Navigation – Plan du site
371
Nāmvar Moṭlaq, Bahman

« Daftar-e ḥosn. Barresī-ye namādegān-e ḥorūf dar vaṣf-e jamāl-e čehre dar adab-e fārsī ». Ḫiyāl (Khiyal), 4 (1382/2003), pp. 24-47.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

noms/names :

Ḥāfeẓ, Hāfez
Haut de page

Texte intégral

1L’A. engage son enquête sur la description de la beauté du visage humain en littérature persane, à partir de la symbolique des lettres. Car, pour une part non négligeable, certaines lettres de l’alphabet arabe ont servi de comparant dans cette description par comparaison. Bahman Nāmvar Moṭlaq rappelle avec justesse que l’art islamique fait suite à la croyance au pouvoir révélateur des lettres mêmes du Coran. Les lettres écrites sont belles, indépendamment de toute signification particulière, puisque l’univers est un livre écrit par le divin Créateur, et chacun de ses éléments en est une lettre. Ultimement, la beauté graphique des lettres tient sa beauté de la divine beauté. Cette beauté graphique a porté les poètes à y trouver ce qu’ils veulent dire de la beauté du visage, partie privilégiée du corps humain. L’enquête se poursuit avec un large choix bien fait d’exemples pris sur plusieurs siècles de littérature persane, où l’on voit comment des lettres arabes ont permis la description en question. On commence par le point, à partir duquel le calame trace un trait, fait de points, comme l’on sait. Le point du visage est le grain de beauté (ḫāl), le trait est la fine barbe du jeune pubère (ḫaṭṭ), Puis viennent quelques lettres privilégiées, jīm, lām, nūn, dāl, kāf, mīm (ج،ل،ن،د،ك،م  ); à elles sont comparées les autres parties du visage, et d’abord ce qui l’entoure, la chevelure, en désordre ou nouée en nattes. Par exemple, avec le grain de beauté, la mèche forme un superbe jīm (voir Ḥāfeẓ, Dīvān, 38, 3). Avec la bouche, les lèvres, les yeux, etc., l’on a affaire à des comparaisons plus élaborées, où l’on a recours aussi au calame, à l’encre, à la page coloriée, pour affiner les comparaisons. Ainsi la beauté des lettres superbement calligraphiées offre un accès à la beauté intérieure au visage, où se lit quelque chose de la divine écriture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Nāmvar Moṭlaq, Bahman, « « Daftar-e ḥosn. Barresī-ye namādegān-e ḥorūf dar vaṣf-e jamāl-e čehre dar adab-e fārsī ». Ḫiyāl (Khiyal), 4 (1382/2003), pp. 24-47. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 371, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2000

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page