Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Être et savoir. Une ambition de femme au siècle des Lumières

Annie Duprat
p. 156-159
Référence(s) :

Chollet, Mathilde, Être et savoir. Une ambition de femme au siècle des Lumières, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2016, 302 p.

2016

Texte intégral

1Beau titre pour un beau livre ! À partir d’une recherche originale dans les archives publiques (minutier central des Archives nationales, archives départementales de la Sarthe et celles du Loir-et-Cher) Mathilde Chollet nous donne l’étonnant portrait d’Henriette-Françoise Edme (de Marans), née en 1719 dans une famille de bourgeois devenus gentilshommes de Cormenon (Perche, act. Loir-et-Cher) mariée en 1755 à Louis-Joseph de Vanssay, un membre d’une famille d’ancienne noblesse, et qui meurt, sans enfants, en 1784. Un arbre généalogique, hélas très difficile à lire en raison de la police de caractères choisie, expose sa parentèle car il faut savoir qu’Henriette, vit au château des Rouaudières avec sa nièce Marie-Pascale, dite Pascalitte (1756-1835).

2L’ouvrage est divisé en trois parties (Comment les savoirs viennent aux femmes ? ; Journal et identité. De la quête personnelle à la revendication sociale ; Les choix d’une ambitieuse ? L’admirable normalité de madame de Marans) et sept chapitres (Instruire les filles des Rouaudières : deux modèles, deux enjeux différents ; La sociabilité au château, apprentissage des plaisirs et plaisirs de l’apprentissage ; Les influences spirituelles de madame de Marans, entre morale et philosophie ; La médecine de l’âme. La recherche d’un système conciliant le moi et la foi ; Madame de Marans et l’identité nobiliaire. Un discours féminin sur l’excellence ; S’approprier et entretenir des pratiques culturelles interdites ? ; Une réflexion sur la place de la femme dans la société des Lumières). Les intitulés des chapitres donnent le ton du livre qui est une plongée sensible et documentée dans l’univers de cette femme qui cherchera, sa vie durant, à s’instruire et à comprendre le monde qui l’entoure.

3Pour mener cette enquête, l’auteur a disposé de sources inédites en trois volumes, qui forment quasiment une autobiographie : Mémorial à mon usage particulier, Réflexions journalières et Confidences générales et particulières. À cela il faut ajouter nombre d’écritures ordinaires, ces papiers de famille – notamment la correspondance active de Mme de Marans avec sa nièce Pascalitte – qui établissent le système d’écriture original d’une femme de lettres n’hésitant pas non plus à franchir les limites de la fiction en publiant en 1758 chez le fameux libraire parisien Siméon-Prosper Hardy Les pensées errantes avec quelques lettres d’un Indien, roman épistolaire attribué encore aujourd’hui, par la notice d’autorité de la BnF à madame de Bénouville. La démonstration de Mathilde Chollet qui propose une autre attribution, à madame de Marans cette fois-ci, est convaincante. Après avoir fait une biographie synthétique de son héroïne, l’auteur fait le point sur l’historiographie du sujet, entre micro-histoire, histoire des femmes, histoire des pratiques d’écriture et approche socioculturelle des élites rurales de l’Ouest à l’époque moderne. Ces quelques pages, pour être brèves, sont néanmoins très intéressantes car elles nous montrent la richesse et la diversité des recherches menées actuellement sur ces sujets. Outre la découverte de la personnalité de madame de Marans, l’acquis principal de ce livre réside en effet dans l’étude de la question de l’éducation des femmes des femmes de la petite noblesse provinciale au xviiie siècle à l’époque moderne, encore bien mal connue. Le premier chapitre décrit par le menu la vie de madame de Marans et son souci constant de mener à bien l’instruction de sa nièce. Plusieurs membres de la petite noblesse créent et entretiennent des fondations religieuses destinées, entre autres, à instruire les filles. On trouve aussi à Vendôme des institutions comme le collège des Ursulines ou celui du Calvaire, où s’enseignent, outre la lecture, l’écriture et les travaux d’aiguille mais aussi l’arithmétique. Il y a davantage d’institutions à Blois et les cousines de Pascalitte, venues de Saint-Domingue, sont envoyées à Nantes ou à Bordeaux, métropoles plus importantes qui comptent davantage d’institutions pour un enseignement plus approfondi et plus diversifié. L’examen des catalogues des bibliothèques privées de ces familles montre également la présence de nombreux livres touchant à la religion, mais aussi à la littérature et à l’art épistolaire, avec des exemples tirés de lettres de madame de Sévigné. Ici encore il se vérifie que la réputation de la marquise a été quasiment synchrone avec l’écriture de ses lettres, dont on sait qu’elles pouvaient être recopiées, puis lues publiquement à peine écrites !

4Les chapitres suivants décrivent la vie quotidienne au château, les loisirs et les pratiques de sociabilité qui assument également un rôle culturel et une fonction éducative. Ici, Mathilde Chollet étudie les lettres de madame de Marans, le contenu de cette correspondance mais aussi les « réseaux du cœur », réseaux d’amitié, de voisinage encore plus que de famille. Puis elle étend son étude aux conversations, aux jeux de société, aux travaux des champs, aux considérations sur les vêtements etc. Dans la famille Edme, l’éducation des filles est donc valorisée car c’est un signe de distinction sociale. Avec l’histoire, la morale est le sujet de prédilection de madame de Marans qui se soucie aussi de philosophie et de son édification spirituelle. Elle lit et commente les auteurs latins (on verra une passion semblable quelque trente ans plus tard chez Rosalie Jullien, issue de la bourgeoisie aisée des environs de Paris). De nombreux exemples dans ce livre montrent comment se construit une personnalité à l’âge des Lumières, à partir de l’héritage de l’Antiquité et des exempla de l’âge classique, le xviisiècle. Épistolière elle-même, aimant réfléchir sur la société, elle se revendique de La Bruyère car son « Journal » n’est ni un repli sur soi ni une simple introspection mais une base pour un programme d’amélioration morale afin de mettre en miroir ses pensées et sa conduite personnelles face au monde extérieur. Un chapitre entier, joliment intitulé « La médecine de l’âme » est consacré à la recherche par madame de Marans d’un système conciliant le « Moi » et la Foi. On y voit une grande liberté vis-à-vis de certaines croyances de l’Église catholique.

5Issue par mariage d’une moyenne noblesse de l’Ouest fraîchement anoblie, madame de Marans, née de la bourgeoisie parisienne, fréquente la bourgeoisie d’office de Mondoubleau. Femme, elle fréquente les autres femmes. Mathilde Chollet examine les voies de la construction d’une identité nobiliaire toute récente et montre qu’elle dédaigne les catégories sociales inférieures tout en enviant les catégories sociales supérieures à elle. En cela, son héroïne est parfaitement conforme au monde qui l’entoure car, si l’anobli partage les codes du second ordre, il doit observer une certaine réserve vis-à-vis de la noblesse de haut rang. Lorsqu’elle évoque le mariage de son frère avec une personne d’extraction sociale inférieure, elle montre comment se fait le changement progressif des valeurs, le passage entre ce qui est de la naissance et ce qui ressort du mérite. Il y a là une fusion entre les valeurs aristocratiques anciennes et les valeurs dites bourgeoises. Mathilde Chollet conclut ces pages ainsi : « Dans les années 1780, c’est l’évolution de cette conception de la société qui contribue, en partie, au besoin revendiqué par l’opinion publique de réviser la hiérarchie sociale ».

6Madame de Marans se comporte aussi en « citoyenne éclairée », aspirant à une monarchie tempérée qui tire de l’Histoire, mais aussi des faits d’actualité, son idéal politique. Elle s’insurge contre Cicéron, examine dans le détail Montesquieu, donne son avis sur tous les auteurs qu’elle semble lire avec passion, commente l’actualité religieuse et en particulier la question du jansénisme, plus dans sa dimension politique que religieuse d’ailleurs car la question de la foi ne semble guère l’interpeller ! À travers ses lectures, et les explications qu’en donne l’auteure, on voit que l’objectif de madame de Marans n’est rien moins que d’atteindre la perfection et au bonheur. La morale fait partie de la culture mondaine, au xviie et au xviiie siècles et ses références sont les auteurs de l’Antiquité, Horace, Térence, Cicéron, les Pères de l’Église, en particulier saint Augustin mais aussi les moralistes du Grand siècle, La Bruyère ou La Rochefoucauld, d’où ses discours sur la raison et sur les passions. Enfin, membre de la petite noblesse rurale, elle se doit de se distinguer à la fois du peuple, des roturiers, des bourgeois aisés des petites villes et de la paysannerie, qu’elle côtoie puisqu’elle s’occupe de la gestion du domaine. Femme aux idées politiques et sociales modérées, elle n’en est pas moins une ambitieuse dans le domaine intellectuel. Est-elle féministe pour autant ? Échappant aux embûches théoriques d’un sujet trop souvent malmené, Mathilde Chollet annonce la couleur avec le titre, accompagné d’un point d’interrogation, de la troisième partie de son livre « Les choix d’une ambitieuse ? L’admirable normalité de madame de Marans ». Se voulant avant tout une femme d’esprit et être considérée comme telle, madame de Marans est réaliste et mesure les contraintes culturelles, sociales et psychologiques pesant sur les femmes. Son féminisme, si féminisme il peut exister, serait un « pessimisme égoïste » (p. 244-248) tant elle n’imagine pas possible de changer les inégalités sociales qu’elle observe…

7Pour conclure, les documents du for privé de madame de Marans judicieusement retrouvés, contextualisés et analysés par Mathilde Chollet apportent beaucoup à la connaissance de ces femmes d’une petite aristocratie provinciale beaucoup moins connue que les salonnières parisiennes. Enfin, l’auteur nous livre des réponses inédites, enrichissantes et nuancées dans le domaine de l’histoire intellectuelle ou de l’histoire des idées, notamment sur la diffusion et la réception des Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Duprat, « Être et savoir. Une ambition de femme au siècle des Lumières », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 156-159.

Référence électronique

Annie Duprat, « Être et savoir. Une ambition de femme au siècle des Lumières », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3508

Haut de page

Auteur

Annie Duprat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page