Navigation – Plan du site

Deux mille cinq cents ans de traditions céramiques à Dibamba Yassa (Cameroun)

Two and a half thousand years of pottery traditions at Dibamba Yassa (Cameroon)
Geoffroy de Saulieu, Richard Oslisly, Pascal Nlend et François Ngouoh
p. 23-40

Résumés

Le sauvetage archéologique du site de Dibamba Yassa, à l’entrée de la ville de Douala (Cameroun), par une équipe franco-camerounaise conduite par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), a mis au jour plus de 20 000 tessons de poterie. Ils ont permis de définir cinq traditions céramiques se succédant sur 2 500 ans dans une région encore inconnue des archéologues. Le cadre chrono-stylistique, que les résultats permettent de construire, ouvre des possibilités de réflexions nouvelles sur l’histoire des interactions culturelles en Afrique centrale atlantique depuis le début de l’âge du fer ancien. Par ailleurs, la répartition spatiale des structures archéologiques suggère la possible apparition de villages-rues dès le début de la séquence chronologique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

âge du fer, poterie, village

Keywords :

pottery, Iron Age, village
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Oslisly R., Tueche R., Kinyock P. & Nkokonda O. (2000) – Archaeological Reconnaissance Studies, Tch (...)

1Ces dernières années la côte méridionale du Cameroun, entre Kribi et Campo, a fait l’objet de nombreuses études archéologiques1 (Oslisly 2006 ; Lavachery et al. 2010 ; Gouem Gouem 2011 ; Nlend 2013 ; Eggert & Seidensticker 2016) qui ont permis des progrès considérables dans la connaissance des séquences céramiques durant les 3 000 dernières années. Il faut toutefois remarquer qu’au nord de cette bande côtière les informations restent rares : des travaux ont été réalisés par Manfred Eggert non loin de l’embouchure de la Sanaga à Mouanko, Lobethal et Yatou (Williams-Schmid 2000 ; Eggert 2002 ; Eggert et al. 2006), et des trouvailles éparses faites à proximité du lac Ossa (Elouga & Wirmann 1998). Par ailleurs, les reconstitutions paléoenvironnementales de J. Maley sur le lac Barombi Mbo (Maley 1992, 1999, 2003), au nord-ouest de Douala, sont quelque peu déconnectées de leur environnement humain immédiat. De même, d’éventuelles comparaisons avec le Nigéria restent délicates en raison de l’éloignement des régions étudiées et surtout de l’absence de sites intermédiaires. Les nouvelles données archéologiques issues des fouilles du site de Dibamba Yassa en 2008, dans les environs immédiats de Douala, contribuent donc à remédier à cette situation.

  • 2 Oslisly R., Kinyock P., Ngouoh F., Nkokonda O. & Nlend P. (2008) – Étude archéologique du site de D (...)

2Le projet Dibamba Yassa, conduit par AES-Sonel (Société nationale d’électricité du Cameroun) à travers sa filiale Kribi Power Development Corporation (KPDC), consistait à construire une centrale thermique près de Douala sur un terrain de six hectares (une surface trapézoïdale d’environ 240 m sur 335 m). KPDC a financé une étude archéologique de sauvetage qui s’est déroulée du 7 avril au 7 mai 2008, sous la direction de R. Oslisly, avec la participation de P. Nlend, P. Kinyock, P. Ngouoh, et O. Nkokonda2. Les travaux considérables d’enlèvement de terre (270 000 m3 au total) ont permis la découverte de 223 structures archéologiques correspondant à plus de deux cents fosses, et celle de plus de 20 000 tessons de poterie.

3Le site se trouve à proximité de l’axe routier Douala-Yaoundé, deux kilomètres après avoir franchi le pont sur la rivière Dibamba. Ce secteur est dominé par un système de petites collines en demi-orange et se trouve sur une langue de terre en forme de presqu’île, entre le Wouri à l’ouest et la rivière Dibamba à l’est. Aujourd’hui zone de jachères et de plantations domestiques menacée par une urbanisation galopante, non loin de mangroves, cet espace correspondait jadis à un paysage de forêt littorale, ou « forêt biafréenne » (Letouzey 1968, 1985), appartenant à la forêt sempervirens guinéo-congolienne (White 1983). Il est probable qu’elle se caractérisait par l’association entre Lophira alata, Saccoglottis gabonensis, Coula edulis et Cynometra hankei, et par un sous-bois peu dense, une absence de lianes et des arbres de fort diamètre qui formaient un étage subcontinu.

4Le site de Dibamba Yassa est exceptionnel à plus d’un titre : non seulement il complète nos connaissances dans une région encore inexplorée, mais il est aussi actuellement le seul site archéologique camerounais à ciel ouvert qui produit une succession d’occupations humaines sur 2 500 ans. L’étude du matériel céramique réalisée entre 2013 et 2015, mise en perspective avec les données spatiales et stratigraphiques collectées lors de la fouille de sauvetage, offre une vision diachronique du site et ouvre des perspectives nouvelles sur l’histoire de l’Afrique centrale.

Méthodologie

5Au cours de ces travaux, les archéologues ont découvert 223 structures archéologiques correspondant à 218 fosses et cinq niveaux. Près de 600 kg de matériel ont été mis au jour, dont 23 476 tessons de poterie, 792 objets en métal, 489 artefacts en pierre, 75 perles et 115 tessons de verre.

6Comme la fouille a été réalisée dans le cadre d’une intervention de sauvetage (et non d’archéologie préventive), les structures ont été découvertes lors de la surveillance des terrassements. La pression du constructeur et le respect impératif du planning de construction de la centrale thermique nous ont amenés à adapter les méthodes classiques de fouille. Notre intervention s’est déroulée sous deux formes. La première consistait en une fouille de sauvetage directe, réalisée dans l’urgence, sur les structures déjà mises en évidence par les engins de terrassement. La seconde en une fouille de sauvetage indirecte, un processus moins précipité permettant une planification des fouilles des structures, comprenant d’abord un balisage de la structure, une couverture photographique, et une fouille effectuée en utilisant une stratigraphie artificielle (niveaux de 10 ou 20 cm). Les conditions de travail et le manque de temps n’ont malheureusement pas permis d’identifier ce qui pouvait apparaître entre les fosses.

7La plupart du temps, en raison des difficultés de l’intervention sur le chantier, seule une moitié des fosses a été fouillée, la première ayant été détruite par les terrassements. Dans de rares cas, nous avons fouillé une fosse entière. Les niveaux d’occupation ont été repérés dans les coupes réalisées par les engins de travaux. La fouille a été pratiquée de manière horizontale mais n’a pas permis de mettre en évidence des structures.

8Sur les 218 fosses, la profondeur moyenne est de 1 m pour 1,78 m de large. Il existe une grande variété de formes. Sur la moitié des fosses fouillées dans des conditions stratigraphiques satisfaisantes, on constate que 46 % n’ont pas de forme claire et définie, leurs contours étant soit peu marqués, soit extrêmement variés. 52 % sont plus larges que profondes et montrent souvent un profil en forme de vase à col, avec un élargissement de la fosse dans les deux tiers inférieurs de la cavité. Il semblerait que ce phénomène soit dû à l’action de l’eau de pluie qui, une fois accumulée dans la cavité, engendre l’effondrement des parois. Un nombre non significatif de fosses (2 %) sont étroites (plus profondes que larges) avec des silhouettes cylindriques ou en entonnoir.

  • 3 Goethe University, Institute of Archaeological Sciences, Frankfurt (Allemagne).

9L’étude du matériel archéologique fut surtout concentrée sur la poterie que nous aborderons ici de manière très synthétique. Des analyses archéobotaniques sur charbons de bois menées par Alexa Höhn et Stefanie Kahlheber3 ont également eu lieu, et feront l’objet de publications ultérieures. L’intégralité des tessons a été prise en compte, mais les quelque 3 000 fragments inférieurs à 2 cm ont été exclus des résultats finaux. Nous nous sommes attachés à définir les tessons diagnostiques (bords, fonds, carènes, éléments de préhension, éléments décorés) dont les mieux conservés ont été dessinés et mesurés. Cette mise en ordre a permis de mettre en évidence des groupes céramiques très différents les uns des autres, dont les 41 datations ont montré ensuite qu’ils n’étaient pas contemporains (tabl. 1) et permirent de définir cinq traditions : dibamba A, B, C, D et E qui se succèdent du milieu du premier millénaire avant notre ère à l’époque moderne. Le matériel de dix-huit fosses seulement n’a pu être identifié en raison de son érosion ou de l’absence de tessons diagnostiques, et non en raison de la présence d’un matériel inconnu.

Tableau 1 – Datations au radiocarbone effectuées sur le site de Dibamba et traditions correspondantes

N° de Laboratoire

N° de structure archéologique et profondeur

Tradition céramique

Âge 14C bp

Âge calibré
(2 sigma)

Beta-302755

F. 53 (40-80 cm)

Ind.

160 ± 30

AD 1664-XXXX

Beta-302756

F. 53 (80-120 cm)

Ind.

240 ± 30

AD 1526-XXXX

Beta-302757

F. 53 (120-160 cm)

Ind.

150 ± 30

AD 1667-XXXX

Beta-302758

F. 184 (0-44 cm)

A

110 ± 30

AD 1681-XXXX

Beta-302761

F. 131 (130 cm)

A

moderne

Beta-245103

F. 08 (40-50 cm)

A

220 ± 40

AD 1524-XXXX

Beta-245104

F. 11 (30-50 cm)

A

190 ± 40

AD 1644-XXXX

Beta-245107

F. 22 (110-130 cm)

A

130 ± 40

AD 1670-XXXX

Beta-245110

F. 28 (60-80 cm)

A

250 ± 50

AD 1483-XXXX

Beta-245114

F. 35 (100-120 cm)

A

260 ± 50

AD 1482-XXXX

Beta-245121

F. 85A (40-60 cm)

A

210 ± 50

AD 1524-XXXX

Beta-245120

F. 84A (30-40 cm)

A

120 ± 50

AD 1670-1944 *

Beta-245106

F. 16 (60-70 cm)

B

530 ± 40

AD 1310-1445

Beta-245117

F. 51 (40-60 cm)

B

530 ± 40

AD 1310-1445

Beta-245122

F. 171 (40-60 cm)

B

200 ± 40

AD 1642-XXXX

Beta-300124

F. 171 (50-60 cm)

B

310 ± 30

AD 1485-1650

Beta-302753

F. 23 (30-60 cm)

B

260 ± 30

AD 1520-XXXX

Beta-302759

F. 193 (40-60 cm)

B

1040 ± 30

AD 901-1033 (contamination probable)

Beta-302760

F. 193 (60-90 cm)

B

520 ± 30

AD 1324-1443

Beta-302754

F. 23 (60-90 cm)

B

110 ± 30

AD 1681-1938*

Poz-74510

F. 38B (30-67 cm)

B

520 ± 30

AD 1324-1443

Poz-74509

F. 67 (0-30 cm)

B

420 ± 30

AD 1427-1618

Poz-74506

F. 183 (0-80 cm)

B

320 ± 30

AD 1483-1646

Poz-74444

F. 206 (0-70 cm)

B

340 ± 30

AD 1470-1640

Poz-74508

F. 69 (0-50 cm)

B

435 ± 30

AD 1418-1614

Beta-245123

Niv. 1

B

130 ± 40

AD 1670-1944*

Beta-245105

F. 15 (40-50 cm)

C

760 ± 40

AD 1190-1294

Beta-245108

F. 25 (50-60 cm)

C

770 ± 40

AD 1185-1290

Beta-245109

F. 27 (120-130 cm)

C

790 ± 50

AD 1059-1292

Beta-245111

F. 31 (30-40 cm)

C

730 ± 40

AD 1217-1385

Beta-245112

F. 32 (60-90 cm)

C

920 ± 50

AD 1023-1214

Beta-245118

F. 54 (100-120 cm)

C

830 ± 50

AD 1046-1278

Beta-300121

F. 32 (30-60 cm)

C

880 ± 30

AD 1042-1222

Beta-300122

F. 32 (60-90 cm)

C

990 ± 30

AD 989-1153

Beta-245113

F34 (60-80 cm)

C

760 ± 40

AD 1190-1294

Beta-245115

F. 37 (40-60 cm)

D

1980 ± 50

111 BC-AD 130

Beta-245116

F. 43 (40-55 cm)

D

1900 ± 50

AD 3-236

Beta-245119

F. 73 (150-160 cm)

D

1810 ± 50

AD 84-335

Beta-300123

F. 73 (150-160 cm)

D

1810 ± 30

AD 128-323

Poz-74505

F. 103 (0-50 cm)

D

1855 ± 30

AD 82-234

Poz-74507

F. 84B (20-60 cm)

E

165 ± 30

AD 1662-XXXX

(contamination probable avec F84A)

Poz-74504

F. 80 (0-60 cm)

E

2435 ± 30

751-406 BC

Poz-74441

F. 121 (0-60 cm)

E

2470 ± 30

768-431 BC

* la date dépasse probablement la marge statistique ; xxxx : le calcul de la date n’est pas possible.

Calibrations d’après C. Bronk Ramsey (2009), logiciel OxCal v4.2.4

10Des mélanges superficiels, quelques erreurs d’étiquetage (rares cependant), et l’emboîtement de plusieurs fosses archéologiques de périodes différentes ne doivent pas prêter à confusion : les traditions sont bien séparées d’un point de vue stylistique et chronologique, et ne se métissèrent pas. L’homogénéité et la cohérence des ensembles céramiques et des datations font donc de ces données archéologiques un cadre solide. Ce dernier connaît en outre, grâce à la fouille systématique de l’ensemble du site, une répartition spatiale qui ouvre une dimension supplémentaire à l’étude de la simple chronologie.

Les traditions céramiques

Dibamba A : époque moderne-xviie siècle

11Les récipients de la période la plus récente sont constitués de grandes jarres à col court et à bord éversé et de formes globulaires à base plane (fig. 1). Les décors, assez frustes, se concentrent sur le haut du récipient et sont réalisés majoritairement par traçage au peigne (traçage profond ou superficiel, droit ou ondulé) mais également au bâtonnet et par impression verticale (au bâtonnet creux en forme de C). Les pâtes, généralement assez grossières, présentent très souvent une couleur orange brique. De clairs stigmates de montage au colombin large sont visibles à l’intérieur des récipients, ainsi que l’utilisation d’une palette. Si la diversité de la céramique locale paraît peu importante, il faut toutefois la nuancer par la présence de céramiques importées et d’un style céramique très particulier, mais probablement africain, voire local : il s’agit toujours de récipients ouverts (bols, jattes, écuelles), carénés à pâte fine et homogène, comportant des plaquettes brillantes (possibles micas), avec un décor externe réalisé avec soin à la roulette tressée (fig. 2 a-d) selon la terminologie de l’ouvrage African Pottery Roulettes Past and Present. Techniques, Identification and Distribution (Haour et al. 2010).

Figure 1 – Tessons appartenant à la tradition dibamba A (époque moderne-xviie siècle) avec indication des fosses

Figure 1 – Tessons appartenant à la tradition dibamba A (époque moderne-xviie siècle) avec indication des fosses

a (fosse 129), b (35b) c-f (28), g (64), h (81A)

© G. de Saulieu

Figure 2 – Autres éléments de la tradition dibamba A 

Figure 2 – Autres éléments de la tradition dibamba A 

a-d, vaisselle carénée à pâte fine ;
e-g, porcelaine industrielle européenne « Musha Wear » ;
h, perles en verre d’origine européenne.

© a-g : G. de Saulieu ;
© h : R. Oslisly

12La tradition dibamba A est présente dans 108 structures, avec 10 500 tessons, ce qui correspond à un nombre moyen de tessons par fosse de 97,2. Ce chiffre est légèrement inférieur à celui concernant la tradition immédiatement plus ancienne de dibamba B ce qui s’explique sans doute par l’importance nouvelle des objets européens d’importation, très fréquents dans la tradition A : faïence, porcelaine, poterie vernissée, grès, verre (dont bouteilles et dames-jeannes), pierres à fusil, perles en verre bleu (fig. 2 e-h). La totalité des objets décorés témoigne de procédés industriels (impression de motifs décoratifs, verre moulé, verre soufflé avec peu de bulles internes, hautes températures de cuisson et haute qualité des pâtes céramiques) ; ils suggèrent une période tardive, entre la fin du xixe et le début du xxe siècle. On trouve également des outils lithiques – percuteurs, pierres à cupules servant d’enclumes à casser les noix de palme (« casse-noix ») –, des scories métalliques et de nombreux fragments d’objets en fer (dont quelques lames).

13La tradition dibamba A, qui pourrait correspondre à la vaisselle des Douala connus grâce aux documents historiques, paraît en rupture avec la précédente (cf. infra). Le décor, assez fruste, possède néanmoins des points communs avec les poteries des groupes fang, béti et boulou, notamment le décor en wavy line réalisé au peigne et documenté avant la Première guerre mondiale (Tessmann 1913 : 272, fig. 13), ou les impressions disposées en rectangle (op. cit. : fig. 15).

14La répartition spatiale des structures archéologiques de tradition A se concentre dans la moitié ouest de la parcelle, avec une forte densité dans la partie basse, située au sud-ouest (fig. 3 a). L’accumulation des vestiges dans ce secteur rend impossible une lecture spatiale claire, même en imposant des filtres fondés sur les occurrences d’objets d’importation ou de la céramique fine. Ce n’est pas le cas dans la partie haute de la parcelle, située au nord-ouest. Dans ce secteur, la densité étant moindre, des relations spatiales entre structures archéologiques apparaissent avec un alignement des fosses suivant une orientation générale en direction du nord-ouest, c’est-à-dire dans le sens de la pente (fig. 3 a : points verts reliés par des lignes). Une analyse plus précise, faisant apparaître les pierres à fusil, les céramiques européennes importées, et la céramique fine, fournit des arguments pour interpréter l’ensemble comme les traces d’un village-rue. Ainsi, en utilisant les données ethnographiques régionales – comme P. Alexandre & J. Binet (1958), P. Laburthe-Tolra (1970, 2009), ainsi que les fonds photographiques notamment des missions protestantes –, on peut faire l’hypothèse que les fosses, en majorité aux caractéristiques de dépotoirs, correspondent à des décharges systématiquement situées derrière les habitations (cf. discussion). Ainsi, la F128, qui concentre toutes les matières d’importation, dont les pierres à fusil, pourrait par exemple être la trace de la « maison des hommes », comme toujours située en haut des villages-rues et dont les deux alignements (36 à 124 et 35 à 109) seraient visibles au nord et au sud. La présence sur l’alignement sud d’une fosse à céramique fine pourrait quant à elle signaler la présence d’un édifice particulier, comme la case de l’épouse principale du chef de lignage.

Figure 3 – Les différentes phases d’occupation du site de Dibamba Yassa

Figure 3 – Les différentes phases d’occupation du site de Dibamba Yassa

a) structures archéologiques attribuées à la tradition dibamba A (en rose) et proposition d’interprétation d’un ensemble de fosses comme les traces d’un ancien village-rue (en vert)
b) fosses attribuées à la tradition dibamba B (en brun) et à la tradition dibamba C (en orange)
c) fosses attribuées à la tradition dibamba E (en bleu) et à la tradition dibamba D (en rouge)

© IRD

15En comparant les neuf datations de la tradition dibamba A avec celles de dibamba B, un âge compris entre AD 1680 et l’époque moderne est probable (tabl. 1). Le caractère industriel des objets européens présents suggère toutefois qu’une bonne partie de l’occupation attribuée à la tradition dibamba A pourrait être encore plus tardive et datée d’une période comprise entre les dernières décennies du xixe siècle et la première moitié du xxe siècle.

Dibamba B : xive- xviie siècle

16Dans la tradition dibamba B, la diversité des récipients est importante (fig. 4) : récipients à col avec bord éversé, récipients globulaires à col court et bord éversé, bouteilles à goulot court (fig. 4 m), bols convexes (fig. 4 c), petits pots globulaires à bord éversé (10 cm de diamètre) dont certains sont bien conservés. Les bases sont généralement planes ou concaves. De couleur rouge ou noir, les récipients portent dans la moitié supérieure des décors de deux sortes réalisés soit au peigne, soit à la roulette sculptée. Le peigne est utilisé en impression verticale, accompagné de traçages ou de ponctuations au bâtonnet. Dans quelques fosses il est par contre employé par traçage horizontal très profond. Sur les parois externes les décors appliqués à la roulette privilégient surtout les motifs granulés, bosselés et en chevrons très probablement réalisés à la roulette en bois, même si d’autres motifs existent également, comme de petites figures géométriques concentriques ou des réticulés avec grains de café (fig. 5). On notera l’absence totale de motifs réalisés à l’aide de roulette tressée.

Figure 4 – Tessons appartenant à la tradition dibamba B (xive-xviie siècle) avec indication des fosses

Figure 4 – Tessons appartenant à la tradition dibamba B (xive-xviie siècle) avec indication des fosses

a (29), b (67), c (16), d (33), e (38b), f (183), g (18), h (67), i (183), j (67), k (183), l (16), m (67)

© G. de Saulieu

Figure 5 – Tableau récapitulatif des motifs décoratifs les plus courants dans la tradition dibamba B

Figure 5 – Tableau récapitulatif des motifs décoratifs les plus courants dans la tradition dibamba B

© G. de Saulieu

17L’une des caractéristiques de cette tradition est le goût prononcé pour des décorations à l’intérieur des bords de récipients. Ces derniers portent souvent des cannelures profondes avec des impressions au bâtonnet ou des motifs complexes imprimés à la roulette (fig. 4 b, d-h). Quelques tessons possèdent même un bord découpé en étoile (fosses 67 [fig. 4 j] et 69) d’une grande originalité. Par ailleurs, l’on remarque que la surface intérieure des bords, fortement éversés, des jarres globulaires est souvent ornée de motifs distincts de ceux de la panse (fig. 6). Réalisés par incision, les motifs sont chaque fois construits autour de deux traits parallèles comme s’il s’agissait d’une signature de potier, ou de signes ésotériques.

Figure 6 – Motifs apparaissant sur la surface interne de bords éversés de jarre de la tradition dibamba B

Figure 6 – Motifs apparaissant sur la surface interne de bords éversés de jarre de la tradition dibamba B

© G. de Saulieu

18La tradition dibamba B est familière aux archéologues de la région puisque son style décoratif rappelle les tessons de surface que l’on ramasse un peu partout dans le Sud-Cameroun. Un matériel identique a été signalé dans les années quatre-vingt-dix sur les rives du lac Ossa (Elouga & Wirmann 1998) : décors classiques à la roulette en bois donnant des surfaces en grain de riz ou des surfaces bosselées, motifs en chevrons, bord intérieur décoré, etc. que l’on retrouve dans de nombreux sites de surface. C’est surtout à Mouanko-Lobethal (sites LBT 98/1, 98/5, 98/6 et 98/8) que l’équipe de Manfred Eggert a pu mettre au jour un matériel abondant appartenant à la même tradition (Williams-Schmid 2000).

19La tradition dibamba B est présente dans 53 structures archéologiques (52 fosses et un niveau) qui ont livré 5 966 tessons. La densité moyenne de tessons par fosse est de 112,5. Les objets européens sont totalement absents. En revanche, on trouve quelques objets lithiques (galets, molettes), ou en fer (dont au moins une lame de poignard) et de nombreuses scories métalliques accompagnées de tuyères, témoignant d’une activité métallurgique localement importante.

20Il y a trois concentrations de fosses (fig. 3 b) : une forte sur la partie haute et au nord-ouest de la parcelle, une moyenne en bas au sud-ouest et une petite entre les deux précédentes, toujours dans la partie ouest de la parcelle. La concentration de la partie haute montre de claires possibilités d’alignements de fosses entre 50 et 120 m de longueur, toutes orientées vers le nord-ouest, dans le sens de la pente, comme pour la tradition A.

21Nous disposons au total de quatorze datations. Après recoupements et comparaisons, et en estimant que deux traditions différentes ont peu de chance de cohabiter sur un même site si les contextes ne sont jamais mélangés, nous estimons que les dates les plus probables se situent entre AD 1320 et 1690 environ (tabl. 1).

Dibamba C : xie-xiiie siècle

22La tradition dibamba C est très différente des précédentes. Les formes sont majoritairement globulaires et légèrement, voire fortement, fermées. Les encolures sont soit atrophiées, soit absentes. Les deux formes les plus populaires sont la jarre sans col et le bol ovoïde à paroi rentrante ; la plupart des bases sont planes ou convexes. De manière générale, la décoration est peu fréquente et sobre. Elle consiste la plupart du temps en figures géométriques ponctuelles à base de losange, et en traçages linéaires au bâtonnet ou au peigne (fig. 7). Par ailleurs, l’on remarque la présence, sur la surface externe de récipients globulaires sans col, de motifs distincts de la décoration. Réalisés par incision, ils sont très souvent construits autour d’une forme de base losangique (fig. 8 a-d), mais certains sont constitués d’impressions de bâtonnets organisées suivant un patron prédéterminé et géométrique (fig. 8 f-i, m). Plus encore que les marques peu fréquentes signalées dans la tradition B, on peut se demander s’il s’agissait d’une signature de potier ou de signes ésotériques. Rappelons que l’importance de signes stéréotypés à caractère magique a déjà été signalée dans le matériel archéologique de Calabar, contemporain des traditions B et D, notamment sous les bases annulaires de récipients (Slogar 2005). Mais la tradition dibamba C semble très originale car elle ne se prête guère aux comparaisons avec des ensembles de la même époque.

Figure 7 – Tessons appartenant à la tradition dibamba C (xie-xiiie siècle) dans les fosses

Figure 7 – Tessons appartenant à la tradition dibamba C (xie-xiiie siècle) dans les fosses

a (54), b (15), c (134), d (290), e (134), f (22) , g (25), h (24), i (25), j (26), k, l (25)

© G. de Saulieu

Figure 8 – Motifs apparaissant (a-m) sur la paroi externe de récipients sans col de la tradition dibamba C

Figure 8 – Motifs apparaissant (a-m) sur la paroi externe de récipients sans col de la tradition dibamba C

© G. de Saulieu

23La tradition dibamba C est présente dans quatorze fosses. Pourtant l’on compte 2 050 tessons ce qui correspond à une moyenne importante de tessons par fosses (plus de 145). En dehors de la céramique, les autres matériels archéologiques sont peu nombreux et assez monotones. Quelques objets lithiques sont présents (casse-noix, molettes) et quelques scories témoignent d’une activité métallurgique à proximité des structures archéologiques.

24Les neuf datations disponibles pourraient indiquer, après recoupement, une période comprise entre AD 990 et 1290 environ (tabl. 1). Cette tradition recouvre la partie nord-ouest de la parcelle, située dans la partie haute. Deux alignements possibles, longs d’environ 120 m, formés toujours de quatre ou cinq fosses sont visibles (58-34-31-19 ou 134-15-25-27-31 ; fig. 3 b). Il faut noter la grande régularité de la disposition des fosses dans la première possibilité, ce qui plaide bien en la faveur d’un alignement.

Dibamba D : ier-ive siècle

25Les récipients céramiques de la tradition dibamba D (fig. 9) possèdent généralement un col et un bord évasé. La présence de rainures sur la lèvre est fréquente, ainsi que celle de carènes à la jonction de l’épaule et du col. Les rares bases retrouvées sont planes. Les décors sont soit couvrants soit localisés dans le tiers supérieur du récipient. Mais la forte érosion du matériel oblitère sans doute une partie de celui initialement décoré. Il se caractérise surtout par un graphisme serré, réalisé par traçage superficiel au bâtonnet et par le passage d’un peigne de manière horizontale ou entrecroisée.

Figure 9 – Tessons appartenant à la tradition dibamba D (ier-ive siècle) avec indication des fosses

Figure 9 – Tessons appartenant à la tradition dibamba D (ier-ive siècle) avec indication des fosses

a (103), b (43), c-f (73), g (103)

© G. de Saulieu

26La tradition dibamba D, identique au matériel de Mouanko décrit par M. K. Eggert (2002), montre le même goût pour les décors couvrants réalisés au peigne et les formes carénées. Elle supporte également la comparaison avec la tradition de Campo (Oslisly 2006 ; Nlend 2013 ; Eggert & Seidensticker 2016) qui comporte toutefois moins de jarres à col évasé et de nombreux bols à bord rentrant. Les ressemblances sont plus flagrantes avec le matériel de la fosse de Lolabé-station météo ayant conservé quelques fragments de récipients richement décorés à bord évasé (fig. 10 a, b), dont le sauvetage réalisé en 2013 a fourni une date qui correspond aux premiers siècles de notre ère (tabl. 2). Dibamba B semble bien faire partie de ce que nous appelons le « Bel âge du fer », caractérisé par des décors serrés, soignés et couvrants, que l’on retrouve un peu partout au Sud-Cameroun à cette époque, y compris dans le massif forestier, comme le montrent les sites contemporains d’Akonetye (Eggert 2002) et ceux localisés entre Djoum et Mintom (Saulieu et al. 2015).

Figure 10 – Lolabé, côte méridonale du Cameroun

Figure 10 – Lolabé, côte méridonale du Cameroun

a, b, récipients reconstitués provenant d’un fond de fosse sur le site de la station météo ; c-f, tessons provenant d’un étalement de tessons sur la base vie de GDF

© G. de Saulieu

Tableau 2 – Datations au radiocarbone effectuées sur les sites de Lolabé-station météo, et Lolabé-base vie de GDF, côte méridionale du Cameroun

N° de labo­ratoire

Structure archéologique

Âge 14C bp

Âge calibré
(2 sigma)

Poz-66608

Fond de fosse à Lolabé-station Météo

1885 ± 30

AD. 60-220

Poz-66609

Étalement de tessons, à Lolabé-base vie de GDF

1760 ± 30

AD. 171-383

Calibrations d’après C. Bronk Ramsey (2009), logiciel OxCal v4.2.4

27La tradition dibamba D est présente dans cinq fosses. Les 850 tessons exhumés représentent ainsi la plus forte densité moyenne de tessons par fosse (170) sur le site. À part la poterie, peu d’objets lithiques apparaissent (surtout des molettes), mais les fragments de tuyères sont nombreux aux côtés de quelques déchets de fonte témoignant d’une activité intense à proximité de la fosse 37A. Cinq datations ont été réalisées et sont comprises entre 111 BC et AD 335 (tabl. 1).

28L’occupation de cette époque (fig. 3 c) se situe en hauteur, au centre-nord du site. Cinq fosses, disposées en trapèze avec un point central, permettent de mettre en évidence au moins deux alignements possibles différents, longs d’environ 120 m (F103-43-49 ou 73-43-37A). À chaque fois les fosses sont équidistantes. Les datations n’écartent pas la possibilité que la série des trois premiers points soit contemporaine, toutefois les variations entre les marges d’erreur ne l’encouragent pas. Bien que cette période conserve peu de fosses, l’occupation est loin d’être faible puisque, comme nous l’avons déjà signalé, non seulement la densité de tessons est importante, mais elle porte aussi les traces claires d’une activité métallurgique in situ (37A).

Dibamba E : viiie-ve siècle av. J.-C.

29À part un tesson de petit bol, les fragments céramiques de la tradition dibamba E proviennent tous de récipients globulaires, à col court ou atrophié et bords évasés (fig. 11). On remarque quelques rainures sur lèvre (fig. 11 a) et des ouvertures oscillant entre 18 et 20 cm de diamètre (fig. 11 a, c). Les bases sont planes ou convexes (fig. 11 j). Les tessons, souvent décorés, plaident pour des décors couvrants sur les récipients. Les outils utilisés sont peu nombreux : le peigne (ou coquillage) utilisé en pivotant ou en basculant, et le bâtonnet pour le traçage de lignes.

Figure 11 – Tessons appartenant à la tradition dibamba E (viiie-ve siècle av. J.-C) avec indication des fosses

Figure 11 – Tessons appartenant à la tradition dibamba E (viiie-ve siècle av. J.-C) avec indication des fosses

a (121), b-c (118), d-g, i (84b), h, j (121)

© G. de Saulieu

30La tradition dibamba E ressemble beaucoup à la tradition d’Obobogo. Même si par les formes, les décors et l’épaisseur du matériel elle s’avère plus proche de cette dernière plutôt que de celle de Malongo (Oslisly 2006 ; Nlend 2013), l’on a tout de même l’impression qu’il s’agit là d’un horizon stylistique qui engloberait la côte, la région de Yaoundé et le sud du Cameroun, avec notamment la tradition de Nya Zanga (Saulieu et al. 2015).

31La tradition dibamba E est présente dans cinq fosses, mais le matériel est peu nombreux (241 tessons) et la densité moyenne de tessons par fosse faible (48,2). En outre, très peu de matériel accompagne la poterie : seulement une molette et une plaquette lithique, ayant peut-être servi de petite meule au vu des légères traces d’abrasion que l’on peut y distinguer. Trois datations ont été réalisées mais une s’est avérée soit intrusive, soit contaminée. Les deux datations valables sont pratiquement identiques et donnent une date entre 760 et 400 BC environ (tabl. 1).

32L’occupation dibamba E (fig. 3 c) avec cinq fosses est donc peu importante. Elle se situe dans la partie ouest du site et montre, malgré la faible intensité de l’occupation, un alignement possible de trois fosses dans le sens de la pente (104, 118, 121).

Discussion et conclusion

Des fosses alignées

  • 4 Cf. note 2 ; Oslisly R., Kinyock P., Nlend Nlend P., Ngouoh F. & Gouem Gouem B. (2010) – Étude arch (...)

33Par leur configuration même, les 218 fosses de Dibamba expliquent la conservation massive et continue des archives archéologiques de plein air, malgré un climat chaud et très humide où les pluies très érosives sont impropres à la préservation des artefacts. Comme sur d’autres sites d’Afrique centrale, les fosses étaient presque toujours remplies d’un sédiment hétérogène, mélange de terre sombre d’origine organique avec de nombreux charbons et des artefacts. Il est évident que la majorité d’entre elles furent des dépotoirs, ce qui n’exclut pas que quelques-unes, sans doute les moins profondes, aient pu servir à d’autres activités, notamment au stockage alimentaire (Atangana 1989 : 280-300) ou au pourrissage de l’argile à poterie (Gosselain 2002). Les données accumulées au niveau régional montrent, comme à Dibamba (fig. 3), lorsqu’il a été possible de faire la planimétrie des sites à fosses – notamment dans le cadre de l’archéologie préventive – des agencements répétitifs : les fosses de même époque sont disposées en ligne sur des distances de 50 à 200 m (Nlend 2013 ; Saulieu et al. 2015)4. Comment interpréter ce patron répétitif de contextes archéologiques ?

34Dans les données ethnographiques concernant l’Afrique centrale (Cameroun et Gabon), la fondation d’un nouveau village par un chef de lignage suit un patron stéréotypé. Après avoir construit ce que l’on appelle dans les différentes sources la « maison des hommes » ou « la maison de réunion », le chef de lignage bâtit perpendiculairement les maisons de ses épouses en ligne, les unes après les autres. À chaque femme revient une maison rectangulaire, et chaque nouvelle femme obtiendra sa maison construite à la suite des précédentes. C’est pour cette raison, et on le voit bien sur les illustrations anciennes, que ces villages sont parfois appelés « villages-rues ». Les ethnologues et les voyageurs du début du xxe siècle, tels G. Zenker (Laburthe-Tolra 1970 : 20-22), J.-B. Roche (1904 : 58-60), A. Cureau (1912 : 244-245), G. Tessmann (1913 : 55-84), P. Alexandre et J. Binet (1958 : 41-42) ont tous noté le plan linéaire des établissements villageois. Certaines sources indiquent que la taille moyenne des établissements se situe entre 50 et 100 m de long (notamment Laburthe-Tolra 1970), mais que certains villages peuvent atteindre des dimensions beaucoup plus importantes.

35Or, P. Laburthe-Tolra (2009 : 268) rapporte que la propreté était une activité quasi religieuse chez les anciens Beti, une population pahouine de la région actuelle de Yaoundé, et précise qu’il y avait derrière les habitations une ou plusieurs fosses d’aisance « auxquel[le]s les Beti attachaient la plus grande importance ». Il mentionne également G. Tessmann décrivant le chef lui-même balayant la cour, et faisant ainsi acte, à la fois, rituel et d’autorité. G. Zenker (Laburthe-Tolra 1970 : 45) affirme que derrière chaque maison des femmes, généralement longue de 8 à 12 m, se trouve une fosse d’aisance. Enfin, P. Alexandre et J. Binet (1958 : 42) semblent confirmer toutes ces indications à la fin d’un paragraphe consacré aux survivances traditionnelles dans l’habitat des années 1950 : « chaque famille a son cabinet d’aisance (éduk) ». Aussi semble-t-il possible que les fosses archéologiques alignées des sites archéologiques visibles, y compris Dibamba Yassa, correspondent aux fosses des données ethnographiques situées derrière les maisons. Ainsi, cette hypothèse permettrait de considérer la disposition des fosses archéologiques comme indicatrice des plans de village.

L’apport de la chronologie

36Plusieurs enseignements peuvent être tirés de la séquence chronoculturelle (fig. 12), notamment l’existence ou non d’interactions culturelles à l’échelle de la sous-région.

Figure 12 – Chronologie de Dibamba et corrélations avec les régions de Yaoundé (Obobogo), côte méridionale du Cameroun (Kribi-Campo) et le sud-est du Cameroun (Sangmelima-Mintom)

Figure 12 – Chronologie de Dibamba et corrélations avec les régions de Yaoundé (Obobogo), côte méridionale du Cameroun (Kribi-Campo) et le sud-est du Cameroun (Sangmelima-Mintom)

37Dès le premier millénaire avant notre ère, la région de Douala, la côte camerounaise, la région de Yaoundé et le Sud-Cameroun évoluent en interconnexion. Toutefois, nous constatons que cette évolution en réseau s’arrête à la fin du premier millénaire AD. En effet, si l’occupation caractérisée par la tradition dibamba E est relativement peu intense, elle s’inscrit néanmoins dans un horizon culturel et stylistique de grande ampleur, couvrant globalement le premier millénaire avant notre ère. Les ressemblances sont importantes avec les traditions d’Obobogo et de Malongo, formant cet horizon stylistique qui s’étend assez loin vers l’est dans le massif forestier (Saulieu et al. 2015) et jusqu’au Gabon avec les traditions okala (Clist 2005) et epona (Oslisly 1992 ; Assoko 2000, 2002). On constate ensuite une interruption sur la parcelle étudiée, jusqu’à l’apparition de la tradition dibamba D. Il est difficile de tirer des conclusions de ce « trou » dans nos données archéologiques car il ne fait pour l’instant écho à aucun autre événement au niveau régional.

38À la fin de l’âge du fer ancien, les interconnexions sont toujours bien visibles. Une comparaison rapide entre dibamba D et le matériel de Mouanko montre un lien étroit entre eux. Il y a également des points communs avec la tradition campo située sur la côte méridionale du Cameroun (Nlend 2013 ; Eggert & Seidensticker 2016). Cette dernière connaît très certainement une évolution interne comme semblent le suggérer les datations de Lolabé récemment obtenues sur deux sites aux matériels céramiques différents (tabl. 2) : si Lolabé-station météo (fig. 10 a, b) fournit une date dans les premiers siècles de notre ère, le site de Lolabé-base-vie de GDF (fig. 10 c-f), à quelques dizaines de mètres au nord, indique une période légèrement plus tardive. Pourtant des affinités sont également évidentes, à la fois avec Mouanko (fig. 12) et avec le groupe gabonais d’Oveng, tel qu’il est illustré par B. Clist (2005) et les fouilles réalisées sur l’île de Corisco sur la côte de la Guinée équatoriale (Gonzáles-Ruibal et al. 2011, 2013). On y trouve en effet de grands bols convexes à lèvre aplatie richement décorés, identiques à ceux de Mouanko et Campo : en témoignent les comparaisons entre la figure 10 b et celles de M. K. Eggert (2002 : fig. 9-2) et de M. K. Eggert et D. Seidensticker (2016 : pl. 19-5). De très nombreux bords à double orientation sont égalements présents, illustrés par la figure 10 c et celles de B. Clist (2005 : 559, 569, 615-618), Gonzáles-Ruibal et al. (2011 : fig. 14-15), A. Gonzáles-Ruibal, M. Sánchez-Elipe et C. Otero-Vilariño (2013 : fig. 15), et de M. K. Eggert (2002 : fig. 12-2, 3). Ces comparaisons plus tardives indiquent pourtant déjà un changement car elles ne concernent déjà plus que des groupes côtiers du Cameroun au Gabon. Est-ce l’annonce de la recomposition culturelle à suivre ?

39Il y a en effet une interruption de cinq ou six cent ans entre les traditions très dissemblables dibamba C et dibamba D. Rappelons que ce hiatus se retrouve au niveau régional (Oslisly et al. 2013) à la fin de l’âge du fer ancien et pourrait être attribué à une crise globale encore non élucidée (cf. infra). Le silence archéologique de cette période se termine à Dibamba par l’apparition de la tradition C vers le xe siècle. Cette dernière n’a aucun point commun avec d’autres traditions environnantes contemporaines, comme le Groupe II au Gabon et en Guinée équatoriale au sud (Clist 2005 : 628-631 ; Gonzáles-Ruibal et al. 2011, 2013), ou la tradition calabar au nord-ouest (Slogar 2005).

40Avec la tradition dibamba B, si les modalités décoratives rappellent de nombreuses trouvailles éparses et encore peu publiées au Cameroun, il faut toutefois souligner que les ressemblances lointaines restent peu probantes : ni avec la tradition calabar, qui est censée se poursuivre jusqu’au xive siècle, ni avec la tradition agondjé au Gabon et en Guinée entre les xiiie et xviie siècle (Clist 2005 : 689-692 ; Gonzáles-Ruibal et al. 2011, 2013).

41La chronologie culturelle de Dibamba semble donc illustrer une idée déjà diffuse chez de nombreux spécialistes de la région. La possible crise, traduite par une diminution des occupations humaines à la fin du Ier millénaire AD, se double d’une sorte de changement dans les connexions et interactions entre les cultures. En effet, avant la crise les groupes prennent part à deux grands horizons stylistiques successifs que l’on peut surnommer « l’horizon d’Obobogo » puis le « Bel âge du fer ancien », alors qu’après la crise ces grands horizons stylistiques n’existent plus. À l’inverse des périodes précédentes, nous constatons même une diversification régionale des styles céramiques. Il est encore difficile de comprendre la nature de ce changement, visible uniquement au niveau de ces styles céramiques et de la densité des occupations, car d’autres éléments indiquent plutôt une continuité : importance et disposition linéaire des fosses, absence de couleur sur la poterie, homogénéité des méthodes décoratives.

42Selon nous, cette cassure pourrait avoir quelques liens avec des phénomènes globaux. Notons par exemple l’existence d’une épidémie de peste au début de l’époque médiévale en Méditerranée, commençant vers 541/543 selon les chroniqueurs byzantins, et endémique jusqu’au viiie siècle (Wagner et al. 2014). Il pourrait également s’agir d’un autre phénomène épidémique non encore identifié. Dans le cas d’une épidémie d’origine méditerranéenne, la maladie aurait traversé le Sahara et désossé, pour ainsi dire, les sociétés d’Afrique centrale, hypothèse déjà émise par G. Chouin (2014) pour le sud du Nigéria pour la Peste noire. Si l’on suivait cette hypothèse, on pourrait se demander pourquoi la Peste noire du xive siècle – qui a également touché le bassin méditerranéen et qui aurait pu être à l’origine du recul de l’urbanisation dans toute l’Afrique de l’Ouest forestière (ibid.) –, ne serait pas aussi visible dans nos données de l’Afrique centrale, notamment au Cameroun et au Gabon. Peut-être que la réponse serait en ce cas partiellement fournie par la chronologie culturelle elle-même : la grande différence – parfaitement illustrée par la chronologie de Dibamba – est que l’événement des vie-viiie siècles serait arrivé dans un contexte où les sociétés évoluaient en réseau, visible dans ces grands horizons stylistiques, alors qu’au xive siècle, la diversification régionale des styles céramiques suggère un morcèlement social qui aurait pu ralentir ou atténuer l’effet de l’épidémie.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre P. & Binet J. (1958) – Le groupe dit Pahouin (Fang-Boulou-Beti). Paris, Presses Universitaires de France.

Assoko Ndong A. (2000) – Archéologie du peuplement Holocène de la Réserve de faune de la Lopé, Gabon. Thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, inédit.

Assoko Ndong A. (2002) – Synthèse des données archéologiques récentes sur le peuplement à l’Holocène de la réserve de faune de la Lopé, Gabon. L’Anthropologie, 106 (1) : 135-158.

Atangana C. (1989) – Archéologie du Cameroun méridional : étude du site d’Okolo. Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris 1, inédit.

Bronk Ramsey C. (2009) – Bayesian Analysis of Radiocarbon Dates. Radiocarbon, 51 (1) : 337-360. Doi : https://doi.org/10.1017/S0033822200033865

Chouin G. (2014) – Fossés, enceintes et peste noire en Afrique de l’Ouest forestière (500-1500 AD). Réflexions sous canopée. Afrique : Archéologie & Arts, 9 : 43-66. Doi : 10.4000/aaa.284

Clist B.-O. (2005) – Des premiers villages aux premiers européens autours de l’estuaire du Gabon : quatre millénaires d’interactions entre l’homme et son milieu. Thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, inédit.

Cureau A. (1912) – Les sociétés primitives de l’Afrique équatoriale. Paris, Armand Colin.

Eggert M. K. H. (2002) – Southern Cameroon and the settlement of the equatorial rainforest: Early ceramics from Fieldwork in 1997 and 1998-1999. In: Jennerstraße 8 (T. Lenssen-Erz, U. Tegtmeier & S. Kröpelin et al. (eds), Tides of the Desert - Gezeiten der Wüste. Contributions to the Archaeological and Environmental History of Africa in Honour of Rudolf Kuper, Africa Praehistorica, 14, Köln, Heinrich-Barth-Institut: 507-522.

Eggert M. K. H., Höhn A., Kahlheber S., Meister C., Neumann K. & Schweizer A. (2006) – Pits, graves, and grains: archaeological and archaeobotanical research in southern Cameroon. Journal of African Archaeology, 4 (2): 273-298. Doi: 10.3213/1612-1651-10076

Eggert M. K. H. & Seidensticker D. (2016) Campo. Archaeological research at the mouth of Ntem River (South Cameroon). (With contribution by C. Mbida Mindzié, Conny Meister, A. Mvondo Ze, P. R. Nlend Nlend & S. Ritter). Africa Praehistorica, 31, Köln, Heinrich-Barth-Institut.

Elouga M. & Wirrmann D. (1998) – Lac Ossa : recherches paléo-environnementales et découvertes d’un site archéologique. In : M. Delneuf, J.-M. Essomba & A. Froment (éds), Paléo-anthropologie en Afrique centrale : un bilan de l’archéologie au Cameroun, Paris, L’Harmattan : 151-155.

Gonzáles-Ruibal A., Picornell Gelabert L. & Valenciano Mañe A. (2011) – Early Iron Age Burials from Equatorial Guinea: The Sites of Corisco Island. Journal of African Archaeology, 9 (1): 41-66. Doi: 10.3213/1612-1651-10182

Gonzáles-Ruibal A., Sánchez-Elipe M. & Otero-Vilariño C. (2013) – An Ancient and Common Tradition: Funerary Rituals and Society in Equatorial Guinea (First-Twelfth Centuries AD). African Archaeological Review, 30 (2) : 115-143. Doi : 10.1007/s10437-012-9124-x

Gosselain O. P. (2002) – Poterie du Cameroun méridional. Style techniques et rapport à l’identité. Monographie du CRA 26, Paris, CNRS éds.

Gouem Gouem B. (2011) – Des premières communautés villageoises aux sociétés complexes sur le littoral méridional du Cameroun. Thèse de doctorat, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, inédit.

Haour A., Manning K., Arazi N., Gosselain O., Guèye N. S., Keita D., Livingstone Smith A., MacDonalD K., Mayor A., Mcintosh S. & Vernet R. (2010) – African Pottery Roulettes Past and Present. Techniques, Identification and Distribution. Oxford, Oxbow Books.

Laburthe-Tolra P. (1970) – Yaoundé d’après Zenker. Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Yaoundé, 2 : 4-113.

Laburthe-Tolra P. (2009) – Les seigneurs de la forêt. Essai sur le passé historique, l’organisation sociale et les normes éthiques des anciens Beti du Cameroun. Paris, l’Harmattan.

Lavachery P., MacEachern S., Bouimon T. & Mbida C. (2010) – Komé-Kribi. Rescue Archaeology Along the Chad-Cameroon Oil Pipeline, 1999-2004. Journal of African Archaeology, Monograph Series, (5), Frankfurt am Main, Africa Magna Verlag.

Letouzey R. (1968) – Etude phytogéographique du Cameroun. Paris, P. Lechevallier éd.

Letouzey R. (1985) – Notice de la carte phytogéographique du Cameroun au 1/500 000. Toulouse, Institut de la carte internationale de la végétation/ Yaoundé, Institut de la recherche agronomique.

Maley J. (1992) – Mise en évidence d’une péjoration climatique entre ca. 2500 et 2000 ans BP en Afrique tropicale humide. Bulletin de la Société Géologique de France, 163 (3) : 363-365.

Maley J. (1999) – L’expansion du palmier à huile (Elaeis guineensis) en Afrique Centrale au cours des trois derniers millénaires : nouvelles données et interprétations. In : S. Bahuchet (éd.), L’homme et la forêt tropicale, Chateaûneuf-de-Grasse, Éd. de Bergier : 237-254.

Maley J. (2003) – Synthèse sur l’histoire de la végétation et du climat en Afrique centrale au cours du Quaternaire récent. In : A. Froment & J. Guffroy (éds), Peuplements anciens et actuels des forêts tropicales, séminaire-atelier Orléans du 15-16/10/1998, Collection colloques et séminaires, Paris, IRD éd. : 53-75.

Nlend P. (2013) – Les traditions céramiques dans leur contexte archéologique sur le littoral camerounais (Kribi-Campo) de 3000 à 500 BP. Thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, inédit.

Oslisly R. (1992) – Préhistoire de la moyenne vallée de l’Ogooué (Gabon). Thèse de doctorat (Travaux et documents microfichés 96), Paris, Université de Paris 1.

Oslisly R. (2006) – Les traditions culturelles de l’Holocène sur le littoral du Cameroun entre Kribi et Campo. In: H.-P. Wotzka (ed.), Grundlegungen. Beiträge zur Europäischen und Afrikanischen Archäologie. Festschrift für Manfred K. H. Eggert, Tübingen, Francke: 303–317.

Oslisly R., Ateba L., Betougeda R., Kinyock P., Mbida C., Nlend P. & Vincens A., De Maret P. (2006) – Premiers résultats de la recherche archéologique sur le littoral du Cameroun entre Kribi et Campo. In: P. de Maret, E. Cornelisen & L. Ribot (eds) Préhistoire en Afrique, Oxford, Archaeopress, Brithish Archaelogical Report 1522: 127-134.

Oslisly R., White L., Bentaleb I., Favier C., Fontugne M., Gillet J.-F. & Sebag D. (2013) – Climatic and cultural changes in the west Congo Basin forests over the past 5000 years. Philosophical Transactions of the Royal Society B, Biological Science, 368: 20120304. Doi: 10.1098/rstb.2012.0304

Roche J.-B. (1904) – Au Pays des Pahouins (du rio Mouny au Cameroun). Paris, Henri Charles-Lavauzelle (éd.).

Saulieu G. de, Ngouoh F. & Oslisly R. (2015) – L’âge du Fer ancien dans le bloc forestier du sud Cameroun : nouvelles données entre Sangmélima et Mintom. Azania: Archaeological Research in Africa, 50 (3): 402-417. Doi: 10.1080/0067270X.2015.1079081

Slogar C. L. (2005) – Iconography and Continuity in West Africa: Calabar Terracottas and Thearts of the Cross River Region of Nigeria/Cameroon. PhD dissertation, College Park, University of Maryland. http://drum.lib.umd.edu/handle/1903/2416

Tessmann G. (1913) – Die Pangwe: völkerkundliche Monographie eines westafrikanischen Negerstammes: Ergebnisse der Lübecker Pangwe-Expedition 1907-1909 und früherer Forschungen 1904-1907. Berlin, Erster Band, Ernst Wasmuth A.-G.

Wagner D., Klunk J., Harbeck M., Devault A., Waglechner N., Sahl J. W., Enk J., Birdsell D. N., Kuch M., Lumibao C., Poinar D., Pearson T., Fourment M., Golding B., Riehm J. M., Earn D. J. D., DeWitte Sh., Rouillard J.-M., Grupe G., Wiechmann I., Bliska J. B., Keim P. S., Scholz H. C., Holmes E. C. & Poinar H. (2014) – Yersinia pestis and the Plague of Justinian 541–543 AD: a genomic analysis. The Lancet, Infectious Diseases, 14 (4): 319–326. Doi: http://dx.doi.org/10.1016/S1473-3099(13)70323-2

White F. (1983) – The vegetation of Africa, a descriptive memoir to accompany the UNESCO/AETFAT/UNSO vegetation map of Africa (3 Plates, Northwestern Africa, Northeastern Africa, and Southern Africa, 1: 5,000,000. Paris, UNESCO.

Williams-Schmid M. R. (2000) – Keramikführende Befunde aus Mouanko-Lobethal, Province du Littoral, Kamerun. Band I & II. Schritliche Hausarbeit zur Erlangung des Magistergrades im Hauptfach Urund Frühgeschichte, Fakultät für Kulturwissenschaften Eberhard-Karls-Universität Tübingen, inédit.

Haut de page

Notes

1 Oslisly R., Tueche R., Kinyock P. & Nkokonda O. (2000) – Archaeological Reconnaissance Studies, Tchad Export Project: Kribi, Bipindi/Ndtouda, Lolodorf, Ngaoundal, Beforo and Ngan-Hi. Yaoundé, Report sumitted to COTCO, inédit.

2 Oslisly R., Kinyock P., Ngouoh F., Nkokonda O. & Nlend P. (2008) – Étude archéologique du site de Dibamba-Yassa, Rapport final, KPDC-IRD.

3 Goethe University, Institute of Archaeological Sciences, Frankfurt (Allemagne).

4 Cf. note 2 ; Oslisly R., Kinyock P., Nlend Nlend P., Ngouoh F. & Gouem Gouem B. (2010) – Étude archéologique du site de Mpolongwe - Kribi, Rapport final, KPDC-IRD, inédit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Figure 1 – Tessons appartenant à la tradition dibamba A (époque moderne-xviie siècle) avec indication des fosses
Légende a (fosse 129), b (35b) c-f (28), g (64), h (81A)
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 – Autres éléments de la tradition dibamba A 
Légende a-d, vaisselle carénée à pâte fine ; e-g, porcelaine industrielle européenne « Musha Wear » ; h, perles en verre d’origine européenne.
Crédits © a-g : G. de Saulieu ; © h : R. Oslisly
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Figure 3 – Les différentes phases d’occupation du site de Dibamba Yassa
Légende a) structures archéologiques attribuées à la tradition dibamba A (en rose) et proposition d’interprétation d’un ensemble de fosses comme les traces d’un ancien village-rue (en vert) b) fosses attribuées à la tradition dibamba B (en brun) et à la tradition dibamba C (en orange) c) fosses attribuées à la tradition dibamba E (en bleu) et à la tradition dibamba D (en rouge)
Crédits © IRD
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 4 – Tessons appartenant à la tradition dibamba B (xive-xviie siècle) avec indication des fosses
Légende a (29), b (67), c (16), d (33), e (38b), f (183), g (18), h (67), i (183), j (67), k (183), l (16), m (67)
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 5 – Tableau récapitulatif des motifs décoratifs les plus courants dans la tradition dibamba B
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 6 – Motifs apparaissant sur la surface interne de bords éversés de jarre de la tradition dibamba B
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 7 – Tessons appartenant à la tradition dibamba C (xie-xiiie siècle) dans les fosses
Légende a (54), b (15), c (134), d (290), e (134), f (22) , g (25), h (24), i (25), j (26), k, l (25)
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Figure 8 – Motifs apparaissant (a-m) sur la paroi externe de récipients sans col de la tradition dibamba C
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Figure 9 – Tessons appartenant à la tradition dibamba D (ier-ive siècle) avec indication des fosses
Légende a (103), b (43), c-f (73), g (103)
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Figure 10 – Lolabé, côte méridonale du Cameroun
Légende a, b, récipients reconstitués provenant d’un fond de fosse sur le site de la station météo ; c-f, tessons provenant d’un étalement de tessons sur la base vie de GDF
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 11 – Tessons appartenant à la tradition dibamba E (viiie-ve siècle av. J.-C) avec indication des fosses
Légende a (121), b-c (118), d-g, i (84b), h, j (121)
Crédits © G. de Saulieu
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 12 – Chronologie de Dibamba et corrélations avec les régions de Yaoundé (Obobogo), côte méridionale du Cameroun (Kribi-Campo) et le sud-est du Cameroun (Sangmelima-Mintom)
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/979/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffroy de Saulieu, Richard Oslisly, Pascal Nlend et François Ngouoh, « Deux mille cinq cents ans de traditions céramiques à Dibamba Yassa (Cameroun) », Afrique : Archéologie & Arts, 13 | 2017, 23-40.

Référence électronique

Geoffroy de Saulieu, Richard Oslisly, Pascal Nlend et François Ngouoh, « Deux mille cinq cents ans de traditions céramiques à Dibamba Yassa (Cameroun) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 05 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/979 ; DOI : 10.4000/aaa.979

Haut de page

Auteurs

Geoffroy de Saulieu

geoffroy.desaulieu@ird.fr – IRD/UMR 208 (PALOC), Muséum national d’histoire naturelle, département « Hommes, Natures, Sociétés », 43 rue Buffon, Case Postale 51, 75231 Paris cedex 05, France

Articles du même auteur dans la revue

Richard Oslisly

richard.oslisly@ird.fr – Agence nationale des parcs du Gabon et IRD/UMR 208 (PALOC), Muséum national d’histoire naturelle, département « Hommes, Natures, Sociétés », 43 rue Buffon, Case Postale 51, 75231 Paris cedex 05, France

Pascal Nlend

pr_nlend@yahoo.fr – Centre de recherche et d’expertise scientifique, Yaoundé, Cameroun

François Ngouoh

ngouoh@yahoo.fr – Université de Yaoundé 1, département d’art et d’archéologie, BP 337, Yaoundé, Cameroun

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals