Navigation – Plan du site

L’émergence des bas-fonds de l’Ouest

The emergence of the rough area
Damien Cailloux
p. 111-132

Résumés

L’image du port mal famé est un motif reconnu dans la culture contemporaine. Celui-ci s’élabore autour des bouges des quais, des marins en bordée et des prostituées. Cet imaginaire rejoint celui des bas-fonds : lieux marginaux et déviants, qui se structurent au xixe siècle. À l’échelle de la Bretagne, c’est à la fin du xixe siècle que les ports intègrent cette représentation. Les bas-fonds de l’Ouest émergent ainsi de façon progressive. Leur image s’assemble par étapes, aux croisements de différentes thématiques, portuaires et urbaines. Les apports initiaux du roman maritime, dans les années 1830, construisent la représentation du port mal famé. Dans le même temps, la marginalité des cités bretonnes est décrite à travers le prisme de la pauvreté et de la misère. Dans les années 1880, les ports bretons acquièrent des caractéristiques qui leurs sont propres.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

« La permission d’aller à terre » ou les apports initiaux du roman maritime
Les mystères urbains
Les ports de l’Ouest : de la misère aux bas-fonds
« Entrons dans la Fosse ! » : la spécificité des bas-fonds de l’Ouest

Aperçu du texte

« Les bas-fonds sordides de la ville. » En 1883, Pierre Loti associe dans Mon Frère Yves l’univers des bas-fonds et l’Ouest de la France, Brest en l’occurrence. Il inscrit la description de la ville portuaire dans un univers plus large, celui de la déviance liée à l’espace maritime et celui des bas-fonds urbains. Ceux-ci se définissent comme des lieux où convergent la misère, le vice et le crime. Ils sont ces « dessous », ces « envers », « ces bas-quartiers » qui plongent dans les profondeurs de ce que Honoré de Balzac appelait la « caverne sociale ». Dans Les Bas-Fonds, Dominique Kalifa en a analysé l’histoire. L’expression apparaît en 1840. En France comme à l’étranger de nombreuses cités voient leurs bas-quartiers mis au jour. Paris constitue l’archétype de cet univers mais « elle doit vite partager le titre de capitale des bas-fonds avec d’autres villes ». L’univers des bas-fonds devient un motif...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Cailloux, « L’émergence des bas-fonds de l’Ouest », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-4 | 2017, 111-132.

Référence électronique

Damien Cailloux, « L’émergence des bas-fonds de l’Ouest », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-4 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3725

Haut de page

Auteur

Damien Cailloux

Docteur en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du xixe siècle

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page