Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Des couvents en héritage. Religious houses: a legacy

Samuel Gicquel
p. 163-165
Référence(s) :

Noppen, Luc, Coomans, Thomas, Drouin, Martin (dir.), Des couvents en héritage. Religious houses: a legacy, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2015, 501 p.

Texte intégral

1Depuis les années 1990, les historiens québécois forment l’avant-garde de la réflexion sur le devenir du patrimoine de l’Église catholique. Cela s’explique par la brutalité et la force du retournement religieux au Québec, ce qui a posé précocement la question de la réaffectation de lieux de culte. S’en sont saisis en particulier Luc Noppen et Lucie K. Morisset, deux historiens de l’architecture, professeurs à l’université de Québec et organisateurs des colloques « La conservation des églises dans les villes-centres » en 1997 et « Quel avenir pour quelles églises ? » en 2005. Le présent ouvrage est la publication des actes d’un troisième colloque international, qui s’est tenu en octobre 2009 sur le sort des couvents au gré des sécularisations et des changements de propriétaires.

2On peut s’étonner que l’édition des actes n’intervienne que six ans plus tard, ce qui est d’autant plus regrettable que plusieurs articles font référence à l’actualité de l’époque et s’interrogent sur la pertinence de projets alors débattus. Ce délai se comprend toutefois en feuilletant le produit fini, d’une qualité remarquable. Tous les articles sont illustrés d’une riche iconographie en couleurs, qui immerge le lecteur dans les études de cas développées, y compris lorsqu’il s’agit d’espaces dont il est peu familier. Un simple survol des illustrations permet d’aller du monastère Sainte-Catherine du Sinaï, fondé au vie siècle, aux énormes ensembles conventuels québécois récemment réhabilités, en passant par les abbayes médiévales européennes et offre ainsi un condensé de l’histoire du monachisme catholique.

3L’ouvrage s’articule en deux parties inégales. La première, la plus courte, ne rassemble que deux contributions, il est vrai fort volumineuses (174 pages à elles deux). Plus qu’une recherche novatrice, le texte de Thomas Cooman est une longue introduction visant à expliquer comment l’architecture monastique a évolué au fil du temps et varié en fonction des règles de vie. Elle est complétée par un article co-signé par Luc Noppen et Lucie K. Morisset qui font une typologie de la conversion des monastères québécois et présentent les enjeux des opérations immobilières. L’article développe en particulier des réflexions fort intéressantes sur le sort des espaces verts enserrant les couvents urbains, qui sont dans certains cas davantage au cœur des luttes patrimoniales et financières que les bâtiments eux-mêmes.

4La seconde partie, divisée en quatre sous-parties, suit un plan un peu artificiel. Il faut surtout la prendre comme un ensemble d’études (14 au total, tantôt en français, tantôt en anglais) portant sur des espaces et des périodes différentes, qui montrent la multiplicité des situations. Trois cas très divers sont présentés dans la première sous-partie, intitulée « Les expériences : motifs de l’affection patrimoniale ». Au Mexique, analysé par Ana Lozano Santin, la question du sort des couvents s’est posée dès la politique de nationalisation initiée en 1859, tandis qu’au Québec (Martin Drouin), leur requalification et la prise de conscience de leur valeur patrimoniale intervient surtout dans les années 1970. Pour la Russie, dont l’originalité est soulignée par Fabien Bellat, la question de la réoccupation des couvents se pose davantage que celle de leur désaffection depuis la chute du système communiste.

5La juxtaposition de plusieurs communications dans une autre sous-partie consacrée aux « enjeux organisationnels » souligne la diversité des cadres de gouvernance. La Belgique flamande, décrite par Jan de Maeyer et Kristien Suenens, dispose par exemple d’instruments de conservation et de gestion tels que le kadoc, un centre de documentation et de recherche sur les rapports entre religion et société, lié à l’université de Louvain, qui est aussi un prestataire de service pour l’Église. Aux Pays-Bas, le musée d’art national et de culture a développé un livre de directives sur les manières de traiter les objets religieux (Marc de Beyer) et un groupe de travail a été constitué avec le soutien du gouvernement pour réfléchir au devenir du patrimoine religieux (Nico Nelissen). La situation française, marquée par la Révolution, est présentée à travers un prisme juridique par Anne Fornerod, qui développe plus précisément les exemples de Conques, Cadouin et du Mont-Saint-Michel, tandis que Marie Lessard souligne l’importance du système urbanistique québécois dans la conservation du patrimoine conventuel en s’appuyant sur deux exemples montréalais.

6Parmi les contributions susmentionnées, beaucoup sont des réflexions assez générales, dont l’objectif est avant tout de proposer des typologies didactiques et des synthèses d’une situation nationale. L’ouvrage contient aussi des travaux de recherches sur des objets plus restreints, étudiés plus précisément, dans une sous-partie intitulée « le temps long du patrimoine : conversion et reconversion ». Thomas Cooman analyse le sort de l’abbaye cistercienne de Villers-en-Brabant, ruinée en 1796 et Jean-Michel Leniaud celui de l’ancienne abbaye royale de Royaumont, qui fut notamment transformée en centre textile, en noviciat et en espace d’expression musicale. Dans un article qui intéressera tout particulièrement les passionnés d’histoire de la Bretagne, Yvon Tranvouez, en fin connaisseur des lieux, revient sur le destin des ruines de l’ancienne abbaye de Landévennec et analyse la variation de leur valeur symbolique au fil du temps.

7Une sous-partie disparate sur les « postures du religieux dans la société contemporaine » conclut l’ouvrage. Isabelle Jouveaux décrit les conséquences de la patrimonialisation des monastères sur le système monastique, Geoffrey Carr l’incapacité des politiques fédérales à gérer l’héritage architectural du système des pensionnats amérindiens et Pierre Lucier « l’esprit du lieu », c’est-à-dire la personnalité de l’habitat, reflet de la spiritualité et de la règle de vie en vigueur.

8Le lecteur trouvera donc dans cet ouvrage quantité d’informations intéressantes sur le sort des couvents dans la chrétienté, mais on peut regretter l’absence de conclusion générale, qui aurait mis en perspective ces débats et souligné la diversité des situations : l’Europe occidentale, qui se passionne pour les ruines séculaires et demeure globalement attachée à la culture monastique, n’est pas le Québec, où des dizaines de bâtiments conventuels sont passés sous propriété privée ces dernières années, aiguisant les appétits des promoteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Gicquel, « Des couvents en héritage. Religious houses: a legacy », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 163-165.

Référence électronique

Samuel Gicquel, « Des couvents en héritage. Religious houses: a legacy », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3514

Haut de page

Auteur

Samuel Gicquel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page