Navigation – Plan du site

Algaron. Itinéraires d’un charlatan en Bretagne au xviiie siècle

À la rencontre des thérapeutes du cancer
Algaron. The journeys of a quack in Brittany in the 18th century and the problem of cancer therapists
Daniel Droixhe
p. 83-110

Résumés

De nombreux vendeurs de drogues médicinales parcoururent la Bretagne au xviiie siècle. L’un des plus connus est Algaron Toscano, héritier d’une tradition de marchands ambulants italiens remontant au xviie siècle. Les Archives de la Société royale de médecine témoignent de son activité dans plusieurs villes de Bretagne – Saint-Malo, Brest, Josselin – mais aussi Chaillot et Saint-Quentin, entre 1779 et 1785. Algaron distribue des prospectus présentant un « dépuratif du sang » censé soigner diverses affections, dont le « cancer ». Cet article étudie les procédés d’accréditation utilisés pour convaincre le public de l’efficacité du remède, ainsi que certains caractères techniques des thérapies proposées, par rapport à la médecine académique contemporaine. Le nom d’Algaron est souvent associé à celui d’un autre charlatan, Grassy, qui vend également un anti-cancéreux. L’historien américain Matthew Ramsey signale sa présence à Nantes, Rennes, Guingamp, Quintin, Morlaix, Josselin, etc., mais aussi, s’il s’agit du même marchand, en Île-de-France, Thiérache et Gascogne. Son activité est évoquée à Lamballe en 1786, où une « pancarte » fait état des « noms de personnes qu’il a guéries depuis qu’il est à Nantes ». D’autres « empiriques » proposant en Bretagne des remèdes contre « la plus cruelle des maladies » sont mentionnés. Algaron, confronté à la réglementation beaucoup plus sourcilleuse qu’établit la Société royale de médecine, créée en 1778, modifia-t-il ou fit-il mine de modifier son commerce, pour se conformer aux nouvelles exigences concernant les « remèdes à secrets » ? On le voit en tout cas distribuer des produits répondant aux souhaits et recommandations de l’hygiénisme montant.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Qui est Algaron ?
Un « spécifique » universel (1779)
Algaron, la Société royale de médecine et la thérapie par les ondes
Thérapeutes du cancer en Bretagne
Une reconversion : de la thérapie universelle à l’hygiène domestique

Aperçu du texte

Le 22 septembre 1776, le médecin Bougourd, médecin en chef de l’Hôtel-Dieu de Saint-Malo, se réjouissait de « l’établissement d’une Société de Correspondance royale de médecine » appelée à fonctionner comme « une académie qui, ne s’occupant que de la pratique, devînt le dépôt général des connaissances dans cette partie et les fît circuler ensuite dans tout le royaume ». La Société visait notamment à instaurer une nouvelle réglementation en matière de distribution des remèdes, en remplaçant l’ancienne « Commission pour l’examen des remèdes et des eaux minérales ». « En développant une nouvelle sorte d’organisation médicale avec un regard national », écrit Marie-Laure Simonetta, elle « risquait de porter atteinte à la structure corporative de la profession ». Elle s’attira ainsi l’opposition de la Faculté de médecine, qui « désirait garder ses rôles traditionnels » en maintenant « autant que possible la sphè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Droixhe, « Algaron. Itinéraires d’un charlatan en Bretagne au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-4 | 2017, 83-110.

Référence électronique

Daniel Droixhe, « Algaron. Itinéraires d’un charlatan en Bretagne au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-4 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3723

Haut de page

Auteur

Daniel Droixhe

Professeur émérite de l’université Libre de Bruxelles. Chargé de cours honoraire de l’université de Liège. Membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Membre titulaire de la Société française d’histoire de la médecine

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page