Navigation – Plan du site

Réfugiés kurdes de Turquie en Loire-Atlantique depuis les années 1970

Kurd refugees from Turkey in Loire-Atlantique: evolutions and trends since the 1970s
Coline Rondeau
p. 155-180

Résumés

Cet article analyse les parcours migratoires de demandeurs d’asile kurdes partis de Turquie pour la France après le coup d’état de 1980. Ces femmes et hommes kurdes se sont installés, après plusieurs déplacements, en Loire-Atlantique, département appartenant à un Ouest considéré comme une région de « faible immigration ». Leurs parcours d’installation apparaissent progressivement reliés à ceux de migrants économiques turcs et/ou d’origine kurde arrivés dans la décennie 70. Dès lors, un questionnement s’impose sur les liens existants entre les premières générations de migrants et les réfugiés kurdes. L’exposé de ces deux contextes migratoires permet une réflexion sur les stratégies migratoires mises en œuvre par les Kurdes. Il s’agira de saisir, après leur installation, les liens entre territoire et identité et de comprendre comment ces Kurdes expriment ou dissimulent leur identité en Loire-Atlantique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle

Noms de lieux :

Turquie, Loire-Atlantique
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Quitter la Turquie pour la France
Le contexte turc : les « années de plomb »
Lutter d’abord…
…Puis se résigner à partir
L’arrivée à Châteaubriant, Nantes et son agglomération 
L’entrée en Loire-Atlantique 
Le temps de l’installation
Retourner au pays ?
Kurdicité et territoire
Être Kurde au regard des sources administratives
Quand les Kurdes s’identifient
L’appropriation d’un territoire : pratiques et moyens

Aperçu du texte

Islamisés entre les viie et xiie siècles, les Kurdes appartiennent au rameau iranien des peuples indo-européens. Cependant, ils sont identifiés en Turquie en tant que « Turcs » ou « Turcs des montagnes » car, depuis le traité de Lausanne (1923), seules les minorités religieuses (juifs, chrétiens) sont reconnues. Ainsi, les Kurdes ont vu leur appartenance ethnique niée au profit de leur appartenance religieuse. Sans État, certains Kurdes de Turquie ont fait le choix de s’exiler vers différentes terres d’asile comme la Suède, l’Allemagne, la France.

Les premières vagues de migrations kurdes vers l’Europe se produisent dans les années 1960 grâce notamment à différents accords bilatéraux conclus avec la Turquie. Le gouvernement français signe, le 8 avril 1965, avec l’État turc, un accord de main-d’œuvre qui provoque l’arrivée d’une population masculine. Ce mouvement d’immigration s’intensifie à partir des années 1970...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coline Rondeau, « Réfugiés kurdes de Turquie en Loire-Atlantique depuis les années 1970 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-4 | 2017, 155-180.

Référence électronique

Coline Rondeau, « Réfugiés kurdes de Turquie en Loire-Atlantique depuis les années 1970 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-4 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3728

Haut de page

Auteur

Coline Rondeau

Doctorante en histoire contemporaine,université d’Angers, CERHIO CNRS FRE 2004

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page