Navigation – Plan du site
Éditorial

Des entreprises aux lisières des Empires

Enterprises at the edges of Empires
Claudine Piaton et Ralph Bodenstein

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archives d'entreprise

Index by keyword :

coporate archives

Indice de palabras clave :

archivos de empresa

Schlagwortindex :

Unternehmensarchive

Parole chiave :

archivi d'impresa
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut notamment citer pour les entreprises françaises : Hubert Bonin, Suez, History of the Suez C (...)
  • 2 Un intérêt croissant pour la conservation des archives de la construction s’observe par exemple au (...)
  • 3 Voir par exemple : Roger N. Holden, Stott & Sons. Architects of the Lancashire Cotton Mill, Lancast (...)

1Maîtres d’œuvre ou, comme certaines banques coloniales et compagnies concessionnaires, commanditaires d’ouvrages de toutes échelles (ouvrages d’art, lotissements, cités, immeubles, etc.), les entreprises furent parmi les principaux agents de diffusion des techniques de constructions dans les territoires sous influence économique ou sous domination européenne. Leurs archives qui intéressent depuis plusieurs décennies les spécialistes d’histoire économique et industrielle1, sont restées longtemps peu exploitées par les historiens de l’architecture et de la construction. Cependant, au fur et à mesure de leur découverte et de leur mise à disposition2, l'exploitation de ces fonds d’archives par les historiens de l’architecture industrielle, des techniques, ou plus récemment des « Corporate Architectures » s'est fortement accrue. Mais jusqu'ici les études ont principalement porté sur la production des entreprises dans leurs villes ou pays d'origine, même lorsqu’elles ont été très actives dans le monde entier3. La production architecturale et technique des entreprises européennes en-dehors de l'Europe reste donc largement à explorer. En outre, leurs archives constituent une source majeure pour documenter nombre d’ouvrages constituant parfois les seuls témoins de techniques aujourd’hui disparues en Europe ou, plus globalement, pour expliciter les mécanismes d’adjudication des marchés de travaux outre-mer, les défis techniques auxquels devaient répondre les entreprises et leurs rapports avec le milieu professionnel local.

  • 4 Voir Claudine Piaton, Ezio Godoli et David Peyceré (dirs.), Construire au-delà de la Méditerranée : (...)

2Les cinq contributions réunies ici s’inscrivent dans la lignée de travaux déjà conduits sur des fonds d’entreprises actives au sud de la Méditerranée4 et s’attachent à combler une partie de ces lacunes. Elles suscitent d’autant plus l’intérêt qu’elles ont en commun de traiter de situations non coloniales, au sens propre du terme. La Chine, l’Argentine, le Siam (actuelle Thaïlande) et l’Égypte du milieu du xixe siècle dont il est question ici, ne sont pas des possessions européennes ; l’Égypte ne devint protectorat de l’Empire britannique qu’à partir de 1882 tandis que les trois autres pays ont toujours été indépendants.

  • 5 Sur la périodisation de la mondialisation, voir par exemple Jürgen Osterhammel, Niels P. Peterson, (...)

3Le contexte se déplace donc selon une échelle qui va de l’« empire informel », c’est-à-dire contrôlé par une puissance européenne, à l’arène internationale des marchés où les intérêts impériaux de plusieurs pouvoirs et, ici, les intérêts commerciaux de diverses sociétés convergent et s’entrechoquent. Dans ce contexte, les auteurs ont choisi d’appréhender très concrètement l’activité des entreprises sur le terrain, activité d’autant plus intense qu’elle semblait moins contrainte qu’au sein même des Empires. Les études font émerger des situations récurrentes qui ne semblent pas uniquement liées aux contraintes géographiques des lieux sur lesquels s’élevaient les constructions, mais aussi, dans le contexte très libéral d’un « age of free trade »5, à des stratégies entrepreneuriales communes. À contrario, elles mettent aussi en évidence des situations plus contrastées dans le domaine des échanges avec les milieux des constructeurs locaux.

4Deux approches ont été privilégiées. Les contributions de Thomas Coomans et Lucía Juárez sont centrées sur la présentation de sources historiques produites par des entreprises. L’article de Thomas Coomans met en lumière la richesse des archives du Crédit Foncier d’Extrême-Orient pour l’étude des architectures européennes en Chine. L’auteur s’attache à tracer de nouvelles pistes de recherche aussi bien sur le milieu des professionnels du bâtiment (architectes, entrepreneurs, compradors) qui gravitait autour du Crédit Foncier que sur les transferts technologiques opérés entre la Chine et l’Europe durant cette période. Lucía Juárez s’intéresse quant à elle à la diffusion en Argentine de la fonte architecturale écossaise. En l’absence d’importants fonds d’archives disponibles, c’est à partir des catalogues commerciaux d’entreprises, notamment ceux édités en langue espagnole à destination des maîtres d’œuvre locaux, et d’enquêtes de terrain que l’auteur parvient à évaluer la contribution de l’entreprenariat écossais à l’expansion économique britannique en Amérique du sud.

5Les trois autres articles s’intéressent plus spécifiquement à l’architecture industrielle produite par des entreprises européennes en Égypte et au Siam (actuelle Thaïlande), particulièrement concernés par la vague de modernisation et d’industrialisation qui, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, a touché les pays situés sur les routes coloniales. À travers l’examen de trois types de construction, les ponts du Siam, les phares et les sucreries d’Égypte, documentés par les fonds des entreprises impliquées dans leur construction, Vilma Fasoli, Francesca Filippi, Claudine Piaton et Ralph Bodenstein abordent concrètement la question de la fabrication des projets. Dans le domaine des ouvrages d’art, Fasoli, Filippi et Piaton mettent en avant la concurrence qui s’engage dès 1870, à la fois entre les entreprises européennes et entre celles du fer et du béton. Dans ce contexte concurrentiel, les entreprises sont alors amenées à proposer des solutions innovantes autant destinées à séduire les maîtres d'ouvrage qu’à réduire les coûts de fabrication. Ralph Bodenstein met ainsi en lumière le gigantisme du projet sucrier du souverain d’Égypte et son possible impact sur l’évolution des formes architecturales des usines sucrières au xixe siècle. Ces études montrent aussi le rôle crucial joué par ces entreprises dans la diffusion de techniques de construction qui n’existaient pas nécessairement en Europe et pouvaient être simplement destinées à l’export. Ces dernières étaient alors développées pour répondre aux conditions même des travaux extra-européens interagissant avec un milieu spécifique.

  • 6 Voir Caroline Piquet, op. cit. (note 1), p. 379-385.
  • 7 En Égypte, l’activité des entreprises belges fut particulièrement importante dans les domaines de l (...)
  • 8 Voir par exemple Milva Giacomelli, « Les entreprises italiennes de la construction en Égypte », Cla (...)
  • 9 Voir par exemple Manuela Mattone, Laura Amarilla, Architettura in ferro e calcestruzzo armato. Nuov (...)

6Sur le plan des stratégies commerciales, les auteurs soulignent qu’au-delà des relations que les entrepreneurs européens entretenaient avec les réseaux coloniaux6, ils nouaient aussi des liens directs avec les souverains des pays non colonisés engagés dans des programmes de modernisation. C’est notamment à l’occasion des voyages de ces souverains en Europe que se tissaient des liens facilitant la pénétration des entrepreneurs et des experts européens. Le rôle de ces experts (ingénieurs pour la plupart) employés au sein des services techniques locaux fut déterminant. Recrutés dans un panel de pays bien plus large que celui des deux grandes puissances coloniales britannique et française, ils étaient autant d’agents prêts à promouvoir les entreprises de leurs concitoyens. Soucieux de préserver leur indépendance, les États souverains offraient en effet d’importantes opportunités aux ressortissants des pays européens perçus comme moins expansionnistes que l’Angleterre et la France. Ainsi au Siam un grand nombre d’experts employés dans les services de constructions et travaux publics du royaume étaient italiens, allemands et danois. En Chine, les entreprises belges étaient omniprésentes, tout comme en Égypte où elles déployaient une activité intense7. On pourrait encore citer, en Égypte, la présence de nombreux maîtres d’œuvre austro-hongrois dont on connait encore mal l’ampleur des réalisations, ou bien celle des Italiens sur lesquels les études se multiplient8. Dans les jeunes états sud-américains comme l'Argentine, l'immigration de main-d'œuvre et d'experts a été promue politiquement et le rôle majeur des immigrants européens dans le secteur de la construction n’est plus à démontrer9.

7Bien intégrés dans les réseaux locaux de pouvoir, les entrepreneurs, quelle que soit leur nationalité, pouvaient négocier des marchés au plus haut niveau en s’affranchissant des procédures d’appels d’offre alors même que ces derniers devenaient de plus en plus concurrentiels. Dans les exemples égyptiens présentés, deux des entreprises bénéficiaires de marchés de travaux avaient ainsi traité directement avec le souverain égyptien. Mais l’on pourrait citer, toujours en Égypte, l’exemple de Ferdinand de Lesseps qui, dans les années 1850, avait obtenu grâce à ses relations personnelles avec le vice-roi d’Égypte, Saïd Pacha, une concession pour le percement et l’exploitation du canal de Suez.

  • 10 Cité par Guy Lambert, « Des ouvrages d’art pour ambassadeurs ? Les ponts dans l’expansion d’Hennebi (...)

8Dans le domaine de l’expérimentation technique, le contexte de « lisière » d’empires semble avoir dans certains cas facilité la mise en œuvre de techniques non encore totalement éprouvées dans la métropole ou ses colonies ; l’administration y était en effet moins « tatillonne ». Ainsi, à l’intérieur même de l’Empire colonial français, la maison Hennebique, spécialisée dans la conception d’ouvrages en béton armé, trouvait dans le protectorat tunisien davantage de liberté pour expérimenter ses techniques que dans la colonie algérienne où sévissait « un formalisme administratif étroit et puéril »10. L’exemple des phares d’Égypte montre aussi qu’il fut plus facile pour l’entrepreneur Coignet de traiter en Égypte avec les ingénieurs des Ponts et Chaussées au service de la Compagnie de Suez qu’avec les ingénieurs du même corps employés dans des administrations publiques françaises.

9D’autre part, l’isolement géographique des chantiers de construction, les spécificités techniques des architectures industrielles (grandes portées, grandes hauteurs, etc.) ainsi que la volonté de maitriser le temps de construction sans dépendre des aleas de la disponibilité de main-d’œuvre qualifiée et de matériaux locaux ont pu conduire à accélérer les processus de standardisation permettant aux entreprises de proposer des constructions « clés en main ». Celles-ci, en partie préfabriquées, requéraient alors moins de main-d’œuvre qualifiée sur place. Il ressort des exemples présentés que l’innovation opérait dans le sens d’une simplification des procédés de construction particulièrement observable dans la phase de montage des structures.

  • 11 Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869) : une histoire des pratiques techniques, (...)
  • 12 Vilma Fasoli, « Ingénieurs et entrepreneurs italiens en Libye et en Chine (1912-1939) », in Actes d (...)

10Même si les transferts technologiques ou le rôle joué par la main-d’œuvre et l’entreprenariat local dans les échanges entre techniques importées et savoir-faire locaux sont peu étudiés par les auteurs, il apparaît néanmoins que les situations sont très contrastées selon les pays. Dans le cas de la fonte en Argentine, l’arrivée massive des productions importées du Royaume-Uni semble avoir empêché tout développement des petites entreprises capables de produire localement. Les exemples égyptiens mettent quant à eux en évidence une recherche d’économie de main-d’œuvre locale à travers le recours à des structures préfabriquées en Europe ou à la mécanisation des chantiers. Nathalie Montel a par exemple bien montré dans son étude sur le percement du canal de Suez que l’innovation technique a été étroitement liée au refus de l’Égypte de fournir au chantier des ouvriers dans la cadre de la corvée11. Le cas de la Chine semble différent : les commanditaires et les architectes sont européens et les entreprises, locales. Cette configuration semble avoir facilité les transferts technologiques. Dans un article récent, Vilma Fasoli a par exemple décrit un « système chinois » de fabrication du béton utilisé dans la concession italienne de Tientsin (ou Tianjin) et qui en retour avait été appliqué en Italie dans les années 1930 dans le cadre de la politique d’économie imposée par L’État fasciste12. Les exemples chinois ne traitent cependant que des projets de bâtiments et non d’ouvrages d’art qu’ils conviendraient de pouvoir comparer avec ceux réalisés ailleurs.

11Il ressort ainsi des études présentées, une image très diversifiée en dépit de contextes historique et politique semblables. D’autres recherches comparatives sur les configurations spécifiques des acteurs des projets « au-delà de l'Europe » et sur les transferts des savoir-faire techniques, permettraient peut-être d'identifier des schémas communs. Elles permettraient à coup sûr de complexifier notre perception de la façon dont l'innovation et le savoir-faire architectural technique ont été produits et diffusés au cours de cette période très riche. Loin d’être toujours innovantes, les réalisations des entreprises européennes n’en présentent pas moins des spécificités dont les contributions réunies rendent largement compte.

Haut de page

Notes

1 On peut notamment citer pour les entreprises françaises : Hubert Bonin, Suez, History of the Suez Canal Company : 1858-2008, Between Controversy and Utility, Genève : DROZ, 2010 (Publications d'histoire économique et sociale internationale, 25); Hubert Bonin, Un outre-mer bancaire méditerranéen : histoire du crédit foncier d'Algérie et de Tunisie (1880-1997), Paris : Société française d'histoire d'outre-mer, 2004 ; Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974), Paris : Economica, 2006 (Recherche en gestion) ; Caroline Piquet, La Compagnie du canal de Suez, une concession française en Égypte (1888-1956), Paris, PUPS, 2008 (Histoire maritime). Et pour les entreprises anglo-saxonnes, voir par exemple : Robert Vitalis, When Capitalists Collide: Business Conflict and the End of Empire in Egypt, Berkeley, CA : University of California Press, 1995 ; Robert L. Tignor, Capitalism and Nationalism at the End of Empire: State and Business in Decolonizing Egypt, Nigeria, and Kenya, 1945-1963, Princeton, NJ : Princeton University Press, 1998 ; Philip L. Cottrell (dir.), East meets West: banking, commerce and investment in the Ottoman Empire, Aldershot ; Burlington, VT : Ashgate Publishing Company, 2008 (Studies in banking history).

2 Un intérêt croissant pour la conservation des archives de la construction s’observe par exemple au Royaume-Unis où une récente initiative permet de repérer et de collecter les archives de grandes firmes de constructions anglaises, galloises et écossaises : URL: http://www.nationalarchives.gov.uk/documents/architecture-building-and-construction-records-survey.pdf. Consulté le 15 novembre 2015.

3 Voir par exemple : Roger N. Holden, Stott & Sons. Architects of the Lancashire Cotton Mill, Lancaster : Carnegie Pub, 1998 ; Kerstin Renz, Industriearchitektur im frühen 20. Jahrhundert : Das Büro von Philipp Jakob Manz, München : DVA 2005 ; Thorsten Dame, Elektropolis Berlin. Die Energie der Großstadt. Bauprogramme und Aushandlungsprozesse zur öffentlichen Elektrizitätsversorgung in Berlin, Berlin : Gebr. Mann Verlag, 2011 (Die Bauwerke und Kunstdenkmäler von Berlin) ; Sara Stroux, Architektur als Instrument der Unternehmenspolitik. Konzernhochhäuser westdeutscher Industrieunternehmen in der Nachkriegszeit, (doctoral thesis), Eidgenössische Technische Hochschule Zürich, 2009.

4 Voir Claudine Piaton, Ezio Godoli et David Peyceré (dirs.), Construire au-delà de la Méditerranée : l'apport des archives d'entreprises européennes, 1860-1970, Arles : Editions Honoré Clair, 2012, et l’exposition en ligne : http://www.archmuseum.org/Gallery/building-beyond-the-mediterranean_41.html. Consulté le 15 novembre 2014.

5 Sur la périodisation de la mondialisation, voir par exemple Jürgen Osterhammel, Niels P. Peterson, Globalization. A Short History, Princeton, NJ : Princeton University Press 2005.

6 Voir Caroline Piquet, op. cit. (note 1), p. 379-385.

7 En Égypte, l’activité des entreprises belges fut particulièrement importante dans les domaines de la construction ferroviaire et de la promotion immobilière. Voir par exemple pour les activités des compagnies fondées par Edouard Empain et de la société Baume et Marpent, Anne Van Loo, Marie-Cécile Bruwier (dirs.), Héliopolis, Bruxelles : Fonds Mercator, 2010 ; Baume & Marpent : de la Haine au Nil, itinéraire d'un géant, Bois-du-Luc : Écomusée régional du Centre, 2008. Voir aussi : Henry de Saint-Omer, Les entreprises belges en Égypte, rapport sur la situation économique des sociétés belges et belgo-égyptiennes fonctionnant en Égypte, Bruxelles : G. Piquart, 1907.

8 Voir par exemple Milva Giacomelli, « Les entreprises italiennes de la construction en Égypte », Claudine Piaton, Ezio Godoli et David Peyceré (dirs.), Construire au-delà de la Méditerranée, op. cit. (note 4), p. 50-57.

9 Voir par exemple Manuela Mattone, Laura Amarilla, Architettura in ferro e calcestruzzo armato. Nuove technologie costruttive tra Ottocento e Novecento in Italia e in Argentina, Turin : Celid, 2011 ; Clara Braun, Julio Cacciatore (dirs.), Arquitectos europeos y Buenos Aires 1860-1940, Buenos Aires : Fundación TIAU, 1996.

10 Cité par Guy Lambert, « Des ouvrages d’art pour ambassadeurs ? Les ponts dans l’expansion d’Hennebique en Afrique du Nord », in Claudine Piaton, Ezio Godoli et David Peyceré (dirs.), Construire au-delà de la Méditerranée, op. cit. (note 4), p. 66.

11 Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869) : une histoire des pratiques techniques, Paris : In Forma ; Presses des ponts et chaussées, 1998.

12 Vilma Fasoli, « Ingénieurs et entrepreneurs italiens en Libye et en Chine (1912-1939) », in Actes du Congrès francophone d’histoire de la construction [Lyon, 29-31 janvier 2014], à paraître en 2015. Le béton était réalisé selon le « système chinois » c’est-à-dire avec de la paille de riz, de la chaux et de l’argile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Piaton et Ralph Bodenstein, « Des entreprises aux lisières des Empires », ABE Journal [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abe/1480

Haut de page

Auteurs

Claudine Piaton

Architecte, InVisu (CNRS/INHA), Paris, France

Articles du même auteur

Ralph Bodenstein

Maître de conférences associé et chercheur affilié, Technischen Universität, Berlin, Allemagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals