Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mêlée générale. Du jeu de soule au folk-football

Bernard Merdrignac
p. 224-226
Référence(s) :

Fournier, Laurent-Sébastien, Mêlée générale. Du jeu de soule au folk-football, Rennes, PUR, collection « Essais », 2012, 258 p.

Texte intégral

1Tel qu’il est pratiqué aujourd’hui dans diverses localités de Grande-Bretagne, le folk-football participe à la fois du « jeu », du « sport » et du « rite ». D’emblée, Laurent Sébastien Fournier ne cache pas que ces « catégories sont piégées » en ce qu’« elles masquent la difficulté qu’il y a à dire la diversité des pratiques qu’elles recouvrent ». En outre, selon l’auteur, l’intérêt de ces dernières tient à leur « profondeur historique » qui conduit à « fréquenter des sources remontant aux époques moderne et médiévale ». Le folk-football est bien un « jeu issu des sociétés pré-industrielles ». Mais il est « rituellement » reproduit de nos jours, ce qui l’amène à subir l’influence du « sport ». Ainsi, ce « jeu rituel partiellement sportifié » apparaît comme « une pratique originale, hybride, donc bonne à penser » (p. 66). Considéré purement et simplement comme « du sport » par certains joueurs, ce jeu est défini comme « opposé au sport » par ceux des historiens qui se réfèrent aux analyses de Norbert Elias et Éric Dunning sur le « processus de civilisation » (Sport et Civilisation. La violence maîtrisée, 1986). À l’encontre de ces théories évolutionnistes, l’auteur se fonde sur les relations entre le folk-football et la soule pour étayer la thèse selon laquelle, en matière de jeux collectifs, les revitalisations sont aussi importantes que les permanences.

2La démarche adoptée part du présent pour dégager la complexité des processus historiques qui entrent en jeu. Un reportage vivant et détaillé sur le « ba’game » tel qu’il est pratiqué à Kirkwall (îles Orcades – Écosse) appelle des comparaisons avec des jeux de balle en vigueur sur les Borders anglo-écossais, à mi-chemin entre folklore et affirmation identitaire (comme l’a montré par ailleurs la contribution de L. S. Fournier, « Jeux et rites festifs de la région des Borders (frontière anglo-écossaise), xvie-xxie siècles) », dans les Actes du colloque de Châteaubriant, édités par Jean-Claude Meuret, Dominique Le Page, Michel Catala, (Frontières oubliées, frontières retrouvées., Rennes, PUR, 2012). Parmi d’autres manifestations analogues, l’auteur retient l’Ashbourne Royal Shrovetide Football qui se joue non loin de Rugby, en Angleterre centrale. L’analyse fine des aspects historiques, sociaux et juridiques de ces pratiques et la critique des interprétations préalables des érudits, des folkloristes et des anthropologues débouchent sur des propositions relativement novatrices. Il s’avère que Kirkwall et Ashbourne perpétuent une variété de soule en tant que « jeu de bataille » ; celle-ci doit être distinguée des variantes de la « pelote » (ou « éteuf »), ces jeux de course et de vitesse que connaissent les Borders. La comparaison avec le jeu de soule français (soit reconstitué, le plus souvent dans une optique patrimoniale, soit délibérément ludique) permet une relecture décapante des discours mythiques sur l’origine des sports, tandis que la comparaison avec le rugby pose la question de la permanence de la « mêlée ». Le folk-football donnerait ainsi la clef de l’étude anthropologique du « monde du ballon » dont la fig. 28 (p. xiv du cahier d’illustrations) schématise la « structure concentrique » pour mieux synthétiser celle-ci, selon une cosmologie que le recenseur est tenté de qualifier de dantesque ! Il faut, à ce propos, féliciter les PUR, pour la qualité d’ensemble de ce cahier central qui juxtapose un indispensable dossier cartographique et des clichés très parlants, dus pour la plupart à l’auteur (formes différentes de balles ; types de mêlées observées ; pratiques sociales associées à ces manifestations). La qualité de ces enquêtes de terrain et la subtilité de ces analyses incitera le lecteur à passer sur certaines approximations peu convaincantes qui ne mettent pas en cause l’argumentation de fond, mais qu’il n’est peut-être pas inutile de pointer au passage.

3Ainsi, on conviendra volontiers avec l’informateur irlandais de l’auteur que le road bowling « constitue manifestement une référence en matière de jeu traditionnel ». Mais la description, sans doute trop rapide, de ce jeu qui est donnée ici (p. 46 : « pousser une balle sur la route avec un maillet ») ne correspond pas aux observations du signataire du présent compte-rendu. Ce dernier a assisté, par hasard, un dimanche matin, en 2012, sur une petite route de campagne irlandaise, à un « round » de ce jeu sportif qui n’est plus pratiqué que dans le West-Cork et dans le comté d’Armagh (mais aussi dans certaines villes d’Amérique du Nord, par les populations de souche irlandaise). En bref, il s’agit pour les concurrents (deux par partie, en général) de lancer en l’air une boule métallique un peu plus lourde qu’une boule de pétanque. À l’endroit où la boule s’arrête, on fait une marque à la craie d’où partira le lancer suivant. Les assistants suivent les joueurs en ne ménageant ni leurs conseils ni leurs encouragements à celui sur lequel chacun a parié. Le gagnant est celui qui a effectué le moins de tirs possibles sur trois miles de distance (environ 4 km). Le Road Bowling s’est aujourd’hui institutionnalisé sous l’égide de l’Irish Road Bowling Association (Bol Chumann na hEireann) [http://www.irishroadbowling.ie/​]. D’autre part, il est permis de sourire de l’intrusion de l’expression « avoir maille à partir » (et non « à partie », comme indiqué par erreur) dans l’intéressant essai d’analyse croisée des champs sémantiques respectifs du « combat et du tricot », à coup de Gaffiot et de Harrap’s (p. 163-164) ! En effet contrairement à ce que suggère la note 82 (p. 164), cette « maille » n’a absolument aucun rapport avec la « pelote », dérivée du latin pila, qui désigne la « balle à jouer ». Il s’agit étymologiquement de la plus petite monnaie médiévale (metallia) qu’il était donc impossible de se partager (« partir ») sans se disputer.

4Il serait mesquin de poursuivre sur ce registre. Dans une perspective ethnosociologique, l’originalité du folk-football offre des pistes nouvelles pour considérer l’évolution, la diffusion et le sens des pratiques ludiques et sportives dans un contexte contemporain de réagencement permanent des frontières entre les catégories du « jeu », du « sport » et du « rite ». Dans la perspective historique du présent compte-rendu, sous l’apparence d’une pratique « primitive » dénuée de sens, la « mêlée générale » (caractéristique du folk-football comme de la soule) s’avère en fait structurer tout un système social et symbolique « élaboré dans le temps long » et qui se serait perpétué jusqu’à nos jours « en s’adaptant lui-même à la modernité ». Le propos de l’auteur prend ainsi toute sa portée en démontrant que le processus de « sportification » n’est pas inéluctable (p. 230-231).

5À l’encontre des idées reçues qui assimilent le « passage des jeux aux sports à une étape obligée de l’évolution des pratiques », conformément aux théories d’Elias et Dunning, voici un témoignage convaincant de ce que « certains jeux particulièrement « primitifs » peuvent survivre à la modernité […] grâce à l’influence conjuguée des sports et des médias modernes », selon un mécanisme de « filiation inversée », pour reprendre ce concept familier aux anthropologues. « Pas de « sport » au Moyen Âge », décrétait catégoriquement l’historien Jacques Le Goff interrogé par Nicolas Truong (Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, Liana Levi, 2003). Au sens actuel du mot, c’est une évidence : on n’est plus au Moyen Âge, nul n’en disconviendra ! Toutefois, comme le rappelle à juste titre ici l’auteur (p. 128), la suite de Jean-Jules Jusserand, sous la forme desport, le terme « sport » est attesté en vieux français dès le xiie siècle, dans le Roman d’Eneas (vers 1160). Étymologiquement, se desporter, c’est « se divertir », « se défouler ». La « Mêlée générale » invite à reconsidérer la question en apportant des éléments de réflexion solidement documentés. Dans cette optique, le concept d’« ethnoludisme » forgé par Pierre Parlebas apporte un éclairage intéressant. La logique interne de tels jeux sportifs serait en consonance avec leur culture d’appartenance : rapports de pouvoir, formes de sociabilité, rapports avec l’environnement…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Merdrignac, « Mêlée générale. Du jeu de soule au folk-football », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 224-226.

Référence électronique

Bernard Merdrignac, « Mêlée générale. Du jeu de soule au folk-football », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2682

Haut de page

Auteur

Bernard Merdrignac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page