Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithes en Afrique : un passé très présent »

Introduction au premier volet « Plateformes funéraires et cercles de pierres dressées en Afrique de l’Ouest »

Funerary platforms and standing stone circles in West Africa
Luc Laporte, Hamady Bocoum et Jean-Paul Cros
p. 41-42

Résumé

Communications presented during a session dedicated to “African Megaliths: a very present past” during the SAfA meeting at Toulouse (June 2016), will be here published in the form of two thematic inserts within the present and the next issue of the journal Afrique : Archaeology & Arts. The first concerns funeral platforms, sometimes bounded by standing stones, South of the Sahelian strip.

Haut de page

Texte intégral

Carte situant les différentes contributions au cahier concernant les mégalithes en Afrique

Carte situant les différentes contributions au cahier concernant les mégalithes en Afrique

En italiques celles présentées dans le second cahier.

© D. Dalet

1Très nombreuses et diverses sont les formes de mégalithismes observées en Afrique et leurs chronologies également variées. Quelques-unes firent l’objet d’études scientifiques dès la fin du xixe siècle. D’autres, parmi les plus actuelles, sont parfois aussi de celles que l’on connaît le moins. Des coffres de pierre à usage funéraire, petits ou grands, sont présents en Afrique du Nord, au Sud-Soudan, en Éthiopie ou à Madagascar, comme en Centrafrique. Beaucoup plus nombreux et beaucoup plus répandus encore sont les dispositifs de pierres dressées. Certains sont associés à des plateformes funéraires, en Mauritanie, au Sénégal, en Guinée, au Niger, au Cameroun, au Soudan, en Éthiopie ou en Somalie par exemple. Dans le cadre d’une session organisée à l’occasion des rencontres biennales de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA), à l’université Toulouse Jean-Jaurès, du 26 juin au 2 juillet 2016, nous avions souhaité rendre compte de l’actualité de la recherche dans ce domaine. Les communications présentées à cette occasion sont ici publiées sous la forme de deux cahiers thématiques, intégrés à deux numéros successifs de la revue Afrique : Archéologie & Arts. Le premier cahier porte sur les plateformes funéraires, parfois bordées de pierres dressées, fréquentes au nord comme au sud de la bande sahélienne. Le second présentera différentes contributions concernant les pierres dressées en Afrique orientale, et plus particulièrement dans la corne de l’Afrique.

2Trop longtemps, les mégalithes ont été étudiés un peu comme une singularité culturelle, indépendamment de leur contexte archéologique local et régional. Inversement, un état des connaissances, parfois trop parcellaire dans certaines régions du monde, interdit souvent de dégager les grandes lignes de quelques traditions pourtant présentes sur la durée pour de vastes secteurs géographiques. Rien ne permet par exemple de relier les monuments tazunu de la République centrafricaine aux grands sites à stèles des hauts plateaux éthiopiens, distants de plusieurs milliers de kilomètres et dont les chronologies respectives portent parfois à discussion. Les contributions rassemblées au sein de ce premier cahier thématique illustrent également un autre cas de figure : celui de petites plateformes, parfois édifiées à l’image de la maison des vivants, ou présentées comme autant de lieux de réunion, et souvent à usage funéraire, qui sont attestées sur plusieurs millénaires de part et d’autre de la bande sahélienne, depuis ses rivages atlantiques jusqu’au bord de la mer Rouge.

3Certaines de ces plateformes sont bâties exclusivement en pierre sèche, d’autres sont bordées de pierres dressées, et parfois associées à des pierres isolées plus imposantes encore. L’état de conservation des vestiges nous les fera apparaître alors sous des jours très différents. Quelques-unes recouvrent une sépulture en pleine terre, alors que d’autres seront associées à des puits funéraires disposant, par exemple, d’une logette latérale. Leur fonction même est souvent discutée. L’histoire de la recherche et les traditions académiques propres à chaque grande région, à chaque pays, peuvent enfin contribuer à les classer parmi des objets d’étude totalement distincts. De fait, personne n’avait imaginé précédemment pouvoir trouver ne serait-ce que quelques éléments de convergence entre les tombes du Kerma ancien, au Soudan 2 500 ans avant notre ère, et les cercles de pierres dressées du mégalithisme sénégambien, édifiés trois millénaires plus tard à une autre extrémité du continent.

4Identifier de telles traditions millénaires est utile, en toute première approche, pour replacer chacune de ces manifestations sur le sol et le continent qui les portent – on s’étonne presque que cela n’ait pas été fait plus tôt –, dès lors que l’on évite toutefois les dérives d’un diffusionnisme simpliste. Car un tel constat n’explique rien, en soi. Il ne dissout nullement toute la variabilité observée pour des phénomènes souvent très localisés, isolés géographiquement les uns des autres, édifiés par des populations qui ne se connaissaient pas, à des moments différents de leur histoire et selon des motivations chaque fois singulières. Mais il permet du moins de confronter les approches de nos collègues qui, un peu partout sur le continent africain, étudient de telles structures archéologiques voire plus récentes encore. Chacun s’inscrit dans une histoire de la recherche propre à son secteur géographique : les mégalithes du Sénégal et de Gambie furent signalés dès la fin du xixe siècle et firent depuis l’objet de nombreux travaux scientifiques comme d’un inventaire assez détaillé (Laporte et al.) ; à l’opposé, l’existence de plateformes bordées de dalles dressées au Somaliland est tout juste portée à la connaissance de la communauté scientifique par le biais de l’un des articles publié dans ce volume (Cros et al.). Les deux articles qui concernent le Cameroun présentent, eux aussi, des approches très différentes, abordées à des échelles géographiques également distinctes (Langlois et al., Tchandeu et Temgoua-Noumissing). Quatre articles collectifs, mais vingt-cinq auteurs de cinq nationalités dont quatre sur le continent africain : que tous soient ici remerciés de leur contribution.

5Certaines de ces plateformes sont traditionnellement intégrées à l’étude des mégalithes, d’autres non. Peu importe, dès lors que l’on commence à s’interroger sur les populations qui ont édifié de telles structures homologues sur un espace géographique somme toute assez bien circonscrit, au cours de périodes plutôt récentes de l’histoire de l’Humanité. Sortir les études sur les mégalithes de champs d’investigations parfois un peu trop étroits et souvent abordés sous la forme de particularismes locaux un peu étriqués – sans pour autant nier ce qui en fait la spécificité ni basculer dans des approches trop rapidement globalisantes –, est peut-être un signe de maturité des études scientifiques les plus récentes dans ce domaine. Un préalable nécessaire, peut-être aussi, pour mieux revenir ensuite à ce qui distingue réellement ces dispositifs – principalement constitués de très grosses pierres, seulement érigées vers le ciel ou assemblées au sein d’une construction plus vaste –, de toute autre forme d’architecture monumentale. L’Afrique constitue ainsi un terrain d’exploration particulièrement propice et motivant. Tant a été fait, tant reste à découvrir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte situant les différentes contributions au cahier concernant les mégalithes en Afrique
Légende En italiques celles présentées dans le second cahier.
Crédits © D. Dalet
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Laporte, Hamady Bocoum et Jean-Paul Cros, « Introduction au premier volet « Plateformes funéraires et cercles de pierres dressées en Afrique de l’Ouest » », Afrique : Archéologie & Arts, 13 | 2017, 41-42.

Référence électronique

Luc Laporte, Hamady Bocoum et Jean-Paul Cros, « Introduction au premier volet « Plateformes funéraires et cercles de pierres dressées en Afrique de l’Ouest » », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 05 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/993

Haut de page

Auteurs

Luc Laporte

luc.laporte@univ-rennes1.fr – UMR 6566-Creaah Université Rennes 1, Campus de Beaulieu, bât. 24, 35042 Rennes Cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Hamady Bocoum

hawab@hotmail.com – IFAN, UCAD, BP 206, Dakar, Sénégal

Articles du même auteur dans la revue

Jean-Paul Cros

cros.jeanpaul@sfr.fr – Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie R. Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals