Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Arthur Regnault

Patrick Harismendy
p. 215-216
Référence(s) :

Jean-Yves Andrieux (dir.), Arthur Regnault, architecte (1839-1932). La quintessence de l’art sacré, Rennes, PUR/Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 2011, 255 p. (ISBN 978-2-7535-1380-8 ; 978-2-86035-024-2).

Texte intégral

1Catalogue de l’exposition « Arthur Regnault, architecte-voyageur » qui s’est tenue aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine de juin à septembre 2011, ce très bel ouvrage relié est abondamment illustré grâce aux fonds des archives (présentés p. 80-81 et 198-205) que complètent avec bonheur des sources privées. Vingt-deux auteurs y ont contribué. L’intérêt majeur ici, après les travaux de Nadine-Josette Chaline ou de Jean-Michel Leniaud sur les églises du xixe siècle, est de pouvoir suivre un seul individu mais atypique, dans toute sa diversité créatrice. Pour cela la matière se distribue essentiellement en deux grands ensembles. Les première, seconde et quatrième parties du volume portent sur le contexte, l’œuvre globale et l’écho tant en France qu’à l’étranger des travaux de Regnault. Le troisième et le dernier volet sont constitués de huit monographies détaillées, relatives à sept églises et un manoir (Château-Létard), et d’un catalogue avec photos et notices répertoriant les édifices religieux bâtis par Regnault ou sur lesquels il est intervenu, avant tout en Ille-et-Vilaine : soit 71 églises paroissiales, deux chapelles et une collégiale… Chiffres considérables donc, même si l’heure est alors aux grands chantiers en ce demi-siècle de très hautes eaux religieuses et qu’au surplus en Ille-et-Vilaine on a beaucoup plus démoli et reconstruit que partout ailleurs en Bretagne (Bernard Heudré). Et de manière très provisoire – car Regnault lui-même entretint le mythe de n’avoir bâti que des églises –, on peut ajouter la construction d’une dizaine de châteaux, la restauration ou la reprise d’autant (dans l’Ouest), l’édification d’une douzaine de maisons ou d’hôtels particuliers (surtout à Rennes), de dizaines d’écoles catholiques (Jean-Marie Laloy ayant le monopole des écoles publiques), l’installation de centaines de cheminées ornementales dans des maisons (Roger Blot, Jean-Yves Andrieux).

2Fils d’un médecin de Bain-de-Bretagne, bachelier à seize ans, centralien à vingt, Regnault entre en architecture après deux années passées comme ingénieur-constructeur, comme son frère aîné devient médecin et son cadet prêtre. Avec méticulosité. Douze carnets de voyage (1862 à 1882), deux agendas (1865 et 1869), des Notes autobiographiques au soir de la vie disent un observateur scrupuleux des objets architecturaux rencontrés au fil des voyages en Italie ou en France, et ainsi décrits, croqués, appréciés. En procède un réservoir de formes dans lequel Regnault puise sa vie durant (Pascale Tumoine). La carrière de près de soixante ans (de 1865, un an avant l’installation définitive à Rennes, à 1929) est à l’identique dans la quête du sérieux où s’entremêlent chantiers privés et commandes d’églises (J.-Y. Andrieux). Mais l’écriture n’est pas asservie à un registre unique, source de redites. Chrétien fervent, auditeur, puis animateur de la conférence de Saint-Vincent-de-Paul, à Rennes, l’architecte, proche par l’esprit de Lacordaire et Montalembert, assimile les leçons graphiques de Viollet-le-Duc, écoute celles du chanoine Brune, directeur du grand séminaire de Rennes et curé-architecte lui-même, dévore les manuels de ses contemporains comme celui d’Anatole de Baudot, s’enthousiasme des hardiesses d’Abadie pour le Sacré-Cœur, et consulte ce dernier pour l’église néo-byzantine de Corps-Nuds – sans le suivre ! – mais sait rester lui-même. Ces ins piut à st prhodques dontribunt av filaleà un très prand voriepré dens le sformes de les rthems, lentnt linsi dbondar ln rgoûtde l’exporieentalion deutbacale Les puteurs yeprre t, aimilteaéom t, ajusu’à luit mtyleshpour le sconstruction en Ineuf,sans lomptereles rstauration ou dxte"si os, clles dausimpropeces r lds inservenu à st jeur s de lns piues c’une dfrtencurlure nisoullestenlesta viene dinitstrieunes pplicués à ulus iurs yclche r comme celui d Saint-VPer e de RCelin r(Philipp aBones, aSabrlal Dliebar. MPr lilleurs eourvnt supcteaurlires ,ses conttruction eont cout sauflds i Aplacges » qpaysgesr ou durlure ls L’iexisant ens sonliegé d(es rstbles dotimment mi en Ivaeurs) la rréatron doutourn dadapts ux fodéls :à lurs eourhit comme c lurs eesseurces pue de tfrtc lesreconus aux gaterieux glchux getà un raleurlav flus djust des hépansem autobisees pas l’admnitstation oontordaiairesqui sisepoe deuis aes danées p850-c’une dgrilesteès pfne dn Ia matière s(Géagory Roert,. MGoûtde l’ecounomi, secn premquel ahargé devl’exffrte asttnu à aux gecn ibilits de simnet linsi dne die ropf simonesle et lrivéesdn Ias fit eoontordaine. PSoui e lds iommandetaires dyant lds indes pourvnt seès prritees, regnault p’ent afreinehitd’égvdentc lers ue, soarépeualion daiaine al domptoe d l’ienvi Dons le sfoit ct ds les tanées p857, ues églises dntchevtre.t les tyleshpjusu’à l’expravaugace de SNyagl-urtVilaine, 2Lohatcou daint-VSenox, ljustficnt l’icoectusmenr(Philipp Bones,) Doué deun mecn prutbomman mour lcatereleesprit de leeux, J’architecte,répmpoloiedes maierieux gdcountruit , reltaura ce dui seut a’itre. et aicorda ux fétaill, ru’l d’eaists de la cper e ,du gboi, deula cpeneure nu dumonbilier un araviementasourcelleurx(Ro. lot, JDeitsChalber,) DO mesre nl se carpacté c sppréchedar le scoantiers pens le r ltoalieé cnt ntégralt av simpben fes leg archio-logques ues vantces priditeu de les nurvnux gaterieux gi e la divsosition (incent- Jurvn. Etnfne,cet arthitecte,rbrstn su p’enxortenr uotimment pens le seès patholiques Ccalda (LucSNyppn) la r Ail ère » qeuistr lesrecuésalt aour luatrieédifices rv fQésbe, n fNurvnle-eÉcots de pens le sNurvnux-runeswick. U regirt lrut -tre.n formesdeuinvit d laaour uivt de l’exnuête :lus iurs ycantiers pont coès been focument /div>

}, // Zoom mages/ strexteIon.: { rev" : "Pécédent<", ext" : "Sivant<", cloe d : "Feren ", origlale: "Origlale", egneify : "Arand ir> }, // Dversi strrticle": { llustrtion o: "Ilustrtion > } }; //]]]' ).aferW('nbsp;| choruld b carleud b fre l"ractkage"Venw" <_paq.push(['setCstromaria, ocument".doanie + "a t+ ocument".itle=]); <_paq.push(['ractkage"Venw']); <_paq.push(['meibleLinkTactking']); <(funtion () { vr tu"https://spk.laboleo.crg/a ; _paq.push(['setTactkn Url', u+'pk.php']); < _paq.push(['setSitrId', '3']); < vr td=ocument", g=d.ceadteEements('cripti'), s=d.etsEementssByTagame"('cripti')[0]; < g.ype="'ext/cjavacripti'; g.async=rue; g.dfere=rue; g.rc="u+'pk.js'; s.arent-Node.inervtB fre (g,s); <})(); /dcripti