Navigation – Plan du site

Guerre de course et commerce maritime en Normandie au temps de Mazarin

Piracy, privateering and commerce in Normandy in Mazarin’s time
Édouard Delobette
p. 25-64

Résumés

Les statistiques portuaires du Havre montrent que la violence maritime généralisée en Manche comme en mer du Nord, les tensions politiques et sociales ainsi que la corruption administrative perturbent considérablement les activités commerciales des marchands-armateurs normands durant la décennie 1650. Les milieux marchands normands s’adaptent en pratiquant la résilience marchande contre la piraterie ou la guerre de course ; certains d’entre eux s’engagent dans la pluriactivité commerciale, organisant par exemple des convois d’escorte pour les caboteurs le long des côtes de Normandie.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle

Noms de lieux :

Normandie
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Quand les rouages de l’État nuisent au commerce de mer
La pression navale de l’État
Les errements politiques
Un appareil administratif corrompu
La Manche orientale, théâtre de la guerre maritime
L’exposition préoccupante des côtes normandes
Le fléau de la course en Manche
La Normandie littorale dans le conflit franco-anglais
La résilience des stratégies marchandes
Crise ou repli ? L’exemple havrais
Les modes opératoires marchands particuliers
La pluriactivité commerciale de Jacques Regnault à l'enseigne du Mouton Rouge à Rouen

Aperçu du texte

Thus wildly we live,
Thus freely we give
What Heaven as freely bestows.
We were not made
For labour and trade,
Which fools on each other impose.
Henry Purcell, The Fairy Queen, acte V.

Au cours du printemps 1644, lors de son retour de « Ouestrefort » (Wexford, Irlande), la barque la Blanche et son équipage havrais sont capturés dans le travers de Plymouth par le corsaire anglais Jean Raoul (John Rawle), maître de pinasse (voir figure 1, ci-dessous). Ce dernier, « plus cruel que n’auroit été un Corsaire d’Alger », s’entête à faire avouer la propriété irlandaise du bâtiment, pour le saisir, en torturant en vain le « page » du bord (le mousse), qui a la corde au cou, des mèches à feu allumées dans les mains. Le pilote huguenot André Lesbahy se voit alors proposer un intéressement aux gains des prises en échange de son faux témoignage. Devant son refus, Rawle le fait rosser à coups de bâton puis confisque le navire e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édouard Delobette, « Guerre de course et commerce maritime en Normandie au temps de Mazarin », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-4 | 2017, 25-64.

Référence électronique

Édouard Delobette, « Guerre de course et commerce maritime en Normandie au temps de Mazarin », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-4 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 15 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3720

Haut de page

Auteur

Édouard Delobette

Chercheur associé au CRHQ/MRSH, université de Caen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page