Skip to navigation – Site map
Actualités

Du Jourdain au Congo. Art et christianisme en Afrique centrale : exposition au musée du quai Branly-Jacques Chirac

Alain Person
p. 101-103

Index terms

Geographical index :

Congo
Top of page

Full text

1Du 23 novembre 2016 au 2 avril 2017, le musée du quai Branly-Jacques Chirac présente à Paris l’exposition Du Jourdain au Congo. Art et christianisme en Afrique centrale. Elle regroupe cent trois objets, originaires d’Afrique centrale, inspirés de l’iconographie chrétienne, centrés sur l’image du Christ, ainsi que des représentations de saints, des stèles funéraires et d’autres objets usuels, tous accompagnés d’une notice synthétique. Ces œuvres ont été prêtées par de grandes institutions muséales. Parmi elles figurent l’institut des musées nationaux du Congo de Kinshasa (dirigé par Joseph Ibongo) – pour les résultats des dernières fouilles archéologiques –, le musée du quai Branly-Jacques Chirac (Stéphane Martin), le Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren (Guido Gryseels), aux côtés d’autres prêteurs institutionnels et privés.

  • 1 Volper J. (2011) – Ora pro nobis. Étude sur les crucifix bakongo. Bruxelles, Impresor-Pauwels.

2Julien Volper, commissaire de cette exposition, brillante et didactique à la fois, est conservateur spécialiste de l’Afrique sub-saharienne du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren ; docteur en histoire de l’art de l’université Paris 1, maître de conférence au centre d’anthropologie culturelle de l’université libre de Bruxelles, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire des arts d’Afrique, dont un livre intitulé « Ora pro nobis. Étude sur les crucifix bakongo »1, sans doute à l’origine de ce projet muséal.

3Les premiers contacts de l’Afrique centrale et du christianisme commencent dès la fin du xve siècle avec l’arrivée des Portugais sous le commandement de Diogo Cão, en 1482. Quelques années plus tard, le royaume de Kongo se christianisa sous l’impulsion de son roi Nzinga a Nkuwu, baptisé en 1491 sous le nom de João ier. Cette christianisation ne résulte cependant pas d’une conquête militaire mais d’une volonté des responsables locaux qui se donnèrent un évêque, à partir de 1518, comme le rappelle John K. Thornton, l’un des chercheurs co-auteurs du catalogue.

4Les objets les plus caractéristiques de cette culture congolaise chrétienne sont les crucifix abondamment représentés dans cette exposition (fig. 1 et 2), en particulier les crucifix de chefs dits nkangi kiditu ou Christ protecteur (fig. 3). Ils sont représentatifs des images apportées par les missionnaires dés le xve siècle et leur iconographie va évoluer au cours du temps jusqu’à comporter plusieurs christs sur la même croix.

Figure 1 – Nankgi kiditu, culture kongo, fin xviie siècle

Figure 1 – Nankgi kiditu, culture kongo, fin xviie siècle

Alliage de cuivre et bois, dimensions : 44 × 20,5 × 5,5 cm, collection Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (EHO.1972.15.1).

© MRAC

Figure 2 – Nankgi kiditu, culture kongo, xvii-xviiie siècle

Figure 2 – Nankgi kiditu, culture kongo, xvii-xviiie siècle

Alliage de cuivre et bois, dimensions : 40 × 23,5 × 3,5 cm, collection Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (HO.1955.9.17)

© MRAC

Figure 3 – Le chef Makosso-Tati tenant son nkangi kiditu, culture kongo

Figure 3 – Le chef Makosso-Tati tenant son nkangi kiditu, culture kongo

Archives du Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (EP.O.O.13505) ; photo J. Visser prise à Yenga (Angola) dans les années 1940-1950

© MRAC

5Un autre personnage reflète l’origine portugaise de l’évangélisation de l’Afrique centrale, celui de saint Antoine de Padoue (fig. 4), né à Lisbonne vers 1195, prêtre franciscain fondateur de l’ordre des frères mineurs et canonisé en 1232 l’année suivante de sa mort. Ses représentations tiennent une place importante, sous le nom de Toni Malau chez les Kongo, en particulier en raison des prédications d’une jeune femme issue de la noblesse kongo, Beatriz Kimpa Vita qui fut à la tête d’un mouvement messianique antonioniste au début du xviiie siècle.

Figure 4 – Pendentif en terre cuite représentant Toni Malau (Saint Antoine-de-Padoue), culture kongo, xviiie siècle

Figure 4 – Pendentif en terre cuite représentant Toni Malau (Saint Antoine-de-Padoue), culture kongo, xviiie siècle

Dimensions : 13 × 4,5 × 3 cm, collection Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (EHO.1964.29.3).

© MRAC

6Le catalogue de l’exposition, édité par Flammarion, comporte, outre les photos d’objets – parfois inédits lorsqu’ils proviennent de prêteurs privés –, un ensemble de textes rédigés par des spécialistes de plusieurs disciplines et regroupés en six parties. Ils évoquent successivement les premiers contacts avec les Européens, les relations du christianisme et des objets de pouvoir, la représentation des saints et de la Vierge, la christianisation en Afrique centrale au-delà du monde kongo, le renouveau chrétien – avec en particulier le kimbanguisme et le prophétisme kongo – et enfin les questions de datation des objets et des provenances des minerais utilisés dans les alliages des nkangi kiditu par des moyens analytiques basés sur la fluorescence des rayons X.

Top of page

Notes

1 Volper J. (2011) – Ora pro nobis. Étude sur les crucifix bakongo. Bruxelles, Impresor-Pauwels.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Nankgi kiditu, culture kongo, fin xviie siècle
Caption Alliage de cuivre et bois, dimensions : 44 × 20,5 × 5,5 cm, collection Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (EHO.1972.15.1).
Credits © MRAC
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/961/img-1.jpg
File image/jpeg, 568k
Title Figure 2 – Nankgi kiditu, culture kongo, xvii-xviiie siècle
Caption Alliage de cuivre et bois, dimensions : 40 × 23,5 × 3,5 cm, collection Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (HO.1955.9.17)
Credits © MRAC
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/961/img-2.jpg
File image/jpeg, 660k
Title Figure 3 – Le chef Makosso-Tati tenant son nkangi kiditu, culture kongo
Caption Archives du Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (EP.O.O.13505) ; photo J. Visser prise à Yenga (Angola) dans les années 1940-1950
Credits © MRAC
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/961/img-3.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Figure 4 – Pendentif en terre cuite représentant Toni Malau (Saint Antoine-de-Padoue), culture kongo, xviiie siècle
Caption Dimensions : 13 × 4,5 × 3 cm, collection Musée royal d’Afrique centrale, Tervuren (EHO.1964.29.3).
Credits © MRAC
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/961/img-4.jpg
File image/jpeg, 607k
Top of page

References

Bibliographical reference

Alain Person, « Du Jourdain au Congo. Art et christianisme en Afrique centrale : exposition au musée du quai Branly-Jacques Chirac », Afrique : Archéologie & Arts, 12 | 2016, 101-103.

Electronic reference

Alain Person, « Du Jourdain au Congo. Art et christianisme en Afrique centrale : exposition au musée du quai Branly-Jacques Chirac », Afrique : Archéologie & Arts [Online], 12 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 11 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/961

Top of page

About the author

Alain Person

alain.person@upmc.fr – Laboratoire Biominéralisations et Environnements sédimentaires UPMC, ISTeP - UMR 7193, 4 Place Jussieu 75252 Paris cedex 05, France

By this author in the journal

Top of page

Copyright

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Top of page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals