Navigation – Plan du site
Individus, familles, groupes : pratiques marchandes et pouvoirs politiques (XVe-XVIIIe siècle)

Du comptoir à la toge

Antoine Anthoine : négoce, familles et pouvoirs en Provence au XVIIIsiècle
Gilbert Buti
p. 201-215

Résumés

Descendant d’une famille de petits notables du Dauphiné, Antoine Anthoine (1749-1826) qui n’a pas pu accéder à la magistrature se destine à la marchandise. Après un apprentissage à Marseille au comptoir des Seimandy, il est nommé, par ces négociants, régisseur pour leur commandite de Constantinople. La mobilisation de sa proche parenté et les soutiens des pouvoirs politiques locaux, nationaux et internationaux lui permettent d’obtenir une mission destinée à ouvrir le commerce de la Russie méridionale à la France. La convergence d’intérêt entre les impératifs politiques et les stratégies marchandes favorisent plusieurs expéditions en direction de Marseille (blé) et de Toulon (bois), à travers la mer Noire et non plus par la Baltique (1784-1787) Si le bilan financier des opérations appelle quelques réserves, Anthoine apparaît, à la veille de la Révolution, comme un des plus importants négociants de Marseille. L’intégration au groupe dirigeant passe alors par trois voies complémentaires : l’accession à la noblesse (1786), le mariage (en 1786, avec Rose Clary, fille de négociant et échevin de la ville, et par-là beau-frère de Joseph Bonaparte et de Bernadotte) et la « toge municipale » (1805-1813) pour ce baron d’Empire (1808) qui n’a de cesse de se présenter comme le « pionnier du commerce marseillais en mer Noire. » Cet itinéraire montre les connexions établies entre pratiques marchandes et pouvoirs. Il ne se présente pas comme un modèle et n’est guère opératoire pour qui souhaiterait faire émerger des constantes ou dégager des logiques de fonctionnement. Cette trajectoire souligne la place, la fonction et le rôle des individus, des familles et des groupes à l’intérieur de stratégies d’affaires et de pouvoir. Le passage du comptoir à la toge ne signifie pas renoncement à une activité mais ouverture de celle-ci par la mobilisation des compétences et des talents au sein d’une fratrie, d’une famille ou d’un front de parenté.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Dauphiné, Marseille, Toulon
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Buti, « Du comptoir à la toge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 112-4 | 2005, 201-215.

Référence électronique

Gilbert Buti, « Du comptoir à la toge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 112-4 | 2005, mis en ligne le 20 décembre 2007, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1057 ; DOI : 10.4000/abpo.1057

Haut de page

Auteur

Gilbert Buti

Maître de conférences en histoire moderne UMR Telemme – Université de Provence (Aix-en-Provence)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page