Navigation – Plan du site

13 | 2018
Fabriques de la tradition

Construction of tradition
Sous la direction de Clara Álvarez Dopico et Bulle Tuil Leonetti
Campagne Saint-Georges, salon marocain
Informations sur cette image
Crédits : Collection A. Gaultier & héritiers

À partir de la seconde moitié du xixe siècle, les quartiers anciens des villes qui s’étendent du Maghreb au Sud-est asiatique, font l’objet de démolitions sans précèdent qu’elles soient dues aux grands travaux d’aménagement engagés par des édiles locaux réformateurs ou par des puissances coloniales occupées à asseoir leur autorité. Selon la dialectique bien connue du vandalisme et de la protection, c’est aussi à cette période que, dans les milieux intellectuels et artistiques des métropoles comme des colonies, se dessine le goût pour l’orientalisme architectural.

Des comités, associations ou commissions locales de statut varié sont alors créés pour étudier, documenter et tenter de protéger les constructions menacées ou en voie de disparition. Leur combat amène ces sociétés savantes à définir l’identité du patrimoine qu’elles défendent en l’inscrivant dans des catégories culturelles plus larges ; elles participent ce faisant à l’invention d’une tradition et à promouvoir l’orientalisation de l’architecture locale.

Les articles attendus pour ce dossier thématique pourront s’intéresser d’une part à ces organisations, au contexte de leur création, à leur(s) fondateur(s), à leurs objectifs et à leurs actions ; d’autre part, aux travaux de restauration ou de rénovation réalisés, aux xixe et xxe siècles, qui mettent en lumière les dissonances entre les discours de protection patrimoniale et les phénomènes d’appropriation et de transformation de l’architecture ancienne. Toutes les aires géographiques extra-européennes, du bassin méditerranéen à l’Asie centrale et sud-orientale, sont concernées.

  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals