Navigation – Plan du site

Les cités sardinières, portes ouvertes aux épidémies de choléra (1852-1914)

Sardine processing and the dangers of cholera epidemics (1852-1914)
Jean-Christophe Fichou
p. 133-153

Résumés

Comme tous les bassins industriels, le littoral sardinier breton connaît au xixe siècle une croissance démographique exceptionnelle, surtout par rapport aux autres régions de la province, intérieures et agricoles. Dans certaines localités, où plus de cent cinquante usines de sardines à l’huile ont été construites dans la confusion et le désordre, comme à Douarnenez, au Guilvinec, à Concarneau ou à La Turballe, le chiffre de la population urbaine triple en moins d’un demi-siècle. Tous ces ports sardiniers sont caractérisés par une hygiène publique et individuelle déplorable, résultat de la convergence spontanée entre les intérêts des usiniers, le laxisme des conseils municipaux et des comportements individuels indifférents et passifs. La crasse, la surpopulation urbaine, le manque d’eau potable sont responsables de la multiplication d’épidémies d’une rare violence, et notamment des attaques du choléra, qui ravagent la Bretagne littorale entre 1832 et 1912. Ce redoutable danger est dénoncé par les fabricants de sardines à l’huile qui s’inquiètent de ses conséquences économiques ; les plaintes de ces derniers poussent les autorités municipales à prendre des mesures d’urgence et leur imposent d’organiser des services d’hygiène de plus en plus sûrs. Il faut croire d’ailleurs que cette volonté d’amélioration porte ses fruits car on constate que les taux de mortalité, dans toutes les villes sardinières, connaissent, après 1895 environ, une baisse rapide et précoce, toujours plus marquée que dans les autres villes des départements côtiers. La surmortalité urbaine fait place à une sous-mortalité, évidente mais méconnue, au moins à l’échelle du bassin sardinier. Cette constatation demanderait une enquête beaucoup plus approfondie car elle ne correspond pas aux conclusions des observateurs de l’époque souvent reprises par les auteurs actuels sans vérification.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle, XIXe siècle

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Des villes nouvelles et sales
Un littoral industriel urbanisé
Les villes sardinières, les portes de l’épidémie
Le choléra omniprésent
La lutte contre le choléra ou le combat pour une eau propre
Les progrès de l’hygiène urbaine
De l’eau potable pour tous
Le choléra vaincu

Aperçu du texte

Si la France du xixe siècle n’est plus la proie des grands fléaux épidémiques du passé, comme la grande peste du xve siècle qui anéantit le tiers de la population européenne, elle reste toutefois ouverte aux pandémies, notamment celles de choléra. Même si la plus meurtrière d’entre elles emporte dix fois moins de victimes qu’une peste médiévale, les décès restent importants, notamment dans les villes nouvelles nées de l’industrialisation, et plus particulièrement dans les cités portuaires bretonnes et vendéennes dont l’essor est dû à l’implantation des conserveries de poisson, des cités ouvertes sur le monde, lieux d’accueil favorables aux épidémies. Cette activité est née vers 1825 et elle a connu très vite un formidable essor, après 1855, en remportant l’assentiment des gastronomes et de la grande bourgeoisie. Dès les années 1880, on compte plus de 150 usines réparties entre Camaret et La Rochelle,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Fichou, « Les cités sardinières, portes ouvertes aux épidémies de choléra (1852-1914) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-4 | 2017, 133-153.

Référence électronique

Jean-Christophe Fichou, « Les cités sardinières, portes ouvertes aux épidémies de choléra (1852-1914) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-4 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3727

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Fichou

Docteur en histoire, Lycée de Lapérouse-Kérichen (Brest)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page