Navigation – Plan du site
Articles

Papiers de Chine : les archives d’architecture du Crédit Foncier d’Extrême-Orient (1907-1959)

Thomas Coomans
Traduction(s) :
China Papers: The architecture archives of the building company Crédit Foncier d’Extrême-Orient (1907-59)

Résumés

Le Crédit Foncier d’Extrême-Orient (CFEO) était une société belgo-française spécialisée en prêts hypothécaires et en financements d’infrastructures et de technologies modernes, mais également en construction et maintenance d’immeubles. De 1907 à 1959, une trentaine d’architectes, principalement belges et français, travaillèrent au service de cette compagnie en Chine, à Hong Kong et à Singapour. Après avoir introduit la problématique des archives d’entreprises belges en général et des entreprises belges en Chine, l’article présente l’histoire du CFEO et de ses archives, ainsi que les bureaux d’architecture, les architectes, les projets et les constructions. Outre les archives du siège central de la société à Bruxelles, les fonds complémentaires (architectes, clients, villes) et les sources monumentales (plus ou moins patrimonialisées) retiennent l’attention. Le potentiel et les limites des archives du CFEO pour l’historien de l’architecture servent de fil rouge à une approche critique.

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras clave :

archivos de empresa, arquitectura moderna

Index géographique :

Europe, Asie, Belgique, Chine

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Edward Denison et Guang Yu Ren, Modernism in China. Architectural Visions and Revolutions, Hoboken, (...)

1Les questions de la modernité architecturale et des transferts technologiques en Chine à la fin de l’Empire et au temps de la République sont un sujet de recherche en vogue depuis le début du XXIe siècle1. Les archives des compagnies occidentales et des architectes actifs en Chine pendant la première moitié du XXe siècle attirent les historiens de l’architecture à la recherche d’informations sur des bâtiments, sur des architectes, ou sur des projets urbanistiques précis.

  • 2 René Brion et Jean-Louis Moreau, Inventaire des archives du Crédit Foncier d'Extrême-Orient et de s (...)

2Parmi les fonds d’archives d’entreprises conservés aux Archives Générales du Royaume (désormais AGR) à Bruxelles, celui du Crédit Foncier d’Extrême-Orient (désormais CFEO) est accessible aux chercheurs depuis 20002. Cette société belgo-française, dite « Belfran », était spécialisée en prêts hypothécaires et en financements d’infrastructures et de technologies modernes, mais également en construction et maintenance d’immeubles. Une trentaine d’architectes occidentaux travaillèrent au service de cette compagnie en Chine, à Hong Kong et à Singapour de 1907 à 1959.

  • 3 Thomas Coomans et Leung-kwok Prudence Lau, « Les tribulations d’un architecte belge en Chine : Gust (...)

3À ce jour, les réalisations du CFEO à Tianjin et à Hong Kong ainsi que les deux architectes qui furent le plus longtemps au service de la société, Gabriel Van Wylick (1864-1964) et Gustave Volckaert (1888-1978), ont surtout été étudiés3. Les constructions dans d’autres villes, notamment à Shanghai et à Singapour, ainsi que le travail d’autres architectes, sont encore largement inexplorés. Les activités financières et spéculatives du CFEO, le fonctionnement interne entre le siège de Bruxelles et les agences d’Extrême-Orient, les relations avec les réseaux d’investissements occidentaux et chinois, la concurrence avec d’autres sociétés financières et de construction, les liens avec les missions catholiques, sont autant d’aspects d’un champ de recherche en friche.

4Le potentiel et les limites du fonds du CFEO pour l’historien de l’architecture servent de fil rouge à une approche critique. Après avoir introduit la problématique des archives d’entreprises belges en général et des entreprises belges en Chine, l’article présente brièvement l’histoire du CFEO et la structure du fonds d’archives, avant de s’attarder sur le fonctionnement des bureaux d’architecture, ainsi que sur les architectes, les projets et les constructions. Le fonds est principalement constitué des archives du siège central de la société à Bruxelles et ne couvre que partiellement les activités des différentes agences. Aussi, la question heuristique des sources d’archives complémentaires conservées dans les familles des agents qui travaillèrent pour la société, dans les archives des clients du CFEO et, bien entendu, dans les archives des villes où la société fut active, sera également posée.

5Enfin, un certain nombre de bâtiments construits par le CFEO existent toujours, dans un état de conservation variable, et sont loin d’être tous identifiés (fig. 1). Le rôle crucial des archives dans le processus de la patrimonialisation de ces bâtiments sera également souligné.

Figure 1: Immeuble Belfran à Tianjin, Chine (1927) et immeuble à appartements sur Prince Edward Road à Kowloon (1930), Hong Kong.

Figure 1: Immeuble Belfran à Tianjin, Chine (1927) et immeuble à appartements sur Prince Edward Road à Kowloon (1930), Hong Kong.

La patrimonialisation des immeubles construits par le CFEO dans les contextes urbains en forte transformation n’a été acquise que récemment.

Source: THOC 2012 et 2013.

L’« empire informel » belge (en Chine) et ses archives

  • 4 Cadre general : Michel Dumoulin, Vincent Dujardin, Emmanuel Gerard et Mark Van den Wijngaert (dirs. (...)
  • 5 Voir la revue L’expansion belge, publiée entre 1908 et 1914.

6Pays parmi les plus industrialisés au monde tout au long du XIXe siècle, la Belgique avait besoin du marché mondial pour exporter les produits de son industrie4. Contrairement à la plupart des nations occidentales, et malgré les ambitions du roi Léopold II qui se lança à titre personnel dans la colonisation de l’État indépendant du Congo, la Belgique ne se tailla pas d’empire colonial à coup d’expéditions militaires et de « politique de la canonnière ». Fondé sur le capital, le savoir et l’ingénierie, l’impérialisme belge fut pacifique, à l’image des nombreuses expositions universelles et internationales organisées à Bruxelles, Anvers, Liège et Gand. Cet « empire informel », basé sur l’intégration économique plutôt que sur une notion légale d’empire, pouvait également compter sur la complicité des missions catholiques belges. Présent sur les cinq continents, l’« empire informel » belge atteignit son expansion maximale dans les années 1910-19145, et se poursuivit, en s’adaptant, après la Première Guerre mondiale. La création du Congo Belge en 1908 dota le pays d’une colonie aux ressources inépuisables, particulièrement attrayante pour les groupes belges. L’apogée coloniale du Congo Belge se situe entre la Seconde Guerre mondiale et l’indépendance en 1960.

  • 6 Ginette Kurgan-Van Hentenryk, Léopold II et les groupes financiers en Chine. La politique royale et (...)
  • 7 L’expansion belge, vol. 3, n° 1, janvier 1910 ; Chine et Belgique. Revue économique publiée mensuel (...)
  • 8 Daniël Verhelst et Nestor Pycke (dirs.), C.I.C.M. Missionaries, Past and Present 1862-1987. History (...)

7Si la Chine attira des investisseurs et des missionnaires belges à partir des années 1860, c’est surtout après 1900 que des investissements importants eurent lieu dans différents secteurs industriels, financiers et commerciaux tels que la banque, le chemin de fer, la métallurgie et l’immobilier6. Les sociétés les plus renommées furent la Banque Sino-Belge, la Compagnie Financière Belgo-Chinoise, la Société Belge d’Entreprise en Chine, la Compagnie Générale des Chemins de Fer en Chine, et le CFEO. La ligne de chemin de fer Pékin-Hankou (Wuhan), les mines de Lincheng, les tramways de Tientsin, et les aciéries de Hanyang comptèrent parmi les plus beaux résultats de l’« empire informel » belge7. Par ailleurs, de nombreux missionnaires belges œuvrèrent en Chine, notamment les Scheutistes en Mongolie et les Franciscains dans le Yichang, respectivement à partir des années 1860 et 18708. Les circonstances politiques en Chine –instabilité sous la République à partir de 1911, invasion et occupation japonaise de 1937 à 1945, guerre civile de 1945 à 1949– ne furent pas favorables aux investissements occidentaux qui se replièrent de plus en plus sur les concessions internationales des ports des traités et à Hong Kong. Tous les intérêts occidentaux en Chine furent progressivement nationalisés entre 1949 et 1955.

8La question des archives des entreprises privées belges est donc complexe car elle couvre plus de deux siècles et a une dimension très internationale. Nombreuses sont les entreprises dont les archives ont entièrement disparu à la suite de faillites, de restructurations, de reprises, des deux guerres mondiales. En outre, le processus de la patrimonialisation des archives d’entreprises et des bâtiments industriels est récent et se situe dans le contexte d’une Belgique régionalisée en quête de nouvelles identités. Créée en 1985, l’Association pour la sauvegarde et l’exploitation des archives industrielles belges stimula la valorisation des archives de quelques grands groupes9. En 1986, les AGR organisèrent la première journée d’étude « Sauvegarde et exploitation des archives d'entreprises »10. Du fractionnement du paysage culturel belge résulte que les archives, y compris celles des entreprises, sont conservées dans les dépôts des Archives de l’État et au Musée royal de l’Afrique Centrale11, mais également au niveau régional, provincial et local, sans parler des archives privées12.

  • 13 Compagnie Financière Belgo-Chinoise, Société Belge d’Entreprises en Chine, Compagnie de Tramways et (...)
  • 14 En grande partie à Louvain, au KADOC, Centre de Documentation et de Recherche : Religion, Culture, (...)
  • 15 URL: http://www.china-institute.be/francais.html. Consulté le 21 août 2014.

9Les archives relatives aux intérêts belges en Chine sont fragmentaires. Dans les meilleurs des cas ne sont conservées que les archives des sièges d’entreprises en Belgique, tandis que celles des agences en Chine sont perdues ou inaccessibles. Les AGR conservent plusieurs fonds d’entreprises belges actives en Chine autres que le CFEO13. Par ailleurs, les archives des maisons-mères missionnaires14, de l’Institut Belge des Hautes Études chinoises15 et du ministère des Affaires étrangères sont des compléments non négligeables.

Le Crédit Foncier d’Extrême-Orient

  • 16 Notes historiques, 1921-1957 : AGR-AE, CFEO, 8. Voir : René Brion et Jean-Louis Moreau, Inventaire (...)
  • 17 Les Jésuites et les Lazaristes français établis à Tianjin craignaient de subir les effets des lois (...)
  • 18 Statuts, 1907-1958, article 3 : AGR-AE, CFEO, 1-2, 4 et 302.
  • 19 Notes historiques, 1921-1957 : AGR-AE, CFEO, 8.

10Une histoire détaillée du Crédit Foncier d’Extrême-Orient – en Chinois : 义品放款银行 Yi pin fangkuan yinhang ou 义品地产公司 Yi pin dichan gongsi – n'a pas encore été écrite. Les lignes qui suivent sont basées sur les notes historiques provenant des archives du CFEO et sur l’introduction de l’inventaire16. La Société franco-belge de Tientsin, société anonyme de droit belge, fut fondée le 3 août 1907 dans le but d'exploiter 14 hectares de propriétés immobilières achetés aux missionnaires français à Tianjin17. Des groupes belges et français constituèrent le capital initial tandis que la société belge Banque d'Outremer était responsable de la gestion. Le siège de la société était à Bruxelles et bientôt s’ouvrit un bureau à Paris. Après avoir étendu ses investissements à Shanghai, la société changea son nom en Crédit Foncier d'Extrême-Orient en 1910. Outre les prêts hypothécaires garantis et le financement d’infrastructures pour des travaux publics ou privés (eau, gaz, téléphone, télégraphe, tramways, électricité, etc.), les statuts précisent que le CFEO pouvait produire des matériaux de construction et entreprendre toutes les activités possibles sur le marché de l'immobilier, pour son compte propre ou celui de tiers18. La jeune société se développa remarquablement, ouvrant des agences à Hankou et à Hong Kong en 1911, à Pékin en 1915, et à Jinan en 1918, ainsi que les briqueteries à Tianjin et Shanghai (fig. 2) 19. Chaque agence du CFEO possédait un bureau d'architecture dont la taille dépendait du volume d’activité.

Figure 2 : Papiers à en-têtes du CFEO à Shanghai, Chine (1930 et 1919), et action émise en 1946.

Figure 2 : Papiers à en-têtes du CFEO à Shanghai, Chine (1930 et 1919), et action émise en 1946.

Source: AGR-AE, CFEO et collection particulière.

  • 20 Notamment : Chris Elder, China’s Treaty Ports : Half Love and Half Hate, Oxford : Oxford University (...)
  • 21 Le C.F.E.O. fut un partenaire-fondateur du Credit Estates Company Ltd en 1937: A.G.R., C.F.E.O., 46 (...)
  • 22 AGR-AE, CFEO, 1210-1325. Il n’en est pas question dans cet article.
  • 23 AGR-AE, CFEO, 1-93.

11À partir de 1927, en raison de l'instabilité politique et de l'augmentation des contrôles administratifs, la société restreignit ses activités aux territoires des concessions, notamment à Tianjin et à Shanghai. Ces enclaves extraterritoriales situées dans les ports de traité chinois avaient été concédées à la fin de l’Empire à certains pays occidentaux et au Japon20. Parallèlement, le CFEO redéveloppa ses activités dans les pays voisins sous régime colonial britannique, donnant plus de poids à son agence de Hong Kong, ouvrant une nouvelle agence à Singapour en 1928, et démarrant des activités en Malaisie. La dépression économique mondiale des années 1930 affecta profondément le CFEO qui, toutefois, bénéficia de la croissance du marché immobilier à Hong Kong où convergeaient des réfugiés chinois en provenance du continent21. L'invasion japonaise de la Chine atteignit Pékin, Tianjin et Shanghai en 1937. À partir de 1942, les Japonais contrôlèrent aussi les agences de Hong Kong et de Singapour, saisirent les propriétés et occupèrent les bureaux. Si quelques belges parvinrent à s’échapper de Chine et rejoignirent le Congo Belge, la plupart des employés furent emprisonnés dans des camps japonais de septembre 1944 à août 1945. La guerre civile chinoise de 1947 à 1949 et la victoire du parti communiste forcèrent les entreprises occidentales à s'adapter aux nouvelles législations de la République populaire de Chine. En 1955, au lendemain de la Guerre de Corée, toutes les entreprises étrangères furent forcées de quitter le sol de la Chine continentale. Le CFEO ferma donc ses agences de Tianjin et de Shanghai et se replia sur Hong Kong et Singapour, continuant à faire quelques bénéfices. À partir de 1952, il tenta un redéploiement en Afrique du Nord avec son éphémère filiale la Société Hypothécaire de Tanger22. Après avoir vendu la plupart des biens immobiliers de Hong Kong et de Singapour, la direction du CFEO décida de liquider la société et de transférer les actifs à une nouvelle société nommée le Crédit Foncier International. La liquidation dura de 1959 à 199123.

12Le cœur de l’activité du CFEO était le prêt hypothécaire ainsi que toutes les opérations générant des profits à partir d’investissements immobiliers, tels que l’achat et la vente de terrains et de bâtiments, la construction et l'acquisition de bâtiments en vue de les louer, la gestion et l’entretien d’immeubles appartenant à l'entreprise ou à des tiers. À ce stade des recherches, il n'est pas possible de quantifier les pourcentages de ces catégories d’activités, ni de comparer la stratégie des différentes agences et leur évolution de 1907 à 1959. Le CFEO n’a jamais atteint une masse critique suffisante pour se spécialiser dans certains types de constructions. Aussi, les activités du CFEO variaient d’un endroit à l’autre en fonction de la spécificité et des acteurs du marché local, y compris la concurrence d’autres entreprises occidentales. Ainsi, la concession française de Tianjin était tout à fait différente de la colonie britannique de Hong Kong, non seulement la langue et la monnaie, mais également la législation, les règles du marché et la concurrence. Pour cette raison, le CFEO dut trouver un équilibre entre une certaine mobilité de ses cadres et le maintien d’agents dans un bureau spécifique en raison de leur intégration dans le marché et les réseaux locaux.

13La structure de décision de la compagnie comprenait trois niveaux : le siège social à Bruxelles, les agences et, entre les deux, la direction de Chine. Pour toute décision, les agences devaient s’en référer au siège de Bruxelles et à la direction de Chine. Les agences communiquaient entre elles par l’intermédiaire de la direction de Chine. Celle-ci faisait de fréquentes visites d’inspection des agences. Le courrier était généralement produit en trois exemplaires respectivement pour le destinateur, le destinataire et l’intermédiaire. Les lettres de et vers Bruxelles étaient envoyées par le transsibérien, puis par bateau, lorsque la voie russe fut interrompue. Les télégrammes adressés à « Belfran » étaient codés. Pendant la guerre, les communications furent perturbées et même interrompues en 1944-1945. L’emplacement et la forme de la direction de Chine varia selon les circonstances. Aux heures de gloire de la société, dans les années 1920, il y avait une direction du Nord (Tianjin, Pékin, Jinan) et une direction du Sud (Shanghai, Hankou, Hong Kong). Ensuite, la direction de Chine fut unique et basée à Shanghai dans les années 1930, enfin à Hong Kong dans les années 1950. Chaque agence avait un directeur qui gérait une équipe d’agents occidentaux chargés de la finance, de la comptabilité, des assurances, des aspects juridiques et de l'architecture, ainsi que plusieurs employés chinois impliqués dans les tâches matérielles et d'entretien.

Le fonds d’archives : structure générale et intérêt pour l’historien de l’architecture

  • 24 Le fonds du C.F.E.O. est conservé au Dépôt A.G.R.2, Joseph Cuvelier, 26-28 rue du Houblon à Bruxell (...)
  • 25 René Brion et Jean-Louis Moreau, Inventaire des archives du Crédit Foncier d'Extrême-Orient et de s (...)
  • 26 Ibidem, p. XVI.

14Le fonds d’archives du CFEO a été cédé par la Société Générale de Belgique aux AGR en 200024. René Brion et Jean-Louis Moreau, de l’Association pour la valorisation des archives d’entreprises, jouèrent un rôle d’intermédiaire et dressèrent l’inventaire du fonds25. Relativement modeste, la masse d’archives compte 30 mètres linéaires et 1209 articles. Les archives sont en langue française et le « classement s’est basé sur l’organigramme de la société et sur les plans de classement utilisés par les producteurs d’archives »26. L’essentiel du fonds est constitué par les archives du siège social de Bruxelles qui sont relativement complètes étant donné les nombreux rapports adressés au siège. Il reste toutefois difficile d’évaluer la part d’archives rapatriées en Belgique après la fermeture des agences en Chine. Beaucoup semblent avoir été perdues ou détruites pendant l’occupation japonaise car d’importantes lacunes existent pour la période antérieure à 1937-1941, tandis que la période 1946-1955 est mieux couverte. Des destructions sélectives ont certainement dû avoir lieu au moment de la fermeture des agences en 1955.

15La structure du fonds s’articule en dix sections. Les trois premières se rapportent aux constitutions, aux statuts et aux conventions liant la société, aux assemblées générales et aux autorités déléguées. La quatrième section concerne l’exploitation. Elle est la plus volumineuse (628 articles) et comprend de manière systématique pour le bureau de Paris, la direction de Chine et chaque agence (Tianjin, Shanghai, Hankou, Hong Kong, Pékin, Jinan, Singapour et Ipoth) : des documents généraux, le personnel, les finances, la gestion des propriétés appartenant à la société, la gestion d’immeubles pour des tiers, et des questions juridiques. Les sixième et septième sections concernent le service financier (capital, portefeuille et trésorerie) ainsi que la comptabilité générale et les comptabilités des agences. La septième section a trait au personnel et comprend notamment les dossiers individuels de tous les membres du personnel, soit 196 personnes parmi lesquelles 31 architectes. Les huitième et neuvième sections se rapportent à deux contentieux mineurs et à la gestion du bâtiment du siège social à Bruxelles. La dixième section, enfin, comprend du courrier.

16Les sources les plus intéressantes pour l’historien de l’architecture sont les dossiers personnels des architectes et les dossiers individuels des immeubles (fig. 3). Les 31 architectes étaient de nationalités et de formation diverses : 14 Belges, 9 Français, 3 Suisses, 2 Portugais, 1 Anglais, 1 Russe et 1 Chinois. Les deux premiers architectes furent les Français Henry Charrey et Marcel Conversy. La plupart des dossiers personnels contiennent le curriculum vitae, les lettres de sollicitations et de recommandation, les contrats, les évaluations internes, les appointements, les remboursements de frais, de la correspondance, parfois une photo et un inventaire de biens meuble. Le volume de ces dossiers dépend de la longueur du service des architectes qui, comme la plupart des agents coloniaux, étaient engagés pour un terme de trois ans après lequel ils avaient un congé de six mois, revenaient en Europe et pouvaient s’engager pour un nouveau terme. Si les dossiers permettent de reconstituer le parcours biographique précis au service du CFEO ils ignorent ce que les architectes devinrent par la suite.

Figure 3 : Dossiers personnels des architectes et plans de dossiers individuels d’immeuble.

Figure 3 : Dossiers personnels des architectes et plans de dossiers individuels d’immeuble.

Ici résidence 62 Barker Road sur le Peak à Hong Kong, Gustave Volckaert (arch.), 1948.

Source: AGR-AE, CFEO, 438.

17Les dossiers individuels des bâtiments concernent les seuls immeubles qui appartenaient au CFEO. Ces immeubles étaient soit acquis soit bâtis par la société. Les dossiers comprennent les informations de base : informations générales, reproduction photographiques des titres de propriété et cadastre (les originaux étant « au coffre »), entretien, occupants, évolution des loyers et rentabilité, parfois une photo et des plans (fig. 4). Un certain nombre de dossiers contiennent des photos commentées qui permettent de suivre l’évolution de lotissements et de situer des bâtiments dans leur contexte (fig. 5). Ces dossiers concernent pas moins de 207 immeubles : 30 à Tianjin, 19 à Shanghai, 6 à Hankou, 6 à Jinan, 51 à Hong Kong, 1 à Pékin, et 94 à Singapour. Les plans distinguent des types d’habitat pour Chinois, pour occidentaux ainsi que des « maisons semi-européennes ». Ils sont une source utile à l’étude de la manière d’habiter des expatriés en Chine et de Chinois des nouvelles classes moyennes. Les immeubles conçus et bâtis par le CFEO pour le compte de tiers ne font malheureusement pas l’objet de dossiers individuels.

Figure 4 : Dossiers d'immeubles situés rue de France à Tianjin, Chine et Prince-Edward Road à Kowloon, Hong Kong.

Figure 4 : Dossiers d'immeubles situés rue de France à Tianjin, Chine et Prince-Edward Road à Kowloon, Hong Kong.

Les dossiers d’immeubles contiennent souvent des reproductions photographiques des titres de propriété, des extraits cadastraux et des plans des lotissements : rue de France à Tianjin, Chine et Prince Edward Road à Kowloon, Hong Kong.

Source: AGR-AE, CFEO, 172 et 394.

Figure 5 : Taku Road à Tianjin, Chine (1927), et Boundary Street à Kowloon, Hong Kong (1931).

Figure 5 : Taku Road à Tianjin, Chine (1927), et Boundary Street à Kowloon, Hong Kong (1931).

Exemples de photos commentées.

Source: AGR-AE, CFEO, 177 et 442.

  • 27 Non mentionnés dans l’inventaire du CFEO. Consultés en janvier 2012 au dépôt central des AGR. Avec (...)
  • 28 Léo Mendelssohn (Paris 1894 – Paris 1965), architecte DPLG, travailla à Tianjin et à Shanghai pour (...)

18Enfin, les AGR conservent dix albums de photos : huit concernent des travaux du CFEO à Tianjin, et deux (très abimés) la briqueterie de Shanghai en 1931 et des photos de militaires dans les années 192027. La documentation visuelle pour Tianjin est donc riche et variée. Deux albums datent de 1920 et comprennent respectivement des photos d’immeubles construits avec des prêts de la société et d’immeubles appartenant à la société. Deux albums sont consacrés aux bâtiments construits par le CFEO respectivement en 1922 et 1932. Quatre autres albums (dont l’un en double) sont consacrés aux trois réalisations les plus prestigieuses du CFEO à Tianjin – l’immeuble Belfran, conçu par l’architecte Léo Mendelssohn (1894-1965) en 1927, ainsi que l’Hôtel municipal de la Concession française et le Cercle français, conçus par les architectes Léo Mendelssohn et Marcel Guillet (1894-1985) en 1931 et 1932 (fig. 6 et fig. 7) 28.

Figure 6 : Immeuble Belfran, rue de France àTianjin, Chine, Léon Mendelssohn architecte (1927).

Figure 6 : Immeuble Belfran, rue de France àTianjin, Chine, Léon Mendelssohn architecte (1927).

Reproduction photographique d'un dessin de presentation.

Source: AGR-AE, CFEO, 172.

Figure 7 : Cercle français (1932), et Hôtel municipal de la Concession française (1931) à Tianjin, Chine.

Figure 7 : Cercle français (1932), et Hôtel municipal de la Concession française (1931) à Tianjin, Chine.

Photos officielles prises par des photographes professionnels.

Source: AGR-AE, CFEO, Albums.

  • 29 AGR-AE, CFEO, 223, 282 and 556.

19L’historien qui souhaite dépasser l’étude de bâtiments et d’architectes trouvera dans le fonds des renseignements sur les matériaux de construction, les installations techniques, le marché locatif, la stratégie immobilière de la compagnie, les employés chinois, les relations avec les entrepreneurs et les intermédiaires locaux (les compradores)29, la vie sociale des expatriés dans les concessions, la concurrence entre intérêts occidentaux, les liens privilégiés entre intérêts belges et français, etc.

Bureaux d’architecture et archives d’architectes

20L’étude des parcours d’architectes est essentielle pour l’évaluation de leur contribution au transfert d’influences architecturales en Chine. Quelle était la formation de ces architectes et quelles étaient leurs motivations pour faire carrière en Chine ? Comment s’organisait leur travail et quelles étaient leurs relations avec les architectes et les entrepreneurs chinois ? Comment se tenaient-ils au courant des progrès de l’architecture moderne en Europe et aux États-Unis ? Comment se déclina la modernité architecturale depuis le style académique jusqu’au modernisme ? D’où provenaient les matériaux de construction qui n’étaient pas disponibles en Chine ? Quelles furent les premières applications des nouveautés technologiques en matière de confort sanitaire, d’électricité, d’air conditionné, et qui en étaient les clients ? Autant de questions parmi d’autres auxquelles le chercheur tentera de répondre à partir d’archives d’architecture comme celles du CFEO.

  • 30 Notamment des bureaux des postes chinoises à Jinan et à Kaifeng.
  • 31 À titre exceptionnel Gabriel Van Wylick fut autorisé à dessiner en 1938 les plans d’une villa pour (...)

21Chaque agence du CFEO possédait un « bureau d'architecture », dont la taille dépendait du volume d’activité. Leurs tâches comprenaient la conception de nouveaux bâtiments, le suivi des travaux, l’évaluation des terrains et des immeubles avant acquisition, la transformation de bâtiments existants, les contacts avec les entrepreneurs et les contremaîtres, le choix des matériaux de construction, et toutes les autres compétences possibles dans le domaine. L’activité de conception dépendait de la conjoncture et de la stratégie du CFEO. Lorsqu’un nouveau projet de construction était décidé, l'architecte et ses dessinateurs chinois travaillaient intensément, mais en basse conjoncture l’architecte était obligé de travailler pour des tiers, qui payaient ses services au CFEO. Les architectes du CFEO conçurent non seulement les bâtiments appartenant à la compagnie, mais également des maisons individuelles pour les clients privés, des bureaux et des immeubles pour d’autres investisseurs occidentaux et chinois, des bâtiments scolaires et des maisons religieuses pour les missionnaires, et parfois des bâtiments pour l’état chinois (fig. 8)30. En fait, l'architecte devait justifier son salaire à temps plein en générant un surcroît de travail lorsque nécessaire, compte tenu du fait que son contrat lui interdisait de développer tout activité à compte privé31.

Figure 8 : Maquette de Yien Yieh Commercial Bank à Hankou, Chine, conçue par les architectes britanniques Hemmings & Berkley et construite par le CFEO (1927) ; dessinateurs au travail dans l’agence de Hong Kong (vers 1950).

Figure 8 : Maquette de Yien Yieh Commercial Bank à Hankou, Chine, conçue par les architectes britanniques Hemmings & Berkley et construite par le CFEO (1927) ; dessinateurs au travail dans l’agence de Hong Kong (vers 1950).

Deux documents peu courants.

Source: L’Émulation, vol. 47, n° 9, Septembre 1927, p. 103 ; Archives Jean Volckaert.

  • 32 Gabriel Van Wylick, « L’architecture contemporaine en Chine », L’Émulation, vol. 47, n° 9, Septembr (...)
  • 33 AGR-AE, CFEO, 445.

22Au-delà des données biographiques individuelles et des immeubles appartenant au CFEO, il n’est pas possible d’établir un catalogue complet des œuvres des architectes. Les plans provenant des bureaux d’architecture portent le nom du CFEO. Ils sont signés par l’architecte chef de bureau, avec parfois le nom de l’architecte en charge du dossier voire des dessinateurs chinois. Inversement, les travaux pour des tiers, à quelques exceptions près, ne sont pas documentés dans les archives. Les deux albums de photos montrant les réalisations du CFEO en 1922 et 1932 mentionnent les noms de clients qui n’apparaissent pas dans les archives mais n’en identifient pas les architectes. Il n’était d’ailleurs pas rare que le CFEO ne fasse que gérer la construction d’immeubles conçus par d’autres bureaux d’architecture et ne doive dessiner que des plans d’exécution ou effectuer des calculs de béton. Ainsi, par exemple, le siège de la Yien Yieh Commercial Bank à Hankou, conçu par les architectes britanniques Hemmings & Berkley, fut bâti sous la direction du CFEO et de Gabriel Van Wylick en 192732. À Hong Kong, les architectes possédaient obligatoirement la licence qui leur permettait d’exercer la profession (authorized architect), et signaient parfois « par complaisance » des plans établis par des entrepreneurs qui ne possédaient pas la licence33. Cela complique encore davantage les questions d’attributions.

  • 34 AGR-AE, CFEO, 1117 (in 1933).
  • 35 AGR-AE, CFEO, 142 (Tianjin), 218, 221-223 (Shanghai), 281-282 (Hankou), 338-342 (Hong Kong), 490 (J (...)
  • 36 Gabriel Van Wylick, « L’architecture contemporaine en Chine », op. cit. (note 32), p. 102.
  • 37 Les noms de Tchan Houa, I.L. Tchang et Y.L. Tien figurent sur les plans pour le musée Hoangho Paiho (...)

23Les architectes commençaient leur carrière au CFEO comme architecte-dessinateur sous les ordres de l’architecte chef de bureau qui, à son tour, dépendait du directeur de l’agence locale du CFEO dont la responsabilité couvrait toutes les activités de la société. Max Ouang, un Shanghaiais formé à l’Académie de Bruxelles, est le seul architecte chinois à avoir travaillé pour le CFEO : l’expérience ne fut pas concluante car après moins d’un an il s’installa à son propre compte en emportant une partie de la clientèle de la compagnie34. Inversement le CFEO employait du personnel auxiliaire chinois35, à commencer par des dessinateurs à propos desquels Gabriel Van Wylick écrivait : « Avec du temps et de la patience, on arrive à en former de très habiles, car ils sont méticuleux et patients. Ils forment en général d’excellents calqueurs et j’en ai connus qui étaient capables de mettre au point tous les plans d’exécution, lorsqu’on leur donnait un simple croquis »36. Seuls quelques noms de dessinateurs chinois ont été repérés sur des plans37.

24Seul un architecte devint directeur d’agence : Gabriel Van Wylick, à Hong Kong de 1931 à 1946, après avoir été chef du bureau d’architecture dans la même ville de 1927 à 1931. Avec Léo Mendelssohn, Van Wylick fut l’architecte le plus brillant du CFEO. Si le premier incarnait l’architecture académique française à la charnière des styles Beaux-arts et Arts déco, le second évolua rapidement vers le modernisme dont il fut un des protagonistes à Hong Kong dans les années 1930.

  • 38 Rhode-Saint-Genèse, archives Edouard Van Wylick, que je remercie chaleureusement pour son aide.
  • 39 Dossier personnel Gabriel Van Wylick, Archives de la S.C.A.B. conservées aux Archives et Bibliothèq (...)
  • 40 Gabriel Van Wylick, « L’architecture contemporaine en Chine », L’Émulation, vol. 47, n° 9, Septembr (...)
  • 41 AGR-AE, CFEO, 273-296.

25Grâce à deux fonds d’archives complémentaires, il a été possible de reconstituer le parcours complet de Gabriel Van Wylick, architecte né à Saint-Josse-ten-Node en 1897 et formé à l’Académie de Bruxelles. D’une part, les archives familiales de son fils Edouard, né en 1925 en Chine, conservent des albums de photos, notamment de ses voyages aux États-Unis en 1919 et 1934, quelques dessins et croquis, un précieux scrap-book dans lequel l’architecte collait des coupures de presse et des photos de bâtiments qui l’inspiraient, ainsi que des documents relatifs à sa période congolaise38. La famille ne possède pas d’archives du CFEO mais des deux maisons que Van Wylick construisit pour lui-même à Hankou et à Bruxelles. D’autre part, les archives de la Société centrale d’architecture de Belgique (SCAB), dont il fut membre de 1925 à 1966, conservent des renseignements sur sa carrière au Congo Belge après son départ du CFEO en 194639. Enfin, Van Wylick publia en 1927 un article dans L’Émulation, la revue d’architecture de la SCAB, sur son travail à Hankou40. Cette source de première main contient des réflexions architecturales et jette une toute autre lumière sur les activités du CFEO que les maigres archives relatives à Hankou aux AGR41.

  • 42 Montreux, archives Jean Volckaert. que je remercie chaleureusement pour son aide. Sur Gustave Volck (...)

26Le cas de Gabriel Van Wylick, architecte actif sur trois continents, est exceptionnel, mais illustre les limites du fonds d’archives du CFEO et la nécessité de recherches complémentaires. Le cas de l’architecte Gustave Volckaert, au service du CFEO à Tianjin de 1914 à 1922 et de 1934 à 1946, puis à Hong Kong de 1947 à 1954, requit également des recherches complémentaires dans des archives belges pour couvrir sa période d’activités à Gand de 1923 à 1933 ainsi que dans les archives familiales (fig. 9) 42.

Figure 9 : Albums familiaux et carnets de croquis.

Figure 9 : Albums familiaux et carnets de croquis.

Albums familiaux et carnets de croquis d’architectes sont des sources complémentaires précieuses : photos du Cercle Sino-Français de Pékin, Chine, 1919, et de la chapelle des Petites Sœurs des Pauvres à Hong Kong, 1950, par Gustave Volckaert ; croquis de Gabriel Van Wylick, Tianjin, vers 1920.

Source: Archives Jean Volckaert and Archives Edouard Van Wylick.

Autres fonds d’archives

27Le chercheur ne peut pas limiter son heuristique aux seuls fonds d’archives des compagnies et des architectes. Il trouvera des archives complémentaires dans les fonds municipaux des villes où les compagnies furent actives ainsi que dans les fonds d’archives des commanditaires, tantôt publics, tantôt privés. Un outil non négligeable est la presse locale qui se faisait l’écho de nouvelles constructions en mentionnant les noms des architectes, des compagnies et des commanditaires. Des revues telles que The Hongkong and Far East Builder et South China Morning Post à Hong Kong, ou The Builder et North China Herald à Shanghai, regorgent de données factuelles (dates, noms et souvent photos et plans), mais également de commentaires critiques. The China Architects and Builders Compendium, le répertoire annuel publié à Shanghai dans les années 1923-1931, est un autre instrument de travail indispensable.

  • 43 Les Japonais envahirent les concessions étrangères de Tianjin en 1939 et de Shanghai en 1941, Hong (...)
  • 44 Le contenu de ces fonds reste hypothétique car les inventaires ne sont pas accessibles.
  • 45 Tianjin Municipal Archives, J2-3-1463, J93-1-481, J44-2-206441, J90-1-1334, J25-3-2225-29, J170-1-4 (...)
  • 46 Licheng Zhou, « Tianjin dang’anguan zujie dang’an gaikuang jigi kaifa liyong » [The general situati (...)
  • 47 Plusieurs ouvrages sélectifs sont parus, tels que : Tianjin ying zujie gong buju. Shiliao xuanbian (...)

28Le contenu précis des archives des sociétés occidentales conservées dans les fonds municipaux en Chine populaire est difficile à évaluer. Il semblerait que de nombreuses archives furent détruites par les compagnies elles-mêmes pour échapper aux Japonais à partir de 1937, puis au moment de leur fermeture forcée par les Communistes43. L’accès aux inventaires d’archives des fonds municipaux en Chine n’est pas aisé tant pour les chercheurs occidentaux que pour leurs homologues chinois. La crainte que la consultation des archives des concessions étrangères et des compagnies occidentales risquerait de réveiller d’anciens contentieux, notamment en terme de propriété foncière, ne semble pas tout à fait éteinte. Les archives conservées en Chine concerneraient surtout le cadastre et les permis de bâtir44. Lors d’une conférence à Tianjin en septembre 2013, les responsables des archives municipales locales ont, d’une part, vanté la richesse de leurs fonds – en nommant explicitement Yi pin, c’est-à-dire le CFEO45 – et, d’autre part, expliqué leur politique d’édition de sources46. Celle-ci consiste à traduire en Chinois une sélection de documents relatifs aux concessions étrangères et à les publier47. Les conservateurs des archives de Tianjin ont systématiquement interviewé des témoins de l’époque des concessions et envoient par ailleurs des chercheurs chinois dans les grands fonds d’archives en Europe pour faire des copies photographiques de tous les documents concernant Tianjin.

  • 48 Seule une étude sur un lotissement du C.F.E.O. a été réalisée à l’occastion de sa rénovation : Lin (...)
  • 49 Hong Kong Public Records Office. Quelques dossiers, notamment HKRS 58-1, HKRS156-1, HKRS113-2-107. (...)
  • 50 Leung-kwok Prudence Lau, Adaptive Modern and Speculative Urbanism : The Architecture of the Crédit (...)
  • 51 Hong Kong Museum of History, Resource Centre. URL : http://hk.history.museum/en_US/web/mh/collectio (...)

29La présence d’archives du CFEO dans les archives municipales de Shanghai48, Wuhan (pour le siège de Hankou) et Singapour ne nous est pas connue. Les archives du CFEO à Hong Kong semblent limitées49, et les récentes études sur le développement urbain de Kowloon sont principalement basées sur les archives conservées en Belgique50. Hong Kong Museum of History mène une politique active de collecte de matériel audiovisuel auprès d’anciens agents coloniaux. Ainsi, la famille Van Wylick a transmis des copies de photos anciennes51.

  • 52 Bruxelles, Archives du ministère des Affaires étrangères, B 108 VII, liasse Pékin, travaux divers.
  • 53 Par exemple : AGR, Compagnie de Tramways et d’Éclairage de Tientsin, 572, 638-639.
  • 54 Actuelle banque BNP Paribas Fortis, siège de Bruxelles. Avec mes remerciements à Jean-Louis Moreau.

30Une dernière piste est celle des clients, pour autant qu’ils soient identifiés et que leurs archives soient conservées. Parmi les clients du CFEO figuraient les pouvoirs publics chinois et étrangers dans les concessions, des sociétés privées étrangères et chinoises, des sociétés et instituts missionnaires, et des individus chinois et étrangers. Le hasard nous a fait découvrir dans les archives diplomatiques conservées au ministère des Affaires étrangères à Bruxelles, un dossier relatif à l’aménagement des logements de la garde de la légation belge à Pékin par le CFEO en 1918-192252. Les archives de la Compagnie des Tramways de Tientsin conservent quelques dossiers concernant le CFEO53. Les plans de l'immeuble de la Banque Belge pour l'Étranger à Tianjin dessinés par Gustave Volckaert en 1922, ont été récemment mis au jour dans les archives de la Société Générale de Banque54.

  • 55 Voir note 16.
  • 56 AGR-AE, CFEO, 445 (pour les années 1927-1952).
  • 57 Rome, Archivum Romanum Societatis Iesu ; Vanves, Archives de la Compagnie de Jésus, Province de Cha (...)
  • 58 Sœurs de Saint-Paul de Chartres, Causeway Bay, 1928. Voir : Bulletin de la Société des Missions Étr (...)

31Le CFEO jouissait également de la confiance des missionnaires catholiques. Non seulement les propriétés immobilières initiales de la société provenaient des Lazaristes et des Jésuites de Tianjin55, mais les administrateurs étaient recrutés parmi la haute bourgeoisie et la noblesse catholique belge et française. Les archives du CFEO sont relativement discrètes sur cet aspect et conservent peu sur le travail exécuté pour des tiers. À Hong Kong, ville dominée par les entreprises anglophones, le CFEO bénéficiait d’une grande partie du marché des missionnaires catholique français comme la Société des Missions Étrangères de Paris56 les sœurs de Saint-Paul de Chartres, les Petites Sœurs des Pauvres, les Carmélites, les Trappistes sur l’île de Lantao, mais également des ordres d’autres pays, comme les Maryknoll Sisters. À Tientsin, le CFEO bâtit le musée Hoangho Paiho pour le compte des Jésuites français de l’École des Hautes Études Industrielles et Commerciales57. Cette liste de travaux « catholiques » est sans doute bien inférieure à la réalité et ne comprend pas les spéculations immobilières auxquelles s’adonnaient les sociétés missionnaires dans les concessions. Il est certain que les archives de ces sociétés missionnaires contiennent des renseignements complémentaires. Au-delà des missionnaires, les catholiques dans les villes cosmopolites de Chine formaient des réseaux d’influences qui se retrouvaient dans les églises paroissiales, les écoles, les hôpitaux, mais aussi chez les diplomates, les militaires, etc. On comprend dès lors l’intérêt du CFEO à faire figurer son nom sur la pierre de fondation en façade de la chapelle du Christ-Roi à Hong Kong (fig. 10) 58.

Figure 10 : Inscription partiellement martelée sur l’immeuble Belfran à Tianjin, Chine ; Belfran Road à Kowloon, Hong Kong ; première pierre de l’église du Christ Roi à Hong Kong, 1928.

Figure 10 : Inscription partiellement martelée sur l’immeuble Belfran à Tianjin, Chine ; Belfran Road à Kowloon, Hong Kong ; première pierre de l’église du Christ Roi à Hong Kong, 1928.

Quelques bâtiments portent la marque du CFEO.

Source: THOC 2013.

Conclusion : patrimonialisation et patrimoine partagé

  • 59 Jonathan D. Spence, The Search for Modern China, New York : Norton, 1990, p. 245-540.

32Le demi-siècle d’existence du CFEO correspond à la période des grandes transformations politiques et sociales de la Chine, depuis la fin de l’Empire des Qing en 1911 jusqu’à la naissance de la République Populaire de Chine en 1949, en passant par la République de Chine fondée en 1912 et l’occupation progressive par les Japonais de 1931 à 194559. Le CFEO a donc traversé une période houleuse et fascinante de la « grande histoire » et ses archives regorgent d’allusions au contexte politique, social et économique. Par son activité immobilière et architecturale, on peut considérer que le CFEO contribua à la période fondatrice de la Chine moderne.

33Bien plus que les sources d’archives, ce sont les sources monumentales qui constituent la contribution majeure du CFEO à la modernisation de l’architecture en Chine. Par leur style, leur composition, leur construction et leur implantation dans l’espace public, ces bâtiments ont introduit en Chine des idées, des formes, des techniques et des modes de vie occidentaux. À l’époque des grands défis de l’architecture moderne en Occident, le CFEO et d’autres s’en faisaient l’écho en Orient, tout en s’adaptant peu ou prou aux réalités locales. Par exemple, l’étude minutieuse des plans permettrait, en fonction des commanditaires, d’identifier comment l’organisation des maisons et des appartements des expatriés et des Chinois évolua et s’adapta au confort moderne tout en respectant ses traditions respectives. Le CFEO ne semble toutefois pas avoir conçu ni construit de bâtiments dans le style de la « Renaissance chinoise », cher aux nationalistes du Kuomintang.

  • 60 Thomas Coomans, « A Pragmatic Approach to Church Construction in Northern China at the Time of Chri (...)

34Tous les ouvriers qui bâtirent les immeubles CFEO et que l’on voit sur les photos de chantier étaient des Chinois (fig. 11). Plus que l’atelier, c’est le chantier qui fut le lieu d’apprentissage et de transfert technologique60, de la matérialisation de nouvelles idées, une des voies principales et les plus visibles de la modernité.

35S’il est impossible d’établir le nombre de bâtiments que le CFEO bâtit en Chine, à Hong Kong et à Singapour, il est tout aussi impossible de quantifier le nombre de bâtiments subsistants. Les plus prestigieux sont devenus des monuments historiques, notamment l’immeuble Belfran, l’Hôtel municipal de la Concession française, et le Cercle Français à Tianjin, Yien Yieh Commercial Bank à Hankou (Wuhan), la chapelle du Christ-Roi et les immeubles de Barker road sur le Peak à Hong Kong. La patrimonialisation d’ensembles résidentiels réalisés par le CFEO comme Yi-pin Estate à Shanghai, Belfran road et Prince Edward road à Kowloon, ou Holland road à Singapour, est beaucoup plus difficile tant en raison de la spéculation et de la pression immobilière considérable qu’en l’absence d’inventaires systématiques et de méthode d’évaluation patrimoniale.

Figure 11 : Église des Maryknoll Sisters à Kowloon, Hong Kong en 1952, et à Tianjin, Chine en 1932.

Figure 11 : Église des Maryknoll Sisters à Kowloon, Hong Kong en 1952, et à Tianjin, Chine en 1932.

Le chantier, lieu d'apprentissage et de transfert technologique.

Source: AGR-AE, CFEO, 1174-1175 et Album.

36La patrimonialisation de l’architecture d’entre-deux-guerres en est à ses balbutiements mais progresse, notamment grâce à l’influence de docomomo, the international committee for documentation and conservation of buildings, sites and neighbourhoods of the modern movement. En effet, docomomo Hong Kong a été fondé en 2012 et docomomo Chine en 201361. Dans ce processus, le recours à la documentation et aux sources d’archives est essentiel car elles contribuent à la connaissance de base et sont un complément indispensable à la source monumentale. Seule la collaboration entre chercheurs chinois et européens peut mener à une mise en valeur optimale de ce patrimoine partagé62, et rendre leur pleine signification aux papiers de Chine conservés dans les dépôts d’archives européens.

Haut de page

Notes

1 Edward Denison et Guang Yu Ren, Modernism in China. Architectural Visions and Revolutions, Hoboken, NJ: John Wiley, 2008 ; Peter G. Rowe et Seng Kuan, Architectural Encounters with Essence and Form in Modern China, Cambridge, Mass.: MIT Press, 2002 ; Jianfei Zhu, Architecture of Modern China. A Historical Critique, London; New York: Routledge, 2009 ; Denong Zou, Zhongguo xiandai jianzhu shi [Histoire de l’architecture moderne en Chine], Tianjin, 2001 ; Subin Xu, Jindai Zhongguo jianzhu de dansheng [Les débuts de l’architecture moderne chinoise], Tianjin : Tianjin da xue chu ban she, 2010 ; Jeffrey Cody, Building in China : Henry K. Murphy’s ‘Adaptive Architecture’, 1914-1935, Hong Kong: Chinese University Press; Seattle: University of Washington Press, 2001.

2 René Brion et Jean-Louis Moreau, Inventaire des archives du Crédit Foncier d'Extrême-Orient et de sa filiale, la Société Hypothécaire de Tanger : 1907-1991, Bruxelles, 2000. URL: http://www.avae-vvba.be/PDF/Credit_Foncier_d_Extreme-Orient.pdf. Consulté le 21 août 2014.

3 Thomas Coomans et Leung-kwok Prudence Lau, « Les tribulations d’un architecte belge en Chine : Gustave Volckaert, au service du Crédit Foncier d’Extrême-Orient, 1914-1954 », Revue Belge d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, n° 81, 2012, p. 129-153 ; Leung-kwok Prudence Lau et Thomas Coomans, « Modern Architectural Influences of Western Construction Companies in China. The Crédit Foncier d’Extrême-Orient, 1907-1959 », in Austin Williams et Theodoros Dounas (dirs.), Masterplanning the Future – Modernism : East, West & Across the World, Suzhou : Transport Research Publications, 2012, p. 69-77 ; Marine Sedan, Le patrimoine urbain de l’ex-concession française de Tianjin (1861-1946), mémoire de master Erasmus mundus TPTI, Paris-Evora-Padoue ; Leung-kwok Prudence Lau, Adaptive Modern and Speculative Urbanism : The Architecture of the Crédit Foncier d’Extrême-Orient (CFEO) in Hong Kong and China’s Treaty Ports, 1907-1959, thèse de doctorat en architecture, The Chinese University of Hong Kong, octobre 2013.

4 Cadre general : Michel Dumoulin, Vincent Dujardin, Emmanuel Gerard et Mark Van den Wijngaert (dirs.), Nouvelle histoire de Belgique, Bruxelles : Éditions Complexe, 9 vol., 2005-2011 (Questions à l'histoire).

5 Voir la revue L’expansion belge, publiée entre 1908 et 1914.

6 Ginette Kurgan-Van Hentenryk, Léopold II et les groupes financiers en Chine. La politique royale et ses prolongements, Bruxelles : Palais des Académies, 1972 (Mémoires de la classe des lettres, 2e série 61-2).

7 L’expansion belge, vol. 3, n° 1, janvier 1910 ; Chine et Belgique. Revue économique publiée mensuellement par la Société d’Études Sino-Belges, vol. 1, n° 1, avril 1905 – vol. 10, n° 4, juillet 1914 ; Jean-M. Forchisse, La Belgique et la Chine. Relations diplomatiques et économiques (1839-1909), Bruxelles, 1936.

8 Daniël Verhelst et Nestor Pycke (dirs.), C.I.C.M. Missionaries, Past and Present 1862-1987. History of the Congregation of the Immaculate Heart of Mary, Louvain : Leuven University Press, 1995 (Ancorae, 13), p. 25-188, 256-281 ; Carine Dujardin, Missionering en moderniteit. De Belgische minderbroeders in China 1872-1940, Louvain : Universitaire Pers Leuven ; Ferdinand Verbieststichting, 1996 (Kadoc-Studies, 19).

9 Devenue en 1994 l’Association pour la Valorisation des Archives d’Entreprises. URL: http://www.avae-vvba.be. Consulté le 21 août 2014.

10 Bruxelles (Belgique), Archives et Bibliothèques de Belgique, 21 mai 1986.

11 URL: http://arch.arch.be/ ; http://www.africamuseum.be/museum/collections/archives/index_html. Consulté le 21 août 2014.

12 La Flandre a structuré son paysage archivistique selon des critères de décentralisation et de spécialisation. Outre l’Association flamande pour les bibliothèques, les archives et la documentation (Vlaamse Vereniging voor Bibliotheek, Archief en Documentatie. URL: http://www.vvbad.be/. Consulté le 21 août 2014), il existe depuis 1993 une formation interuniversitaire en archivistique. Plusieurs plates-formes permettent de localiser efficacement les archives publiques (URL: http://www.archiefwijzer.be/. Consulté le 21 août 2014) et privées (URL: http://www.archiefbank.be/. Consulté le 21 août 2014).

13 Compagnie Financière Belgo-Chinoise, Société Belge d’Entreprises en Chine, Compagnie de Tramways et d’Éclairage de Tientsin, Compagnie Générale des Chemins de Fer en Chine, Banque d’Outremer.

14 En grande partie à Louvain, au KADOC, Centre de Documentation et de Recherche : Religion, Culture, Société : URL: http://kadoc.kuleuven.be/fr/index.php. Consulté le 21 août 2014.

15 URL: http://www.china-institute.be/francais.html. Consulté le 21 août 2014.

16 Notes historiques, 1921-1957 : AGR-AE, CFEO, 8. Voir : René Brion et Jean-Louis Moreau, Inventaire des archives du Crédit Foncier d'Extrême-Orient et de sa filiale, la Société Hypothécaire de Tanger : 1907-1991, Bruxelles, 2000, p. IX-XVI.

17 Les Jésuites et les Lazaristes français établis à Tianjin craignaient de subir les effets des lois anticléricales de 1901-1904 dans la concession française. Jean-M. Forchisse, La Belgique et la Chine. Relations diplomatiques et économiques (1839-1909), Bruxelles : L'Édition universelle, 1936 (Bibliothèque de l'École des sciences politiques et sociales de l'Université de Louvain), p. 431-432.

18 Statuts, 1907-1958, article 3 : AGR-AE, CFEO, 1-2, 4 et 302.

19 Notes historiques, 1921-1957 : AGR-AE, CFEO, 8.

20 Notamment : Chris Elder, China’s Treaty Ports : Half Love and Half Hate, Oxford : Oxford University Press, 1999.

21 Le C.F.E.O. fut un partenaire-fondateur du Credit Estates Company Ltd en 1937: A.G.R., C.F.E.O., 463-472.

22 AGR-AE, CFEO, 1210-1325. Il n’en est pas question dans cet article.

23 AGR-AE, CFEO, 1-93.

24 Le fonds du C.F.E.O. est conservé au Dépôt A.G.R.2, Joseph Cuvelier, 26-28 rue du Houblon à Bruxelles, et se consulte sur rendez-vous.

25 René Brion et Jean-Louis Moreau, Inventaire des archives du Crédit Foncier d'Extrême-Orient et de sa filiale, la Société Hypothécaire de Tanger : 1907-1991, op. cit. (note 16).

26 Ibidem, p. XVI.

27 Non mentionnés dans l’inventaire du CFEO. Consultés en janvier 2012 au dépôt central des AGR. Avec mes remerciements à Marc Carnier, Caroline Six et Michaël Amara.

28 Léo Mendelssohn (Paris 1894 – Paris 1965), architecte DPLG, travailla à Tianjin et à Shanghai pour le C.F.E.O. de 1924 à 1931, dirigea le bureau d’architecture de Tianjin. A.G.R., C.F.E.O., 1094-1096.

29 AGR-AE, CFEO, 223, 282 and 556.

30 Notamment des bureaux des postes chinoises à Jinan et à Kaifeng.

31 À titre exceptionnel Gabriel Van Wylick fut autorisé à dessiner en 1938 les plans d’une villa pour M. Verlinden, consul belge à Manille, auquel on ne pouvait refuser ce service. AGR-AE, CFEO, 446.

32 Gabriel Van Wylick, « L’architecture contemporaine en Chine », L’Émulation, vol. 47, n° 9, Septembre 1927, p. 103.

33 AGR-AE, CFEO, 445.

34 AGR-AE, CFEO, 1117 (in 1933).

35 AGR-AE, CFEO, 142 (Tianjin), 218, 221-223 (Shanghai), 281-282 (Hankou), 338-342 (Hong Kong), 490 (Jinan) and 555-558 (Singapour).

36 Gabriel Van Wylick, « L’architecture contemporaine en Chine », op. cit. (note 32), p. 102.

37 Les noms de Tchan Houa, I.L. Tchang et Y.L. Tien figurent sur les plans pour le musée Hoangho Paiho à Tianjin, 1914. Rome, Archivium Romanum Societatis Iesu.

38 Rhode-Saint-Genèse, archives Edouard Van Wylick, que je remercie chaleureusement pour son aide.

39 Dossier personnel Gabriel Van Wylick, Archives de la S.C.A.B. conservées aux Archives et Bibliothèque d’Architecture, Université Libre de Bruxelles. Avec mes remerciements à Irène Lund.

40 Gabriel Van Wylick, « L’architecture contemporaine en Chine », L’Émulation, vol. 47, n° 9, Septembre 1927, p. 99-103.

41 AGR-AE, CFEO, 273-296.

42 Montreux, archives Jean Volckaert. que je remercie chaleureusement pour son aide. Sur Gustave Volckaert (Gand 1888 – Uccle 1978) : Thomas Coomans et Leung-kwok Prudence Lau, « Les tribulations d’un architecte belge en Chine : Gustave Volckaert, au service du Crédit Foncier d’Extrême-Orient, 1914-1954 », Revue Belge d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, vol. 81, 2012, p. 129-153.

43 Les Japonais envahirent les concessions étrangères de Tianjin en 1939 et de Shanghai en 1941, Hong Kong en 1941 et Singapour en 1942. Tant que la Belgique était occupée par l’Allemagne, les Japonais n’inquiétèrent pas trop les Belges considérés comme « alliés ». En revanche, après la libération de la Belgique en septembre 1944, les Belges furent internés dans des camps et tous leurs biens saisis jusqu’à fin de la guerre en Asie en août 1945.

44 Le contenu de ces fonds reste hypothétique car les inventaires ne sont pas accessibles.

45 Tianjin Municipal Archives, J2-3-1463, J93-1-481, J44-2-206441, J90-1-1334, J25-3-2225-29, J170-1-48, X90-Y-76-12.

46 Licheng Zhou, « Tianjin dang’anguan zujie dang’an gaikuang jigi kaifa liyong » [The general situation and exploitation of the Tianjin Concession Archives in Tianjin Municipal Archives], The 2nd International Conference on Urban Cultural Heritage and Architectural Conservation of Tianjin & Annual Meeting of Tianjin Federation of Social Science Circle, organisé par l’Université de Tianjin et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 16-18 septembre 2013.

47 Plusieurs ouvrages sélectifs sont parus, tels que : Tianjin ying zujie gong buju. Shiliao xuanbian [British concession in Tianjin Municipal Council. Selected and compiled historical data, 1927-1941], Tianjin shi dang’anguan bian [Éditions des Archives municipales de Tianjin], 3 vol., Tianjin, 2013.

48 Seule une étude sur un lotissement du C.F.E.O. a été réalisée à l’occastion de sa rénovation : Lin Wei, Fuxing yipin cun : Shanghai lishi jiequzhengtixing baohu yanjiu [La rénovation de ‘Yipin-village’ : une recherche sur la conservation intégrée d’une rue historique à Shanghai], Nanjing : Southeast University Press, 2008.

49 Hong Kong Public Records Office. Quelques dossiers, notamment HKRS 58-1, HKRS156-1, HKRS113-2-107. Avec mes remerciements à Leung-kwok Prudence Lau. URL : http://www.grs.gov.hk/ws/english/org_pro.htm. Consulté le 21 août 2014.

50 Leung-kwok Prudence Lau, Adaptive Modern and Speculative Urbanism : The Architecture of the Crédit Foncier d’Extrême-Orient (C.F.E.O.) in Hong Kong and China’s Treaty Ports, 1907-1959, op. cit. (note 3).

51 Hong Kong Museum of History, Resource Centre. URL : http://hk.history.museum/en_US/web/mh/collections/resources/centre.html. Consulté le 21 août 2014.

52 Bruxelles, Archives du ministère des Affaires étrangères, B 108 VII, liasse Pékin, travaux divers.

53 Par exemple : AGR, Compagnie de Tramways et d’Éclairage de Tientsin, 572, 638-639.

54 Actuelle banque BNP Paribas Fortis, siège de Bruxelles. Avec mes remerciements à Jean-Louis Moreau.

55 Voir note 16.

56 AGR-AE, CFEO, 445 (pour les années 1927-1952).

57 Rome, Archivum Romanum Societatis Iesu ; Vanves, Archives de la Compagnie de Jésus, Province de Champagne ; AGR-AE, CFEO, album de photos, constructions 1922 ; archives privées Gustave Volckaert. Cependant, la majorité des bâtiments de l'université jésuite ont été projetés et construits par l'entreprise française de construction Brossard-Mopin.

58 Sœurs de Saint-Paul de Chartres, Causeway Bay, 1928. Voir : Bulletin de la Société des Missions Étrangères de Paris, vol. 9, 1930, p. 121.

59 Jonathan D. Spence, The Search for Modern China, New York : Norton, 1990, p. 245-540.

60 Thomas Coomans, « A Pragmatic Approach to Church Construction in Northern China at the Time of Christian Inculturation : The Handbook ‘Le missionnaire constructeur’, 1926 », Frontiers of Architectural Research, vol. 3, n° 2, June 2014, p. 89-107.

61 URL : http://docomomo.hk/ et http://www.docomomo-china.com/. Consultés le 21 août 2014.

62 Comme le projet « De Tientsin à Tianjin (1860-2030) : mondialisation et patrimonialisation », mené par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Tianjin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Immeuble Belfran à Tianjin, Chine (1927) et immeuble à appartements sur Prince Edward Road à Kowloon (1930), Hong Kong.
Légende La patrimonialisation des immeubles construits par le CFEO dans les contextes urbains en forte transformation n’a été acquise que récemment.
Crédits Source: THOC 2012 et 2013.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2 : Papiers à en-têtes du CFEO à Shanghai, Chine (1930 et 1919), et action émise en 1946.
Crédits Source: AGR-AE, CFEO et collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 : Dossiers personnels des architectes et plans de dossiers individuels d’immeuble.
Légende Ici résidence 62 Barker Road sur le Peak à Hong Kong, Gustave Volckaert (arch.), 1948.
Crédits Source: AGR-AE, CFEO, 438.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 4 : Dossiers d'immeubles situés rue de France à Tianjin, Chine et Prince-Edward Road à Kowloon, Hong Kong.
Légende Les dossiers d’immeubles contiennent souvent des reproductions photographiques des titres de propriété, des extraits cadastraux et des plans des lotissements : rue de France à Tianjin, Chine et Prince Edward Road à Kowloon, Hong Kong.
Crédits Source: AGR-AE, CFEO, 172 et 394.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 5 : Taku Road à Tianjin, Chine (1927), et Boundary Street à Kowloon, Hong Kong (1931).
Légende Exemples de photos commentées.
Crédits Source: AGR-AE, CFEO, 177 et 442.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6 : Immeuble Belfran, rue de France àTianjin, Chine, Léon Mendelssohn architecte (1927).
Légende Reproduction photographique d'un dessin de presentation.
Crédits Source: AGR-AE, CFEO, 172.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 7 : Cercle français (1932), et Hôtel municipal de la Concession française (1931) à Tianjin, Chine.
Légende Photos officielles prises par des photographes professionnels.
Crédits Source: AGR-AE, CFEO, Albums.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 8 : Maquette de Yien Yieh Commercial Bank à Hankou, Chine, conçue par les architectes britanniques Hemmings & Berkley et construite par le CFEO (1927) ; dessinateurs au travail dans l’agence de Hong Kong (vers 1950).
Légende Deux documents peu courants.
Crédits Source: L’Émulation, vol. 47, n° 9, Septembre 1927, p. 103 ; Archives Jean Volckaert.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 9 : Albums familiaux et carnets de croquis.
Légende Albums familiaux et carnets de croquis d’architectes sont des sources complémentaires précieuses : photos du Cercle Sino-Français de Pékin, Chine, 1919, et de la chapelle des Petites Sœurs des Pauvres à Hong Kong, 1950, par Gustave Volckaert ; croquis de Gabriel Van Wylick, Tianjin, vers 1920.
Crédits Source: Archives Jean Volckaert and Archives Edouard Van Wylick.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 10 : Inscription partiellement martelée sur l’immeuble Belfran à Tianjin, Chine ; Belfran Road à Kowloon, Hong Kong ; première pierre de l’église du Christ Roi à Hong Kong, 1928.
Crédits Quelques bâtiments portent la marque du CFEO.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 11 : Église des Maryknoll Sisters à Kowloon, Hong Kong en 1952, et à Tianjin, Chine en 1932.
Légende Le chantier, lieu d'apprentissage et de transfert technologique.
Crédits Source: AGR-AE, CFEO, 1174-1175 et Album.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/689/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Coomans, « Papiers de Chine : les archives d’architecture du Crédit Foncier d’Extrême-Orient (1907-1959) », ABE Journal [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abe/689 ; DOI : 10.4000/abe.689

Haut de page

Auteur

Thomas Coomans

Professor, Université catholique de Louvain, Faculté d'architecture, d'ingénierie architecturale, d'urbanisme, Louvain, Belgium and The Chinese University of Hong Kong, School of Architecture, Hong Kong, China

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals