Navigation – Plan du site
392
Talattof, Kamran et Clinton, Jerome W. (eds.)

The Poetry of Nizami Ganjavi: Knowledge, Love and Rhetoric. New York, Palgrave, 2000, 210 p.

Compte-rendu réalisé par Ève Feuillebois-Piérunek

Texte intégral

1Il s’agit de l’édition des actes d’un colloque sur la poésie de Nizami, tenu en 1998 à Princeton en hommage posthume au Professeur K. Allin Luther. Il comprend une brève introduction et dix chapitres sur différents aspects de la poésie de Nizami (idées, imagerie, narration, etc.). L’introduction fournit une information de base sur l’A. et son œuvre ; elle aurait peut-être gagné à être étoffée afin de fournir un état des lieux de la recherche sur ce thème.

2Dans “A Comparison of Nizami’s Layli and Majnun and Shakespeare’s Romeo and Juliet”, Jerome W. Clinton met l’accent sur les approches très différentes des deux auteurs quant à la description de l’amour passionné et des personnages, et quant aux rapports entre individu et société : douceur de Majnun et violence de Romeo, effacement de Leili et affirmation de Juliette, société normative, dont on respecte les règles sous peine d’être exclu et dont on ne s’évade que par la folie ou la libération mystique, ou société violente et corrompue contre laquelle l’individu doit se révolter.

3Dans “Layla Grows Up: Nizami’s Layla and Majnun in the Turkish Manner”, Mehmet Kalpakli et Walter G. Andrews étudient la romance en azeri de Fuzuli (16e s.), basée sur une version controversée de l’œuvre de Nizami. Celle-ci est une interprétation différente de la légende et donne à Layli une importance qu’elle n’a pas chez Nizami. Plus sensuelle et plus mûre, la Layli de Fuzuli recherche activement l’union, s’exprime par des poèmes, évolue intérieurement et extérieurement, et meurt non pas dans la frustration, mais dans la joie, ayant expérimenté la même expérience spirituelle que Majnun.

4Dans “Nizami’s Unlikely Heroines: A Study of the Characterizations of Women in Classical Persian Literature”, Kamran Talattof compare l’image de la femme chez Firdawsi, Nizami et Jami. Dans le Livre des Rois, les femmes, bien que souvent intrépides et indépendantes, restent à l’ombre des héros masculins. Chez Jami prévaut la vision traditionnellement négative de la femme, caractérisée par la déficience morale et intellectuelle et opposée au jeune homme, objet d’une homophilie à prétexte mystique. Quant à Nizami, il est unique en son genre avec des héroïnes modernes, intelligentes, et même éducatrices de l’homme qu’elles guident vers la perfection.

5Dans “Majnun’s Image as a Serpent”, Ali Asghar Seyed-Ghorab montre que, contrairement aux premières sources arabes, elliptiques dans leur description du personnage, Nizami décrit minutieusement Majnun psychologiquement mais aussi physiquement. Il analyse l’image du serpent, utilisée pour décrire son apparence physique et son caractère complexe déterminé à la fois par sa possession par un djinn et son rôle de gardien du Trésor qu’est Layli.

6C’est l’usage des citations de Nizami faites par Ravandi dans le Rahat al-Sudur qui retient l’attention de Julie Scott Meisami dans “The Historian and the Poet: Ravandi, Nizami, and the Rhetoric of History”. La romance Khusraw va Shirin est contemporaine de l’époque que Ravandi décrit. Il identifie les souverains seldjoukides à Khusraw et établit des rapprochements tendancieux de certains épisodes du roman avec les situations historiques étudiées, ce qui lui permet de dissimuler son interprétation réelle des faits, interprétation qui ne s’éclaire que lorsque l’on replace les citations dans leur contexte.

7Quant à J. Christoph Bürgel, dans “Occult Sciences in the Iskandarnama of Nizami”, il s’intéresse au portrait du gouvernant idéal, calqué sur la philosophie politique de Farabi, à travers l’étude de sept contes. Un tel souverain doit bien sûr posséder des facultés politiques, militaires, philosophiques et prophétiques, mais il doit également être versé en astrologie, alchimie, magie, musique et médecine.

8Christine van Ruymbeke dans “Nizami’s Poetry Versus Scientific Knowledge” montre l’étendue des connaissances pharmaceutiques et médicales de l’A. à partir de l’exemple de quelques plantes, et illustre les interactions entre science et littérature.

9Dans “Music in Khusraw va Shirin”, Firoozeh Khasrai se penche sur la connaissance de la musique par Nizami et examine quelques sources en musicologie, contemporaines du poète.

10Charles-Henri de Fouchécour dans “The Story of the Ascension (Mi’raj) in Nizami’s Work” illustre la manière dont Nizami se sert des sources traditionnelles pour créer de magnifiques métaphores et un récit poétique. Le récit du Mi’raj apparaît dans chacun des cinq mathnavis du poète et a ensuite été imité maintes fois. C’est ici la version du Haft Paykar qui se trouve analysée et comparée avec celles des autres ouvrages de Nizami.

11Enfin, dans “International Recognition of Nizami’s Work: a Bibliography”, Kamran Talattof présente une bibliographie précieuse, mais déjà dépassée, tant les travaux consacrés à Nizami ont fleuri ces derniers temps. Elle comprend les traductions, manuscrits, critiques et analyses de l’œuvre en anglais, russe, azeri, allemand et persan essentiellement.

12La plupart des articles de ce recueil sont excellents et contribuent de façon originale à la découverte de Nizami, sauf peut-être celui de F. Khasrai, un peu plus faible. Il faut aussi signaler que les textes de Fouchécour et Bürgel sont des traductions en anglais d’articles déjà publiés en français et en allemand : il ne s’agit donc pas d’une nouvelle recherche, même s’ils complètent utilement ce travail. Enfin, il eût été préférable d’unifier la translittération des différentes contributions, et il subsiste encore d’assez nombreuses coquilles, ce qui n’empêche pas ce petit livre d’être passionnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek. Talattof, Kamran et Clinton, Jerome W. (eds.), « The Poetry of Nizami Ganjavi: Knowledge, Love and Rhetoric. New York, Palgrave, 2000, 210 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 392, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2140

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page