Navigation – Plan du site
367
Meḥrābī, Mo⁽īn al-Dīn (éd.)

Mahastī-e Ganje-ī. (bozorgtarīn zan-e šā⁽er-e robā⁽ī-sarā). Pažūheš va taḥqīq-e Mo⁽īn al-Dīn Meḥrābī, Tehrān, Tūs, n° 609, 1382/2003, 245 p.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Les quatrains de Mahsatī de Gandja sont une merveille ! Malgré six éditions déjà, les voici enfin édités au mieux par Mo⁽īn al-Dīn Meḥrābī. Qui fut cette femme ? Quand vécut-elle ? Quelle est son œuvre ? L’introduction de l’éditeur tente des réponses prudentes, après un examen de toutes les sources disponibles. Le témoin le plus ancien est le grand théoricien de la poétique, Šams-e Qeys, dans son célèbre Mo⁽jam (daté de 630/1232), cite un quatrain de Mahsatī, qu’il nomme mahsatī-e dabīr. Par d’autres témoins, on comprend qu’elle fut l’épouse d’un secrétaire (dabīr) et commensal (nadīm) connu depuis Ḥamdollāh Mostowfī (Tārīḫ-e gozīde, de 730/1329), mais de quel prince ? En confrontant les sources, M. Meḥrābī est porté à penser que ce mari, Ibn Ḫaṭīb-e Ganje-ī Tāj al-Dīn Aḥmad, a dû servir Maḥmūd de Ghazna, que donc Mahsatī précéda d’un siècle ⁽Omar Ḫayyām dans la composition de ce genre poétique si grand et difficile, le robā⁽ī. Mais nous ne gardons pas de dīvān de Mahastī. Il semble qu’il a bien existé et qu’il a péri dans l’incendie de Hérat au 10e/16e s. On ne sait si Mahastī a excellé en d’autres genres que celui du quatrain. Il a fallu glaner ses quatrains chez les auteurs qui les ont cités. M. Meḥrābī les a classés selon leur degré d’authenticité, estimée seulement en fonction de leur ancienneté. On trouvera, aux pp. 57 à 137, 155 robā⁽ī trouvés dans quinze sources les plus anciennes. Aux pp. 139 à 164 sont 37 robā⁽ī attribués à Mahastī dans des anthologies moins anciennes. Enfin 106 robā⁽ī (pp. 167-213) sont tirés d’ouvrages relativement récents. Dans la présente édition, chaque quatrain est suivi de tout l’apparat critique nécessaire. La différence est grande entre les quatrains de ⁽Omar Ḫayyām et ceux de Mahastī. Ceux-ci viennent d’une femme sensible à la nature, joyeuse sur le fait de l’amour. M. Meḥrābī insiste spécialement sur l’aspect šahrāšūbī de ces pièces (pp. 35-48), šahrāšūbī entendu (à la suite de A. Golčīn-e Ma⁽ānī) au sens d’une attention spéciale à la vie ordinaire des gens de métiers ou des artisans, plus généralement le monde du bazar. Quant au nom même de ‘Mahastī’, son étymologie et sa prononciation, toutes les hypothèses ont été faites, que M. Meḥrābī examine (pp. 19-28). Mahastī n’est pas la seule femme ayant porté ce nom en littérature persane. Rappelons enfin avec M. Meḥrābī l’histoire du Sultan saldjoukide Sanjar et de la belle Mahastī, que conta Farīd al-Dīn ⁽Aṭṭār, dans son Livre divin (Elāhī-nāme, éd. F. Ruḥānī, pp. 186-88, trad. J. A. Boyle, 218-220). Le livre que nous offre Mo⁽īn al-Dīn Meḥrābī, bien documenté et bien fait, sera une bonne référence dans l’étude de la littérature féminine persane et médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Meḥrābī, Mo⁽īn al-Dīn (éd.), « Mahastī-e Ganje-ī. (bozorgtarīn zan-e šā⁽er-e robā⁽ī-sarā). Pažūheš va taḥqīq-e Mo⁽īn al-Dīn Meḥrābī, Tehrān, Tūs, n° 609, 1382/2003, 245 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 367, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/1963

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page