Navigation – Plan du site
309
Aghayani-Chavoshī, Jafar (éd.)

Farhang. Quarterly Journal of Humanities and Cultural Studies. Issue Topic: Commemoration of Khayyam (3). Vol. 18, N°s 53 & 54, spring-summer 2005, Tehran, Institute for Humanities and Cultural Studies, 347 p. en persan + 368 p. en français et en anglais.

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Texte intégral

1Troisième volet d’une série de numéros consacrés à l’œuvre scientifique, philosophique et littéraire de ‘Omar Ḫayyām, ce volume de Farhang se compose de 32 articles (14 en persan, un en arabe, onze en français dont une traduction du persan, et six en anglais). L’éditeur met l’accent sur l’impact des travaux mathématiques du polygraphe dans l’histoire des sciences.

2Plusieurs contributions voient en effet dans les mathématiques de Ḫayyām une préfiguration des géométries non-euclidiennes dans leurs développements modernes. La théorie des parallèles (Jafar Aghayani-Chavoshi) et la critique par Ḫayyām du rapport établi dans les Éléments d’Euclide entre géométrie et mouvement (Bernard Vitrac) le confirment. Aussi, la refonte ḫayyāmienne de la mesure de l’amplitude, qu’il formule en fractions ou en équations chiffrées et non plus comme de simples ratios (Bijan Vahabzadeh), anticipe le concept de nombre « réel » (Yaḥyā Tābeš). Les mathématiques de ‘Omar Ḫayyām font par ailleurs l’objet d’études de détail : sa théorie des équations cubiques (Jafar Aghayani-Chavoshi) comme son traité d’algèbre, qui procède par réduction de problèmes sans offrir de solutions systématiques (Marco Panza), soulèvent des questions spécifiques d’épistémologie. Le traité « de la balance droite » qui lui est attribué par al-Ḫāzenī fait l’objet d’une traduction et d’un bref commentaire (Mohammed Abattouy). Enfin, deux contributions mettent en perspective les innovations de Ḫayyām vis-à-vis du bouillonnement scientifique qui anime l’Andalousie arabe du XIe s. (Emilia Calvo, Mercè Comes).

3Au demeurant, l’œuvre du géomètre trouve des prolongements insoupçonnés dans l’art monumental. Non seulement ses figures ont pu servir de base à certains motifs décoratifs (Akbar Zamānī), mais il semble que Ḫayyām lui-même ait participé à une réalisation architecturale d’envergure, en concevant le dôme de Terkan Khatun au nord de l’axe principal de la Mosquée du Vendredi d’Ispahan (selon Alpay Özdural, qui revisite les thèses d’Eric Schroeder). Les autres travaux scientifiques de Ḫayyām sont évoqués à travers la réforme calendaire dont il fut l’initiateur (M. Heydari-Malayeri, Abū al-Faḍl Naba’ī), et deux ouvrages moins connus dont l’un, consacré à la météorologie, est entièrement perdu (Jafar Aghayani-Chavoshi), et dont il ne subsiste de l’autre, sur la musique, qu’une partie concernant les espèces de la quarte (Jafar Aghayani-Chavoshi).

4La production poétique de Ḫayyām n’est pas en reste, que les robā‘iyyāt soient analysés dans leur enchaînement d’ensemble (Mehdī Nūriyān) ou sous un angle particulier : étude ponctuelle (Mahvaš Asadī Ḫamāmī), prosodique (Jamšīd Sorūšyār) ou musicale (Aḥmad Bayān). Mais c’est surtout l’histoire de la réception, occidentale et orientale (Seyyed Moḥammad Reḍā Ibn Rasūl), des quatrains qui préoccupe les contributeurs. En Iran, les illustrations dont ces poèmes ont fait l’objet semblent étonnamment tardives et anecdotiques (Akbar Tajvidi), tandis que celles qui accompagnaient la vogue des traductions de Ḫayyām dans l’Angleterre victorienne (Esmail Z. Behtash) reconduisaient les penchants préraphaélites et symbolistes de l’esthétique dominante de l’époque (Isabelle Gadoin). L’épineuse question de l’authenticité du corpus poétique attribué à ‘Omar Ḫayyām est soulevée par deux fois, au sujet des poèmes en arabe (Seyyed Moḥammad Reḍā Ibn Rasūl) et en persan (Mehdī Māḥūzī).

5Enfin, la reconstitution du thème astrologique de Ḫayyām (Alain Richard et Jafar Aghayani-Chavoshi) et un aperçu de la pensée philosophique de l’auteur, déclinée d’une part à travers la présentation de deux opuscules sur l’ontologie traduits de l’arabe (Ali Reda Arafa), et d’autre part dans l’exposé de la controverse persistante sur l’athéisme présumé de l’auteur (Mehdī Māḥūzī et Fardīn Šīrvānī), complètent ce portrait, tant soit peu hétéroclite, de ‘Omar Ḫayyām, savant et poète hors du commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Aghayani-Chavoshī, Jafar (éd.), « Farhang. Quarterly Journal of Humanities and Cultural Studies. Issue Topic: Commemoration of Khayyam (3). Vol. 18, N°s 53 & 54, spring-summer 2005, Tehran, Institute for Humanities and Cultural Studies, 347 p. en persan + 368 p. en français et en anglais. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 309, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/13762

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page