Navigation – Plan du site

Éditorial

Manuel Gutierrez
p. 9-10

Texte intégral

1Ce nouveau numéro de la revue aborde trois grands domaines de la recherche en Afrique, l’histoire de l’art, l’archéologie préventive/d’urgence et l’étude des grandes constructions en pierre, le mégalithisme.

2Le premier article traite de l’étude d’une pièce en bois conservée au Musée royal d’Afrique centrale à Tervuren, dite la « porteuse de coupe ». L’auteur montre que l’étude formelle de la sculpture a conduit à identifier la marque de fabrique de l’objet et, par la suite, d’autres sculptures qui partageaient les mêmes caractéristiques formelles que la porteuse de coupe dont les auteurs étaient jusque-là inconnus. L’étude des objets d’art permet ainsi d’aborder l’anonymat dont souffrent de nombreuses œuvres issues du continent sans autre appellation que celle globalisante d’art africain. La minutie de l’analyse peut conduire jusqu’à la démonstration de l’existence de l’individualité de l’artiste.

3Le deuxième article est consacré à une fouille de sauvetage effectuée sur le site de Dibamba Yassa, à l’entrée de la ville de Douala au Cameroun il y a une dizaine d’années. L’opération archéologique fut motivée par la construction d’une centrale électrique et elle se déroula sur une surface d’un peu moins de 100 000 m2. De nombreuses structures ont été mises au jour contenant de la céramique (20 000 tessons), des objets en métal, des pièces lithiques, des perles et des fragments de verre. Réalisée dans des conditions difficiles, la fouille ne put se développer que sur une partie des structures découvertes, ainsi sur 218 fosses mises en évidence seulement la moitié a pu être fouillée. De nombreuses mesures de laboratoire (14C) et l’identification de cinq traditions céramiques conduisent les auteurs à proposer une large occupation humaine qui couvrirait une période de 2500 années.

4Le volume comprend ensuite un cahier thématique, « Mégalithes en Afrique : un passé très présent », composé de quatre articles abordant de vastes régions du continent qui vont du Somaliland à l’Afrique de l’Ouest. Ils font écho aux communications présentées lors du dernier colloque de la SAfA réuni à Toulouse en 2016.

5Phénomène largement répandu, les constructions monumentales en pierre sont souvent liées à la mort et au traitement des corps après le décès. La durée du phénomène et la diversité des régions concernées par la présence de ce type d’édifice permettent de comprendre leur variabilité. Chaque société a, sans doute, choisi sa manière de s’exprimer et, dans ce sens, ces constructions représentent aussi la vie des vivants. L’existence de grandes pierres dressées montre, très probablement, le lien que les vivants concevaient entre le monde souterrain, celui des morts par exemple, et le monde céleste, celui de l’abstrait. Toutefois, d’autres hypothèses que celle du funéraire, sont exposées dans ce cahier, ce qui rend l’étude des phénomènes mégalithiques encore plus intéressante.

6L’article consacré aux monuments mégalithiques du Somaliland se présente comme un bilan des recherches conduites de 2002 à 2010 dans cette partie peu connue du continent, au moins sur cet aspect. Les auteurs signalent que les données anciennes faisaient souvent mention de la vocation funéraire des structures lithiques : cairns et stèles. Les premiers résultats des prospections et fouilles qu’ils ont pu effectuer ont permis d’identifier au moins, trois grandes familles architecturales parmi les très nombreux tumulus découverts. La fouille archéologique a permis de constater l’existence d’une série de structures qui commencent par une couronne périphérique de pierres, suivie d’un niveau composé de pierres rouges et blanches, puis d’une partie centrale qui signalerait l’emplacement de la sépulture. Néanmoins, l’absence de tout reste osseux humain compromet la notion de tombe et de fonction funéraire, et les auteurs évoquent d’autres hypothèses telle celle de cénotaphe, ou de dépôt secondaire, qu’il faudra vérifier par d’autres fouilles.

7Deux articles sont ensuite consacrés au Cameroun. Dans le premier, la découverte de structures circulaires en pierre dans la chefferie Djaba-Hosséré et leur similitude avec des constructions de même type dans d’autres régions posent la question de leur fonction. Des sondages archéologiques effectués dans l’une des structures de Djaba-Hosséré montrent l’absence de toute trace de squelette humain ce qui implique que la fonction funéraire n’était pas leur finalité. La tradition orale régionale indique, par ailleurs, que des structures en pierre étaient destinées aux autorités locales pour la réalisation des audiences ou servaient de lieu de résidence des chefs. La complémentarité des recherches archéologiques et ethnologiques permet de concevoir l’existence des constructions en pierre et leurs fonctions d’un point de vue pluriel.

8Le deuxième article aborde la question de la répartition des mégalithes sur le territoire du pays et ouvre aussi sur la diversité de fonctions que ces structures pouvaient avoir et qui peuvent aller de pierre dressée à pierre du génie. Dans d’autres cas, elles pouvaient indiquer l’identité des morts, de ses proches et même de l’ancêtre fondateur, voire la distance qui séparait deux chefferies et donc avoir une fonction de pierre-frontière. L’article montre également que les enquêtes orales et l’ethnologie sont d’une très grande importance pour ouvrir des pistes nouvelles dans l’analyse des données archéologiques. À titre d’exemple, les auteurs citent la valeur symbolique de certains mégalithes qui ne dépend pas de leurs dimensions mais de leur nom, de leur emplacement, de leur rapport aux ancêtres, aux divinités, aux génies qui donnent la clef de leur interprétation/fonction.

9Le dernier article concerne en particulier les fouilles conduites dans la région de Wanar, intégrées dans un contexte régional plus vaste qui est celui de l’Afrique de l’Ouest. L’article aborde l’architecture des monuments funéraires de Wanar et montre des convergences formelles avec d’autres sites que l’histoire écrite et l’ethnographie ont gardé dans les mémoires. De très nombreux aspects – résultat des recherches archéologiques parfois surprenantes et restées sans explication – peuvent trouver des pistes d’interprétation à travers les données de l’ethnologie. À titre d’exemple, la construction de petites maisons pour les morts, ou l’existence de la case du défunt dans des sociétés actuelles ou subactuelles ouvrent des pistes pour l’interprétation des données archéologiques de Wanar.

10Enfin, ce numéro inclut dans sa rubrique « Actualités » deux comptes-rendus d’ouvrages, un résumé de thèse et un compte rendu d’exposition d’art africain au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Gutierrez, « Éditorial », Afrique : Archéologie & Arts, 13 | 2017, 9-10.

Référence électronique

Manuel Gutierrez, « Éditorial », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 05 novembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/970

Haut de page

Auteur

Manuel Gutierrez

Directeur de Publication

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals