Navigation – Plan du site
Articles

L'industrie céramique française et le marché argentin : des échanges commerciaux aux transferts techniques

French ceramics industry and Argentinian market: from commercial exchanges to technology transfers
Thibault Bechini

Résumés

Dès le xviiie siècle, les fabricants français de produits céramiques ont investi le marché argentin. Au XIXe siècle, alors que Buenos Aires connaît une croissance urbaine soutenue, les entrepreneurs argentins sont, plus que jamais, friands des matériaux de construction français, qui permettent de pallier l'insuffisance de la production locale. Avant 1914, tuiles et carreaux français s'exportent en grand nombre outre-Atlantique. Au sortir de la Première Guerre mondiale, la consolidation de l'industrie céramique argentine et la concurrence faite par d'autres pays exportateurs entraînent la diminution des importations de produits céramiques français en Argentine. Des perspectives s'ouvrent alors pour les techniciens et céramistes français que les industriels argentins recherchent pour développer la production nationale. Cet article étudie la manière dont un secteur d'échanges commerciaux – celui des produits céramiques - favorise les transferts techniques franco-argentins, alors même que les exportations françaises en Argentine se tassent à compter de l'entre-deux-guerres

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

carreaux, tuiles, transferts techniques

Index by keyword :

ceramic tile, tile, technology transfer

Indice de palabras clave :

azulejos, tejas, transferencias técnicas

Schlagwortindex :

Fliesen, Ziegel, Techniktransfers

Index chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alejandro Artucio Urioste, El azulejo en la arquitectura del Rio de la Plata: Siglos XVIII y XIX, M (...)
  • 2 Alejandro Artucio Urioste, Catálogo de azulejos stanníferos franceses del siglo XIX utilizados en (...)
  • 3 Pour une approche plus large des relations commerciales entre l'industrie céramique marseillaise e (...)

1Les produits de terre cuite ou céramiques de fabrication française sont présents sur le marché argentin depuis le début du xviiie siècle1, mais ce n'est que dans la seconde moitié du xixe siècle qu’ils s’imposent sous leurs différents aspects – briques, tuiles, carreaux – dans le secteur du bâtiment, alors en plein essor. Les mémoires explicatifs, joints aux permis de construire délivrés par l'Intendance de Buenos Aires à partir de 1885, désignent volontiers les matériaux étrangers employés par les entrepreneurs ; ils indiquent que patios, corridors, mais également cuisines, salles de bain et latrines, sont le plus souvent revêtus de carreaux de fabrication française, répertoriés sous le nom générique de baldosas ; on parle parfois de mosaïques. On trouve ainsi de nombreuses mentions des baldosas de Marsella et des baldosas francesas, qui peuvent aussi s'utiliser pour le revêtement des toits-terrasses (baldosas francesas de techo ou tejas francesas). Les baldosas de Marsella proviennent des fabriques de Marseille et d'Aubagne ; sous cette appellation sont probablement réunis carreaux de ciment et mallons de couvert en terre cuite. Rappelons que l'utilisation des azulejos français – ou carreaux de faïence stannifères – dans la construction argentine, uruguayenne et brésilienne a fait l'objet d'un catalogue publié par l'architecte Alejandro A. Urioste2. L'étude des estampilles apposées au revers des azulejos permet d'identifier leur provenance : fabriques de Desvres dans le Pas-de-Calais ; fabriques du Beauvaisis dans l’Oise ; fabriques de Martres Tolosane en Haute-Garonne ; fabriques de Marseille et d'Aubagne dans les Bouches-du-Rhône3. Ces importations de produits céramiques industriels viennent concurrencer la production locale de type artisanal, qui était jusqu'alors assurée par les hornos de ladrillos (fours à briques) hérités de l'époque coloniale. Les marchandises étrangères, et notamment celles de provenance française, permettent de pallier les insuffisances de la production locale.

  • 4 Émile Malvaut, Rapport sur l'Amélioration de notre Commerce et de notre Industrie à l'Étranger. N (...)

2Les échanges commerciaux entre la France et l'Argentine de la fin du xixe siècle prennent place dans un contexte particulier. En 1880, Buenos Aires devient la capitale fédérale de la République argentine. Sa croissance urbaine, tant démographique que morphologique, est soutenue par les contingents de migrants, pour la plupart italiens, qui, jusqu'à la Première Guerre mondiale, s'installent massivement sur les bords du Rio de la Plata. Les négociants et fabricants français, déjà présents sur le marché argentin des produits céramiques, savent le parti qu'ils peuvent tirer d'un tel état de fait. Ainsi, en 1889, un commerçant parisien, Émile Malvaut, adresse un rapport au Président de la Chambre de commerce de Paris, dans lequel il souligne la nécessité et l'avantage d'implanter une usine de briques et de tuiles dans les environs de Buenos Aires. Il insiste sur le fait que « dans un pays qui prend tous les jours une si grande extension […] l'entreprise la plus lucrative actuellement serait la fondation d'une usine de briques et tuiles »4. Cependant, alors même que les produits céramiques de fabrication française deviennent majoritaires sur le marché argentin, les exportateurs français finissent par subir la double concurrence du développement de l'industrie argentine et de l'augmentation des exportations en provenance d'autres pays, notamment l'Espagne. Les échanges commerciaux entre les deux pays se tarissant, ce sont les transferts techniques qui assurent, au sortir de la Première Guerre mondiale et jusque dans les années 1960, la présence française sur le marché argentin des produits céramiques.

3Nous nous proposons ici d'étudier à la fois les difficultés rencontrées par les exportateurs français de produits céramiques, en dépit d'une demande argentine soutenue, et les transferts techniques liés à la naissance d'une industrie céramique nationale qui sollicite hommes et machines venus de l'étranger.

Croissance urbaine et demande soutenue en produits céramiques

  • 5 Il s'agit du gentilé utilisé pour Buenos Aires.
  • 6 Gran guía general comercial de la Republica argentina, Buenos Aires, 1879.

4À Buenos Aires, les hornos de ladrillos (fours à briques) soutiennent le développement des faubourgs dans lesquels ils sont implantés. Ils illustrent le fonctionnement systémique du secteur du bâtiment porteño5, le dynamisme de la construction favorisant l'essor de la production céramique. Ainsi, à Flores, gros bourg aux portes de Buenos Aires qui compte alors 7 500 habitants, vingt-sept hornos de ladrillos sont dénombrés en 1878-1879 selon le Gran Guía General Comercial de la República Argentina6. À la même époque, la formation ex nihilo du quartier de Villa Devoto, qui apparaît comme une vaste opération de lotissement, s'accompagne de la création de plusieurs hornos de ladrillos, condition sine qua non du développement du quartier. Lorsqu’en 1938 le quartier célèbre son cinquantième anniversaire, un article de presse rend hommage à Juan Pasini, ancien fabricant de briques. Cet entrepreneur a établi dès 1886 un four à briques dans la campagne alentour, avant de fonder, quelques années plus tard, la Coopérative des Fabricants de Briques et de présider à diverses reprises la Sociedad de Fomento (comité de quartier) de Villa Devoto.

  • 7 Censo general de poblacion, edificacion, comercio e industrias de la ciudad de Buenos Aires, Buenos (...)

5Ces corrélations entre croissance urbaine et essor de la production céramique, qui demeure alors au stade proto-industriel, s’inscrivent dans un contexte singulier : celui de l'Argentine de la fin du xixe siècle encore peu industrialisée. Les observations statistiques réalisées à partir du recensement de 1887 et publiées par l'administration argentine dans le deuxième volume du Censo General révèlent la pénurie d'établissements pouvant satisfaire la demande de Buenos Aires en matériaux de construction. La capitale argentine compte en 1887 quatre-vingt-treize fabriques de briques et de tuiles, qui, lit-on dans l’analyse du Censo General, « ne parviennent même pas à satisfaire 20 % de la demande en briques et tuiles des architectes et des entreprises de construction de Buenos Aires »7.

6Le recours aux importations se révèle déterminant. Les produits céramiques de fabrication française sont alors particulièrement prisés des entrepreneurs argentins, qui les utilisent massivement dans leurs constructions. Cependant, les mesures protectionnistes prises par le gouvernement argentin dans les années 1890 ne facilitent pas toujours les échanges commerciaux entre les deux pays. La correspondance échangée dans ces années-là entre les exportateurs français de produits céramiques et la Chambre de commerce française de Buenos Aires en témoigne. Ainsi, en 1898, la Société Générale des Tuileries de Marseille (SGTM) prétend que les droits de douanes acquittés lors de l'entrée des matériaux sur le territoire argentin le sont d'après une valeur fictive, et non pas réelle, des marchandises.

  • 8 Lettre du directeur de la Société générale des Tuileries de Marseille au président de la Chamb (...)

« Pour les articles de n/ [notre] fabrication qui se consomment par quantités considérables à la Plata, tels que les tuiles plates, les carreaux rouges de 0,20 (dits de piso) et les carreaux ordinaires de 0,20 (dits de techo) et dont les prix respectifs, à B-Ayres, sont de frs. 130, 75 et 50, les droits (environ 35 %) sont payés sur frs. 150, 100 et 60, ce qui est préjudiciable aux intérêts de nos clients et aux nôtres propres. »8

  • 9 Au début de l'année 1915, le sénateur Pierre Baudin (1863-1917), ancien ambassadeur extraordinai (...)

7La requête de la SGTM révèle une bonne connaissance du marché argentin, les produits vendus étant désignés selon la nomenclature en vigueur à Buenos Aires. Elle vient confirmer l'usage fréquent de ces produits en République argentine, déjà mis en lumière par les mémoires explicatifs joints aux autorisations de bâtir. En dépit des difficultés douanières rencontrées par les fabricants, les produits céramiques français semblent peu concurrencés, au point qu'en 1915, lors de la consultation organisée par la Chambre de commerce de Marseille à la demande du sénateur Baudin9, le Directeur de la SGTM ne croit pas que le marché argentin soit menacé par les exportations allemandes et austro-hongroises. Les fabricants de produits céramiques paraissent avoir poursuivi leurs exportations durant la Première Guerre mondiale, bien qu'ils pâtissent de la diminution des lignes de transport maritime.

8Durant l'entre-deux-guerres, alors même qu'émerge une industrie céramique argentine – qui tend à se distinguer de la production proto-industrielle assurée par les hornos de ladrillos –, les exportateurs marseillais comptent plus que jamais sur les débouchés sud-américains pour écouler leurs produits. C'est du moins ce que tend à indiquer l'article qu'Yves Masurel fait paraître en 1930 dans le Bulletin de la Société de géographie et d'études coloniales de Marseille. La République argentine apparaît même comme un élément de discorde entre les différents fabricants exportateurs, qui convoitent les débouchés offerts à leur industrie par le dynamisme de la construction argentine.

  • 10 Yves Masurel, « L'évolution contemporaine du Bassin de Marseille, Étude de géographie économique (...)

« Carreaux, briques et tuiles sont surtout destinés à l'exportation. On les expédiait, à la fin du xixe siècle, dans les pays méditerranéens et en Amérique du Sud ; au début du xxe siècle, le débouché américain se restreignit et la Russie devint au contraire un gros client ; actuellement, les pays méditerranéens se suffisent à eux-mêmes, c'est presque uniquement vers l'Amérique du Sud que sont dirigées les exportations. L'industrie marseillaise (Saint-Henri et Saint-André) y participe et bénéficie du grand avantage de se trouver à proximité du quai d'embarquement. Les produits d'Aubagne, qui ont une vingtaine de kilomètres à parcourir avant d'arriver au port, sont ainsi handicapés d'un prix de transport de 20 francs par tonne. Tous les industriels ont fini par s'entendre pour fixer leur contingent respectif dans l'alimentation des marchés de Rio de Janeiro et de Montevideo. Ils se disputent encore, paraît-il, celui de Buenos-Ayres. »10

  • 11 Céramique et verrerie, Revue mensuelle technique, artistique, économique. Organe officiel de la Ch (...)

9Il semblerait pourtant que le marché argentin de l'entre-deux-guerres soit devenu, pour les produits céramiques, plus concurrentiel qui ne l'était par le passé. Les marchandises états-uniennes ont su conquérir un secteur traditionnellement dévolu aux fabricants français, ainsi que le souligne la Chambre syndicale de la céramique et de la verrerie, qui recommande aux maisons exportatrices de développer leur réseau d'agents et de voyageurs de commerce11. À compter de la fin des années 1920, les mesures protectionnistes prises par le gouvernement argentin entravent les exportations françaises de produits céramiques ; c'est ce que révèle l'enquête réalisée en 1932 par la Chambre de commerce argentine en France, qui se fait l'écho des aspirations commerciales des industriels français :

  • 12 « Rapport de la Chambre de Commerce Argentine sur les relations commerciales entre les deux pays », (...)

« Le syndicat des produits céramiques de France signale que les relations étroites que ses Membres ont toujours entretenues avec la République Argentine ont été gravement atteintes par les nouveaux droits de douanes et il demande : que les droits de douanes qui frappent actuellement les divers articles qu'ils exportent (les tuiles, carreaux en terre cuite, carreaux de grès, de faïence, appareils sanitaires en grès et en faïence ou porcelaine, les services de table et de toilette et porcelaines de toutes catégories) soient diminués dans une large proportion et notamment les produits céramiques du bâtiment qui sont des produits lourds et de valeur relativement faible. »12

  • 13 Lettre du directeur de la Société Générale des Tuileries de Marseille à Henri Tasso, sous-secr (...)
  • 14 Lettre du président de la Chambre de commerce de Marseille au ministre des Affaires étrangères. Mar (...)

10Pour les produits céramiques français, les années 1930 sont marquées par des difficultés d'exportation permanentes. En 1936, la maison Virabian de Marseille, spécialisée dans la fabrication et l'exportation de produits céramiques, lance une pétition afin que l'industrie céramique soit au cœur des négociations franco-argentines qui viennent d'être engagées et qui aboutissent à la signature des accords commerciaux de 1938. Les doléances des industriels sont adressées, en première instance, au président de la Chambre de commerce de Marseille. Le 1er juillet, la SGTM prend l'initiative d'écrire à Henri Tasso, sous-secrétaire d'État à la Marine marchande et maire de Marseille. La missive exprime le désir des industriels marseillais de voir les céramiques incluses dans le protocole commercial en préparation. Elle rappelle que « le marché argentin s'alimentait avant 1930 presque exclusivement en tuiles et carreaux de Marseille ; depuis, plusieurs usines se sont créées en Argentine, les droits de douane ont été relevés et [les] exportations ont subi de ce fait un ralentissement très important »13. Dans le même temps, le président de la Chambre de commerce de Marseille écrit au ministre des Affaires étrangères, arguant de ce que « le marché argentin reste [...] intéressant pour nos producteurs car il leur permet de conserver plusieurs usines en marche, d'employer un plus grand nombre d'ouvriers, tant pour la fabrication que pour le transport et de fournir un aliment de fret appréciable au port de Marseille »14. Le marché argentin est désormais abordé, par les fabricants de produits céramiques, en termes de reconquête ; la référence aux marchandises exportées avant 1930 devient une constante du discours tenu par les fournisseurs français. Le dynamisme de la construction argentine semble être la meilleure garantie d'une reprise des exportations : on comprend que les publications des institutions commerciales françaises prêtent, dans les années 1930, tant d'attention au secteur argentin du bâtiment. L'émergence d'une industrie céramique argentine est parfaitement connue des industriels marseillais, qui présentent leurs débouchés sud-américains comme indispensables au maintien en activité d'un certain nombre de leurs ouvriers. Dans ces conditions, l'envoi de techniciens ou l'implantation d'usines céramiques en République argentine sont, pour les industriels français, un moyen de rester présents sur le marché argentin.

Hommes et machines : quelques exemples de transferts techniques

  • 15 Prenant appui sur les définitions fournies par Jacques Perrin, l'on retiendra deux modes principaux (...)

11En 1922, alors que l'industrie argentine est encore balbutiante, est fondée la Compañía Cerámica Argentina Limitada, spécialisée dans la fabrication de tuiles, baldosas et azulejos. Sa création tire parti de la demande soutenue du secteur de la construction. Au milieu des années 1920, l'industrie argentine de la céramique emploie 5 000 ouvriers. La mise en place des usines céramiques argentines se fait avec l'appui des techniciens, des machines, voire des capitaux français. La naissance de l'industrie nationale est rendue possible par toute une série de transferts techniques, qui vont de la simple transmission « aliénée »15 à la livraison d'usines clefs en mains.

12Alors que l'activité de la Compañía Cerámica Argentina Limitada débute à peine, une annonce paraît dans la revue de la Chambre syndicale de la céramique et de la verrerie : la compagnie argentine recherche un « homme du métier », technicien spécialisé et expérimenté, désireux de venir en Argentine pour y exercer son art. En faisant appel au savoir-faire d'un technicien étranger, la compagnie argentine recourt au transfert de la connaissance technique. Le professionnel ainsi recruté est susceptible de former, au sein de l'usine, d'autres employés amenés à exécuter des tâches semblables aux siennes.

  • 16 Céramique et verrerie, Revue mensuelle technique, artistique, économique. Organe officiel de la Ch (...)

« Une forte société Compania Céramica Argentina Lda, établie à Buenos-Aires, et s'occupant exclusivement de la fabrication de céramiques, cherche en ce moment une personne bien au courant de la partie artistique.
Le postulant doit posséder les conditions nécessaires pour créer et diriger tout ce qui concerne la fabrication de faïence, émaux, etc., ainsi que les carreaux de faïence usuels.
Dessinateur, décorateur, etc., homme du métier, il n'aurait pas à sa charge les articles courants tels que tuiles, briques, etc., car la fabrique possède son personnel chargé de ce travail. »16

  • 17 Lettre des Établissements Paul Duclos au président de la Société pour la défense du commerce et (...)

13De la même manière qu'elle recherche des techniciens français pour développer sa production, la Compañía Cerámica Argentina Limitada s'équipe de machines fabriquées en France. C'est ce que révèle une lettre des Établissements Paul Duclos, transmise en 1945 au président de la Chambre de commerce de Marseille, afin de préparer la mission commerciale de l'ingénieur Dolle en Amérique du Sud17. Successeurs des Ateliers Chavassieux, qui « s'occupaient exclusivement de la construction du matériel à l'usage de l'Industrie Céramique », les Établissements Paul Duclos sont à même de fournir tous les renseignements utiles sur l'exportation en Argentine de machines destinées à la production céramique. Parmi les principaux clients que comptait avant-guerre la société, les Établissements Paul Duclos mentionnent la Cerámica Argentina (Paraná), Francisco Ctibor, Falconi et Ferrero (Buenos Aires). Durant la Seconde Guerre mondiale, les Établissements Paul Duclos continuent d'être représentés à Buenos Aires par Ignacio Mainetti chargé de la représentation de la firme pour l'ensemble des pays sud-américains. La lettre des Établissements Paul Duclos ajoute qu'« une certaine partie de cette représentation est exclusivement réservée à : Monsieur Jean-Baptiste Monnier, Spécialiste-Céramiste. Monsieur J. B. Monnier réside officiellement à Gap (Hautes-Alpes) mais il se déplace assez fréquemment en République Argentine. Il se trouve actuellement à Parana pour étude de développement de l'Usine de la Cerámica Argentina, entièrement équipée de notre matériel, et pour laquelle nous aurons certainement à fournir une machine importante pour le développement à l'étude ». Le développement de l'industrie argentine de la céramique est une aubaine non seulement pour les fabricants de matériel industriel, mais également pour les techniciens spécialisés qui, à l'instar de Jean-Baptiste Monnier, contribuent à l'installation des machines. Ce « spécialiste-céramiste » fait, de manière officieuse, figure d'ingénieur-conseil, réalisant une « étude de développement » préalable à l'achat d'une nouvelle machine ; son expertise technique se double de prestations commerciales, étant donné sa qualité de représentant des Établissements Paul Duclos. Ses missions régulières en République argentine apparaissent comme une forme de promotion professionnelle.

  • 18 Cette compagnie était une filiale de BNP Paribas. Voir Éric Bussière, Paribas, 1872-1992 : l'Europe (...)

14Les débouchés offerts par le marché argentin des produits céramiques engagent les industriels français à investir des capitaux dans la création d'usines argentines. Les participations financières de la Compagnie financière française pour la République argentine et l'étranger (SANTA FE) en sont l'illustration18. En 1946, l'État argentin proposa aux compagnies françaises et britanniques le rachat des réseaux de chemins de fer qu'elles contrôlaient. La vente des réseaux à capitaux français fut scellée le 17 décembre de la même année, moyennant une somme totale, versée par l'Instituto Argentino de Promoción del Intercambio (IAPI), qui avoisinaient les 183 millions de pesos. Les compagnies de chemins de fer se muèrent alors en compagnies financières et utilisèrent les indemnités perçues à différents placements en République argentine, parmi lesquels se distinguent les investissements immobiliers et industriels liés au secteur de la construction.

15La Compagnie financière française pour la République argentine et l'étranger (SANTA FE) prit ainsi la suite de la Compagnie des chemins de fer de la Province de Santa Fe. Les indemnités perçues par la compagnie après la nationalisation de ses voies de chemin de fer furent largement engagées dans des entreprises industrielles ayant trait à la fabrication céramique. En 1949, parmi les sociétés fondées avec l'appui financier du SANTA FE, trois concernent l'industrie céramique : la Cerámica Rio Parana (tuiles), la Cerámica del Litoral (tuiles et briques) et la Comercial Argentina de Cerámica S.A. (CADECSA), sise à Buenos Aires et chargée d'écouler les produits. Outre les capitaux apportés par le SANTA FE, ces sociétés bénéficient de ceux investis par les Tuileries Delecourt. L'année suivante, une quatrième filiale, la Cerámica San Lorenzo (carreaux et céramiques), détenue à parité avec Villeroy & Boch, est créée. Le démarrage des filiales argentines des Tuileries Delecourt, qui ne semblent avoir bénéficié d'aucune étude préalable, est difficile, ainsi que le rapporte Robert Lafitte-Laplace, chargé de mission du SANTA FE :

  • 19 Robert Lafitte-Laplace, Rapport sur les intérêts de la Compagnie en Argentine, présenté le 1er (...)

« Bien qu'elle se réduise en fait à une fabrique de tuiles, l'affaire – on dit le “groupe” – a été organisée comme un Empire : trois sociétés, trois conseils, trois comptabilités [...] L'affaire est déficitaire cependant que les débouchés ne manquent pas et que les prix paraissent rémunérateurs. Mais elle a besoin d'une remise en ordre. Le technicien promis par M. Delecourt, lui-même ne l'étant pas, vient d'arriver et, malgré une impression fâcheuse, s'attelle à la besogne. La fermeture de l'usine de Goya est envisagée. Les trois sociétés se rassembleraient en une seule. »19

  • 20 Lettre de Robert Lafitte-Laplace au président du Conseil d'administration de la SANTA FE. Buenos A (...)
  • 21 Lettre de Robert Lafitte-Laplace au Président du Conseil d'administration du SANTA FE. Buenos Aire (...)
  • 22 Robert Lafitte-Laplace, Rapport sur les intérêts de la Compagnie en Argentine, présenté le 1er (...)
  • 23 Rapport du Conseil d'Administration sur l'exercice 1952, page 5. Paris (France), Archives de BNP Pa (...)

16Les usines souffrent à la fois de la concurrence et de déficiences techniques que Robert Lafitte-Laplace ne manque pas de signaler. Ce n'est que tardivement qu'un technicien, un nommé Reymond, est engagé́. « Vous savez qu'il s'agit d'un technicien de la céramique qui n'appartenait pas au “Groupe” Delecourt, mais qui a été engagé par celui-ci spécialement pour l'Amérique du Sud. Très déçu à l'arrivée de constater que les trois usines du Groupe n'avaient ni l'importance ni la prospérité qu'on lui avait annoncées, il essaie néanmoins de surmonter cette déception. Je crois que son amour-propre de technicien étant en jeu il fera tout ce qu'il pourra pour redresser la situation »20. Les espoirs que nourrissait initialement M. Reymond en disent long sur les perspectives de carrière que les techniciens français pensent trouver en Argentine ; l'exemple des Tuileries Delecourt rappelle que les migrations professionnelles peuvent être sources de « déception ». La conclusion de Robert Lafitte-Laplace est sans appel : « Ce n'est pas de Paris qu'on peut diriger ces affaires. Je touche ici le fond du problème. [...] C'est sur place seulement que l'on peut fixer le programme de marche de la société, décider s'il faut faire des carreaux et des tuiles et dans quelle proportion, vérifier si les essais sont suffisants, s'il est raisonnable ou non de conserver un stock important et de pousser néanmoins les fabrications »21. Cette distorsion entre direction parisienne de l'affaire et réalité de la production souligne la place grandissante qu'occupent les conditions locales dans le discours des experts techniques et financiers. Ainsi, à la différence des Tuileries Delecourt, la Cerámica San Lorenzo, fondée par Villeroy & Boch, d'emblée définie comme une affaire « bien étudiée et bien dirigée »22, est constamment présentée comme une opération industrielle donnant entière satisfaction : « nous sommes heureux de constater le démarrage tout à fait satisfaisant de la fabrication des carreaux de céramique dans l'usine de San Lorenzo, montée en association avec le concours technique de la Société Villeroy et Boch »23. La réussite des usines livrées clefs en mains dépend largement des études techniques menées antérieurement à l'implantation proprement dite des établissements.

17Les connexions qui lient l’industrie céramique française au marché argentin permettent d'embrasser différentes problématiques : conditions d'exportation des matériaux ; migrations professionnelles ; transferts techniques de diverses natures ; intérêt prêté aux conditions locales de production.

18Bien qu'anciennement investi par les industriels français, le marché argentin des produits céramiques révèle une tension permanente entre velléités exportatrices et contexte argentin. Dès la fin du xixe siècle, les tarifs douaniers argentins ont pu se révéler défavorables aux marchandises françaises importées à Buenos Aires. Au sortir de la Première Guerre mondiale, la production céramique argentine – qui, jusqu'alors, n'avait pas véritablement dépassé le stade proto-industriel – s'industrialise ; les importations françaises, par ailleurs concurrencées par des marchandises en provenance d'autres pays, s'en trouvent diminuées.

19Il n'empêche que le développement de l'industrie céramique argentine requiert le concours de techniciens étrangers. Les transferts techniques semblent alors se substituer aux échanges commerciaux. Désormais, le marché argentin des produits céramiques ne recourt plus tant à des matériaux qu'à des savoir-faire français.

Haut de page

Notes

1 Alejandro Artucio Urioste, El azulejo en la arquitectura del Rio de la Plata: Siglos XVIII y XIX, Montevideo : Intendencia Municipal de Montevideo, 1996.

2 Alejandro Artucio Urioste, Catálogo de azulejos stanníferos franceses del siglo XIX utilizados en Uruguay, Argentina y Brasil, Museo del Azulejo, Colección Alejandro Artucio Urioste, Montevideo : Intendencia Municipal de Montevideo, 1998.

3 Pour une approche plus large des relations commerciales entre l'industrie céramique marseillaise et l'Amérique du Sud, l'on pourra se reporter à l'ouvrage de Yves Rattier, La Terre de Marseille. Tuiles, briques et carreaux, Marseille : Chambre de commerce et d'industrie de Marseille, 1989 (Histoire du commerce et de l'industrie de Marseille xixe-xxe siècle, 4).

4 Émile Malvaut, Rapport sur l'Amélioration de notre Commerce et de notre Industrie à l'Étranger. Nécessité de fonder des Établissements dans les Pays Neufs, Paris, 1889. Paris (France), Archives de la Ville de Paris, 2 ETP 6/6/30 12 : « Argentine, 1877-1951 (production et commerce) ».

5 Il s'agit du gentilé utilisé pour Buenos Aires.

6 Gran guía general comercial de la Republica argentina, Buenos Aires, 1879.

7 Censo general de poblacion, edificacion, comercio e industrias de la ciudad de Buenos Aires, Buenos Aires, 1889.

8 Lettre du directeur de la Société générale des Tuileries de Marseille au président de la Chambre de commerce de Marseille, Marseille, le 9 décembre 1898. La requête est transmise, dès le lendemain, à la Chambre de commerce française de Buenos Aires. Marseille (France), Archives de la Chambre de commerce de Marseille, MQ 53/03, « Argentine ».

9 Au début de l'année 1915, le sénateur Pierre Baudin (1863-1917), ancien ambassadeur extraordinaire aux fêtes du centenaire de la République argentine et commissaire général de la France à l'Exposition internationale de Buenos Aires (1910), se voit confier par le gouvernement une mission de propagande en Amérique du Sud, visant à étudier les débouchés commerciaux susceptibles d'intéresser les négociants et industriels français. Dans cette optique, il consulte les chambres de commerce françaises afin qu'elles lui fassent part des desiderata des négociants et industriels de leur ressort.

10 Yves Masurel, « L'évolution contemporaine du Bassin de Marseille, Étude de géographie économique et humaine », Bulletin de la Société de géographie et d'études coloniales de Marseille, tome LI, 1930, p. 141-182. URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104627g. Consulté le 18 novembre 2015.

11 Céramique et verrerie, Revue mensuelle technique, artistique, économique. Organe officiel de la Chambre syndicale de la céramique et de la verrerie, 1930, p. 144-145. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124439f/f149.item.r=buenos.zoom. Consulté le 5 janvier 2016.

12 « Rapport de la Chambre de Commerce Argentine sur les relations commerciales entre les deux pays », 30 mars 1932. Paris (France), Archives de la Ville de Paris, 2 ETP 6/6/30 12 : « Argentine, 1877-1951 (production et commerce) ».

13 Lettre du directeur de la Société Générale des Tuileries de Marseille à Henri Tasso, sous-secrétaire d'État à la Marine marchande. Marseille, 1er juillet 1936. Marseille (France), Archives de la Chambre de commerce de Marseille, MQ 53/04, « Argentine ».

14 Lettre du président de la Chambre de commerce de Marseille au ministre des Affaires étrangères. Marseille, le 4 juillet 1936. Marseille (France), Archives de la Chambre de commerce de Marseille, MQ 53/04, « Argentine ».

15 Prenant appui sur les définitions fournies par Jacques Perrin, l'on retiendra deux modes principaux de transfert : 1° la transmission des savoir-faire techniques « aliénés », détenus par des individus, qui s'effectue « en travaillant ou en collaborant avec les personnes qui détiennent ce type de technologie » ; 2° la transmission des connaissances techniques « socialisées », qui peut être « orale (enseignement, cours de formation) ou écrite (livres, revues) ». Jacques Perrin, Les transferts de technologie, Paris : Maspero, 1983 (Repères. Série Questions économiques internationales ; 7).

16 Céramique et verrerie, Revue mensuelle technique, artistique, économique. Organe officiel de la Chambre syndicale de la céramique et de la verrerie, 1922, p. 973. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124431d/f545.item.r=c%C3%A9ramique%20et%20verrerie.zoom. Consulté le 5 janvier 2016.

17 Lettre des Établissements Paul Duclos au président de la Société pour la défense du commerce et de l'industrie, transmise au président de la Chambre de commerce de Marseille dans le cadre de la mission de l'ingénieur Dolle. Marseille, le 12 décembre 1945. Marseille (France), Archives de la Chambre de commerce de Marseille, MQ 53/04, « Argentine ».

18 Cette compagnie était une filiale de BNP Paribas. Voir Éric Bussière, Paribas, 1872-1992 : l'Europe et le monde, Anvers : Fonds Mercator, 1992.

19 Robert Lafitte-Laplace, Rapport sur les intérêts de la Compagnie en Argentine, présenté le 1er octobre 1950. Page 19. Paris (France), Archives de BNP Paribas, BPPBIMMO291 : « SANTA FE, 1950-1960 ».

20 Lettre de Robert Lafitte-Laplace au président du Conseil d'administration de la SANTA FE. Buenos Aires, 9 novembre 1951. Paris (France), Archives de BNP Paribas, BPPBIMMO291 : « SANTA FE, 1950-1960 ».

21 Lettre de Robert Lafitte-Laplace au Président du Conseil d'administration du SANTA FE. Buenos Aires, 15 mars 1951. Paris (France), Archives de BNP Paribas, BPPBIMMO291 : « SANTA FE, 1950-1960 ».

22 Robert Lafitte-Laplace, Rapport sur les intérêts de la Compagnie en Argentine, présenté le 1er octobre 1950. Page 19. Paris (France), Archives de BNP Paribas, BPPBIMMO291 : « SANTA FE, 1950-1960 ».

23 Rapport du Conseil d'Administration sur l'exercice 1952, page 5. Paris (France), Archives de BNP Paribas, BPPBIMMO290 : « SANTA FE, 1950-1960 ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Bechini, « L'industrie céramique française et le marché argentin : des échanges commerciaux aux transferts techniques », ABE Journal [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 30 janvier 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abe/2715 ; DOI : 10.4000/abe.2715

Haut de page

Auteur

Thibault Bechini

Doctorant, CRALMI (Centre de recherche d’histoire de l’Amérique latine et des mondes ibériques), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals