Navigation – Plan du site

L’énigme « Artus Thomas, sieur d’Embry, Parisien »

The “Artus Thomas, sieur d’Embry, Parisien” enigma
Grégory Rabaud
p. 85-112

Résumés

Au début du xviie siècle, un chroniqueur français, Artus Thomas, sieur d’Embry, se fait remarquer au sein de la société parisienne pour avoir édité plusieurs œuvres, dont l’une d’elles, l’Histoire des Turcs, est particulièrement volumineuse. Or, la vie de l’auteur reste un véritable mystère. Cet article entend décrire le débat en cours sur cet Artus Thomas, tout en évoquant les œuvres qu’il a écrites et celles qui lui ont été attribuées. Une place importante est faite à cette Histoire des Turcs afin d’analyser la personnalité de l’écrivain et d’identifier ses sources pour mieux le situer dans la République des Lettres, à l’heure où le roi de France rêve toujours de s’établir en Orient.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

De « Artus Thomas » à « Thomas Artus »
Les œuvres d’Artus Thomas : textes authentiques et attributions
L’Histoire des Turcs et ses sources
La conquête chrétienne de l’Empire ottoman

Aperçu du texte

Au début du xviie siècle, écrire l’histoire politique de l’Empire ottoman consiste à montrer que les Turcs sont toujours aussi menaçants pour la Chrétienté mais que leur empire est moins puissant, comparé à ce qu’il était sous le règne de Soliman le Magnifique (1520-1566). À l’ouest, les Ottomans subissent plusieurs revers militaires durant la « Longue Guerre » de Hongrie (1593-1606), qui les oppose aux Autrichiens, aux Moldaves, aux Transylvaniens et aux Valaques. Ce conflit se termine par la signature d’un traité de paix à Szitvatorok (11 novembre 1606). Le sultan Ahmed Ier (1603-1617) reconnaît désormais l’empereur du Saint-Empire, en l’occurrence Rodolphe II de Habsbourg (1576-1612), comme son égal. À l’est, le châh safavide Abbâs Ier (1588-1629) se lance dans une entreprise de reconquête de territoires perdus. Il parvient à reprendre Tabriz (1603), l’ancienne capitale iranienne, ainsi qu’Erevan (1604), et il bat les Turcs en Anatolie. La paix, conclue en 1612, ramène les fronti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Rabaud, « L’énigme « Artus Thomas, sieur d’Embry, Parisien » », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 85-112.

Référence électronique

Grégory Rabaud, « L’énigme « Artus Thomas, sieur d’Embry, Parisien » », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3490

Haut de page

Auteur

Grégory Rabaud

Étudiant à l’université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page