Navigation – Plan du site
Expérience de guerre et travail de deuil

Tombeau de lumière

Le deuil de guerre du maître-verrier Albert Échivard (1914-1939)
An Illuminated Grave. The War Grief of the Master Glassmaker Albert Échivard (1914-1939)
Stéphane Tison
p. 67-100

Résumés

En 1914, Albert Échivard est un maître-verrier de renommée nationale qui a contribué à la renaissance de la verrerie mancelle initiée dans la 2e moitié du xixe siècle. Son fils, Maxime, élève de l’École des Arts décoratifs de Paris, commence lui-même une œuvre personnelle au début des années 1910. Conscrit depuis deux ans au moment de la déclaration de guerre, il est porté disparu dans la Somme le 2 octobre 1914. Dès lors, son père ne va cesser d’entretenir le souvenir de ce fils en réunissant d’abord ses amis, en construisant un réseau commémoratif qui dépasse les limites du cercle de deuil pour faire connaître ses premières œuvres. Surtout, il le représente dans une dizaine d’œuvres et de verrières entre 1915 à 1938, inscrivant cette mort dans une lecture à la fois patriotique et religieuse. Le travail d’un deuil complexe, sur le temps long, s’y dessine dans l’évolution d’une expression qui glisse d’un style figuratif propre à la Belle Époque aux arts décoratifs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Maxime Échivard, un jeune homme tué parmi tant d’autres
La formation d’un artiste prometteur
La mort violente d’un jeune conscrit
L’incertitude sur la destinée posthume du corps
Sauvegarder la mémoire du fils. Maintenir la présence du fils
Les cercles de deuil
La création d’un réseau commémoratif : du « lien sacré » aux « Amis de Maxime Échivard »
Maintenir la présence du défunt
Les représentations du fils défunt et l’évolution du travail de deuil
L’épreuve de la réalité
Retour sur l’ancien champ de bataille – la verrière de Goyencourt et la réappropriation du lieu de mort
Reconstituer une tragédie
L’enfant-héros et la sanctification du fils
Enfants-héros…
Une fondamentale rupture
Dernières représentations, un deuil apaisé ?

Aperçu du texte

« Le fils de M. Échivard, peintre verrier, a été blessé au combat d’Albert (Somme). »

Cet entrefilet publié parmi d’autres nouvelles de guerre à la mi-octobre 1914 s’ajoute à bien d’autres annonces tragiques. Dans la vie du père de ce soldat, le maître verrier Albert Échivard, s’ouvre une rupture fondamentale qui va emplir désormais et sa vie et son inspiration. Élève du peintre verrier Hucher, du carmel du Mans, cet artiste pratiquait alors la peinture sur verre selon les méthodes issues du Moyen Âge et utilisées jusqu’au xixe siècle. Maître dans l’art d’employer des verres découpés rehaussés de teintes avec peu de peinture, il réalise des vitraux pour des commandes hors des frontières du département de la Sarthe, dans l’Aisne, en Bretagne, à Paris, en Angleterre, aux États-Unis. Pendant une vingtaine d’années, l’artiste ne va cesser de chercher à immortaliser l’existence effacée de son fils, en recourant notamm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Tison, « Tombeau de lumière », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-3 | 2016, 67-100.

Référence électronique

Stéphane Tison, « Tombeau de lumière », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-3 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3416

Haut de page

Auteur

Stéphane Tison

Maître de conférences en histoire contemporaine, CERHIO UMR 6258, Université du Maine (Le Mans)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page