Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithes en Afrique : un passé très présent »

Les monuments mégalithiques du Somaliland

The megalithic monuments of Somaliland
Jean-Paul Cros, Xavier Gutherz, Joséphine Lesur et Mohamed Abdi Ali
p. 43-58

Résumés

Les recherches au Somaliland, peu nombreuses mais précoces, dès la fin du xixe siècle, font état de structures à vocation principalement funéraire. Sommairement décrites dans la littérature, elles fournissent néanmoins quelques indications d’ordre typologique et chronologique. Des missions de prospection et des fouilles, entre 2002 et 2005, nous ont permis également de constater la présence de nombreux monuments mégalithiques de morphologie variée. Le bilan des travaux antérieurs, réalisés par nos prédécesseurs, joint à celui de nos propres recherches permet de proposer ici une typologie préliminaire – comportant quatre grandes familles de monuments – et de tenter d’asseoir une chronologie sur le temps long des différentes formes rencontrées. Cette discussion chronologique prendra en considération les structures funéraires décrites anciennement ou étudiées récemment dans un espace géographique plus large étendu à l’ensemble de la Corne de l’Afrique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Somaliland
Haut de page

Texte intégral

Les sépultures « anciennes » au somaliland : historique des recherches

1Les premières mentions de la présence de sépultures anciennes construites en pierre sèche (tumulus et autres formes bâties) dans les régions de la Corne de l’Afrique, au sud du golfe d’Aden, remontent à la deuxième moitié du xixe siècle. À cette époque, les visiteurs occidentaux partant d’Aden explorèrent les côtes méridionales du golfe, de Zeila au cap Gardafui et, pour certains d’entre eux, pénétrèrent assez loin à l’intérieur des terres.

2C’est au français Georges Révoil, qui visita ces régions en 1880, que l’on doit les premières descriptions plus ou moins détaillées de tumulus et autres formes de tombes (Révoil 1882). Il explora en particulier la région de Maydh où se trouve une concentration importante de tumulus et en fouilla plusieurs. Il y trouva à faible profondeur quelques vestiges dont du verre romain et des tessons de céramique rouge datés du ier siècle de notre ère (ibid. : 312-319). G. Révoil fut le premier à remarquer l’existence de plusieurs formes de tombes, rondes ou rectangulaires.

3En 1931, Enrico Cerulli, diplomate et ethnologue italien, publia dans le volume iv d’Africa italiana un article sur les traditions historiques de la Medjertine dans lequel il parle de deux catégories de tumulus (Cerulli 1931). Les premiers, dits de type A, sont construits en pierres sèches accumulées sans ordre. Ils ont une hauteur relativement modeste mais dissimulent une chambre sépulcrale ronde et couverte par un toit de troncs et de branches, lui-même surmonté par une accumulation de pierres. La deuxième catégorie correspond à des cairns de type B, plus soigneusement bâtis, mais sans toiture interne de bois. Ces sépultures sont attribuées aux Gallas, considérés comme les ancêtres des actuels Oromo et dont l’expansion dans la Corne de l’Afrique se serait principalement déroulée au xvie siècle (ibid.).

4Plus tard, en 1937, dans un article détaillé sur les villes anciennes du Somaliland, Alexander T. Curle, lieutenant-colonel de l’armée britannique, qui fut vice-consul du British Somaliland dans les années trente, évoqua brièvement l’existence de cairns à vocation funéraire (Curle 1937a). Dans une courte note, il révèle la présence de stèles phalliques érigées sur certaines sépultures de la région frontière avec l’Éthiopie (Curle 1937b). Dans son ouvrage The Prehistoric Cultures of the Horn of Africa J. Desmond Clark ne prend pas en considération les sépultures mégalithiques, sans doute parce qu’il considère qu’elles n’appartiennent pas à la préhistoire et ne relèvent pas de son propos (Clark 1954). En 1961, le célèbre anthropologue britannique Ioan M. Lewis reprend et complète les connaissances antérieures (Lewis 1961). Il revient sur la classification morphologique des tumulus déjà esquissée par E. Cerulli et souligne l’abondance de monuments de type A dans l’ensemble du Somaliland, dans la Medjertine, ainsi qu’à Djibouti et dans le Harar. Les monuments de type B ont la même répartition mais sont moins nombreux. Une forte concentration est notée dans la région d’Erigavo. En 1975, Neville H. Chittick, alors directeur de l’Institut britannique de l’Afrique de l’Est à Nairobi, organisa, à l’invitation du gouvernement somalien, une mission de trois mois dans le nord du pays. Il prospecta les territoires actuels du Somaliland et du Puntland, recensa et décrivit des structures funéraires – cairns, monuments à plateforme, pierres dressées – qu’il attribua à la période pré-islamique. N. H. Chittick propose une typologie de ces monuments qui ne comprend pas moins de douze catégories (Chittick 1969, 1976, 1992).

5Notre mission de prospection au Somaliland, réalisée en novembre et décembre 2002, avait pour objectif principal la recherche de sites en grotte ou sous-abri susceptibles de contenir des remplissages stratifiés. À cette occasion, nous avons pu mesurer la forte densité de structures tumulaires et mégalithiques dans la partie centrale du pays (fig. 1). Nous avions alors remarqué la présence, outre les très nombreux tumulus qui entraient dans les modèles déjà connus en Éthiopie et à Djibouti, de formes architecturales inédites. Cette mission nous permit de dresser un premier inventaire des monuments rencontrés et d’esquisser une typologie que nous affinerons ici. Mais ce n’est que deux ans plus tard, que l’un d’entre nous (J.-P. Cros) et R. Joussaume réalisèrent la fouille complète d’un monument à plateforme circulaire au pied du rocher de Laas Geel (cf. infra). Les missions suivantes, de 2003 à 2010 ont permis d’identifier de nombreux autres monuments.

Figure 1 – Carte de la zone de prospection de 2002 au Somaliland

Figure 1 – Carte de la zone de prospection de 2002 au Somaliland

DAO J.-P. Cros

  • 1 Directrice du département d’archéologie au ministère de la culture et du tourisme du Somaliland de (...)

6En 2015, Sada Mire1 publia un bilan général sur le patrimoine archéologique du pays assorti d’une liste des principaux sites recensés au cours de prospections organisées dans le cadre de son service. Un chapitre est consacré aux sépultures mégalithiques. La liste mentionne une cinquantaine de sites qualifiés de « mégalithiques », mais l’auteur rappelle que cette liste est sélective et ne reflète donc que partiellement la densité exceptionnelle de ce type de vestiges. S. Mire énumère les formes architecturales qu’elle intègre dans les traditions funéraires du Somaliland : cairns (arawelooyin en somali), « tumulis » (sic), dolmens, dolmens à couloir (ganggrifts en suédois) et stèles (hawelti en somali). Elle donne une fourchette chronologique très large pour situer dans le temps ces différents types d’architectures à fonction funéraire : entre 2000 et 1500 avant notre ère, mais en l’absence de fouilles rien ne peut être confirmé (Mire 2015). Il reste cependant que certaines stèles sculptées et gravées peuvent être rattachées à des traditions religieuses pré-islamiques ou contemporaines de l’Islam : pierres phalliques signalées par A. Curle (1937b) rattachées aux stèles du Sidamo, croix orthodoxe gravée sur un monolithe évoquant l’influence du christianisme, ou encore gravure d’une étoile de David sur une autre pierre dressée trouvée près de Dhubato. En ce qui concerne les monuments à chambres en dalles, S. Mire pense qu’ils peuvent être rattachés pour les plus anciens à la période néolithique, mais elle n’expose pas d’argument archéologique pour asseoir cette datation.

7Ces dernières années (2015 et 2016), une équipe anglo-espagnole conduite par Alfonso Gonzáles-Ruibal s’est intéressée aux vestiges médiévaux et modernes du Somaliland, dans l’optique de documenter le rôle de la côte est-africaine dans le réseau du commerce et des échanges de l’Océan indien. Les missions de terrain l’ont amené à observer de nombreux tumulus ainsi que des tombes construites en dalles de pierre dont les modèles architecturaux divers sont sensiblement les mêmes que ceux que nous avions pu observer. A. Gonzáles-Ruibal et ses collaborateurs considèrent que la majorité de ces monuments (tumulus, sépultures mégalithiques ou simples tombes individuelles en dalles) ne sont pas très anciens. Ils s’étageraient entre les premiers siècles de notre ère et le xvie siècle environ (Gonzáles-Ruibal et al. 2017). Nous reviendrons par la suite sur ces divers éléments permettant de proposer des datations.

Architectures

8Les nombreux monuments observés en 2002 (fig. 1) peuvent être classés en au moins quatre grandes familles : les tumulus, les monuments circulaires à couronne de pierres dressées, les monuments rectangulaires à stèles dressées et les sépultures sous blocs. Il est cependant fort probable que ces grandes catégories seront à nouveau subdivisées à l’issue des études sur ces diverses structures. Il s’agit d’un classement basé sur les architectures visibles, le seul qui nous était accessible compte tenu du caractère exclusivement prospectif de notre mission.

Les tumulus

9Ce qui frappe au premier abord, c’est la quantité importante de tumulus que nous avons répertoriée, la plupart constitués de pierres. Ce n’est pas une spécificité de cette zone car l’Afrique de l’Est est couverte de milliers de tas de pierres plus ou moins coniques, témoins des pratiques funéraires des populations qui se sont succédé sur ces territoires : anciens pour certains d’entre eux, érigés sans doute à des périodes récentes et même sub-contemporaines pour d’autres. Ils sont apparemment peu ou pas aménagés (fig. 2), mais on note parfois une dépression sommitale qui n’est pas la conséquence de fouilles clandestines, mais probablement le résultat d’un aménagement volontaire. À ce propos, les observations faites par I. M. Lewis (1961) à la suite de celles de E. Cerulli (cf. supra) sont sans ambiguité et vont entièrement dans ce sens.

Figure 2 – Grand tumulus de Dhagax Suni près du village de Laleys

Figure 2 – Grand tumulus de Dhagax Suni près du village de Laleys

© J.-P. Cros

10Les tailles sont diverses et la grande majorité de ceux que nous avons observés ne semblent pas structurés : par exemple, seule une faible part d’entre eux présente à leur base un cercle de pierres formant limite. À Sheikh, un tumulus aujourd’hui plat, probablement en raison d’un épierrement récent lié à l’urbanisation, laisse apparaître la structure de base : il s’agit d’un double cercle de pierres au centre du monument et, à sa périphérie, d’un triple cercle de pierres de 10 m de diamètre environ. Certains autres tumulus de faible élévation, mais toujours constitués de pierres, sont bien délimités par une ceinture de dalles dressées dont la hauteur ne dépasse jamais celle du tas de pierres central.

11Un certain nombre de tumulus près de Sheek Abdal (en bordure de la piste vers El Anod) et dans la vallée de l’oued Anod (entre El Anod et Bulahr) possèdent une plateforme périphérique circulaire de pierres limitée par des blocs de plus gros module. Plusieurs font partie de petites nécropoles qui comportent d’autres tumulus qui semblent non structurés. Ces monuments à plateforme restent cependant assez rares tout au moins le long de l’itinéraire que nous avons emprunté alors qu’ils sont assez fréquents dans certaines zones de Djibouti, comme dans le massif du Day (fig. 3). Ils peuvent être isolés, mélés à ou à proximité d’autres types de structures, voire groupés en nécropoles plus ou moins étendues. Leur localisation est variable : au fond des vallées, mais aussi souvent alignés sur les lignes de crête comme dans la région de Guideys et de Cagarey, à l’est de Sheikh, et au sud des monts du Wagar.

Figure 3 – Tumulus à plateforme limité par un cercle de gros blocs près du village de Guirori, monts Goda, Djibouti

Figure 3 – Tumulus à plateforme limité par un cercle de gros blocs près du village de Guirori, monts Goda, Djibouti

© J.-P. Cros

12À Laas Geel, plusieurs ensembles de cercles de pierres à peine visibles à la surface du sol, limitant des tumulus bas, forment ce qui ressemble à une petite nécropole à proximité immédiate d’abris peints. Un lien avec les auteurs des peintures pouvant être envisagé, la fouille de l’un de ces quatorze cercles (le monument D, fig. 4) a été réalisée par J.-P. Cros, R. Joussaume et R. Bernard (Cros et al. 2006).

Figure 4 – Vue générale du tumulus plat de Laas Geel restauré à la fin des fouilles

Figure 4 – Vue générale du tumulus plat de Laas Geel restauré à la fin des fouilles

© J.-P. Cros

13Ce tumulus circulaire plat, qui mesure 6,80 m de diamètre, était limité par une couronne de dalles peu épaisses, trapézoïdales à extrémité supérieure légèrement arrondie, et de couleur grise à verte. La forme donnée à ces dalles, dont les plus longues atteignent 50 à 60 cm, permettait leur positionnement jointif sur le pourtour circulaire du monument suivant une technique très élaborée : elles étaient toutes placées obliquement, constituant une couronne de pierres installées dans une légère dépression périphérique, maintenues deux à deux dans cette position par un autre bloc situé à l’arrière. Le niveau superficiel du tertre était essentiellement composé de pierres (quartz) blanches et rouges du plus bel effet ; ces dernières recouvraient une surface de terre fine, bombée dans la partie centrale, surmontée de blocs de granite plus ou moins plats.

14La partie dallée à l’intérieur de la couronne était formée dans sa zone centrale de lignes de pierres concentriques. Une fouille en puits, réalisée dans un secteur supposé correspondre à l’emplacement présumé de la sépulture, a mis en évidence un petit coffrage d’une cinquantaine de centimètres de côté, dont l’un était ouvert. La plus grande des quatre pierres qui le composent atteint 45 cm de hauteur et leur base se situe à 80 cm au-dessous de la couverture dallée du monument. La surface ainsi limitée contenait un sédiment brun clair légèrement différent de celui qui entourait la structure. Aucun vestige archéologique n’a été découvert à l’intérieur de ce coffrage. L’inclinaison vers l’intérieur des dalles qui le limitent plaide en faveur de l’existence d’un espace vide pendant un certain temps, peu à peu comblé par des sédiments d’infiltration. La fouille a atteint le substrat marqué par une zone graveleuse, à environ 1 m de profondeur, qui surmonte et enrobe des boules de granite plus ou moins grosses et très altérées en surface. En bordure du quadrant sud-est du monument, deux pierres, dont l’une était légèrement engagée sous une dalle de la couronne, laissaient envisager qu’elles pouvaient recouvrir une autre structure. Une fouille a été conduite jusqu’à environ 1 m sous la surface du sol actuel. En dehors de quelques rares artefacts, elle n’a rien révélé et il est donc impossible de statuer sur le rôle de ces deux pierres déposées à la surface du tertre : la plus grande fut peut-être à une certaine période dressée.

15La fouille n’a malheureusement pas permis de connaître précisément le statut de ce monument et son lien éventuel avec les peintures des abris voisins. Aucun ossement humain n’a été trouvé dans ce coffrage qui peut n’en avoir jamais contenu. On peut donc se trouver en présence d’un monument commémoratif, d’un cénotaphe, ou d’une structure ayant contenu un dépôt secondaire constitué d’une toute petite partie d’un corps. Mais le nombre de ces tumulus groupés en un même lieu évoque une nécropole. Seule la fouille d’un ou de deux autres monuments du même type pourra peut-être apporter quelques réponses.

Les monuments circulaires à couronne de pierres dressées

16Le terme « en couronne » peut prêter à confusion avec tous les monuments limités par une ligne de pierres, formant donc comme autant de couronnes plus ou moins circulaires. Pour ces raisons, nous employons ici le terme « à couronne de pierres dressées » pour désigner les monuments circulaires ou légèrement ovalaires limités par une couronne de pierres d’une certaine hauteur (au moins 50 cm), constituée de dalles. De faible épaisseur, placées à la verticale, ces dernières sont souvent jointives, quelquefois aménagées ; deux au moins, voire quatre, sont légèrement ou nettement plus hautes que les autres. L’espace intérieur de cette couronne est entièrement comblé par un remplissage caillouteux susceptible de contenir le ou les dépôt(s) funéraire(s), à moins que ceux-ci ne se trouvent dans une fosse creusée dans le sol et scellée par ce comblement. La partie supérieure du remplissage jouxte le sommet des dalles périphériques, quelquefois le dépasse, réalisant alors un bombement. Les diamètres de ces monuments varient entre 2 et 5 m. Quelques-uns présentent, à une distance de 1 à 2 m du pied des dalles dressées, une couronne périphérique faite d’un bourrelet de cailloux posés sur le sol. Entre les deux, le sol est soit nu, soit recouvert d’une nappe peu épaisse de cailloutis. Nous n’avons aucun élément de datation pour ces structures.

17À Raari, entre Sheikh et Ala Ule, une tombe en couronne de 4 m de diamètre environ se trouve au sein d’une nécropole qui comporte une douzaine d’autres tombes de types différents ; elle est limitée par quinze dalles dressées, avec à l’est et à l’ouest, deux dalles plus hautes, le tout limitant une zone centrale qui contient un remplissage épais de 70 à 80 cm environ ; une zone pavée circulaire entoure au sol ce monument sur 1,50 m environ. Trois structures semblables existent près de la piste qui mène de Ghideys à Cagarey (fig. 5) : contrairement à la tombe en couronne de Raari, les dalles y sont pratiquement toutes de même hauteur et plus jointives. Une autre structure près de Bustanka, au voisinage du massif de Daymoleh, possède de très grandes dalles périphériques.

Figure 5 – Tombe en couronne près de la piste Ghideys-Cagarey

Figure 5 – Tombe en couronne près de la piste Ghideys-Cagarey

© X. Gutherz

Les monuments rectangulaires à stèles dressées

18Ces monuments sont constitués de dalles peu épaisses plus ou moins longues – entre 20 cm et près de 1 m –, semi-enterrées, placées de chant et délimitant un espace rectangulaire dont le grand axe est toujours orienté est-ouest (fig. 6). Leur longueur totale peut dépasser 1,5 m. Sur chacun des deux petits côtés est dressée une stèle. Près du village d’Iskudar, à Alanka La Helow, au milieu des déblais de l’un de ces monuments éventré apparaissaient des restes humains.

Figure 6 – Tombe rectangulaire à Madaala avec deux stèles dressées sur les petits côtés

Figure 6 – Tombe rectangulaire à Madaala avec deux stèles dressées sur les petits côtés

© J.-P. Cros

19Ces structures sont toujours insérées soit dans un tumulus très plat formé d’une couche peu épaisse de pierres plus ou moins grosses, soit dans un petit épandage de fins cailloutis entouré d’une unique couronne de pierres, voire à même le sol naturel mais avec une couronne de pierres formant limite un peu à distance de la (ou des) structure(s). Certains ensembles comprennent plusieurs monuments rectangulaires juxtaposés inscrits dans une couronne circulaire, réalisant ainsi une sorte d’enclos (fig. 7) : de deux à quatre sur le site de Raari près de Sheikh, jusqu’à dix dans les environs de Daymoleh. Il en existe de plusieurs tailles, souvent situés à petite distance sur le même tumulus, et disposés selon la même orientation que les plus grandes, c’est-à-dire, de façon quasi constante, est-ouest. La Mecque se trouvant au nord/nord-ouest du Somaliland, l’orientation de ces structures n’est donc pas compatible avec les pratiques funéraires musulmanes.

Figure 7 – Monuments à longues et minces stèles dressées à Bustanka, inclus dans une grande enceinte ovalaire

Figure 7 – Monuments à longues et minces stèles dressées à Bustanka, inclus dans une grande enceinte ovalaire

© X. Gutherz

20Leur point commun est que, dans aucun cas, il n’existe de recouvrement de la partie centrale par des dalles de fermeture. On ne peut donc parler de coffres, et encore moins de monuments de type « dolmen ». De même, ils ne sont dissimulés par aucun tumulus puisque dans les nombreux cas observés on distingue très nettement, affleurant du sol ou de la nappe de pierres dans laquelle ils sont bâtis – souvent sur une hauteur de plus de 20 cm –, les parties supérieures des dalles formant les parois de l’espace funéraire. La particularité de ces structures rectangulaires est la présence quasi-constante de deux stèles aniconiques, plus précisément de dalles brutes dressées, aux deux extrémités de l’espace central, sur les petits côtés.

21Ces monuments se présentent soit isolés, soit en petits groupes, ou encore en véritables ensembles d’une dizaine à une vingtaine d’exemplaires. Tel est le cas dans le « cimetière des Forgerons » (Xabaalo Tumaalod, en somali) près de Berbera (fig. 8). Il existe beaucoup d’autres « nécropoles », comme le « cimetière du Prophète » à côté de l’abri à peintures dénommé Dagah Nabi Galey, dans les environs de Laas Geel, ou près des grottes de Garba Keyle, sur le plateau de Gaan Libah, dans les monts Goolis.

Figure 8 – « Cimetière des forgerons » près de Berbera : vue d’une partie de la nécropole

Figure 8 – « Cimetière des forgerons » près de Berbera : vue d’une partie de la nécropole

© X. Gutherz

22Une autre catégorie de structure se rattache néanmoins à celle des monuments rectangulaires à stèles dressées : les monuments cruciformes. Ils sont constitués de nombreuses petites cellules quadrangulaires accolées leur donnant une forme globale en croix (fig. 9). Par exemple, pour le monument de la figure 9, l’espace central est un carré sur les côtés duquel se greffent quatre cellules, également carrées, bordées chacune à l’extérieur d’une dalle dressée, l’ensemble formant une véritable croix dessinée au sol ; un monument en forme de damier comptait même plusieurs dizaines de cellules. Des pierres dressées opposées deux à deux ferment fréquemment le côté le plus externe de ces cellules carrées. Les tombes cruciformes présentent donc le plus souvent quatre pierres dressées opposées deux à deux. Comme pour les monuments rectangulaires à pierres dressées, la volonté de laisser visible l’architecture est des plus évidente. On y observe aussi assez souvent un jeu volontaire d’opposition de couleurs obtenu par la mise en place alternée, au moment de la construction des cellules, de dalles de couleurs très différentes (claires versus sombres, blanches versus rouges) dont la nature géologique différe selon les affleurements disponibles dans les environs.

Figure 9 – Une tombe en croix sur le site du « cimetière des forgerons »

Figure 9 – Une tombe en croix sur le site du « cimetière des forgerons »

© X. Gutherz

23En l’absence actuelle de fouilles de quelques-uns de ces monuments, dont la fonction – probablement funéraire – reste difficile à appréhender, il s’avère difficile de les caler dans le temps et de les subdiviser encore en différentes catégories.

Les sépultures sous blocs

24Des restes humains, dont certains en connexion, ont pu être visuellement observés chaque fois qu’une telle structure a été rencontrée lors de nos prospections. Ces « sépultures » sont aménagées soit au niveau d’un retrait de la paroi rocheuse – qui forme ce que l’on nomme un abri sous roche (« tombeau du Prophète ») –, soit contre un ressaut rocheux qui ménage une différence de niveau, comme à Wegerka Ala Ule où nous en avons observé deux (fig. 10). Il s’agit dans tous les cas d’une utilisation opportuniste : il suffit en effet de ne fermer la sépulture que sur un seul côté par de gros éléments rocheux, les autres limites étant naturelles. Toutefois dans le cas d’une des tombes de Wegerka, il semble que des dalles épaisses aient été ajoutées pour compléter la couverture.

Figure 10 – Sépulture sous blocs à Wegerka Ala Ule

Figure 10 – Sépulture sous blocs à Wegerka Ala Ule

© X. Gutherz

25Non loin de la ville de Sheikh, en direction de Ala Ule, se trouve un exceptionnel ensemble de monuments mégalithiques de divers types, au lieu-dit Raari. À partir du plan d’ensemble (fig. 11), réalisé à main levée, et des observations de terrain plusieurs informations peuvent être faites. La majorité des monuments sont des structures rectangulaires, souvent regroupées à plusieurs dans une sorte d’enclos arrondi ou plus ou moins ovalaire, limité par une ligne de pierres. Ces structures sont de deux tailles : une petite qui pourraît correspondre à celle de tombes d’enfants, une plus grande destinée aux adultes (fig. 12).

Figure 11 – Plan de la nécropole de Raari. Relevé à main levée X. Gutherz

Figure 11 – Plan de la nécropole de Raari. Relevé à main levée X. Gutherz

DAO J.-P. Cros

Figure 12 – Nécropole de Raari : tombes quadrangulaires alignées avec, au fond, un grand cercle de pierres

Figure 12 – Nécropole de Raari : tombes quadrangulaires alignées avec, au fond, un grand cercle de pierres

© J-P. Cros

26On y trouve aussi des cercles de pierres avec entrée qui ne semblent pas contenir de structures construites. Un ou deux autres entourent à distance un cairn central et une structure en couronne est également présente au nord, en périphérie du site. Ces différents types de monuments ont comme point commun la présence de stèles aniconiques. Mais en l’absence de fouille, rien ne nous autorise à considérer actuellement que toutes ces tombes sont contemporaines, ni dans le cas contraire, d’évaluer leur succession dans le temps.

Éléments de chronologie dans un cadre régional

27À partir de 2002, un assez grand nombre de monuments ont pu être observés. Ils se répartissent entre les types architecturaux que nous avons pu décrire. En 2004, l’une des tombes à plateforme circulaire et fosse centrale de Laas Geel a été fouillée, mais l’absence d’éléments de datation directe (charbons de bois ou ossements) n’a pas permis de situer ces monuments dans le temps. Pour tenter de proposer des repères chronologiques, nous nous fondons sur des comparaisons avec les pays voisins où des fouilles ont permis des datations absolues. Mais il est aussi nécessaire de porter attention aux quelques travaux anciens mentionnés ci-dessus – notamment ceux de la fin du xixe siècle qui ont laissé un peu de mobilier – ou sur de rares travaux plus récents et ponctuels, comme les fouilles de I. M. Lewis dans les années 1960.

28Les tumulus fouillés dans la Corne de l’Afrique sont assez peu nombreux, bien que beaucoup aient été éventrés pour récupérer les pierres ou un hypothétique trésor : en Éthiopie dans le Harar et le Sidamo (Joussaume 1995), et dans le Mänz (Fauvelle-Aymar et al. 2007 ; Hirsch & Poissonnier 2000), à Djibouti dans le Ghoubbet et le Day (Poisblaud et al. 2002), et dans le nord du Kenya (Curle 1933 ; Davies 2013). Une calotte crânienne trouvée dans un tumulus à Balho, dans le nord de la République de Djibouti aurait été datée de l’extrême fin du iie millénaire avant notre ère par le 14C (Joussaume 1995 : 72). En dehors du Ghoubbet, où les datations indiquent le milieu du iiie millénaire avant notre ère (Gif 11971 : 3840 ± 55 BP ; Gif 11973 : 4050 ± 60 BP), les autres tumulus fouillés montrent des occupations qui peuvent se répartir de l’Antiquité jusqu’au xve siècle de notre ère et plus tardivement encore dans le sud de l’Éthiopie, voire au xviiie siècle pour des tumulus du plateau de Gaan Libah au Somaliland (Lewis 1961). Certains tumulus fouillés anciennement, notamment par G. Révoil, contenaient du mobilier importé d’époque antique. Par bonheur, le fonds G. Révoil a été conservé au musée de l’Homme à Paris et publié (Desanges et al. 1993).

29Il existe toutefois, outre les tumulus plats en croissant du Goubbhet (cf. infra), d’autres structures funéraires ou supposées funéraires apparentées à la catégorie générique des tumulus que des datations absolues situent clairement dans la période néolithique. Tel est le cas des structures à piliers (pillars) du bassin du Turkana (cf. infra) qui livrent de la céramique de type nderit, bien datée du milieu du iiie millénaire avant notre ère (Barthelme 1985). Ainsi, sous des formes architecturales diverses, les sépultures en pierre sèche, à amas de pierres plus ou moins volumineux ou recouvertes par une chape de pierres formant un tumulus plat, sont présentes dans la Corne de l’Afrique dès le Néolithique. D’assez nombreux cas, où des datations absolues ou relatives ont pu être obtenues, montrent qu’ils ont été édifiés de tout temps et jusqu’à des époques très récentes (xviiie siècle selon I. M. Lewis 1961). Il est donc totalement inapproprié de parler d’une culture ou d’une civilisation des tumulus (Turquoi 2007).

  • 2 Cette opération, pilotée par S. Hérouin, s’inscrit dans le cadre du programme PSPCA (Premières Soci (...)

30Pour en revenir au Néolithique, un monument d’un type particulier, qui peut par sa structure s’apparenter aux plateformes du Kenya est actuellement en cours de fouille dans le bassin du Gobaad, en République de Djibouti. Il s’agit du tumulus à plateforme d’Antakari 3 (fig. 13)2. Ce monument en pierres sèches de forme circulaire, avec une vaste plateforme centrale pavée de blocs de basalte, est structuré par deux couronnes :

  • une interne, dont le diamètre varie entre 9,60 m et 10 m, constituée de dalles de basalte posées sur chant, de dimensions variables ; au nord-est, une ouverture délimitée par deux dalles dressées semble correspondre à l’entrée du monument ; cette couronne interne enserre la plateforme centrale ;

  • une externe, dont le diamètre varie entre 14,30 m et 14,70 m, composée de blocs de basalte polyédriques ; le comblement des interstices a été fait à l’aide de petits éléments de basalte.

Figure 13 – Vue générale du tumulus à plateforme d’Antakari 3 dans le Gobaad

Figure 13 – Vue générale du tumulus à plateforme d’Antakari 3 dans le Gobaad

© S. Hérouin

  • 3 Hérouin S., Cauliez J., Gutherz X., Bruxelles L., Coudert L., Alarashi H., Jacquet A., Matu M., Tho (...)

31La fouille de la périphérie immédiate du monument, sur une bande de 1 à 2 m de large à partir de la couronne externe, a révélé la présence d’une vingtaine de sépultures individuelles dans de simples fosses creusées dans un dépôt sableux d’origine lacustre volontairement apporté à cet endroit, et constituant le « substrat » sur lequel est bâtie la plateforme en pierres. Les sujets inhumés sont le plus souvent porteurs de parure faite de petits gastéropodes marins percés, de valves découpées ou de perles discoïdales en test d’œuf d’autruche. L’une de ces sépultures contenant deux sujets (17/18) a été datée à partir de la fraction minérale des os (bioapatite) ; les âges obtenus sont les suivants : 4075 ± 23 BP (UBA-20221) et 4032 ± 28 BP (UBA-20222). Ces dates sont en accord avec l’aspect du mobilier archéologique découvert (céramique et parure) pouvant être intégré au complexe néolithique régional, sans pouvoir préciser pour le moment auquel des trois faciès identifiés dans le bassin du Gobaad il peut se rattacher (Cauliez et al. 2008). La partie interne du monument, sous la plateforme circulaire centrale, contient au moins une vingtaine de sépultures individuelles3.

32Des prospections réalisées dans la même région ainsi que dans celle d’Ali Sabieh, en République de Djibouti, ont permis de reconnaître d’autres monuments de ce type. Dans le nord du pays deux d’entre eux morphologiquement assez proches ont été fouillés en bas de l’éperon qui porte le site d’Asgoumhati, dans le massif du Day, rapporté à la culture asgoumhatienne néolithique (Poisblaud 2005 ; Duday et al. sous-presse). Ces deux monuments sont des tombes plates, circulaires, de 8 m de diamètre environ. Une couronne de pierres disposées à plat, de 1,50 m environ de large, les ceinture. Le centre de chacun des deux monuments comporte des dalles ou un gros bloc refermant un puits profond d’environ 1 m et large de 0,60 m à 0,75 m dans lequel gisaient les corps en position contractée.

33Deux datations sur charbon de bois venant d’un foyer situé sous la couronne externe de pierres de la tombe 2 donnent un âge de 395 ± 20 BP et 410 ± 25 BP (laboratoire C2RM). Ces dates très récentes semblent ne pas pouvoir correspondre à l’architecture de ces tombes qui doivent être plus anciennes

34Actuellement, aucun monument comparable n’a été formellement observé au Somaliland, mais le système de pavage de forme circulaire bordé de dalles dressées n’est pas sans rappeler le seul monument fouillé et ses voisins de la nécropole de Laas Geel. On peut aussi évoquer l’article de synthèse de M. I. J. Davies (2013) qui présente quelques photos prises en Somalie issues du fonds conservé par le British Institut in Eastern Africa : les photos B et C (ibid. : 225, fig. 2) montrent des structures funéraires dénommées kerberd cairns dont l’allure générale les rapproche des monuments plats circulaires de Djibouti, mais il serait nécessaire d’y pratiquer des fouilles pour aller au-delà de cette première impression.

35Pour ce même pays, nous disposons de quelques rares informations fournies par les premiers explorateurs, en particulier G. Révoil, qui montrent des indices matériels d’une utilisation (voire d’une construction) de certains tumulus au cours de l’Antiquité. G. Révoil y découvrit en effet de la céramique sigillée et des fragments de verre datés du ier siècle de notre ère (Ballet 1996 ; Desanges et al. 1993). Ces données ont été confirmées par H. N. Chittick qui attribue aussi une part du mobilier qu’il a pu découvrir à l’Antiquité tardive : par exemple un fond de jarre glaçurée de « type sassanide » trouvé près d’un tumulus dans la presqu’île d’Hafun (Chittick 1992).

36L’équipe d’A. Gonzáles-Ruibal, dans le cadre d’un projet du Conseil Supérieur des Recherches Scientifiques espagnol (CSIC), apporte de nouveaux éléments de datation pour certaines sépultures (Gonzáles-Ruibal et al. 2017). Ce chercheur et son équipe ont travaillé en 2015 et 2016 sur une station caravanière près d’Iskudar. Délimité par une enceinte de pierre sèche, ce site possède un secteur funéraire avec plusieurs types de sépultures : des cairns, des cercles de pierres, des cistes et des tombes cruciformes (ibid. : 164, fig. 22). Tous les éléments datant trouvés dans l’agglomération la situent dans une fourchette chronologique assez bien cernée, confirmée par deux datations absolues (D-AMS-015990 : 827 ± 24 BP ; D-AMS-015991 : 663 ± 20 BP), c’est-à-dire entre le début du xiie siècle et la fin du xive siècle de notre ère (ibid. : 165).

37Un objet assez spécifique découvert dans une des tombes cruciformes éventrées d’Iskudar, un brûle-parfum, trouve des correspondants sur le site de Bulhar – localité côtière à mi-chemin entre Zeila et Berbera, considérée par les historiens de la Corne de l’Afrique comme l’une des villes anciennes importantes de cette région –, et sur un important cimetière situé près de Berbera, le « cimetière des forgerons » (ibid. 2017 : 147, fig. 9). Dans les deux cas, ce matériel peut être daté de la première moitié du iie millénaire de notre ère.

38Ainsi, malgré l’absence à ce jour de fouilles méthodiques, les monuments cruciformes pillés par des autochtones livrent dans leurs déblais, ou dans les rares collections accessibles aux chercheurs, des mobiliers qui peuvent être rattachés à la période médiévale mais aussi des ossements humains, ce qui confirme qu’il s’agit bien de tombes. Pour les monuments rectangulaires à stèles dressées, selon l’appelation que nous leur avons préalablement donnée (cf. supra), les seules indications proviennent du site d’Iskudar et nous ramènent également à la période médiévale.

39Il reste que d’autres types de monuments ne sont pas encore datés, même approximativement. Les monuments circulaires ou ovalaires à ceinture de pierres dressées jointives appartiennent à ces catégories de tombes qui n’ont pour l’instant livré aucun indice ou élément précis de datation. Intuitivement, nous aurions tendance à les considérer comme plus anciennes que les deux types précédents, mais cela reste hypothétique. Sans doute, peut-on tenter un rapprochement morphologique avec certaines tombes circulaires du Kenya, notamment les tombes dites Namarotunga, près du lac Turkana, nombreuses sur les sites de Lokori et Kalakol (Lynch & Robbins 1978). Mais en l’absence de fouilles des tombes du Somaliland cette comparaison s’arrête à la morphologie générale. On ne peut pas savoir en effet si, comme au bord du lac Turkana, les cercles de pierres dressées juxtaposées et leur remplissage de blocaille interne cachent une fosse sépulcrale destinée à un seul individu disposé en position fléchie sur le côté droit. D’autres ensembles à vocation au moins en partie funéraire de cette même région, à l’ouest du lac, comportent de grandes pierres dressées souvent cylindriques, de fait des colonnes naturelles de basalte, d’où le nom de pillar qui leur a été donné (Hildebrandt et al. 2011 ; Grillo & Hildebrand 2013). Le mobilier céramique qui y a été recueilli, parfois en abondance, se rattache au faciès nderit (Nelson 2008) qui appartient au iiie millénaire avant notre ère. Il s’agit de l’œuvre de sociétés pastorales très mobiles qui ignoraient l’agriculture.

40Les sépultures sous bloc, peu fréquentes dans la région, peuvent aussi appartenir à une période pré-médiévale, mais des fouilles doivent cependant le confirmer. Certaines d’entre elles se rapprochent des cistes dolméniques du Chercher (Éthiopie). Ainsi, à Wegerka Ala Ule, on a utilisé un ressaut rocheux naturel, strate calcaire épaisse, pour constituer l’une des parois, la sépulture étant protégée de l’autre côté par des blocs et en partie couverte par des dalles de calcaire local. Telle est la disposition de certaines cistes d’Hassan Abdi, dénommées localement Daga kofiya (Joussaume 2014). Même si plusieurs cistes du Chercher ont été réutilisées à des périodes historiques, deux datations pour Hassan Abdi ont fourni des âges de 3200 ± 100 BP (Gif 3040) et 3450 ± 100 BP (Gif 3039) (ibid.). Elles font de ceux-ci des monuments anciens construits dans la première moitié du iie millénaire avant notre ère.

41Il convient ici de rappeler qu’il n’a pas été décrit de véritable dolmen au Somaliland. Si le terme a été utilisé dans l’inventaire publié par S. Mire (2015) aucun monument évoqué dans ce même article, ni parmi ceux que nous avons pu observer lors de nos missions, ne peut être qualifié de dolmen.

42Pour terminer ce tour d’horizon, nous ne reviendrons pas sur la datation des tumulus, puisqu’il nous semble que nous avons suffisamment démontré qu’il est vain de vouloir les regrouper en un seul horizon culturel et donc de les situer dans un intervalle de temps réduit. Là encore ces tumulus sont multiformes et si on veut faire rentrer dans cette catégorie très générale certains monuments à faible élévation et à plateforme, alors il y a quelque chance que plusieurs monuments du Somaliland puissent, comme leurs voisins du Kenya ou de Djibouti, appartenir au Néolithique qui, à ce jour, reste mal caractérisé au Somaliland. Seuls les niveaux supérieurs du remplissage de l’abri 7 de Laas Geel peuvent lui être rattachés si l’on se fonde sur les datations obtenues : 4100 ± 60 BP (Beta-206865), 4500 ± 90 BP (Beta-206864) et 3970 ± 90 BP (Beta-206866). Mais dans ces niveaux, la céramique est absente et un seul ossement (phalange de capriné) suggère qu’il s’agit d’éleveurs (Lesur 2017). L’hypothèse émise est celle d’une phase d’occupation contemporaine de l’exécution des peintures qui ornent cet abri, et une vingtaine d’autres sur ce site, et qui représentent principalement des bovins domestiques (Gutherz et al. 2003, 2014).

Conclusions

43Les prospections effectuées en 2002 et les années suivantes au Somaliland nous ont donc permis de distinguer quatre grands types d’architecture funéraire : les tumulus, les monuments circulaires à couronne de pierres dressées, les monuments rectangulaires à stèles dressées et les sépultures sous blocs. Si les premiers ne se différencient pas des milliers d’autres que l’on trouve dans toute l’Afrique de l’Est et dont la chronologie reste très étendue, les monuments à couronne, peu nombreux et peut être d’une plus grande ancienneté, trouvent quelques correspondances à distance du Somaliland. Quant aux monuments compartimentés, ils seraient d’époque médiévale d’après les travaux récents d’A. Gonzáles-Ruibal (Gonzáles-Ruibal et al. 2017). En l’état actuel de nos connaissances, si l’on se réfère à un environnement géographique plus large – celui de la Corne de l’Afrique et des régions qui l’encadrent au nord comme au sud –, nous avons pu voir que la construction de tombes en pierres, incluant ou non de grandes pierres et pouvant alors être précisément qualifiées de mégalithiques, apparaît clairement avec le Néolithique. Il en est de même de certains monuments à caractère funéraire ou cérémoniels comprenant de grandes pierres dressées. Tel est le cas des pillars de la région du lac Turkana au Kenya (Joussaume 2013).

Haut de page

Bibliographie

Ballet P. (1996) – De la Méditerranée à l’Océan indien. L’Égypte et le commerce de longue distance à l’époque romaine : les données céramiques. Topoi, 6 (2): 809-840.

Barthelme J. W. (1985) – Fisher-hunters and Neolithic Pastoralists in East Turkana, Kenya. Oxford, Archaeopress, BAR International Series 254.

Cauliez J., Gutherz X. & Pene J.-M. (2008) – Première caractérisation des faciès céramiques néolithiques de la région du Gobaad en République de Djibouti. Les sites d’Hara-Idé 2 et d’Asa Koma (As Eyla, district de Dikhil). L’Anthropologie, 112 (4-5): 691-715.

Cerulli E. (1931) – Tradizioni storiche e monumenti della Migiurtinia. Africa Italiana, IV (1-2): 153-169.

Chittick H. N. (1969) – An Archaeological Reconnaissance of the Southern Somali Coast. Azania: Archaeological Research in Africa, 4 (1): 115-130. http://dx.doi.org/10.1080/00672706909511511

Chittick H. N. (1976) – An Archaeological Reconnaissance in the Horn: The British-Somali Expedition. Azania: Archaeological Research in Africa, 11 (1): 117-133. http://dx.doi.org/10.1080/00672707609511233

Chittick H. N. (1992) – Cairns and other drystone monuments in Somali regions. In: H. M. Adam & C. L. Geschekter (eds.), The Proceedings of the First International Congress of Somali Studies, Atlanta, Scholars Press: 35-42.

Clark J. D. (1954) – The Prehistoric Cultures of the Horn of Africa. An analysis of the Stone Age Cultural and Climatic Succession in the Somalilands ans Eastern Parts of Abyssinia. Cambridge, University Press.

Cros J.-P., Bernard R. & Joussaume R. (2006) – Tumulus et pierres dressées dans la région de Las Geel (Somaliland). Afrique: Archéologie & Arts, 4: 109-124.

Curle A. T. (1933) – Prehistoric graves in the Northern Frontier Province of Kenya Colony. Man, 33: 99-101.

Curle A. T. (1937a) – The Ruined Towns of Somaliland. Antiquity, 11 (43): 315-327.

Curle A. T. (1937b) – Carved Stones, British Somaliland. Antiquity 11 (43): 352- 354.

Davies M. I. J. (2013) – Stone cairns across eastern Africa: a critical review. Azania: Archaeological Research in Africa, 48 (2): 218-240. http://dx.doi.org/10.1080/0067270X.2013.789207

Desanges J., Stern E. M. & Ballet P. (1993) – Sur les routes antiques de l’Azanie et de l’Inde. Le fonds Révoil du Musée de l’Homme (Heis et Damo, en Somalie). Paris, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 13.

Duday H., Cros J.-P., Demangeot C., Gutherz X., HÉrouin S., Lesur J. et Pène J.-M. (sous presse) – Les pratiques funéraires des populations du Gobaad du 4e millénaire avant notre ère à l’islamisation dans leur contexte régional de la Corne de l’Afrique. In : X. Gutherz (dir.), Asa Koma, site néolithique dans le bassin du Gobaad (République de Djibouti), Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée (collection : Mondes Anciens).

Fauvelle-Aymar F.-X., Deresse Ayenachew, Hirsch B. & Bernard R. (2007-2008) – Les monuments mégalithiques du Mânz (nord-Shoa) : un inventaire provisoire. Annales d’Éthiopie, 23 (1): 329-398.

Gonzálès-Ruibal A., De Torres J., Antonio Franco M., Abdi Ali M., Mohamed Shabelle A., Martinez Bario C., & khader ahmed aided (2017) –Exploring long distance trade in Somaliland (AD 1000-1900): preliminary results of the 2015-2016 field seasons. Azania: Archaeological Research in Africa, 52 (2): 135-172. http://dx.doi.org/10.1080/0067270X.2017.1328214

Grillo K. M. & Hildebrandt E. A. (2013) – The context of early megalithic architecture in eastern Africa: The Turkana Basin c. 5000-4000 BP. Azania: Archaeological Research in Africa, 48 (2): 193-217. http://dx.doi.org/10.1080/0067270X.2013.789188

Gutherz X., Cros J.-P. & Lesur J. (2003) – The discovery of new rock paintings in the Horn of Africa: the rockshelters of Laas Geel (Republic of Somaliland). Journal of African Archaeology, 1: 227-236.

Gutherz X., Diaz A., Menard C., Bon F., Douze K., Léa V., Lesur J. & Sordoillet D. (2014) – The Hargeisan revisited: lithic industries from shelter 7 of Laas Geel, Somaliland and the transition between the Middle and Late Stone Age in the Horn of Africa. Quaternary International, 343: 69-84.

Hildebrandt E. A., Shea J. J. & Grillo K. M. (2011) – Four middle Holocene pillar sites in West Turkana, Kenya. Journal of Field Archaeology, 36 (3) : 181-200.

Hirsch B. & Poissonnier B. (2000) – Recherches historiques et archéologiques à Mashalä Maryam (Mänz, Éthiopie). Annales d’Éthiopie, 16 : 59-87.

Joussaume R. (1995) – Le mégalithisme de l’Éthiopie. In : R. Joussaume (dir.) : Tiya-L’Éthiopie des mégalithes. Du Biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique. Association des publications chauvinoises, XI : 65-115.

Joussaume R. (2013) – Files de pierres dressées dans le sud de l’Éthiopie et au nord du Kenya. Afrique : Archéologie & Arts, 9 : 85-99. Doi : 10.4000/aaa.313

Joussaume R. (2014) – Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie. Annales d’Éthiopie, hors-série, Paris, Centre français des études éthiopiennes, de Boccard.

Lesur J. (2017) – Et la gazelle devint chèvre. Pré-Histoires africaines d’hommes et d’animaux. Toulouse, Presses universitaires du Midi /Paris, publications scientifiques du Muséum.

Lewis I. M. (1961) – The So-Called’Galla Graves’ of Northern Somaliland. Man 61: 103-106.

Lynch B. M. & Robbins L. H. (1978) – Namoratunga: The First Archeoastronomical Evidence in Sub-Saharan Africa. Science, 200: 766–768.

Mire S. (2015) – Mapping the Archaeology of Somaliland: Religion, Art, Script, Time, Urbanis, Trade and Empire. African Archaeological Revue, 32: 111-136.

Nelson Ch. (2008) – Pillars at the Jarigole Hills, Turkana, Kenya. http://www.chaz.org/Arch/Turkana/Jarigole/Pillars/Pillars.html

Poisblaud B. (2005) – Recherches sur la préhistoire récente en République de Djibouti. Le site d’Asgoumhati. Afrique : Archéologie & Arts, 3 : 117-121.

Poisblaud B., Bernard R., Cros J.-P., Dupont C. & Joussaume R. (2002) – Le site de Dankalelo (Ghoubbet al Kharab, République de Djibouti). Annales d’Éthiopie, XVIII : 199-214.

Révoil G. (1882) – La vallée du Darror : voyage aux pays Çomalis (Afrique orientale). Paris, Challamel aîné.

Turquoi J.-P. (2007) – Djibouti, le mystère des tumulus. Le Monde, 18-19 février.

Haut de page

Notes

1 Directrice du département d’archéologie au ministère de la culture et du tourisme du Somaliland de 2007 à 2012.

2 Cette opération, pilotée par S. Hérouin, s’inscrit dans le cadre du programme PSPCA (Premières Sociétés de Production dans la Corne de l’Afrique) dirigé par J. Cauliez (CNRS, UMR 5601, TRACES, Toulouse).

3 Hérouin S., Cauliez J., Gutherz X., Bruxelles L., Coudert L., Alarashi H., Jacquet A., Matu M., Thouvenot Y. & Zazzo A. (2016) – La plateforme circulaire d’Antakari 3 en République de Djibouti (région d’As Eyla, District de Dikhil). Monuments funéraires et premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique. Communication à la table-ronde internationale de l’ADREUC. In : Mégalithismes et monumentalisme funéraire, passé, présent, futur. Carcassonne, 3-4 nov. 2016 (à paraître).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 1 – Carte de la zone de prospection de 2002 au Somaliland
Crédits DAO J.-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 2 – Grand tumulus de Dhagax Suni près du village de Laleys
Crédits © J.-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Figure 3 – Tumulus à plateforme limité par un cercle de gros blocs près du village de Guirori, monts Goda, Djibouti
Crédits © J.-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 4 – Vue générale du tumulus plat de Laas Geel restauré à la fin des fouilles
Crédits © J.-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5 – Tombe en couronne près de la piste Ghideys-Cagarey
Crédits © X. Gutherz
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 6 – Tombe rectangulaire à Madaala avec deux stèles dressées sur les petits côtés
Crédits © J.-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 7 – Monuments à longues et minces stèles dressées à Bustanka, inclus dans une grande enceinte ovalaire
Crédits © X. Gutherz
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 8 – « Cimetière des forgerons » près de Berbera : vue d’une partie de la nécropole
Crédits © X. Gutherz
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 9 – Une tombe en croix sur le site du « cimetière des forgerons »
Crédits © X. Gutherz
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Figure 10 – Sépulture sous blocs à Wegerka Ala Ule
Crédits © X. Gutherz
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Figure 11 – Plan de la nécropole de Raari. Relevé à main levée X. Gutherz
Crédits DAO J.-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Figure 12 – Nécropole de Raari : tombes quadrangulaires alignées avec, au fond, un grand cercle de pierres
Crédits © J-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 13 – Vue générale du tumulus à plateforme d’Antakari 3 dans le Gobaad
Crédits © S. Hérouin
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/994/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Cros, Xavier Gutherz, Joséphine Lesur et Mohamed Abdi Ali, « Les monuments mégalithiques du Somaliland », Afrique : Archéologie & Arts, 13 | 2017, 43-58.

Référence électronique

Jean-Paul Cros, Xavier Gutherz, Joséphine Lesur et Mohamed Abdi Ali, « Les monuments mégalithiques du Somaliland », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 05 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aaa/994 ; DOI : 10.4000/aaa.994

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Cros

cros.jeanpaul@sfr.fr – Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie R. Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Xavier Gutherz

x.gutherz@orange.fr – UMR 5140 ASM Montpellier, Université Paul-Valéry-Montpellier 3, route de Mende, 34199 Montpellier Cedex 5, France

Joséphine Lesur

jolesur@mnhn.fr – UMR 7209, Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, pratiques et environnements, CNRS-MNHN CP 55, 55 rue Buffon 75231 Paris Cedex 05, France

Mohamed Abdi Ali

Archeological survey officer of Ministry of Culture and Tourism, Hargeisa, Somaliland

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals