© S. Soriano

19Les occupations du Paléolithique moyen deviennent plus nombreuses au Pléistocène supérieur avec une concentration particulière au cours du stade isotopique 3 (fig. 3). Mais c’est aussi à ce dernier moment que le rythme d’accumulation sédimentaire est le plus élevé, donc le plus à même d’individualiser des évènements archéologiques discrets.

Des occupations de plein air

20Pour le Paléolithique moyen d’Ounjougou toutes les occupations connues sont de plein air et les vestiges lithiques de la plupart de ces occupations sont conservés en position primaire ou peu dérivée dans des sédiments limoneux de dynamique colluviale. En dépit de la disparition de tout vestige faunique, la conservation peut être très bonne. Ainsi, la concentration d’industrie lithique fouillée sur le site d’Orosobo 2 (soit 1378 pièces) se composait à 57,7% d’éléments de moins de 10 mm bien qu’aucun tamisage n’ait été réalisé lors de la fouille. Cet exemple montre que dans ces dépôts fins l’enfouissement des vestiges a pu être très doux et ne pas déformer qualitativement les assemblages. La présence de petits amas de taille avec de nombreux raccords et remontages sur le site du Ravin de la Vipère 3 (fig. 6), illustre aussi la bonne conservation des sites. Certains assemblages (Oumounaama Px, Oumounaama Butte) ont toutefois été recueillis en position secondaire dans les dépôts grossiers chenalisés. Les vestiges lithiques, émoussés ou roulés, présentent les traces évidentes de ce transport.

Figure 6 – Remontage des éclats issus du débitage d’un galet de quartz et provenant d’un petit amas de taille du niveau supérieur (C.1) du site du Ravin de la Vipère 3

Figure 6 – Remontage des éclats issus du débitage d’un galet de quartz et provenant d’un petit amas de taille du niveau supérieur (C.1) du site du Ravin de la Vipère 3

© S. Soriano

21Les sites dont les vestiges sont en position primaire présentent aussi de fortes variations quant à la densité des vestiges, de plusieurs centaines à moins d’une pièce par m². Ces variations s’accordent avec ce qui est habituellement observé sur les complexes de sites de plein air pour ces périodes en Europe (Tuffreau 2001). Comme là, certains des niveaux archéologiques d’Ounjougou, très pauvres, relatent davantage un « bruit de fond » archéologique (background scatter) que de véritables sites correspondant à des occupations délimitées dans le temps et dans l’espace (patches) (Roebroeks et al. 1992 ; Conard et al. 1998).

22Dans la majorité des sites dont les vestiges sont en position primaire, l’assemblage lithique se compose de toutes les étapes des chaînes opératoires de taille. Les exceptions à cette règle montrent que nous sommes face à des sites dont la fonction et le fonctionnement peuvent différer. Ainsi, sur le site d’Oumounaama atelier « amas » 1996, les remontages ont confirmé que les sous-produits du débitage laminaire (éclats de préparation, nucléus épuisés, fragments de lames) avaient été abandonnés sur place tandis que certains des produits recherchés étaient exportés pour une utilisation distante (fig. 7). La couche inférieure (C.2) du site du Ravin de la Vipère fournit un autre exemple. Les très rares remontages effectués au sein d’un amas regroupant plus de 350 pièces taillées en grès quartzitique sont presque tous des raccords d’éclats fracturés et aucune séquence de débitage de plus de deux éclats n’a été remontée. Ceci suggère que cette structure n’est pas un amas de taille en place mais un amas de rejet d’éclats dépareillés provenant du débitage de plusieurs nucléus.

Figure 7 – Site d’Oumounaama atelier. Remontage d’une lame (n° 90) et de plusieurs éclats de préparation de plan de frappe sur un nucléus laminaire en grès

Figure 7 – Site d’Oumounaama atelier. Remontage d’une lame (n° 90) et de plusieurs éclats de préparation de plan de frappe sur un nucléus laminaire en grès

Les autres lames, manquantes, ont probablement été emportées pour une utilisation à distance

© S. Soriano

23Enfin, dans presque tous les cas, l’outillage retouché est rare ou même totalement absent à Ounjougou ce qui est aussi une caractéristique récurrente des sites de plein air du Paléolithique moyen européen (Tuffreau 2001). Ce caractère apparaît exacerbé par la nature des matières premières (quartz et grès) qui sont peu favorables à la retouche (Mourre 1996).

Une forte diversité des traditions techniques

24La diversité des industries lithiques du Paléolithique moyen est très importante dans cette séquence d’Ounjougou (fig. 3) alors qu’elle se développe sur un temps relativement court et que les matières premières utilisées (quartz, grès quartzitique) sont contraignantes par leur qualité. La majorité des industries lithiques s’intègrent sans difficulté dans le Paléolithique moyen et la plupart des schémas de débitage reconnus habituellement sont représentés : Levallois, discoïde, unidirectionnel, laminaire (fig. 7 et 8). De même, les pièces bifaciales foliacées (fig. 9, n°1-5), que l’on retrouve à plusieurs moments dans la séquence (fig. 3), sont une composante fréquente des industries du Paléolithique moyen / Middle Stone Age africain (Clark 1988 ; McBrearty & Brooks 2000). En dehors de ces pointes bifaciales et des matières premières mises en œuvre ici, la plupart des industries d’Ounjougou sont assez proches du Paléolithique moyen d’Europe de l’Ouest (Bordes 1992 ; Otte 1996 ; Jaubert 1999). L’industrie de Kokolo 2, fabriquée sur des galets de quartz ou quartzite, présente toutefois des caractères typologiques et techniques qui la rapprochent du Paléolithique archaïque (fig. 8, n°10-13) (Soriano 2003) alors qu’elle est indiscutablement datée du Pléistocène supérieur. D’autres industries apparaissent aussi originales comme celle de Dandoli 1/3 avec un débitage exclusif par percussion bipolaire sur enclume (fig. 8, n°3-5) (Soriano et al. sous presse). Des outils façonnés massifs qu’on peut décrire comme des rabots (fig. 9, n°6) sont connus à Ounjougou (Dandoli 2) dans une position stratigraphique similaire à ce débitage sur enclume mais n’ont jamais été observés en association directe autrement qu’en surface. C’est la fouille récente d’un petit abri sous roche dans notre seconde zone d’étude (70 km au sud d’Ounjougou, le long de la falaise méridionale du plateau) qui a confirmé que rabots et débitage sur enclume pouvaient bien appartenir à la même industrie (Huysecom et al. sous presse ; Tribolo et al. 2010). Des pièces bifaciales foliacées ont été collectées à différents niveaux stratigraphiques (fig. 3). Dans plusieurs cas, ces pièces bifaciales ont été collectées en position secondaire dans des graviers fluviatiles (Oumounaama Px, Oumounaama butte ; fig. 9, n°3-5) et aucun schéma de débitage ne leur apparaît associé. Le niveau de Kokolo 3 est dans des sédiments colluviaux mais l’assemblage lithique est trop restreint pour déterminer de quel schéma de débitage proviennent les éclats associés aux pointes bifaciales (fig. 3). Seul le site du Ravin du Kondo, dont l’industrie est en cours d’étude, devrait permettre d’éclairer la nature des industries à pointes bifaciales foliacées d’Ounjougou.

Figure 8 – Nucléus et produits débités, Paléolithique moyen d’Ounjougou

Figure 8 – Nucléus et produits débités, Paléolithique moyen d’Ounjougou

(1, 2, 6) éclats provenant d’un débitage discoïde sur grès, Ravin de la Vipère niveau inférieur (U3 ?) ; (3-5) produits issus d’un débitage bipolaire sur enclume, quartz, Dandoli 1/3 (U5) ; (7, 8) Nucléus Levallois, quartz, Orosobo 2 (U5) ; (10, 11 et 12) nucléus de type « chopper » et (9, 13) nucléus centripète, quartz, Kokolo 2 (U2)

© S. Soriano

Figure 9 – Outils façonnés, Paléolithique moyen d’Ounjougou

Figure 9 – Outils façonnés, Paléolithique moyen d’Ounjougou

(1, 2) Pointes bifaciales foliacées, grès, Kokolo 3 (U5) ; (3) Fragment de pièce bifaciale, quartz, Ravin des Draperies (U6, même couche que Oumounaama Butte) ; (4, 5) Fragments de pièces bifaciales foliacées, grès, Oumounaama Px (U5) ; (6) Rabot, grès, Kokolo 1 (U5, même niveau que Dandoli 2)

© S. Soriano

25L’absence de récurrence technologique dans la succession chronologique des industries lithiques d’Ounjougou interroge tout autant que leur diversité. On ne trouve quasiment jamais deux occupations successives qui présentent exactement la même industrie lithique. Même au Ravin de la Vipère, où les deux niveaux archéologiques successifs se caractérisent par un débitage discoïde, des différences existent. En effet, le débitage discoïde a été réalisé sur quartz pour le niveau supérieur et sur grès quartzitique pour le niveau inférieur. Par ailleurs, dans ce niveau inférieur, le quartz est aussi employé mais pour un autre type de débitage dont la nature reste à préciser (fig. 3).

Ounjougou et le peuplement de l’Afrique de l’Ouest sahélienne au Pléistocène supérieur

26La diversité des industries lithiques rencontrées en stratigraphie à Ounjougou et leur succession sans logique évidente soulèvent des interrogations sur la dynamique des peuplements en Afrique de l’Ouest sahélienne au Pléistocène supérieur. Plus encore que la diversité, c’est le rythme des changements qui est très élevé puisque, rappelons-le, la plus grande partie des occupations connues se déroule au cours du SI 3, sur 30 millénaires. Un tel rythme de changement dans les traditions techniques, plus élevé même, a été observé au Proche-Orient pour le Paléolithique moyen du site de plein air d’Umm el Tlel (Syrie centrale) dans un environnement caractérisé par sa composante steppique aride (Boëda & Muhesen 1993 ; Boëda et al. 1998). La succession observée à Ounjougou permet d’écarter l’idée d’une évolution locale graduelle des traditions techniques pour cette période. Elle suggère plutôt que se sont succédé régulièrement dans la région des groupes humains aux traditions techniques différentes.

27Cette situation s’oppose nettement à celle observée plus au Nord, au-delà de 19° de latitude nord, entre 80 000 et 30 000 ans où l’Atérien est la seule entité technoculturelle identifiée (Tillet 1997 ; Cremaschi et al. 1998 ; Martini et al. 1998 ; Wrinn & Rink 2003 ; Garcea 2004 ; Mercier et al. 2007 ; Roset & Harbi-Riahi 2007). Même si l’Atérien n’est pas aussi monolithique qu’il n’y paraît, avec probablement des faciès géographiques et/ou chronologiques, toutes les industries qui s’y rapportent ont en commun un ensemble de pratiques techniques (pièces pédonculées, débitage Levallois…). Cette opposition entre la séquence d’Ounjougou, où chaque occupation diffère de la précédente par ses traditions techniques, et l’Atérien, où les mêmes pratiques techniques se perpétuent sur un temps long, suggère qu’une frontière sépare ces deux mondes ; frontière d’ailleurs soulignée par la limite méridionale très abrupte de la distribution de l’Atérien (Tillet 1995).

28Le renouvellement systématique et rapide du peuplement sahélien dont témoigne Ounjougou, au moins pendant le SI 3, intrigue. Quel en est le moteur alors que plus au nord, avec l’Atérien, prévaut la continuité ? Cette question reste actuellement ouverte.

Au-delà d’Ounjougou

29L’Afrique de l’Ouest n’est pas dépourvue de sites attribués au Paléolithique moyen ou au Middle Stone Age (Clark 1967 ; Davies 1967 ; Allsworth-Jones 1987) mais leur chronologie est inexistante ou insuffisante. Avant le développement des méthodes TL, OSL, ESR et U/Th, seul le radiocarbone était utilisé et la validité des datations obtenues, pour des occupations qui pouvaient allègrement dépasser les limites de cette méthode, était toute relative. Parmi les rares sites où des datations 14C ont été réalisées, mentionnons Mayo Louti (Cameroun). Deux dates sur charbon de bois provenant d’un sable sus-jacent à la couche archéologique, fixent un terminus ante quem autour de 15 000 BP pour cette industrie décrite comme MSA (Marliac 1973 ; Marliac & Gavaud 1975). La situation est comparable à Bilma (Niger), la date 14C (sur calcaire lacustre) autour de 33000 BP a valeur de terminus ante quem pour l’industrie du Paléolithique moyen à débitage Levallois (Maley et al. 1971). Seul le site de Birimi (Ghana) présente en stratigraphie une industrie attribuée au MSA et récemment datée autour de 40 000 ans par OSL (Hawkins et al. 1996 ; Casey et al. 1997 ; Quickert et al. 2003). Certains complexes de sites, pourtant riches, comme ceux de la vallée de la Mékrou au sud-ouest du Niger, sont très délicats à exploiter en l’absence de cadre chronostratigraphique (Vernet 1994 ; Ide 2000). Cette faiblesse chronologique limite considérablement l’intérêt de toute tentative de comparaison des industries lithiques du Paléolithique moyen d’Ounjougou avec celles déjà connues.

30Notons tout de même qu’en Afrique de l’Ouest, ce sont les industries du Paléolithique moyen / MSA à débitage Levallois qui sont les plus fréquemment répertoriées. Elles sont connues, par exemple, au Nigeria, dans la région de Nok, à Mai Lumba, Tibchi et Zenabi (Allsworth-Jones 1980, 1985, 1986, 1987), au Cameroun dans les formations dites « douroumiennes » à Mayo Louti (Marliac 1973, 1987, 1991) ou encore à Birimi au Ghana où le débitage Levallois est associé à des nucléus de morphologie discoïde et à des pointes bifaciales (Hawkins et al. 1996). À Ounjougou, au contraire, le Levallois est loin d’être le schéma de production le plus représenté parmi les industries du Paléolithique moyen.

En guise de bilan

31Sur de nombreux plans, la séquence d’Ounjougou apparaît désormais comme une référence pour le Paléolithique moyen de l’Afrique de l’Ouest subsaharienne. Son extension stratigraphique et surtout sa résolution chronologique n’ont pas d’équivalent, au moins en Afrique de l’Ouest. La séquence d’Ounjougou démontre d’abord que lorsque les conditions géomorphologiques ont permis la conservation de dépôts du Pléistocène supérieur (et accessoirement du Pléistocène moyen récent), des occupations paléolithiques y sont préservées. Les recherches que nous avons menées entre 2005 et 2009 dans un second secteur, le long de la falaise méridionale du plateau, dans un contexte sédimentaire différent d’Ounjougou, l’ont confirmé. Les résultats de nos recherches à Ounjougou montrent par ailleurs que les séquences continentales de ces régions ont pu enregistrer les variations fines des hydrosystèmes régionaux en réponse à des phénomènes climatiques globaux abrupts tels que les évènements de Heinrich (Lespez et al. 2008).

32Ounjougou témoigne aussi que l’Afrique de l’Ouest subsaharienne, ou du moins certaines de ses régions, a connu au cours du Pléistocène supérieur une occupation paléolithique tout aussi dense que dans d’autres parties du continent. La diversité des traditions techniques représentées par les industries lithiques à Ounjougou et surtout le rythme rapide des changements suggèrent que la zone sahélienne a connu des renouvellements réguliers des peuplements dont les moteurs restent à déterminer. L’opposition est frappante avec l’Afrique du Nord et la zone saharienne où l’Atérien est omniprésent entre 80 000 et 30 000 ans.

La mission archéologique française d’Ounjougou, placée sous la direction de S. Soriano, est soutenue financièrement depuis 2003 par le ministère des Affaires étrangères. Elle s’insère dans un programme de recherche international intitulé « Paléoenvironnement et peuplement humain en Afrique de l’Ouest » coordonné par É. Huysecom et financé par la Fondation Suisse-Liechtenstein pour les recherches archéologiques à l’étranger (FSLA), le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNRS) et l’État de Genève. Ce programme a par ailleurs bénéficié en 2004 du programme d’action intégrée (PAI) franco-suisse « Germaine de Staël ». Le programme de datation OSL a été réalisé par C. Tribolo grâce au support d’une bourse européenne Marie Curie (MEIF-CT-2003-501195). Il s’insérait par ailleurs au sein du programme « The Environmental Factors in the Chronology of Human Evolution & Dispersal » (EFCHED) du Natural Environment Research Council (NERC ; Royaume-Uni). Les recherches sur le Paléolithique d’Ounjougou ont aussi bénéficié d’un financement lié au programme CNRS ATIP « jeune chercheur » piloté par S. Soriano en 2006/2007. Nous saluons vivement nos partenaires maliens pour leur collaboration : K. Sanogo (Institut des Sciences humaines), D. Konaté et D. Keita (Université de Bamako, Faculté des Langues, Arts et Sciences humaines), L. Cissé (Mission culturelle de Bandiagara) ainsi que les villageois de Dimbal, Gologou, Kokolo, Dandoli, Songona et Yawa qui ont participé aux travaux de terrain.

Haut de page

Bibliographie

Allsworth-Jones P. (1980) – The Middle Stone Age industry from Zenabi, northern Nigeria. Proceedings of the 8th Panafrican congress of Prehistory and quaternary studies, p.  244-247.

Allsworth-Jones P. (1985) – The Middle Stone Age North of the Jos Plateau. A preliminary report. West African Journal of Archaeology, vol. 11, p. 1-24.

Allsworth-Jones P. (1986) – Middle Stone Age and middle Palaeolithic: the evidence from Nigeria and Cameroun. Stone Age prehistory, sous la direction de G.N. Bailey & P. Callow, Cambridge University Press, Cambridge, p. 153-168.

Allsworth-Jones P. (1987) – The earliest settlement in West Africa and the Sahara. West African Journal of Archaeology, vol. 17, p. 87-129.

Antoine P., Auguste P., Bahain J.-J., Coudret P., Depaepe P., Fagnart J.-P., Falguères C., Fontugne M., Frechen M., Hatté C., Lamotte A., Laurent M., Limondin-Lozouet N., Locht J.-L., Mercier N., Moigne A.-M., Munaut A.-V., Ponel P. & Rousseau D.-D. (2003) – Paléoenvironnements pléistocènes et peuplements paléolithiques dans le bassin de la Somme (nord de la France). Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 100, n° 1, p. 5-28.

Armand C. (1937) – Étude d’un outillage lithique provenant du Soudan. Bulletin de la Société préhistorique française, t. XXXIV, n° 11, p. 506-510.

Barton R.N.E., Bouzouggar A., Collcutt S.N., Schwenninger J.-L. & Clark-Balzan L. (2009) – OSL dating of the Aterian levels at Dar es-Soltan I (Rabat, Morocco) and implications for the dispersal of modern Homo sapiens. Quaternary Science Reviews, vol. 28, issue 19-20, p. 1914-1931.

Boëda E., Bourguignon L. & Griggo C. (1998) – Activités de subsistance au Paléolithique moyen : couche VI3b’ du gisement d’Umm el Tlel (Syrie). Économie préhistorique : les comportements de subsistance au Paléolithique, sous la direction de J.-P. Brugal, L. Meignen & M. Patou-Mathis, Éd. APDCA, Sophia-Antipolis, p. 243-258.

Boëda E. & Muhesen S. (1993) – Umm el Tlel (El Kowm, Syrie) : étude préliminaire des industries lithiques du Paléolithique moyen et supérieur 1991-1992. Cahiers de l’Euphrate, 7, p. 47-91.

Bordes F. (1992) – Leçons sur le Paléolithique, tome II. Éd. Presses du CNRS, Paris.

Bouzouggar A., Barton N., Vanhaeren M., d’Errico F., Collcutt S., Higham T., Edward H., Parfitt S., Rhodes E., Schwenninger J.-L., Stringer C., Turner E., Ward S., Moutmir A. & Stambouli A. (2007) – 82,000-year-old shell beads from North Africa and implications for the origins of modern human behavior. PNAS, vol. 104, issue 24, p. 9964-9969.

Camara A. & Duboscq B. (1990) – La fouille d’un site acheuléen à Djita (basse vallée de la Falémé, Sénégal). L’Anthropologie, t. 94, n° 2, p. 293-304.

Casey J., Sawatzky R., Godfrey-Smith D.I., Quickert N., D’Andrea A.C., Wollstonecroft M. & Hawkins A. (1997) – Report of investigations at the Birimi Site in Northern Ghana. Nyame Akuma, n° 48, p. 32-38.

Chenorkian R. & Paradis G. (1982) – Une industrie paléolithique découverte dans la « Terre de Barre » d’une terrasse proche d’Anyama (région d’Abidjan). Nyame Akuma, n° 21, p. 18-27.

Clark J.D., ed. (1967) – Atlas of African Prehistory. University of Chicago Press, Chicago.

Clark J.D. (1988) – The Middle Stone Age of East Africa and the beginnings of regional identity. Journal of World Prehistory, vol. 2, n° 3, p. 235-305.

Conard N.J., Prindiville T.J. & Adler D.S. (1998) – Refitting Bones and Stones as a Means of Reconstructing Middle Paleolithic Subsistence in the Rhineland. In : J.-P. Brugal, L. Meignen & M. Patou-Mathis (sous la direction de), Économie préhistorique : les comportements de subsistance au Paléolithique, Éd. APDCA, Sophia Antipolis, p. 273-290.

Cremaschi M., Di Lernia S. & Garcea E.A.A. (1998) – Some insights on the Aterian in the Libyan Sahara : chronology, environnement and archaeology. African Archaeological Review, vol. 15, n° 4, p. 261-286.

Daveau S. (1959) – Recherches morphologiques sur la région de Bandiagara. I.F.A.N., Dakar.

Davies O. (1967) – West Africa before the Europeans : archaeology and prehistory. Methuen, London.

De Weyer L. (2008) – Étude technologique de l’industrie lithique du Ménié-Ménié, Ounjougou, Mali. Mémoire de Master 1, UFR Sciences sociales et administratives, Université Paris X, Nanterre.

Descamps C. (1979) – Contribution à la préhistoire de l’Ouest sénégalais. Travaux et Documents, vol. II, Université de Dakar, Dakar.

Descamps C. (1981) – État des connaissances sur le Paléolithique au Sénégal. Bulletin de liaison de l’ASEQUA, n° 62-63, p. 67-73.

Digara C. (1988) – Le paléolithique au Cameroun septentrional : Prospection et étude technologique d’ensembles lithiques. Thèse de 3ème cycle, Département d’ethnologie et de préhistoire, Université Paris X, Nanterre.

Diop A. (1972) – Lagreich : une station acheuléenne de la vallée du Tilemsi (Mali). Thèse de Sciences, Université de Bordeaux, Bordeaux.

Garcea E.A.A., ed. (2001) – Uan Tabu in the settlement history of the Libyan Sahara. Edizioni All’Insegna del Giglio, Firenze.

Garcea E.A.A. (2004) – Crossing Deserts and Avoiding Seas: Aterian North African-European Relations. Journal of Anthropological Research, vol. 60, n° 1, p. 27-53.

Gaussen J. & Gaussen M. (1995) – Station acheuléenne dans l’Oued Irrarar (Adrar des Iforas – République du Mali). Société des Amis du Musée National de Préhistoire et de la Recherche Archéologique, Les Eyzies-de-Tayac.

Guibert P., Bechtel F., Bourguignon L., Brenet M., Couchoud I., Delagnes A., Delpech F., Detrain L., Duttine M., Folgado M., Jaubert J., Lahaye C., Lenoir M., Maureille B., Texier J.-P., Turq A., Vieillevigne E. & Villeneuve G. (2008) – Une base de données pour la chronologie du Paléolithique moyen dans le Sud-Ouest de la France. In : J. Jaubert, J.-G. Bordes & I. Ortega (sous la direction de), Les sociétés du paléolithique dans un Grand Sud-Ouest de la France : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes, Société préhistorique française, Paris, p. 19-40.

Hawkins A., Casey J., Godfrey-Smith D. & D’Andrea A.C. (1996) – A Middle Stone Age component at the Birimi Site, northern region, Ghana. Nyame Akuma, n° 46, p. 34-36.

Huysecom E. (2002) – Palaeoenvironnement and human population in West Africa : an international research project in Mali. Antiquity, vol. 76, n° 292, p. 335-336.

Huysecom E., Mayor A., Ozainne S., Robion-Brunner C., Ballouche A., Cissé L., Eichhorn B., Garnier A., Le Drezen Y., Lespez L., Loukou S., Rasse M., Sanogo K., Serneels V., Soriano S., Soulignac R., Taibi N. & Tribolo C. (sous presse) – Le Pays dogon et son passé : apports de la douzième année de recherches du programme « Peuplement humain et évolution paléoclimatique en Afrique de l’Ouest ». Jahresbericht 2009, Fondation Suisse-Liechtenstein pour les recherches archéologiques à l’étranger, Zürich et Vaduz.

Huysecom E., Ozainne S., Cissé L., Doutrelepont H., Gallay A., Konaté D., Mayor A., Raeli F., Robert A., Sanogo K., Soriano S., Sow O. & Stokes S. (2004) – Du Paléolithique ancien à nos jours : la séquence archéologique et paléoenvironnementale du gisement d’Ounjougou (Pays Dogon, Mali). In : K. Sanogo & T. Togola (sous la direction de), Actes du XXIe Congrès de l’Association Panafricaine de Préhistoire et disciplines assimilées, ISH, Bamako, p. 289-327.

Huysecom H., Beeckman H., Boëda E., Doutrelepont H., Fedoroff N., Mayor A., Raeli F., Robert A. & Soriano S. (1999) – Paléoenvironnement et peuplement humain en Afrique de l’Ouest. Rapport de la seconde mission de recherche (1998-1999) sur le gisement d’Ounjougou (Mali). Jahresbericht 1998, FSLA, Zurich, Vaduz, p. 153-204.

Ide O.A. (2000) – Préhistoire dans la vallée de la Mekrou (Niger méridional). CRIAA, Nouakchott.

Jacobs Z., Roberts R.G., Galbraith R.F., Deacon H.J., Grün R., Mackay A., Mitchell P., Vogelsang R. & Wadley L. (2008) – Ages for the Middle Stone Age of Southern Africa: Implications for Human Behavior and Dispersal. Science, vol. 332, issue 5902, p. 733-735.

Jaubert J. (1999) – Chasseurs et artisans du Moustérien. Éd. La maison des roches, Paris.

Lespez L., Rasse M., Le Drezen Y., Tribolo C., Huysecom E. & Ballouche A. (2008) – L’évolution hydromorphologique de la vallée du Yamé (pays Dogon, mali) : signal climatique et hydrosystème continental en Afrique de l’Ouest entre 50 et 4 ka cal. BP. Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 3, p. 170-185.

Maley J., Roset J.-P. & Servant M. (1971) – Nouveaux gisements préhistoriques au Niger oriental ; localisation stratigraphique. Bulletin de liaison de l’ASEQUA, n° 31, p. 9-18.

Marliac A. (1973) – Prospection archéologique au Cameroun. Cahiers de l’ORSTOM, série sciences humaines, vol. 10, n° 1, p. 47-114.

Marliac A. (1987) – Introduction au Paléolithique du Cameroun septentrional. L’Anthropologie, t. 91, n° 2, p. 521-558.

Marliac A. (1991) – De la préhistoire à l’histoire au Cameroun septentrional. Éditions ORSTOM, Paris.

Marliac A. & Gavaud M. (1975) – Premiers éléments d’une séquence paléolithique au Cameroun septentrional. Bulletin de liaison de l’ASEQUA, 46, p. 53-66.

Martini M., Sibilia E., Zelaschi C., Troja S.O., Forzese R., Gueli A.-M., Cro A. & Foti F. (1998) – TL and OSL dating of fossil dune sand in the Uan Afuda and Uan Tabu rockshelters, Tadrart Acacus (Libyan Sahara). In : M. Cremaschi & S. Di Lernia (sous la direction de), Wadi Teshuinat – Palaeoenvironment and Prehistory in south-western Fezzan (Libyan Sahara). Survey and excavations in the Tadrart Acacus, Erg Uan Kasa, Messak Settafet and Edeyen of Murzuq, 1990-1995, Ed. All’Insegna del Giglio, Firenze, p. 67-72.

McBrearty S. & Brooks A. (2000) – The revolution that wasn’t : a new interpretation of the origin of modern human behavior. Journal of Human Evolution, vol. 39, issue 5, p. 453-563.

Mellars P. (1989) – Chronologie du Moustérien du sud-ouest de la France : actualisation du débat. L’Anthropologie, t. 93, n° 1, p. 53-72.

Mercier N., Wengler L., Valladas H., Joron J.-L., Froget L. & Reyss J.-L. (2007) – The Rhafas Cave (Morocco): Chronology of the mousterian and aterian archaeological occupations and their implications for quaternary geochronology based on luminescence (TL/OSL) age determinations. Quaternary Geochronology, vol. 2, issue 1-4, p. 309-313.

Mourre V. (1996) – Les industries en quartz au Paléolithique. Terminologie, méthodologie et technologie. Paléo, n° 8, p. 205-224.

Otte M. (1996) – Le Paléolithique inférieur et moyen en Europe. Éd. Armand Colin, Paris.

Ozainne S., Huysecom E., Mayor A., Robion-Brunner C. & Soriano S. (2009) – Une chronologie pour le peuplement et le climat du pays dogon : la séquence culturelle et environnementale du gisement d’Ounjougou (Mali). Antropo, 18, p. 37-46.

Quickert N.A., Godfrey-Smith D.I. & Casey J. (2003) – Optical and thermoluminescence dating of Middle Stone Age and Kintampo bearing sediments at Birimi, a multi-component archaeological site in Ghana. Quaternary Science Reviews, vol. 22, issue 10-13, p. 1291-1297.

Raimbault M. (1991) – Les recherches récentes du C.N.R.S. dans le Sahara malien (1980-1985). Recherches archéologiques au Mali. Prospections et inventaire, fouilles et études analytiques en zone lacustre, sous la direction de M. Raimbault & K. Sanogo, Éd. Karthala et ACCT, Paris, p. 121-140.

Rasse M., Ballouche A., Huysecom E., Tribolo C., Ozainne S., Le Drezen Y., Stokes S. & Neumann K. (2006) – Évolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et dynamiques paléoenvironnementales holocènes à Ounjougou (Plateau dogon, Mali, Afrique de l’Ouest). Quaternaire, vol. 17, n° 1, p. 61-74.

Rasse M., Soriano S., Tribolo C., Stokes S. & Huysecom E. (2004) – La séquence pléistocène supérieur d’Ounjougou (Pays Dogon, Mali, Afrique de l’Ouest) : évolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et changements culturels. Quaternaire, vol. 15, n° 4, p. 329-341.

Robert A., Soriano S., Fedoroff N. & Huysecom E. (1999) – Évolution paléoclimatique et peuplement humain en Afrique de l’Ouest. Le site d’Ounjougou (Mali) au Paléolithique. In : L. Roost Vischer, A. Mayor & D. Henrischen (sous la direction de), Passages et frontières, Le forum suisse des africanistes 2, LIT verlag, Münster, Hamburg, London, p. 203-223.

Robert A., Soriano S., Rasse M., Stokes S. & Huysecom E. (2003) – First chrono-cultural reference framework for the West African Palaeolithic: new data from Ounjougou (Dogon Country, Mali). Journal of African Archaeology, vol. 1, issue 2, p. 151-169.

Roebroeks W., De Loecker D., Hennekens P. & van Leperen M. (1992) – “A veil of stone” : on the interpretation of an Early Middle Palaeolithic density scatter at Maastricht-Belvédère (The Netherlands). Analecta Praehistorica Leidensia, vol. 25, p. 1-16.

Roset J.-P. & Harbi-Riahi M. (2007) – El Akarit. Un site archéologique du paléolithique moyen dans le sud de la Tunisie. ADPF, Editions Recherche sur les Civilisations, Paris.

Sahnouni M. (1985) – L’industrie sur galets du gisement villafranchien supérieur de l’Aïn Hanech (Sétif, Algérie Orientale). Thèse de doctorat, Muséum National d’Histoire naturelle, Paris.

Soper R.C. (1965) – The Stone Age in Northern Nigeria. Journal of the historical Society of Nigeria, vol. 3, n° 2, p. 175-194.

Soriano S. (2003) – Quand archaïque n’est pas ancien ! Étude de cas dans le Paléolithique du Pays dogon (Ounjougou, Mali). Annales de la Fondation Fyssen, n° 18, p. 79-92.

Soriano S., Robert A. & Huysecom E. (sous presse) – Percussion bipolaire sur enclume : choix ou contrainte ? Exemples dans le Paléolithique d’Ounjougou (pays dogon, Mali). In : V. Mourre & M. Jarry (sous la direction de), Entre le marteau et l’enclume…, S.A.M.R.A., Les Eyzies.

Texier P.-J. & Roche H. (1995) – Polyèdre, sphéroïde et bola : des segments plus ou moins longs d’une même chaîne opératoire. Cahier Noir, 7, p. 31-40.

Tillet T. (1983) – Le Paléolithique du bassin tchadien septentrional (Niger-Tchad). Éd. CNRS., Paris.

Tillet T. (1995) – Recherches sur l’Atérien du Sahara méridional (Bassins tchadien et de Taoudenni) : position

chrono-stratigraphique, définition et étude comparative. In : R. Chenorkian (sous la direction de), L’Homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Publications de l’Université de Provence, LAPMO, Aix-en-Provence, p. 29-56.

Tillet T., éd. (1997) – Sahara. Paléomilieux et peuplement préhistorique au Pléistocène supérieur. L’Harmattan, Paris.

Tribolo C., Mercier N., Rasse M., Soriano S. & Huysecom E. (2010) – Kobo 1 and L’Abri-aux-Vaches (Mali, West Africa) : two cases studies for the optical dating of bioturbated sediments. Quaternary Geochronology, vol. 5, issue 2-3, p. 317-323.

Tribolo C., Mercier N. & Valladas H. (2005) – Chronologie des technofaciès Howieson’s Poort et Still Bay (Middle Stone Age, Afrique du Sud): bilan et nouvelles données de la luminescence. Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 102, n° 4, p. 855-866.

Tuffreau A. (2001) – Contextes et modalités des occupations humaines au Paléolithique moyen dans la France septentrionale. In : N. Conard (sous la direction de), Settlement Dynamics of the Middle Paleolithic and Middle Stone Age, Kerns Verlag, Tübingen, p. 293-314.

Vernet R. (1983) – La Préhistoire de la Mauritanie. État de la question. Thèse de Doctorat III° cycle, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, Paris.

Vernet R. (1994) – La préhistoire de la vallée de Mekrou (Niger méridional). Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 91, n° 3, p. 200-208.

Vernet R. (1996) – Le Sud-Ouest du Niger de la Préhistoire au début de l’Histoire. IRSH, Sépia, Niamey, Paris.

Wrinn P.J. & Rink W.J. (2003) – ESR Dating of Tooth Enamel From Aterian Levels at Mugharet el ‘Aliya (Tangier, Morocco). Journal of Archaeological Science, vol. 30, p. 123-133.

Yiodé Guédé F. (1995) – Contribution à l’étude du Paléolithique de la Côte d’Ivoire : état des connaissances. Journal des africanistes, t. 65, n° 2, p. 79-91.

Haut de page

Notes

1 A. Millogo, communication orale au 11e Congrès Panafricain de Préhistoire, Bamako 2001.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-1.png
Fichier image/png, 563k
Titre Figure 1 – Localisation et présentation géomorphologique du complexe de sites d’Ounjougou, Pays dogon, Mali (d’après Rasse et al. 2004)
Légende 1 : Grès et corniches gréseuses ; 2 – Glacis d’érosion/d’accumulation supérieur ; 3 – Secteurs érodés sans distinction chronologique possible ; 4 – Terrasse holocène (8e millénaire) ; 5 – Glacis d’érosion/d’accumulation inférieur ; 6 – Matériel sableux ou limoneux des fonds de vallées ; 7 – Écoulements pérenne/temporaire et lacs permanents ; 8 – Probables contacts stratigraphiques à rebord topographique plus ou moins estompé ; 9 – Rebords de terrasses ou de glacis de moins de 2m/de plus de 2m ; 10 – Piste actuelle et vestiges de la piste coloniale ; 11 – Altitudes en m. ; 12 – Localisation des sites archéologiques ; 13 – Perte du Boumbangou dans les grès ; 14 – Paléocours du Yamé
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 2 – Coupes synthétiques illustrant la géométrie des différentes unités sédimentaires individualisées pour le Pléistocène
Légende Est aussi indiqué l’emplacement des principales coupes échantillonnées pour les datations OSL. A : coupe schématique est-ouest du secteur d’Oumounaama B : coupe schématique est-ouest des secteurs du Ménié-Ménié et de Kokolo-Orosobo
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-3.png
Fichier image/png, 216k
Titre Figure 3 – Ounjougou (Pays dogon, Mali). Séquence archéologique synthétique pour le Pléistocène supérieur
Légende Seuls les principaux niveaux archéologiques sont représentés. Les niveaux archéologiques plus anciens n’ont pas été représentés. Les principales caractéristiques techniques des industries lithiques ont été indiquées pour chacun des ensembles
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-4.png
Fichier image/png, 373k
Titre Tableau 1 – Variabilité des choix de matières premières dans quelques industries du Paléolithique moyen d’Ounjougou en fonction de la nature des productions lithiques
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-5.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 4 – Polyèdre en grès quartzitique recueilli sur le site de la Confluence en position secondaire dans les dépôts de U2
Légende D’autres ont été observés en position primaire dans l’unité stratigraphique la plus ancienne (U1)
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-6.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 5 – Nucléus Levallois à enlèvement préférentiel
Légende C’est le plus ancien témoin du Paléolithique moyen à Ounjougou (Ménié-Ménié S1, base de U2)
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-7.png
Fichier image/png, 200k
Titre Figure 6 – Remontage des éclats issus du débitage d’un galet de quartz et provenant d’un petit amas de taille du niveau supérieur (C.1) du site du Ravin de la Vipère 3
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-8.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 7 – Site d’Oumounaama atelier. Remontage d’une lame (n° 90) et de plusieurs éclats de préparation de plan de frappe sur un nucléus laminaire en grès
Légende Les autres lames, manquantes, ont probablement été emportées pour une utilisation à distance
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-9.png
Fichier image/png, 229k
Titre Figure 8 – Nucléus et produits débités, Paléolithique moyen d’Ounjougou
Légende (1, 2, 6) éclats provenant d’un débitage discoïde sur grès, Ravin de la Vipère niveau inférieur (U3 ?) ; (3-5) produits issus d’un débitage bipolaire sur enclume, quartz, Dandoli 1/3 (U5) ; (7, 8) Nucléus Levallois, quartz, Orosobo 2 (U5) ; (10, 11 et 12) nucléus de type « chopper » et (9, 13) nucléus centripète, quartz, Kokolo 2 (U2)
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-10.png
Fichier image/png, 362k
Titre Figure 9 – Outils façonnés, Paléolithique moyen d’Ounjougou
Légende (1, 2) Pointes bifaciales foliacées, grès, Kokolo 3 (U5) ; (3) Fragment de pièce bifaciale, quartz, Ravin des Draperies (U6, même couche que Oumounaama Butte) ; (4, 5) Fragments de pièces bifaciales foliacées, grès, Oumounaama Px (U5) ; (6) Rabot, grès, Kokolo 1 (U5, même niveau que Dandoli 2)
Crédits © S. Soriano
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/672/img-11.png
Fichier image/png, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Soriano, Michel Rasse, Chantal Tribolo et Éric Huysecom, « Ounjougou (Pays dogon, Mali) : une séquence à haute résolution pour le Paléolithique moyen d’Afrique sahélienne », Afrique : Archéologie & Arts, 6 | 2010, 49-66.

Référence électronique

Sylvain Soriano, Michel Rasse, Chantal Tribolo et Éric Huysecom, « Ounjougou (Pays dogon, Mali) : une séquence à haute résolution pour le Paléolithique moyen d’Afrique sahélienne », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/672 ; DOI : 10.4000/aaa.672

Haut de page

Auteurs

Sylvain Soriano

CNRS,
UMR 7041 ArScAn et AnTET
21 allée de l’Université
F-92023 Nanterre Cedex
sylvain.soriano@mae.u-paris10.fr

Michel Rasse

Université de Rouen
Département de Géographie
F-76821 Mont Saint-Aignan
michel.rasse@univ-rouen.fr

Chantal Tribolo

CNRS
CRP2A, Université Bordeaux 3
Esplanade des Antilles
F-33607 Pessac
ctribolo@u-bordeaux3.fr

Éric Huysecom

Université de Genève
Département d’anthropologie
CP511
1211 Genève 24, Suisse
eric.huysecom@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals