Navigation – Plan du site
Articles

Hassan Fathy et les projets de villages touristiques dans l’Égypte des années 1960 et 1970

Hassan Fathy and the planning of tourist villages in Egypt in the 1960’s and 1970’s
Leïla el-Wakil

Résumés

Les projets de développement touristique pour l’Égypte envisagés entre les années 1960 et 1980 sont un aspect méconnu de l’œuvre de Hassan Fathy. Il s’agit notamment des projets pour la côte méditerranéenne entre Alexandrie et Marsa Matrouh dès 1967, des projets de transformation en village touristique de Nouveau Gourna dès 1968, du Nile Festival Village à Louxor (1976-1982) et du projet de reconstruction de Yamit dans le Sinaï en 1986. Dans les années 1960, où le littoral méditerranéen est à conquérir sur tout son pourtour, Fathy élabore alors principalement le projet de Sidi Krier, dont une seule unité touristique modèle sera construite en 1971. Ses projets de villages touristiques sont à replacer dans la production de François Spoerri (Port-Grimaud) et d’Olivier Cacoub (Port el Kantaoui). Très au fait des hauts lieux de la villégiature balnéaire italienne et française, Fathy pose quelques jalons de ce qui aurait pu devenir une théorie de l’architecture touristique balnéaire. Ayant observé l’engouement des étrangers pour le « style néo-vernaculaire arabisant », il espère pouvoir recycler ses prototypes de maisons et de villages paysans. La chose se vérifiera après sa mort lorsque le village touristique « à la Gourna » deviendra une réalité incontournable du tourisme égyptien.

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras clave :

turismo egipcio, balneario, pueblo turístico

Index géographique :

Égypte, Afrique du Nord

Index chronologique :

XXe siècle

Personnes citées :

Fathy Hassan (1900-1989)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’objet de cet article est développé dans Leïla El-Wakil (dir.), Hassan Fathy dans son temps, Golli (...)
  • 2 Hassan Fathy, Construire avec le peuple, histoire d'un village d'Égypte : Gourna, traduit de l'angl (...)

1Si la littérature consacrée à l’architecte égyptien Hassan Fathy (1900-1989) a valorisé presque exclusivement et de façon récurrente son apport fondamental dans le domaine de l’architecture rurale, elle a fait l’impasse sur beaucoup d’autres domaines dans lesquels il s’est pourtant montré très actif, comme celui de l’immobilier touristique, depuis les projets pour la côte nord de l’Égypte dès 1967 au projet de reconstruction de Yamit dans le Sinaï en 1986, en passant par les hypothèses de revival de Nouveau Gourna dès 1968 ou le Nile Festival Village à Louxor (1976-1982)1. Les auteurs qui ont côtoyé Fathy et bénéficié de ses souvenirs ont été tributaires de la légende de l’« architecte aux pieds nus », légende que l’ouvrage Construire avec le peuple2 a contribué à asseoir, reléguant dans l’ombre les nombreux autres champs d’activité auxquels l’architecte s’est livré.

L’avènement du tourisme de masse sur le pourtour méditerranéen

  • 3 Hassan Fathy quitte l’Égypte à la fin de l’année 1957 pour rejoindre l’agence de Constantin Doxiadi (...)
  • 4 Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL). (...)

2Au retour de Grèce en 19613, après cinq ans passés dans l’agence de Constantin Doxiadis, dans une Égypte qui s’est presque totalement vidée de ses élites cosmopolites au lendemain de l’affaire du canal de Suez, Fathy est amené à penser le développement touristique moderne d’un pays dont la tradition touristique remonte au xixe siècle. L’avènement et le déploiement de la Société des wagons-lits Cook et d’une nouvelle forme de tourisme liée aux congés payés dérange les voyageurs privilégiés qui se plaignent de l’excessive démocratisation du tourisme et regrettent le temps des explorations solitaires, réservées à quelques happy few qui se déplaçaient de palaces en palaces ! L’écrivain britannique et ami de Fathy, Raymond Mortimer (1895-1980), qui revient en Égypte en 1972 après 27 ans d’absence, éprouve une immense déception en voyant ce qu’est devenu le pays sous l’effet du tourisme de masse. Son voyage à Louxor et Assouan vire au cauchemar épuisant. L’Égypte des élites qu’il a tant aimée lors de ses précédents séjours, en 1926 et en 1945, est méconnaissable. Assouan a été défigurée par l’hôtel New Cataract, un établissement qu’il juge d’une extrême laideur. Les temples sont pris d’assaut par une foule de touristes vulgaires. Le vieux Caire a été enlaidi par des immeubles en béton4.

  • 5 M. Levi, « Le tourisme et la villégiature en Égypte, leur importance numérique et économique », L'É (...)
  • 6 William Selim Hanna est un ingénieur des structures souvent associé à Hassan Fathy dans plusieurs c (...)
  • 7 Annabel Jane Wharton, Building the cold war : Hilton international hotels and modern architecture, (...)

3Si le tourisme culturel avec croisière sur le Nil et visite des antiquités, un phénomène déjà ancien et fort prisé des étrangers qui visitent le pays, se vulgarise, le tourisme de villégiature et balnéaire est alors pour ainsi dire inexistant lorsque Fathy rentre au pays. C’est pour réfléchir à ce développement-là, tant sur les côtes méditerranéennes5 que sur celles de la mer Rouge, que le ministre du Tourisme et le ministre du Logement l’invitent à faire partie d’une mission ad hoc. Le pays connaît pourtant sous Nasser une période de repli. Quelques grands hôtels se construisent cependant pour abriter un tourisme d’affaires, le plus emblématique étant le Nile Hilton dessiné par l’Américain Welton Becket, associé à l’ingénieur égyptien William Selim Hanna6 (fig. 1). Ce Hilton, entrepris conjointement par la Misr Hotel Compagny et Conrad Hilton7, et dont la première pierre est posée en 1955, devient vite le symbole de l’union de l’entreprise privée égyptienne et américaine pendant la guerre froide. L’établissement est inauguré en 1959 comme l’hôtel présidentiel de prestige par excellence. Tourné vers l’ouest, regardant en direction du Nil et des pyramides, il se substitue au Shepheard, l’hôtel des têtes couronnées, emblème de la royauté, symbole perdu lors de l’incendie du Caire de 1952, et il aimante dans son hall resté légendaire la nouvelle jet set internationale.

Figure 1 : Affiche publicitaire pour le Nile Hilton, vers 1954.

Figure 1 : Affiche publicitaire pour le Nile Hilton, vers 1954.

Source : Welton Becket.

  • 8 Les archives de Hassan Fathy conservent plusieurs prospectus se référant à la Djerba des années 196 (...)

4Mais le tourisme des Trente Glorieuses dans les pays européens, celui des congés payés, s’oriente vers de nouvelles formules, et notamment celle du village de vacances, ce que Fathy, de retour de Grèce, comprend et encourage dans son pays natal. En 1949, l’Anversois Gérard Blitz avait posé les premiers jalons de ce qui allait devenir le Club Méditerranée avec le village de tentes d’Alcudia à Majorque, qui fut suivi du village en bungalows de Tahiti, puis, en 1961, du village d’Arziv, sur une plage de Galilée, en Israël. Un peu plus tardif (1965), le célèbre Club Med d’Agadir, commandé par Hassan II au lendemain de l’indépendance marocaine, sert d’étalon mesure à tous les villages touristiques qui se construiront autour de la Méditerranée. Et le concept de village touristique fait florès au-delà du Club Med : Djerba la douce8 se construit de villages balnéaires pseudo-vernaculaires qui exercent un grand attrait sur les voyageurs européens. Des entrepreneurs construiront des villages entiers comme François Spoerri à Port-Grimaud (1963-1966) sur le modèle des architectures de Grèce et d’Italie du Sud.

  • 9 En 1967, dans un mémoire récapitulatif à l’attention du ministère du Tourisme, Fathy fait le point (...)

5Quant à la côte méditerranéenne égyptienne comprise entre Alexandrie et Marsa Matrouh, dans les années 1960, elle est inhospitalière et presque totalement sauvage, largement occupée par les populations bédouines. Les quelques plages sont en ville — la célèbre Stanley Beach ou la plage de l’hôtel Palestine à Alexandrie. Le littoral est à conquérir9. Sur le pourtour méditerranéen, plusieurs consortiums, parmi lesquels le Club européen du tourisme (CET), opèrent dans la construction de villages de vacances, comme à Marrakech, au cap Malabata, à Tunis, à Djerba et à Izmir. Certaines compagnies ont déjà approché le ministre du Tourisme égyptien en vue de développer des villages touristiques ou de cure (balnéothérapie) sur la côte méditerranéenne ou la mer Rouge. Hassan Fathy, qui a vu les architectes de l’agence cosmopolite Doxiadis travailler pour la villégiature de Porto Rafti à Apollonion dans le Péloponnèse (fig. 2a, 2b et 2c), est l’homme providentiel autour duquel s’organisent les prémices d’une réflexion.

Figure 2a : Carte de l’Attique.

Figure 2a : Carte de l’Attique.

Apollonion à Porto Rafti (s.l., vers 1965 ?).

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 2b : Constantin Doxiadis, élévation des maisons de vacances du village d’Apollonion à Porto Rafti (Grèce).

Figure 2b : Constantin Doxiadis, élévation des maisons de vacances du village d’Apollonion à Porto Rafti (Grèce).

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 2c : Constantin Doxiadis, plan masse du village d’Apollonion à Porto Rafti (Grèce).

Figure 2c : Constantin Doxiadis, plan masse du village d’Apollonion à Porto Rafti (Grèce).

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Des villages clé en main pour l’Égypte : Sidi Krier

  • 10 Les Sables d’Or est une station balnéaire bulgare, à 17 km de Varna sur la mer Noire, qui a commenc (...)

6Peu après son retour en Égypte, Fathy, muni d’un carnet d’adresses international constitué lors de son séjour grec et de ses nombreux voyages en Afrique, est donc désigné comme consultant auprès du ministre du Tourisme. La mission va durer deux ans, de 1963 à 1965. L’Égypte songe alors très sérieusement à développer son potentiel touristique balnéaire sur la côte méditerranéenne et le long de la mer Rouge. Pays non aligné, elle est à la recherche de modèles touristiques tant du côté des républiques socialistes du bloc soviétique que de celui des pays méditerranéens récemment décolonisés. Les stations balnéaires de la nomenclatura sur la mer Noire, comme Varna et les Sables d’Or10, sont citées en exemple par le ministère égyptien, qui tourne aussi ses regards du côté des équipements des rives orientales et méridionales de la Méditerranée, comme le village touristique d’Izmir. Le village d’Izmir est le dernier en date construit par le consortium du Club européen du tourisme, après le village de Malabata au Maroc.

  • 11 Thomas Sharp, The anatomy of the village, Londres : Harmondsworth, 1946, p. 17 : «The holiday villa (...)

7Fathy émet des considérations sur les changements de paradigmes touristiques induits par les congés payés. Une nouvelle catégorie de touristes de classe moyenne émerge à cette occasion et coïncide avec l’apparition du village touristique. Fathy s’appuie sur Thomas Sharp, une figure marquante de l’urbanisme britannique, et son ouvrage The Anatomy of the village. Selon Sharp, le village de vacances qui surgit dans le monde entier est la meilleure réponse au tourisme social familial né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : « Le village de vacances fournira des vacances en campagne et au bord de la mer, avec les agréments d’une petite vie communautaire pour un groupe familial, chaque famille ayant sa maison pour elle-même11. » Aux classes modestes citadines s’offre désormais le plaisir saisonnier de vivre dans une maison villageoise aux antipodes de l’immeuble urbain souvent inhospitalier. En cela, le livre de Sharp anticipe le premier Club Méditerranée.

8Conscient du fait que le village de vacances peut représenter une affaire lucrative pour des entreprises spécialisées dans ce type de projet, Fathy propose au gouvernement égyptien le principe de construire lui-même des villages clé en main dont il retirerait ensuite tous les bénéfices. Pour ce faire, l’architecte travaille sur l’idée des unités touristiques modèles, unités de base d’un village-modèle égyptien (qu’il n’a pas réussi à développer dans le monde rural).

9Au début de l’année 1967, l’année même de la guerre des Six Jours qui survient en juin et stoppe le projet de complexe touristique de la mer Rouge que Fathy était en train d’élaborer, un consortium danois, le bureau d’ingénieurs Birch et Krogboe de Copenhague, représenté par l’architecte Ole Helweg et l’ingénieur civil Jørgen Barfod, prend contact avec Fathy concernant les possibilités de développement touristique balnéaire. Fathy et son élève Omar el Farrokh accompagnent les Danois en janvier 1967 dans leur voyage exploratoire en vue de localiser de possibles emplacements pour des programmes d’investissement scandinaves : sur la côte Nord d’une part, d’Alexandrie à Marsa Matrouh, et sur la mer Rouge d’autre part, entre el Arish et Hurgada. Parallèlement, une commission se met en place comprenant Aly Kamel, ministre du Tourisme, deux professeurs de l’École des beaux-arts, un photographe, un journaliste et un chargé de relations publiques.

  • 12 Renseignement aimablement communiqué par Ola Seif (AUC).
  • 13 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Lettre des bureaux du ministère à Hassan Fathy en juin 1967.

10Plusieurs commissions d’État se constituent cette année-là pour étudier le développement général du littoral, la construction d’hôtels, de villages touristiques et de logements de villégiature ou de villas. Une commission conjointe des ministères du Tourisme et du Logement réunit en mars 1967 Fathy et Omar el Farrokh12 autour de la région d’el Alamein et de Sidi Abdel Rahman ; elle préconise un plan d’ensemble cohérent, attentif au style architectural, qui considère tout à la fois la construction de villas et les équipements prévus pour la Société coopérative de la plage de Sidi Abdel Rahman. Une autre commission, comprenant le doyen de l’École des beaux-arts, Ahmad el Husseini13, étudie un plan d’ensemble centré sur le tourisme local et étranger dans la région d’Agami et de Maamoura, proche d’Alexandrie.

  • 14 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Brouillon d’une note en arabe traduite par Ola Seif.

11Dès 1968, Fathy développe l’idée qu’il faut construire des « villages dans un style national qui soit attractif pour les touristes » et qu’ils rapportent davantage que ceux construits par des compagnies étrangères. Il estime que, de toutes les formules touristiques à disposition en cette époque pionnière des villages touristiques, les plus séduisantes aux yeux des touristes occidentaux obéissent au style « oriental » que l’on peut trouver en Tunisie ou au Maroc (Tunis et Marrakech), « bien que leurs architectes occidentaux n’aient pas suivi les règles et les principes d’une authentique architecture. Ils se sont contentés de donner une touche orientale en utilisant des éléments structurels et décoratifs tels que les dômes, le bois sculpté et un plan de ruelles étroites et sinueuses14. »

  • 15 La commande du village de Nouveau Gourna fut confiée à Hassan Fathy par le Service des antiquités p (...)
  • 16 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Brouillon de lettre à Lucie Lamy, s.d. (1978-1979 ?), communiqué par (...)

12Ayant observé l’engouement des étrangers pour le « style néo-vernaculaire arabisant », il espère pouvoir ainsi recycler ses prototypes de villages paysans (par exemple ce qu’il avait conçu pour Nouveau Gourna) et les faire apprécier, y compris Nouveau Gourna15, par le biais touristique. Le regard favorable des étrangers donne un surcroît de valeur à ses projets ; les Égyptiens leur emboîtent le pas. Dans un brouillon de lettre de la fin des années 1970 à Lucie Lamy, la belle-fille de l’égyptologue ésotérique Schwaller de Lubicz, Fathy s’exprime clairement à ce propos : « Nous allons restaurer Gourna et le compléter par un village touristique dans le même style pour convaincre les Égyptiens par la valeur de leur architecture lorsqu’ils verront que les touristes l’apprécient16. »

13Fathy élabore alors principalement un projet, celui de Sidi Krier, en 1971, sur cette côte Nord qui compte aujourd’hui d’innombrables villages touristiques, tous différents les uns des autres, et réservés au tourisme égyptien. Sidi Krier est conçu pour être le Centre d’études des projets de la côte Nord [Markaz tanmiyat al-Sahil al-shamaly fi Sidi Krier], mais seule une unité touristique modèle a été construite, à l’initiative et grâce aux deniers de l’architecte (fig. 3, fig.4a et 4b).

Figure 3 : Hassan Fathy, coupe d’une unité touristique pour Sidi Krier, 1971.

Figure 3 : Hassan Fathy, coupe d’une unité touristique pour Sidi Krier, 1971.

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 4a : Unité touristique modèle de Sidi Krier. Les maisons vues de l’extérieur, mai 2006.

Figure 4a : Unité touristique modèle de Sidi Krier. Les maisons vues de l’extérieur, mai 2006.

Source : Leila el-Wakil.

Figure 4b : Unité touristique modèle de Sidi Krier. Les maisons vues de l’extérieur, mai 2006.

Figure 4b : Unité touristique modèle de Sidi Krier. Les maisons vues de l’extérieur, mai 2006.

Source : Leila el-Wakil.

  • 17 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. To build a house. The house of Sidi Krier, note dactylographiée, s.d
  • 18 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Ibid., « These qualities should be conveyed to man by respecting the (...)
  • 19 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Ibid., « Seen from outside, the silhouette of the vaults and domes s (...)

14La maison de Sidi Krier résulte d’une tentative de convaincre les autorités égyptiennes de la faisabilité d’une unité touristique de « style égyptien ». Cette unité modèle à l’échelle 1/1 permet de se faire une idée de ce qu’aurait été le village touristique futur. Elle répond aux conditions culturelles, climatiques, géologiques et matérielles locales. Une note dactylographiée de Fathy explique les buts recherchés à travers cette réalisation17. Destinée à être le noyau d’un futur établissement de recherche dans le domaine de l’architecture du désert, cette unité pilote, possible modèle exemplaire d’unité touristique, fait la démonstration du coût modeste de la beauté structurelle. Elle inspire, selon son auteur, un sentiment d’hospitalité, d’intimité, de beauté et de permanence, et s’inspire des modèles indigènes jusque dans les moindres détails, offrant aux hôtes un concentré des qualités de l’architecture domestique arabe18. Sa typologie reprend les éléments du palais arabe que sont la qa’a, le dorqa’a, l’iwan, le maqqad, la cour, de manière à procurer un sentiment à la fois de grandeur et d’intimité (fig. 5a et 5b). La construction est en résonance avec le paysage, la fontaine du patio jaillissant sur le fond de la mer bleu vert, et les dômes et voûtes forment un tout avec les douces dunes de sable19.

Figure 5a : Sidi Krier, intérieur de maison, iwan avec voûte, mai 2006.

Figure 5a : Sidi Krier, intérieur de maison, iwan avec voûte, mai 2006.

Source : Leila el-Wakil.

Figure 5b : Sidi Krier, cour intérieure, mai 2006.

Figure 5b : Sidi Krier, cour intérieure, mai 2006.

Source : Leila el-Wakil.

15Construite sur un sol aride, à quelque distance de la mer, entre cactus et figuiers, de très petite taille, l’unité comporte deux entrées, côté plage et côté route, une qa’a et un dorqa’a pourvu de deux iwans, avec mastabas pour y dormir. La salle de bains est proche de l’entrée, ainsi que la cuisine ; une fenêtre sert de passe-plat communiquant avec le patio tourné vers la mer, lequel comprend une loggia avec mastaba pour prendre le frais. Une deuxième cour sert d’étendage et de terrasse pour les bains de soleil, auxquels on peut aussi s’adonner sur le toit.

16La maison n’est pas encore tournée en direction de la mer : ce n’est que plus tard que Fathy s’intéressera à la question des vues. Des notes d’un grand cahier de brouillon soulèvent cette question (fig. 6a à 6f).

Figure 6a: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Figure 6a: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 6b: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Figure 6b: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 6c: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Figure 6c: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 6d: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Figure 6d: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 6e: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Figure 6e: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

Figure 6f: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Figure 6f: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».

Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).

17Fathy évoque des lieux de villégiature légendaires comme Capri, Amalfi, Santa Margarita, Portofino, Cannes ou Nice. Il s’interroge sur les atouts du village balnéaire et passe en revue la vue, la brise marine et l’effet psychologique de ceux-ci pour le citadin. À quel moment sommes-nous supposés voir la mer et quand devons-nous être conscients de nous trouver dans un établissement balnéaire ? Quand et où devons-nous jouir de la brise : dans la chambre à coucher, le dressing-room, la loggia, le solarium, la salle de bains ? Faut-il une vue constante sur la mer ou pouvoir y jeter un coup d’œil de temps en temps ? Quand, où et comment capter ces coups d’œil ? Faut-il créer un effet de surprise inattendue et excitante ou produire un effet qui dure ? Faut-il rechercher une succession d’impressions bien pensées conduisant à la vue de la mer, comme un crescendo conduit à un climax en musique ?

18Ces projets visionnaires en restent là : il faut attendre le village touristique « à la Gourna » pour les voir se populariser seulement après sa mort, à la fin du xxe siècle, en Égypte.

Le village du Nile Festival

19Suite à l’échec de Sidi Krier, Fathy ne se détourne pas pour autant de la thématique touristique, qu’il poursuit à travers plusieurs projets d’« authentiques villages touristiques » : il étudie la reconversion de Nouveau Gourna en village touristique (dès 1969), formule le projet du centre touristique Mashrabbyia à Guiza (1974), aux portes du Caire, des projets pour les bords du lac Qaroun au Fayoum (1975).

20Un autre projet de prestige, qui allie des équipements culturels (théâtre, salles de ballet et de musique, d’exposition d’arts folkloriques et beaux-arts) tient une grande place dans l’imaginaire de Fathy : le village du festival du Nil. Enfin un projet culturel et touristique à la hauteur de ses ambitions, élaboré entre 1976 et 1982 — qui ne se concrétisera malheureusement jamais. Les scénarios sont aussi nombreux que les projets dessinés. L’homme d’affaire américain Michael Sisk, PDG de la Nile Festival Company Ltd, est promoteur de l’entreprise. Il s’entoure d’une équipe totalement américaine ayant une expérience au Moyen-Orient, dans les pays arabes ou en Égypte. Il espère voir Fathy collaborer avec les consortiums américains que sont notamment la compagnie hôtelière Hyatt et l’agence d’ingénieurs civils Paulus et Sokolowski, connus pour l’aménagement des docks de New York sur l’Hudson.

21L’emplacement choisi pour le projet se trouve sur l’île de Tahr el Bahar, stratégiquement située entre le temple de Louxor sur la rive droite et Nouveau Gourna sur la rive gauche du fleuve (fig. 7).

Figure 7 : Hassan Fathy, projet pour le village du Nile Festival, 1982.

Figure 7 : Hassan Fathy, projet pour le village du Nile Festival, 1982.

Source : Piacentin.

  • 20 Cette extension moderne du Winter Palace a été démolie en 2008 dans le cadre des grands travaux de (...)

22L’ambitieux projet, une sorte de centre culturel pour Louxor, doit pouvoir abriter un théâtre, une salle de ballet, une salle de musique, des expositions d’art folklorique et de beaux-arts, ainsi qu’un hôtel pour accroître l’offre hôtelière encore mince du Winter Palace et de l’hôtel Etap. L’hôtel, qui a la forme d’un village moderne construit et aménagé dans le plus pur style égyptien, a pour ambition de montrer l’exemple à suivre face à l’extension récente moderne du Winter Palace, dont Fathy a certainement pensé à juste titre qu’elle dénaturait, par sa taille, sa morphologie de building moderne et ses matériaux, les abords du temple de Louxor20. Fathy entend bien d’abord imposer la technologie traditionnelle des voûtes et des coupoles, exécutées dans les matériaux locaux tels que la terre crue ou la pierre, comme illustré à Nouveau Gourna, Nouveau Baris ou Sidi Krier.

  • 21 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. « Some notes on design concepts and guiding principles of the planni (...)

23« L’hôtel est un village avec des rues remplaçant les corridors ordinaires, de sorte que le plan sépare les quartiers des résidents, des secteurs publics dévolus aux non-résidents venant pour assister à des performances théâtrales, visiter les expositions et fréquenter les restaurants21. » Fathy emploie délibérément cette notion corbuséenne de la rue-corridor pour bien montrer qu’il entend l’utiliser, de même que la place du village, dans la typologie de l’établissement, et tisser ainsi le tramage de l’urbanité hôtelière qu’il projette. Les espaces ouverts au public sont conçus comme des rues et des jardins potagers ou des jardins orientaux. Dans les quartiers d’habitation, la rue est flanquée de deux rangées d’unités, séparées chacune l’une de l’autre par le jardin. Ceci est une transposition de la tradition arabe d’urbanisme où les maisons sont introverties, s’ouvrant sur des cours intérieures et des jardins. Ici, les espaces ouverts entre deux rangées de maisons tiennent lieu de cour intérieure ou de jardin.

24Les unités touristiques consistent en une petite maison arabe avec qua’a, dorqua’a comme espace de séjour et iwan comme alcôve pour dormir. Chaque maison possède une cour privée pour bains de soleil et le traditionnel maqqad ou loggia permet d’abriter la vie en plein air. Les quelque douze types d’unités d’habitation permettent une variété infinie de combinaisons et de dessins des rues de nature à éviter une déplaisante uniformité et une triste monotonie du village.

25L’accès se fait par bateau ; un quai est aménagé pour permettre d’accoster et une charrette tirée par un âne prend en charge hôtes et bagages pour les mener à la réception située sur la place principale du village où, pour des raisons de protection de la vie privée des résidents, se trouvent théâtre, salle d’exposition et restaurant.

26Dans ses papiers, Fathy conservait des documents relatifs à un village touristique de Tunisie à Saknès par le Grand Prix de Rome Olivier-Clément Cacoub (1920-2008), auteur de Port el Kantaoui, station balnéaire néo-mauresque copiée sur les principes de Sidi Bou Saïd, un village tunisien classé en 1915. En quoi la démarche de Fathy se démarque-t-elle du style néo-vernaculaire tel qu’il est pratiqué par Cacoub à Port el Kantaoui ou par Spoerri à Port Grimaud (1963-1966) ? Ici et là le même rêve de fabriquer des microcosmes refuges à l’image d’enchanteurs prototypes vernaculaires menacés par la toute-puissance d’une industrialisation galopante. Ici et là la même envie d’offrir aux vacanciers ce monde parallèle, édénique, en voie de disparition, impitoyablement laminé par la marche inexorable de la modernité.

Haut de page

Annexe

Glossaire

Dorqua’a : cour couverte qui correspond à la partie centrale de la qa’a.

Iwan : espace voûté de la qa’a s’ouvrant sur le dorqa’a.

Maqqad : loggia.

Mastaba : à entendre ici dans le sens de banquettes.

Qa’a : salon, pièce de réception d’une demeure arabe.

Haut de page

Notes

1 L’objet de cet article est développé dans Leïla El-Wakil (dir.), Hassan Fathy dans son temps, Gollion : Infolio, [à paraître en] 2013, chapitre consacré au tourisme.

2 Hassan Fathy, Construire avec le peuple, histoire d'un village d'Égypte : Gourna, traduit de l'anglais par Yana Kornel, Paris : J. Martineau, 1970.

3 Hassan Fathy quitte l’Égypte à la fin de l’année 1957 pour rejoindre l’agence de Constantin Doxiadis à Athènes. Consultant pour le Moyen-Orient et l’Afrique, il projette notamment des unités d’habitation rurales et urbaines pour l’Irak, avant de rédiger plusieurs rapports prépondérants sur les villes africaines dans le cadre du projet global de Doxiadis, intitulé City of the Future.

4 Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL). Lettre de Raymond Mortimer à Hassan Fathy, 24 mars 1972 : « But my trip to Aswan and Luxor left me exhausted and miserable. The Egypt I had so keenly enjoyed in 1926 and 1945 had become unrecognisable. Aswan seems to me no longer worth a visit, with the glorious view now wrecked by a nightmare hotel […]. The concrete buildings in old Cairo broke my heart. How infinitely more horrible for you… The food and the service at the Winter Palace and the Cataracts hotels have become very poor, but that is not important compared with the description of beauty and the overcrowding of the temples with horribly vulgar tourists. »

5 M. Levi, « Le tourisme et la villégiature en Égypte, leur importance numérique et économique », L'Égypte contemporaine, n°3, janvier 1912, p. 257-281.

6 William Selim Hanna est un ingénieur des structures souvent associé à Hassan Fathy dans plusieurs comités durant les années 1950, notamment dans le Comité de réforme des villages (renseignement donné par Ola Seif (AUC)).

7 Annabel Jane Wharton, Building the cold war : Hilton international hotels and modern architecture, Chicago, IL : University of Chicago Press, 2001, p. 45-54.

8 Les archives de Hassan Fathy conservent plusieurs prospectus se référant à la Djerba des années 1960, aux réalisations d’Olivier Clément Cacoub et à la Tunisie en général.

9 En 1967, dans un mémoire récapitulatif à l’attention du ministère du Tourisme, Fathy fait le point de la situation.

10 Les Sables d’Or est une station balnéaire bulgare, à 17 km de Varna sur la mer Noire, qui a commencé à se développer dès 1956 et dont les premiers lotissements consistent en petits immeubles de deux étages.

11 Thomas Sharp, The anatomy of the village, Londres : Harmondsworth, 1946, p. 17 : «The holiday village will […] provide country and seaside holidays, with the amenities of small community life, for urban family group, each family having a house to itself. »

12 Renseignement aimablement communiqué par Ola Seif (AUC).

13 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Lettre des bureaux du ministère à Hassan Fathy en juin 1967.

14 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Brouillon d’une note en arabe traduite par Ola Seif.

15 La commande du village de Nouveau Gourna fut confiée à Hassan Fathy par le Service des antiquités pour reloger les habitants de l’ancien Gourna, situé sur les tombes pharaoniques de Louxor. Fathy élabora entre 1946 et 1952 un projet de village-modèle économique basé sur le principe de l’auto-construction en terre crue. Ce village devait être, dans son esprit, un prototype appelé à se diffuser en Égypte.

16 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Brouillon de lettre à Lucie Lamy, s.d. (1978-1979 ?), communiqué par Ola Seif.

17 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. To build a house. The house of Sidi Krier, note dactylographiée, s.d.

18 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Ibid., « These qualities should be conveyed to man by respecting the indigenous character of the design down to the smallest detail. I tried to achieve this bringing the guest all the best qualities of Arab domestic architecture cristallised into this unit. »

19 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. Ibid., « Seen from outside, the silhouette of the vaults and domes seem to blend with the gently undulating sand dunes and making it as one with the landscape. »

20 Cette extension moderne du Winter Palace a été démolie en 2008 dans le cadre des grands travaux de Louxor menés par le gouverneur Samir Farag.

21 Le Caire (Égypte), AUC, RBSCL. « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design », notes d’Hassan Fathy.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Affiche publicitaire pour le Nile Hilton, vers 1954.
Crédits Source : Welton Becket.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2a : Carte de l’Attique.
Légende Apollonion à Porto Rafti (s.l., vers 1965 ?).
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2b : Constantin Doxiadis, élévation des maisons de vacances du village d’Apollonion à Porto Rafti (Grèce).
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2c : Constantin Doxiadis, plan masse du village d’Apollonion à Porto Rafti (Grèce).
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3 : Hassan Fathy, coupe d’une unité touristique pour Sidi Krier, 1971.
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4a : Unité touristique modèle de Sidi Krier. Les maisons vues de l’extérieur, mai 2006.
Crédits Source : Leila el-Wakil.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4b : Unité touristique modèle de Sidi Krier. Les maisons vues de l’extérieur, mai 2006.
Crédits Source : Leila el-Wakil.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 5a : Sidi Krier, intérieur de maison, iwan avec voûte, mai 2006.
Crédits Source : Leila el-Wakil.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 5b : Sidi Krier, cour intérieure, mai 2006.
Crédits Source : Leila el-Wakil.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6a: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6b: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6c: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6d: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6e: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6f: Notes de Hassan Fathy, « Some notes on design concepts and guiding principles of the planning and arch. design ».
Crédits Source : Le Caire (Égypte), American University of Cairo (AUC), Rare Books and Special Collections (RBSCL).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 7 : Hassan Fathy, projet pour le village du Nile Festival, 1982.
Crédits Source : Piacentin.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/622/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leïla el-Wakil, « Hassan Fathy et les projets de villages touristiques dans l’Égypte des années 1960 et 1970 », ABE Journal [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abe/622 ; DOI : 10.4000/abe.622

Haut de page

Auteur

Leïla el-Wakil

Maître de conférence, Unité d’histoire de l’art, université de Genève, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals